La Belgique maritime et coloniale

532 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 04 Juli. La Belgique maritime et coloniale. Konsultiert 25 November 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/z892808j4p/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

LA BELGIQUE MARITIME RT COLONIALE REVUE HEBDOMADAIRE (20™ année Prix : 25 centimes (35 centimes pour l'étranger) N° 27. - 4=5 juillet 1914 ABONNEMENTS : BELGIQUE : Un an . . . 12 francs ÉTRANGER : Un an . . . 18 » Comité de rédaction : Paul Musache, directeur ; H. Baels, secrétaire-adjoint du Conseil supérieur de la Marine; R. de Kerchove d'Exaerde, officier de Marine; Ch. Dezuttere, secrétaire de la Commiaaion de pêche marit. de la Flandre occ.;Eug. Gillon, ing. naval,membre du Conseil supérieur de la Marine; L. Hennebicq, président de la Ligue Maritime; Ch. Hervy-Couain, membre du Conseil aup. de la Marine Ch. Maroy, secrétaire de la S. B. de la L.M. B. ; J. Rouaaeaux, C. Smeestera, membre du Conaeil aup. de la Marine, à Anvers ; L. Teugela-Devoa, membre de la Commiaaion interprovinciale dea Canaux brabançons; Van Bladel, secrétaire de la L. M. B. R. Vauthier, conseiller colonial. Seerétaire-Administrateur : E. de BURBURE de WESEMBEEK. RÉDACTION-ADMINISTRATION 8, rue de la Tribune, BRUXELLES Téléphone : B. I807 BUREAUX A ANVERS : 22, RUE DES RÉCOLLBTS SOMMAIRE : Colonnei Notre pêche maritime en 1913 . 1 Enfin ! 6 Nouvelles et informations 8 Les chemins de fer prussiens et les tarifs de faveur • i3 Le batelier — Son bateau ; son industrie . 22 Yachting 27 Bulletin commercial 29 Notes financières 32 Avis divers 34 Notre pêche maritime en 1913 Comme celui qui l'a précédé, le Deuxième m.ppori annu\el de la. Commission d# p\êcli\e matitime de la Flandre occjtden-qui vient de paraître l, contient, d'après les dernières données, une étude statistique concernant l'industrie de la pêche dans notre pays et dans les pays voisins, ainsi que le résumé des délibérations et des travaux de la commission pendant la période considérée. Analyse simplement objective des conditions nautiques, industrielles et commerciales dans lesquelles la pêche maritime évolue dans le nord-ouest de l'Europe, le document en question est destiné à montrer à nos concitoyens l'importance économique de ce mode d'exploitation des mers, en même temps qu'il signale, d'après des constatations officielles, les innovations et les faits de nature à intéresser les milieux professionnels et les administrations compétentes. Les procès-verbaux relatent les efforts accomplis en vue de soutenir nos armateurs et nos pêcheurs dans la période difficile qu'ils traversent en ce moment. La Commission de pêche maritime fait ainsi l'opinion publique juge de ses membres et de ses travaux. C'est la meilleure garantie de sa vitalité. La concentration industrielle de la pêche est le premier fait d'intérêt général 1 Deuxième rapport annuel de la Commission de pêche maritime (1913). Texte français et flamand. Bruges, Vve Verbeke-Loys et Oc. Prix : fr. 3.50. constaté par le rapport. Le recensement de 1905 a révélé l'existence de 329 entreprises comprenant 447 bâtiments pontés. En 1913, le nombre des entreprises est descendu à 301 pour un total de 454 unités exploitées. Un plus petit nombre de propriétaires possède donc une quantité croissante de bateaux et ce mouvement s'accentue surtout dans la pptite pêche. C'est une réalité affligeante pour ceux qui rêvent l'établissement d'un prolétariat maritime, possesseur de son instrument de travail et agent d'expansion de notre marine die pêche. Et cette constatation est malheureusement confirmée par le recensement du personnel ! Pour la première fois, on constate une baisse du nombre des armateurs-patrons, et cette évolution se manifeste dans la partie ouest du littoral, pù la direction de la chaloupe par le propriétaire lui-même a toujours été la règle générale. A La Panne, on n'a relevé, en 1912, que deux propriétaires de voiliers qui n'étaient pas en même temps patrons, et en 1913 on Voit tout à coup 16 propriétaires abandonnant le commandement de leurs chaloupes à des tiers. Il est vrai qu'à trois exceptions près, ceux-ci appartiennent à la famille du propriétaire. A Co-xyde, Oostduinkerke et Nieuport, l'effectif des patrons-armateurs a diminué de cinq unités. Une tendance contraire se fait sentir, sous ce rapport, dans la partie est du littoral, principalement p. Zee-brugge, Heyst et Ostende, où l'on a re-llevé respectivement 8, 4 et 3 nouveaux armements dont le propriétaire est aussi le patron. L'équilibre qui existait en 191 2 entre les deux catégories n'en a pas moins été rompu au détriment des patrons-propriétaires. Leur nombre a diminué de 20, sans tenir compte des patrons de divers bâtiments temporairement désarmés.C'est la statistique du tonnage qui fournit une explication péremptoire de ces phénomènes. Les causes sont d'ordre technique et d'ordre financier. La tendance à employer des bateaux plus forts, qui se manifeste parmi les pêcheurs des ports secondaires, a sa source dans le désir (de s'équiper tant en vue de l'exploration des excellents fonds de pêche situés au large des côtes anglaises qu'en vue de l'emploi de la force mécanique auxiliaire. Le nombre des voiliers purs est tombé de 212 à 206, tandis que l'usage du cabestan à vapeur s'est étendu de 193 à 198 bateaux. D'autre part, le total des embarcations à voiles munies d'un propulseur mécanique auxiliaire était de 2 5 au 31 décembre 1913. Le moteur à explosion tient toutes ses promesses ; l'exemple donné à cet égard par l'Œuvre Royale de Vfbis a porté ses fruits. La prédilection pour les armements plus forts se constate particulièrement à La Panne, où toutes les catégories de bateaux de moins de 1 o tonnes sont en recul et toutes celles de plus de 10 tonnes, en progrès. Ce n'est qu'à Ostende que le tonnage moyen continue à diminuer par suite de la lente disparition des voiliers du grand type. Le besoin d'un outillage plus puissant et plus coûteux précipite Je mouvement vers un nouveau mode d'exploitation des chaloupes. En effet, plus les frais d'armement sont élevés, plus le patron rencontre de difficultés à se rendre propriétaire de son bâtiment de pêche, plus facilement aussi l'entreprise prend une forme capitaliste. Cette situation n'est pas de nature à favoriser le développement du cadre des pêcheurs. Voilà pourquoi la Commission s'efforce de réagir en préparant, au profit de la population maritime du littoral, une organisation rationnelle du crédit maritime. Cette préparation a commencé par l'élaboration d'une assurance coopérative des voiliers de pêche, d'après la formule rédigée par M. le représentant Hamman. Le procès-verbal de la délibération du 28 février 1914 porte que le projet est soumis à M. le ministre de la Marine, afin d'examiner si sa réalisation est susceptible d'être encouragée par son département. Espérons qu'une décision favorable jne

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Belgique maritime et coloniale gehört zu der Kategorie Financieel-economische pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1905 bis 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume