Informations belges

174 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 02 Juni. Informations belges. Konsultiert 22 September 2019, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/696zw1cw89/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

N° 333 2 Juin 1917 Informations Belges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité,' n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 53, rue des Gobelins, H.E HA.VRE (Seine-Inférieure) France. (xx).— Le général Smuts fait l'éloge des troupes coloniales belges et rappelle les services rendus par le peuple belge. — Le général Smuts, dans un discours prononcé à l'Exposition russe, à . Londres, le 30 mai 1917. sur Le Nouvel Effort de la Russie, et reproduit parle Times du 31 mai 1917, s'est occupé de là Belgique en ces termes : « La Belgique, aujourd'hui, est foulée aux pieds par les Allemands, mais ce n'est ni de son choix, ni par sa faute. Le 'chancelier allemand lui-même a. admis qu'une iniquité avait été commise. Ils ne renonceront jamais aux fruits de leurs victoires, sinon contraints d'agir ainsi Je tiens à demander à nos frères russes de se souvenir de la. Belgique. J'ai eu l'occasion de voir dans d'autres parties du monde, les vaillants efforts qu'a faits la Belgique. Dans l'Est africain et dans l'Afrique centrale, j'ai vu des troupes belges, composées de quelques milliers d'hommes, combattant pour ainsi dire à côté de moi, combattant bravement, et bien et avec les meilleurs résultats. « En ce qui concerne le peuple belge, non seulement la, démocratie anglaise, mais toutes les autres démocraties du monde, devraient prendre parti pour lui jusqu'à la fin en raison des services qu'il a rendus. Mais, j'en suis sûr, rien n'est moins la volonté de la démocratie russe que d'abandonner son allié belge dans l'agonie qu'il endure à présent. Je suis sur que rien n'est moins sa volonté, quelle que soit la formule imaginée à présent pour trouver un chemin menant à la paix. » Témoignages directs.—La situation à Bruxelles à la fin d'avril 1917. — Pénurie de vivres. — Les ateliers de plus de 12 ouvriers ont élé contraints à fermer leurs portes. — Réquisitions. — TJn bœuf d'attelage coûte de 3 à 4.000 francs. — Des soldats allemands piétinent un prisonnier en fuite. La vie des prisonniers civils au camp de Senne. — Terribles brutalités.— Sacs à paille de 18 mois. — Vermine. — On mange l s rais. — Sans les biscuits du gouvernement belge, les prisonniers seraient morts de faim. Quatre Bruxellois de 18 à 21 ans— dont trois frères — passés en Hollande, à la fin d'avril 1917. pour rejoindre l'armée belge, ont fait la déclaration suivante : A Bruxelles, l'alimentation devient très difficile. Le blé doit être bluté à 97 0/0. Depuis le 22 avril, la ration de pain est portée de 300 à 330 grammes. Le riz u arrive que rarement Depuis un mois, il n'est plus arrivé de pommes de terre. Quand il y en a, on en reçoit 300 gr. par personne pour 15 jours. Pour une famille de 5 personnes adultes, le Comité américain (Comité Royal Néerlandais) accordait, pour trois semaines (21 jours) : 1 kilo de graisse, 1 i/2 kilo de pâtes d'Italie et vermicelle, 1 kilo de pois verts, pas de lard, pas de riz. Le Comité communal accorde 2 1/2 kilo de sucre pour 5 personnes pour 4 ou 5 semaines ; 1 kilo de miel au bout d'un temps.Ceux qui ont de l'argent peuvent se procurer de la viande à volonté. Seulement elle coûte 10 à 12 fr. le kilo. Le riz de fraude se vend 8 fr. 50 le kilo ; les haricots 10 fr. Très pui d'usines travaillent, les Allemands ayant obligé les ateliers de plus de 12 ouvriers à fermer leurs portes ou à travailler pour eux. Les Allemands occupent les usines Dansart et Bollincks et demandent des ouvriers mouleurs et menuisiers. Les Allemands réquisitionnent tous les métaux, poutrelles, barres en fer et tôles. Une nouvelle ré quisition de chevaux et de mulets est annoncée à Bruxelles pour un de ces jours. En ville, on voit beaucoup d'attelages de bœufs et d'ânes. Certains charretiers arrivent à conduire leur attelage de boeufs à une allure de 8 à 9 kil. par heure. Un bœuf d'attelage coûte maintenant 3 à 4,000 francs. Le fait ci-après a été raconté aux évadés par des douaniers hollandais et leur a été confirmé ensuite par un soldat hollandais témoin de ce fait: « Un prisonnier, russe ou belge, ayant essayé de s'évader une nuit delà semaine du ..au...., fut arrêté par une sentinelle à laquelle il lança un coup de poing. Quatre autres Allemands arrivèrent, ligotèrent le prisonnier et le lancèrent en l'air. Le malheureux retomba, à plat sur la face. Le sang gicla. Alors ils le traînèrent par les pieds en lui râclant la figure contre les cailloux. Les soldats hollandais ne purent s'empêcher de crier aux Allemands, « S... » (Saligauds). Le prisonnier est mort le lendemain après d'atroces souffrances. » Un déporté gantois et trois déportés liégeois ont donné les détails suivants sur la vie des prisonniers civils. « Au camp de Senne, les prisonniers civils étaient très mal traités. En juillet 1915, un des témoins s'étant présenté à l'appel avec les mains dans les poches fut puni et obligé de courir pendant 2 heures chargé d'un sac contenant 35 kilos de briques et de pierres. Une autre fois, en août 1915, pour avoir fumé une cigarette dans la baraque, il fut lié au poteau pendant 4 heures en plein soleil. Un de ses compagnons nommé X.... Bruxellois de 35 ans, marié. ayant refusé le travail en janvier 1916, fut mis au poteau complètement nu, en plein hiver, a 6 heures du matin ; à 8 heures il perdit connaissance ; on le délia et ou le reporta dans la baraque n° 8 où d'autres prisonniers le soignèrent comme ils purent ; 15 jours après, cet homme fut envoyé au camp de malades à Holzminden. « Au Kommando Kreeft, à Gevelsberg, après chaque évasion, eaux qui restent sont punis ; on les prive de colis ; on leur défend de fumer. Dans ce kommando, 3 militaires belges étaient obligés de travailler aux mitrailleuses Ceux qui refusaient étaient punis suivant le système indiqué ci dessus.»

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Informations belges gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Le Havre von 1916 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume