Le bruxellois: journal quotidien indépendant

843 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 08 Februar. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 24 Januar 2022, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/z892806z2w/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

4m* Année - N. 849 - Ed. B CINO CENTIMES T^udi 8 Fftwp>r ABONNEMENT POSTAL, ED. g Br.îtfeiîos - I roviu-ît - Etranger 3 mois : lr. »L50. - Mk. 3.60 tes/ Uuresux vie poste en Belgique et a l'Etranger - n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prtnnyijt ^ours les IJanv. 1 Avril 1 JinirliT 1 Oirroi' On peut s'abonner toutefois pour les Ceux derniers mois on même pour le dernier mois de chaque trimestre nu prix de : 2 Mois 1 Mois Fr. 3.00 - Mk.2.40 Fr 1.50 - Mk 1.20 ,i '> —— o-—L TIRAGE ïlîO.OCO PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.G0 Annonces commerciales . 1.50 » financières... 1.00 PETITES ANNONCES La peiite ligne 0.50 La grande ligne 1.00 YIRÂGF : liO.OCO PAR JOUR Rédacteur en Chef : René Armancl tournai Qaetlâlen indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES. 45,-RUE HF.NRI MAUS DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS ALLEfiiANï>& BERLIN, 7 février : I iH'iWre fl(> la guerre à l'Ouest-Datïs quelques secteurs seulementt par suite du temps insuffisamment clair,l'action s'est élevée au delà $u degré ordinaire. Au sud-ouest de Sennhcim dans'la matinée, une compagnie française à attaque après une forte canonnade .Elle a été repoussée et a laissé jilusieuts prisonniers entre nos mains. Au cours de poussées de reconnaissance couronnées de succès (i propmité de la côte, des deux côtés de l'Ancre, au front nord-est de Verdun, et dans le bois de Panoy (Lorraine), nous avons fait 60 prisonniers et capturé trois mitrailleuses. l'îieàtre île lit i|ii<'rre •• I"*-Froni (In fj<*>nV»ral ïelfl - marée liai j, rince I énpnlil <1p liavi^re r Sur les bords de la Bérésina, des détachements d'ottaque ont pénétré dans les lignes ennemies et sont révenus après destruction d'abris, en ramenant deux officiers russes et 50 soldais comme prisonniers et neuf lance mines comme butin. Sut la voie ferrée Kowel-Luzk également, une poussée de détachements d'assaut a eu un plein succès. En cet endroit lurent ramenés des tranchées rhisses ,IS prisonniers et un lance-mine. *rniil lin n«" n -l'eti »fcj« I -s'"ph: An nord-est de Kirlibaba, l'attaque de deux com-pegnis ennemies a échoué. lin ui il" • "V. <i» feld maréchal jjénérn! von \!ai'l<pn<?pn : Le long de la Putna et du Sereth, le feu d'artillerie s'est accru par moments. A plusieurs reprises, des combats d'a~ anl-prsie ont eu lieu. Fvoiil ûiiti'NItinién • Dm s la boucle de la Czerna et sur les deux rives du Wardar, quelques fortes rafales de feu, quoique sinon l'action ai été m'nime. BERLIN, '6 février, soir, officiel : Au nord-ouest de Mulhouse, une poussée en avant des Frnnrais a échoué, qui nous a valu >• -'ques prise tin ers. , A l'Est, nous avons lait une entreprise couron-' née de succès du côté de la Beresina. Au Iront macédonien, il y eut de temps à autre un feu intense dans le coude de la Czerna. Bombardement aérien sur Dun'rerke. ' BERLIN. S février. — Oifici"i : Un avion allemand de la marine a lancé avec usc-cès bombes, le 3 lévrier dans la srirée. sur les installations du port de Dttnkerqve. Un inrehdié qui a éclaté dans un des hangars s» ''""'réfo a pu être observe encore au loin, au moment du retour. AUTRICHIENS VIENNE, 6 février. Officiel : Théâtre i!e la guerre a l'Bs!. Au nord-est de Kirlibaba, des détachements du bataillon des chasseurs n. t6 ont lait irruption dans la position ennemie principale où ils tuèrent 30 Russes et détruisirent les tranchées ennemies. Près de Comanesci, un aviateur ennemi de poufsuiit' a été obligé d'atterrir au cours d'ûn combat aérien.' rhéaire de la guerre italien ThéAtro dé la guerre au SiMl-friSl; Situation inchangée. ; TURCS CONSTA NT IN OPLE, 5 lévrier, officiel. -- Aucun événement important sur. les divers fronts. FRANÇAIS PAtilS, 6 février. — Oijiciel, h., p. m.J Sur la rive droite de la Meuse deux coups de main ennemis, l'un à l'ouest de Louvemont, Vautre ax Eparges, ont échoué sous notre feu. En Lorraine au cours de la nuit l'ennemi, après un violent bombardement, a attaqué mie de nos tranchées vers la digue de Panoy, au nord-ouest de la forêt. Une fraction ennemie qui avait pénétré dans notre première ligne en a été immédiatement reietée par noire contre-attaque. Dans la région d'Ancer-Viller nous avbns capturé une patrouille ennemie. En Al-' sace doits la r/gion d'Aspach, au nord-ouest d'Alt-làrch, après une préparation d'artillerie, nos reconnaissances ont pénétré en- triris points différents dans les positions ennemies. Après avoir, bouleversé les ouvrages de l'adversaire et détruit les abris, nos troupes sont rentrées sans avoir subi de P?xte. Nuit calme sur le reste du front. PARIS} G février. — Officiel, 111 h., p. m. Au conk de la tournée vives luttes d'aitillerie en Belgique: darti le secteur du canal de Passcf&ticfgele.. sur la rive droite de la .Meuse, entre LouysiiWilt ei les Cbambrettes, a in ri qu'en Lorraine fans- la région d'Etifbcrméiiil-SeiUcn Aux Epgr.ges nos batteries ont' exécuté\ des tirs de .destruction, efficaces Sftr Ès Organisations ennemies. Aucun éyéve^ ment'impôt tant à. si^nder .sur le reste du front. Dernières Dépêches , Wilson et les neutres. Amsterdam, 6' février. — Le correspondant du « Tinjés » à Washington annonce, que. le vapeur « Héûsâtaniç », a été averti avant d'être coulé et que l'équipage a é'.é traite avec humar.Hé. Le danger Immédiat d'une guerre est visiblement «carte, si tendu que'L'inciîent n'a pas été exploité-comme un acte cohtradfctoire aux promesses de l'Allemagne-Maigre cela, la situation reptetrès tendue. En outre, la guerre sous-marine irréductible doit encore commencer. Entretemps il existe des indices que le Présider! igir« avec un? extrême prudence vlvà -vis de l'Aiioùsagiiî. On àiicutl le réeyUat des injîructk. fofuiws aux'ambassadeurs aiïiérieains daris lis gvyp neutres,' dan» lesquels les représyiitaui» ans^ncalns ont tç*/.t 'l'oriire si'jnî^me) les aèjuvcmetHçaw..qu'à l'avis du Président, il serait dans l'intérêt de la j civilisation de se ralier à ses précédés. On attend beaucoup à Washington de cette démarche. D'après un manifeste de farranza, le Mexique restera neutre en cas de conflit entre les Etpts-Unis et l'Allemagne. Loiîares, 6 février. — Le correspondant «ta «Dd-ly Telegraph »'à New-York, annonce : « On a ressenti un grand soulagement à la Ma'vn R'a^c^e, dans les divers départements, et au Congrès, lorsqu'on apprit qtte le coulage du valeur «Horsa^a-ic» ne consti'ua't pas un fait devant amener néce-so.ire-ment la guerre. Au cabinet on se montre très peu optimiste quant au succès o"'gv-" t'T"'"4iet!Ç>n de Wilson aux neutres d'imiter l'exemple de l'Amérique. On estime, en général, que si la guerre dMt éclater, le gouvernement adoptera une atitude passive et se bornera à étendre la réduction des fabriques de munitions pour les tr^u"».® t>* f'^tt^s de l'Fntente et à procurer à la Grande-Bretagne, à la France, à la Russie et à l'Ita'ie cm^es nécessaires pour pouvoir continuer la guerre contre lAllemagne. lîans la navigation néerlandaise. Rotterdam, 7 février. — Le valeur « Rijndam » de la Hollanc'-Amerikalijn oui était en route de New-York à Falmoutn, a avisé son armpm°nt par - radiogramme qu'il interrompait son voyage et retournerait à New-York. Pas d'exportation de navires en Hollande. ' Amsterdam 7 février. — Le gouvernement a défendu le dérart pour l'Anglet—re, d-s navires construits en Hol'ande pour cvmp*e <?-» Vétr-o^ar-x, et auxquels 1! avait donné des aut™i««ti'*n<; de sortie, à la condition eue ces navires r>*>vfigrerâie-t pendant un temps déterminé pour compte de la Hollande.Fin du blocus de la Grèce. Le « National Tidende » de Orenharute a^nrend de Londres que le blocus de la C-rèce vient d'être levé. Dans les ports grecs on décharge à nouveau du blé. * M: contentement de M. David. Paris, 7 février. Les Journaux «fer ment que M. David a donné sa démission de contrôleur général pour les qu°ctHis tpu^ant ;i la main-d'œuvre agricole ; il a pris cette ârrt-hn après le rejet par U Chambre, r'e sa m~tirn en faveur de l'envoi en engé des ouvriers agricoles de la r'a=se 1P90-1891.-M. Clemente! a accepté cette démission.La grerre maritime. Washington, 6 février (Reuter)..—- D'après un télégramme de Manille trois vapeurs allemands parmi lesquels le « Prinzpssin A'ice » et « ,o » ont été saisis à Cuba. La saisie a été exécutée par des officiers de marine sur la demande des autorités de la douane. Londres, G février. — On mande de New-York à l'agence Reuter que le transport d°s équipages des vaisseaux allemands et austro-hongrois se trou-. vant dans le port de New-York, vers la sta'hn d'im-migrathn d'EHis Mand a corr,*r""^co.. L'équipage du « Kronpjrinzessin Ceci'ie » a été transféré sur sa demande, à bord d'autres navires a"'H*iands. Berlin, 7 février. — La « Gazette de Voss » annonce que d'unë flotte de charfc-n anglaise venant de Cardiff et oui s'était rassemblée a Gibraltar, pour gagner l'Italie grâce à la w^''nn de torpilleurs, un cinquième seulement des navires a réussi à atteindre le port de ',est?"«"i^n. , Amsterdam, sî-février. — Une information de Rotterdam nous annonce que le «R'tt^rdarnmT IJ'yd» a été avisé par télégraphie sans fi! qu'il porte a bord 179 hommes appartenant à divers navires coulés. Le vapeur gouverne sur Vigo pour les dé-. barquer en cet endroit. Londres, 5 fév. — Le voilier rusas «Pomotsch-nik» et le vapeur norvégien «Imer» (1123 tonnes>, ont été coulés. Amsterdam, 5 fév. — L' «Algameen Handels-blad>; apprend que le chalutier à var.eur «Cetus», de Boston, dont le torpillage avait été annoncé, a été rencontré allant à la dérive et remorqué dans un port. Rotterdam, 6 fév, — Le capitaine du vapeur «Sa-marnida» annonce par radiotélégramme qu'il a recueilli 179 naufragés de divers navires cot;lé-s au large de la baie de Vigo. Rotterdam, £ fév. — Le «Times» signait que le vapeur anglais «Matheran», jaugeant 7600 tonnes brut, est perdu. Londres, G fév, — Lleyd annonce que 20 hommes appartenant à l'équipage du navire i«g?ais «Fave-stoneu ( 17gl-tonnes), ont été mis à terre. Le navire danois La,rs Kruse» (1460 tonnes) aurait sombré. . Le navire anglais «Islofanan.; (313 tonnes) a été coulé le 2 février par >in sous-marin allemand. On annonce enfin que la barque russe -«Garnet Hill» (2272: tonnes) a été coulée. 1/2 million de tonnes de navires allemands environ en Amérique. Il y a un an le « journal officiel » de New-York a publié une liste de navires allemands qui sont retenus dans les ports (tes Etats-Unis. D'après cette liste il y a dans ces ports : Ligne Hambourg-Amerika .• « Vaterland », New-York, 54,282 tonnes; «Amerika», Boston, 22,622 «Président Lincoln», New-York. 18.180; «Président Grant», New-York, 18,060 ;«CincinnfH», Boston, 16.339; « Pennsylvanie», New-York, 13,335; «Bt'ear'a», Baltimore, 11.440; <(Hamburg», New-Ycrk, 10,531.; «KSnig Wilhelm», New-York, 9.-108; «Btihemia», New-York, 8,414; «Rhaet'a», Phila-delfhie. 6,>>00; «Prhw 0®k«*», Philadelphie, 6,026; «Afsneiila», New-York, 5,464 ; «Arcadia», Ncrfolk, 4,757; jPrinz Auguss Wilhelm» New-Ycrk, 4,733; «Prias Eiieî Friedrich», New-York, 4.650; «Almsn-nia», ,Né\v-Yoj'k. 4,ù40j uSaxonia», Sesîtle, 4,41*1 ; «Sibiria», Baltimore, 3,535; «Sarnia», N;w-Yoik, 3,402; «Georgia», Nouve'ie-Orléans, 3,143; ensemble 248.301 tonnes et 35 vapeurs. Le Norddfutsck? Lhyd a en Amérique 12 vapeurs, d'un tonnage global de stn tor-es : «George Washington », New-York. 25 570; «Kron-prinzessin Ceeilie», Boston,» 19 503 ; «Kaiser Wilhelm II», New-York, 19 SCI" «Grosser Kurf'-^st», 13,102; «Barbarossa», New-York, 10 0"4 ; «Prin-zessin Irène», New-York, 10 PP3.: «Fri'drl-h der Grosse», New-York. 10 771 ; «P^^in» P^imore, 10 058: «Neckatr».. BalMmore, 9 8?5- «KxIn». Boston»,. 7,409; «Wittikind». Boston, 5,460; «Wille-ba',»! Boston, 4,761. La D Utsch-Amerikanische Petro'""m GspJI sch it est rerré^ntée par 8 va"?urs d'un t^n^age global de 48 728 tonnes ; « fnni'er». v-.rf^'k, 10 073; «D-'-bin», N-rfolk. 7 t?o. Francisco, 6,631; «Ph'^bus».?an Fra-ci^co, 6 ?«8 ; «Jowa», New-York, 5 4P9; «Rhei*-c», PK'lad-îphie, 4 O-"^ pt «7°oron», New-York, 4 045. C'est un total de 4^4 916 ro"r"s. A''tr"f-:° « chiffre se majorait de 7 autres navires de la Deut-c-r.1- Aner:v:>-''Vr1"1 -j P ^*r", avec 27 278 t., mais oui ont é'é t»'a"^n*s en =~rt"m-bre 1913 sur le registre amér^ain. En Ou^re. l'armement autrichien « Au«tro Anvrica^a » (T",,-t) a dans les ports américains, 7 vapeurs avec 35,7£0 tonnes. DEPECHES (Reproduites du / rdiiinn vrécêdcnie ) La rupture diplomatique ge mano-améiicaiiia. K'esures américaines. Londres, 6 fév. — On mande de Washington à l'Agence Reuter : Wilson a eu un échange de vies avec les ministres de la guerre ft ce la marine, au si jet des moyens à employer peur permettre 'ega lemmt au gouvernement de prendre o-cression en cas de .nécessité, des chantiers de na\ires et des ateliers de munitions, ainsi que d'autres ateliers d'équipement. Washington, 6 fév. — Le président Wilson a lancé une""proclamation par laquelle D est în*erSit aux armateurs américains de p'acer le- rs navires sous une souveraineté étrangère, en vertu de la loi sur la navigation. mesures en Amérique. Londres, 6 fév. — Les «Centra' ^T,ws» mandent de New York que le gouvernement a saisi la station radio télégraphique de Tuckerton à Npw Jersey. Des marins américains montent la carde à la station. Les machines de tous les valeurs allemands qui sont ancrés dans le port de New-York, au nombre de 29 ont ét1 détruites. Les dégâts sont évalués à 300,000 dollars. L'inionct:on de Wilson aux neutres. Berne, 5 fév. — Le «Journal» fait remarquer que l'invitation du président Wilson aux neutres, de se placer à ses côtés, a créé une situation extra'or-dinairement intéressante. Il est possible que tous les intéressés ne répon dent point à, cetie invitation, car pour la plupart d'entre eux, notamment pour la Ho lande, la Scandinavie et la Sujs.se, ce danger.est particulièrement grand. Wilson et la Suisse. Berne, & -février — Relativement à l'invita'ion de Wilson à se rallier à son point de vue. différents journaux suisses s'expriment dans le sens qui suit: Le « Bund » écrit : D'après notre appréciation, qui est certainement celle de tout le peuple suisse, le conseil fédéra' ne se départira pas de la stricte neutralité, qui constitue le principe fondamental à la question vitale de la politique suisse. La Suisse est à ce point de vue dans une autre situation que les Etats Unis. Les « Basler Nachriehten » disent : Il n'y a pas lieu de douter du contenu de la noie de réponse du conseil fédéral. La proposition de Wilson à la Suisse de renoncer à sa neutralité, ne peut s'expliquer que par l'ignorance complète des facteurs qui ont déterminé jusqu'ici notre neutralité. L'histoire, la situation géographique et les conditions de notre existence politique ne permettent pas de renoncer à la neutralité à moins que notre intégrité territoriale ou notre honneur national, ne soient lésés. Le. « National Zeitung » écrit : Noire neutralité a été établie d'après l'histoire et les traditions- et est inscrite dans notre constitution. D'autres jour-, naux suisses disent que la situation est complètement différente .de celle de l'Amérique et que le conseil fédéral doit persévérer dans une stricte neutralité. , Que peut faire Wilson f Stockholm, 4 fcv. — Dans un article de foirJ, 1' « Alton fc! ad et » commeme la possibilité peur les Etats-Unis de jouer un rôle décisif dans la politique actuelle. L'auteur de l'article fait remarquer -d abord que Wilson, en sa qualité d'intermédiaire pacifiste, aurait pu être une voix puissante et être en mesure de se prévaloir de la gratitude du monde entier, s'il avait pu réussir h provoquer la paix entre les belligérants au bon moment. Qu'arrivera-t-51, au contraire, s'il prend part h la guerre aux côtés de l'Entente? Les Puissances centrales sont certainement préparées à cette éventualité, car ce n'est certainement pas it la légère qu'elles ont pris cette décision, grosse de conséquences, et après une année de réflexion et de pourparlers elles doivent bien savoir à quoi s'en tenir au sujet des conséquences possibles de leur résolution. Les préparatifs les plus étendus ont certainement été faits « en présence de ceux ci l'Amérique ne pourra certainement pas aboutir à grand'chose en participant à la guerre. Sa signification sur les champs de bataille serait nulle ; quant à sa flotte, on peut douter qu'elle soit en mesure d'affronter la guerre. L'Allemagne et l'Auriche-Hongrie veulc»-.. maintenant para'yser l'exportation de vivres à destination des Puissances occidentales. Le tom?«ge alletra"d que l'Amérique pourrait saisir et mettre à la disposition de l'Entente n'exercerait pas ce que les sous-marins allemands ont coulé en décembre. Tout bien considéré, la participation de Wilson à la guerre ne rend nullement désespérée la situation des Puissances centrales, tout au nlus la rend-elle plus difrlcultuéuse. Le sabotage des navires allemands réfugiés en Amérique. L'agence Reuter apprend de Manille que les douaniers qui ont examiné lés valeurs allemands, réfugiés dans ce port, ont consta'é que sur neuf navires, les machines avaient été détruites et que sur les autres on avait chauffé les chaudières à vide. Le « Daily Chronicle » apprend c'e Nrw York, qu'on a fait des tentatives pour rendre inutilisable'le vapeur « Kronpririzessin Cèci'ie ». L'cquirage a été enduit au bureau d'immigration. Le navire est gardé rar 200 agents de "police. Lors de l'examen du fla-"vire.autrichien « Mima'avi » on constaté'que les machines avaient été partielhmen' détruites à coups de pioches. Le bruit court que le vapeur « Vaterland » ancré ;i Hôboken. a été endommagé et que les réparations exi"ercnt plusi^i'r5 mois. Les IStats-Unis ne saisiraient pas les navires allemands en Amérique. Londres, 6 février. — L'agence Reuter annonce de Washington : On dit que le gc'a«-ere"m—* n'a pas l'intention de saisir les na"'r<>s rnuTtion^g a'I0-mands se trouvant dans les ports américains, car cela constituerait un actn de guerre. Meures amé-baines. New-York, 6 février. — Une escadre américaine croise constamment dans la mer Caraïbe et surveille rigoureusement le canal de Panama et la flotte atlantique. Plus de 1000 voyageurs amérkains sont actuellement en haute sper sa rente pour IXu/ojw, • On craint pour leur vie en raison du danger des sous-marins. Le gouvernement américain a décidé de ne pas délivrer des passe ports aux citoyens américains se rendant en Europe. L'attitude de l'Espagne. Madrid, 6 fév. — Le «Diario Universal», l'organe du cdnite Romanones, fé'i'-'t4 1e pouvernement espagnol, qu'il a su 'détourner tous les dangers en n'appuyant pas la note de paix de M. Wilson. Ceci épargne maintenait à l'Espagne de devoir im:ter le geste du peuple américain. Nous espérons — continue le journal — que le tact et la prudence de notre gouvernement maintiendront la stricte neutralité que nous avons observée depuis le commencement des "hostilités. TJne déclaration hollandaise. La Haye, 6 fév. — Au début de la sessien qui a eu lieu ce jour à la Seconde Chambre, le président du conseil et ministre des affaires étrangères Cort van der L'nden a fait la déclaration suivante : De graves événements préoccupent le gouverne ment. En ce moment, il n'est pas encore possible de dire quoi que ce soit à leur sujet. Le gouvernement, d'accord avec la Chambre, donnera toutes informations nécessaires aussitôt que les intérêts du pays l'exigeront. Il n'existe aucun, motif d'inquiétudeUne voix hollandaise. Cologne, 6 février. — On annonce de La Haye au « Rheinisch-Westfalische Zeitung » : Les nouvelles de la rupture des relations diplomatiques entre l'Amérique et l'Allemagne ont été accueillies partout par la population hollandaise avec un sentiment déprimant. Des centaines de personnes se rassemblent, par un froid rigoureux, devant les affiches pour y lire anxieusement les 'clé-grammes de New-York. La considération extraor-dinairement rapide qui a été réservée aux intérêts américains de la Hollande par la modification de la limite orientale de la zone du blocus, a apaisé remarquablement l'opinion assez excitée. Les télé grammes américains n'atteignent pas le but que le journal de.l'Entente, « Le Telegraaf », a voulu préconiser depuis bien longtemps. L'opinion déprimée de la grande masse du peuple est attribuable au fait que la machine de la guerre menace d'entrsrner dans son engrenage plus de peuples et plus d'intérêts, parce qu'on remarque que de gros nuages s'approchent de l'horizon politique de la Hollande. - Un grand industriel hollandais a déciaré hier ce qui suit : L'Amérique a toujours été ùn « eanten-niste » dans les rangs des neutres. Nous le sentons sans cesse et je crois pouvoir dire qtte nous Hollandais, nous avons converti au cours des derniers-incis ano partie considérable de notre propriété étr valeurs américaines.- Le plus inquiétant est qu'un Etat neutre, dont le gouvernement avait récemment encore des tendances pacifistes, se trouve tout à coup devant la guerre. L'intervention éventuelle des Etats-Unis dans la guerre n'aura pas, à mon âvis, des suites immédiates pour la Hollande. En Hollande ni le peuple, ni le gouvernement", ne pont en faveur d'une guerre à côté de l'Allemagne ou à côté de l'Entente. Mais il n'est pas douteux, que •si un belligérant menaçait sérieusement nos droits ou nos conditions d'existence, le peuple et 1© gouvernement seront fermement résolus à combattre pour ses prérogatives. Certains dangers &ous menacent des deux côtés. En tous cas on ne considère pas dans les cercles maritimes la situation comme ai désespérée après la concession laite par 1 Aliemagnr, La diplomatie allemande a remporte un grand succès moral et pratique lorsqu'elle se montra si rapidement bienveillante vis-à-vis du Pays-Bas. On espère avec anxiété que l'Angleterre, dont la situation vis-à vis des Pays-Bas d vra être de nouveau réglée att point de vue des conditions de la contrebande, se montrera également bienveillante.La navigation néerlandaise. Des journaux d'Amsteidam publient la commuai cation suivante émanant d'une ager.ee de presse : Dans ces derniers jours les ministres des affaires étrangères, de la marine et des colonies ont délibéré à La Haye avec les représentants des compagnies de navigation et du Nederlandsche Overzee-Trust. Ces délibérations avaient trait aux mesures qui s'imposent à la suite de la nouvelle crise de la navigation. Aussitôt que le ministre des affaires étrangères sera en état de se rendre compte des conséquences de la situation, ainsi qu'elle apparaîtra aprè9 les échanges de vues qui ont lieu entr» 1" gouver-nenrnt néerlandais et les cabinets de B°rlin et de . Londres, on examinera à nouveau les mesures, à prendre; En attendant, aucun navire, pas même le9 mnlles-posié de la Compagnie Zeeland,ne pren'ront la mer. Une opinion suisse. Du «Berner Tag.eblatt» : Lorsqu'au début de la guerre l'Angleterre décréta le blccus de la faim contre l Allemagne et emrêcha ainsi l'Amérique de faire le commerce avec les ennemis de l'Entente, Wil-on se^conten a de notes platoniques. L Angleterre ne tint aucun compte des exigences de Wilson. L'Amérique en fut d'ailleurs réeempensée par les fournitures immenses en munitions et en matériel de guerre qu'elle put fournir à l'Entente, 84 grand dam de l'Allemagne. Voici maintenant que ce dernier E.at, poussé à l'extrême, use d'une mesure analogue. Or, qua fait Wilson? Il agit d'après les principes d'une diplomatie élastique, en disant : « Ce n'est pas «-"u tout la même chose », tout en abandonnant par le fait son attitude neutre, ce qui prouve à la S.lisse que la neutralité américaine était une neutralité conditionnelle, totalement distincte d'une neuitalito morale et absolue comme la sienne. Le plus puis-sain pf .neutres nous a déafflugfonng. C'e»t.pourquoi aus'si la volte-fâce de wilson doit nous intéresser de près, vu que nous perdons en lu' grand représentant des intérêts neutres et jue l'œuvre de médiation du président américain, appu;ee par la Suisse et accueillie syrtvna'Wquemént par Puissances centrales, nous apparaît comme "lus qus compromise. Par contre, une guerre germago-a-éricaine aurait des conséquences commerciales plutôt que militaires, car derrière Wilson, le pacifiste et idéologue à grands traits, il y a le cycle de la politique américaine d'intérêts. Le blocus. La, Haye, 6. 'évier. — D après des nouvelles de Londres,. aucun navire neutre ne peut plus passer la douane dans les ports anglais depuis la proclamation ite la zone de guerre. Quatre cents nouveaux sous-marins? Stockholm, 4 février. — Le « Dagens Nyheter » prétend apprendre de source autorisée que l'Allemagne a construit pour le blccus 4C0 nouveaux sous-marins et qu'elle dispose en outre d'une série de nouveaux Zeppelins. L'Angleterre et la Suède. Gottenberg, 6 février. — Les négociateurs stié-'dois sont arrivés ici de Londres ce matin à bord du vapeur « Thule ». Le directeur de banque, Mar-fcus Wajlenberg, a déclaré à un réprésentant du bureau télégraphique suédois qu'il ne pouvait rien communiquer au sujet des négociations, ni sur la question.de savoir si les négociations sont tfrmînées ou rompues. Les négiociateurs sont panis immédiatement cour Stockholm. La loi sur les immigrants adoptée au Sénat américain. Washington, 6 fév. (Reuter). — Le Sénat a adopté la loi sur les immigiants, que le Président avait envoyée au Congrès, rivêtue de sou « vco », par 62 voix contre 19. Cette loi prescrit une épreuve de lec'ure et d'écriture aux immigrants.La discuss'on a-é.té très vive. La Chambre des députés ayant déjà accepté le projet, celui-ci devient loi de fait. Déclarations d eSalandra. Luganc, 6 fév. — Daprès 1' «Avant!», Saiaiîdra aurait déclaré à un membre dtt Parlement : « Nçus nous sommes trompés quant à la dr-rée", l'étendue et aux sacrifices de la guerre. M é<ait impossible de prévoir tout. cela. Pour sortir du dilemme, nous ne pouvons pas persister « a priori r,-,ns une négation des possibilités de paix. Modiîicat^ns probables du cabinet russe. Lugano, 6 fév. — Le «Corriere délia Sera» annonce que Galitzine serait remplacé par Trepoff et le ministre des finances, Barfc, par Pétr'owski ; 8a-scnoff prendrait les affairés étrangères ; h rn'nis-tre de la marine donnerait sa démission et Proto-popof serait affeete à un autre posie. Dans la navigation espagnole. Madrid, 6 février. — Les armateurs de Baicelor.c confirment, d'accord avec le gouvej neuwnt, l'arrêt de la navigation vers les Philippines. Dans le port de Valence tout trafic a cessé. On craint que. 85 000 ouvriers ne soient réduits au chômage, par suite de l'arrêt de la fabrication des caisses d'emballage pour oranges. Le vapeur « Guadalquivir » a déchargé la cargaison d'oranges qu'il avait prise ;t hord et a annulé son contrai. La guerr* mari itou». Londres, 6 fév. — L'Agence Reuter «aoùiue sue le vapeur anglais «Floridian» (0030 tonnes) a ' cou lé ; 16 marins ont péri.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume