Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front

421301 0
01 Januar 1917
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 01 Januar. Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front. Konsultiert 14 Dezember 2019, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/p55db7wr0q/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

■ Directeur : f V.-VINICIUS MARTIAL j C. 83. â j La correspondance relative : S j à la Rédaction et l'administra- j : tration doit être adressée à : ï j M. V. De MAESSCHALCK, j : secrétaire, lrc Cie, C. 83. A. B. C. i " j Les Manuscrits non insérés j S \ ne sont pas rendus. S j Reproduction interdite sans j " j citer la source. : Trésorière et Secrétaire générale : ! Mme M HOUZÉ j 19, rue Turgot, Paris-9e ■ ■ a BULLETIN des Gens de Lettres et Artistes Belges du Front ORGANE PÉRIODIQUE PERMIS PAR LA CENSURE : lre Année N° de Septembre 1917 j <=§<=> j Abonnements j de soutien fr. 5,00 j : 6 fascicules fr.- 3,00 j Poste : port en plus i Militaires : franchise postale : j (S. P. A. B., n° 9698 R.) j ■ « b *. - - : ■ s " B 5 si a»aBBHi9Eid:9HBBBBBa^B3BB^K7r9BG?«îaBaaÈaiiie«BBtf»onHBHa®BBiB»i32 «iHKnsBSi^arntaRa&'auaQBKnaBnaBa bunaBBBKaae^aBkaBEBssaaaBBÇiasaaBK^ftticwsiaBBasBBarsBBaxBn^'j^auruiifBxaFiSiEiXflkBBBmBBaBfiB^ • ( • ' ' - ■ " SOMMAIRE DU FASC. 4. — La Littérature flamande au front, pai G; orges Velter. -- "Seuil. — Les écrivains Belges et la Guerre : V. v imcius Martial. — Poèmes de V.-V. M., H. Frenay-Cid, E. de Bongnie, C. Conrardy, M. Wyseur, P. Halary. — Les Pensées de la Guerre. — Une lettre du « Patrouilleur » du Bulletin : Le Patrouilleur. — Art Lyrique. — Croquis du Front : E Fouss. —Notules. — Bibliographie. — Concours Littéraire du B. G. f. B. S. — «La Belgique de Demain » de Norbert Wai.lez. — Hendrick de Man au front Russe. — Le Musée de la Guerre français. — Les Conférences au front, etc. — Ce fasc. porte à vingt huit le nombre des pages publiées. <=&> La littérature flamande au front n Fritz Francken D'un tempérament impétueux et d'un esprit toujours alerte, F. Francken n'en pinçait peut-être pas trop pour, le rond-de-cuirisme administratif. Mais avant tout, il faut vivre ! Le bien-être matériel sert parfois d'équilibre moral à la vie d'un artiste. . C". * j , : : Ti-'r' ébranla sérieusement les petites habitudes de la firme Soupe frère et Cie. Anvers, la cité ardente et laborieuse, vibra du branle sonore des cloches, une foule houleuse déferla à travers les quartiers maritimes et prolétaires où les agents secrets de l'Allemagne — dissimulés sous les aspects de courtiers en camelote— allaient passer un mauvais quart d'heure. A l'appel du Roi, 30.000 volontaires anversois se ruèrent à l'assaut de l'Hôtel de Ville, pour s'enrôler dans l'armée en campagne. Du haut de sa tour d'ivoire, Fritz Francken contemple le spectacle magnifique d'un peuple qui veut défendre ses libertés constitutionnelles. Lui qui jusqu'alors n'avait rime que des mignardises et quelques sonnets voluptueux d'une forme trop savante pour être naturels, frissonna de tout son jeune corps au contact de cet enthousiasme populaire. 11 découvrit en lui, comme beaucoup d'autres d'ailleurs, une force nouvelle, dont la source cependant se retrouve dans les fastes militaires de sa propre race. L'anti-militariste se révèle du jour au lendemain un patriote fanatique. Délégué par la Ville en qualité de secrétaire pour organiser la police bourgeoise, une fois sa mission terminée, il réclame un fusil et part avec son frère unique, le 21 septembre 1914, pour rejoindre l'armée de campagne. Les circonstances ne permettent pas qu'il soit versé immédiatement dans un de nos régiments déjà glorieux. Avec une caravane de 5.000 recrues, il traverse Ypres que les Boches brûleront quelques jours après, et s'achemine vers la France. Les recrues sont dirigées sur Fécamp où le premier centre d'instruction belge s'installe. Mais la vie monotone et disciplinée que les « bleus » doivent mener finit-vite par exaspérer notre poète capricieux. Pour se désennuyer,il s'empare à la mousquetaire du cœur de la plus jolie muse qui soit! « Quand on s'aime on voit tout en rose ». 11 compose des romans de casque et d'épée, demande sa rétrogradation — il était caporal — et d'un geste prompt et chevaleresque, boucle ses malles tout en faisant ses adieux à la dulcinée. Arrivé au front, on l'incorpore au ne de ligne. Nous sommes au début de mai 1915. Depuis son départ de la maison paternelle, il n'a plus pris la plume en main. Dv.f '.c: c.vr: Tout d'abord il observe, ses yeux photographient le jas au travail, dans l'abri, au poste d'écoute, de sentinelle, en patrouille, au cantonnement, à l'exercice, de corvée. Il regagne ses galons de «cabot» à la pointe delà baïonnette. Comme chef d'escouade il sera presque toujours avec les mêmes hommes. Il approfondit leur caractère, guette leurs espoirs et leurs désillu-lusions dans l'éclat de leurs yeux, sténographie leurs dialogues débordant de verve et d'entrain, retient leurs gestes, partage leur misère et par son dévouement se fait aimer d'eux. Il compose les premiers poèmes de son recueil De Vijf glorierykeWonden (1). Le ménestrel tendre s'éclipse devant le barde qui s'annonce. Finis les madrigaux d'une décadence d'où s'évapore un parfum de boudoir. Finis les keepsakes évoquant la chevelure dénouée d'une amante qui se pâme. La facture du vers est simple, la parole précise, l'inspiration noble. Le rythme est indiqué par les pulsations d'un sang jeune et généreux. La cadence est celle de l'homme qui marche ve'rs la mort d'un pas.tranquille et sûr. La strophe prend son vol à grands coups d'ailes. La musique est celle des trompettes vibrant en plein soleil. Presque en même temps, Francken entame son roman anecdotique : De blijde Kruisvaart (2). 11 crée ses types dont le souvenir vivra à jamais dans l'esprit de ceux quifont la guerre. Il leur prête des paroles simples mais combien humaines. 11 les taille dans le marbre de sa prose, vigoureusement ; il 1. Les cinq blessures glorieuses. 2. La joyeuse croisade. les anime d'un baiser fraternel. 11 néglige les , détails. Ces paysages sont des fresques brossées à la façon d'un Van Gogh ou d'unjacob Smits. La\ couleur éclate. Et sur cefond sombreou lumineuxN se dresse la silhouette épique de ces hommes dont l'héroïsme consiste à lutter contre les éléments: l'eau, le feu, le vent, la terre. Après De Vijj glorieryhe Wonden — sou£' presse à Leyde! — et De blijde Kruisvaart publié en feuille littéraire par l'I. M. B. R. P. à Port* Villez, Francken écrit de yrybuiters van de Roode-Zee, (1) nouvelle série de contes savoureux et pittoresques, que les différents journaux auxquels il rQli?W>r£ (TÎsçhp. nfian x* % "J. 7 7/f^ Vrij Belgie, De I.egerbode, Ons Viaanderen, de Telegraaf, etc., s'arrachent. Le style de Fr. Francken se distingue par la simplicité. La phrase est limpide. On en cherche la charpente et on trouve toute une architecture sobre et harmonieuse. La philosophie qui se dégage de l'ensemble de cette œuvre s'appuie sur le bon sens. La joie de vivre déborde comme une cascade d'eau fraîche. Elle étonne même là où l'on rencontreà chaque paslamort. Le 12 février 1917 une balle ennemie faillit chanter un requiem par trop précoce pour notre vaillant écrivain. Blessé à la cuisse, il passa quelques semaines à l'hôpital de l'Océan. De ce passage nous retrouvons le souvenir parmi les poèmes admirables de Het heilige Schryn (2), nouveau recueil de vers. Evacué suria France, traînant dans les dépôts, il ne cessa pas d'écrire. C'est à l'hôpital de Valloires, pendant sa convalescence que je l'ai rencontré pour la première fois. Grand, svelte, le visage hâlé par la vie au grand air, les cheveux noirs, la prunelle en feu, la bouche ardente, il représente le type parfait des hispano-flamands dont certains anversois ont à travers les siècles conservé le masque pâle et aristocratique.Causeur charmant, pétillant d'esprit, franc-luron et sans emphase aucune, il captive ceux qui l'approchent par sa franchise et la nuance de sa voix. Flamand dans l'âme, il a été un des premiers à stigmatiser ceux qui ont fraternisé avec l'en- 1. Les Flibustiers de la Mer Rouge. 2. Le Reliquaire. Quatrième fascicule ; 50 Centimes ■■■■■■■■■■■«■■■■■■■■■■■■■■■■■■i.iaïaiiiiaaiiiiRiiiiiiiiiaïaaiaiiiiiiBï • 21 «

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front gehört zu der Kategorie Culturele bladen, veröffentlicht in Paris von 1916 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung