L'indépendance belge

1564 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1917, 04 Oktober. L'indépendance belge. Konsultiert 10 Dezember 2022, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/bg2h709135/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Mât année. No 234 L'INDÉPENDANCE IflYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE ; 5 CENTS) tUlNISTRATION ET REDACTION: PLACE^r A^OURSE if(B STE., HIGH HOLBOEN, W.C.L PLACB DB BODKSE. tEPHONE : HOLBORN 1773-4 TELEPH.: { 238-7 5. JEUDI 4 OCTOBRE 1917. En vente à Londres à 3 h. le mercredi 3 octobre. ( 5 MOIS, 9 SHILLINGS. 1 „ ABONNEMENTSt ■! s MOIS, 1? SHILLINGS. [CONSERVATION PAR LE PrOGREÎ 11 AN, 32 SHILLINGS. J LA SITUATION i Mercredi, midi, contre-attaques allemandes dans r d'Ypres ont continué pendai la journée d'hier. Cinq des six a ;que l'ennemi déclancha eurent lie le Bois du Polygone et la rou es à Menin, Aucune ne réussit. I se, visant les positions de nos alli. la région de Zonnebeke, n'eut p: ie succès, et l'occupation de dei i avancés (déjà signalée hier) e en maigre résultat en face d'effor tenaces. - •lin dit que le terrain occupé a ui ndeur de 550 mètres et que le gai maintenu malgré de multiples ites contre-attaques; mais l'écht entatives allemandes n'en est qi ;clatant. qui frappe le plus l'esprit lorsqu'< à l'analyse des opérations allema: i) Flandre, c'est l'inefficacité d i-attaques d'un adversaire rédu s de longs mois à la défensiv ité obligé non seulement d'aba: r aux Alliés l'initiative des opér mais ses ripostes restent sans efi !ont que mieux ressortir l'état d'i: ité réel dans lequel il se trouve c e la diminution de ses réserves ain e la force combative amoindrie i jupes de première ligne. deux facteurs qui frappent l'e l'impuissance sont décisifs au poi e du résultat ultime de la lut ée, car rien ne saurait remédier lation désespérée dans laquelle l'a re se trouve. it ce que les Puissances Central Lîv.pïtVAtx'i i\o c'est de prolong sistance, et pour ce faire elles di t encore, indiscutablement, i îs militaires puissants qui ne pou Itre réduits que petit à peïit. !s pas plus à Verdun qu'en Fland réchal Hindenburg ne parvient • uïi coup. Deux attaques dans r de Beau mont (rive droite de :) ont été repoussées. Une troisièi le secteur de la Côte 344, permit irsaire de prendre pied au nord ite, mais une contre-attaque l'e de la plus grande partie du te occupé. Une quatrième tentati itée (lundi soir) entre le Bois i me et Bezonvaux, avait d'abo: i un avantage aux assaillants, q rèrent dans une tranchée avanc s alliés, mais ils en furent expuls un corps-à-corps sanglant. etivité sur l'Aisne se traduit p; uel d'artillerie, particulièreme t dans le secteur de Craonne. lin affirme que dans l'attaque i vaux 100 Français ont été fai miers. st avec un sentiment cl-Q satisfactio ompréhensible après les alertes i miers jours, que le public, à Lo out au moins, a -appris que les avi français, agissant à titre < «ailles pour les bombardemen ■s de Bar-le-Duc et de Du e, ont été bombarder les vill indes de Stuttgart, Trêves, C et Francfort-sur-le-Main. ! s de ces raids punitifs, d'autr 'illes françaises bombardèrent 1 s militaires de Roulers; les gar etz-Sud, Woippy-lez-Metz, Thio l'aérodrome d«o Chambley-lez-Met Vt\ 11 oncs rJQnînn/xii v+ /v» i-*-nrî r>o4- , .Verdun) et de Tilly, ainsi que les dépôts le à munitions de la Ferme de Lougau, où it une violente explosion témoigna que i< c- but avait été atteint. u Les aviateurs britanniques bombardé-;e rent à deux reprises l'aérodrome de Gon-,a trode et réattaquèrent celui de Carnière; >s (près de Cambrai). Les hangars de^l un ei is-de l'autre furent incendiés. L'aérodrom< x de Saint-Denis-Westrem fut attaqué £ 5t nouveau pendant la nuit et les projectile: ts lancés ont dii atteindre leur but, puis qu'un incendie éclata dont la lueur fui lu observée à cinquante kilomètres a lt u ronde. Dans un des raids précédents ^ quinze appareils allemands auraient 6t( ",c détruits, s'il faut ajouter foi à des infor *ê mations de source hollandaise. Les-écluses de Zeebrugge et une batteri< lourde allemande ont également servi d< >U cibles aux aviateurs britanniques qui, ei 1 septembre, n'ont pas lancé moins de 12.. ".S tonnes de projectiles. 1 Au cours d'un des derniers raids de projectiles allemands de la défense contn avions sont tombés sur territoire hollan dais, à Sluis, où des dommages matériel; assez sérieux ont été occasionnés. |1~ Le succès britannique sur l'Euphrat-!U est confirmé et le général Maude a fai r1 un total de 3,800 prisonniers dont (>0( blessés. Le Butin comprend 13 canons e 12 mitrailleuses. n" Un télégramme de l'Est Africain si gnale la reddition, au nord du chemin di fer central, d'un détachement allemane a fort de 200 combattants, accompagnés d< c^~ plusieurs centaines de porteurs. Pétrograd annonce que l'avance de es détachements russes dans le secteur d< ?r Riga est de 1,600 mètres. Sur le restan du front russo-roumain, seuls les avia teurs ont été actifs, et sur le front ita r" lien il n'y a eu que des actions locale ©t un duel d''artillerie intermittent. t-e Dans la séance d'hier du Congrès dé a mocratique à Pétrograd, les délégués de le zemstvos se prononcèrent en faveur d'ui la gouvernement de coalition, que la majo ne rité des délégués ouvriers et soldats re a poussent. Il y eut à ce sujet un inciden de assez symptomatique :"une délégation d s- 200 ouvriers des deux sexes, accompagné r- de soldats, essaya de forcer l'entrée d s'e la salle. Finalement une députation il Ie six fut admise, se disant représentants d "d 500,000 ouvriers de la capitale "qui pro testent contre toute coalition avec les par -'e tis bourgeois, demandent la paix immé és diate, la suppression de la propriété pri vée," etc. ir Pendant que les discussions s< it poursuivent à Pétrograd, ■ la désa grégation de l'Empire russe con le tinue. A Tashkent, capitale du Tur ts kestan, un comité révolutionnaire s'es constitué et, s'appuyant sur deux régi n, ments "de troupes locales, a répudié l'au le torité du Gouvernement Provisoire. Ce n- lui-ci, après avoir envoyé un ultimatun a- resté sans réponse, a ordonné au généra le Korovnitchenko, gouverneur militaire d t-s Kazan, de marcher sur Tashkent et d< n- réprimer tout désordre par la force. es Le cabinet suédois, à la suite du résul o- tat des élections qui ont été une victoir* in socialiste et libérale, a donné, sa démis es I sion. Le roi Gustave préconise la consti es tut ion d'un cabinet de coalition, mais le es libéraux et socialistes subordonnent leu ii- coopération avec les conservateurs à l'ac z; ceptation, par ceux-ci, de la réform .1., I GUERRE EUROPEENS s le front' 0ccis2nu SUR LE FRONT BELGE t La visite du roi d'Italie | ^es télégrammes suivants ont é langés entre le roi d'Italie et le R ] «t : Turin, 30 septembre, j e|nporte un souvenir vivace du fro 8e que j'ai parcouru avec Votre M c qui est- un exemple éclatant et i permanent pour tous ceux q K Bette guerre combattent pour l'i: B>ee et la justice contre la viol ■roit et l'oppression des peuple ■ à Votre Majesté ma vive gr B>ur son accueil cordial. J'ai t ^ heureux de me trouver au milieu des sol dats de cette vaillante armée à laquelle ^ est due comme glorieux achèvement de son œuvre héroïque la restauration eom plète de sa patrie. VICTOR EMMANUEL. t- Au Roi d'Italie, 0i ' Du Grand Quartier Général. Je remercie Votre Majesté du chaleu reux message qu'elle vient de m'envoyer nt La visite de Votre Majesté est pour mei a" soldats, qui en ont été très fiers, ur "^puissant encouragement. Résolue de U1 lutter jusqu'au bout pour l'indépendanci a et la restauration de la patrie, l'armée !S> belge s'inpirera des glorieux exemple; a. donnés par la vaillante armée italienne té ' ALBERT. OPERATIONS aeriennes LES RAIDS SUR LONDRES Fausse alerte mardi Mardi vers une heure de l'après-mi au centre delà métropole et vers 1 h. dans les faubourgs, la police a don l'alarme et les fusées d'avertissement < engagé le public à se mettre à l'ab Peu après, le 'Ail clear'' était annoir sans qu'aucun coup, de canon n'ait vélé l'approche d'avions ennemis. L'ATTAQUE DE LUNDI 10 tués, 28 blessés Mardi, 12 h. 15.— Les derniers rs ports de la police signalent que le no bre de victimes faites au cours du r£ de lundi soir, est de 10 'tués et de ; blessés, pourrons les districts survo • par les avions ennemis. La version allemande Le communiqué de Berlin relatif raid de lundi soir dit: "La nuit demi ' Londres, Sheerness, Ramsgate et Di vres ont de nouveau été attaqués par i aviateurs." Aucun aéroplane britannique abatti Le Press Bureau annonce qu'il est : : torisé à déclarer qu'il n'y a rien ) fondé dans le bruit mis en circulatie t disant que deux aéroplanes britanniqi avaient été abattus près de Londres, - cours du raid de dimanche soir. Dans tous les raids aériens qui ont 1 lieu au cours de ces huit derniers joi ; tous les pilotes britanniques ont atte sains et saufs. 3 M. Lloyd George ei les représailles ; M. Lloyd George a vfSfté les distr: ' éprouvés lors des derniers raids Londres. Au cours d'une de ses proi nades, reconnu par la foule, il a été 5 terpelé par un Londonien qui lui cr "Des représailles, M. Lloyd George, des villes allemandes! " Ce cri fut s cueilli par des acclamations et le j: 1 mier ministre britannique répond "Nous ferons cela." ' RAIDS DE REPRESAILLES s Les*Français bombardent Stuttgart Trêves, Coblence et Francfort Le communiqué de Paris d'i - après-midi signale que des aviateurs lemands ont de nouveau attaqué la v de Dunkerque lundi soir. Le bombai ment, qui fut très violent, a causé dégâts matériels sérieux. On sigi 5 qu'il y a eu un certain nombre de 1 - times parmi la population civile. En représailles pour les bombai - ments exécutés par les Allemands t Dunkerque et Bar-le-Duc, les aviate - français, dans là nuit du 1er au 2 oe - bre, ont jeté des bombes sur les villes - Stuttgart, de Trêves, de Coblence et ) Francfort-sur-le-Mein. ' De plus, les aviateurs français - exécuté de nombreux raids, au co 2 desquels ils ont jeté 2,120 kilogramn d'explosifs sur les dépôts de'Roulers 6,000 k.de bombes sur les gares de Me 3 sud, Woeppy (près de Metz), et " Thionville, l'aérodrome de Chanibl " les bivouacs de Spincourt et de Tilly 5 les abris de la Ferme de Longeaa, ' une violente explosion s'est produite Le communiqué de minuit annoi ? que des aéroplanes allemands ont j eïes bombes sur Toul, où plusieurs v ! times sont signalées. Version allemande sur la première attaque de Stuttgart i Un télégramme de Stuttgart à 'Fra'nkfurter Zeitung" dit que di.nani soir, entre 11 h. 35 et minuit 45, Sti gart a été attaqué deux fois pai des a\ teurs ennemis. La majeure partie i bombes sont tombées dans les rue>s et des places publiques ne causant pas < eiégâts considérables, à part des vit brisées et des toits endommagés. De • hommes ont été tués et quatre femr ; et un jeune homme ont été blessés. 1 i aéroplanes ennemis, ajoute le té gramme, ont été refoulés par les fe ■des canons anti-aériens. La défense aérienne de Paris Le "Matin" annonce que les essais fusées lumineuses lancées de la T Eiffel, en signe d'avertissement d'aï que aérerenne, ont satisfait la commi sion militaire par leurs bons résultats. Guynemer au Panthéon La Chambre des Députés a été sais d'une demande l'invitant à solliciter c gouvernement, une inscription à la m , ' moire du capitaine Guynemer, au Pa: -50 théon. ^ Des avions allemands pour les Pays^B ^ I Le "Handelsblad" signale que Jî' grands aéroplanes destinés à l'arm néerlandaise sont arrivés à Benthei (Hanovre), où ils seront livrés à d officiers-aviateurs néerlandais. B:mbes ou obus sur l'Ecluse Des projectiles sont tombés lundi s '■P" le village de Sluis (l'Ecluse) en Hollan m- et ont causés d'importants dégâts. Ce tains disent que ce sont des bombes la , cées par un aéroplane de nationalité i connue; d'autres disent que ce sont cl obus lancés par les Allemands contre i aéroplane ennemi qui aurait survolé au frontière. "-LES ATROCITES ALLEMAND 1°S Le massacre des blessés Un capitaine d'infanterie français, i cemment rapatrié après trois ans de ca ae tivité, avait été blessé le 24 août 19 -11' près de Longuyon et, en reprenant co les naissance, il s'aperçut que sa com-pagi: au avait battu en retraite. Environ cinq lie res après la fin du combat, clés pat rou il allemandes explorèrent le champ de b j taille et tuèrent tous les blessés qui do liaient encore signe de vie. Je dois d'ave échappé à l'état dans lequel je me tro vais, comme conséquence de six blessui :cts et au fait que j'étais presqu'entièreme ïur caché sous le cadavre clu caporal Delaye ne- Mais le sergent Peretti, le sold-at Holdou in- et un certain nombre d'autres blessés q ia: étaient tombés près de moi furent, tu sur par des balles dans la tête. Trente-s ac- heures après avoir été blessé, le capitai re- fut ramassé et amené à Longuyon. Qii' it : ques jours plus tard on lui enleva to ses vêtements et il fut envoyé nu à Thio ville, couché sur le plancher d'un wag à bestiaux, alors qu'en dehors ses auti blessures il souffrait d'une péritonite ca ' sée par une blessure au ventre. Z L'AFFAIRE BQL0 PAQHA ille ♦ de- Le cas de M. Monier des Les fautes et les imprudences repi aie chées à M. Monier, premier président rjc_ la Cour d'appel de Paris, peuvent se i sumer comme suit : Avoir corrigé de sa propre main ce tains contrats d'affaires, établis par c justiciables, contrats qui, par la sui ^ ' pouvaient donner matière à chicane fle sur lesquels, en raison de ses hautes foi I tions, il pouvait être appelé à se pron-o cer en qualité de magistrat. Après avoir été averti de ce que s 3nT ami Bolo n'était pas digne d'intéri 111 s n'avoir pas pris toutes les mesures néci les saires pour s'éclairer sur le cas de Bo' el alors que *011 devoir de procureur de République (fonctions qu'il exerçait l'époque) lui eût commandé de le fai] 5-! 1 Avoir conservé des relations d'amil e.' avec ce -dernier, l'avoir reçu, avoir ce 011 respondu et s'être rendu chez lui depi le jour où il est inculpé clu crime d'i 'c® telligence avec l'ennemi, c'est-à-dire c ete . r, puis huit mois, ic- 1 . AUTOUR de la GUERR I» ALLEMAGNE :'ie '— La "Vossische Zeitung" appre itt- que la "Deutsche Zeitung" a été su ia- primée pour avoir entraîné des me: ïos bres du haut comandement de l'arm sur dans les polémiques politiques, les — Le Kaiser et l'empereur Char res ont eu une nouvelle netrevue vendre ux dernier à Diditz. en Bukovine. les — Le " Lokalanzeiger " de Berlin £ y, prend que la mise en discussion de ' question de l'Alsace-Lorraine au Reicl UX tag, ou même devant la Commissi principale du ReieEstag, dépendra résultat des délibérations entre le chf de celier et les députés de l'Alsace-Li jur raine. Le-gouvernement est d'avis q :ta- le sujet ne doit pas être discuté. s AUTRICHE-HONGRIE — Un télégramme de Vienne à " Koelnische Zeitung " dit que l'opin je publique viennoise a été désappoin u par les discours du chancelier Micha> >_ et 'de M. von Kùhlmann, car elle s' a_ tendait à ce qu'il-s annoncent les buts guerre définis de l'Allemagne, spécii ment en ce qui concerne la Belgique. " BELGIQUE ée — " Les Nouvelles " de Maestri m annoncent que la population civile gg Tournai a été évacuée. , - — La "Vossische Zeitung" dit que grève dés mineurs dans le Haïnaut, c nous avons annoncé hier, est termir ^ mais le journal berlinois.ne dit pas d e quelles conditions. l'_ GHINE n- — Un décret annonce la convocat e* clu Conseil national dans le but de re in ger une nouvelle loi sur les électic la après quoi, le parlement sera convo< avec le moins de délai possible. Le g » reniement a fait arrêter Sun-Yat-S n ancien président de la République, pi ® avoir établi un gouvernement militf à Canton. On espère que l'annonce d< réunion prochaine du parlement aura é- effet calmant sur les chefs du Sud. P- FRANGE — Une nouvelle conférence ini '!" alliée aura lieu à Paris le 8 octobre, p I<? examiner la question des biens ennei u" en territoire occupé. — D^s établissements commercii n se sont effondrés lundi à Calais, tuant . , personnes. u_ —M. F. C. Roux, deuxième see ■es taire de la légation de France à L nt dres, a été nommé premier secrétair n la même légation. i» GRANDE-BRETAGNE — Un incendie important et une fs plosion ont eu lieu dans une usine à i lx nitions du Norcl de l'Angleterre. L'us ne a été fortement endommagée, mais j qu'à présent on ne signale pas de m< us bien qu'un certain nombre d'ouvr: n_ aient été blessés. an Anne Lowenstein, qu'on croit é es la veuve d'un prince allemand et u avait demandé divers renseignement une usine d'aéroplanes près de il chester, a été arrêtée pour avoir doi un faux nom à l'hôtel où elle était < cendue. Elle a prétendu avoir reçu d haut personnage du ministère de l'ai t-ion l'autorisation de voler en ae °- plane. Elle a été remise en liberté s de caution. é ITALIE ,r_ — Les Bourses des valeurs ont' ieg rouvertes lundi dans de nombreuses •e les italiennes. Celles-ci étaient fera f depuis l'entrée en guerre de l'Italie. |C_ opérations furent limitées, mais le m n ' ché était ferme. JAPON on Au cours d'un dîner donné au Waleî it, Hôtel, le vicomte Ichi, chef de la n îs- sion japonaise aux Etats-Unis, s'est o, claré en faveur de la politique de la pc la ouverte en Chine, de la coopération a à les Etats-Unis, les patrouilles navs •e. japonaises dans le Pacifique, et la ié fense de la Chine contre toute agressi >r- Il démentit énergiquement toute lis tention de la part du Japon de s'assu il- des territoires en Chine, et déclara e le- c'était la propagande allemande, -avait créé des suspicions entre le Jai n et l'Amérique. p SERBIE — Le colonèl Nikola Tomasovie, c cier serbe récemment échangé comme valide, déclare qu'au moins 50,000 | [Tel sonniers de guerre serbes en Autric p. Hongrie sont moi-ts, la nourriture qr ai- leur donne étant non seulement insi ée santé mais nuisible. SUEDE les — Le cabinet conservateur a déi ■di jsionné. Le roi, se rendant aux map . vres, l'a prié de rester en fonctions , p. qu'à son retour, tout en acceptant la démission. On ne peut dire encore si is- cabinet libéral-socialiste sera formé on si, conformément aux préférences du roi, le futur ministère comprendra ,n- .représentants des trois partis. A la si >r- des récentes élections, la Chambre c ue prend 58 députés conservateurs, 62 1 raux et 86 socialistes.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel L'indépendance belge gehört zu der Kategorie Liberale pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1843 bis 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume