La gazette

343 0
25 Mai 1914
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 25 Mai. La gazette. Konsultiert 08 August 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/1c1td9nz1r/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Lundi 25 Mai 1914 Le numéro : CINQ, CJBJWr. L'EMUES partout en Belgique 44e année N" 145 (B AROIVMEMEWTS s BRUXELLES & FAUBOURGS : Dn an, 12 fr.— Six mois, 6 fr. 50.— Trois mois, 3 fr. 50 HORS BRUXELLES : On an, 15 fr. — Six mois, 8 fr. — Trois mois, 4 fr. 50 A L'ÉTRANGER : Les prix de Bruxelles, le port en sus. Les abonnements se prennent dans nos bureauca et dans tous (es bureaux de poste. LA GAZETTE AMMOKCES: ANNONCES ORDINAIRES s 30 centimes la petite ligne. RECLAMES (Après les spectacles) : 1 franc la ligne. FAITS DIVERS (Corps du journal) : 3 francs la ligne. (Fin du journal) : 2 francs la ligne. NÉCROLOGIE : 2 francs la ligne. Pour les annonces, s'adressa• au service de la publicû RÉDACTION et ADMINISTRATION: 86, RUE DU MARAld BRUXELLES. — Téléphone H f Rédaction A 182 Administration . . . * B 164-7 Les Élections Législatives RECUL CLÉMCAL Echec au Gouvernement La journée d'hier marque, pour le gouvernement, un grave échec. L'opposition gagne deux sièges, les deux sièges vaillamment reconquis par les libéraux du Lrmbourg. La Droit e n'a plus que 90 Vt>ix à la Chambre ; la Gauche libérale qui gagne les deux sièges de Hasselt et de Tongres et perd à Huy— à Huy où l'opposition malgré ea majorité formidable n'a pas plus de représentante que le parti clérical — le siège de M. Giroul pris par les socialistes, compte 45 membres au lieu de 44; les socialistes ont 40 députés au lieu de 39 ; les démocrates-chrétiens gardent leurs deux siège®. La majorité catholique à la Chambre est réduite de 16 à 12 voix. C'est un résultat appréciable. Mais la signification du scrutin d'hier, sa signification profonde, n'est pas là. Elle est dans les chiffres que l'on pourra analyser demain et qui, presque partout, marquent un recul sensible, un recul souvent considérable des forces cléricales. Presque partout le parti clérical perd des voix ; il en perd dans les régions industrielles, il en perd dans les régions agricoles wallonnes et dans les campagnes flamandes et lirob ourgeois-e s. On ne peut dresser aujourd'hui le bilan de ses pertes : il faut attendre les chiffres officiels. Mais on peut constater dès à présent la défaite du gouvernement qui voit diminuer, anéantir peut-être la faible majorité que le scrutin lui avait donnée dans le pays en 1912. Et le mouvement de désaffection a gagné les campagnes. Le gouvernement qui a laissé protester tant .de promesses faites en 1912, qui après avoir promis la modération a pratiqué la plus sectaire des politiques est sérieusement atteint. Eti plus que jamais la révision, qui permettrait de s'assurer clairement de la volonté du pays, s'imposera demain. Flandre Orientale A Gand-Eecloo _ "* ° - g - ' Mt" < p noyon-y v c m r> , 7 cléricaux. En 1912, les libéraux avaient 39,256 voix, le socialistes 22,899, les cléricaux 87,786. Il y a cinq listes en présence : celles des libé Taux, -des socialistes, des cléricaux, des flamiE gants et des socialistes dissidents. Le bulletin électoral comprend cinq listes la première, catholique, avec sept députés soi tants ; le n* 2, liste libérale complète dont troi députés sortants, MM. Braun, Meelielynck e Buysse ; la troisième liste est celle des socia 'listes, comprenant deux sortants, MM. Anseel et Lampens, échevins de Gand. Il y a une qus trième liste de cléricaux flamingants et une ciii quième de socialistes dissidents, dont M. Pierr De Bruyne est le candidat effectif. Les catholiques avaient en 1912 un surcroît d 7,643 voix, les libéraux de 4,909. Le siège di deuxième député socialiste est sérieusement nit nacé. ■Gand, 9 heures. Défaite cléricale Î16 bureaux sur 119 donnent : Libéraux, 17,200 ; socialistes, 14,Ç)00 ; cléri eaux, 20,700 ; flamingants, 860 ; socialistes dis sidents, 1,000. Les cléricaux perdent un nombre énorme d> voix dans les campagnes. A Deynze, ils perden 500 voix ; à LedebeTghe, 200 ; à Nazareth les li béraux gagnent 300 voix et les socialistes 450 ; Assenede, les libéraux gagnent 400 voix et le socialistes 300. Le gain anticlérical total est de 5,000 voix. 9 heures 40. Voici les résultats complets de Gand : libé Taux, 17,748 voix ; socialistes, 14,308 ; cléricaux 21,307 ; deux listes dissidentes environ, 1,00 voix. A Alost Cinq sièges, sortants : 1 libéral, 3 cléricaux 1 démocrate-chrétien. En 1912, les libéraux avaient 12,811 voix, le: cléricaux 41,402, les démocrates-chrétiens 12,735 Il y a une liste libérale, une liste socialiste une liste cléricale et celle des démocrates-chré tiens. Alost, 24 mai. La propagande de la dernière heure a été paT ticulièrement violente, surtout entre cléricaux et daensistes. dans le canton d'Alost. A la cam pagne, daensistes et woestistes en sont souven venus à des voies de fait. Alost restera le pays de la fraude et de la cor Tuption éhontée d'antan. Les opérations de voti étaient à peine commencées ce matin que déj; dans un bureau un courtier électoral clérical prétendait accompagner un mendiant dans l'iso loir, malgré ses protestations. On a signalé ui électeur disposant de trois voix qui est allé vote: dans un bureau pour partir aussitôt en aut< dans une autre localité où il a voté une second< fois. Ces cas ont été fort nombreux. C'est pa: •légions que des ecclésiastiques n'habitant pa: ce pays sont venus voter. Dans les cantons de-Ninove, Grammont, Her zèle et Sottegem, les opérations électorales s( «ont passées sans incidents notables. 7 heures. On craint que M. Rens, député libéral sortant, ne soit éliminé au profit de M. Plan-quaert, démocrate-chrétien, co-candidat de M. Daens. Alost, 10 heures. Résultat total : libéraux, 7.554 voix ; démocrates-chrétiens, 14,062 ; socialistes, 3,538 ; cléricaux, 24,531. M. Rens, libéral ; M. Daens, démocrate-chrétien ; MM. Woeste, Moyersoen et Béthune sonl réélus. A Amicnarde Trois sièges. Sortants : 1 libéTal et 2 cléricaux. En 1912, le cartel obtenait 11,828 voix, les cléricaux 23,876. Trois listes en présence : libéraux, cléricaux démocrates-chrétiens. AudenaTde, 24 mai. Jamais l'arrondissement d'Audenarde n'a vi an dimanche électoral aussi calme que celui de cette année. Si dans la semaine il y a ei par-ci par-là quelques violences, tout s'es apaisé. A Renaix, même situation ; aucun événemen' notable. 10 heures. Quatre cantons donnent 4,000 voix de gain auj libéraux. A Termonde Quatre sièges. Sortants : 1 libéral, 3 cléricaux En 1912, les libéraux avaient 11,226 voix, le: cléricaux 32,318 ; les démocrates-chrétiens 1,478 ■ Quatre liste^-en présence : libéraux, socialis tes, cléricaux, démocrates-chrétiens. Termonde, 24 mai. La physionomie de la cité et des environs esl extraoTdinairement calme. Grand'Place, les cléricaux ont tendu une im mense banderole avec inscription : « Pères d< famille, sauvez l'âme de vos enfants! » Dan: les églises, c'étaient, dimanche matin, non de: services religieux, mais des véritables réunions électorales. Termonde, 6 h. 30. ' L'élection de M. Van Damme est certaine. 77 bureaux sur 102 donnent aux libéraux 9,33c voix ; aux cléricaux, 23,186 voix. M. Van Damme est réélu. 9 heures. Il manque sept bureaux. Les libéraux ont déjà 11,134 voix, c'est-à-dire le .total des voix du cartel en 1912 ; les socialistes en ont 1,625, les démocrates-chrétiens 976, les cléricaux 26,652. Gain considérable pour l'opposition. Voici les résultats définitifs : Libéraux, 12,658 voix ; cléricaux, 30,914 ; socialistes, 1,731 ; démocrates-chrétiens, 1,029. Les cléricaux sont en recul de 1,600 voix. A Saint-Nicolas Quatre sièges. Sortants : 1 libéral, 3 cléricaux. En 1912, cartel 11,986 voix, cléricaux 42,754. Trois listes : libéraux, cléricaux, démocrates-chrétiens.Lokeren, 6 heures. Dans le canton de Lokeren, les cléricaux sont en recul de 167 voix ; le candidat libéral en a 424 de plus qu'en 1912. Le dissident a 70 voix. Samt-Nicolas, 9 heures. Les résultats connus assurent une victoire. Dans le canton de Sa hri-Nicolas, les libéraux S9£T- ".* 713 :1; , les' cY»Lat;x -en-prêtent 003. 9 heures 30. Les cantons de Saint-Nicolas, Lokeren et Saint-Gilles font gagner aux anticléricaux 1,386 voix ; dans le caton de Beveren, les cléricaux perdent 1,329 voix. 9 hsurfis 50 Résultat total : libéraux, 12,617 voix ; cléricaux, 30,849 ; socialistes, 1,659 ; daensistes, 1,082. 10 heures. Victoire anticléricale Résultat total : libéraux, 14,243 voix; cléricaux, 40,182. Les libéraux gagnent 2,257 voix. M. Persoons, qui était élu quatrième jusqu'à présent, arrive Troisième aujourd'hui. Hainaut A Mous Sept sièges. Sortants : 1 libéral, 4 socialistes, 2 cléricaux. En 1912, les libéraux avaient 23,324 voix, les socialistes 31,502, les cléricaux 54,336. Il y a trois listes en présence : libéraux, socialistes et cléricaux. Mons, 24 mai. La matinée de dimanche a été aussi calme que l'avait été toute la période électorale. Nulle part il ne s'est produit d'incident. Les cléricaux ont profité de la dernière nuit pour placarder des affiches. Ils ont même employé un procédé malhonnête : la plupart des affiches étaient imprimées sur papier bleu, avec le chiffre de la liste catholique et la mention : « Votez ainsi, » Dimanche matin M. Prévost, bourgmestre de Roisin, n'avait reçu aucune notification de la radiation des listes électorales du nom d'Emile \ erlïaeren. Le poète, malgré l'opposition des cléricaux montois, est donc resté Belge ; mais le secrétaire de la commune, on ne sait pour quelle raison, avait négligé de le convoquer, de sorte qu'il est resté à Bruxelles et ne s'est pas présenté à l'élection. C'est là le seul incident de 3a matinée de dimanche. 9 heures 65 bureaux sur 76 donnent ï Libéraux, 19,896 voix ; socialistes, 47,893 : cléricaux, 28,610. . . , 10 heures. Voici les chiffres complets : Libéraux, 23,554 voix ; socialistes, 56,001 : cléricaux, 33,208. « Statu quo ». A Charleroi Onze sièges. Sortants : 2 libéraux, 6 socialistes, 3 cléricaux. En 1912, le cartel obtint 126,921 voix, les cléricaux 50,695. En 1908, les libéraux avaient 29,871 voix, les socialistes 84,288 et les cléricaux 47,163. Trois listes : libéraux, socialistes, cléricaux. Charleroi, 6 h. 30. 15 bureaux dépouillant sur 120 donnent 4,132 voix aux libéraux, 12,640 aux socialistes et 5,748 aux cléricaux. Ces chiffres font prévoir le « statu quo ». — 10 heures 30. 58 bureaux sur 120 donnent : libéraux, 15,671 voix ; socialistes, 49,393 ; cléricaux, 23,064. Les anticléricaux sont en gain sensible. A Tournal-Ath Six sièges. Sortants : 2 libéraux, 1 socialiste, 3 cléricaux. En 1912, le cartel obtenait 56,999 voix, les cléricaux 46,930. Trois listes : libéraux, socialistes, cléricaux. 9 heures. Les cléricaux sont en sérieux recul : ils perdent 2,200 voix sur les chiffres de 1912. Les socialistes ont fait un pas en avant et pour les libéraux c'est le « statu quo ». Voici les résultats : Libéraux, 36,162 voix ; socialistes, 26,828 ; cléricaux, 45,126. Le gain anticlérical est de 7,000 vois. A Soignies Quatre sièges. Sortants : 1 libéral, 2 social tes, 1 clérical. En 1912, le cartel obtenait 42,767 voix., les e ricaux 27,630. Trois listes : libéraux, socialistes, cléricau Soignies, 24 mai. La campagne électorale a été menée avec t deuT et avec ioyauté par les libéraux de -l'arro dissement de Soignies depuis plusieurs mois. La nuit a été calme partout. Les jeunes gard de chaque parti ont collé beaucoup d'affiches. La journée électorale a débuté... à 4 heures < matin par un meeting flamand tenu à la gare < Houdeng pour les ouvriers mineurs des enviro: d'Enghien. Un orateur socialiste a harangué 1 ouvriers. Enghien, 6 heures soir. A Enghien, les libéraux ont 2,330 voix, les £ cialistes 1,317 et les cléricaux 3,928. Les clérical perdent 827 voix. Soignies, 7 heures. La réélection de M. Boël, le député libéral e assurée ; celle de M. Branquart, le deuxièn sortant socialiste, est probable. On sait que 1 cléricaux ont fait un grand effort pour e.-'say de prendre un second siège. 10 heure Les résultats connus assurent ie c statu quo 11 heures. Voici les chiffres définitifs : Libéraux, 15,04: socialistes, 29,785 ; cléricaux, 27,748. Les sortants sont réélus. Le gain anticlérical est de 2,000 voix. Les libéraux ont 15,431 voix ; les socialiste 28,908 ; les cléricaux, 27,667. A Thuin Trois sièges. Sortants : 1 libéral, ï socialist 1 clérical. En 1912, le cartel obtenait 38,329 voix, les cl ricaux 23,098. En 1908, les libéraux avaient eu 19,423 voix, 1 socialistes 18,276 et les cléricaux 18,711. 1 Trois listes : libéraux, socialistes, cléricau Thuin, 24 mai. Au cours du vote, il n'y a pas eu d'inciden sérieux dans les bureaux. Dans certaines communes industrielles, les s cialistes ont peint d'énormes chiffres, représe: tant le numéro de leur liste, sur le pavé des et. refours, des chaussées et des trottoirs. Dans l'arrondissement de Thuin, la situatic des partis est clichée, et il n'y a aucun chang ment possible en vue. 11 heures. Voici les chiffres totaux : Libéraux, 19,092 voix ; socialistes, 20,969 ; cl ricaux, 22,0a4. Les sortants sont réélus. Résultats : Libéraux, 19,094 voix ; cléricaux, 22,062 ; s cialistes, 20,969. L'opposition gagne 1,700 voi: Les libéraux ont 13,521 voix, les «ocialistc 90 745 • V»?-SSfy/ ^ —, JProvince de JLiége A Liège Treize sièges. Sortants : 3 libéraux, 6 soeiali tes, 4 cléricaux. En 1912, les libéraux avaient 39,986 voix, 1< socialistes 91,796, les cléricaux 56,489. Trois listes : libéraux, socialistes, cléricau et deux candidats isolés. Liège, 6 heures. Pour Liège, 30 bureaux donnent : Libérau: 4,959 ; socialistes, 5,294 ; cléricaux, 4,786. Les libéraux voient augmenter le nombre c voix en leur faveur, au détriment surtout d< socialistes. Oe gain est plus considérable encoi dans les cantons. Les votes de préférence sont allés à M. Jou: nez, libéral progressiste. 9 heures 30. 89 bureaux sur 117 donnent : libéraux, 14,65 voix ; socialistes, 15,936 ; cléricaux 13,904. « Statu quo » certain. 10 heures. Résultats complets : Libéraux, 47,128 voix ; socialistes,"88,928 ; d< ricaux, 55,152. Gain libéral tîe 8,000 voix 11 heures. La ville de Liège donne : libéraux, 17,810 voii socialistes, 19,015 ; cléricaux, 16,652. Voici les résultats complets de l'arrondissi nent : Libéraux : 47,128 voix ; Socialistes : 89,196 voix ; Cléricaux : 55,165 voix. Elus : libéraux : MM. Van Hoegaerden, Nei ean et Journez ; sortants socialistes et clér. :aux. Les libéraux gagnent 8,000 voix environ. A Huy-Waremine Quatre sièges. Sortants : 1 libéral, 1 socialist'. i cléricaux. En 1912, le cartel obtenait 39,724 voix, les cl< ricaux 29,844. Trois listes : libéraux, socialistes, cléricau? Huy, 24 mai. Pas d'incidents à Huy ni dans les environs, Dart quelques lacérations d'affiches. Celles-c ivaient d'ailleurs été apposées en petite quar àté, sauf sur les murs du collège épiscopal d 3aint-Quirin, qui étaient couverts d' « instru< ions aux électeurs » et de placards cléricaux. Au surplus, calme des plus complets. 7 heures. Le canton de Landen donne : libéraux, 1,714 socialistes, 1,556 ; cléricaux 3,191. 9 heures. Les cantons d'Avennes, de Landen, de Je ïiay, de Héron et douze bureaux de Huy don fient aux libéraux 9,027 voix, aux socialiste 17,579, aux cléricaux 17,197. 10 heures Le second candidat socialiste, M. Wauters, es ilu. On ne sait encore s'il élimine M. Giroul 01 M. Impériali. Les libéraux ont 10,250 voix, les socialiste 5,442 et les cléricaux 18,553. A Verviers Cinq sièges. Sortants : 1 libéral, 2 socialistes . clérical. En 1912, le cartel obtenait 34,622 voix, les cléri :aux 30,645. En 1908, les libéraux avaient obtenu 15,21 roix, les socialistes 18,929, les cléricaux 25,97£ Quatre listes : libéraux, socialistes, cléricaux ocialistes dissidents. Verviers, 24 mai. Jusqu'à ce jour les trois partis politiques al aient à la bataille sans ardeur, sans emballe nent, naTce que le résultat des élections sera >lait cliché. On savait ce que les forces électc aies respectives de chaque parti donnaient leux sièges aux cléricaux, deux sièges aux socia istes, un siège aux libéraux. Mais, tandis que les chiffres catholiques et li )éTaux progressaient à chaque consultation, ce ui des socialistes restait stationnaire, Cette fois, la liste socialiste est combattue paj une liste dissidente formée par M. Joseph Thiry un fondateur de l'Internationale. Cette -liste peut enlever aux socialistes les vois qui leur sont indispensables pour assurer l'é lection de leur second candidat. Nos associations avaient réservé leurs affiches pour le dernier moment. Les cléricaux conti nuent à évoquer le souvenir de la grève générale Le personnel du chemin de fer y est allé d'une affiche contre le gouvernement, malgré toutes les tentatives d'intimidation dont il a été l'objet Les cléricaux ont fidèlement observé leurs traditions en arrachant ou lacérant les affiches de leuTs adversaires. Dans les localités rurales, aucune affiche cte l'opposition n'est restée intacte. VeTviers, 9 heures. 123 bureaux sur 143 donnent : Aux libéraux, 14,348 voix ; aux socialistes, 18,272 ; aux cléricaux, 23,722 ; aux socialistes dissidents, 538. Ce sera le « statu quo ». Résultats définitifs : Cléricaux, 28,607 voix ; socialistes, 21,076 ; libéraux, 16,268.. C'est 1e statu quo. Limbourg Dans le Limbourg : Trois sièges. Sortants : 3 cléricaux. En 1912, les libéraux avaient 7,762 voix, les clé ricaux 24,914. Deux listes : libéraux et cléricaux. Hasselt, 24 mai. Les élections ont mis dans la ville de Hassel dès les premières heures du matin leur anima tion habituelle. Dès 5 h. 1/2, devant la Maison li bérale, Grand'Place, des autos trépidantes vien nent se ranger. Il y en a une dizaine et plusieur voilures attelées qui vont conduire les témoin; libéraux dans toutes les communes de l'arron dissement. Comme nos candidats ne peuven trouer de témoins dans les campagnes pour ; siM^iller en leur nom les opérations électorales il wrat bien recruter dans les villes tout le bataii loi^rd'hommes indispensable. Il a fallu ains troaver à Hasselt plus de soixante-dix personne ayant assez de courage pour braver ouvertemen le courroux des cléricaux et même pour s'expo ser aux mauvais coups des paysans surexcité: qui assommèrent il y a deux ans en maints en droits ceux de nos amis qui y étaient venus poui y empêcher les fraudes au moment du scrutin A Saint-Trond, il a fallu découvrir plus de cin quante de ces braves et à Tongres plus de cent Et le dévouement des nôtres est tel que cela s'es fait sans difficultés, les témoins maltraités il j a deux ans s'offrant les premiers à retourne] dans les communes où quelques-uns pourtant fu rent gravement blessés et subirent des incapa cités de travail. Cetie fois, il paraît que nos témoins seroni moins mal reçus. D'abord, les passions soni beaucoup moins vives ; ensuite, grâce à une in tervention de M. Paul Neven auprès de M. Ber ^ver, ministre de l'Intérieur, celui-ci a pris, as o , - - " *2-- c r 2- - -v v uu-ioiii respectés ceux qui viennent accomplir, gratuite ment, un devoir civique. Les autos pleines de témoins ont quitté Hasselt à 6 heures du matin. Il en est, en effet, qui doivent se rendre dans des communes fort éloignées, difficilement accessibles. Ceux d'entre eux qui dépouillent ne rentreront qu'à onze heures ou minuit ! A Hasselt, les opérations du vote se sont effectuées sans incident, dans le calme. La bataille des affiches a été nulle, les cléricaux ayant cette fois respecté les nôtres et n'ayant placardé eux-mêmes qu'une seule affiche rouge, avec ces mots en noir : « Votez pour les hommes d'ordre ! » A Saint-Trond, des banderoles ont été tendues de maison en maison, au-dessus des rues, avec cette inscription : « Stemt tegen de logiebaas Pe-ten ! » c'est-à-dire : « Votez contre le maître des loges Peten ! » Toute la campagne des cléricaux a du reste roulé sur ce mensonge : « M. Peten a été obligé par les Loges de se présenter ; en votant pour lui, vous le désobligerez et d'ailleurs, s'il est élu, il démissionnera en faveur de M. le docteur Sarolea! » A Tongres, comme à Saint-Trond et à Hasselt, d'ailleurs, la corruption a sévi : des propriétaires cléricaux, des membres du clergé ont couru toute la semaine et surtout le dernier jour de maison en maison. On a amené aux urnes tous les vieillards des hospices, les malades des hôpitaux et même des mourants. Les caramels ont inondé l'arrondissement. On en a jeté des milliers de kilog. en même temps que des milliers de cigares au moyen d'autos qui ont parcouru tout l'arrondissement. Hasselt a été mis en état de siège. La garde civique tout entière est convoquée pour dimanche soir à 7 h. 1/2 et pour lundi à 5 h. 1/2 de l'après-midi. La caserne de gendarmerie est pleine de gendarmes ; le bourgmestre a pris un arrêté interdisant toute manifestation dans les rues dimanche et lundi, sauf autorisation spéciale, c'est-à-dire «i les cléricaux sont victorieux ! On signale encore que les cléricaux ont tripatouillé abondamment les listes électorales.Quantité d'électeurs sont venus se plaindre de ne pas être inscrits ou de ne pas avoir Teçu leur convocation.6 heures soir. Les premiers résultats du canton de Hasselt donnent à peu près les mêmes chiffres qu'en 1908, ce qui est favorable. 6 h. 30. Sept bureaux de Saint-Trond donnent à M. Peten 2,109 voix contre 3,447 aux cléricaux. On signale des résultats superbes à Beeringen. L'élection de M. Peten est probable. 7 heures. Sept bureaux de Hasselt donnent un résultat meilleur que celui de 1908. Les libéraux ont 2,500 sroix, les cléricaux 6,250. 9 heures. Sur 29 bureaux, M. Peten a autant de voix que sur les 37 bureaux il y a deux ans. L'élection de M. Peten est maintenant assurée. 9 heures 30. M. Peten est élu avec un excédent de 1,500 à 2,000 voix. 11 h. 30. Résultats définitifs : Libéraux, 11,460 voix ; cléricaux, 27,574. M. Peten a 3,286 voix de plus qu'en 1912. A Tongres-Maeseyck Quatre sièges. Sortants : 4 cléricaux. En 1912, les libéraux obtenaient 10,070 voix, es cléricaux 43,758. Deux listes : libéraux, cléricaux. Tongres, 6 h. 30. M. Neven gagne 1,200 voix dans le canton de Meclielen-sur-M-euse et 600 dans celui de Ton-;res. Son élection paraît assurée. 9 heures. Les libéraux gagnent beaucoup de voix dans tous les cantons. 9 heures 30. M. Neven est élu avec un excédent de 3,500 ^oix. 11 h. 30. Chiffres totaux : Libéjaux, 14,9t> voix; cléricaux, 40,511. p Chez les libéraux Bruxellois » : A la Brasserie Flamande Dès S heures, la foule commence à stationne; rue Auguste-Orts, attendant l'affichage des pre miers résultats. A 6 heures, la salle de la Bras serie Flamande est envahie par le public im patient. M. Lemonnier, cjui préside les bureaux de'ls Ligue et de l'Association, entouré de MM. Crick Eeron et Foucart, proclame les quelques Tésul tats qui viennent d'arriver. Le public acclame les premiers résultats dv Liège ; mais les dépêches n'arrivent que lente ment et les résultats partiels que l'on proclams ne peuvent donner aucune indication. On lit un télégramme envoyé de Hasselt pai M. Saroléa ; il donne comme certaine l'électior de M. Neven à Tongres, comme probable celle d-s M. Peten à Hasselt. On applaudit longuement On applaudit également cette nouvelle de Grammont : les cléricaux sont en recul de 1,00< voix dans le canton. La nouvelle du recul clérical à Lokeren est ac cueillie avec enthousiasme. La nouvelle de la réélection assurée de M, Boël à Soignies est acclamée. On applaudit frénétiquement la nouvelle d< l'élection de MM. Neven et Peten. On crie • « Vive le Limbourg ! » Le bureau annonce que les libéraux gagnenl du terrain à Liège. Il fait prévoir aussi l'élimination du député libéral d'Alost, qui serai! remplacé par M. Planquaert, daensiste. Un télégramme de Termonde annonce la réélection de M. Van Damme. (Applaudissements.)Un télégramme annonçant, à 9 heures, la ré élection de M. Rens à Alost provoque un vif enthousiasme.A 10 h. 1/2, la vaste salle est arclii-comble, Après la proclamation des derniers résultats. M. Lemonnier prononce le discours suivant : Il nous manque encore deux résultats certains, celui de Gand et celui de Huy. Je pense qu'il est inutile d'attendre plus longtemps, Nous pouvons Tésumer ainsi les résultats : nous gagnons deux sièges dans le Limbourg (Longues acclamations), nous perdons un siège à Huy : . les cléricaux perdraient deux sièges. Le" résultat serait donc que la majorité cléricale de 16 vois tomberait à 12. Il faut reconnaître que c'est déjà un beau résultat ; mais dans tout le pays, nous gagnons un nombre considérable de voix (Nouveaux applaudissements); environ 40,000 voix nouvelles -sont venues grossir les listes de l'opposition. Les cléricaux étaient arrivés au pouvoir en se déclarant adversaires des impôts, de l'aggravation des charges militaires et de l'instruction obligatoire. Grâce à "îcûr majorité, gagnée on sait dans quelles conditions, ils ont décrété le service général et voté les impôts. Ils ont promis des pensions aux vieux ouvriers, ils ont voté un semblant de projet et l'ont arrêté atr* pDrï-és u-u cruui;, s Je vois avec joie que l'opinion publique a enfin entendu notre voix. Je,-,pense que je seTai votre interprète à tous en acclamant ceux de nos amis qui ont lutté avec tant de courage et tant d'énergie. (Longs applaudissements.) Acclamons ces vaillants parmi les vaillants : Peten et Neven. (Ovation.) Je suis convaincu que si nous parvenions à déjouer toutes les fraudes qu'emploient nos adversaires, notre triomphe serait assuré. (Cris : Vive la revision ! ») C'est avec leur majorité de fraude et de corruption qu'ils ont osé voter leur loi scolaire. (Cris : « Dissolution ! ») 45,000 voix viennent de leur répondre « A bas la loi scolaiieJ » (Longues acclamations. Cris : » A bas la loi scolaire ! A bas Poullet ! ») Us ne sont plus majorité dans le pays ; le pays résistera à leur loi. (Longs applaudissements.)L'horizon vient de s'éclaircir ; l'annonce de la victoire nous apparaît. (Nouvelles acclamations.)M. Devèze ajoute ensuite : Nous avions commencé la campagne électorale avec l'inquiétude au cœur ; nous attendions avec angoisse le verdict du pays. Au -lendemain de la défaite, le parti libéral est resté tout entier groupé autour de son drapeau. L'élection montre aussi que le scrutin de 1912 fut faussé ; elle montre que le pays s'est ressaisi. L'élection de 1914 an-êtera les progrès de l'adversaire. Nous reconquérons rapidement le terrain perdu. Le parti libéral sort grandi de la bataille. Cette bataille est pour nous une étape, ce n'est que le pTélude de la lutte de demain ; mais nous ne pourrons rien que si l'opinion publique reste attentive et qu'elle réponde à notre voix quand nous lui ferons appel. (Longs applaudissements.) La -séance est levée à 11 heures. La foule s'écoule au milieu du plus grand enthousiasme. Les Embarras d'un Présides Un président embarrassé, c'est le présiden Wilson. Il s'est trouvé, dès son arrivée à la Maiso: Blanche, en présence de problèmes extérieur importants et compliqués : la question d Japon, la question du Canal de Panama, 1, question du Mexique. Il n'est pas e-ans intérê de constater qu'elles ont entre elles d'étroit liens, au point de vue américain, et voici corn ment. £)n sait que la grosse difficulté internatic nale, du côté de Panama, était celle du cabc tage américain. Les 1 Yankees » estimaien que le canal ayant été créé en territoire amé ricain, à l'aide de l'argent américain, exéeii tant des plans américains, devait être consi déré oommo une voie d'eau intérieure et qu les Etats-Uni-si devaient bénéficier d'un ré gime spécial, la navigation de cabotage ayan droit aux exemptions de paiement. Mais l'entretien du canal, le paiement de 1; dette spéciale coûteront trèfi cher. Si les na vires américains étaient exemptés de droits les bateaux étrangers devraient en payer da vantage. D'où les énergiques protestations de l'An gleterrte, appuyée par l'Allemagne. Cet ac cord anglo-allemand provoqua à "Washington un assez sérieux émoi. Les gouvernants amé ricains sont, en effet, obsédés par cette idé fixe que le Japon veut conquérir non seule ment les Philippines, mais encore l'oues américain. Tant que le Japon est isolé, ils ni le redoutent pas trop. Et la plus sûre garan tie de l'isolement japonais, c'est la mésen tente des puissancee européennes. Que c désaccord cesse, que l'intervention de l'Eu rope en Amérique soit possible, que les inté rêts japonais se confondent avec ceux de l'Ai lemagne ou de l'Angleterre et la doctrine d-Monroe est gravement menacée. Or, c'était 1: troisième fois, en un an, que l'Allemagne, àT propos d'affaires américaines, i? déclarait pour l'Angleterre. N'en allait-il pas être de même au point de vue du Mexique? Le président Wilson fut ainsi amené, pour avoir les mains libres vis-à-vis du général Huerta, à brûler ce qu'il avait adoré et àf conclure une convention aux termes, de laquelle les navires américains paie: aient le droit de passage comme les autres. Or quelques mois auparavant il s'était déclaré le champion de la thèse adverse, affirmant que céder sur ce point .serait une hnmiiiatioo pour les Etats-Unis. Cette volte-face constituait un marché, que M. Wilson dut presque ouvertement confesser pour enlever le vote de la prear icre Chambre. Elle n'en indispoca pas moins vivement Jonathan H se pourrait d'ailleurs que le Sénat refusât de s'associer au vote et, dans ce cas, on en est déjà à prévoir la chute de M. Wilson. On reproche d'ailleurs à celui-ci diavoir agi maladroitement au Mexique et d'avoir provoqué _1 intervention des républiques .-ud-amé-ricames. Cette intervention est évidemment un fait considérable et de nature a. i ez déplaisante pour l'impérialisme « yankee :>. Do sorte que jusqu'à présent, M. Wilson n'a guère réussi qu'à indisposer tout le monde : ses -amis en abdiquant devant l'Angleterre efc en adoptant une politique impérialiste au Mexique, et ses adversaires en n'ayant pas une attitude énergique et nette et en acceptant l'intervention des républiques latines. Il est vrai que le problème n'est p:ir> résolu ot qne si la solution donne satisfaction aux intérêts américains, la fin excusera les moyens. M. Wikon sera peut-être, dans quelques mois, voué aux gémonies ou il sera un grand homme. L'ÉTRANGER- AîigEefeîre rwur m uunc Londres, 24 mai. — On annoncé que le gouvernement anglais a acheté pour 2 millions 200,000 livres d'actions ordinaires de l'Angle» Persian Oil Cy et pour 200,000 livres d'obligations de la même Compagnie. L'achat deviendra définitif dès que le Parlement l'aura ratifié. Grâce à ce secours du gouvernement, ia Coni-' pagnie pourra étendre ses canalisations souterraines, développer ses raffineries de pétrole ; ell« sera en mesure d'exécuter de vastes contiatc s'é-tendant sur plusieurs années, qu'elle conclura avec,le gouvernement parallèlement avec l'opération financière qui vient d'être indiqués. L'Anglo Persian Oil Company a été fondée en, 1903 1 ' • . p! .t ; - j> tr . y ; < x- , —- iii f " m cinq provinces. Le résultat de l'opération serà de faire du gouvernement anglais le véritable® maître de la compagnie. Cette initiative du Cabinet de Londres (pour trouver un précédent il faut remonter jusqu'aux achats des actions de Suez en 1876) indique qu'il entend s'assurer en Orient les approvisionnements de pétrole réclamés par la flotte. C'est dans ce même esprit qu'au cours des négociations avec la Turquie, le gouvernement anglais s'est fait promettre do vastes monopoles en Mésopotamie, en Arabie en Anatolie. Séance L'abbé-maire Hazebrouck', 24 mai. — L'abbé. Lemire a été eiu maire d'Hazebrouck et M. Bonté, ex i-gérant du « Cii des Flandres », a été élu premier adjoint.Les accidents d'aviation Vichy, 24 mai. — Le capitaine aviateur Voisin, avec un aspeur comme passager, est tombé d'une hauteur de 4fr-«;ètres. Les deux aviateurs sont grièvement blessés»-^— Places réservées Les débats de l'affaire Caillaux passionnent le Palais et même le public. Déjà, de nombreux amateurs songent à retenir leurs fauteuils pour assister aux débats, et s'il faut en croire les stagiaires qui ne respectent Tien, certains gardes du Palais commencent à prendre les commandes. Presque sous les yeux du brave commandant militaire, qui, naturellement, ne s'aperçoit de rien, ils discutent froidement les p i:.. Pour -assister à toute l'affaire (une place assise), oe sera mille francs ; à une audience, cent francs ; pour apercevoir cinq minutes l'accusée, un louis. Un avocat conte qu'un garde lui faisait l'autre jour cette confidence : — Avec deux affaires comme celle-là, je ferai une gentille petite dot pour ma fille. Mais c'était là sans doute une simple plaisanterie. Les gardes du Palais sont incorruptible» et les stagiaires gens facétieux. L'occupation du Tsoul Rabat, 23 mai. — Tazza, 19, par avion de Tazzt. à Rabat : Les victoires des 10 et 12 mai amenant la soumission des Tsoul ont déblayé Tazza et M'Coun. Il reste encore, entre Meknassa, Tazza et M'Coun, à réduire la tribu des Riata, très guerrière, dont la moitié seulement a fait sa soumission. La plupart des villages de cette tribu sont situés dans des montagnes d'un accès très difficile, et les opérations seront vraisemblable ment pénibles. L'itinéraire de Fez à Rabat par M'Coun et Meknassa fut adopté de préférence à celui de la < vallée de ITnaouen, plus court parce qu'il nej soulève pas la question des Beni Ouarin, une* des plus fortes tribus du Maroc, des plus jalou^l ses de son indépendance et pouvant disposer de 4,000 fusils. On a trouvé préférable de sérier les questions et de convaincre séparément chaque tribu de l'inutilité de la résistance et d'étendrel progressivement l'influence française au lieu dfl heurter d© front plusieurs tribus coalisées. Allemagne Un essai volontaire de R. P. Strasbourg, 24 mai. — Les différents partis politiques organisés de Strasbourg se sont mis d'accord pour faire un essai de représentation proportionnelle à l'occasion du scrutin de ballottage des élections municipales. Le premier tour de scrutin de dimanche dernier sert de point de départ avec le nombre de voix obtenu paT tous les candidats de chaque liste. Le total divisé par îe nombre des sièges à pourvoir a donnéi le diviseur électoral et une simple opération de calcul a déterminé ensuite le nombre de sièges revenant à chaque parti. Les comités ont désigné les noms des candidat® à porter sur la liste unique qui sera soumise à l'approbation du corps électoral. 11 n'est pas

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La gazette gehört zu der Kategorie Liberale pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1871 bis 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume