Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes

358 0
01 Juni 1917
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 01 Juni. Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes. Konsultiert 25 September 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/542j679h9f/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

- 1 AMON NOS AUTES Supplément du N° 36. — 1er Juin 1917 WÊÊÊÊÊrmÊtmaKauamammaÊBÊaÊÊaimKaBmBfmBÊmKÊiameanmsammÊÊmÊKmÊtÊKÊKmtÊÊmÊitÊtÈtaHiÊBtmÊttÊBmtamEsamBBimÊmiÊmÊKBmaBi rèsponse d'à Martin tourna sor lu corne in' voîêye di côps d'baston. « Taisse-tu don fré dgîles ! leus canons ! Sésse bin, twê qui n'sèt rin, qui ♦ fat qu'tome noûf obus sol'mînme pièce po trawer 'ne coupole ? qu'on fort corne nos 'nn'avans n'est nina prinde? èt qu'ci les alminds attaquèt Lîdje, ils-îs lêrront leus hozètes ? Ti n'sèt nin tôt coula paré twê ? On dîreut vormint qu'ti n'a mâye situ sôdârs ! Edon lès amis ? Les amis n'hoû'ît pu l'prêtcheu. So l'timps qui djâsév', onk di zèls lî aveut hapé s'gazète, èt l'cèk.e s'aveut r'fait qtiéquès-ascohêyes pu Ion. Mârtin s'ènn'aporçûva. Tapant on côp d'oûye so l'orne tôt èsbâré, i hossiha lès s'pa-les, fat s'pritchî po d'zeus l'horê on long rètchon, èt s'aprépant de cèke, i brèya d'jn' aîr di k'mand'mirit : — « Qué novèle, là, lès ârtises ? Et m'gazète ?... •s» -<r * Li deuzînme ki^gaèye dè cinquïn-noe batayon, aveut s'tu èmantcliêye dè timps d'pâye avou 'ne hiètte d'ornes dès vîlès classes, rascoyîs tot-avâ Frédjimint. Quand l'guére les rassonla, is z-avît st-on moumint d'èwarâtion ; chaskonk aveut compté r'trover les bons k'pa-gnons di s'djône timps, èt vola qu'on 1 s-aveut dispêrî. El' coûr dè casére, lès omes si kwèr-rît ; sakwante si riknohît, èt c'èsteut st-a-don dès èclameûres, in' fièsse on po k'tapèye — lès coûrs èstît fivreus — min tote plinte di franke camarâd' rèye. On s'rassonlèv' inte kinohances tôt ratindant l'appel. Mârtin s'aveut porminé lôye-minôye-mint, d'on hopê a l'aute, baw-tant po d'zeu lès tièsses, sayant dè r'trover on visèdje di k'noiiance. Nolu n'èl' rilou-kîv'. Et, les deux mains tchâssêye di-vint lès potches di s'pantalon, is'aveut t'nou tôt seu, Ion ènn' èrî dèl' djôye qu'i djalosév'... Il est vrêye qu'il-ès-teut bin candjî d'pôye sept ans qu'a-veut kwitté l'rédjimint. Qu'est ce qu^reut riknohouf(TviïH ^'lon d'bârné potince, li bê grand djône ome di na-wére, si fîr, si djoyeu?... Il estent st-avlli d'vant l'âdje,loûrd èt sin-gosse, come si tôt l'anôy'mint dé monde lî avasse hoyou so li s'crène. Si timps d'chervice foû, il-aveut crèyou fer si d'vwér, tôt cloyant 'ne longue hantrêye : il-aveut s'pôsé Lalie Pîron, in' pitite feume qui s'vantév' d'à vu d' l'oûye : In' an api è«, l'manèdje estent 'ne infér. Vireûse èt cagnesse, come pout l'èsse on p'tit hatclia qui ^s^vout fer r'crainde, Lalie minév' si-ome po l'pôce èt lès qwate deugts. Oh ! nosse Mârtin s'aveut bin rèvinté ! • Il aveut mînme, on djoû d'karelle, bouhî s'pogne -so l'tâve, tôt d'hant qu'sèreut l'maîsse, et qu'on rot'reut sorlon sès gosses : in n'èî' fatqu'in' fèye ; li bokèt d'feume s'aveut st-ènondé a ranèrci tote Ji tchâssêye, èt Mârtin s'aveut d'vout sâver po n'nin r'çûre on mâva côp. Di ç'moumintlà, i n'ava pu noie a dire... Quéquès annèyes si pasFît. Po l'pu grande di ses ponnes, i pièda so rin di monde di timps sès deux vîx. Lalie si rècrèstév'. — « Si vos avis co 'ne èfant là ! fit lès wèsins ; çoula candj'reu mitwè l'caractére di vosse feume. ~ « Têhîv' don! binamêye dj iris ! rèspondév' li pauve ome. Qui l'Bon Diu m'prinsse è s'grâc9 èdon pu vite ! In' èfant !... pah !... c'est co mi qu'èl' divreut sognî !... Enn' èsteut là,qwand on r'houka lès classes. * -T>r VT. L'armêye, qui mète tos lès sôdârs so l'mîmme pîds, ava vite fait dè rinde à nosse Mârtin s'volté d'awére. Après l'afaire dèl' gazète il aveut dès cama-râdes ; is n'èstît nin fwért djoyeus, min dès bravés djins, d'iouhîs, ni tûsant qu'a leu manêdje et s'tourmè-tant a câse di ^oula. Comptez qu'on-èsteut l'quate d'aous, qu'cès omes-là vinit di kwitter l'ovreu po l'fisik, et qu'nouk di zèls n'aveut crèyou fer ^guère. Martin lu, ésteut comme on noû ! Ni lèyant noie douceur padri lu,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Amersfoort von 1917 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume