Informations belges

414 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1918, 04 Februar. Informations belges. Konsultiert 13 August 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/fq9q23v89q/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

N° 595 4 Février 1918 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première le publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belçe. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les oommunioationa de aervioe : 29, rue Jacques-Louer, I-.K HA.VUE (Seine-lnférleure) frauce (xx) — L'Aero-Club d'Amérique honore l'cc a» » belge Thieffry. — L'Aero-Club d'Amérique vient de décerner sa médaille de guerre spéciale à l'aviateur belge, sous-lieutenant Thieffry, qui a plus de dix victoires à son actif. \ (xx). — Les Allemands déportent de» milliers de citoyans flamands sur le front de bataille. — A la frontière hollando-belge on apprend que les envahisseurs ont procédé à de nouvelles rafles de civils. A Termonde et dans les villages voisins, les Allemands se sont emparés des hommes et des jeunes gens. Ils en ont razzié 2,300. Tous ont été dirigés sur le front. Des opérations du même genre s'effectuent à Assenede, à Bouchaute, à Ert-velde et dans la région de Selzaete. On sait déjà qu'en vertu d'une nouvelle ordonnance, affichée dans maints villages des Flandrss, les femmes et les jeune filles doivent se faire inscrire au bureau du contrôle militaire. Cette ordçnnance jette l'émoi au sein de la population qui appréhende de nouvelles mesures de rigueur dont les femmes seront les innocentes victimes. C'est la manière allemande de veiller aux intérêts des Flamands. (xx) — Le bilan annuel de l'œuvre belge « Troost in Nood », de Fleasingue (Pays-Bas). — Il résulte du rapport publié par le Comité général belge des réfugiés en Hollande, que l'œuvre « Troost in Nood » (Consolation dans l'Infortune), grâce à l'activité de son Comité, a pu faire parvenir à destination 9,360 lettres et cartes expédiées du territoire envahi ou y envoyées. Des 2,12? recherches instituées, 1,772 ont été couronnées de succès. Le bureau judiciaire a examiné 658 affaires. Celui des logements a procuré un logis à 184 personnes ou familles. L'Athénée, créé par l'œuvre, est fréquenté régulièrement par 105 élèves. Par l'intermédiaire du Comité, 1,536 colis furent expédiés aux prisonniers de guerre, c'est-à-dire 300 de plus que l'année précédente ; les soldats au front ont reçu 398 colis envoyés par « Troost in Nood ». Le Comité s'intéressa également au sort des internés anglais et belges. Il fut mis en mesure, aussi, de distribuer 800 pièces de vêtement à des enfants indigents. Enfin, le bureau du travail réussit à placer beaucoup de Belges, auxquels il prêta son assistance dans 248 cas. (xx) — Une université au front belge. — Les Belges ont donné des preuves aussi diverses que nombreuses de leur initiative et de leur volonté de restaurer leur patrie odieusement envahie et mise au pillage, mais il n'en est peut-être pas d'aussi frappante que la fondation d'une université, au front même, à X... L'université est établie dans l'école d'X... : bancs, chauffage, éclairage à l'électricité. On y donne les cours suivants : rhétorique, poésie, lre et 2e moderne, candidature en philosophie et lettres. Non aisément, on l'imagine bien, des professeurs compétents furent trouvés. Le soldat, en état et désireux de suivre les cours, est détaché et mis en subsistance à une unité logée à X... même. L'université, envers laquelle MM Poullet, ministre belge des sciences et des arts, et le lieutenant-général Bie-buyck., notamment, montrent la plus grande bienveillance, compte près de 200 étudiants. (xx) — Les souffrances des Luxembourgeois sous l'occupation. — Us partagent le sort des Belges. — Le grand-duché de Luxembourg, envahi par les troupes allemandes le 1er août 1914, ne résista pas à l'ennemi par les armes et pour cause ; le tout petit pays n'a pas d'armée. La grande-duchesse Amélie borna la résistance à une solennelle protestation. Pas un coup de fusil ne fut tiré contre l'envahisseur. Cette passivité, pourtant, n'a point sauvé les populations des rigueurs d'un régime de terro-risation. C'est ce qui se trouve exposé dans le quotidien suisse Le Neuchâtelois, du 11 janvier 1918 : « Le 1er août 1914, écrit le Neuchâtelois, les troupes allemandes avaient occupé la gare frontière d'Ulflingen. Le lendemain, malgré la protestation du gouvernement luxembourgeois, le territoire du grand-duché était envahi tout entier et le général Tiillf von Tschefe und Weindenbach adressait à la population une proclamation imprimée à Coblence quelques jours auparavant et où l'on pouvait lire ces lignes d'un rare cynisme : « L'ennemi a contraint l'Allemagne à prendre les armes. Après que la France, faisant fi de la neutralité du Luxembourg, eut ouvert les hostilités contre l'Allemagne sur le territoire luxembourgeois — fait qui a été formellement établi — Sa Majesté s'est vue dans l'obligation pénible, forcée par la nécessité la plus pressante, de donner l'ordre aux armées allemandes de franchir la frontière ».

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Informations belges gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Le Havre von 1916 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume