La Métropole

817 0
07 Oktober 1914
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 07 Oktober. La Métropole. Konsultiert 09 Juli 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/9c6rx9475p/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Il: •' l nk i le non LA M ETROPOLE \ ,. 5nÉf leiiMro : S *>»;■ ■ •: •• •• ,t, ^ I 21e Année No 280 ECtSi-Hœsio. E3 Mercredi 7 octobre 1914 r W==. . V*~ • LA GUERRE g^g^jBMBMMMMaHOSart'CirMWaSSBDi X " I Vigoureuses contre-attaques I . i Sur la .route.de Gand ILa situation à Anvers os! grava i Anvor*, marcS 6 octobre 10 liourea do set 1satwrifon à Anvers e*t grave. L« lac | kxaant fioind De Guiia, oommandoeA I position fortifiée, a ûdreesé os eoàr &' baurgjmaartree ciee communes oompm» d» b position fortifiée la. lettre que voici: J'ai l'koncur à# porter à 1* oo£in*i&»iŒ Il la popuàsuioo que W boffûb&JxiAiii&ut FaggiouM«wtiGO d'Anrars essi immineeri,.-, « 13 es* biea entendu que la menace . fsxséciït&on d?a bombe-rdemeai n'auneet 6 pra« in&«*ace sur la durée de le r<6eiat»n fut s-ira «enduite jusqu'à la darnifcre esta Buté. » Les personnes qui veuleni se coutffcrai ^ux effet» àu dit bom&aaxUanea4 sont prit de as repérer, daea lie piœ l>pef d&oi, ùi sa direct&en da Nord ou du Noad- ! iHOgO'4 ■ EUS LEFBORÏ Entra WaaHnos sî Usrr (De notre «nvoyé spéoai) OuiitiA] 9 — Ls ivuiJvii * rage pttkNfrt touto ki journée sur la Hgi de û Nctue, <ri aurtout entre WsûwLooe (eut Bonfciok ae Weftiiiem) «fc lierre. Le duel d'wtill«ri& s'«et poursuivi arec e irai». 1(» «hroçcclè» baia«* tccabent «a dxb bre clans W* lignes ennwniea. Notre beA captif din#Ntti le tir arao une grande efi jacô&à, fpr%c« au tempe olair. N<« aviateur» a.u»ci c*it CO«*mu4 h foi in sdrnirabie service. A certains moment iisatre d'antr'eux survolaient «ai m «ni# tem; ics pôetioèi» ennemies. a Nos obueiers csat fait de terribles ravag loirs Us irenrlwie» aSemsndas. Nos TShjjiai»*e soldat-» se sont be.tt«s «7< tûÉroieme. Leurs mitrailàeUeas surtout ont i Ësjp> <3 9 ymwje pertes aux AUeenands. Ceux-ci b'ob£ pas réussi à percer nos ! paes. La aêtjufvtion fret iudAcûe. c«rtM.;j i r.oufi aro2i3 coatinui à pro^seeer i jfer otrj.'Mt. Ë'stras«ni fait apparmnniçnt fin ^rasad e fert, maéÉtâout ir^lique qiïe noua réuneiroffîa jo«tft?îir m furie™»» attaques. Ori a oo?>tiîî.îj4 d®s.rru7:<vr le champ ô# t forts h Wocfce*.1. Piustouirs inai.vu'«_on4 é ;-r notre g»aîo. C'e«t la d entendis c© soir \ Anveia. Sur la routa le lie: (De notre envoyé spécial) 1 Nous Erreras pouasé jusque Gand pï :6fc-N'icoW «t / xn coùri de route-,- calino pîaft. Q&nd, fions apprenons que des p; bouilles de cuit aigrie allemande scoi a &.% iJu côté de V/ctteren et de Deyii^ A Sehoonaorde, la fabrique de produi Puniques a été incendiée par nos troupe pou/- dv^s raisons majeure*. Elle brû!« c f.- mooiwt, dc^A^eant d'épais nuages c (nMde noire. Soi revectact de Gand sur Anvers, ui miliWre serrant au ravitA-ilkriaiei et portant i» n. 24407, au tournant à l'es br'i du rillaf^e d* Beloele, s'est jetéti, c T^alant éviter une petite charretee, toi tr« une «r/jôiooo. b* cbauffmir s'en eni tiré avec qu»kju* cantusioee, mai* lo maréchal dés log. ^1... Gustave a ét^ tué sut le coup. V wt sous-offiôier, De Sch... est dîins a état déa**.r)tré. Qu&nt à l'au«o, elle est en miettes. Un télégramme de villes russes an pré si dent de laCkambr M. Sali<41ae'r% président de la Chambi vient dt> psoeroir le télégramme suivait Hoosieur le Président, Anvers (Belgique Lo Congrès municipal de« villes de i îlastsie envoie se« plus ardentes salut; tions au peuple belge dont l'armée g!