Le bruxellois: journal quotidien indépendant

293 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1916, 20 Juni. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 19 September 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/416sx65p4v/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

3mo Année - N° 621 - Ed. I CI M CENTIMES Mardi 20 Juin 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. § Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTiRIELS; ceux-ci prennent cours les IJànv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque tiimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois F'3.00-Mk-2.40 Fr.l.50-Mk,1.20 T0RAGE : 75,000 PAH JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Ec'nos . fr. 2.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne ...... 0.20 La grande ligne. ..... 0.50 T1ISÂGE : 75.000 PAR jour Rédacteur en Chef : Maro de SALM louraal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente ; BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS / BERLIN, 19 juin. —Communiqué de midi; Théâtre de la guerre à l'Ouest L'action a continué d'être vive, au sud de la. frontière franco-belge et jusqu'à la S'>mw". Les Français ont tenté, près de Gravonm (à l'est de Vadhjj, une attaque à la jrcnc~.de, que nous avons repoussée. Sur la hauteur de ta Fille-Morte, nous acons, avec un succès marquant, fait cx-pioscr une mine. Dans la région de la Meuse, Us combats d'artillerie n'ont repris une certaine- vigueur, qu'en fin de journée. Au cours de la nuit, ils ont atteint -une grande violence aux abords du Mort-Homme et à l'ouest de là ainsi que dans le secteur du front eoni2>ris entre le bois de Thiaumont et le fort de Vaux. On mande, a-près coup, qu'au cours de la nuit du 17 au 18 juin, un assaut de l'ennemi a été repoussé dans le bois de Thiaumont. Hier, de nouvelles tentatives d'attaque ont été déjouées par notre feu. Dans les combats des deux derniers jours, une centaine de Français ont été faits prisonniers, en cet endroit. Dans la contrée du bois du Fumin, nous avons, en nous battant à la gre-7iade, repoussé, nettement plusieurs attaques nocturnes. Deux biplans anglais sont tombés à la suite de combats aériens, l'un près de Lens, l'autre au nord d'Arras. Les deux occupants sont morts. Un avion français a été abattu à l'ouest de l'Argontie. Une escadrille d'avions allemands a attaqué la gare et les usines militaires de Baccarat ainsi que llaon l'Etape. Théâtre de la guerre à l'Est Dans la partie nord du front, pas d'événements particuliers. Un grand nombre de bombes ont été lancées sur la voie ferrée entre Ljaehovitschi et Luminice, où nous avions observé des transports militaires. Armées du général von Lissingen : Sur le Styr, a l'ouest de Eolki, et sur le Slochod, dans la région du chemin de fer de Kouel à Rowno, des assauts russes ont été repoussés, queqlues-îins par d'efficaces contre-attaques. Au nord-ouest de Luclc, nos troupes sont engagées dans des combats qui tournent à nuire avantage. Le nombre de »ios ptisonniers et le chiffre de notre butin ont augmenté. Au sud-ouest de Luclc, les Eusses ont attaqué dans la direction de Gorochov. Hrmée du général comte von Bothmer : La situation ne s'est point modifiée. [| Théâtre de la guerre aux Balkans Rien de nouveau. AUTRICHIENS Tienn, 18 juin. Officiel de ce midi : Théâtre de la guerre russe Hier, la garnison du pont fortifié d'Ozer-Nowitz a dû être reportée en arrière, devant le feu d'artillerie concentrique de l'ennemi, bien supérieur en nombre. Fendant la nuit, l'adversaire a forcé sur plusieurs points le passage du Pruth et a pénétré dans Gzernowitz. Nos troupes ont éva cué la ville. En Gahcie orientale, la situation n'a pas changé. A l'ouest de Wisnioczyck, sur la Strypa, des attaques russes ont échoué sous notre feit d'artillerie. En, Volhynie, nos troupes ont gagné du terrain au nord de Lipa, au nord de Gorochow et à Lohaczy, en rejetant des contre-attaques russes. Avant-hier et hier, nous avons fuit 905 prisonniers et capturé S mitrailleuses. Au nord du secteur de Tarija, des forces allemandes, au cours de combats fructueux, ont fait prisonniers 11 officiers russes et 3,-^6 soldats et se sont emparés d'un canon et de dix mitrailleuses. Entre Solcol et Eolki, de fortes attaques russes ont de nouveau été rejetées. Théâtre de la guerre italien Au front de l'Isonzo, les Italiens se sont de nouveau apprêtés à avancer en plusieurs points, notamment contre la partie méridionale du monte San Michcle et contre nos positions élevées au nord de la tête de pont de Z'Dïmcin. Mais, grâce à noire canonnade, aucune attaque n'est parvenue à se développer. Dans les Dolomites, l'activité de l'ennemi s'est généralement ralentie. Seul, le •monte San Gadini s'est trouvé à intervalles sous un feu d'artillerie très violent, qui a été suivi par plusieurs attaques bientôt rejetées. Dans la région de l'rimolano et contre notre front au sud-ouest d'Asiago, les Italiens oni renouvelé leurs attaques, qui ont été rehaussées partout. llicfitre de la guerre Sud-Est. Inchangé. TURCS CONSTANTIN Ol'E, 19 juin. — Le quartier général fait savoir : Au front de l'Irak, pas de changement. Front du Caucase : A l'aile droite, pas d'événement d'importance. Au centre, en divers endroits, échange de feu tl'infanterie et d'artillerie. A l'aile gauche, nos détachements d'éclaireurs ont occ,ipé quelques positions avancées de l'ennepii, l'en ont délogé et lui ont infligé des pertes. Un torpilleur et deux avions ennemis, qui avaient été observés en mer près de l"ile de Eeusten, 'put été chassés par notre feu. Deux de nos avions ont survolé l'île Tenedos et ont jeté avec résultat des bombes sur les installations yde l'ennemi. Ils sont revenus indemnes. Sinon, "Tien de nouveau* BULGARE SOFIA, 19 juin. — Officiel du 17 : Dans la vallée du Wari/ttr, on annonce journellement des combats d'artillerie et des engagements entre patrouilles d'un caractère violent. Sur le restant du front méridional, le calme règne. Depuis peu, les AngldTs et les Français détruisent la récolte au moyen de bombes incendiaires. Le 10 juin, quatre avions français ont jeté dans les environs des villages Ziruli, Tarachmanli et à l'embouchure de la Mesta, quelques bombes d'une composition ■particulière, jiour allumer l'incendie dans les champs. Ils ont causé des incendies, qui ont été aussitôt éteints. Hier au soir, un avion ennemi a jeté cinq bombes sur Bitolia. Deux civils ont été légèrement blessés. Le dégât matériel est insignifiant. D'autres aviateurs ennemis ont jeté des bombes sur Walandowo, fjodeli et Doiran, sans résultat. Nos aviateurs ont jeté de nombreuses bombes sur les bivouacs ennemis de Kara, Sinantzi, Smol, Ka-linowo, Michalowo, le campement et le champ d'aviation de Eukutsch. Tous nos aviateurs sont rentrés indemnes. ANGLAIS LONDRES, 17 juin. — Le département de la guerre publie : l'as de changement dans la situation en Mésopotamie. A la rive septentrionale du Tigris, près de Kut, les tranchées anglaises ont été rapprochées jusqu'à une distance de @00 yards ae la position turque près de Sannaujat.Sur l anve, méridionale les Anglats ont occupé une posi-tio avancée jirès de Lm«n Mansura, à 8 Ij2 milles au sud de Magasis. De la ligne de l'Euphrate, on ne signale aucun combat, abstraction faite d'une petite expédition de châtiment heureuse contre les Arabes, qui avaient coupé, dans la nuit du U/. au lô janvier, les jus télégraphiques au nord du lac de Ilamar. La cavalerie anglaise a surpris une tribu d'arabes ennemis et a cap-taré 200 charges de wagons de grain et une certaine quantité de brebis. Sur le Tigris trois barques ont été coulées pur le feu de l'artdlche. —Londres, 1? juin. Beaucoup d'activité Lier soir sur les différentes parties du front; jeu violent de l'artillerie ennemie entre la Douve et Wieltje. Vers minuit, l'ennemi a fait sauter à l'ouest de Messines et de la côte de Wytschacte, deux camouflets, dont les gaz n'ont causé aucun effet, et qui n'ont été suivis d'aucune attaque d'infanterie, FKAfiÇAiS Au sud de la Somme, une forte reconnaissance ennemie dirigée sur nos tranchées devant Fay, a dû se retirer en laissant quelques prisonniers entre nos mains. En Argimne combats assez vifs à la grenade dans la région de Vauquois. A la Fdle-Morle l'explosion d une de nos mines a provoqué un entonnoir dont nous avons occupé le bord sud. Le tir de notre artillerie à longue portée a allumé un incendie à la gare de ChaJerange où des mouvements de trains étaient, signalés. Sur la rive gauche de la- Meuse, l'ennemi après un bombardement d'une extrême violence a attaqué ù plusieurs reprises nos nouvelles positio-ns du Mort-Homme. L'ennemi qui a fait usage de jets de liquides enflammés a été repoussé en subissant des pertes sérieuses à chacune de ses tentatives. Nous avons entièrement maintenu nos gains précédents. Sur la rive droite une série d'attaques ennemies sur nos tranchées au nord de l'ouvrage de Thiaumont ont également subi un sanglant échec. Un peu plus à l'est, anse abords de la côte 320 nous avons repoussé peu après une attaque à la grenade. 1m lutte d'artillerie est toujours très vive dans le secteur au nord de Sou vide. Dans les Vosges nous avons arrêté à coups de fusil une troupe ennemie qui tentait un coup de main sur un de nos ouvrages ù 1,200 mètres au sud-ouest de Karspach. Aviation : Sur le. front de Verdun notre a-viation a livré de nombreux combats contre les avions ennemis venus bombarder Bar-le-Dtie. Au cours de ces engagements deux avions ennemis ont été abattus; l'un près de M al an-court, Vautre vers Samogneux. Trois autres appareils ennemis mitraillés de très près ont dû piquer verticalement, le premier à Fresnes, te deuxième à Septforges, le troisième aux a-hords de Béthincourt. En Lorraine, quatre de nos appareils ont livré bataille à quatre fok-ker au-dessus des ligner ennemies. Deux de ces derniers, dont l'un est tombé en flammes, ont été abattus à l'est de Bezanges; un de nos avions a été contraint d'atterrir. Nos escadrilles de bombardement se sont également montrées très actives. SI/. oints ont été lancés sur des dépôts ennemis près de la gare de Selide (région de Vouziers); 20 obus de gros calibres sur des usines à Thionville où deux explosions ont, été constatées. Une vingtaine de projectiles sur les établissements aériens d'E-tain et de Tergnier. Au cours de la nuit des avions ennemis ont lancé des bombes sur Pont-à-Moasson, Nancy et Baccarat. Dégâts matériels insignifiants. Un blessé à Baccarat. l'ASIS, 18 juin. — 11 h., A. F. M. : Sur le front de Verdun, la lutte d'artillerie, a pris une certaine intensité dans la région de la côte 30/f et dans le secteur au nord de l'ouvrage de Thiaumont. Au cours de la journée aucune action, d'infanterie. Calme sur le reste du front, sauf en Argonne où la lutte de mines a continué activement dans les régions de Bolante, Vauquois, la Fille-Morte, ITALIENS Rome, 17 juin. Entre l'Adige et i'Astico, violents duels d'artillerie. Sur le plateau des Sept Communes, combats acharnés, mais terminés partout à notre avantage. Au sud-ouest d Asagio, l'ennemi a tenté hier, après une violente canonnade, de nos positions depuis le Monte Fau jusque Bos-con, deux attaques dans la direction clu monte Mctgnabosch), ainsi qu'entre le mont Le merle et Boscon. Après des efforts répétés, accompagnés de pertes sanglantes, l'infanterie ennemie a fini par atteindre, pour un instant, le sommet du mont Lemerle mais en a bientôt été rejeté par notre furieuse contre-attaque. Au nord-est de d'Adagio, nos troupes ont opéré une forte poussée entre le val Frenzela-ia, et le bassin de Marccsma. Nos troupes ont bravé les difficultés et complications naturelles dif terrain ainsi que les obstacles placés par l'ennemi, qui sa tenait dans ses retranchements et était soutenu par de nombreuses pièces d'artillerie ; elles ont réussi à occuper l'extrémité supérieure du val Frenzelata et les hauteurs de Fiora et de Gostclgomberto, ainsi que l'ouest de Marccsm. —Les résultats les plus importants furent toutefois atteints sur l'aile droite, où nos braves alpins ont conquis de fortes positions dans le val Gasosetta et au Monte Magari, en infligeant à l'ennemi de très lourdes pertes; notre butin s'élève à 203 prisonniers, une batterie complète de six canons, quatre mitrailleuses et une forte quantité d'armes et ae munitions. En Carmthie et à l'Isonzo, duds d'artillerie et expéditions par petits détachements.Des aviateurs ennemis ont jeté des bombes sur des localités -de la plaine vénitienne, entre l'Isonzo inférieur et la Livenza, ainsi que sur Padoue. On compte trois personnes tuées, huit blessées, ainsi que dt légers dégâts matériels. Le 15 juin, une escadrille de six de nos avions Caprom bombarda avec succès la gare de Mattarello (vallée de l'Adige), Hier, de fortes escadrilles, constituées par 37 avions Caprom et Farman, bombardèrent des camps ennemis au nord J'Ato?.- , ainsi, que dans h val Nocda, et revinrent tous sans endom-magement après avoir jeté 160 bombes. Au cours des combats aériens,.nous avons abattu deux avions ennemis, l'un au-dessus du val Lagarina, lautre à l'est d'Asagio. RUSSES l'ETROGRAD, 17 juin. — Afin d'arrêter notre marche vers Lcmbcrg, l'ennemi, renforce par des troupes qui sont retirées à d'autres ■parties du front, a dirigé de nombreuses contre-attaques furieuses contre nos troupes placées sous le cornmandement du général Brous-silof. A l'ouest de Eolki, sur le Styr, l'ennemi sous le feu violent de notre artillerie, a déclanché hier une attaque dans le voisinage du village de Gadomitchi. L'attaque a été repoussée. Après cela, nos troupes ont poursuivi l'ennemi et pénétré dans sa position sur la rive septentrionale du Styr, en faisant prisonniers à cette occasion jdus de 15 off iciers et 800 soldats. Au nord-ouest de Rojisttje, au sud du Sto-chod, nos troupes sibériennes, sous le colonel Kisleji, se sont rendues maîtres, à la suite d'un violent combat du village de Svidniki ci ont fait jjrisonnicrs ^ officiers et 800 hommes.Des cosaques blancs de la Russie, se sont élancés, malgré le feu d'artillerie, d'une manière brillante, à travers 3 lignes ennemies et ont abattu à coups de sabre plus de deux compagnies d'Autrichiens. Hier, vers midi, notre cavalerie s'est emparé de Radziwiloiv (sur la route de Brody), a-près avoir délogé l'ennemi. Elle continue à repousser Vennemi dans la direction de Brody. L'ennemi a cté délogé de l'ancien et du nouveau Potsjijef, ainsi que du vieux cloître de l'itsjasef. (Ces localités se trouvent au sud-ouest de Eremenetsj. Hier, nos troupes ont occupé ces endroits. Dans la région de Hciworonha et Eurd-wanoivlta, à la Strypa, sévit une ardente lutte; l'ennemi fait des contre-attaques furieuses. Sur la route entre Sniatyn et Eolomca, l'ennemi a été rejeté sur l'autre rive de la Tsernaja. Dans la région des positions de Dwinsh (Du-nabourg), notre artillerie continue à bombarder avec succès les positions de l'ennemi. Dernières Dépêches Les Etats-Unis et le Mexique Washington, 19 juin. — (Télégr. de l'ag. Reutcr.) — Le président Wiison a mobilisé toute la milice de tous les états confédérés pour le service à la frontière mexicaine. Washington, 19 juin. — (Télégr. Reuter.) — On annonce que la milice sera envoyée à la frontière mexicaine selon les besoins. On n'in-tentionr.e pas une nouveKe expédition en Mexique, exception faite pour des poursuites de bandits, qui commettent des crimes sur le sol américain. L'oppression de la Grèce Londres, 19 juin. — « Daily Mail » annonce d'Athènes : M. Rhallis donne l'autorisation à donner des déclarations, que le gouvernement grec n'a pas l'intention de céder à la pression de l'Entente. Le Japon et la Chine Londres, 19 juin. — On mar.de de Tientsin au « Dailg Mail » : Des renforts de troupes japonaises sont arrivés à Peking et à Shan-ghai-kwan.Hccident d'aviation Paris, 19 juin. — Deux avions se sont rencontrés à Pantin, à une hauteur de 1,800 m. et se sont brisés sur le sol. Comme par miracle les deux aviateurs sont restés indemnes. Les troubles à Dublin Londres, 19 juin. — D'après un télégr. de l'agence Reuîer des troubJes ont eu lieu hier à Dublin, k>rque la polices intervenait contre une procession, qui le drapeau républicain en tête, revenait d'une fête coinmérnorative en l'honneur de deux « Sinnfeiner » dernièrement exécutés. 3 séants de police ont é.é blessés et 7 personnes arrêtées. Le bateau-phare Noordhinde? La Haye, 19 juin. (Officiel.) — Le bateau-phare Noordhinder a été transféré à un point à environ 52° 1' latitude et 2° 40' longitude est de Greenvvich. La latitude et longitude exactes seront annoncés plus tard. L'heure d'été daas la Belgique non occupée La Haye, 19 juin. — L'heure d'été vient d'être introduit® dans la partie de la Belgique non occupée par les Allemands. Les Etats-Unis et les Irlandais Londres, 19 juin. — On mande de Saint-Louis au « Daily Chronicle » : Au Convcnt du parti démocratique, M. Bryan a, selon le désir de l'assemblée, prononcé un discours. Il a adressé à M. Wiison des remercinjents pour le maintien de la paix aux Etats-Unis. Un délégué du parti irlandais-américain de l'Iilinois, qui commença son discours en parlant de l'indépendance de l'Irlande, s'est vu retirer la parole- Epaves de ia bataille navale Copenhague, 19 juin. — Les journaux annoncent que, lors des dernières tempêtes, la mer du Nord a rejeté à la côte ouest de nombreuses épaves provenant de la bataille navale du Skager-Kaek, entre autres des agrès do navire «omuivus, des vêtementa 2t la.e caisse de munitions dont la plaque portait l'indication « Queen Mary ». Les Etats-Unis et le Mexique Londres, 18 juin. — On mande do 'Washington au a Morning Post » que la situation est devenue dangereuse au Mexique au point que journellement le territoire américain est envahi par des bandes de Mexicains, lesqueis-1-es, on en a la conviction, agissent avec ressentiment de Oarranza. Apres leurs pillages, après lesquels ou compte généralement au côté américain quelques civils et un ou deux soldats tués, elles so dispersent sans être inquiétées par les troupes mexicaines. Le Président Wiison n'a pas encore réagi parca "ju'il voulait éviter qu'on voie dans les mesures de répression une intention d'i|tfluer sur ea candidature à la présidence par une réaction contre le Mexique; mais maintenant il va marcher de l'avant; le k Morning Post » conclut qu'une guerre entre les Etats-Unis et le Mexique serait actuellement fâcheuse pour l'Angleterre,qui ne pourrait pas trouver aux Etats-Unis toute l'huile minérale dont elle a besoin, Wagner et les Anglais Le « Daily News » signale le fait que pour la première fois depuis les 23 mois de guerre, S on vient de donner à Londres un opéra ds Wagner k Tristan et Iseult » qui s'est joué dans le Akï«• ichtheatre. La salle était archi-comble.La conléreace économique des aiîiés PaTÎs, 19 juin. — La conférence économique dets alliés a terminé ses travaux avant-hier; toute une série de décisions ont été prises à l'unanimité et seront publiées in extenso, le 21 juin, dans les différents pays de l'Entente. Le colonel-général de Moltke Berlin, 19 juin. — Les journaux sont unanimes à déclarer que le moment n'est pas venu de formuler uu® opinion défiuitive sur la part prise par le colonel général de Moltke aux événements de la guerre, car il était avant tout l'un des plus brillants organisateurs du service d'armement en temps de paix. Toutefois il a eu lo bortheur de constater, après la mobilisation apérée d'après les instructions signées par lui, que les succès allemands sa suivaient avec la, merveilleuse régularité d'une machine. Du « BerlineT Tag&bîatt » : Moltke déclinait modestement toute comparaison entre lui et son oncle; poiu- lui rendre justice il faut dire que, sa vie durant, il a toujours obéi aux devoirs do citoyen prussien. De la « Deutsche Tagesaeitung » : Il n'avait pas assumé volontiers la succession du comte von Sclilieffen, sachant qu'il ne pouvait l'égaler dans l'esprit et le cœur du grand état-major général; mais, avec sa, claire intelligence militaire et sa connaissance des hommes, il s'est- appliqué, selon ses moyens, à remplir avec succès une fonction aussi importante.Do la « Vossische Zeitung » i II a exécuté, de la façon la plus heureuse et pour le plus grand bien de l'armée, ce que ses prédécesseurs avaient conçu. A preuve les services par lui rendus aux services de l'artillerie lourdo et de la navigation aérienne militaire. Le « Berliner Lolcal-Anzedger » dit, à l'éloge do Molbke, qu'il tenait toujours sa propre personnalité cachée sous l'affaire à laquelle il apportait ses soins. Toujours fidèle au devoir, sou admirable abnégation se révéla enooro lorsqu'il fut relevé des fonctions de chef da l'état-major général de l'armée de campagne et que, après sa guérison, il se mit encore à la disposition de son Empereur, même pour rendre des services en sous-ordro de ceux dont il avait été le supérieur. ^ Dans le discours prononcé par de Moltke, à la mémoire de von der Goltz Pacha, il déclara d'une voix forte : « c'est un soldat qui doit prendre la parole sur la tombe d'un soldat, car von der Goltz a été un soldat d'élite.» Berlin, 19 juin. — Voici quelques détails sur les derniers moments de von Moltke : Sur son désir, il fut chargé de prononcer le discours, à la cérémonie, au nom de l'armée et de l'état-major général. Pendant une dizaine de minutes il a fait un émouvant éloge du défunt. Puis il s'est rassis et l'ambassadeur- turcs a pris la parole en allemand ; quand il eu parlé cinq minutes, cm a vu le colonel général de Moltke s'affaiser sur sa chaise en gémissant. Immédiatement les secours médicaux arrivèrent et le président clôtura la séance, aveo prière à l'assemblée d'évacuer la salle. Les médecins, assistés par des religieuses du lazaret du Eeiclistag, firent, après quelques minutes, la constatation du décès par apoplexie foudroyante. C'était un poignant spectacle que celui du défunt couché sur le tapis rougo de la salle décorée d'ornements funèbres,près du buste en marbre de son collègue et ami von der Golz Pacha, pour lequel il venait d'avoir trouvé de si belles paroles d'amitié; sou œil éteint paraissait adreser un dernier regard à la grande statue de l'Empereur Guillaume I L'arrêt dans l'offensive rnss-? au front de Wolhunie Du front de Wolhynie, 16 juin. — Les évé nements au front de Wolhynie prennent dojt. line autre tournure, l'intervention des. troupes allemandes ayant permis de briser et d'arrêter l'offensive russe. La violence extrême de cette dernière portait depuis longtemps sur une section d'une centaine de kilomètres, cà la ligne, assaillie par les masses russes était défendue par des troupes exclusivement austro-hongroises. C'est dans les derniers jours de mai qu'a commencé le feu roulant do l'artillerie lourde russe, lequel a détruit les tranchées austio-hongroisea à tel point qu'elles devenaient intenables. Puis eurent lieu, aux premiers jours do juin, les assauts d'infanterie qui entraînèrent la retraite austro-hongroise, position après position. A l'ouest de Eowno, il y eut des combats acharnés au front de la Pu-tilowka. On se battit à l'ouest d'Oiyka pour l'accès de la route vers Luzk, les Ji-7i.-;s:s r atteint, en œuvre d'énormes masses d'artillerie, pour arriver à leurs fins.. Au prix de lourdes pertes dans leurs rangs serrés, ils réussirent à forcer à la retraite les Autrichiens, c^ui durent ensuite abandonner Luzk. Les ouvrages fortifiés qa'on y avait érigés tomberjtit aux mains de l'ennemi, qui, continuant sa poussée vers l'ouest, rendit naturellement insoutenables les positions austro-hongroises directement raccordéîs, au nord et au sud, à la partie da front enfoncée. Les anciennes positions allant do Mlyuow, au nord-ouest do Dubno et à l'Ikwa, fuient perdues. Les secteurs du front à la Putilowka, au Kormin et au tournant du Styr dûrent êfcre reculés; par contre, les Austro-Hongrois réussirent dans la région de Czartorysk et de Kolki, non seulement à maintenir leurs positions sur le Styr, mais en outra, à étouffer immédiatement la poussée des Eusses sur la ligne Kolki-Sokul vers le nord, l'ennemi subissant des pertes sa.ngiant«s excessives et laissant 2,000 prisonniers. Les Russes sentirent alors peu à peu l'effet des troupes allemandes de renfort; dans le secteur de Stochod, les combats se terminèrent par l'arrêt de leur poussés avec do fortes pertes pour eux; aussi opérèrent-ils aveo plus de prudence à l'ouest da Luzk. Il y eut au nord et au sud de Tore-zyn, des combats d'arrière garde où les Eusses parurent déjà épuisés; en tout cas, leur résistance changeait de caractère et s'atténuait fortement. U faut dire que leurs chefs leur avaient promis une « Parade-marsch » irrésistible. Quant à leur artillerie lourde, si, au début de l'offensive, elle avait amplement participé aux combats, elle fut constatée, par les austro-allemands, être dans l'impossibilité de suivre les troupes d'offensive, à cause du terrain marécageux, où aeuk les contingents d'infanterie ainsi que les canons de petite et moyenne dimension purent) suivre le mouvement progressif. Cette mar--be était d'ailleurs destinée aune prompte fin dans l'espace entre Luzk et Wladimir-Wol-nysk.Les Russes tentèrent de marcher sur Brest-Litowsk en passant par Kowel. Dans cette dernière place, j'ai vu déjà un convoi de prisonniers russes qu'on embarquait, et les nouvelles arrivant du front faisaient présumer quo l'intervention des troupes allemand»! améliorait encore davantage la situation militaire.Sur mer Marseille, 19 juin. — Le petit vapeur an-gais « Sardino » est coulé. L'équipage qui sa composait de 20 hommes a été sauvé. Londses, 19 juin. — Lloyd mande que la vapeur espagnol a Mandibil » a cté coulé. L'équipage a été débarqué.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume