Le bruxellois: journal quotidien indépendant

547 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1916, 30 April. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 08 April 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/fj29884773/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

3me Année N° 572. Ed. B CIlfQ CENTIMES Dimanche 30 Avril 1916 ABONNEMENT POSTAI, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de po*ic en Belgique et à l'Etranger n'aeeenteiit que des aboufiernctiU TRI Vil-S'l RIfcLS; ceux ci prennent cour* ta» l Ja*v. 1 Avril IJernnr i O'croU Oh peut sUbormer toutefois pour les deux derniers mois on même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois î Mois Fr 3.00 Mk 2.40 rr1.50-Mk l.20 — 0 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR Le Bruxellois Rédacteur en Chef : M.-U'O. ao SAI^AI Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAL'S ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 2.00 Nécrologie 2.0G Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne 0.50 TIRAGE : 75.000 par jour LA REVOLUTION A DUBLIN Récit d'un témoin oculaire Derniers Coromuniqaés Officiels ALLEMANDS Berlin, 29 avril. — Communiqué de midi : Théâtre do la (juerre l'Ouest. Sur la ligne de front allant du canal de La 'Bassée à Arras, la lutte de milieu continue, active et toute à notre (/vantruje. Bans la région de Givenchy-'it-fjohelle, iwas avons réalisé de nouveaux progrès et rejtoust deux fortes contre-attaques anglaises. L'ennemi, qui se battait à coups de grenades, a subi des pu tes sanglantes. Dans la région de la Meuse, nous a-vons, une fois de plus, fait échouer des contre-attaques françaises près de la hauteur du Mort-Homme et à l'est de là, notre artillerie spéciale a descendu un biplan français, au sud ■de Moronv lliers (Chainpagne); les occupants sont morts, .lu sud de Faux le lieutenant Biïl-kc a abattu son quatorzième. avion ennemi. l'héàtro de In guerre à l'Est. Hier, au. sud du lac'Nôroez, nos troupes ont pris l'offensive en vue de consolider plus encore les pos/'s d'observations que vous avons reconquis le 26 mars. Pur delà les tranchées eque nous occupions déjà avant le 20 mars, nous avons enlevé les positions russes situées entre Stanaroczt et l domaine de Stacbotvee. L'ennemi a laissé entre nos mains 5,600 prisonniers ave.PoG officiers, dont Jt officiers cl'état -major, 1 canon, 28 mitrailleuses et 10 lance-lombes. En outre, il a essuyé de graves pertes 'sanglantes, dont l'importance s'est encore considérable m en' accrue à la suite d'une contre-attaque nocturne, déclanchce en colonnes terrées. Il n'a pas réussi à regagner un pouce d< terrain perdu. Nos dirigeables ont attaqué les installations du chemin de fer près de Wen-dm et sur la ligne de Dunabourg à Iljezyca. Dans les Ilalkatis. Lm situation n'a pas ch -ngé. AUTRICHIENS . J l'util, 29 avril. -— Comm. off. de midi : Théâtre de la guerre russe. 4# nord de Mlynow sut l'Ikwa des détachements de l'armée de Varchiduc Joseph Ferdinand ont chassé l'ennemi de ses positions avancées. Un officier russe, ISO soldats et une mitrailleuse ont été ramenés. Sinon les combats h a b il a els d'artillerie. Théâtre de la guerre lia'âssi. L'ennemi hier après-midi a tenu sous un vif feu d'artillerie le haut plateau de Dobcrdo et la tête de pont de Gôrz, ainsi que quelques localités derrière le front. Nos aviateurs ont lancé quantités de bombes lourdes sur les gares de Cannons et de San Giovanni di Manza-no. Sur le front des Dolomites le combat d'artillerie fut également assez intense. Sur le Col di Lana une nouvelle attaque ennemie dirigée contre nos franc,liées au point d'appui de Grat a été repoussée. riieàlre de la sjuerre Sud-Est. Sitnation inchangée. TURCS Constant'mople, 29 avril. — Le quartier général annonce ; Au front de l'Irak pas de nouvelles importantes.Sur le front du Caucase cles forces combat-tirés ennemie», qui avaient attaqué les 12 et 1S avril nos détachements sur l'aile droite dans la région de Wan ont réussi à s'apjrro-eher jusqu'à 300 mitres de nos positions. Par une contre-attaque elles furent forcées à la retraite. Le 13 avril l'ennemi renouvela son attaque, contre les positions au sud de Bitlis, 11 a dû cependant vers le soir se retirer sous notre feu d'artillerie et d'infanterie. .1 u ccntTe et sur l'aile gauche sur le littoral d<s combats de feu localisés eurent lieu. Un torpilleur et deux aviateurs etinemis qui ont tenté au cours de la soirée du 13 courant de s'approuver de la côte dans la région de Schl ul-Bahr, ont été mis en fuite. Des navires ennemis se sont montrés à ])la-siturs reprises pendant le 12 et 13 avril dans les eaiM de Smyrne. Ils ont dirigé leur feu alternativement contre le littoral de Kuche Ada Tsche/cnie. sans obtenir des résultats, ensuite ils ont pris le large. Deux aviateurs ennemis ont survolé Smyrne tt ont lancé infIficacément une bombe. Le 12 avril un torpilleur a lancé sans succès environ 100 grenades contre les hauteurs dominant la ville d'A ie . ainh cite et s'est retire ensuite.FRANÇAIS Paris, 28 and. — Officiel, 15 heures : — Aucun i l'éncment important à signaler ou cours de la- nuit sur l'ensemble du front, sauf un bombardement intermittent des régions d'Avoeourt et d'Eslies et une certaine activité, de nos engins de tranchée, dans le secteur de Régnier ilie (ouest de Pont-à-Mousson). Aviation : Dans la join'u/e d'hier vos avions ont, livré de nombreux combats aériens. Un avion ennemi a été, abattu dans la région, de Fromezey, deux autres a-pparad# ennemis attaqués par les nôtres, sont descendus, sérieusement touchés, l'un près de Douaumont, l'autre dans le bois de Mont faucon. Enfin, dans la région de Ncsle-Chuulnes, un fokker mitraillé par un nieuport a piqué verticalement dam les lignes ennemies. Dans la journée du 27, une de nos escadrilles de bombejrdement a jeté 18 obus sur la gare de la Marche en Woëvre. Paris, 28 avril. — 23 heures : Au nord-ouest de l'Aisne, canonnade assez vive dans la région du bois des Buttes. A. l'ouest de la Meuse, lutte d'artillerie dans le secteur dit bo's de Malancourt. .4 l'est de la Meuse bombardement assez violent de nos positions entre la côte du Poivre et Douaumont. Joui née relative ment calme en Woëvre. Dans les Vosg s, nos batteries ont pris sous leur feu un convoi ennemi aux abords de Moussey (sud-est de Celles). Aucun événement impartant à signaler sur le reste du front. Aviation : Dans la nuit du 27 au 28 avril nos avions ont bombardé la gare d'Audun-le-Boman, des baraquements près de Spincourt et Us gares de Grand pré et de Challerangcs. ANGLAIS Londres, 29 avril. —- C'omm.off. du 27 avril: On annonce de violents combats le long du front britannique. Une attaque, couronnée de succès a été dirigée contre les tranchées allemandes à Carency, en infligeant de grosses pertes à l'ennemi. Les Allemands prononcèrent sept attaques qui eurent lieu hier soir, au cours de la jniiit suivante et ce matin. Deux attaques à coups de bombes avaient été préparées par des déflagrations de gaz asphyxiants et par un bombardement intense. Toutes les attaques furent re poussées avec grosses pertes. I^es Allemands se sont établis dans nos tranchées en quatre endroits, mais une contre-attaque les en a immédiatement délo'gés. Londres, 29 avril. — Officiel : Un navire de combat coulé L'Amirauté annonce que le vaisseau de combat britannique « liusscl » battant pavillon du contre-amiral Fermatitle a heurté une mine dans la Méditcrrannée et a coulé. 12Jf marins de l'équipage sont portés manquants et 676 ont été sauves. (Lo v.aisseau-amrial « Russe] » avait étc lancc en 1901 et jaugeait 14,220 tonnes. Son armement consistait eu 4 pièces de 30.5 cm., 12 de 15.2 cm., et 12 de 7.6 cm. ainsi que 4 lances-torpille. Sa vitesse de 19 1/2 nœuds. Son équipage était composé de 800 tonnes.) RUSSES PéUograd, 29 avril. — Co/nm. officiel du 27 avril : L'ennemi a poursuivi sa canonnade, dirigée contre la tête de pont d'Uxkull. Des a-vions ennemis ont survolé hier la région de Dunabourg. Nos aviateurs ont attaqué la ligne ferrée derrière les lignes allemandes. Un dirigeable du type Muriamctz a lancé 13 bombes incendiaires à un poud (16.38 kg.) et 7 bombes explosives contre la gare de Daudsevas, au suri-est de, Friedrichstadt. Les bombes ont provoqué des incendies dans la gare. Au cours de la nuit du 25 au 26 avril l'ennemi prononça une attaque, après un bombardement préparatoire d'artillerie, de 2 heures, contre le secteur Wlassy-Krasclan, au nord-est de Baranowitsclii. L'attaque a été repoussée par le feu de nos postes, patrouilles et éclaireurs■ Ce malin nous avons constaté de nouveau rassemblements de troupes ennemies qui se préparaient à une attaque dans le même secteur. Nous les avons dispersés par notre feu- . L'artillerie ennemie fut particulièrement intense, dans la région du canal d'Oginskr et de lu Jasinlda. Des avions ennemis ont survolé en de, nombreux endroits les abris des troupes sous le commandement du général Ewcrt et y ont lancé quantité de bombes. Dans la région de la ligne, ferrée Eowno-Eowel nous avons occupé après combat le village de Chromiakow (5 km. au nord-ouest d'Olyka). L'ennemi a fait des tentatives de reconquérir le terrain perdu, mais il fut repoussé par notre feu. Dernières Dépêches La Révolution à Dublin Récit d'un témoin oculaire Amsterdam, 29 avril. — Un journal d'ici annonce de Londres : Un témoin occulaire des événements à Dublin donne dans le « Times » le récit suivant : Lundi dernier la ville paraissait plus' calme que jamais; on constata que les rues étaient très animées de geais qui se rendaient aux courses de chevaux. Le témoin se promenait, lundi matin dans O'Con-nellstreet et se dirigeait vers Saint Stephen's Green. U a vu une oentaine de « Sinnfeiner », qui étaient pour la plupart armés et qui marchaient à travers Dublin, les baïonnefces au canon. Un peu pkrs/ard le témoin entendit un ou deux coups de feu et remarqua que La grille de Saint Steplien's Green avait été fer- I mée et barricadée. Des « Sinnfeiner » étaient postés fusils chargés devant la grille. Les rebelles n'étaient pas seulement maître de la place, mais également de la poste centrale et de beaucoup de maisons du voisinage.En même temps quelques boutiques d'armes furent pillées. Les sacs de dépêches à la poste centrale furent utilisés comme barricades, tandis que les fenêtres des bâtiments furent barricadées par des tables. La foule dans la rue assista » avec surprise à ce spectacle. A l'entrée de la poste se trouvaient quelques « Sinnfeiner » qui retenaient la foule à l'aide de cannes, tandis que leurs partisans tiraient de temps cm temps des coups de feu à l'intérieur du bâtiment. Lorsque le témoin traversa la Dames-street il a aperçu du sang sur îe trottoir. On lui a raconté que les « Sinnfeiner » avaient tué quelques soldats du baut des toits des maisons avoisinantss. Quelques <( Sinnfeiner » ont profité de chaque occasion de tirer sur des soldats et des marins. Lorsque 2 bicyclistes passèrent, les rebelles ont tiré contre eux quelques coups à blanc, jusqu'à ce qu'ils stoppèrent. A 3 heures on a liissé sur le bâtiment de la poste deux drapeaux, à droite le drapeau vert des « Sinnfeiner » et à gauche un de couleur jaune. Le drapeau vert portait l'inscription en lettres jaunes « République •irlandaise ». Lee rebelles ont salué l'apparition de ce pavillon par des acclamations frénétiques. Au cours de la journée des coups de feu furent tirés d© tcmjfs en temps, quoique des combats acharnés eussent lieu à proximité-du château. Isa police a été éloignée des rues et les soldats, qui n'étaient pas de service devaient chercher un refuge. Aussitôt que les rebelles apercevaient dans - le château un mouvement suscitant leurs soupçons, ils effectuaient un feu nourri.Le soir les théâtres et cinémas restèrent fermés. Après 6 heures du soir rien d'essentiel ne se pas~a. Jeudi matin un violent feu fut dirigé dans le quartier sud de la- ville, lorsque des soldats arrivèrent, ce feu a perduré pendant toute la journée. Une canonnière britannique qui était entrée pendant les troubles dans le port de Dublin, a tiré deux coups de canon contre une boulangerie, occupée par les « Sinnfeiner » en réduisant le feu de ceux-ci au silence. Les rebelles ne s'en sont pas pris aux civils, soit anglais soit irlandais. Ils ont attaque uniquement les militaires qui représentent évidemment le gouvernement. Des cas do pillages de maisons furent isolés. Il n'y a que 10 à 20 boutiques où des pillages ont eu lieu. On tirait sur tous les passants qui portaient l'uniforme du Roi. Toutes les rue3, conduisant à la poste centrale furent barrées. Jeudi on avait tendu des fils de fer barbelés à partir des locaux de la poste jusqu'aux boutiques, eituéea à l'autre côté de la rue. Trois rebelles étaient postés eu sentinelle, baïonnette au canon, mais le public pouvait sous leur surveillance passer à travers les fils barbelés. Il est évident que l'organisation des rebelles est parfaite et qu'ils sont secondés par les habitante des environs. Plus de 1,000 fils télégraphiques de la poste centrale avaient été coupés et posés à travers les fils des trams électriques. Le trafic d<js trams électriques a été également suspendu par les rebelles. Les « Sinfeiner » qui tenaient occupée la poste centrale furent ravitaillés par un hôtel connu; les fournitures furent cependant payées par les rebelles. Il court le bruit que les rebelles se sont servis pour leurs besoins de l'argent esi papier et en métal, trouvé à la poste centrale. Londres, 29 avril. — (Télégr. de t'Jlg. Reu-ter.) — Les derniers 'communiqués non-officiels de jeudi venant de Dublin, annoncent que le halj de la liberté a été détruit par la canonnière « Liffey ». Les troupes ont chassé les rebelles hors de leurs, positions retranchées sur la place Saini-Stcphen's Green à coups de bombes et avec des mitrailleuses, qui avaient été mises en position sur les toits d'un hôtel et d'un club. Les rebelles sont encore toujours en possession de la grande fabrique de biscuits Jacob, qu;i a été bombardée par les troupes à. l'aide de 2 canons, en outre ils tiennent encore la poste, le palais de justice et une gare. Le bruit court que les troupes ont pris enéreîemps la poste en se servant de bombes asphyxiantes. Le soulèvement à Dublin Frontière suisse, 29 avril. — D'après la presse italienne, le soulèvement de Dublin qui est loin d'être dompté, est considéré comme très grave en Angleterre. Les insurgés qui possèdent encore la poste centrale, les deux gares, le palais de justice et d'autres bâtiments, seraient encerclés, mais afin d'épargner les bâtiments M ne sera pas employé d'artillerie, mais on assiégera rue par rue. Le soulèvement arriva d'une façon inattendue, tous les officiers de la garnison se trouvaient aux courses de chevaux à l'extérieur de la ville. La presse anglaise accuse le secrétaire d'Etat Bire'll et le vice-roi Lord .Wimborne, d'être res ponsables du soulèvement. EH.e désire la retraite de ce dernier. D'un autre côté on exige l'envoi de Kitchener avec pleins pouvoirs, comme vice-roi en Irlande. La situation à Dublin Rotterdam, 29 avril. — On mande au sujet de la séance d'hier à la Chambre des Lords où les troubles irlandais ont été commentés. Le premier-ministre lut un télégramme, de Dublin, annonçant, que le Liberty Hali et le Steîfens Green sont occupés par les troupes britanniques et que l'état de siège a été proclamé dans la ville et dans l'île. De graves mesures ont été prises pour étouffer le mouvement et pour s'emparer des coupables. Trois cas seulement de troubles ont eu lieu en- dehors de Dublin. Pendant que le ministre y fit ses déclarations, on lui transmit un nouveau télégramme, annonçant que la situation à Dublin était satisfaisante et que les volontaires nationalistes à Drogheda ont pris les armes, pour soutenir le gouvernement. Les troubles en Irlande et la presse de Lond'es Londres, 29 avril. — Le « Daily Telegraph » donne une image vivante de l'attitude du secrétaire d'Etat pour l'Irlande, M. Birreil, quand il dut répondre, à la Chambre des Communes, aux diverses questions^ au sujet des troubles en Irlande. Sa figure était pâle ei anémique ; il était très nerveux et pas maître de lui-même, quand il répondit aux violentes questions. Le « Daily Telegraph » ajoute, autant que Birreil a été optimiste au sujet de l'Irlande, autant semble-t-il être surpris par les nouvelles. Birreil a horreur de faire couler le sang et malgré cela des personnes ont été tuées et la menace des membres de Sinn-Fein, qui cherchaient un soulèvement, s'est réalisée. Il a toujours tenu cela pour impossible. — Le « Times » dirige de violentes attaques contre Birreil. Sa faible administration est la cause des troubles, qui sont par conséquence de la tolérance avec laquelle 1e gouvernement a supporté le mouvement des Sinn-Fein et la propagande contre le recrutement! de troupes. Par contre la presse libérale dit que Carson en est la cause, car le mouvement de l'Ulster a eu une influence malheureuse sur les extrémistes irlandais. Le « Daily News » maintient que le mouvement Sinn-Fein ne se compose que d'un nombre de personnes limité, qui ont toujours été un obstacle au parti nationaliste irlandais. Ces Irlandais détestent le Home-Rule et ne veulent pas d'une réroncilia-tion avec l'Angleterre, mais une séparation complète et une hostilité ouverte contre l'Angleterre.La situation en Irlande Le « Cornera délia Serra » a.uonce que la ooni m uni cation télégraphique eaitre l'Angleterre et l'Irlande est encore interrompue. Le général Maxwell qui fut jusqu'ici ©n Egypte, a été investi du commandement en chef, en Irlande. D'après un cablogramme de New-York, la révolte de Dublin a produit une sensation énorme dans les milieux irlandais d'Amérique.Les Anglais dans la b3ie de Soude L'information télégraphique suisse apprend d'Athènes que l'établissement d'un point d'appui pour la flotte anglaise dans le baie de Soude (Crète) est un fait acquis; de cette façon se réalise un ancien plan maritime de l'Angleterre. Le « Néon Asti » annonce que deux grar ds croiseurs auxiliaires bondés de troupes sont entrés dans la baie de la Soude, &t bloquent le port. Des officiers anglais ont atterri et sont partis pour la Canée en automobile. Des troupes grecques ont été immédiatement envoyées à la Soude. Nouvelle exportation interdite par l'flngleSerre Copenhague, 29 avril. — Depuis le 1 avril toute autorisation d'exportation de café, thé et fruits secs provenant de l'Angleterre est refusée à l'association danoise des commerçants' m gros. L'importation directe de café du Brésil semble impossible, puisqu'on devrait 6'at-tendre à la saisie de tous leschargemeut. La Grèce refuse te transport de troupes serbes sur ses chemins de fer D'après une répêche d'Athènes à l'ageneo Reuter, la situation est devenue critique par suite du refus opposé par le gouvernement grec à la demande des Alliés, de permettre aux Serbes de se servir des chemins de fer grecs. La dépêche fait ressortir. que le gouvernement est décidé à maintenir fermement son point de vue. Le ministre de Serbie s'est présenté au ministère des affaires étrangères pour y faire savoir que le gouvernement serbe est péniblement impressionné par le refus du gouvernement hellène. Les diplomates de l'Entente attendent de nouvelles instructions.D'après la dernière proposition des Alliés, les Serbes devaient être débarqués au nord de la baie de Corinthe afin d'éviter la ligne snr-îliargée de Patras au Pirée et le passa,ge parla capitale ce qui serait humiliant pour les Grecs. Le « Seoolo » apprend d'Athènes que M. Skouloudis a déclaré à plusieurs reprises raix ministres l'Entente, que le refus de la Grèce de permettre le passage des Serbes par la voie de terre était irrévocable et absolu. Si l'Entente insistait, la Grèce ferait sauter tous les viaducs et tous les tunnels de chemin de fer. Si par contre les Serbes se servaient de la voie maritime et passaient par le canal de Corinthe, la Grèce se bornerait à protester jxrnr la forme. Le parti gouvernemental et la Presse se montrent extrêmement inquiets et ils craignent que ce passage ne soit qu'un prétexte à l'occupation permanente des points les plus importants de la Grèce, pour fomenter des troubles à l'intérieur, favoriser des conspirations et créer un prétexte pour mettre le roi de côté. Un accord économique entre la Turquie et la Roumanie Bucarest, 29 avril. — Les négociations engagées entre la Roumanie et la Turquie, pour arriver à une entente économique, sont eu bonne voie. U y a cles raisons de croire que l'accord sera conclu d'ici peu. La Russie- et la conférence interparlementaire Dans son compte rendu de la conférence in-terparlementaire, le « Temps » constate que le Japon et la Russie n'y sont pas représentés, M. Nicolas Raffalovitch en sa qualité de délégué extrapailementa're de la Russie a donné lecture à la conférence d'une télégramme des députés officiels, d'après lequel il leur aurait été impossible de partir à temps à raison de la clôture tardive de la Douma et du Conseil de l'Empire, oe qui explique qu'ils n'aient pu assister à la conférence. Les prises anglaises Londres, 29 avril. — 84 navires ennemis ont été déclarés jusqu'ici de bonne prise. 12 navires ont été vendus et 12 réquisitionnés. Le tonnage global des navires vendus s'élève à 54,772 tannes, celui des navires réquiti-onnés à 56,162 tonnes. La vente des navires et des chargements a rapporté 6,850,000 liv. st. La perte du « Russell » Londres, 29 avril. — (Télégr. de l'Ag. Reuter.) — Le contre-amiral Fremantle et 22 officiers du vaisseau-amiral « Russell » ont été sauvés. Des livres pour Kut-el-Amara Londres, 29 avril. — Le ministère de la guerre annonce qu'on a entrepris une tentative pendant la nuit du 24 août d'esîvoyer un navire chargé de vivres à Kut-ei-Amara, m%s que malgré la plus extrême intrépidité celle-ci a malheureusement avorté. Les avions or.i constaté que le navire en question® s'est échoué à environ 4 milles anglais à l'est de Kut-el-Amara.Le manque de vivres en France Frontière suisse, 29 avril. — Le préfet du département de l'Aisne a défendu l'exportation des grains de son département, parce que les provisions suffisent à peine pour la population.La situation économique de l'Italie On mande de Milan 29 avril aux journaux suisses, que les pertes subies par l'Italie dans le domaine économique, se montent pour la première année de guerre à 6 milliards d« lires environ. Ces pertes sont causées pour la plus grande partie par l'augmentation énorme des frets, puis par l'augmentation de prix des marchandises à importer, — particulièrement pour les charbons et le blé, — en outre par la diminution des envois d'argent d'émigrés italiens et enfin par !e manque de touristes étrangers. Les frais de guerre de l'Italie Le professeur Einandi établit dans le « Se-colo » les frais de guerre de l'Italie pour les premiers dix mois en se basant sur des comptes du ministère des finances, publiés le 31 mars 1916. Ces frais se montent en tout à 4 milliards 944 militons pour l'armée et à 511 millions de Kres pour la flotte. Les frais des préparatifs, du mois d'août 1914 jusqu'au mois de mas lï»'5. ont été d'un milliard 616 millions pour l'armée et de 164 millions de lires pour la flotte. Les dépenses totales de l'Italie se montent par conséquent, au 31 mars 1916, à 7 milliards à peu près. La moitié de cette somme a été dépensée pour la guerre italienne proprement dite, l'autre moitié pour la guerre européenne en général. L'horaire d'élé en Serbie Belgrade, 29 avril. — Le commandant en chef de l'armée aufricbieiuie a ordomné, que l'horaire d'été soit introduit en Serbie, à partir du 1 mai. La zône maritime dangereuse Rotterdam, 29 avril. — Le « Rotterdamsche Courant » annonce que les primes d'assurances pour les risques de guerre pour les navires qui vont et viennent de la côte anglaise occidentale, y compris LiverpooJ, Glasgow et Bristol, ont été augmentées de 10 p.c. Prisonniers malades en Snisse Londres, 29 avril. — Lord Newton a déclaré à la Chambre des Lords en réponse à une question de lord BereSi'ord que le gouvernement anglais aurait adressé au gouverne-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume