L'indépendance belge

400 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1918, 18 Juli. L'indépendance belge. Konsultiert 19 Februar 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/5m6251gh0w/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

L'INDÉPENDANCE ■ CONSERVATION PAR LE PROGRÈS BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENNY LE NUMÉRO CONTINENT. . 15 CENTIMES . HOLLANDE 5 CENTS ————m————————— —————— ————— _ - ADMINISTRATION ET REDACTION : 'BUREAU A PARIS: JEUDI 18 JUILLET 1918 f 3 MOIS, 9 SHILUNGS JODOR HOUSE TUDOR ST.. E.C. 4 11. PLACE DE LA BOURSE _ . ABONNEMENTS 6 MOIS. 17 SHILLINGS téléphone: city 3980 tél.: 311-57 et 23S-75 En vente à Londres à 3 h. le mercredi 17 juillet 11 an. 32 SHILLINGS LA SITUATION ■ Mercredi midi. A L' offensive allemande progresse len- di teinent et son développement est loin de éc ressembler à l'avance foudroyante qui ç; permit à Ludendorff de franchir le Che- le min des Dames et de porter en quelques T jours ses armées sur les rives de la s; Marne. Partout l'ennemi est contenu et tr les gains qu'il parvient à arracher aux d< Alliés sont payés très cher. Le premier jour de combat a été nettement en fa- ti leur de nos armes, malgré les forces d mises en œuvre par l'ennemi. Le nom- ti ore de divisions dont dispose actuelle- p ment le grand quartier-maitre teuton est R évalué à 70, dont 35 furent engagées le tt premier jour. {^groupées sous ri les ordres du princeTîéritier impérial et 1. commandées par les généraux Fritz von d Below et von Boehm. Fait très sugges- < ; tif, elles comprennent un grand nombre m d'unités appartenant aux réserves du 11 prince Rupprecht de Bavière, dont le rr groupe d'armées est en ligne devant ci Amiens, sur le front de Picardie et d'Ar- a tojs. Les prisonniers capturés s'accor- i, dent à déclarer que les pertes subies par ; l'ennemi sont énormes et qu'elles dépas- t sent de beaucoup les prévisions de leurs i chefs. Le fait est que dans leur contre- n attaques les troupes du général Foch, ? comprenant des unités françaises, améri- n laines et italiennes, ont fait des héca- k tombes sanglantes dans les rangs de ]« leurs adversaires, et que les batteries al- g liées tiennent vaillamment têtç à l'artil- s lerie teutonne, faisant, elles aussi, des \ brèches terribles dans les colonnes d'as- a sauts tudesqiies. d Les derniers communiques français si- é gnalcnt que la bataille a continué lundi ti vers la fin de l'après-midi et pendant la le ioirée, avec une violence redoublée. Fn- v re Château-Thierry et Reims l'ennemi, n iccentuant ses efforts dans le but d'éten- i fte ses succès initiaux, a lancée des atta- A qties furieuses. Le combat fut particu- s ièrement violent au sud de la Marne et p dans la régior) He Châtillon, sur la rive septentrionale de la rivière, à 25 kilo- f< nètres de Reims. Les bataillons franco- 1( américains résistèrent magnifiquement à n l'ennemi et contre-attaquèrent avec vi- c gueur. ' Au sud de la Marne les Aile- 1; mands, jusqu'à lundi soir, furent inca- v pables de dépasser la ligne de Saint- C Agnan-La Chapelle-Monthodon et la li- n sièrê de la forêt de Bouquigny. C'est s dans cette région que les Américains e tirent plus de 1,000 prisonniers (1,500, d'après une autre \ersion), ainsi que g nous l'avons annoncé hier. Pendant la s nuit les Allemands ne firent aucune ten- ^ • tative sur ce front, mais dans la journée t de mardi, bien que ne pouvant repren- 1 dre leurs attaques générales, ils firent néanmoins de violents efforts pour élar- r gir leurs succès locaux. Dans la matinée s ■ft encore dans l'après-midi, les combats t furent une fois de plus opiniâtres. Quel- f ques détachements teutons tentèrent de r remonter la rivière. Les troupes franco- t américaines entravèrent l'avance enne a mie par une défense pied-à-pied, et le f maintinrent en deçà de la ligne Oeuilly- c Leuvrigny, \illages près de Reuil, au r nord de la Marne. De leur côté, les I l'ranco-Américains contre-attaquèrent sur le front de Saint-Agnan-Chapelle- v Monthodon ; ils réoccupèrent ces deux c localités et réinstallèrent leur ligne sur f I les hauteurs qui dominent la vallée de la c Marne, dans la région des fermes de La f Bourdonnerie et du Clos Milon. j Au nord de la Marne nos alliés tien- 1' nent solidement Mareuil-le-Port et ont 1 contenu l'ennemi sur les confins méridionaux de Châtillon et sur les lisières c sud-orientales des bois de Rodemat. Sur s te front, jusqu'à Vrigny,.les troupes t franco-italiennes se sont particulière- 1 ment attachées à la défensive, refoulant t dans la journée de mardi de puissantes t attaques et maintenant complètement -leurs positions. < A l'est dé Reims les Allemands, dan-> i la journée de lundi, se sont épuisées df>ris une lutte sans succès et ne sont pas par- < ^enus à franchir la zone de couvïrure < française, pour atteindre la ligne de Pru- I iay, au nord de Perthes-les-Hurlus, et | ongeant la lisière septentrionale des boi<= ' su nord de la route romaine, jusqu'à < Suippe et la région au nord de Souain. < Mardi matin les Allemands rouvrirent un < violent bombardement qui fut suivi d'attaques sur plusieurs points. Une puis- i santé tentative dans la direction de 1 Reaumont-Sur-Vesle ne put déboucher de 1 prunay, oeçupé depuis la veille par les 1 di. Allemands. Dans le secteur de la Suippe len- deux attaques à l'ouest de la rivière n de échouèrent sous le feu des batteries fran-qui çaises. La lutte ne fut pas moins vio-Che- lente au nord de Cronnes et à l'est de ques Tahure, où l'ennemi attaqua également e la sans obtenir le moindre avantage, ses iu et troupes d'assaut étant repoussées avec aux de lourdes pertes. ■mier Dans un long bulletin le grand quar-ri fa- tier-général allemand expose avec force srces détails la traversée de la Marne et la cap-nom- ture des premières lignes alliées, y com-lelle- pris la crête de Moronvillers, à l'est de n est Reims, tout en affirmant que les troupes es le teutonnes ont fait au cours de la pre-sous mière journée d'offensive un total de al et 13,000 prisonniers. Ce chiffre est é\ i-: von demment grossi pour les besoins de la fges- rause ; aussi bien ne le donnons-nous que mbre sous bénéfice d'inventaire. Le dernier ; du communiqué allemand est beaucoup plus it le modeste, et s'il enregistre quelques suc-:vant e s locaux au sud-ouest de Reims, il est i'Ar- obligé de constater que la situation reste ccor- i échangée à l'est de cette ville. s par En somme, le point le plus avancé ati 6pas- t nit par l'ennemi n'excède pas huit kilo-leurs / ;etres, après deux jours de bataille, ntre- a ors qu'au premier jour de l'offensive ■"och, sur le Chemin des Dames les hordes ger-méri- nuiniques franchissaient près de vingt h'éca- kilomètres. La pointe prononcée sur s de Rueil, indique nettement l'intention de îS al- gagner Iipernay, alors que la poussé? artil- sur Monthodon menace plus directement , des Montmirail. " Les efforts ennemis pour d'as- atteindre ces buts seront-ils couronnés de succès? Il est permit d'en douter, lis si- étant donné l'admirable résistance des lundi troupes alliées. Quant à la ruée sur Châ-:nt la Jons, elle semble bien compromise, les Fn- vaillantes unités du général Gourand te-lemi, nant partout l'ennemi en échec. Aussi éten- 'H ^erions-nous point surpris de \o«r les atta- Allemands abandonner cet objectif, pour -ticu- se jeter une fois de plus de tout leur ne et poids,sur le front d'Amiens. i rive Pour appuyer leur offensive par des ef-kilo- forts d'ordre plus moral que militaire* anco- les Allemands ont repris le bombarde-ent à ment de Paris. La Grosse Bertha a en-:c vi- core lancé hier plusieurs de ses obus sur Aile- la. capitale française, faisant plusieurs inca- victimes, ainsi que des dégâts matériels iaint- Comme d'habitude, les obus boches la li- n'ont pas ému les Parisiens, et l'impres-C'est sion cherchée par les tueurs de femmes cains et d'enfants a été nulle. ,500, Sur le reste du front occidental à si-que gnaler une nouvelle amélioration des point la siiions britanniques dans le secteur de : ten- Villers-Bretonneux, et des raids fruc-urnée tueux, notamment dans le voisinage dû pren- Hebuterne et de Locon. firent En Italie, l'activité combattive s'est élar- momentanément ramenée dans la région itinée septentrionale du mont Grappa. Des dé-nbats tajçhements italiens y ont exécuté une Quel- heureuse opération locale qui leur peint de mit d'améliorer sensiblement leur ligne, anco- tout en capturant 94 officiers et soldats, enne ainsi que du matériel de guerre. En de-et le hors de cette action, il n'y a à rapporter uilly- que deux coups-de-main ennemis, aisé-I, au ment repoussés, des deux côtés de la ;, les Brenta et des çluels d'artillerie. èrent En Albanie, sur la rive droite du De-pelle- voli, les Français ont' occupé les villages deu< de Rastani, de Prostani et de Vina, et ils e sur ont poussé leurs reconnaissances jus-de la qu'au cours de l'HoIta. Le nombre de Je La prisonniers fait par nos alliés en Albanie jusqu'à ce jour s'élève â près de 2,500 tien- hommes, dont 1,800 ont été capturés par t ont les troupes italiennes. méri- A l'ouest du Vardar les troupes serbes sières ont exécuté une fructueuse reconnais-. Sur sance dans les tranchées bulgares aux Dupes environs de Vetrenik, et l'activité de ilière- l'artillerie se maintient assez \ive sur lulant tout le front macédonien. La tempéra-antes ture, qui fut très basse au début de l'été, îinent s'est soudainement élevée et atteint un degré tel qu'elle entrave les opérations dans militaires. , ilf<ris Aucune nouvelle ne nous est parvenue s par- des différents points où se développent îrt.jre des opérations en Russie. Cependant, la > Pru- presse allemande commence a s'agiter us, et pour demander la révision du traité de s boi« Brest-Litovsk et une intervention énergi-squ'i que des troupes germaniques et firilan->uain. daises contre les Alliés dans la presqu'ile ;nt un de Kola. d'at- La perspective de devoir défendre un puis- nouveau front russe ne semble pas être >n de du goût de l'opinion publique allemande, her de C'est le moment où jamais pour les Al-ar le» liés à ne pas lui donner satisfaction. SUR LE FRONT OCCIDENTAL Fusil allemand anti-tank Les Allemands emploient, dit le "Ma- q tin," uns nouvelle arme contre.les tanks 1 ressemblant au fusil Mauser, mais plus 2 lo~ long et plus lourd. Une de ces arme3 a f' c été capturée le 4 juillet au sud de la 1 ent Somme. La cartouche a environ dix cen- b ses timètres de long et a une balle pointue, d Nec La longueur de l'arme est de plus de é 1 m. 50 et son poids d'environ 17 kilos, e ;ar" Pour tirer elle est appuyée sur une four- rce che semblable à celle de la .mitrailleuse, n ap- g 7c OPERATIONS NAVALES pes ire- Un cuirassé japonais saute de Un télégramme de Tokyo annonce que e \ i- le cuirassé "Kawachi" a sauté le 12 juil- : la let dans la baie de Tokuyama, et a coulé. a que Le nombre des morts dépasse 500. lier Le "Kawachi" jaugeait 21,420 j ilus tonnes. C'est le second cuirassé japo- uc- nais perdu dans un port depuis la guerre. ^ est . slc OPÉRATIONS AÉRIENNES , ï at-> C jj0_ L'activité britannique lie, Le 15 juillet.—Bombardement des j. ;ive vies de garage et hangars à Offenbourg, c rer_ ainsi que d'uu aérodrome ennemi. Le 16 ^ ngt juillet.—Bombardement des voies de £ sur garage a Thionville, où on put constater j de un grand incendie et plusieurs explosions f ;sé . violentes.—Détachement britannique in- f ent dépendant. c our Le 16 juillet.—Temps défavorable. Six r nés appareils ennemis abattus. Un appareil \ ter, britannique est manquant. Quatre ton- a des lies de bombes sur la station de Seclin hâ- (sud de Lille), et sur des cantonnements les ennemis.—Quartier Général. te7 Du 4 au 15 juiltj" , sur le front italien JSS1 les aviateurs britanniques ont détruit 35 'es appai'eil» ennemi.--. |Jn appareil britan-°ur nique n'est pas rentré.—Forces britanni- 1 eur ques en Italie. f Les pilotes français et l'offensive c jre Un communiqué français publié ce g matin, signale la part importante prise j en par les aviateurs français dans la bataille engagée depuis le 15 juillet sur le front de la Marne et en Chamnagne. els Malgré le temps défavorable,'les ob- ^ servateurs n'ont cessé de voler au-dessus ^ ^ ^ des lignes allemandes durant les jours ^ qui précédèrent l'attaque. Grâce à leur vigilance soutenue, ils ont pu fournir des informations précieuses en ce qui cj'i ;1~ cerne l'offensive et en indiquer l'étendue t P*!'" ' Au cours des premières heures de la r L bataille, les aviateurs intervinrent active- ^ u< ' mènt, notamment sur la Marne. Malgré f ' 3 l'épais ridgaù de fumée qui cachait les ( ponts jetés sur cette rivière par les Aile- J est mands, ils parvinrent à les localiser et les 1 >'on attaquèrent d'une très faible hauteur. 11- parvinrent ainsi à détruire deux de J unc ces ponts à coup de bombes, au moment 3ei " où des nombreuses troupes les fran- ( >ne' chissaient, les précipitant dans la rivière, ats- pendant que d'autres pilotes attaquaient ^ f'e~ à l'aide de leurs mitrailleuses et de leurs , e/' bombes, lès convois et les colonnes qui dé- ^ lse" bouchaient sur la rive septentrionale. , 2 'a Quatorze tonnes de projectiles furent employées pendant la journée en différent-. , points du front avec un égal succès. Le? j attaques continuèrent pendant la nuit. ( t ils Quatorze tonnes de bombes furent jetées ( lus" sur les bivouacs et les points de concen-: de trations des troupes ennemies, provo- t mie -quant de nombreux incendies et causant . 500 je grands dégâts. , par De plus, lès pilotes français ont livré . un nombre considérable de combats . "be> contre les aviateurs ennemis. Quarante ais- et un aéroplanes ennemis ont été détruits , aux ou mis hors combat, et neuf ballons cap-de tifs qnt été mis en flammes. En moins sur de cinq minutes le sous-lieutenant Bour-éra- gade détruisit personnellement trois été, ballons. un Enfin, l'observation aérienne ne cessa ions pas un instiant de marquer les positions ennemies a nos troupes et dirigea le feu :nue do l'artillerie avec son maximum d'effet, sent i i _ ppent wmmmm agiter LES CRIMES ALLEMANDS ité de * nergi- ' D'aprèstles nouvelles de La Haye des îrilan- 7 et 8 juillet, les Allemands ont déporté qu'ile 7 000 Gantois à Bruges et Zeebrugge pour le§ y mettre à des travaux d'intérêt Ire un militaire ên remplacement des prison- s être niers français refusant de travailler par- lande. C3 que les rations étaient insuffisantes es Al- Parmi les déportés il y avait des gamins i. de 14 ans et des vieillards de 6Q- L CUBA HONORE LA BELGIQUE Un télégramme de La Havane annonc [a- que le Sénat et la Chambre ont voté iks l'unanimité une loi déclarant que 1 lus 21 juillet sera désormais le jour de 1 > a fête nationale cubaine, en hommage la l'héroïque, glorieuse et sublime natio ;n- belge, et ordonnant de hisser ce jour le îe. drapeaux belge et cubain sur tous le de édifices publics du territoire, forteresse os. et navires de guerre. jr- Dès la réception de cette nouvelle, 1 se. ministère des affaires étrangères de Bel gique a envoyé les télégrammes suivants Av ministre de Belgique- à La Havane "Le Gouvernement du Roi, sensible l'honneur exceptionnel fait par le Sens ue et la Chambre de Cuba à la nation et ai j-j drapeau belges, vous prie de transmettr j(.- aux présidents des deux assemblées l'es pression de sa profonde gratitude. L I_2q neuple belge gardera un souvenir ému d la sympathie que lui a témoignée 1 re peuple cubain dans son épreuve." Au ministre de Gvha. à Pans. "Un télégramme de M. Renoz m'ap prend que le Sénat et la Chambre d Cuoa ont voté à l'unanimité une loi di clarant le 21 juillet la fêté nationale ci ^es baine et ordonnant de hisser ce jour k rg- drapeaux belge et cubain sur tous k édifices publics, forteresses et navires d c'e guerre.. Je tiens à faire savoir à Voti ^er Excellence combien le Gouvernement d 3ns Roi est sensible à l'honneur exceptions in~ fait à la nation et au drapeau belge. J'i chargé M. Renoz d'exprimer ces sent Six ments et la profonde gratitude du Goi -eil vernement belge aux présidents des deu on- assemblées de Cuba." T * L'OFFENSIVE PACIFIQUE L'OFFENSIVE PACIFIQUE Le ministre des affaires étrangères d'A-utriclie-Hcngrie envoie périodiquement des rapports aux premiers ministres d'Autriche et de Hongrie sur la politique étrangère. Le dernier de ces rapports déclare trouver du côté de l'ennemi trois groupes d'aspirations mis en avant pour justifier la continuation de la guerre: Les idéals de l'humanité doivent 3+re réalisés; La liberté des nations doit être atteinte et une Ligue des Nations doit être formée, qui réglera les différends par l'arbitrage et non par les armes; La domination d'une nation par une autre doit cesser. Mais, continue le rapport, des changements territoriaux sont en même temps demandés aux dépens des Puissances Centrales. Et ces buts territoriaux sont, en fait, les seuls points qui séparent les groupes de belligérants. Dans les principes généraux énoncés par les hommes d'Etat des deux groupes, il n'y a presque pas de différence. Les quatre points énoncés par le Président Wilson ne doivent pas, en faisant la part d'une certaine exagération, exciter notre opposition. Au contraire, nous pouvons les approu-ver en grande partie. Personne ne refu-1 sera de rendre hommage à ce génie de l'humanité et personne ne lui refusera son concours. Tous nos adversaires ont été invités à participer à des négociations avant les traités que nous avons conclus dans l'Est, et ils auraient pu contribuer à les rendre : différents de ce qu'ils ont été en réalité. Nous devons faire observer aussi qu'aucun des Etats belligérants ne doit en - arriver un jour à la position de la Russie et de la Roumanie, car nous sommes ! toujours prêts à entrer en négociations ' avec tous nos adversaires. ' L'obstination ennemie en ce qui con-' cerne les demandes territoriales relatives " à l'Alsace-Lorraine, le Trentin, Trieste, 5 les colonies allemandes, etc., semble être " insurmontable. Mais là s'arrêtent nos ; dispositions à conclure la. paix. Nous sommes prêts à discuter sur n'im-1 porte quoi, mais pas au sujet de notre 5 propre j>erritoire. (En d'autres termes: "Nous n'avons pas réussi oette fois, crions "quitte"; ' ne réparons rien : consacrons pour le moment les iniquités commises par nous dans le passé et, plus tard... nous ver-ronO AUTOUR DE LA GUERRE ALLEMAGNE — Le "Telegraaf" apprend que 1,50? cas de grippe espagnole se sont produis dans Jes usines de Krupp à Essen. A la suite de l'epidémie, de nombreux ou vriers néerlandais sont rentrés en Hollande et manifestent leur intention de ne plus retourner en Allemagne. — La "Frankfurter Zeitung" dit que la ration actuelle de viande, qui est de 250 grammes, sera réduite dans la seconde semaine d'août à 200 grammes dans les villes de plus de 100,000 habitants." Dans les localités moins importantes, la ration sera même inférieure. AUTRICHE-HONGRIE — Un télégramme de Vienne annonce que l'empereur a envoyé une lettre autographe au feld maréchal Conrad von Hôtzendorf, disant que sa requête demandant d'être relevé de son commandement était agréée et le remerciant des services signalés qu'il a rendus comme chef d'état-major. Le télégramme annonce également que l'archiduc Joseph a été nommé commandant d'un groupe ' d'armées et le général de cavalerie prince Aloïs Sckônburg Hartenstein, commandant d'une armée. , — D'après une déclaration du ministre de la guerre d'Autriche, plus de 500,000 prisonniers autrichiens qui se trouvaient en Russie sont déjà rentrés en Autriche. FRANCE — Des journaux français annonçent la prochaine abolition des jours sans viande. — Le procès de M. Malvy, ancien ministre de l'intérieur, a commencé mardi devant la Haute-Cour, constituée par le Sénat. M. Malvy, on s'en souvient, est accusé par M. Léon Daudet, président des Associations royalistes, et directeur de 1' "Action française," d'avoir trahi son pays et d'avoir entreténu un commerce avec l'ennemi, lui livrant les plans diplomatiques et militaires de la France, et notamment le plan de l'offensive française du 16 avril 1917, sur le Chemin des Dames, qui fut arrêtée dans les circonstances que l'on sait. M. Mal\y se défend avec indignation contre cette accusation. , GRANDE-BRETAGNE — Les prix du charbon sont augmentés à partir de ce jour. Pour la vente au détail l'augmentation est de 5s. 6d. par tonne. — Le premier navire d'acier construit sans rivets vient d'être lancé en Angleterre. Au lieu de rivets on a recours à la soudure des plaques par l'arc électrique.— Une élection partielle a eu lieu à East Finsbury. Le candidat du gouvernement a obtenu 1,156 voix ; deux candidats indépendants ont obtenu respectivement 576 et 199 voix. —- Il faut s'attendre d'ici à la fin de l'été à une augmentation du prix de la viande, des prix plus élevés s'étant manifestés sur les marchés régulateurs en Amérique. NORVEGE — Le nouveau secrétaire d'Etat pour les affaires étrangères d'Allemagns, amiral von Hintze, est arrivée à Christiania. Il doit être reçu aujourd'hui mercredi par le roi Haakon et après avoir séjourné quelque temps dans la, capitale norvégienne il se rendra à Berlin pour prendre possession de son nouveau poste. Interviewé parle "Morgenblatt." l'amiral von Flintze a dit qu'il avait visité le front occidental où la fièvre espagnole avait régné plutôt sérieusemers pendant plusieurs jours. Il a déclaré que l'objet de sa visite à Christiania était d'établir un "modus vivendi" entre la Norvège et l'Allemagne et a ex- - primé l'espoir qu'après la guerre le? s bonnes relations des deux pays seraient s rétablies. RUSSIE — La "Rheinische Westfâlische Zei-5 tung" annonce que M. Milioukofï s'est ' rendu à Berlin. 3 ■ . .MilHllII nos DERNIERE HEURE 'im- otre Le communiqué britannique Mercredi, 10 h. 24 matin, -ons JCous avons" capturé quelques prison* ® ' niejs et une mitrailleuse la nuit dernière mo" au cours d'une petite entreprise à l'est lous de Villers-Bretonneux. Un raid tente ver" par l'ennemi dans le même secteur a été repousse. Quelques prisonniers ont été faits par RE nous au cours d'un raid heureux exécuté de bonne heure ce matin par des troupes anglaises dans le voisinage de Hulluch. ,5CO L'artillerie ennemie a été active dans urs les secteurs de la Somme et de l'Ancre, V la au nord de la Scarpe, à l'est de Béthune ou et au sord de Bailleul. No 188

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Zufügen an Sammlung

Zeiträume