< rieuse se bfs-t cdte à côte avec l'armée ru;* ajamt uobl® but wî^ délivrer l'univers d ioi.3 du( militarisme. Nous espérons qi k victoiro sur notre ennemi sera con plèt-o. Son succès nous repo-rcerait comu ïioua l'ont montré les événements de Los v^in, de Reims et sur le« champs de bi taille, au twnpa du barbarisme du moyea âge. Le obngrès exprime son plus fervei espoir qu« l'effroyable guerre d'aujou: d'hu* ssra la dernière dans notre histoij «t qu'il «i résultera l'idée de la fratomil ^-3 j>eupl-»s et la renaissance de la liberté (s.) EGHELNOKOFF. i £!hef représentant du Congrès ' La situation Ses alités Ur.a vus d'ensemble Parfo, 4 ocJtoîxie. — Depuis h'vw il n^rrivn pius de TïouveftftS dt» eaivaroos. d'Aims, mai: t. uai voya^Jiwjr vamnt d» Dcaa» mftpoœo qu/ l'on src bat autour da coéfco viiie, et m&ena daft; ■u kx vîtèe. SA oeia est vrai c'est une esxeStetKte nca> ^ \,^Se. Si fcs Ffswvçafs «pont arrlwSs à Doisad er Qé fcjrcEi la sitiM'tkjn de Vs^be dmit* de V&vn\b du oéoiiSrsl ven Kknck do*t 6îre àJsemf>éf^x w tsrvcKs la j^ os de t'arrnée fpnoenb dstni le oenire court le r»^ju*> <îe vocr couper «a con^niaiicadooa et de fiianqwsr de vîw^ês shv que <3« rrvurs rfarw. >ti Les AHatnsw&da oczib ea face d'un dAûsttms u. I li pcurreieiet. vua>i5orcer feisr al?e droite di côté dt bi Belglgue. s^s ®r^ soie l'arro^ ba-i^J ^^êrevk ausssiôt <i 'A<w*r^ & ^ atn^ttrttiraàt fea dfcwofismesss rmsfféi <a* ?o<rie^e D^sAJtir» pft t si ranwé® du voa Kkick ïw . r«^xxt pra% (ki r«îife«rts sa ttufe aaiut îa rciraû'iô C£ii tourr^àTak cfi&Tiisàr» mtMttf au déwastre, t*f L«s rwftsa se-at bioqu'des. Pas e«rpe <îi troupes «ont coupée et masssîaorés par partie» La* oin*; qiâ îcwrifivnt ofct-ïw o» — ia mort i*i^r:^ur d'ettx fe# tsroo p««. Où quli «e toixmp la ifléreAmi c&tztr&yH trouw de/î croiipû» impçsàw <w» otan $i<ktr^»iew M ft n>çu tow.1,; W reutét^ç» peaj&ito et oz'jCi, jx^ni, ii uw e» iraum en irvjwibr®. La »«vr3AS»^> du V c<xrché ov«c i» do 0br£U Qiri s^fcartd ccot*iusîi««y3« peaj^suêt soi .c>WÉt'.in imsoKib^i. Î1 a os&tvyà <fc> «V or*osei «a éft«re:lar«t yson trcsK. 14 a i»iî et S foiit erj. c<*-o soa pOi«ï6irt:0 Q!ic&ïr>e ; p>r<sa«î<. pour brîsar îa kaam dxs 4-t Cftâ n»«Brrwt et K. Awv v.-zvj 6rsSK ?is Qîi'on c* 9si3**k z&?e: louer, tes Fs-arcai* or* «rai tôîe à o*» <rffort& Avec urce c* uoo vs^uana- Qttt v coroWuao b mor«wl IsnA^aa e-w |t'. mervwiïà'Ais, sSrM ont ntvSKÀ dans fc* (&»M4few ^ cki nord. L& stui «jw>ir <to vea K&jck e& d'avancer verc fe nomi «usai K de ®e joSr.drv à i*arm& &3ue.y> 3tkî« «an SaJ^kju» aiqfm«®AÔ< „ <J« toi29 >8^ rorvterts fkV;K?r^S-fto. Ce ?wi'ànTû ?> -tK pr«ka^=?r rs^aitt de soi ' forcée vcsti^ai® À uî mort. Son soîs^s f«ra d<>-truks ou ca^frturé» hanmc pçw bot*i3»e^ pea-ît t-Miir esTcoro quf*&q?j9 temen et rmfneiœn sir>sî <V> q».5c^cjs.»T? a»nî«-«T»a aa fer- ctr^itr.-r Et \trsc fois ÏNkA» 'érrâ!* ofiioîwïfa» au'e^vl'çn-; dra-<-il du oera&re <b l'arméo aâwnesiicfief ^ 5">«una un «««^. un pay« cyuâ pwîtf lui proexiror fort peu .-mî powi* d<> rî^ la etibwatsjrvce,  tror.wws» du ew'fcm dc^vwu " coc; ipS'sr »ur ur.* »w>9e de cfewnsn ds fa CPU \H"^j rompis ch*rg» droar/.#^ peut c!-A-. traire. Ur» »t4fcque vî#our«uw <k> j --u d's'.Hfcos bividî v, «4 c® d« fer p,»wT R -krs déacrguTÛsS «tû&sm lcns^w:i{w pour siïa- ui«r l'armé aikoiiinxJo. ( cD*»% Ha^») ; >— _ La disette en Allemagne | ^^ponhftgpus, 2 octobre. — A la frontiè } ro ouest do l'Allsmagne, la population » civile iXH*urt; prwtque do faim, es raison do la quantité de vivres qui doit être envoyée sur le fro»& 51 Un riebs kabko.-cjt de DfeseMorf a écrit à des ajnls aoandinaves pou? leur d^siaai-der d'envoyer des Wçumeo «a cooe^rve, Y cîs.r, «a, for tu r;-, i? ne pe«i pa& '* arriveàr à z* procurer ?r~*?z à nwHn@cr. La ^ saisie, répété, da Fortrir^s, et les mîy-s; mations privées parlant *ii> défaites aile* -s làacdî® oïit aa.ii de l'alarme parmi le>. socialistes i»teiliî«its, qui l»T»0ï::t un ta c<^nit4 eixarçé de visiter ki pays n44ïtre*^ pour insisfrî-r en faveur de la paix. £ ( F (kurnier). « : — l Un liospice canadien en Francs :S » L'ass«ranc8 conirô les risques maritimes d® gaarra BordcH.-ux, 6 octobre. — « L'OIficieî » pn b&s uu ftar lequel le ffioms» d« ls Saw^arr® «atsat'isé à ^'«s^A-er le i£*r de la î-taa®K> de 300,000 few^ par le gaw/-é^- rsms^&À <*reAsiLvtt pane i'cwajataa«w*4ac<i «4 iJer.-trefisea <fr.î i'h^sW t«n^onwre pc-nar r*ati*<4e.-^ et teTiv.-sés nhiSi^vflew, qta pwVsoa l® c^ia d'iHwjKSRi T>5 éAsret xstie^s&s l°®r ée l'a«iCflT!MM!«> co*rGrx» lca làHftner*, 0 KSurtemiedt de g»-u-w«. Lca aryA*^trs $ttea*nu«w Visa-ai rin^-«r*oorss psucvcci oi>t«»4r k> W ç. -j<4scs l'aetaorsKaoe gares^tw par l'ît^a^ <•-' »'s/^„p?^"e»»rîi t*«t à PesparMini ^u'à r»a- et *ax e«r^eÂw.^a tc^tjMîçeort^^e W^At'.x {Mfteat le p^Yt^iwa AâSM- .) «a rKwitf'e. Les déstsrtscneofea itt>irî»aâ8 w y-ésetrtepee* 4'<»^t»iîitr cice autres tjwLnrtw-3 nttxU uu tr^èlesias»! de résipresM «Ji fa f:-ur de l'vjrîMoirrsi fraaçyics. Lf> tr?6?ifetjv > ri^ la ramnini a do«arf d«$ ans: oMurads frerii^âg pan-r qu'ft» n'oyà^/ent pas <:< u **s»e-per{« \a-&wèneh des iikm ît>h veasM»t d^ France e« Aa^Ut«n>e pour s'embarquer ara ^ d« bateaux désarmés. f o © ■< - ■ ■ - ■ ;; A cens qui nous écrivent Noua prions instamment nos nombreux , lectours da cesser momentanément ds ncuo L encombrer ds correspondance. Nous ne pouvons suffirs au dépouHlômtut î: iGuotidieu du courri&r* La ehoféra en âimap Des nouvelles rv<?œ* à Borne aaiseoiees^ qt la cGasett© de l'Alî«aj«sae da Noicia a ff htié un article clans le^ïiei il ml d.i qc«. ohe,Wft vient d'éeiater en ASemagc,® < AuîfTiciw). ■ iy nrinti o-gtrg — — Le Livre gris appréci en Angleterre HannsiJr et benne foi Lonârea, 6 octobre, — L» «Morrting Fo«t , ùkxs un artùeâe do feed, oonnsusntant Jta os PMpowaftrwioe d6pàanà84Éqfltis «aW66o par le gxï vemeaeeat b-^se, Fôiôve la atacèri^ d# «cj^cto de h. krqWJe e»b 1« is& ■ mt de eca zxtept* fcjsttssw «le sa bat! ne f< (lîwcww's Teie^asxa G?,) > — L?lcosse kospitalièrs Cornais il resaorfc d'atro kttre que nous * «►eve-os du jotirnad tJceroais «JBvsryman» ,édi por M. CL. Sar^éa, e«nsoi de Bdgiqa# fesi&eurg. c'est la Gctwi<i«-Bi^tag3ie ton «sitièïs? qiu tend un® main seoeusabic e. ^^erynîru; > ras» faa't savoir quss ed^^ • ix. DacrM&as ébootoMcse eftbeat un aKrt è,--s bdissti. CftMhcpe eonanrk-r apf^«" <lv»à Isfcfcr^ de gs*»»ï-^s (kenea éœasalîira e <^aii^er d«* anfcnis, offrent <£ naùwss ikî«s Io/er à payor, et qtâ-sont pc^^j à cec^iPtcT cU>» fea«2w. T«etes les Ean».^» r«K*3^ctaîsk* belffES a rosit les fe!V;n7«aKM*3 m î&z)x~ii\ La cts*>,riiié y est rien qu® du j®«r'/«iîf «JHefjmDasflM a jsr dmt use saraane «f> -iOG4OGO francs. Les forces allemande 54 cëi-jsS d'armés Dans las cerefea mef6feaaires de B.rrnr 'Sui?^ «i eetiioe que l* AïSiwki*^:^ écât avoir b ns 1< arme» Sî corps d'ara^ d» fcrerwos r&^uW'èr» uq E4K5V7:o é$i»1 «se i,&»rif,c3 coït, en tw ®cHp5> d'arrrfcie. 24 d'aéré eux sont c ÏVssabe^ six se tf^rcareai on B^giqi^e ei c Alsace, 13 en Prusse orientale ei 11 eoifa l*^5«rn ei Oacovs». On otoH qu'à y a en outre 1,«500,000 hon mes <-.c Ja Ija-rfcàsfewfo et de Wfoabarre* se; vaot à Vint«ri-*-<3r paya, tftcd"r» que G0G.0C recrues ncurç-ks de façon kc Sba-nte pour èkra prêtes eu rcvenibre. ( c Central Nava Un nouvel engin de guéri1 La poraps à incendlâ Cîiâ^yna, 28 — Lm Â&enmsx e&m, parti» et CkiÀsjKas ce ixétaoit des baaaw «WKyre&ss. Lw dwroisos r»^&\A» scsijcbjau t5ti> rsSKHée dea AJke»aa« %«* a2we»^«r»«è lac f^ kes liftes d-e g- ..v^ 1*'Ss s&œaet (Kj«»MroiÀM au nu-rd de I-îoïc»! atiswsi ^a'à i'j^t «s à L^s-ra trmacdbé). «=*r o»tw i^p«, MGKt «èe nsawe^icax cot:Ç; et aftën e®* iiii .rtitos p:?<r les kril-îs.".îà£i «•'« «yni <#,»i «Ss^ irwfcs d'y traçai kw 6jsso W. tcvq^sm i baiVifcait ai.oe«p«v« srrr la few» ^W. ?rf-a»^6Ô4 «#vit ga.^4 du t** rorâ ;«od i >so^#'a ee qsw I «jBrs liffnt &à foetus wt t mà^pâ» d<* tcancivà e&mumd&&. j^-riîru'^a visitera ces tMosb&s, or. ooa ^v«\s esrtwàBawwn* ^ue 3^-a ^■eaèaîcawe (Wr^iren't y êi^e -tpswftfcs. L< ne pM vivre ws»®»» des ra-1 «?ea .awissKCn^a, dsns d^3 trèus à mo Ué rwap^ Le &% jsMZftkt c«fk4, et îô« bvc^y^ spr^A 1xt« otK» feaf Rasifcyfeî, ox-it -i-â rester (À ï taawM®, tout* Pi»a et âa^s ls bo'-i- Iy» ,<V^8 Î>WE«I OWt^-ÏS aVflfifl^ pwM*és*z osiwwyém»;, la nadt, k*'- •w*» app&w ftM^ar*^ h lo fo > ia5»«use do fee^^a» e^3 W dtroK a^;"/c- Ce smi-C ow V«^&w ainsi qv le ft=u dee c»t» nuns a-«<rci éauto, '«« do Éart- rsefï,^ c-n Mw^riw». fèîaia tweast^ét wsr îee kr. nêawas eisrf d«9*éfvsrit Stacte» Vas !Psna^aéa o«t fsù^plw Teau pow foâr w<ir îr» rafes d» lw«<« t-«svs. I>e lf/^-aî; Sgatiis de tnf»sw c-^t êlr-i irwitatiï-ées et 1'- - n'-i-©<?s à vapeur dsa pwswspàck-* «ni wjirynd4 U SramAilcfl ; I» fSïnt ewî. pasqu'à la bat d^.- k poi-/rxi'î <2ws- A.T -fiança, qoi c joct enf-ais. — (ft&aSy Meii» ). frêjarallÈ I Pela es rua lis m\m H SËp Rome, 3 octobre. — Selon une corrcj poodanos du Gùsrnalc d'ItoI4a^ on n pewt entrer i Pola sans une autorisation •jpévi&îe. J^s artaes et les bois des envi rcw. ont été nbn&t\m. On ereuso par ton des fosaés et d>?s trenoii^es. D^ chariot, transportent d?s vivres et des munition de la station à différeras oasernçjj, 11 ; a à Pola d# 100.000 soldats. H IÏÏJW2*\* k tes la ma von Bar? ! Vive la rua Caporal Trispies ! Nous oontinuons à recevoir, malgré, c pluHôt A CAUSE MEME de la gravi l'heure, des centaines de «ignatur pour notre pétition populaire, à l'eff de voir supprimer la ruo Albert von Ba: et de la remplacer par le nom du vailla héros, le caporal T résilies. Nous recevons des dizaines de lottr* nous exprimant l'étonnement- et l'indigo tion des Anversois devant le mauvais vo loir évident t^on met à supprimer s une de noe rue» le nom d'ua Allemac nom qui, bon gré, mal gré, personnii touts la Barbarie. « Me rendant un de ces jours à l'amb lanco rue Albert von Bary, nous écrit x de nos lecteur», j'ai vu avec indignatit que ce nom n'avait pas encore été biff< et j'ai constaté que LA RAGE LEGIT ME DU PEUPLE s'y était exercé© p; les coups dp griffes portés à la plaque. « Qu attend-on, oui qu'at-tend-on. poi eBupprim»? ÎA EUE ALLEMAND d'Anvers t» Nous p-oeems à nouveau, et avec insi tance, es? point d'in;b®r.rogati<xû ! le ft n >—®0«»^C é La préméditation Un fait significatif Au dépôt de St-Beenard, da^ns lem3 EK>n.i recueillis efc conservés les dépouûl * des ennemis et notamment les objets t r" vers trouvés sur les morts allemande, ^ colonel do Go&ne, ebef du dépôt, a oonét r t<é que, parmi ces objets, se trouvaient n ^ wtmment des trousseaux de pharmacie oampagiuft. Un de ceux-ci, intact, por sur toute» les bouteilles qu'il contiec ~ l'étiqujft-'.e de la pharmacie aiieanaiids i la rue Léopold. San» oooimentaircs. s- ^V/S/N/^' Îles maBiovres eioiaiiÉ i en Suisse i ' * Un cinglants réponse , Porfe, 4 catobn*. — D'un. dea oarrespe <Ian£s <ki «Temps»: A peai de chose près* Genève offre en le 5îpocoacle d'awve ds no® vil^c» ire ^ çaisc-:. L/sî affaires sc*m niu.iies, et ka htx j,. meg vaMdea part-is «ru-x frofaiàrefi. Déoentée ajigourd'hiâ par la presque totai » des résideiaAs français appelés ©cstM les» <k peaux, Genève est pk» oue jamais m-fesj d'Alîomandis. C'est tout um service d'espic C «af.va. d«î rensei^'neaîîser^s tendancieux, feclief même sur les srtntMneaïts de ta popu Cion UiUtochixxne, qui. fonctionne dandeatk ÏIÏ-ovj' idL Bku» rraeux, le servie» postal et le servi «•ï^raphktue fon^ctionnamt nonnalemenrt < '■) 0ro îa S-uilse» et l'AUpema^ne, les AUeoneai 15 inom'cjît ia Suasse ronw>mie de fc^urs joi '•= ruv^-L. Ijos profçr^exKTs, lr«s temqftâer», ks î ^ ijoàrrstlfi jjemewds ont. t*x» rcx;u uitf « écii-w - «éc&ite » « Dernières NcuveJiSes d .» Leipzig n Ln canactàres ^rsus on y accuse tes a#anc -e RaEvas et Reuter de répondre le menvonge ia calomn&9{ seule Wolff dût la vérité. 1 '■ b«Kfe-aàresse die oe« «édï<ifX25 spéci«'lfif cet orAsi « Prière de lÊre et de propag p -h. phas Loin. » ' Signalons, en pasa?i2ft, qu'à Stuttgart « 4dke des .^aumnjux aj^kàeux pour le?» Suâss ) « les Itakams, et à- Francfort pour les Eep j^voès et k':» Portugais. L'impudfïïoo "teutons manquoe son but sac vent. Elle révolue les fjens de boaune foi. 1 «isiin otïïis ietire ouverte- que le profosse ^if'sf.sa Albert Maisch adresss au chanoelier -fisnlvers'ué dte Leiçîsi^ : (« Monsieur te ciwno&Ser, m T'ai ixsqu avant-h fer une cLronb.ire n» ^ ïîtpnea que ^'adrasMOit « des nMabres « cerps en^ciîSiWtint dw f dvs 1-eipzi^ en ïiiême tocrjps qu'un numéro spécial 4 a Lefcr/Î^or Nsuesf^n Nachrfcîsâen» reteitôf 11 ki guerre aoâuotts. En n» fournis*»** des <j csjracttrfs qu^3 d«fcisnmt arf!*eium>aat ot^-t liés, r.v.t? oort^ôpcridftnAB se nrrmcf&xrt d'^cl; ûi rejt rr>:« ofrfaâcn é-^aréa ptr tes nnm4>rei ' ' monaomjjra réi*«nais k t'Arasrv^or. Ils r pdtent, une fois eoovaukwu, de f3«*e coanddt s «jtour 'bi moi 1s» jounaal qulb ni'wwwiwt. » Hsrb'isué à priarjr très haut î'smpetrtiau r otiyniifk^a5' da mes eoûèf^sss <î'outre-R«i '' i Vâ QK.cnm-krKé avec bsnauccRjp d'otbe<r>C$on ktutëk: qu ç.ès mjaiÉaient «ou® yomx es p«r: ., -pré* est a fcaeaure, qsi° Vjur Ixxtne i ~ -i dO tore »uj-pri.î33 en ce&a aSsire. Il no n ^ aao.ilïîe pfva pc^;^e, en effc&, qu'ils aâan* ! & fflsème ou^iîfiics-v-^atfiawc, svwnt de rnc 1 giinsria.<Jn&, tpe Ht? <iéô«"«nt n ^ ve-ir accuei'isr et p»'o?w»<$îr. Pis rje peur» ort?âne euts^oèaïss q«e bt Sorbis, p ' -iaisx ^uorreuî, se sc'ï <rffonc4® et d'wixrt^her i i^iw-fiche-Hongrès la «uti-ct*i«t de « «n^)i^eB. Ils n'ijÇnoOTMt pa» kss faite au pot de oc-ulttair sKÎri«u«enh9nt quo b. Franco •: « vioi4 la pre«niès«e n ^ îa nsuttr«ll&é de ta B&V ' quse rai que o»&>-€& att <i votdw fci giu«r<re «. C -*raat là des aiià^ftion» dent on nû peut qs 1' swurîrio. ^ » Il esn est d'aufertes, dan3 k> même faoîaar •41» &ortt phis décoeoertaeit*»! » J- crois pas, à IV*»onfcne des «Le; n NajdirkAiîien», que tas If^f.es sôêant d <1 hyèreà.; », des « bèto * qwli ferùi donvplw ^ o'eiat p^ut-éire domasader baa«joovp, à m< , 'ismui aufisvça, que de nw convier à honnir ... œbw* eit nialheui-xîuï» f » Je rw oroàs pets noa pkis que Ln ouîtu firaençii:.:e sek «une iarce». K-; itn homn; ^arrni vous, eana yOcx^n^rit de r,&on avis, c'e tit*Ux«ijre de ta ctv.-ir*e d» Ifejbwvitt ure Sran^ai " d.i votre hsi'U^e éceSe, qi:i n's«jr«iit |>»s confi <t6 toujte «a vie à approfondir une ferce. E fin, monsiiour le ch^ivsaôer, la conci;wik>n «. . :îî:<-u:.î( vwae journal est à l'oprovë de toua> iTiC-s terjdanœri; «Devant dra^ b&tes san^i n naires do ce ger.ro, y «st-fi dit, i" ne paut et 1 1 doit y avoir quHms sokfcticai: psss de Gusjwt-ier. C'es-i là un conseil qui a été bkm suivi. N< io'n de notre viHe, à I à\- Sîr.«m-Ju?ït*- i*n soigne uœ finette de dix «r-s, Alice Peti jpaa, qui a eu le nez pSrcé d'une balte, ta èh quft vos soldat i massacmèerot son gran - i^èr-e : cela se pa^çadt Vs 24 août, à Rouvre 1 La mAmo hôpital ah^te, dans le service c - docteur Bonnier, d^« fu^îcifs qui ontt eu 1" t yeux cievéo et les mains coupéas. On ci-îe d« â cas pareils par centaines. Je ressen® une « furie compaàaSon pour ces «bêtes san^uina res n. Excusez ma faiblesse I » * Rarement on a fait si complète justice d mensong® aJlesnawd eue dans oetts dnsflan iMom% ■ AUX ARA SSI • Se servis! tas les barbares ! 3' A i sus HI'ZEjITITEJIM:! I »- l3x Chacun aura lu l'appel si pressant, 1 ■ ' chaleureux. » vibrant de patriotisme, qr - le général Déguisé, commandant la pos ir tion fortifiée d'Anvers, a adressé hit matin k la jeunesse anvarsoise. Il faut que cet appel soit entendu. *' 11 faut que ceux auxquels il r'adree# y répondes>t, dès ce jour, par milliers. ** Et pou? que cela soit, peut-être que quto mots de commentaire ne sont-ils p« inutiles. L'heure est grave. L'ennemi est à n< portes, Nosre vaillante armés, après d* combats glorieux, lui offre toujours ] plus tenace la plus magnifique <ks réad tanoea. Mais les Barbp-res ontreprennesik contj nous un effort désespéré, ils savent qi risauro de la retraite approche et daa leur dé»ir fou de la couvrir, ila m livr cî r<>»î- peut-être, contre nous, à des assau e'3 dont il est impossible, mfiîfçré dos prou >. gea d'héroïsm», de prévoir- 1c résultat. Ix Anvers n'e«t pas pris, c'est oertain. I nr réduit de notre défeaise national» offriy 0- aux Huns une résistance acharnée.' N< ]0 jxildafcs, une fois de plus, montreront tou ^ Le-ir valeur et 50 couvrirons de gloire, t H est possible, de toute façon, que jl, ïÂbve d'Anvers soit louç, et il n'est p-diitndu d'envisager, comme une bypol-h s» lointaine, la dicte do notre fortèrra Dan» le premier cas, les hommes valida — qui se trouvent encore dans la positic fortifiée, et qui sont ea étot de prend i S les armes, ims pourrait servir en rien à i défwoso de ts place. Bien au contraire, i l'affaibliront puisqu'ils constitueront ai tant de bouahes inutiles et qu'ils ne pou roat poursuivre leu^f occupations ord naircs pour autant qu'ils en aiesnt on cor- Dans le cas, improbable mais tbéoriqu li ment possible, de la chute d'Anvers, que e ae passera-t-il î Anvers n'est-, ni uaie ville 1 ouverte comme Bruxelles, ni une cité telle >r que Liég© ou Namur, entourée, non d'une enceinte continue, mais de forts destinés k arrêter l'ennemi. iy Anvers est le réduit national de la Belgique indépendante, Anvers a été le pivot I- de toutes nos opérations de guerre depuis .s 1* bataille de Haelen, o'est sur notre place forte que s'est repliée notre armée de « campagne et s'est eu s'appuyant su» An-^ s'ers qu'elle a infligé aux Allemands des s pertes sanglante© dans plusieurs mémora- 1- b'et sorbies. Tout permet donc de prévoir que si 'f notre fortaress» devait jamais tomber aux ie mains des Allemand^ &a population .mâle is valide ne bénéficierait nullement du trai- 2- ten^-nt de celle d'autres villes belge®. > On peut ajouter que même en c?^ de i- lieesieiement, le sort de ]a garde civique active n'est pas assuré, »: Dis lors, qu-d est le devoir des hommci a valides qui résident à Anvers ? Ceux qui ne portent pas d'uniforme :p voat-ilis accepter d'être employés à crtnisor de tranchées pour les Barbares t le Ceux qui en ont porté un vont-i4s se ii: laisser faire prisonniers, et peut-être t»- vont-ils subir le sort qu'on a réservé à ? d'autres prisonniers belles en Allemagne, ii l'incor\x)ration dans L'armée de réserve? n J a-mais. Aucun homme de cœur, s'il est jeune, a vaillant, s'il n'a pas de charge de famille h- ne courra mémo le risque de devoir revè- 2 tir un uniforme honteux. r- Tous courront aux armes ! Tous voudront prendre à la main le y fusil vengeur, et si la Belgique doit être y conquise, y rentrer aux côtés d» no:; il liés après en avoir honteusement ob&58$ EUX-MEMES, le vil envahisseur I AUX ARMES CITOYENS! FORMEZ VOS BATAILLON SI Que pas un homme valide ne rert* arrière, que pas un garde civique c& =>*£?• taire du premier baa n'échange se* -nsfa forme contre la vile tunique du mb&é allemand. Ne risquez pas d'être enfermé è&sç Anvers et de no pouvoir défendre •9^^-chère patrie, les armes k la main t Ne négligez pas l'œuvre de sailli* rg& gcan-ce qui vous est offerte 1 Tous au bureau d'engag^&ment ! Vive la Belgique libre et indépendwiAtl A be« les Barbares et les Huns ! Le» intére^és munis d'un cer?.ifuc«4 M moralité et de bonne conduite, pecrsr-^a4 ^ prés&nter aux établissements désigné té* dessous, où ils soreait soumis à uiu» rtsSm médicale. Les hommes déclarés bons pou? vioe serert envoyés SANS RETARD 'à-^; SANS DANGEK wrs la partie 13,0® ife»-vahie du pays, pour y êtr<- eserc^a. Les jeunes gc-ns "auxquels il i<f-t richement impossible d<ï prodnàr» '!«< tifioa» précités, peu vent é^re admis déclaration verbale qui sera examinéf^4^ qud les circonstance» ls permettront. Les enrôlements se feront aux étahîissgg ments suivants: Hôpital militaire (Avenu© Madh)f Hôpital annexe I, rue de l'Arc, %\ IIÔpit«al annexe II, plaee d© î<î'eirj Hôpital annexe III, avenue Louise (Collège N.-D.); Hôpital annese IY: ru* da' Chien, 50-52. •En cas û® bombardemént 1 I - la calme, fe la dignité, le la fores ionte ïïï&jLXjrr LES ccsuss é~ m » • P'a^èa dee reneesijpieanoiits do sourca sû es /^uo nooa atecs reçus, £ e-vt possible q et i oarn^rrâ réc-?%«.e srma peu à éwi.V.;r ù -a n:èoes de edfege riar ia riy« droite de la N c.t " ot que, da estime position, il b&inbard© la v, er d'Anvers. O-t'o opératûoîn n'a aucune imporban >n miSïtAiiro. ef< J2J# ije m*wt eavpôeèwff notre armée u" continuer i dtfeodro av«c une énergiv^ora saaj;te ls lsz)y& do «A N* . "ua e»! & prolcn-^ •1- pondhvîrt» loaigtemps «net» s la mognafiq1 é- râsâstjaaoo qtas notre posùtk»i fortifiée oppo fr à l'onmemà. ^ F.:o constat*» irie mesure d^intiûnadatl; dir.'^-^e contre la popula tion civile do not citri. ^ Gs sera aîors, pour œ^e-ei, le morafint 1 *u montrer qae> r» courage cet h V\ ba^-te de oelui de no» sddats et qu'elle n'a pea déni es rxbé de «kîs jjkvrienx «>ncSbres, qui, aîar;<? Fi' à t.ovre, sv,b:rest, toujours^ avec succès, cj < - br«Tîba.T^«.Kv.ita oui ont iSkretré lersr terwve re ot leur force morale. je Faut-il ra^>peier p>ar exemple le bombarde- £ •a-- ment do 18S1 don t nos grands-pères nous ra contèrcinv les épisod'ja et qui ne ptrt avoi'. raison d'Anvers F - Les Aaver.v.ia de 1914 ne démériteront pas -cé> de ceux de 1831. Es garderont tout leur calme,# tout leur je- «ang^froid, et i2a perm- Lbront ainsi arax chef> J a le ji<rfcre,po^âtio?2 fortifiée de poursuivre avec c f4' toute la trRuqnîiikté votdue les opérations •' qu'importe la conservation d?) ce^Ie-ci. Du resta, les effets d'un bombardement, • nîiômo prolongé, sont d'ordre purement ma >r. t>ôrie4 et I03 z.ir,'jxfor>ts qui perwont se produire \ ro «n parole eârooKsfcanc^, sor-t dus, nouante- ^ neuf fois sur oant à l'imprudence des babi-tan-ta.i L'<w0Ènn?e fie Reûns, à* Pont-à-Mk/n^on 1 é- i'Btaim, d» Mrobenge diaxw» b. guerre actmei- c ■ !*> prouve que même W ^inïçins modernes ne S6 o&urent rien eontre la si?our?t4 dos habitart-:, té d'uno vi2e boniWrd.-Je à couditiens qu'ils ou- ' errent strictement les prescriptLoosa wùti&i aires. CeJîee-oi sont, eu substance : 1° Au premier projectàk» éda^taoà t4I!« « rofu£'.ier d-aus le* caves, que l'or .aiéîia^éos le plus <K>nfortiabîein«ct t où on au-ra placé d(» provi^oas d* W^îaciofti >ens le« nua^oïi» modernes, ls parti* Vp. pk&ïi oHcte des caves est celâ® qui se to*>»K» lea.ous du cotHder. Il est Son ds pkirwsr &*$. netekts dans ledit corridor. 2° Obstruer les soupiraux des cav^a à ï!'kÂ&i e matelas ou de sacs do terne. 3° Placer des &o»aix d'eau à chaqTïS' ■&&[#& K)ur pouvoir ét.-r;ndr> érsntueil-saï^nt ss» osnmoaoeniesit d'inooadse. 4° Former la compteur à gas. 5° Se munir d'un coin et d'un iour pouvoir dégiagfr une âc&us, «& nft? .'érsrouleanont d'un mur. Ocrt préoau-tiona prfe, peut st^BTi^l ss bombes en toute sécurité. ç- :Le Tsar sur se cteap I is batasils o; Paris, 5 octobre. — «Le Tsar Nicolas v.*«n k de ccurck* pour le théâtre ds îa gutsv e » : ^ u, dépeoha r* »& qu» douze mots; la nouveSe *£>'< w-i Iwnmeu II o'est p;« défendu die suprx>.?er que >. si >e noble souverain, ailié <k U France, de k 33, B-npAa^vc, cb ia BoJ^-cfue et d« la :< îvurb^s rwïind officleîlcmenî ki de son ar à ntsV, c'ôw qu'il la jnt^e prèr;>. L'œwwe d* m xàlàiV&iitison et do coueeitkreitî.oa, à kiqac.I^ n* on »..■'■ qu'il a préwié awc une passion a-- > dssntn, a'àrst aoocxnçii« »:«t 'fâ-vl ^e»aucou.p p&u. ^ j-K^d*vrn©r3t qu'en ras ra^S«rtd»îl. Ix» <kiec&av le cç& prod&s«wmses qui séparent les CKcnkiiiti ->: ci o i ^empire des fromi^ee do 1W® et d u ami-ooW ont été franchies p?r ka masses d* a , coîJ^>»&tasvf-s avcc «iîe ppr-t>fj itude nw-et l'en voit a^aparaôta«8 au seua & fv ia Gnaiîdê-K-xc«âHe 'm forniidaJjte ov -v ont ers?ujîés d«n» une hauTr>o«»e > : tous &i «mA.'aiJ^«bM's des vfikzi, vous tee pt- y ri. ijuis ckvs provinecw, tous les oajV4^*» '.>rs dv.-s sler' k. a:s. fLv->dus en itiuis mass« de cembaitiaircs en ÎK-'UKih-^'"? -< Ces mettons d'hommes n'«n4 pius qu^v ïme; ccjc pauvres ces richse-s, ee® naou^iî-v s: -4. ces ntvîwea, olhs éfcudiaiaif et ces oojaqut :rtw 4poa;é la mAmc cnayanct# et emfcrai^é •• i icoîsie cause: ils votaient d^foedre KSuroi; s- oor. vro la bswbarlo afâernande. Aémcra^ie coj: >!• nsetet c'est la ptua jeur^ des puiv'î-^arxx -a .wrcoétemesi, «eûe c?ua ne con/ioe pjfcs se-u'v i- .Mit A l'Asie, mai; qui e*wpi-^e krjfeme-n i-c 5iw le monde faune et «?ud a pousisé sa don;; » neition kt»qù 'ujux fmnfcièpes de Va Chine, c'es; ci -Dt* qna pesiî au^erfl tiui docker de» ieçon. i. le civ£r;!?sstion c<t des exemptes de bravoure, ï- le droâcune et d*honn«ar au* iv'ritiers indi-v vj-nr-s de i'ancien ejTtpine Éfc-rrrwwïlque 1 i- " Et vokd qu'à b même heure le Kaiser, farvarw les batalHes, vraknervf trop dtrre-s pour •u --ori goût, qui se Vatont en France, a fan ■nnojicer par sa presse reptilienne qu'il alla:: '•> commander, lui aussi, celles de ses troupes - :v.fj ;>ant aux chainps de Thcrn, ee Kr îcsz t>t i- d-e Craoovie. Il a lebrcumé tô-bas les armées aésomp?'. u r-^a <te son comnèice de Vienne; Il 6'en est c" a^issitôî proclamé 5e chef. Il !*■* a réunies gui 13 tkJH fk sm.8 gMestà&r une nsacs-se énorme de p%u« d Vn m 3 Son <' soldait», cKf-on, à opposer aux Russes. Noi: -Bon» awfepvT au choc ce cette horde hybrnd >ù les Hum est W Ge/-h^ voiront avec V VasRfSsvka, ccsaire les .Sfeves unis pour la de ;we dt>î fs-r-Uos et la foi <fe=s trakés. Si h fou cc*a«orw4 c?ul a asérké l'ejeécrerio iu mjomlte s'e«Èand à voir «mr>."raître au fon les ci^ux t&j^ïky.s* Lsfcûrum kil «^nonca-n-t 1 victoire, Cfu*3 <-"■'* dpnc, cette ffcis, rester ave -es troupe* juaçpu^su ternie de ba batan'ie /")u 'i< ne prerw» pp.? fe f-.-'t-o, horrVMnrwî-'T-rH»w»e à Ka«ey, V^ir^ra'il a vn tomber sf >rrHats sous V*« ràfi&fcç de nos obv.> ! Ou* . V<-s Rwssmsu anrès àilOGr tutwni te <ps -)<jk f^ÉMVgoés 1 Le tP.<«de verra «'Apoîi-'w sar r^écn^rÀen cf»-% tor^oe à li foîs redo'x'abîe < ■nytxutsjfo qu'il a fondée sur ks vsotonce et su orvfcwu-^é. TJ^-iws fM» H, te m*nw «-ort l'attend. ( • W la d^f.<utr dÈamande cruiî te décidera, f :nc vnent ry.M r^'^tnes do Poîofjne comme au >laines de Franco. la pfMiîatioo ûmttâ Les piats-fsrraes pour les canesis étaient toutes prêtes Londres, 5 octobre. — le cor-rei^pondatr r-^cial 4u «D«iiîfr Evçr&xn porfe^t de lv<i«U c •i:« d'Anvons, dk csiw fe-s csavjo-j lourds ark îAndn onc l>».ïOin <?^re rf -^rt^Ss sur des pJ*vif ;xôTn"tes epécijî.'os. Dos vîS,.'«s conssfewrabes au nvironR de Weâinss. (ru<Wat ani sud. par de irecfcc&sr« d ^l'-Àîes dtwiitaée» à ma; naar î&s fonda^sos en beten armé pour le •prions lourvls c&i"^4s eo«itr-» Awwaais. Des pf*' v^rafik>ns ident«<q«es ont éîbé &j*os darw le a.uhouqjs <te Nauaur l>: n «mit la «uem •r on a d^cotivon <ies pb*te-fty<we>5 ^irncer. <1 -tîts canone louaxls lôcsque toutes le» nia -«ns a^tpartonasot à des A-t'iemands eurent ét rasées pour les beeoone de la cause. S CENTIMES la oynias'o à nages, Eeçn pour la Ligne dn souvenir n, VL Lambin Êra> Pour que le prrrsonnel do dt^cnn d&a a d^>arteanen U de l'Stwi, de* pro-v" virées et d*e ooœn n»o<« «e cca- stàbne en sections do. la !< <-« 'i. Firocbal "Vf. Doom H- M. Block f $.*< Inonyme d'T^aabcai (frontière) f.-*- r" A€nao Servais • M. Lecooq $.**■* r rl. B., *80 ?ept«nbee 5..-*, ViV«ercn * Q. Begrape $,-< - lï. Sclirantz " .. On oiiangernsnt É nom pf est îoat on programmi Varsovie, 3 occobre. — L'édit inîr:«-rfjç| chaa^semi le nom de la capital© à* l5^r >*ire russe en celui r?e rétrograde, a 1 «pqué dans la presse de Varsovie des octWr R-.'cotaises empressés. 2 T^e journal I)uen s'exprime ainsi : « C$ fait,<5ueiqx»e apparemment sans aucuns? «â» -, ^aiiscatioîi politique, marque oepend«^4 - «ne nouvelle époque dans l'histoire de isk s Russie. » Adieu à Saint-Pétersbourg et sa.hsâ M ^ Pétrograde 1 » C'est le point- ds départ symbo)!•; _ d'une ère nouvelle, uoa seulemeiïî p : !«. capitale, mais pour l'avenir de la tion russe. » Avec le cbangemn-nt d» nom de 'a età» pitale commence ainsi la liquidation influences germaniques. Personne s'«4 7 d&b plus satisfait que nous, parce que 1 ib* trigue allemande non* atteint le phMfc Espérons qu'elle trouvera la route fs%« , mée 4 Pétrogra<ie, vrii* ruswe et sîavn». L (K»t«ÎA- ! ICGÉB lu rai' LA MïdTB O F 0 r. .10 ICElitf ls m K « ' .. ai **%.- «; ï 1| 21e Année No 280 ECt3ll*.l<cs3a. 3E Mercredi 7 octobre 1914

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Métropole gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in - von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume