Le bruxellois: journal quotidien indépendant

329 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1916, 03 April. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 11 August 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/n29p26rt6v/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

3me Aimée N° 546. Ed.B CINQ CEHTIHES Lundi 3 Avril 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 3 mois s Fr. 4.50. - Aik. 3.60 Lès bureaux de poste eu Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des Abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les I Jakv. «1 Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois I Mois Fr. 3.00 - Mk-2.40 Fr 1.50-M-1.20 TIRAGE : 75-000 PAR jour Le Bruxellois r Rédacteur en Chef : Mai'o de A. I* HJkT Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 2.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne 0.50 TSfIAGE : 75.000 par jour Nouvelle attaque aérienne sur l'Angleterre REPRISE DES COMBATS AUTOUR DE VAUX Derniers Communiqués Officiels JBBT JcL. JBlûï» JMl. >£3.' m? ALLEMANDS Keprlse des combats autour de Vaus Théâtre do la guerre a l'Ouest. Berlin, 2 avril. — (Communiqué officiel dt midi). — A Fay, au sud de la Somme, une attaque ennemie, déclenchée après une courte préparation d'artillerie, a avorté sous notre feu. l}ar le bombardement de Béthineville (l l'est de Reims), les Français ont causé des pertes considérables à leurs propres compatriotes, 8 femmes et 1 enfant ont été tués, 5 hommes ei 1 enfant sont grièvement blessés. ' Les tranchées françaises au nord-est de llau court, se rattachant aux positions prises le 3C mars, ont été débarrassées de l'ennemi sui une étendue d'environ 1,000 mètres. Sur la rive est de la Meuse, nos troupes st sont emparées, après une préparation soigneusement ménagée, des installations de défensi et de fianc ennemies au nord-ouest et à l'ouesi du village de Vaux. Après que le feu françaii eut augmenté ce matin jusqu'à sa plus grandi intensivité, la contre-attaque attendue lui succéda. Elle a complètement échoué sous h ffu de nos mitrailleuses et le tir de barrage dt notre artillerie. Indépendamment de ces perlet sanglantes, l'adversaire a dû laisser en noi mains au cours de l'attaque au 31 mars, en prisonniers non blesses : 11 officiers et 720 hommes; en outre, 5 mitrailleuses ont été captu rées. L'activité très vive des aviateurs des deua. côtés a conduit à de nombreux combats aérien, aux résultas heureux pour nous. Après quatri avions ennemis, abattus au-delà de notre front, un biplan anglais a été descendu à Iloïlebcekt -(■au nord-ouest de U'ervicq); ses occupants oui été faits prisonniers. Le premier lieutenant Berthold y a mis hors de combat son quatrième avion ennemi. En outre, un avion ennem\ touché en plein par nos canons de défense est tombé brûlant au sud de Lens. Nous avoni lancé une grande quantité de bombes sur la localité de Dombesle-en-Argonne, située à l'ouest de Verdun, et où campaient beaucoup Ide troupes, ainsi que sur le champ d'aviation de Fontaine (à l'est de Bel fort). Théâtre de la guerre à l'Est. La situation est e nyénéral inchangée. Sui le front à l'est de Baranouitzschi, l'activité dt combat a été plus intense qu'auparavant. Dans les Balkans. Pas W événements d'une importance particulière.Attaque aérienne sur Londres. Berlin, 2 avril. — (Officiel de hier). — Au cours de la nuit de 31 mars au 1 avril, une escadrille de dirigeables de marine a attaqué Londres et des localités à la côte sud-est anglaise. Des quantités de bombes ont été lancées sur la « City » de Londres, entre le pont de Londres et le pont de Tower, les docks de Londres, avec ses campements de troupes, ainsi que ses installations industrielles à Enfield et les fabriques de matériaux explosifs à Wal-tham-Ablecy, au nord de Londres. D'autre part un grand nombre de borrtbes explosives et incendiaires ont été jetées sur Lowestoft, après avoir attaqué avec succès une batterie à Stowmarket — au nord-ouest de Harwich — une batterie près de Cambridge a été réduite au tilence et des installations étendues de fabriques furent attaquées. Finalement les installations du port et les fortifications à l'Hum-ber ont été ataquêes à coups de bombes. 1 rois batteries y ont été réduites au silence. Les attaques ont obtenu en somme un résultat excellent constaté du haut de nos dirigeables, par l'observation incontestable de nombreux incendies et d'écroulements. Malgré un bombardement d'une violence extrême, tous nos dirigeables, exception faite pour le « L lu » sont revenus. Le dirigeable « L 15 » a été, d'après sa propre communication touché et a dû atterrir sur l'eau devant la Tamise. Les renseignements faits par nos forces de combat sont restés jusqu'à présent sans résultat. Nouvelle attaque aérienne sur l'Angleterre Berlin, 2 avril. — (Officiel). ■— Au cours de la nuit du 1 au 2 avril, une nouvelle attaque aérienne de dirigeables de marine eut lieu contre la côte oi icntalc de l'Angleterre. Fendant une heure et demie les Hauts-Fourneaux, les grandes installations métallurgiques et industrielles, situées sur la rive sud du fleuve de Thee, ainsi que les installations de port près de Middlesborough, sur le Sunderland, ont été arrosées de bombes explosives et incendiaires. l)e fortes explosions, des écroulements et des incendies ont distinctement fait reconnaître le bon résultat dt l'attaque. Malgré un bombardement intense, nous n'avons eu ni pertes ni dégâts. Berlin, 1er avril. — (Comm. de midi). — (Suite du communiqué de hier.) Théâtre de la guerre à l'Est-Pas d'événements particuliers. Cette dernière constatation semble indiquer que les Eusses ont, provisoirement, épuisé leur effort, après avoir, pendant les journées du 1S au 28 mars, assailli de vastes secteurs du front des armées du fcld-maréchal général von Ilin-denburg, avec 80 divisions, c'est-à-dire plus de 500,000 hommes à la fois, qui ont fait une dépense de munitions d'une importance étonnante, vu les conditions ordinaires de la guerre dans l'Est. Grâce à la vaillance et à l'opiniâtre résistance de nos troupes, cette offensive n'a obtenu aucun succès. L'importance du but visé par ces attaques , est rendue évidente par l'ordre du jour suivant, que le général commandant en chef sur le front de l'Ouest avait lancé à la date du 4 ( 17) mars et qui porte le numéro 537. — Soldats du front de l'Ouestl 11 y a six mois, armés seulement d'un nombre réduit de fusils et de cartouches, et bien que vos rangs eussent été fortement éclaircis, vous avez arrêté la marche en avant de l'ennemi, et après l'avoir retenu dans la région de Molodctschno, où il avait réussi à rompre nos lignes, vous avez occupé vos positions actuelles. Maintenant, Sa Majesté et le pays attendent de vous un nouvel exploit héroïque : l'expulsion de l'ennemi hors des frontières de l'empire/ Si demain vous abordez cette haute mission, la foi que j'ai en votre courage, en votre profond dévouement envers le Tzar et en votre ardent amour pour la patrie, me donne la conviction que vous remplirez votre devoir sacré envers le Tzar et la patrie, et libérerez vos frères, qui soupirent sous le joug de l'ennemi. Que Dieu nous soit en aide dans notre sainte cause1 -(Signé) Ev 'rt,- aide-de-camp gékéral. En vérité, tous ceux qui connaissent les conditions spéciales de cette entreprise, s'étonneront qu'elle se soit produite dans une saison où la fonte des neiges pouvait, du jour au lendemain, en entraver l'exécution en l'entourant de difficultts sérieuses. Le choix du moment s'explique donc probablement par les nécessités où se trouvait acculé un allié aux abois plutôt que par la libre décision du commandement russe. Si, à présent, les communiqués officiels de l'état-major russe essayent de motiver la suspension actuelle de l'offensive, en alléguant simplement un changement dans les conditions atmosphériques, ils n'avouent certainement que la moitié de la vérité; les pertes essuyées sont, au moins autant que le sol détrempé, les causes de ce grave échec. Une évaluation prudente de chiffre par un minimum me lJ/,0,000 (en toutes lettres cent quarante millej hommes. Le haut commandement ennemi s'exprimerait donc avec jrfus d'exactitude en déclarant que la « Grande Offensive » s'est jusqu'ici enlisée non point dans la boue, mais dans la boue et le sang. Dans les Balkans. Rien de nouveau. ITALIENS Home, 2 avril. — (Comm. off. du 31 mars). — Le 2'J mars une rencontre a eu heu dans la vallée de la Daone entre faibles détachements sur les versants septentrionales du Monte Me-lino. L'ennemi fui repoussé, saisit la fuite et abandonna des armes et de la munition. Dans la vallée de la Sugana notre artillerie a dispersé une colonne de train, se trouvant en marche entre Galcercinica et Caldonazzo. On annonce une activité efficace de notre artillerie dans le Haut-Cardevole contre des baraquements, situés au bout de la vallée de la Selvaz-za, dans te Haut-Boîte, ainsi que contre ,les troupes ennemies dans les environs de Som-Fausc, au nord-ouest de Fodestagno. Le long du front de l'isonzo activité par intermittence et par endroits, souvent gênée par d'abondantes pluies. Des combats plus au moins importants à l'est de Selz ont pris un caractère favorable pour nos armes et ont confirmé la brillante tenue de la brigade Acqui. Le 27 mars, nous avons enlevé par assaut par une vigoureuse offensive, un élément d'environ 150 m. d'une tranchée ennemie large et bien installée. Après avoir repoussé de violentes contre-attaques nos troupes se sont décidées de conquérir la tranchée coûte que coûte. Elles ont atteint leur but dans l'après-midi du 29 mars après une lutte, dure et persévérée de 3 jours. Elles ont fait à cette occasion de nombreux prisonniers et ont capturé beaucoup d'armes. FRANÇAIS Paris, 31 mars. — Off iciel de 15 heures : En Argonne, nous aoons repoussé deux attaques à la grenade sur nos jxjsitions au, nord d'Avoeourt. Al'ouest de la Meuse, le bombardement de MaUincourt a redoublé de violence. Au cours de la nuit, l'ennemi a lancé une série d'attaques en masse débouchant de trois côtés à la. fois sur le village, qui formait un saillant avancé de notre ligne et que tenait un de nos bataillons d'avant-poste. Après une lutte acharnée, qui a duré toute la nuit, nos troupes ont évacué le village ruiné, dont nous ^tenons encore les issues. A l'est de la Meuse, nuit calme. En Woëvre, l'ennemi a tenté, à trois reprises, de nous enlever les ouvrages à l'est d'Hau-diomont; toutes ses tentatives ont été repoussées.Aucun évément important à signaler sur le restant du front. Paris, 81 mars. — Officiel de 23 heures : Au sud de la Somme, après une préparation, d'artillerie, l'ennemi a tenté une série de coups de main sur nos petits postes de la région de Dompierrc. Toutes ces tentatives ont échoué. En Champagne, nos tirs de destruction ont bouleversé les tranchées ennemies au sud de Sainte-Marie-à-Py. Un avion ennemi a été abattu par nos canons spéciaux. L'appareil est tombé dans les lignes ennemies de Tahure. En Argonne, notre artillerie a canonné des troupes en marche dans la direction de Va-rennes.A l'ouest de la Meuse, l'activité de l'artillerie s'est ralentie dans la région de Malan-court. Au cours de la journée, l'ennemi n'a fait aucune tentative pour sortir du village. Dans la région du Mort-Homme, après un violent bombardexnent, l'ennemi a déclanché, vers 6 heures du soir, sur nos positions au nord-est de la côte 295, une forte attaque, ac-compagnée de tirs de barrage d'obus lacrymogènes. L'ennemi qui ava't pu prendre pied un instant dan§_guel<w?s ]!éments de notre irre-mière ligne, en a éle rejeté par une vive'con-tre-attaque de nos troupes. Une autre attaque ennemie, dirigée un peu plus tard sur cette même position, a complètement avorté. A l'est de la Meuse et en Woëvre, activité modérée de l'artillerie. Dans la forêt d'Apre-mont, nous avons bombardé les cantonnements ennemis de Varinay. Un tir exécuté sur une batterie ennemie en action a provoqué l'explosion de plusieurs caissons. A l lA'lION. — Un de nos pilotes, au cenirs d'un combat mouvementé, a descendu un Avia-tic, qui est tombé dans nos lignes, près de Roppe (région de Belfort). ANGLAIS L'attaque aérienne sur Londres. Londres, 2 avril. — Le ministère de la guerre annonce : Avant-hier soir, une attaque aérienne contre tes Comtés orientaux a eu lieu, à laquelle cinq Zeppelins ont dû prendre part. Ils ont croisé au dessus de la côte, au dessus de diverses localités sur la Tamise et sont partis vers différentes directions. 80 bombes furent lancées sur différentes localités. Les résultats ne sont pas encore connus. On annonce également que les dirigeables ennemis ont survolé la côte nord-est. Des détails manquent. RUSSES Pctrograde, 2 avril. — (Comm. off. du, 31 mars, 7 h. du soir). — Dans le secteur de Jacobstadt une attaque ennemie dirigée contre la gare de JYeusselburg, a été repoussée. Devant Dunabourg, près d'Illuxt, échange de feu de l'artillerie et à coups de bombes. Dans la région à l'ouest du lac de Narocz, l'ennemi a déclanché une attaque près de la forêt au sud du village de Mokrzyze. Il a été repoussé par noire feu. Au sud de la localité de Kreivo, près du village de Rowo-ùelki, la lutte se poursuit autour d'un entonnoir, creusé par l'explosion d'un foyer de mines. Des aviateurs ennemis ont lancé des bombes dans la région des gares de Pazorinltey, de Po-litey, d'Antonowka, du Limninitz et de Sinia-kava.Au sud des marais de Eokitno, dans la région à l'ouest de Czartorysk, nos volontaires ont décimé une troupe ennemie. Dans la région de la Strypa supérieure et moyenne nous avons refoulé par notre feu d'importantes forces ennemies qui cherchaient à se rapprocher de nos tranchées. Le grossissement des cours d'eau, dû au printemps, gêne de plus en plus l'activité des troupes des deux côtés. L'ennemi confirme dans ses communiqués officiels que pendant la période de préparatifs pour nos opérations, nos munitions d'artillerie ont été tirées en telles quantités, inconnues jusqu'à présent sur le front de l'est. La jeune classe de nos régiments demande le combat impatiemment, malgré des difficultés ijtcroyables du terrain, changé en marais. TURCS Constantinople, 2 avril. — Le quartier général annonce : Au front du Caucase nos troupes avancent graduellement dai*. i:y mUée de Tescherulc, en repoussant des. -twtaques de détachements de reconnaissance e-~*nemis. Dernières Dépêches L'Entente et la IMianoc 11 y a peu de nouvelles au sujet des événements en Holiande. Il parait que les bruits ei l'excitation ont dépassé les faits d'une façor fantastique. C'est ainsi qu'on informe le bureau de correspondance de La Haye, de source autorisée, que les bruits, d'après lesquels tous les congés acordés seront retirés, que tous les wagons de marchandises seront réquisitionnés, sont complètement inexacts. Comme noyau de toutes ces nouvelles il ne parait subsister que le fait que la Hollande, en raison de la situation générale, comme nous l'avons déjà signalé, el après réception de nouvelles dignes de foi au sujet de l'éventualité d'un débarquement à la côte hollandaise, s'est vu obligé de mettre son armée sur un pied de guerre déterminé. Un télégramme de Berlin au « Koln. Zeitung », visiblement inspiré, s'exprime dans ce sens : « Cologne, 1 avril. — La << Kôln. Zeitung » se fait annoncer de Berlin : « Les événements et bruits bien connus de ces derniers temps, comme le prouvent les nouvelles arrivées de la Hollande, ont été condensés en une interprétation de la part du gouvernement hollandais qui l'ont obligé à prendre certaines mesures militaires. Le sentiment d'effervescence compréhensible du public hollandais a 3onné probablement à la nature et à leur signification une valeur dépassant la réalité. Cela a eu pour conséquence dans la presse hollandaise toutes espèces de nouvelles alarmantes. Ici on accueille toutes ces mesures avec calme. En Allemagne, on a la meilleure opinion de l'habileté, de la prudence avec laquelle le gouvernement agira dans le lsens de ses intérêts nationaux dans toute complication éventuelle. Les relations entre l'Allemagne et la Hollande sont, comme encore récemment au cours <i£s négociations au sujet de l'incident •trTIïÇhînrtlaw,n'ester%vèriab!<œent loyale s '*t amicales dans l'orage de la guerre mondiale. On a donc en Allemagne la pleine confiance que le gouvernement hollandais, appuyé par l'opinion publique du pays, saura maintenir encore dorénavant la neuralité de la Hollande avec toute l'énergie et la confiance dont il a fait preuve jusqu'ici. Rotterdam, 2 avril. — Le « Maasbode » ne croit pas impossible que le gouvernement néerlandais puisse être entraîné, à cause des résolutions prises à la conférence de Paris, dans une une situation difficile. Dans les cercles diplomatiques, le journal a entendu, hier, le point de vue qu'un blocus très sévère pour la Hollande semblait possible. Le même Journal annonce que tous les ambassadeurs des pays étrangers, accrédités à La Haye ont multiplié leurs visites au ministère des Affaires étrangères, afin d'obtenir des informations. A tous, ou a donné l'assurance que les mesures prises ne seraient dirigées contre aucune puissance belligérante. La Haye, 2 avril. — A l'occasion des différents bruits mis en circulation, le bureau de correspondance s'est adressé en haut lieu en vue d'obtenir des éclaircissements. U a été affirmé catégoriquement que la suspension des permissions militaires n'a aucun rapport avec n'importe quelle complication diplomatique entre les Pays-Bas et une des nations belligérantes.La séance secrète do la Chambre. La Haye, 2 avril. — La séance secrète du « Comité général » de la deuxième Chambre aura lieu mardi prochain, au début de la séance habituelle. La situation en Hollande. AMSTERDAM, 2 avril. — Le « Nieuwe Rot-tcrdamsche Courant » constate dans un bulletin au sujet de la situation que les mesures annoncées hier n'ont aucun rapport avec n'importe quelle démarche diplomatique ou sommation diplomatique ni avec la conférence de Paris. Elles sont uniquement des mesures de précaution, semblables à celles qui avaient été prises lorsque des combats se sont livrés à proximité de la frontière hollandaise. Le journal constate, d'autre part, que le premier communiqué d'hier du Bureau de Correspondance n'était pas un communiqué du Gouvernement et qu'il ne fut pas publié sur le désir exprès du Gouvernement. La situation a été, au cours der derniers temps, à diverses reprises aussi grave que maintenant, sans que la Hollande ait été impliquée dans une guerre. Le « Nieuwe Courant » écrit : Nous croyons incontestablement qu'à la suite des résolutions prises à la conférence de Paris, des mesures pourront surgir qui pourraient mettre la Holiande dans une situation difficile. A-t-on déjà pris des résolutions semblables, c'est une autre question. Le journal rappelle les paragraphes 2 et 3 des résolutions prises à Paris, telles qu'elles furent publiées le 29 mars dans un télégramme de l'Agence Havas. Le « Handelsbiad » demande s'il est vraiment indispensable que le Gouvernement tienne secrètes les raisons qui l'ont poussé aux démarches auxquelles il a eu recours. Le journal désire que le voile soit levé, si cela est possible; par la même occasion, il invite la population au calme. La Hollande prend ses précautions. La Haye, 1 avril. — Le conseil des ministres extraordinaire a duré hier de. 4 à 8 1/2 h. du soir. Une décision sera prise aujourd'hui sur la question de savodx si la Ohambro se réunira en séanoe secrète. Amsterdam, 1 avril. — Lo commandant d'Amsterdam a réquisitionné tous les aéroplanes do la fabrique de Trompcnburg. L'Attaque sur Londres Londres, 2 avril (telégr. de l'agence _Reuter). — Doux officiers et 16 hommes de l'équipage du dirigeable L. 15 ont été sauvés. Ils ont été amenés au camp des prisonniers de Chachas. L'équipage du L 15 sauvé. Londres, 2 avril. — D'après une confirmation officielle, le dirigeable allemand L 15, après avoir été touché et endommagé à la proue, est descendu sur la mer, en face de la lamise et a coulé. L'équipage est sauvé. En route vers Londres. La Haye, 2 avril. — On annonce des iles septentrionales de la Hollande que des dirigeables allemands sont passés avant-hier, prenant la direction d'ouest. Guerre sous-marine. Londres, 2 avril. — Lloyd annonce que le vapeur anglais «Ciadem» (3,752 tonnes) a sombré. Londres, 2 avril. — On annonce de Pahas au Lloyd en date du 31 mars : « Le schooner anglais «John Pritchard» a été coulé par un sous-marin. L'équipage est sauvé. » Washington, 1 avril. — Les Etats-Unis ont demande à l'Allemagne, si un sou6-marin allemand a coulé de « Manchester Engincer ». Londres, 2 avril (télégr. de l'Agence Reuter). — Le vapeur norvégien « Noiue » a été coulé. L'équipage est sauve. Amsterdam, 2 avril.— On annonce au «Maasbode » de source bien informée, qu'un champs de mines a été posé entre le navire-phare « NoardhlncTer » et la bouée de Galloper. Sur mer. Le Cap, 2 avril (Reuter). — La malle-poste «Rangntire », en route de l'Angleterre à la Nouvelle-Zélande, s'est échouée par un brouillard épais, à l'île de Robbes. On essaie de ren-tlaiiûr levnn du Londres, raviÏÏ; -X^rau^pSCno 1 ^ Le cutter appartenant'au destroyer « Conques », qui devait transporter 40 hommes sur le navire, a été surpris le 28 mars par une tempête de neige. On ne le vit plus et on n'en entendit plus rien jusqu'au moment où on découvrit le cutter échoué à de nombreux milles de distance. Tous les occupants ont disparu. La flotte japonaise. Copenhague, 2 avril. — On annonce de To-kio que le gouvernement japonais a décidé do construire "dans l'année courante un croiseur cuirassé, deux croiseurs et trois sous-marins. Le croiseur cuirassé, de 32,000 tonnes de déplacement d'eau, sera construit à Kuri. Le choléra à Corlou. Bucarest, 2 avril. — La direction générale du service sanitaire a reçu la nouvelle que de nombreux cas de choléra se sont présentés à Cor-fou. Le choléra a atteint C'abord les fugitifs serbes et s'est propagé ensuite parmi la popu-la tion civile. Cable dérangé. Amsterdam, S avril. — On annonce de Londres aux journaux hollandais que le trafic télégraphique atlantique est dérangé. Le découragement en France. Genève, 2 avril. — Comme l'annonce le « Petit Parisien », on voit depuis peu sur les places publiques et à de nombreuses mairies de la France, des affiches de la teneur suivante : Il est formellement défendu d'exprimer ici des paroles de découragement ou de critique ou de faire des déclarations propres à aflaiblir l'énergie patriotique et l'entière confiance dans notre chef d'état-rnajor et celui de nos alliés. Partisans do Villa défaits. S. Antonio, 2 avril — Le général Pershiïig annonce ; Les forces de Villa, évaluées à 500 hommes, ont été défaites près de Guerrero par un détachement de cavalerie américaine. Les pertes de Villa s'élèvent à 30 tués; celles des Américains quatre blessés légèrement. Villa n'était pas personnoliment présent lors de l'engagement. Il aurait une fracture à la jambe et se cacherait dans la région au nord de Guerrero. Ses troupes, qui se sont dispersées en nombreuses bandes, se sont réfugiées dans la montagne.,Verdun en flammes. Genève, 2 avril. — Le nombre des maisons de Verdun restées indemnes, est fort insignifiant, d'après les nouvelles de Paris de ce jour. Les Aleniands attendent toujours la complète efficacité de leur tir bien dirigé avant de lancer de nouveaux obus. Les pompiers sont absolument impuissants à combattre la chaîne des flammes. Nouvel appel de mariés. Rotterdam, 2 avril. — On annoce de Londres au « Nieuwe Rotterdamsche Courant », en date du 31 mars, que les hommes mariés âgés de 27 à 3G ans, seront appelés sous les armes vers le 5 mai. Généraux français tombés à Verdun. Paiïs, 1 avril. — Le Temps annonce que trois généraux français, Delarue, Roques et Ganeval, ont été tués le 20 majs, dans les combats devant Verdun. Le général Largeau était tombé quelques jours avaut. Lo blocus de la Crète far l'Entente. Amsterdam, 1 avril. — Le « Times » fait un exposé détaillé du conflit de la Quadru-plioe avec le préfet grec de Candie en Crète et qui amena le blocus de la côte de l'île. D'après cet exposé, un espion anglais a été arrêté au commencement du mois par le préfet et oelui-cd, selon les instiucti^oiii d'Athènes.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume