Le bruxellois: journal quotidien indépendant

240 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 24 Mai. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 22 September 2019, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/th8bg2jb99/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

4°" Année - N. 952 - Ed. CINQ CENTIMES Jeudi 24 Mai 1917 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. 3 Bruxelles - Province Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux île |»»tt en Belgique et à l'Etra*i« n »cc»»«ent que des abonnement! TRIMESTRIELS, ceux-ci prennent cours les l 1 Ja.vv. 1 Av*il 1 Juillet i Octob. - On peut 9'ak«aR«r toutefois pour les deux derniers m»li ou mime pour le I tiemier mois de chaque trimestre au ~-"prix de ; 2 Mois 1 Mois Fr 3.00-Mk.2.40 Fr1.50-Mkl.20 TIRAGE :IIO.OOO PAR JOUR Rédacteur en Chef : René Armund Journal Quotidien Indépendant § I Rédaction, Administration™Publicîté, Vente : BRUXELLES, 45. RUE HENRI MAUS J ANNONCES La ligfl» Faits divers et Eclios . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Antionces commerciales . 1.50 ► financières . . . 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne 1-OC TIRAGE rllO.OOO PAR JOUR Derniers Communiqaês Officiels ALLEMANDS BERLIN, 23 mai. — Officiel de midi : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Groupe d'armée du feld-maréchal prince héritier Rupprecht de Bavière : Près d'Huttuch et de Bullecourt, plusieurs poussées anglais, prépari es par une canonnade vigoureuse, ont été rejetées. Groupe d'armée du Kronprinz allemand : Au front de l'Aisne et à celui de Champagne, l action de l'artillerie sest maintenue dans îa matinée dpns des limites modérées. Au cours de l après-midi, après une recrudescence soudaine de la canonnade, de vigoureuses attaques françaises ont été déclenchées depuis le plateau de Paissy jusqu'à la foret de La VUle-au-Bois, qui se sont ienouve>ées jusqu'au soir, avec une grande opiniâtreté. Dans u" corps-à-corps tenace, et, par d'énergiques contre-chocs, des régiments bavarois, hanovriens. de la Basse-Silésie et de Posen ont maintenu leurs positions contre un assaut réitéré plusieurs fois et ont rejeté l'ennemi. D'acharnés combats à la grenade 'à main dans quelques éléments de tranchée ont persisté pendant la nuit. Notre feu a inflige des pertes considérables à l'ennemi en retraite. Les Français ont subi par l'échec de leur attaque une d< laite sanglante. Groupe d'armée du duc Albrecht : front de Lorraine et dans le^Sund^an^ de~s d< -'iackements de reconnaissance eniwmis&oW été nus ' 'en fuite. Théâtre de la guerre à l'Est. Nous avons riposté pur un feu destructeur énergique au feu de l'artillerie russe se ranimant dans plusieurs secteurs. Front en Macédoine : L'action a été minime par suite de la tempête cl 'de la pluie. La guerre sous-marine. BERLIN, 23 mai; — Officiel : > 1 ) Nos sous-marins ont de nouveau coule- dans la 'Méditerranée un certain nombre de vapeurs et de voiliers avec un tonnage global de 53,000 tonnes. Parmi eux figurent le transport de troupes anglais _ «Transyivania» (14,315 tonnes) qui se trouvait dans un convoi de cont re-torpilleurs ; un vapeur anguiis • inconnu pleinement chargé de S,000 tonnes, en route vers l'Italie ; *n Mitre tes vapêttrs italiens ■< Aics-sandria» (8.008 tonnes), avec un chargement de 11,000 tonnes de froment pour l'Italie, et «Ferrara» (3,172 tonnes), probablement chargé de munitions; le vapeur anglais armé «Karovyn» (4,665 tonnes), 'en route de Nap'es à Port-Saïd. 2) Nouveaux succès de nos sous-marins dans l'Océan Atlantique et dans la mer du Nord : Quatre vapeurs et cinq voiliers, avec un tonnage de 17,200 tonnes. Parmi les -narires coulés figurent antre autres : te vapeur anglais c Adonsy' (2,644 tonnes), avec des vivres pour ï Angleterre ; un voilier anglais avec une cargaison de bois .- deux voiliers russes avec du charbon de l'Angleterre et du salpêtre pour la France; un vapeur -anglais inconnu, qui a 'été torpillé hors d'un convoi, BERLIN, 22 mai. — Officiel du soir ; Aucun événement essentiel n'est mandé du 'front. AUTRICHIEN VIENNE, 21 mai. — Officiel du soir ; Jusqu'aux premières heures de l'après midi on Tic signale aucune opération particulière à l'isonzo. VIENNE, 22 mai : Théâtre de la guerre à l'Est. et Théâtre de la guerre au Sud-Est. Rien de nouveau. > Théâtre de la guerre italien. Après un combat qui a duré sept jours sans résut-~tat, l'ennemi s'est vu obligé de laisser reposer son infanterie à l'isonzo. Ce n'est qu'éi l'est de Gori-, zia que les Italiens entreprirent une tentative qui , fut repoussée. Dans cette région nos patrouiUes 'd'assaut ramenèrent un ojjicier, 36 hommes et une mitrailleuse des tranchées ennemies. Sur le haut-plateau du Carso, il v eut par moments une forte activité d'artillerie. En Cariulhie et au Tyrol, la situation est inchangée. TURCS CONSTANT1NOPLE, 22 mai. — Officiel : Front du Caucase: A l'aile gauche, feu d artillerie ennemi habi'nel inefficace. Lors du bombardement de Médine, que nous avons mentionné hier, il n'y a pas eu de bâtiments endommagés, sauf la grande fabrique anglaise d'huile qui a été complètement ruinée par le bombardement. Les rebelles, conduits par des traîtres sans conscience qui se sont vendus pour de l'argent, ont permis aux Anglais de mettre le pied sur le territoire sacré de l'Hedjaz que n'avait jamais foulé un étranger. Toutes les attaques des rebelles sur la route de l'Hedjaz ont été re poussées chaque fois avec de grandes pertes pour leurs chefs. BULGARES SOFIA, 21 mai. — Officiel : Sur te front en Macédoine. sur la Cervena Stena, 'durant toute la journée, violente canonnade. Au crépuscule, deux détachements d'infanterie ennemie ont tenté d'avancer; Us ont été mis en fuite par notre feu. An nord et à l'est de Bitolia, faibte feu 'd'artillerie .A l'est de la Ceina et dans la région de la Moglena, canonnade plus intense ri certains moments. Un détachement d'infanterie ennemie a 'enté d' avancer dans la direction de Touchine ; il a été 1 'dispersé par notre feu. Sar les deux rives du Vardar. feu d'artil lerie. Sut la Strouma inférieure, assez grande activité de l'artillerie. Sur tout le front, les aviateurs Cnt été très actif. Sur le front de la mer Egée, depuis 5 heures du matin jusqu'à 9 heures. 13 navires de guerre ennemis ont bombardé Cavalla. tandis que 12 avions ennemis lançaient des bombes sur la ville. Plusieurs maisons ont été détruites; il n'y a pas eu de dépôts d'ordre militaire. Le lieutenant Eschweg a descendu un avion ennemi. sifhf ront en Roumanie, à l'est de Tulcea, fusillades entra avant-postes. Sur tout le front, activité aérienne. FRANÇAIS» PARIS, 22 irai. — Officiel de 3 h. p. m. : En Champagne, la réaction de- l'artillerie ennemie sur les positions que nous avons conquises hier au nord du Mont Corntllet, du Casque et du Téton, a été suivie d'attaques d'infanterie sur ces trois sei-teurs. L'ennemi a été repoussé et a subi des pertes sensibles sans obtenir aucun résultat. Le chiffre des prisonniers valides que nous avons faits au cours des opérations du 20 mai atteint un millier, dont 28 officiers. Lutte d'artii'erie intermiitente sur le reste du front, violente sur le plateau de Vauclcrc. Des coups de main ennemis tentés en dii'ers points du front ont échoué. De notre côté, des incursions dans les lignes ennemies nous ont permis de faire une quinzaine de prisonniers. PARIS, 22 mai. — Officiel de 11 h. p. m. : La lutte d'artillerie a pris, au cours de la journée, un caractère de grande violence sur les plateaux de Vauclerc et de Californie et à l'est de Chevreux. Hier et aujourd'hui, l'ennemi a soumis la ville de Reims à un très fort bombardement. Aucun événement important à signaler s"r le reste du front. PARIS, 21 mai. — Officiel de l'armée d'Orient : Canonnade intermiitente sui tout le front. Activité des aviations serbes et britanniques qui ont bombardé avec succès des dépéris ennemis. RUSSE PETROGRAD. 21 mai ; Au front à l'ouest et en Roumanie fusillades de détachements de reconnaissance. Front du Caucase: Les Turcs ont tenté, forts d'environ une compa-• gnie, ù différentes reprises de s'approcher de nfis tianché.es à l'ouest d'Aidqsa. ils ont été rejmissés. Au sua de Bel un lien&rtiàinn ftke a Tifàih su,** prochef d'une de nos positions à 40 verstes. ITALIEN ROME, 21 mai : Sur le front du Treniin les actions d'artillerie, commencées par l'ennemi dans la journée du 19 mai se sont étendues hier, phis intenses et ont atteint une violence particulière entre l'Adige et la vallée de Terragnolo. Déjà durant la nuit du 19 mai, nous avions repoussé de petites attaques entre les vallées de Cousei (vallée Ledro) et de Rio Trcddo (Asticcr). Dans la journée d'hier, de nouvelles tentatives de diversion ennemies dans la zone de Cam-po (vallée Daone) eu sud-ouest du lac de Loppio (Rio Caméras Adige) et sur la ligne du torrent Maso (vallée de Sngana) ont été aussitôt re jetées par nos troupes. Tard dans h soirée d'importantes tuasses ennemies, se sont élancées à l'assaut de nos positions sur le Pasubio, à fouet de la Dent. Après une mêlée acharnée l'ennemi a subi un échec sanglant et a été nettement rejeté sur tout le front d'attaque.En Carme, Tes mouvements de troupes et de convois dans la vallée de Valentina (Gail) ont été efficacement dérangés par nos tirs. Sur le front des Alpes fuliennes, après avoir repoussé dans la nuit du 20 mai des attaques ennemies sur les pentes septentrionales du San Marco (est de Gorizia), entre le Mont Vucag. Nacico, Faite et 'Ç voisinage de la côte 208 sud (Carso ) nous avons conquis une hauteur de le côte 363 erUrr Pallova et Britovo (est de Plara > et nous avons élargi encore l'occupation de la hauteur de Vodice. Nous avons capturé quelques centafnes de prisonniers et du matériel de guerre abandonné par l'ennemi dans ses abris. Au cours de luttes aériennes deux avions ennemis ont été abattus. ANGLAIS LONDRES, 21 mai : Pendant toute la nuit nous avons poursuivi avec succès nos opérations sur la ligne Hindcnburg entre Bullecourt et Fonlain0-Ies-Croisilles. Nous avons enlevé une tranchée dans la deuxième ligne et avons repoussé dès contre-attaques ennemies avec de lourdes pertes. Un grand nombre de morts a été trouvé dans les tranchées et 150 prisonniers ont été également faits Deux divisions allemandes y opèrent maintenant depuis hier. A proximité de Loos nous avons effectué au matin une poussée heureuse. Nos nouvelles position\ élans la ligne Hindcnburg, au nord-ouest de Bullecourl ont été organisées pendant la journ' e sans que l'ennemi nous ait notablement gênés. Tous ies rapports qui arrivent, confirment les lourdes pertes que l'ennemi a subies dans cette région au cours des combats récents. A l'exception d'an secteur, qui est situé à environ 2,000 yards immédiatement à l'ouest de Bullecourt,nous tenons maintenant tonte la ligne Hindenburg, commençant d'un point à une mille à l'est d'Arras. Hier, grande activité aérienne. Un certain nombre de vols de bombardement ont été effectués. Nos aviateurs ont coopéré aux attaques de l'infanterie et ont bombardé des'troupes allemandes dans la première ligne des tranchées él coups de feu de mitrailleuses. Sept avions ont été descendus an cours de luttes aériennes.Ur. de ces appareils est tombé dans nos lignes. Huit autres ont été contraints à atterrir en dehors de notre zone, urte autre machine a été abattue par nos canons spéciaux en dehors de nos lignes. Quatre de nos appareils iont portés manquants,, Dernières Dépêches Mécontentement au suj< t du gouvernement anglaU. Londres, 21 mai. — Arno i Bsnnett déclare dans le « Daily News » dii 9 mai que la censure a supprimé l'article du meilleur écrivain maritime anglais, Follen, pub'ié "dans K « Land and Water », qui a sans doute exposé la gravité de la situation en Angleterre à la suite de !a guerre sous-marine. La défense de l'article de cf. critique, dont la juste appréciation a été reconnue .par l'opinion publique, a été décrétée par l'Amirauié même. « Nous en sommes arrivés, dit Bennette. au point qu'aucun homme intelligent en dehors de l'Amirauté, ait encore confiance dan- l'administration de la marine. L'Amirauté peut avoir raison et le public peut avoir tort, mais la complète suppression de l'article d'un des critiques i*s plus estimés est un indice inquiétant que le pub ic îwrre équitablement. Un cabinet, militaire qui est à même de donner le poste de premier Lord à vn homme qui n'a aucune expérience administrante — et ce pour des raisons purement politiques — est capable de tout. Il est. certain qu'un changement devra se (aire dans l'Amirauté. Si. «e changement s.' fait avant qu'un grand malheure ne» «eu* ftàfpe, d'autant mieux. » Le « Daily^Nevs » écrit 'îms un article de fond : « On ne peut \|âs prét^Klft que les débats sur le ravitaillement a. jeté beaucoup de lumière sur la situation réelle. Les fautes? se sont accumulées depuis cinq m#>is; tout le msfcfetir émane de la fausse idée que les chiffres des" torpillages par les sous-marins et les réserves dc w'vres doivent être dissimulés. Ces vagues incertitudes sont typiques pour tout ce que fait le Gouvernement.. La réserve et. le défaut d'initiative chez le Gouvernement expliquent l'agitation croissante dans les journaux et même dans les journaux qui on;t grandement contribué à la chute du gouvernement précédent. Nous allons au devant d 'une époque tro ibloi. Ce n'est qu'une main forte, plus forte que -elle qui tient actuellement le pouvoir, qui pourra y porter remède. Opinion neutre sur la situation militaire. Rotterdam, 22 mai. - sa revue de la situa- 1 \ ; - ■ • .-i + , , r. c.e 'qui suit La tentative des Alfios pottr obtenir lâ décision au front de roti^fc, peut dès à présent être considérée comme un échec. Comme généra lissime. Nivelle a donné peu de satisfaction ; la seule acMon importante qu'il a accomplie en cetce qualité a été si peu approuvée, qu'elle lui a coûté sa situation, parce que les résultats obtenus ne sont pas en rapport avec les pertes qu'ils ont fait subir. Le nouveau généralissime français sera sans doute plus prudent dans l'utilisation de matériel humain, mais il ne doit plus escompter de grands succès. Quant à la grande question de savoir quel sera l'effet des nouveaux combats au front aus^ro-italien, la réponse est celle-ci : Pour la situation générale, aucune ! Ici encore, on ne peut eîr-srer une décision militaire. De Sarrail, on ne p.nvfc espérer davantage.Grève de * midinettes à Paris. Genève, 22 mai. — Les ouvrières des grands ma. gasins de tailleurs pour dan<°s. à Paris, se sont mises en grève il y a une semaine ; elles revendiquent une augmentation d>e salaires à raison de 'a cherté de la vie, ainsi que l'introduction de la semaine anglaise. Le mouvement gréviste a pris une extension rapide et comprend déjà plus de 1-1.000 ouvrië-res ; i! menace d'entraîner* au'ssi les ouvrières de l'industrie de guerre. Arrivée d'un vapeur pJlemp.nd à Yrttuiden. Amsterdam, 22 mai. — Pour la première fois depuis le début de la guerre, un vapeur allemand est entré dimanche dans l" port d'Ymuiden : il s'agit du vapeur «Bavaria», venant de No-o-rkôpi.ng avec une cargaison de bois. I>ans la navigation néerlandaise. Amsterdam, 23 mai. — Depuis quelques jours, les départs des paquebots d: la Compagnie Zeeland sont, remis à plus tard. A Re. te "dam, un assez grand nombre de navires sont prêts à partir pour l'Amérique, où ils vont chercher par ordre du Gouvernement, des vivres, des fourrages et des engrais. Les pêcheurs d'Ymuiden et l'Allemagne. Amsterdam, 23 mai. — Les journaux hollandais annoncent qu'à l'invitation du gouvernement aile, mand. une délégation, composée d'armateurs d'Ymuiden, partira aujourd'hui mercredi pour Berlin, afin d'y conférer au sujet de la question du torpillage des bateaux de pêche néerlandais, de l'extension du rayon de pêche, ainsi que des difficultés qui, du côté allemand, entravent l'exercice de la pêche rie et l'écoulement normal du poisson. Manifestations contre la guerre à Philadelphie Londres. 23 mai. — La « Central News » apprend de son correspondant, à Philadelphie, qu'une imposante manifestation contre la guerre a eu lîc.u dans cette ville. Il s'est constitue un comité de propagande, qui a l'intention d'organis r des manifestations similaires dans tout le pays. Ce mouvement est surtout dirigé contra la décision d'envoyer Jes troupes américaines en Europe. Arrêt du service maritime entre Gênes et New-York. Les <( Basier Nachrichten » annoncent qu'il résulte d'un avis de l'administration des postes italiennes, que le trafic par paquebots, entre Gênes et New-Yorl, a été arrêté jusqu'à nouvel ordre. Immense incendie à Atlanta (Etats-Unis). Londres, 23 mai. L'Agence Reuter apprend d'Atlanta (Georgie) : Un incendie a éclaté dans le quartier des affaires; il s'est promptement commti <«-" nique aux quartiers des résidences. Environ 200 blocs de maisons sont détruits ; les dégâts s'élèvent à quelques millions de dollars. Le ravitaillement de la Suisse. Berne, 23 mai. — La ligtie de navigation américaine Favre accepte à nouveau les envois de marchandises destinés à la Suisse, via Marseilje. Il n y aura plus d'obstacle, de ce côté, au ravitaillement de la Suisse en céréales. Zurich, 23 mai. — Au cour9 de la conférence qui a eu lieu à Paris entre des représentants de la Suisse et de l'Entente, le contingent de blé de la Suisse a été ramené de fiO.OOO wagons à 50,000 wagons. Les journaux suisses font remarquer à ce sujet., que cette quantité n'est plus suffisante pour couvrir la consommation de pain et de produits à base de farine. A l'isonzo. Vienne, 22 mai. — On mande du quartier de la presse de guerre : Après sept jours de lourds corn baCs d'artillerie ininterrompus, le calme a repris le dessus au front de l'isonzo. Ce n',est qu'à l'est de Gcritzia que les Italiens ont entrepris une poussée, qui fut toutefois aisément repoussée. Par contre, nos patrouilles d'assaut ont ramené un officier et 36 hommes des tranchée?près de Grazigna.Cette paffse dans les attaques de l'ennemi était à prévoir et était même nécessaire en présence des pertes inouïes éprouvées par les Italiens au cours de leurs inutiles assauts, pour combler et réorganiser leurs troupes dont une partie a été abattue et dont l'autre a été rejetée en désordre. L'artillerie ennemie aurait également besoin de ménagements. Une grande activité se manifeste dans les premières lignes italiennes et a été troublée efficacement par notre artillerie. Ce n'est que sur le haut-plateau du Carso que l'artillerie italienne s'esit. fait remarquer davantage en cherchant à combattre la nôtre. Les canonnades ont augmenté d'intensité l'après-midi et ont duré tout:e la nuit. Les pertes^ italiennes pendant la dernière offensive. Bâle, 23 mal. — Les collaborateurs militaires des journaux suisses estiment qu'on peut évaluer sans exagération à plus de 100,000 hommes les pertes subies par l'armée italienne au cours des violents combats qui se sont déroulés pendant les huit premiers jours de l'offensive. Ce chiffre représente environ la septième partie de toutes les troupes italiennes qui ont participé à la bataille. Changement d'ambassadeurs à St-Pétersbourg Christiania. 22 mai. — Diaprés l'« Intelligenz-Sedler », fambassadeur'français à S' -IVcersbourg. Paleologue, psi arrivé jci avec une suite de quinze personnes, apparemment pour y passer de courtes vacances Francfort, 22 mai. — De La Haye à la « Gazette de Francfort, » : D'après des nouvelles parvenues ici, l'ambassadeur anglais à St-Pétersbourg, Bucha-nan, se retirerait prochainement. Son successeur sera Sir Francis Bertie. Berlin, 22 mai. — De Zurich à l'« Achtuhrabend-blait » : L'état de choses existant entre les puissances occidentales et la Russie est caractérisé plus nettement par la crise des ambassadeurs à St-Pétersbourg que par toute autre chose. Des informations de Londres affir(ment que Buchanan aurait remis sa démission après que son collègue français eût été rappelé. On tient la retraite de l'ambassadeur italien comme imminente. On dit qu? ces mutations dans les trois postes diplomatiques de St-Pétersbourg sont imputables à la pression exercé© par le Conseil des ouvriers et des soldats, qui a forcé le gouvernement provisoire d'intimer aux gouvernements alliés le rappel de leurs ambassadeurs. Les diplomates se sont gravement compromis, surtout Buchanan, qui aurait réussi à escamo'er tous les documents importants concernant les accords des puissances de l'Ouest avec la Russie, et à les envoyer à Londres. Ce fait a été ernnu à St-Pétersbourg après la retraite de Miljoukoff et a suscité le plus vicient mécontentement. Au département de la guerre russe. L'« Echo de Paris » apprend de Pétrograd que le ministre de ;a guerre, M. Kerenski, a nommé le général Archangelski chef de son état-major, et a confié au général Romanofski les fonctions de chef de la chancellerie au ministère de la guerre. DÉPÊCHES (Reproduites <le l'édition précédente.) Les combats à l'Ouest. Berlin, 22 mai. — Au front d'Arras le feu de l'artillerie ennemie n'a é'é violent que par endroits durant toute la journée du 21 mai au sud de la Scarpe. Les canons allemands ont provoqué plusieurs explosions et incendies, au sein des positionc de batteries ennemies et dépôts de munitions ennemis. Vers le soir, le feu ennemi acquit une grande intensité. Les Anglais ont bombardé avec une préférence marquée les localités françaises derrière nos positions. C'est surtout Lens qui a de nouveau été prise sous le feu violent des Anglais. Des attaques anglaises isolées ont succédé dans la nuit du 21 à l'attaque mentionnée contre Bullecourt. Au cours de ia forte poussée,qui se manifesta vers midi et fut précédée d'une préparation d'artillerie, les Anglais subirent les plus lourdes pertes. Là où ils parvinrent à pénétrer dans nos tranchées, ils furent repoussés à coups de grenades à main Pt anéantis. Nos lignes snnt demeurées îich»*1',ét-s. Le soir plusieurs attaques de pa'rouilles anglaises furent repoussées dans la région de Bullecourt. Feu modéré dans la région de St-Quentin et combats d'avant-postes qui se sont terminés à notre avantage et nous ont valu des prisonniers. Par le temps clair, le feu a acquis une grande intensité vers 'e soir sur la crête de hauteurs du Chemin-des-Dames, sans que toutefois une attaque s'ensuivit. Le feu d'artillerie a été extrêmement violent dans la région de hauteurs discutée, à Pnup.srf rt» ta Cham pagne et au nord de Prosnes. Il augmenta violemment d'intensité vers le soir, contre le Keilberg ej le Poehlberg. Le 21 mai, vers 6 et 9 heures du matin, un régiment wurtembergeois, qui avait éga-lement maintenu opiniâtrement ses <-oc:t.io.ns au sud de Nauroy, repoussa deux fortes attaques françaises et causa des pertes serisibles aux Français, qui laissèrent 75 prisonniers aux mains des Wurtembergeois. Nous avons déjà m antienne le succès d'un autre régiment wurtembergeois combattant en ce secteur, qui a ramené 150 prisonniers. Le combat d'artillerie intense engagé dès le 20 mal sur la rive est de la Meuse, a duré également le 21 mai, sans subir de modification. Berlin, 22 mai. — De part et d'autre, les aviateurs ont été extraordinairement actifs, hier, sur les principaux fronts. En Champagne, en même temps que les Français prononçaient leurs nouvelles attaques, de véritables batailles aériennes s>° sont livrées. Lorsque nous eûmes, vers midi, repoussé une grande attaque de reconnaissance prononcée par d'importantes escadrilles ennemies, nc-s adversaires o ntconcentré, dans l'après-midi, une très grande quantité d'avions de chasse et les ont lancés à l'attaque, tandis qu'ils déclanchaient leur assaut sur terre. Nos aviateurs se sont dirigés sur les avions ennemis en escadrille serrée et, après un combat acharné, ils les ont refoulés au delà de notre ligne. L'ennemi a perdu 14 avions. Le lieutenant chevalief von Tutschek a mis bors de combat son 12e ad ver saire. L'ennemi a perdu 1 avion dans les Balkans. Des camps et des abris ennemis établis à l'arrière des principaux fronts de bataille ont été copieusement arrosés de bombes. Les pertes françaises. Berlin, 22 mai. — Le 69e division française en* gagée le 16 avril au nord de l'Aisne, a subi de si fortes pertes que malgré un repos de 12 heures et l'arrivée de renforts, efle n'a pas encore repris sa force combattive. Le même jour, la 42e division combattant en cette région, fut tellement affaiblie, qu'elle ne put plus être considérée comme troupe d'attaque. De l'Aisne jusqu'au cann.i au nord-ouest de Reims, ont été engagées le 4 mai : la 4e division, dont certaines lignes ont subi un déchet d'au moins 40 p. c., la 3e division,dont les régiments 51 et 128 ont perdu plus de 30 p. c. et le régiment 87 engagé le 7 mai, environ 40 p. c. Pour la 107e division ce fut encore pis : ses régiments 170 et 174 restèrea- «ur le champ de ba:aille, le 4 mai, à rat-son de p. c. Les pertes des troupes d'aUaque de la 4le division, en ce qui concerne les régiments 23 et 133 sont de 39 p. c., celles des régiments 229 et 263 le 19 avril, sont très forts .et seraient de 40 p. c. La valeur combattive de cett division a fortement souffert lors du dernier enf ument. Le régiment 114 appartenant à la 152e division a perdu environ 20 p. c. près de SapigneoJ le 19 avril, Du canal au nord ouest de Reims jusqu'à la ferme Larquise au nord-est de Prunoy, les régiments 403 et 410 de la 151e division, lancés à l'assaut le 16 avril, auraient subi de fortes pertes, celles-ci seraient de 50 p. c. en ce qui concerne le régiment 410, et ensuite le régiment territorial et la 7e division de cavalerie. La 169e division occupait la région comprise entre la ferme de Larquise et Su>p-. pes, or, son régiment n. 13 fut pour ainsi dire balayé le 17 avril. Le régiment 296 qui avait été retiré précédemment du combat le 30 avril,et- fut engagé le même jour pour une nouvelle attaque, a perdu environ 40 p. c. de son effectif. La 20e division a perdu environ 30 p. c. de son effectif lors de l'attaque du 30 avril. Peu d'hommes restèrent du régiment d'infanterie n. 2. La 19e division qui attaqua le 30 avril et le 5 mai, dut laisser sur le terrain environ 50 p. c. de ses hommes. La 131e division qui avait déjà beaucoup souffert lors de la contre-attaque allemande du 22 avril, a perdu en partie jusque 50 p. c. lors de l'attaque du 30 avril. La 28e division attaqua le même jour, avec une compagnie des régiments 168 et 168. Leurs pertes sont de 50 p. c.. Enfin il faut tenir compte de la 8e division e-t de la 60e dont les troupes d'attaque ont perdu en ce secteur 30 p. c. de leurs effectifs. Les pertes italiennes. Berlin, 22 mai. — Les critiques militaires suisses écrivent que d'après une évaluation prudente, on peut estimer à plus de 100,000 hommes les pertes subies par les effectifs engagés. Milan, 22 mai. — Les journaux milanais parlent en général d'un remaniement stratégique imminent du front de l'isonzo. Carlsrtthe, 22 mai. — Du « Baseler Anzeiger » : On mande du front de l'isonzo au « Secolo » que la crise russe s'y fait extraordinairement sentir, ca' la résistance de l'ennemi, notamment dans lea secteurs de GOrz et sur le Carso ont prouvé que l'ennemi disposait d'une richesse inouïe de moyens de défense. Le correspondant militaire décrit l'assaut du Kuk par les Italiens comme une ascension extraordinairement sanglante. D'après une information des journaux parisiens du matin du frotH italien, plus de 600,000 Italiens participent actuellement aux combats de l'isonzo. D'après une statistique récente des journaux suisses, il y a ac tuellement plus de 300,000 déserteurs italiens efl Suisse. Arrivée du comte Tarnowski en Europe. Amsterdam, 22 mai. — De Rotterdam à 1' « Al» gemeen Handelsblad »: L'ambassadeur austro-lion, grois, comte Tarnowski, l'ambassadeur allemand amiral von Hintze et l'ambassadeur allemand à Cuba. Du Verdy du Vernois sont arrivés ici à bord du vapeur « Ryndam » de la ligne« Holland-Amert ka ». Ils étaient accompagnés de tout leur personnel.REVOLUTION RUSSE Une déclaration de Kerenski. Pétéograd. 20 mai. — A la réunion à Pétrograd, des délégués de la flotte de la mer Noire, M. Ko renski, ministre de la guerre, a dit : « Aussi longtemps que je serai ministre de 1«

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume