Informations belges

177 0
27 February 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 27 February. Informations belges. Seen on 26 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/6w9668ct2b/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

N° 260 27 Février 1917 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 52, rue des Gohelins, LE II V VKIi (Seine-Inférieure) France. (xx). — Lettre privée du cardinal Mercier. — Les Belges du territoire occupé souffrent mais veulent la victoire. — Sous le titre « La Belgique indomptée», le Figaro du 24 février 1917, publie la lettre ci-après adressée par le cardinal Mercier le 15 janvier 1917 à l'un des collaborateurs de la Revue des Jeu-i es : « Archevêché de Malines. « Malines, le 15 janvier 1917. « Cher Monsieur, « Monsieur X... m'a apporté le témoignage de votre bienveillance à mon égard et à l'égard de mes pauvres diocésains. J'ai été fort sensible, et vous en remercie. « En vérité, la Belgique est rudement éprouvée ; les départements du Nord français ne souffrent pas moins. Mais, Dieu merci, les courages ne fléchissent pas. Notre peuple, j'entends le petit peuple, celui sur lequel tombent surtout les privations, les coups de l'ennemi, est admirable de ténacité. J'ai parcouru, cette semaine, les ruelles et les impasses d'une petite ville, Lierre, que les envahisseurs avaient déjà saccagée en août 1914, et à laquelle ils viennent d'arracher un millier d'hommes valides; j'ai passé de porte eu porte, chez les familles des déportés ; j'ai eu beaucoup de larmes à sécher, de douleurs à consoler; j'ai entendu des paroles dures à 1 adresse des tyrans qui brisent brutalement nos foyers, mais je n'ai entendu ni une épouse, ni une mère qui demandât la paix à tout prix, sans condition. On souffre, mais on patientera. C'est la victoire que l'on veut, et les réparations, et les sanctions nécessaires. « Des Américains qui contrôlent le ravitaillement des départements français me rapportent souvent qu'ils trouvent chez vos compatriotes les mêmes sentiments généreux. Chez vous, ce spectacle étonne moins, parce que le Français est généreux par tempérament, par tradition ; il représente, dans l'histoire, la vaillance guerrière et les vertus chevaleresques ; mais chez nous qui avions joui d'une sécurité séculaire et qui avons le tempérament plus froid, le patriotisme qui s'est révélé si intense depuis deux ans nous surprend et nous donne un sentiment, peut-être naïvement outré, d'admiration de nous-mêmes. « Ce sentiment, vous le comprendrez et l'excuserez, au moins chez le pasteur, père de ses ouailles, et si j'y insiste, c'est pour expliquer le réconfort que m'a apporté votre attention généreuse. « Je prie le bon Dieu de vous en récompenser, de vous bénir, vous et les vôtres, la noble nation française, et je vous présente, cher Monsieur, les assurances de ma haute considération et de mon dévouement reconnaissant. * f D.-J. Card. Mercier, « archevêque de Malines. » (xx). — En Flandre, les Allemands expulsent les religieuses de leurs couvents. — La Métropole, du 23 février 1917, annonce ce qui suit : « Les Allemands ont forcé les religieuses du couvent d'Oostacker (Flandre orientale) à quitter les bâtiments. Ils ont déclaré que le couvent devait être démoli pour faire passer sur son emplacement une nouvelle route qui ira de Gand à Wachtebelce par Mont-Saint-Amand. « Les démarches de l'évêque de Gand pçur éviter l'expropriation forcée ont échoué. »

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Informations belges belonging to the category Oorlogspers, published in Le Havre from 1916 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods