Informations belges

385 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 05 April. Informations belges. Seen on 21 September 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/959c53fs8j/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

N° 297 5 Avril 1917 InformationsBelges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas. de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les oommunications de servioe : 52, rue des Gobelins, LE HA.VR.E (Seine-Inférieure) France. (xx). — L'Allemagne empêche le ravitaillement de la Belgique occupée. — Autant pour se venger delà.patriotique attitude de la population du territoire envahi que pour pousser cette dernière à réclamer une paix dont ils éprouvent un si grand besoin, les Allemands, en violation de leurs promesses, coulent les na'vires de la « Commission for Relief » et endossent la responsabilité de cette odieuse cenduite à l'Angleterre. Le télégramme suivant, envoyé de Londres au Journal (numéro du 4 avril 1917). fait justice, une fois de plus,des mensonges allemands : « Une dépêche de Berlin, arrivée via Amsterdam, prétend que le gouvernement allemand avait avisé le gouvernement britannique de la route que les vaisseaux de la Commission de secours à la Belgique pourraient suivre sans crainte d'être attaqués par les sous-marins. « A cela, le Foreign Office oppose un démenti formel. « D'autre part, le gouvernement allemand, qui avait souventes fois déclaré qu'il donnerait des saufs-conduits à ces navires pourvu qu'on l'informât de leur position et de leur cargaison, a refusé, bien que ces renseignements aient été fournis le 13 mars à l'ambassadeur d'Espagne, de donner des saufsconduitsà quatre de ces navires avant le 1er avril, ce qui prouve que les Allemands veulent retenir les navires. » (xx). — Les conditions de la vie en Belgique occupée. — Une relation sujette à caution d'un voyageur anglais. — Une réponse péiemptoire du Comité officiel belge en Grande Bretagne. — M. Whitaker, un Anglais qui a séjourné longtemps dans le Nord de la France occupée, où il échappa aux recherches des Allemands, est parvenu à gagner la frontière hollandaise, grâce au concours de Belges « qui ont risqué la prison et peut être pis », pour lui permettre d'éviter la perte de la liberté. M. Whitaker n'a fait que traverser quelques grandes villes belges, sans s'y livrer à la moindre enquête ; il n'a guère séjourné davantage dans les villages qu'il trouva sur sa route. Cela n'a pas empêché ce voyageur de faire paraître, dans le Times, des articles dans lesquels la vie, en Belgique occupée, est décrite sous le plus attrayant aspect. Il suffit, cependant, de lire les journaux teutoni. ses et les feuilles stipendiées parles « Kommandanturen » pour être convaincu que le problème de l'alimentation populaire occupe la très grande place dans les préoccupations du public. A défaut de ces indications, les arrêtés des autorités occupantes montrent assez que le chômage le plus intense sévit, que les denrées alimentaires sont rares et coûteuses, que les usines sont fermées pour la plupart, que les chevaux ont disparu et sont remplacés par des bœufs ou des hommes, que le charbon même fait défaut dans ce petit pays dont la production houillère dépassait la puissance de consommation, au temps de sa plus brillante efflorescence industrielle. Après cela, il n'est pas étonnant que ces articles irréfléchis et basés sur de vagues et superficielles impressions, aient péniblement surpris ceux qui connaissent la vraie situation. Dans tous les cas, le Comité officiel belge de Grande-Bretagne n'a point voulu laisser passer les fantaisies de M. Whitaker sans élever aussitôt une protestation énergique. Le Times du 2 avril 1917, page 41,442, contient la lettre suivante, signée par M. le chevalier E. Carton de Wiart : « L'article de M. Whitaker dans votre édition du 31 mars a produit parmi les Belges en Angleterre une profonde tristesse. Nous espérons que vous donnerez au Comité officiel belge, représentant les Belges qui ont la bonne fortune de partager la vie indépendante et libre de nos amis anglais, 1 occasion d'y répondre au nom de leurs infortunés compatriotes belges restés en Belgique. « La conclusion générale qui se dégage pour tout lecteur superficiel est que l'on vit dans l'abondance et dans le plaisir en Belgique occupée. Cette opinion individuelle de M. Whitaker sera, n'en doutez pas, reproduite avec enthousiasme par les journaux allemands, comme exprimant l'opinion générale de la grande presse anglaise et nos malheureux compatriotes en Belgique le ressentiront amèrement. Nous savons que des représentations théâtrales ont certainement lieu dans les grandes villes belges, et que les gens riches peuvent, en les payant très cher, se procurer de la viande et certains objets de luxe. Mais ce qui nous paraît odieux, c'est qu'on puisse tirer de ces quelques éléments la conclusion que dans la Belgique occupée on vive dans l'abondance et dans le plaisir.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Informations belges belonging to the category Oorlogspers, published in Le Havre from 1916 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods