Informations belges

214 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1918, 01 August. Informations belges. Konsultiert 14 Juli 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/251fj2dj88/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

N° 768 1er Août 1918 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité^ n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. T.ps nofps rw.fnvYYi.at.inn. drvpn.t.p p.t. r)p.rs:n/nnp7.7.p. tip. sont nr fV.érl Ap.s H'anc.iin siffnfi. Adresser les communications ae service : rue Jacques-Louer, jl-k jh.a.wjk.*s ^eine-inierieure; rrance. Le roi Albert décore et glorifie le sous-lieute-nant Coppens. l'« as des as » belges. — (Front belge, 31 juillet 1918 : d'un témoin oculaire). — Une impressionnante cérémonie s'est déroulée mardi au front belge. Sur une plaine d'aviation, devant les appareils des différentes escadrilles disposés en ordre do bataille, pilotes et observateurs ont pris place sur deux rangs. Un bataillon d'infanterie est là, avec la musique du régiment. Aux abords de la plaine, la foule des mécanos et des aides forme des groupes pittoresques. Soudain, une sonnerie de clairons éclate, suivie de la Brabançonne. C'est le roi Albert qui arrive, accompagné du prince Léopold. Il vient remettre au sous-lieutenaut Willy Coppens, le héros de tant d'exploits, l'incomparable chasseur de « drachen », la rosette d'ofiicier de l'Ordre de la Couronne et la croix de chevalier de l'Ordre de Léopold. Après avoir passé les troupes en revue, le Roi se dirige vers Coppens, qui se tient à quelques pas en avant de ses camarades, puis d'une voix forte et claire prononce cette brève harangue dont on ne perd pas un mot : « Nous sommes réunis pour rendre un sincère hommage à votre habileté, à votre audace, à votre esprit de sacrifice. Là-haut, dans le ciel, vous avez montré ce que peuvent les Belges. « Au cours de cette longue guerre, l'aviation belge a rendu d'importants services à notre armée. Celle-ci sait qu'elle peut compter sur nos excellents pilotes et observateurs, que les périls et les difficultés n'arrêtent jamais. « Nous honorons aujourd'hui un héros, le sous-lieute-nant Willy Coppens, qui, fantassin au début de la guerre, puis servant aux autos-canons, a trouvé à l'aviation le chemin de la gloire. « Depuis le 25 avril de cette année, il a remporté vingt et une victoires. L'armée, la nation entière sont flères de lui. Au nom de la Belgique, je lui remets ces décorations en témoignage de gratitude pour ses incomparables exploits ». Le Roi épingla ensuite les deux croix sur la poitrine du jeune héros, le félicita en termes émus, faisant remarquer que c'était la première fois qu'il remettait deux décorations à la fois. Coppens fut chaleureusement félicité ensuite par le prince Léopold, par le lieutenant-général Gillain, chef d'état-major général, par ses chefs et ses camarades. Voici que des avions survolent la plaine ; les passagers agitent leurs mouchoirs ; l'un d'eux lance un parachute auquel est suspendue une gerbe de fleurs, hommage d'une escadrille au héros de la journée. Quand le Roi et le prince Léopold se furent retirés, Coppens se vit entouré par la foule de ses modestes collaborateurs, mécanos et hommes de peine qui lui dirent, à leur tour, leur admiration et leur dévouement. Comme on lui demandait quelles furent les plus fortes impressions de sa carrière d'aviateur, Coppens répondit, étreint par l'émotion : « Celle que je viens de ressentir aujourd'hui et celle que j'éprouvai, lorsque survolant Bruxelles au ras des toits, je reconnus mon père à une fenêtre de la maison. » L'enseignement au front belge. — Cours professionnels par correspondance. — A la liste des cours par correspondance — une des mesures prises en vue de la formation intellectuelle ou manuelle des soldats belges — il faut ajouter lès cours professionnels organisés par l'« Ecole au front », sous la direction de M. l'aumônier Van den Heuvel.- Depuis plusieurs mois, l'enseignement de la mécanique, de la métallurgie et du travail du bois fonctionne avec régularité. Ces cours sont subsidiés par le Ministère de l'Industrie et du Travail. (Voir I.B., n° 751). (xx) — Déportation de prêtres belles. — D'après l'Echo Belge, d'Amsterdam (30 juillet 1918), les Allemands ont déporté un certain nombre de Frères de la Doctrine chrétienne, de Malonne. Le motif de la déportation est inconnu. (xx). — Recrudescence des déportations à Gand. — 20,000 hommes auraient été enlevés. — Des Gantois, réquisitionnés par l'Occupant, travaillaient dans les usines de guerre, dans les entrepôts, sur les docks, etc., de la ville de Gand. Ces hommes ont été remplacés par des prisonniers de guerre mais, loin do rendre les ouvriers à la liberté, les Allemands les déportent sur tout le front de bataille, ceux-là et beaucoup d'autres. Les razzias ont recommencé. Les locaux publics, les cinémas notamment, sont brusquement entourés par la troupe et tous les hommes et tous les jeunes gens sont arrêtés, triés et déportés, sans même obtenir l'autorisation de revoir les leurs, fut-ce une seule fois. Les civils ne se risquent plus dehors qu'avec prudence et les mamans retiennent à la maison les garçons âgés do moins de 14 ans ! On estime à 20,000 le nombre des victimes de la plus récente razzia. Les Gantois ainsi déportés travaillent non seulement à Zeebrugge, mais encore dans les régions de Cambrai, de Saint-Quentin, de Valenciennes, de Maubeuge, etc. Dans

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Informations belges gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Le Havre von 1916 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume