La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

261 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 03 August. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Konsultiert 16 September 2019, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/zw18k76m12/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Vendredi 3 Août 1917 T.r« fc. ^ rT*n.srr y -a-un ■ru».vi!» -m~!J -J'■' JOURNAL QUOTIDIEN — Le Numéro : 1Q Centimes 4e Année. -- IVe 977 _ |J PRIX DES ABONNEMENTS 2 inoiî (août, septembre), fr. 5.10; 1 mois (août), !r. 2.56. îjgs demande» d'abonnement sont reçut* exçlust-t*men3 -par les bureaux et les facteurs des postes. — tés rê&amalions concernant les abonnements doivent Sire adressée» exclusivement aux bureaux de posta* iCBIRISTRATION ET RÉDACTIO#: Ct, Montapno-nox-Horbos-Potag*!-»». B1-OXIBH8S. LA BELGIQUE PRIX DES ANNONCES Petites annonce*, la Iign«, fr, 0.50. — Réclame.-avant let annoncest la ligne, fr. 1.25.— Cor^s dt journal, la ligne, fr. 5.00.— Faits diver», la ligne û*. 3.75. — Nécrologie, la ligne, fir. 2.50. — Voir des Eleveur#, la ligne, fr. 1.00* Bureaux de 9 A 17 heures. Direction et Administration : je° ,Wn <03. IKORESSÉE, DIRECTEUR LA GUERRE 1,095° jour de guerre A la violence do l'attaque des énormes masses de soldats anglais, qu'appuyaient leiirs alliés français, ont répondu les vigoureuses contre-attaques des troupes do défense et des réserves allemandes : la bataille en Flandre est devenue formidable. Tout d'abord, l'offensive des Alliés a eu ce résultat de La mettre, swr les vingt » cinq kilomètres du front attaqué, eu possession des terrains bouleversés qu'étaient- devenues, grâce au bombardement, les premières tranchées allemandes. De plus, à 1 extrémité septentrionale do ce liront, au sud do la route de S'ieeustraete à Dixniude, les I\ranyais ont enlevé et conservé Le village do Bixschooto, situé à 1,300 mètres de leur ligne de départ, ains; que lo cabaret Kortefceer. Après quoi ils se sont Atendus" au sud-est du village, eu- liaison avec les divisions anglaises compactas laucées à l'assaut entre les cliemins do foi Y pres-Boesinghej-Thourout et Y pres-RouIetrs. Après avoir, dans ce secteur, occupé Pil-kem, à. 1 kilomètre de leur front, tes 'assaillants sa sont avancés à un moment donne jusqu'à Langema-rck, soit à 4 1/2 kilomètres, ils se sont établis dans ce village ainsi que dans celui de Saint-Julien, qui est à 3 kilomètres de l'ancien front, mais des contre-atAuques énergiques sont venues les en chasser, réduisant leur avance sur ce point à une moyenne de 3 à 3 iy2 kilomètres, ot ne laissant plus en leur pouvoir que les hameaux de V erlorenhoek et do Frezenberg, qui sont le premier contigju à l'ancien front et le second éloigné de 2 kilomètres.Cest dans le secteur long d'environ 8 kilomètres qui s'étend au nord et au nord es t cFYpres que l'ofeehsive des Alliés a eu le plus de succès. Plus au sud, c'est-à-dire à lest d'Y pies entre la voie ferrée Ypres-Koulors et la route Ypres-Zandvoordjo-Comines, Hooge et le bois du Sanctuaire, contngus à l'ancienne ligne de front, sont tombas en leur pouvoir. Ils se sont emparés aussi de Westhoek, situé à 1 1/12 kilo-m>t:e au nord-est de Iiooge. Dans la région à l'est- d'Ypros, les Anglais évaluent eux-mêmes leur avance moyenne à 1,000 mètres. Au sud-est di'ïpi-es, leur attaque n'a guère donné ce résultats : seuls les villages de Hollebôké et de La Bassevillei, con-tigus au front, sont en leur pouvoir. En r'suiné, les premiers résultait» de l'offensive des Alliés en Flandre apjparais-sent plutôt réduits si on les compare aux résultats immédiats atteints par leurs pré-. cédantes offensives. Au surplus, en annon-çan* qu'après une matinée calme la bataille d'artillerie a repris vigueur sur le front en Flandre dans l'après-midi, le communiqué de Berlin du 1er août au soir fait remarquer que l'on n'en est encore qurau dé-burt des grandes opérations entreprises sur le sol belge. « * * La grande batailla engagée en Flandre n'a pas empêché da sirieux combats de s'en- i • gag< ~ sur d'autres serions du. - front de | l'OuesT.; Outre une vive action locale qui, sutr le front de l'Aisne, a valu aux Français un avantage au *ud de Filain, la secteu'r du Chemin des Dames a vu se dérouler entre Cerny et Craonne la forte attaque des Allemands dont nous avons déjà parlé hier et qui toi a mis en possession d'un labyrinthe de tranchées s'étendent au sud de la ferme de La Bovoie. Les Allemands se sont en outre empares, au nord-ouest do Verdun, de3 positions françaises s un 2 kilomètres de largeur et une profondeur de 700 mètres, ot ont récupéré d'3 la sorte, des deux côtés de la route Malnncourt-Esnes, lo terrain qu'avaient réoemmeat entamé les contre-attaques de leurs adversaires. * * » En Bucovine, lofeuisive de» Centraux progresse irrésistiblement à l'ouest, au nord et au nord-est de Czernowite. Les Russes s'y trouvent dans une position de plus en plus precaire, e»t ils ne parviennent pas davantage au sud-ouest à entraver le mouvement ofîensif qui fait avancer leurs adversaires le long du Sereth, de la Suczawa et de la Mollava et leur a fait reoonqu<Vir déj'i le tiers environ du territoire de la Bucovine.En Moldavie, la situation est inchangée •. de nouvelles attaques des Roumains ont ét*> repoussôes dans le val do Pntna, où. les Autrichiens ge sont réemparés des hauteurs qui g érigent au nord de Papsa. Le discours de M. Kibot ET LA PRESSE Berlin, 1er août : Do 1 Agence Woiff : M. l.ibot a dû se résoudre à s expliquer sur l'accord secret conclu entre le gouvernement français et celui du Tsar au sujet ci s territoires allemands. Il a tourné prudemment autour. de ces documente, qu'il avait, du reste, promis de publier il y a plusieurs miois, mais il ne peut nier que cet acojrd avait garanti à la France l'apipui des Russes dans ses visées _ sur l'Alsace-Lorraine et sur d'autres territoires de ia rive gauche du Rhin. D'après ces traitée, le pays rhénan aurait été, non pas annexé, au sens propre du mot, mais transformé, si tel était le désir de la France, en un L ta t-tampon français. C'est la première fois que oe fait est porté a notre- connaissance. On avoue donc officiellement, à la tribune de. la Chambre française, que les accords conclus avaient pour but des annexions de territoires. Bien que M. Ri bot irait nullement renoncé à ce projet de morcellement de l'Allemagne, il ose néanmoins opposer un ,,démenti formel" aux déclarations du Chancelier de l'Empire.' On peut "juger par là oe que valent les a!firmations du premier ministre français. M. Kibot parle dans son discours d'un 1 Conseil de la Couronne qui aurait eu lieu c lo 5 juillet 1914. Nous avons dès hier dé- ( truit cette légende, dont il n'y a pas un ] mot de vrai et dont M. Kibot no so sert ( que pour détourner l'attention publique do , la question des traités secrets. ( * -, * » ] Genève, 1er août : ( Du .,Journal de Genève" : Les questions posées par le Chancelier de l'Empire étaient fort habiles, mais elles ne concernaient pas des faits aussi nouveaux qu'il fe croit. Il est avéré, en effet- — et on le savait — que dès février, avant la chuto du Tsar, M. Briand avait reçu des Alliés la promesse que la France recevrait, certains territoires situés sur la rive gauche du Rhin et qu'il avait ootenu que celte promesse fùfc consignée 1 dans un document écrit. Ayant renoncé eux prétentions émises par le cabinet Biiand sur le bassin de la Sarre, M. Ri bot a pu mettre d'autant plu® d'énergie à proclamer , U droit de la France sur l'Alsace-Lorrair.e 1 et son discours a obtenu un grand succès. Même M. Caillaux et un grand nombre de socialistes, parmi lesquels MM. Renaudel et Sembat, ont vota l'ordre du jour. De tous les commentaires de la presse française, aussi bien que des ordres du jour votés par la Chambre et le Sénat, il résulte que la Franc© no veut pas d'annexions. ♦ * * Berne, 1er août : Du „Bund" : — La réponse de M. Kibot confirme en ordre principal les indications qu'avaient données le Chancelier et il resta acquis qu'un accord avec la Russie existe.Lo programme inscrit dans 03 traité), dont naturellement la condition préalable est une brillante victoire remportée par l'Entente sur toute la ligne, correspond-il réellement à ce que la Russie révolutionnaire entend par une paix sans annexions, ni indemnités, ni humiliations ? La réalisation en constituerait-elle la basa d'une paix durable excluant toute haine et toute idéo de revanche V' La guerre sous-marine .UOLUlLI, OX juaiiut/ ; A propos de l'intention prêtée au président du Conseil des ministres d'Espagne de faire mettre à la- chaîne, au Ferrol, un sous-uiarin allemand, l'Agence Woll'f rappelé les articles do la Convention do La Ilaye qui énoncent les droits et les devoirs des neutres à l'égard do la guérite navale et ajoute: — Jusqu'en ;uiu 191?, l'Espagne, se confirmant à la Convention do La Haye, avait écarté l'idée d'interner les sou^-marir.s allemands enlrés dans ses ports. Une puissance neutre ne peut prendre de mesures de coercition à l'égard de navires de guerre on groupe en les excluant de ses ports, et ne peut en prendre à l'égard des navires isolés que dans le cas où ils ne se conforment pas aulx règlements en vigueur. D^au-tro part, elle a le droit de renforcer les prescriptions qu'oile juge nécessaire d'êctic-ter pour assurer le maintien do sa neutralité, mais elle no peut user de ce droit qu^à la condition que l'exercice n'en favorise pas un des partis belligérants au détriment de l'autre. Si vraiment l'Espagne interdit l'accès de ses ports et d3 ses eaux territoiaUes aux sous-marins, cette interdiction ne constitue rien moins que la mise hoirs la loi que l'Angleterre, en recourant à tout les mensonges et à toutes les pressions, s'efforce d'obtenir en se disant qu'étant donné les circonstances de la guerre actuelle, cette miso hors la loi no peut s'appliquer qu'à des sous-marin s allemands. En la décidant,l'Espagne apporte à nos ennemis une aido incompatible avec la neutralité et qu'il s'impose da considérer comme un acte inamical à' l'égard de l'Allemagne. C'est sous l'inspiration de l'Angleterre et do la Franco que F Espagne s'est laissée entraîner à j>ren-dre cetto_ attitude, qui la fait pour la première fois dévier de la stricte neutralité. Nous n'avons absolument aucune raison d'accepter que nosi droits soient diminués au profit de nos ennemis. Nous n'avons absolument aucune raison de supporter, ce qui serait le cas si nous tolérions cette première mesure prise contre nous, rétablissement, n'importe où et n'importe quand, d'une &e-conde ,, Grèce'-'. Il s'impose dono que les protestations les plus énergiques soient a-ui-cssées à cg sujet à l'Espagne, d'autant puis que les décisions qu'elle a prises &ont, si l'on tient compte des cas d'avarie de mar chines, de détresse maritime, ou de manque d'eau potable et de vivres, absolument inhumaines oi d'un, caractère nettement hostile. Il appartient aux pouvoirs compétents do le fairo comprendre à l'Espagne. T - TT_ , ... . J, " * J-l-dyrv, ayuil : Le ministère de la marine publie le communiqué officiel suivant : — Le 2.7 juillet, le navire „Batavier H" conduisait à la remorque le navire à mo_ teur ,,Zeemcou'\v" à Hambourg. Lee dieux bâtiments battaient pavillon allemand. Près de Texel, an diahors de nos eaux ternto-rialeee, ils ont été bombardés par le soua-marin britannique „B. 35". Les dtoux na. vires se sont réfugiés dains nos eaux territoriales et ont été abandonnés par les équipages allemand^. Il résulta des observations de nos garde-côtes que le submersible anglais a pénétré alors dans nos eaux territoriales et a placé un équipage do prise à bord du „Batavier II", qui a été conduit hors de nos eaux territoriales. Lorsque deux torpilleurs néerlandais sont- airrivés sur les lieux, le sous-marin et le ;,Bata-vter II" avaient déijà quitté nos eaux; mais le ,,Batavicr II", qui faisait eau, a ét6 repoussé par le courant dans nos ea/ux et l'équipage de prise anglais a quitté alors son bord. Les torpilleurs a<vant signalé a(1 sous-marin qu'il devait respecter la neutralité néerlandaise, le submersible s'est éloigné. Le ,. Zeeraeemv" a été remorqué ensuite à Nieinvspied et le „Ba.tavietr II" a coulé; il sera renfloué par les soins du gouvernement. * ♦. * -rtiijôieruiiiin, jer août ; L'Agence Télégraphique publie lo teKta 3cs queslions suivantes qu'un député de la seconde Chambre a posées au ministre de la marine : — Les autorités maritimes savaient-elles qu|un convoi de navires allemands devait quitter les ports néerlandais pendant la nuit du 15 au 1G juillet 1 Auraient-elles pris des mesures pour protéger ces navires contre des attaques éventuelles dans nos eaux territoriales ? Dans la négative, le fait est-il imputable au manque de matériel \ Le ministre projette-t-il en co cas de renforcer la surveillance do nos côtes en mettant en li-^ne de nouveaux navires auxiliaires ? Y ivait-il des navires de patrouille, le 27 juil-et, au îarge de Texel, au moment où un 50us-marin anglaié a attaqué deux navires, m bien est il exact que notre neutralité ivait déjà été violée lorqu'esb arrivé sur les îeux le torpilleur parti du port de Nieu-vodiep ? Amsterdam, 1er août : On mankJe de (Batavia à l'„Algemeeci iaridelsbiad'' que, par suit- du manque de xDnnago dont souffre le commerce mondial, es ports des Indlos néerlandaises sont en-ombrés d'une énorme quantité de marcfaan-iisas qui ne peuvent être expédiées, ca qui nenaco le commerce de la colonie d un cataclysme économique. Voici une nomenclature les marchandises qui attendent leur avpédu-ion : 2.5 millions de tonnes de sucre do la écolte 1916-1917; 1.5 millions de picols de iafé; 40 millions de kilos die thé; 000,000 ballots de tabac; 2 millions de tonnes àa aoutchouc, de coprah et d'huile. » Copentiagus, 1er août : L-e capitaine diu vapeur norvégien ,,Chris-ianiafjord'', qui s'est échoué récemmonb près e Caprace a télég'rapliiô la 19 j Jl'at à Jhristiania que Te vapeur doit 6tr0 consi-éré comme pc^du; il est assuré peur dix lillions de couronnes. * * Stockholm, ior août : Au large do Dalaro, le vapeur a,U.emand .Ingrid Horn" est entré en collision avec a vapeur suédois ,,Bergvik" et a coulé. A l'exception d'un seul marin, l'équtipage tourfc entier du „Ingrid Horn", soit une trentaine cl/"hommes, et les deux pilotes suédois qui étaient à bord ont péri. * Rotterdam, 1er août : Le ,,Maaabodia'' annonça que le vapeur „Rumania", chargé de céréales, est entré ea coll'sion aveo un autre vapeur et a coulé. Londtes, 1er août : L'Aglence Reuter annonce que la Penin-sular Oriental Lin© a acquis l'hôtel de la Hapagi, à Londres, pour la somme de GJ>»000 livres1 sterling. L'Allemagne et les Etats-Unis Amsterdam, 1er août : L'Agence Télégraphique apprend'do Washington que les deux chambres d!u Congrès se son.t mises d'accord sur la nomination de M. Iloover, eni qualité de chef du département de l'alimentation, à la place de la Commission do trois membres qui avait été préconisée par lo Sénat. ♦ * ♦ i | Amsterdam, 1er août : L'Agence Télégraphique apprend de Washington que, d'après un rapport officiel, Lee importations et dts exportations def? Etats-Unis, pendant l'année fiscale écoulée le So juin, ont atteint le record de 8,938 millions de dollar®. * * * Londres, 1er août : On mande de New-York au ,,Times" : — La Commission du papier do la Fédération des éditeurs de journaux américains a conclu un accord avec lordl NortL-cliffe, suivant lequel Les papeteries de Terre-Neuve mettront à la disposition des petits journaux américains, qui payent actuellement des prix trop élevés, 80,000 tonnes de papier. Les événements de Russie Copenhague, ici- août : On mande de Pétrograd que les pourparlers au sujet du remaniement du Cabinet continuent ; les _ Cadets ont) consenti à outrer dans le ministère, ce qui aura pour résultat de donner la majorité aux groupes Dourgeois. « * * Pétrograd, 2 août : M. Kerensk1 a invité la population à livrer ses armas aux autorisés, « • • jreirograa, îer août : La „Gazette de la Bourse" croit savoir que le gouvernement- a décidé dka bloquer Kronstadt, le Con«ledl des ouvriees et soldats de la ville continuant à lui refuser oKissance. .w, Zurich, 2 août : • ' ! I On mande de Pétrograd à la ,,Ncue Zur-cher Zeitung" : w— Do noiuvolles émeutes onl éclatté à P'trograd les 27 et 28 juillet. Dca rencontres sanglantes se sont produites dans les rues. Le gouvernement a}rant immédiatement envoyé dies troupes sur les lieuix, une véritable bataille s'est livrée entre elles et les révoltés. A Moscou, la grève générale a été proclamée ; 60,000 ouvriers chôment. * ~ * n ■ Stockholm, 1er août : ' ! - D'après des informations dSe Pétrognd, de nouvelles mesures très sévères ont été prises pour enrayer la contre-révolution. La „Malenkaja Gazeta", organe à tendances monarchistes, a été interdite; la Lj/^re de gueire a été fermée et le président de l'organisme qui s'occupe des invalides, di qui a joué un rôle suspect au cours des dermers combats livres dams la capital^ a été arrêté. • * * TU.-vC1 ^ n ^,*,4 . Un incendie a détruit pour 2 millions de roubles de tabac et 3 millions de roubles d0 coton appartenant à la Banque du Commerce et de l'Industrie et à la Banque ûe Commerce sibérienne. * * « ' Pétrograd, 2 août : On mande de Kemena Podlolsk (Podolie méridionale) à; la „Petoogradskaja Ga-zetta." : — La ville est pleine de déserteurs, qui se sont enfuis en masse du front et qui assiègent la gare. Les habitants craiignent dey pillages. Toutes les administrations publiques ont pris leurs dispositions pour quitter la ville. • * * Ziuricii. 1er août : D'après la „Neue Zurcher Zeitufng1", les journaux finlandais, de môme que les voyageurs qui reviennent de Finlande, estiment que si la Russie refuse de reconnaître l'autonomie de la Finlande, celle-ci se mettra immédiatement en rapport avec les ennétais de la Russie et conclura une paix séparée avec eutr. * • * oi, auuu : D'api-ès lo „Nya Dagnigt Allehanda", le bruit court à Haparanda que le gxmveiue-menfc russe a l'intention de remplacer par des cosaques les troupes qui se trouvant actuellement en Finlande et- qjui, étan4 donné Qu'ils fraternisent avec la population, ne paraissent guère diwposùcs à ev.ô-cutôr les mesures sévères que le gouvernement de Pétrograd a l'intention de prandro. Certûns préteùdient que des sénateui-s t. «es diéputés finlandais seront arrêtés. * * Stockholm, 1er août : On mande dTHaparnnda à ,, Afienbladset" : — Les gardes-frontières de Finlande ont fait feu dimanche soir sur des Suédois qui qui étaient en canot sur la riviôrei-fron-tière. Cet- incident donne une idée de la rigueur avec laquelle la frontière est barrée. . * * Copenhague, ier août : On mandia (de P 'trogradl que le gouvernement s'occupe activement on œ moment de la question finlandaise. Suivant des ronsai-gnements de source autorisée il s irait disposé à accorder «à La Finlande une administration aui'onome, à condition qu'elle continue à faire partie intégrante de la Russ'e. T H T J-inflr.ni? 1 n-rt n Anf . On mande de Pétrograd à l'Agence Router que les chefs de? bolschevistcs ont été arrêtés à Hclsiugfors et leurs journaux saisis. * Stockholm', 1er août : De nombreuses informations farticulV-rés font ressortir la situation grave qui existe en Russie, et en Finlande. Des événements surprenants se sont déroulés récemment à Haparanda et dans la villo-fronti'-èra de Tor_ nea, où (plusieurs socialistes retour d» Suède, parmi lesquels Mme Alexandre Kolong'ay, membre du Conseil des ouvriers, et vin^t maximalistes ont été mis en état d.arrestation. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués des Puissances Centrales. Berlin, 2 août, r— Officiel de ce midi : Théâtre de la gueira à l'Ouest. Armées du feld-maréclial prince héritier RuppreCht de Bavière : Sur 16 champ ae> bai ail ;e en Flandre, l^s duels dj'artillerie ne sont redevenu.s violente que dans l'après-midi. Depuis LangomarCk jusqu-'à la Lys, avant de déchaîner, vers lo soir, de nouvelles attaques sur ce Iront, l'ennemi a pris nos lignes sous un violent feu roulant qui a duré plusieurs heures. Puis, de violents combats se sont djo nouveau, engagés, au cours desquels ^es divisions lancées au feu par l'ennemi ont été ropoussâes partout; à différentes reprises, nous avons meme) avancé nos lignes de combat par de fructueuses contrerattaques. Sur aucun point, 1'ennetmi n'a réussi à remporter des avantages; par contre, sous notre feu de défense dont l'intensité n'a pas djiminué, il a subi de fortes pertes sanjglantes et, au cours de nos con-ti'o.attaq.ucs, nous avons fait plusieurs centaines de prisonniers aux endroits oà il avait pénétré dans nos lignes. Après une nuit mouvementée, des atta-qjues anglaises djécl&ncliées de nouveau à l'aube à l'esç de Wytschaete, ont auesi échoué et onu coûte de fortes pertes à l'ennemi. Armées du prino^ héritier allemand : Sur le Chemin des Dames, les Français ont renouvelé ieujS assauts ^infructueux contre les positions que nous avons or> quises sur les hauteuivs situées au sud de Filain et au sud-est de Cerny* Pendant la-journée et durant la nuit, ils ont attaqué par cinq -fois nos lignes; ils ont été ro-poussés chaque fois par nos troupes aguerries.Sur la rive occidentale de la Meuse, l'ennemi a aussi prononce le soir une vaine contre-attaque en essayant de reprendre l^s position» que nous lui avons arrachées. Les nombre des prisonniers faits au cours dos combat» fructueux livrés hier dépasse 750; outra des troupes badoises, des troupes du Hanovre et do l'Oldenburg ont aussi participé glorieusement à ces opérations. Theâtre de la guerre à l'Est* Front du fel,d-maréchal prince Léopold (ia Bavière : Armées du général-colonel von Boehm-Ermolli : Dans ^l'angle formé par le Zbrucz et le Dniester, les arrière-gardes russes "ont été repoussées près de Soygoda, sur la rouie die Chotin. Au sud du Dniester, au nord de CaSrnowàtz, nos divisions approchent aussi de la frontière russe. Front du, général-<ooloncl archiduc J cs?-pli : Le front russe cède en ce moment dans les Carpathes entre le Pruth et le versant méridional des montagnes da Kelemon. A de nombreux endroits, les divisions allemandes et austro-hongroises serrent cfia près l'ennemi qui résiste avec acharnement. Nous sommes aux portes de Kimpolung. Entre la vallée d Oitoz et la jivallée de Casinu, l'ennemi, a mis hier encore d'importantes forces en ligne pour conquérir le mont Casinuliu. Pusieurs attaques, précédées d'une violente canonnade, ont échoué devant la résistance de nos troupes. Berlin, 2 août. — Oinciel d hier soir : Sur le champ de bataille en Flandro, après une matinée calme, le oombat d'artillerie est redevenu plus intense au cours db l'après-midi. Dans l Es:, dj'importants progrès ont étéj réalisés diains la direeltiion' de CzGrnovitz. « Berlin, 2 août. — Officiel : Sur lo théâtre septentrional de la guerre navale, nos sous-marins ont encor0 eoulô 24,000 tonnes brut. Parmi les navires coulés se trouvaient les vapeurs anglais ,,Va-letto" (5,871 t.), transportant une cargaison complète en Angleterre; „Leang Schoon" (5,807 t-), transportant, pour compte ô!u gouvernement anglais, des inarchandii?es di- ; verses d'Australie; CasQeton"J i(21,395 t.), transportant du minerai de fer de France en Angleterre, et un granid vapeur fortement chargé qui se rendait en Angleterre convoyé par des contre-torpilleurs. ♦ * * Vienne, 2 août. — Officiel : Front de l'Est. Au nord de la vallée du Casinu, l'ennemi a, de nouveau', échoué d'ans de furieuses attaques. En cet endroit), le 82e régimont d'infanterie, originaire de Szekoly, so bat avec sa bravoure habituelle. * Dans la régfion du canefour des Trois-Paye, nos troupes dans une brusque attaque contre les hauteurs occupées par les Russes, ont culbuté l'adversaire. Dans la Bukovine méridionale, nous avançons vers Kimpolung. Au sud-ouest et au nord-ouest de Czernov'ts, l'ennemi a fait un retour offensif, mais cette nouvelle tentative db résistance a été fcrisde dans des combats acharnés. Los Russes battent 0n retraite. D'autres progrès encore ont été r-alisés par les alliés dans le oouxie formé par l'embouchure du Zbrucz. Fronts italien et des Balkans. Rion^ de changé. * * Sofia, 3i juillet. — Officiel : Front macédonien. Canonnades assez intenses dans la région des lacs, dans la boucle de la C^erna et, par endroits, sur la rivo droite d'u Varcter. Dans la région de la Mogleua, près de Bahovo, un détachement dféclaircurs ennemis a été nettement repoussé à coups de fusil et de grenades. Dans la boucle do la Czerna, un avion ennemi a été forcé d'atterrir dans nos lignes après avoir été incendié par le feu de notre défenise spéciale. Front roumain. Fusillades près do Mahmudié. * Sofia, 1er août. — Officiel : Sur le front en Macédoine, assez violente canonnade. A l'est de la Czerna et sur les deux rives du Vardar, dans la région de la Moglrna, des détachements da reconnaissance ennemis ont été repoussés près de la colline de Bahovo et de Buyntasch. Sur la Strlouma inférieure, à proximité de Christian-Kaniila, des troupes de reconnaissance ang-aises, composées d'infanterie et de cavalerie, ont tenté de nous attaquer; clios ont été repouss'es par notre feu. Sur le front en Roumanie, près de Tul-cea, faible canonnade. Constantinople, 31 juillet. — Officiel : Sur la front giu Caucase, escarmouches de (rouilles seulement. Sur le front du Sinai, canonnades peu in-tenues près de Gaza., mais vives plus h l'est. Berlin, 1er août. — Officieux : La grande attaque prononcée par les Puissances occidentales en Flandre s'est iltendue depuis Nonlsclioote jusqu'à la Lys. Les Français ?e sont charges de l'ail© septentrionale, où ils ont récemment rcloviéi les BelgcP. Traversant le» champs d'entonnoirs de la zono d? défense, les Français sont arrivés, au delà, de la route L4-zorne-Dïxinude, jusque dans le râllage de Bix-s.'hoote, que nous avona repris par une contre-attatju©. Le Bl juillet, au soir, de très importante? forces françaises se sont de nouveau lancées à l assaui du vï.lage. qui est retombé on leur pouvoir. La ligne allemande enserre la localité 1 l'est et au nord. Les Anglais s'étaient chargé do l'oftenefrve principale et débouchant du eccbutr d'Ypr-s, devaient attlaqucr au sud en uiau-chanJ vers le norcL-e^. Ils sont parvenus, il est vi^i, à s'em-parep de nos positions lo*3 plus avancées bouleversées par 1© feu roulant- Mais dans la zo.ii* de combat du systèm© do d'ien^e allemand, l'inv p/-tueusQ contitc^attaque allemande les a touclufs. Les Anglais ont élô expuls's de Langomarlc et de Saiiiit-JuMen eft retjebés jusque derrôilro 1« Steenbeek. Plug au sud, les Anglais ont r^UcSi à s'aô..i"3bfuen des gains de tcjriviim. peu importants. Nous nous sommes maintenus à l'orbe oo-oidcntalo du bois d Herenthage. D© là, la pro-mièro ligna allemande se dirige en; c© moment jusqu'à Warneton et court paytâellemenfl encore dans notre ancienne position la plus avancée, par-tiallomtent dans les lignes préparées immédàa'le-ment à. l'arrière de celle-ci. IDe fortes atlat^neg erncanîc^, piononcl^s le 31 juillet, au soir, depuis le bois d'Herenthage jusqu'à la Lys, n'ont pas réussi à modifier la situation. ÀpriE un corps à corps sanglant, la position allemand© est resté© inchangé© dans son ensemble. L'appui que donnent les Français à. la grande olfcnsive anglaise ne se fait sentir jusqu'ici que sur le petit secteur du front en Flandro compris entre Nordsclioote et Steen&lraete. Sut le front de l'Aisne, les Français continuent à résister difficilement aulx attaques partielles allemand ©s. L'assaut que nous avons déchaîné le 31 juillet, à 2 heures do i'apr^.midi, leur a enlevé, sur un Iront de 2 kilomètres et line profondeur do 700 mètres, tout 1© système de tranchées qu'ils tenaient encore sur lo plateau d© Bot elle. Les prisonniers que nous avons fait appartiennent à six régiments. Les confre at-taquie3 quo les Français) ont prononcées jusqu'à 11 heures du soir ont été tout aussi vain<*3 que lej attaques françaises Qxécut'os à quatre re-priSos au sud de Fila in. LcS attaques quo nous avons pronono'es eui la rive occidentale d© la Meiase et qfdi, comimo nous l'avons . déjà signalé, nous ont valu des tranchées françaises sur un© largeur do plus de 2 kilomètres et utae profondour de "^00 mèlre'3, conPtitrent un succès allemand complet. * ~ Bei'lin, 1er août. — Officieux : Dtan/s l'angle formé par lo Zbrucz et le Dniester nous avons atteint la ligne Zalesie-Mielnica. Nos avant-gardes ont nettoyé le3 hauteurs qui s© dressent près do Sa-worow-OUchowicS. Entre 1© Dniester et 1© Prulth, la forte réwis tance russe n'a pas réussi à arrêtsr la maaclve en avant des troupes coali9'es. Les hauteurs dominantes situées au sud-est do Cae5ana ont été piis-efl d'assaut. Sur l©s deux rkves du Pruth, la résistance opiniâtre que les Russes opposai© ît jusqu'à présent à nos troupies, a aussi (M "bris e. Dans la région des Carpatugs boises, la march© en avan|t gennano-aujstro-hongroiso a atteint les localit'.s de Wegia sur 1© cours supérieur du Petit Sereth, et do Paltin, danfe la vall'e de la Suczawa. Au nord de la vallé0 supérieure de î& Putoa, d© fortes attaques ennemies ont «fié repouss'es et nous avons pris d'assaut les hauteurs qui so dressent au nor.ï de Papsa. Le butin, des coalisés ne cessa d'augmenter-Sur la voie ferré© d© Czernowitz, nous nous sommes emparés notamment d'un important matériel roulant, d© locomotives ot de -wagons chargé de matériel da guerre et dr matériel techniqu©. « * * Berlin, 2 août. — Officieux : Au cour3 des combats aériens qui oœt pr'cMé et qui accompagnent encore l'offensive en Flandre, les Anglais font l'impossible pour s'attribuer la supr-émafiO da|ns ies airs, en n>ot'tant ©a ligne sons aucun ménjageanlent, leurs escadrilles par mas/ies compactes. A granta hauteur, les fortes escadrilles anglaises ressemblent à des hérissons ; ©lies tentent de se maintenir au-des-sy8_ des _ lignes allomandes et des secteurs de la région situ o à l'arrière du front Grâce au violent bombardement et aux attaques des avions | allemands du type < Albatros > qui réussissent sans cess© à détacher quelques avia,tours ©inne-mis du gros de leur escadrille et à les des-condre, les pesrtes d© l'aviation britannique Sont proportionnellement élevées. En un jour Beule. ment, 23 avions anglais ont été descendus ; un autre Jour, une escadrille de chasso allemande a d.tiruit tout© une escadrille ennemie. Kos pertes pn avions Pt nn «rintanM • * "Vienne, 1er août. — Officieux : Los lignes des troupes coalisées se dirigent à Posent de Mddnica, par Zastawna et Oizechlibv, hauteurs qui s© dressent au sud-©st d© Alahowa ; elles traversent ensuite la orùte trans. vei«ale haute d'o 1300 mètres, pour descendre dans la voilé© d© la Suozawa, où cVes troupes austro-hongroises combattent au eudroueat do Fra. eiu pour forcer l'entré© du bassin de Radauta. Le frotnt travers© ensuite de3 montagnes hautes do 1,4» métros qui se dxassent dans la voil e do la Moldave, à l'ouest de Kimpolung., et s'a-morco alors, à 20 kilomètres environ au sud d© porna-valia, au front occupé antrieuxoment pâx les Russes dans les Carpathc3. Les armées dos coalisés continuent leur marche en avant concen. tçiTjue vers Czernowitz, 1© bassin d« Radajutz et la vi'i-l© de Seretli. Sir le plateau situé entre le Dniester ot le I ruu>, 1 ©nnenii clierclie à fortifier sa résistance on metf int d&3 renforts en ligne. Infatigablomeat, prononçant attaque sur attaque, les vaHUatntes troupes coalisées arrachent à l'ennemi, qui se dÀ. fond av©3 acharnement, posiUou après position. Dans les montagnes, les Russes mettent 1© plua possible à profit, pour leur détfenso, 1©3 avam-tages que pivsanf© 1© terrain ; maii, ici aussi, grûc© à des mouvepients tournants habilement exéeut a et par des assauts hérOïqupS, noa troupes invincibles leur ont en lové défilé a«rèe d file. 1 S.ur lo front italisen, 10 fejii do ll'artilleiû© ©st resté partout dans les limites habituelles. A l'e*: d Araboa, d© vaillanrts tirailleurs ont attaqué J-a postes ennemis ; les Italiens ont ou 6 tu'e. Près d© Prezzo, en Judicarie, nos troupes d'aSsaut ont réussi à capturer 2 offioieiis ©t 99 hommes. Communiqués des armées alliées iaiis, îop août. — Officiel de 3 heures: En Belgique, après no3 brillants succès ao la, veille, nous avons, sous une pluie torrentielle, consolidé les positions conquis^.Lutie d'artillerie soutenue sur tout le front dfâ l'Aisne. A l'est de Cerny, une j vigoureuse contre-attaque nous a permis do progresser ©ur plusieurs points et de fairo une-trentaine de prisonniers. Sur la rive gauclie de la Meuse, dans la région comprise entttre Avocourt et la côte 304, l'ennemi, après une préparation d'artillerie qui durait; depuis plusieurs jours, a attaqué ce matin les positions que nous lui aviows enlevées le 17 juillet j l'ennemi n'a pu atteindre que certains élémients avancés le notre première ligne, où il a été arrêté sous nos feux. Rien à signaler sur le reste dm front. » « * Paris, 1er août. 1— Officiel de 11 heures : En Belgique, sous la pluie persistantea nouls continuions à organiser les positions conquises. Au nord do l'Aisne, activité des deux artilleries principalement dans le secteur Craonne-IIurtefcise. À l'ouest de Cerny, l'ennomi a attaqué à diverses reprises, mais nous l'avons repoussé partout en lui faisant trenre nouveaux prisonniers. Sur la rive gauche de la Meuse, dans la région du bois d*Avocourt-Qôto 30-1, l'ennemi n'a pas renouvelé ses artfamies dfc la I matinée. Sur la nve droite, lutte d'artULe-. rie sans action d'infanterie. * V Paris, 31 juillet. —* Officiel de l'arméo d'Orient : Activité moyenne do l'artillerie sur l'ensemble du front. Rencontre do patrouille d'ans la zone de la Strouma. Des d t uohe ments bulgares qui essayaient d'aborder no.-. lignes vers Staravina ont été repousses. * * • Londres, 31 juillet. — Oinciel : Ayant atteint de grand matin drSjà le: objectifs qui leur avaient été assignés, no-, troupes ont poicx-. avec une très grande brr. voure, l'attaque au delà des buts x>riuiitif-et se sont emparées de Bixschooto et de positions ennemies établies au sud-cisc et l'ouest du village sur un front de près d; 2 1/2 milles, ainsi que du cabaret de Kor-tekeer. Dans l'ax>rès-midi, une conlra-atta-quo ennemie a été repoussée avec suce, a at centre et plus vers la gauche. Nos divisions ont pénétré, sur une 'pro fondeur de 2 milles, dans les positions aile mandes et se sont emparées des passage du Steenbeek, qui formaient leur ob:ecti final. Au cours de Jeuiy attaques, nos troupe,-ont pris d'assaut deux puissants syst-mc.-de défense ce l'ennemi et se sont- em^iréc-f des villages de Verlorenhoek, de 1 re/-enberg. de Saint-Julien et de Pilkem, ainsi que d< nombreux points d'appui solidement re.ran chés et de secteurs dont la d-ienso étai bien organisée. Plus au sud, exactement a: foyer central d'attaque, nos troupe^ ont at teint tous leurs premiers objectifs, notara. ment le village de llooge et le Ix;^ di-Sanctuaire. Ensuite, malgré la ^ésistanex opiniâtre de l'ennemi et les dKfiCultis (ju'ol fre le terrain, elles se sont emparées c village de Westhoek, situé à proximité d' la route Ypres-Menin. Dans celte r-'gion, o.. do violents combats se sont livras durn-n la journée et continuent encore, nous avon pénétré, sur une profondeur d'environ ui mille, dans les installations de defense d l'ennemi. Nous avons repoussj avec saccè un certain nombre de puissantes contre-attaques allemandes. Sur l'extrême-droite, au sud de la rout-Zillebeke-Zandvoorde, nos troupes ont at teint rapidement leurs objectifs ot se son emparées des villages de La Basse ville e de Ilollebeeke. Outre les fortes perles qu nous avons infligées à l'ennemi, nous avon de;à fait plus de 3,500 prisonniers ; à ci égard, il est du reste impossi Lie encore dv donner un chiffre exact. * # Londres, 1er août. — Officiel : Au sud du canal d'Ypres à Comine*. nous avons amélioré ce^te mut notre Ugr.v par die petits comUits. Nous avons efficacement repoiusc de contre-attaques dirigées hier après-midi e le soir par l'ennemi contre nos nouvelle positions établies près de la liasse ville e immédiatement au sud du canal d Ypies ; Comines. Plus au nord, à proximité de 1: voie ferrée Ypres-Rouiers, notre a rai 1er Le ; fait échouer cette nuit une autre contre-attaque allemande. Les opérations ont éfcé contrariées j>ar n mauvais temps. Depuis hier îrnui, ii pieu, à torrents. Cet-to nuit, à l'est de Bois-Grenier, non avons exécuté une heuireuse attaque. Sur la route Zillsbeke- Za /ivourde, nou avons légèrement progressé. l^es Allemands ont vainement tc iti d nous expulser de points importants. Toute fois, nous avons été forcés de retirer no troupes avancées de Saint-Julien. D'auto part, le3 Allemands ont réussi à pénjtrf. aa-ns nos positions les plus avancées éta blies près de la voie ferrée Ypres-Kioule>rs. Le nombre de prisonniers que nous avon faits hier dépasse cinq mille. * * Home, 1er août. — Officiel : Dans la vallée de Ciiiese (Judicarie), entre le Bate Premonte et la Cima Pal inc. après une préparation d'artillerie, des déta chememis ennemis ont attaqué hier matin -. l'aube nos avant-postes ; ils ont été repoussés et ont subi des pertes sensibles. Sur le reste du front, canonnades habi tuelles et engagements entre patrouille*;. Dans la région des montagnes, le niauva^. temps entrave les opérations. « * * PêtrogTad, 31 juillet. — Officiel : Au nord d'Husiatyn, des troupes ennemies, qui avaient passé sur la rive orien taie du Zbrucz, se sont emparées de deu de nos lignes de tranchées; t-outeccis, aprU -un combat à la bailonnettc acharné, eÎLlc^ en ont été rejetées et la situation primitiv; a été rétablie. Les tentatives faites pa l'ennemi pour franchir le Zbïucz dans le^ secteurs de Fukliany et de PodfiUpic oni échoué. Sous la pression de l'ennemi, nos troupe ont évacué Zalesczyki. Au sud du Dniester, l'ennemi a prif l'offensive eontre lo front de Zal'ascizyki Siniaityn; il a attaqué nos ].X)âitions, qu. ont changé de mains. L'ennemi a réussi à repousser nos troupes dans les environs d'Oroscheny et dk. Zasta-wma, près de Werenczanka et de Do-rouschuti?.Au coui'S dos derniers combats, la 3e di vision de tirailleurs finlandais et le régi ment d'infanterie „Proskurof;', qui a perd,, presque tous sas officiers, se sont parûcu lièreonent distingués. Sur lo reste du front, fusillades. Au sud de Riga, un avion ennemi a ét descendu par le feu de notre artillerie L'appareil a été détruit et les aviateur-ont péri. Ur.e escadrille d'avions allemands a lanc des bombes sur les gares de Wille;ka, d Holbty et de Zamerich. Sur le front en Roumanie, toutes les at taques prononcées par l'ennelmi au nordjdv. Valeputna-Kinupolung ont été reponsséles au sud de la route seulement, il a réuss à refouler légèrement nos lignes. A 10 veistes au nord-ouest de Sofveja les troupes roumaines ont conquis en eom battant les positions fortifiées établies pa, l'ennemi sur la rive djroite cto la Putna dans le secteur de Poyan. Sur le reste du front, fusillades. Sur le front du Caucase, la situation es inchangée. La situation en Grèce Milan, 1er août : Le ;,Corriere délia Sera" apprend que, 1 28 juillet, M. Vemizolos a notifié l'aiîhésk» de la Grèce au Traité de Londres, par leque les Alliés se sont engagés à ne pas côn clure une paix séparée. * * * Paris, lôr août : On mande d'Athènes à l'Agence IXavas — Le Roi a 6igné ini décret révoqunxdl président, le vice-président et six conSttl lers de la fîowr d* c?vsvMioa

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume