Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

417 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1915, 05 August. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Seen on 23 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/ms3jw8b19b/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

rrra«*ac—m—rjatMKW«aza f ,.wli ^ UAÏll IQI £» centimes le numéro 59me année — N° 217 JOURNAL DE GAND r ABONNEMENTS : BELGIQUE : 8 fr. par an ; \ fr. pour six mois ; 3 fr. pour trois mois Pour Vpfrnncrpr. Ip nnrf pn RÉDACTION & ADMINISTRATION : 3, KU.fi DE FLANEEE, 3, GJ-^ZtNTD Tl^T l^nLIANTC CCC ANNONCES: Voir le tarif au bas de la dernière page du journal. Avis officiels allemands RÈGLEMENT L'exportation d'osier hors du rayon de l'Etape si interdite. Les contraventions sont punissables d'une jiende pouvant aller jusqu'à 500 mark ou d'un uprisoimement correspondant, si elles ne imbent pas sous l'application d'une peine légale lus sévère. (Et. T. B. 413 10). Gand, le >' a01*' 1915- Le Commandant de l'Etape. LA GUERRE IJ t\ 1 « «. IJ 11 II IJ Sur le front occidental Communiqué oili ciel allemand Berlin, 3 août (midi). — La position anglaise rès de Hooge, prise le 30 juillet, est encore omplètement en nos mains, contrairement au jjimuniqué officiel du commandant en chef jiglais. En Champagne, nous avons occupé, après es explosions efficaces, les bords des entonnoirs l'ouest de Perthes et à l'ouest de Souain. Dans l'Argonne, quelques tranchées ennemies il élé prises au nord-ouest de le « Four-de-aris » ; nous y avons fait 00 prisonniers. Lors ! l'attaque à la baïonnette annoncée hier, nous jons fait en tout 4 officiers et 163 hommes risonniers et pris 2 mitrailleuses. | Dans les Vosges, un petit morceau de tran-hée a été perdu au profit des Français lors des jmbalsdans la nuit du lcrau2août au Schratz-iânnle (entre le Lingkopf et le Barrenkopf). u Lingekopf une tranchée démolie à coups de mon le 1" et le 2 août n'a pas été réoccupée ar nous. Un ballon captif, détaché par l'orage, est irabé dans nos mains au nord-ouest d'Etain. Communiqué officiel français Paris, 2 août (après-midi). — La soirée du .août et la nuit du lr au 2 août ont été marquées r divers engagements d'infanterie. En Artois, rès avoir repoussé plusieurs attaques enne-ies à la grenade, nous nous sommes emparés un élément de tranchée dans le chemin creux blain-Angres, au nord de la route [nationale éthune-Arras. Autour de Souchez, la lutte s'est Dursuivie à coups de pétards et de grenades ns modification de part ni d'autre. En Cham-,gne, sur le front Perthes-Beauséjour, lutte de ines. En Argonne, dans la région de Marie-isrèse et de Saint-Hubert, après un vif combat ewps de bombes et de pétards, l'ennemi a nié plusieurs attaques. Sur les Hauts de Meuse, lire les Eparges et la tranchée de Calonne, nnemi a attaqué par trois fois nos positions du lut bois. Ponl-à-Mousson et les villages de Maidières et Manoncourt-sur-Seille ont été bombardés. Communiqué officiel anglais De la frontière hollandaise, 2 août. — Sir ench communique : Le 31 juillet, nouveaux imbals. Le combat du 31 s'est borné princ'-lemenl à des combats d'artillerie. Le 1" août, isd'activité de l'infanterie. Sur le front oriental Communiqué officiel allemand Berlin, 3 août. — Lors des combats clans la gion de Mitau. nous avons fait 500 prison-^ïs. A l'est de Poniowiesch, l'adversaire, j chassé partiellement de plusieurs positions, a renoncé à résister et s'est retiré dans la direction de l'est. Nos troupes ont traversé la rouie de Wobolniki-Subocz. Le total des prisonniers d'hier atteint,1 1,250. 2 mitrailleuses ont été prises. Dans la direction de Lomza, nous avons gagné du terrain dans des combats heureux Environ 3,000 Russes ont été faits prisonniers Pour le surplus, il y a eu de petits combats favorables pour nous sur le front du Narew et devant Varsovie. Nos dirigeables concentrés à l'Est ont exécuté des attaques efficaces sur la ligne du chemin de fer à l'est de Varsovie. Le lieutenant général von Woyrsch a étendu avec ses troupes allemandes les positions de têtes de pont à la rive est de la Vistule. 750 hommes ont été faits prisonniers. Les troupes austro-hongroises du général von Koevers se trouvant sous son commandement devant le front ouest d'iwangorod ont eu un succès en se frayant un chemin à travers les rangs de l'ennemi; elles ont fait 2,300 prisonniers et pris 32 canons, dont 21 de gros calibre et 2 mortiers. L'adversaire tenait bon hier dans la nuit devant les armées du général feldmaréchal von Mac-kensen dans la ligne Nowo-Alexandria-Lenczna (au nord-est de Cholm). L'après-midi ses lignes furent débordées à l'est de Lenczna et au nord de Cholm. Il commença donc à évacuer dans la nuit sa position sur la plus grande partie du front. 11 ne résiste plus que sur des points isolés. A l'est de Lenczna. nous avons fait hier 2,000 prisonniers et entre Cholm et le Bug, les 1"' Ci 2 août, plus de 3.000 prisonniers; plusieurs mitrailleuses ont été prises. Communiqué officiel autrichien W. T. B. Vienne, 2 août. — Près de Damas-; zow, en face de l'embouchure de la Radomka, nos alliés ont remporté hier de nouveaux succès : A l'ouest de Iwangorod, nos régiments de Transylvanie ont pris à la baïonnette huit points d'appui ennemis, organisés en étages, et bétonnés. Quatre de ces ouvrages furent conquis par le seul régiment d'infanterie n° 50, composé en plus grande partie de Roumains. Le demi cercle autour de Iwangorod s'est considérablement rétréci. Nous avons capturé 15 officiers, plus de 2300 soldats. 29 canons, dont 21 lourds, 1 1 mitrailleuses, un grand lot d'outils, un grand nombre de munitions et de matériel de guerre. Nos valeureuses troupes de Transylvanie peuvent inscrire cette journée parmi les plus belles de leur glorieuse histoire. Immédiatement à l'est de la Vistule un de nos détachements a pris d'assaut la gare de chemin de fer de Nowo Alexandria et quelques positions à ses abords. Près de Kurow, des troupes allemandes,qui avaient pris hier deux lignes ennemies, ont pénétré dans la troisième. Plus à l'est jusqu'au Wjeprz et le Bug, la poursuite continue. Nos troupes, qui ont franchi le Bug entre Sokal et Krylow s'avancent dans la direction de Wladimir-Wolynsky. En Galicie orientale situation inchangée. Communiqué officiel russe W. T. B. St-Pétersbourg, 1er août. — Entre la Duna et le Njemen, les Allemands ont entrepris dans la nuit du 29-30 juillet et le matin suivant des attaques contre Bauske. Plus au sud, sur le front Konstantinow-Kritschin-Bubotsch-Traschkuny, nous avons repoussé les avant-gardes ennemies. Sur le front du Narew, le 30, l'ennemi continua ses attaques dans le but de passer à la rive gauche du fleuve, près de l'embouchure du Szkwa et à l'est de Roschan. Il entreprit des attaques isolées près des villages Jabine-Rem-bischet. Nous avons conservé notre front primitif. i Les troupes ennemies, qui avaient franchi la Vistule sur le front Magnuchew-Kozewnice, ont , été attaquées énergiquement par nous, au cours de la journée. Sur la Vistule supérieure l'ennemi se maintient, dans la région de Matzewitze. Entre le Bug et la Vistule, au cours de la nuit ; du 29-30 juillet, ordre fut donné à nos troupes ! de se retirer dans les positions préparées à j l'arrière. L'ennemi ne réussit pas à nous empê- j cher de gagner notre nouveau front, où nos j troupes se sont organisées le 30 juillet, sans I qu'il ait été combattu. Nous avons évacué la ville de Lublin et le secteur de la voie ferrée entre les gares Nowo-Alexandria et Rojswiec. Sur le front italo-autrichien Communiqué officiel autrichien W. T. B. Vienne, 2 août. — Au front du Tyrol, un détachement ennemi a été surpris dans la vallée Ledro, à l'ouest de Bezzecca, et refoulé avec grosses pertes pour lui. En Judi-carie nos patrouilles ont délogé deux postes d'observation italiens qui s'étaient établis sur les hauteurs au N.-O. de Canaino. Dans la région frontière de Carinthie, rien d'important. A la région cô.ièrc, dans les secteurs du nord, en générai tout est calme. Au plateau. la canonnade se poursuit. Les violentes attaques italiennes entreprises contre nos positions à l'est de Polazzo furent complètement repoussées par une contre-atiaque qu. mena notre infanterie jusqu'au delà de ses positions premières. Communiqué officiel italien W. T. B. Rome, le lr août, à 7 h. du soir. — Dans la vallée San Pelegrino (Aviso) nous avons repoussé l'ennemi, renouvelant le 30 juillet l'attaque contre notre position près Coslabelia. Plus au nord, le 29 juillet, dans la région de Livinallongo (Hochcordevole), nous avons repoussé des détachements d'infanterie ennemis qui tentaient de s'emparer par surprise de la crête du Pescoi et de Sasso di Mezzodi. La nuit du 30-31, une violente attaque ennemie au Karst, dans la région du Monte dei Sibusi. En France Crédit de guerre Le gouvernement français a résolu de demander à la Chambre un nouveau crédit de cir.q milliards pour poursuivre la guerre. En Hollande Réunion antimilitariste L'association des pacifistes hollandais organisait vendredi soir une réunion publique contre la guerre. Plusieurs orateurs et notamment Schermerhorn ont protesté contre la nouvelle loi du Landsturm et contre les mesures militaires prises récemment par le gouvernement hollandais. Un autre orateur, le D1' Van Hamel, a défendu les mesures prises, disant entre autres que si la Hollande a pu jusqu'à ce jour rester en dehors du cercle des belligérants, ce n'est pas tant grâce aux mesures de prudence des gouvernants que parce que l'intérêt des puissances l'a voulu ainsi. Et c'est pourquoi le danger qui existe d'être entraînés prochainement dans la guerre européenne est d'autant plus grand. L'orateur en conclut que le gouvernement fait son devoir en prenant toutes les mesures militaires qui permettront de défendre, le cas échéant, le mieux qu'il sera possible, le territoire et l'indépen-j dance. Le meeting a été très mouvementé et, à di- 1 verses reprises, des assistants en sont venus aux mains, nécessitant l'intervention de la po lice. En Grèce Ajournement de la rentrée des Chambres Une décision des médecins du roi de Grèce d'après laquelle il est interdit à Constantin dï de s'occuper, jusqu'à nouvel ordre, des affaires politiques, est considérée comme importante car elle aura pour conséquence un nouvel ajour nement de la rentrée des Chambres. Au Mexique La reprise de Mexico Washington, 3 août. — L'Agence Reuter an nonce que la reprise de la ville de Mexico pa les forces de combat du général Carranza es officiellement confirmée. La navigation au pétrole Le pétrole est en passe de damer le pion à 1; houille, sur mer, comme producteur d'énergii propulsive. De nombreux vaisseaux à essenci sont à l'heure qu'il est sur les chantiers. C'es ici non engouement éphémère mais orientatioi nouvelle, nous dit-on, après mûre réflexion e calculs bien établis. L'expérience faite par un célèbre navire ; contribué à triompher des dernières hésitation: des grandes compagnies transatlantiques. Pou le voyage de New-York à Liverpool, la dépensi en pétrole n'a été que de 107.250 francs, alor; qu'avec le charbon elle atteint courammen 130,000 francs. Pour le pétrole, il suffit di 27 chauffeurs, alors que 340 sont nécessaire: avec le charbon. Les marchandises emmagasi nées en supplément donnent un gain de 137.501 francs, les places des voyageurs gagnées 12.500 francs. Pour une seule traversée, li bénéfice supplémentaire en caisse, grâce ai pétrole, représente 180,000 francs. En plus, le: navires à essence et avec moteurs à explosioi ne dégagent point de fumée et ceci est précieu: pour les navires de guerre. Pour ce, depui 1907, tous les cuirassés américains sont disposé de façon à brûler le pétrole aussi bien que li charbon. L'Allemagne, l'Italie et l'Autriche on adopté la combustion mixle sur un grand nom bre de navires. Abonnements Prix de l'abonnement par trimestre : DEUX FRANCS Prix de l'abonnement par mois ; SOIXANTE QUINZE CENTIMES Payables par anticipation. ECHOS La Banque Nationale La Banque Nationale de Belgique achèti intégralement et aux mêmes conditions qu> pour la detïe beige au porteur, c'est-à-dire san autres frais qu'une taxe de 1 par mille, les ar rérages dus sur la detie inscrite ou nominative à condition cependant de faire préalablement ii dépôt des titres. C'est la seule formalité à rem plir. Ne pas confondre avec le compte avances pour lequel il est perçu un intérêt de 5 p. c. Le prix du poisson en Hollande Le poisson devient extraordinairement bot marché en Hollande. On a déjà, à diverses repri ; ses, signalé les prix de la schol, du grondin, du maquereau et de l'anguille, mais ces jours-ci, bien de nos ménagères auraient voulu se trouver à la minquede La Haye. La schol 22 centimes, le schelvisch 16 centimes, le grondin 16 centimes, le maquereau 14 centimes et l'anguille 50 centimes la livre ! Un émule de Sikorsky On annonce de Madrid au Républicain de Lyon .• Un nouveau dirigeable gigantesque de l'ingénieur espagnol Salar volera incessamment avec 15 voyageurs de Barcelone à Madrid. Salar a l'intention de voler prochainement de l'Espagne en Amérique. Chronique Gantoise ATHÉNÉE royal. — Liste des prix et acces-( sits généraux obtenus par les élèves : Humanités modernes : 7» classe. — Prix : Steyaert, Jérôme. 6'classe.—Prix; De Kesel, Félix; Heins, Marcel; Blommaert, Félix ; Oerinroze, André; Pauwaert, Robert. Accessits ; Mertens, Jules : l Aerens, Robert ; Speyers, Roger. [ 5e classe (sect. A). — Accessit : Alberts, | Gustave. 5e classe (sect. B). — Prix : Treinerie, Paul; I Yvergneaux,Roger; DeCoster, François; Buysse, Georges ; Neerman, Marcel. Accessits : Beek-man, Paul; Claeys, Auguste; Scherpereel, René; Vergucht, Georges. ' 4e classe (sect. A). — Prix ; Naudts, Lucien ; Lammens, Urbain. Accessits ; Vanden Daele, Robert ; De Kezel, Maurice ; Vyt, Adolphe ; Gassée, Emile ; De Porre, Walter. 4e classe (sect. B). — Prix ; Neerman, Jules. Accessits: De Caluwe, Maurice; Wayenberghe, Louis ; De Vuyst, Omer ; Standaert, Edgard ; J Vermeulen, Léon. 3" classe (sect. A). Section scientifique. — ' Accessits ; Violon, Ferdinand ; Vande Putte, Arlhur ; Walgraeve, Robert ; Heirman, Werner; ' Den Tandt, Joseph; Van den Berghe, Albert. Section commerciale. — Prix ; Ysebaert, 1 Maurice ; Van Lierde, Gustave ; De Paepe, Paul ; Ysabie, René ; De Coninck, Victor. Accessits ; Teirlynck, Georges ; Grypdonck, Albert ; George, Alfred ; Moreels, Edouard ; Boes, Julien. ' 3" classe (sect. B). — Prix ; Van Beerleire, Robert. Accessits ; Galens, René; Mallebrancke, Albert; Procureur, Charles; Vertongen, Léonce; De Vreeze, Lucien. 2' classe. Section scientifique.—Prix : Naudts, François ; Hendricx, Victor ; Hanau, Albert ; Lecron, Albert ; Vuylsteek, Georges; Provoost, Richard ; Stuyvaert, Victor. Accessits : Jooris, Robert ; De Ronne, Georges ; Galasse, Robert ; Vercautere, Herman. Section commerciale. — Prix : Van Lancker, Alfred. Accessits ; Sprengers, Raymond ; Glorieux, Henri ; Smet, Arsène ; De Rycke, Arthur. 1e classe. Section scientifique. — Prix ; So-merling, Marcel ; Marien, Albert ; Washer, Alfred ; Callant, Charles. Accessits : Coolens, Norbert ; Nowé, Jean ; Bernaert, Charles ; Loo-nes, Marcel. Section commerciale. — Prix ; Thysbaert, Julien. Accessit : Waedemon, Fernand. Humanités anciennes. — 7' classe. — Prix : De Vreese, Willem ; Schatteman, Georges ; ■ Troch, Edmond ; De Voldere, Jean; Rossel, ; Fernand ; Leys, François ; Van de Velde, Jacques ; Vercauteren, Fernand ; Van Kerchove, Gaston. Accessits : Collaert, Fernand ; Bekaert, Jacques; Phlippo, Robert. 6" classe. —Prix : Loones, Emile ; De Heem, Jean ; Mortelmans, Antoine. Accessits ; De i Rudder, Herman ; Van Werveke, Laurent ; De Saegher, Willy ; Van Hauwaert, Fernand. lil'L'ton du Le Comte DE MONTE-CRISTO PAR i./l*îrvo Dantès était occupé à la placer, le 'il entendit tout à coup l'abbé Fai s'é dans la chambre du jeune honn ' il s'occupait de son côté à aiguiser une c "s destinée à maintenir l'échelle de cord "1 appelait avec un accent de détresse. D s rentra vivement, et aperçut l'abbé, deb 1 mi'ieu de la chambre, pâle, la sueur au fr tes mains crispées. Oh ! mon Dieu! s'écria Dantès. qu'y a-l flu'avez-vous donc? Vite, vite! dit l'abbé, écoutez-moi. Dantès regarda lé visage livide de Fari'a, :ux cernés d'un cercle bleuâtre, ses lèv 'nches, ses cheveux hérissés; et.d'épouvar laissa tomber à terre le ciseau qu'il tenni main. — Mais qu'y a-t-il donc? s'écria Edmond. — Je suis perdu ! dit l'abbé; écoutez-moi. mal terrible, mortel peut-être, va me saisir; 1' cès arrive, je le sens; déjà j'en fus atteint 1' née qui précéda mon incarcération. A ce ma n'est qu'un remède, je vais vous le dire ; ci rez vite chez moi, levez le pied du lit; ce p est creux, vous y trouverez un petit flacon cristal à moitié plein d'une liqueur rouge, portez-le; ou plutôt, non, non, je pourrais ê surpris ici; aidez-moi à rentrer chez moi pi dant que j'ai encore quelques forces. Qui sait qui va arriver le temps que durera l'accès? rs- Dantès, sans perdre la tête, bien que le m •ia, heur qui le frappait fût immense, descen ne, dans le. corridor, traînant son malheureux co le- pagnon après lui. et le conduisant, avec u es, peine infinie, jusqu'à l'extrémité opposée, an- retrouva dans la chambre de l'abbé qu'il dépc Dut sur son lit. lnt — Merci, dit l'abbé, frissonnant de tous : membres comme s'il sortait d'une eau glaci -il, Voici le mal qui vient, je vais tomber en ca lepsie; peut-être ne ferai-je pas un mouveme peut-être ne jetterai-je pas une plainte; m ;es peut-être aussi j'écumerai, je me raidirai, res crierai; tâchez qu l'on n entende pas mes ci te, c'est l'important, car alors peut-être me chi t à gerait-on de chambre, et nous serions séparé: tout jamais. Quand vous nie verrez immobi froid et mort, pour ainsi dire, seulement à ce Jn instant, entendez-vous bien, desserrez-moi le ac- dents avec le couteau, faites couler dans m m- bouche huit à dix gout.es de cette liqueur, e il peut-être reviendrai-je. >u- — Peut-être? s'écria douloureusement Dar ed lès. de — A moi! à moi! s'écria l'abbé, je me... j ip- me m... tre L'accès fut si subit et si violent que le mal in- heureux ne put même achever le mot commer ce cé; un nuage passa sur son front, rapide et soir bre comme les tempêtes de la mer; l'a crise d al- lata ses yeux, tordit sa bouche, empourpra se dit joues; il s'agita, écuma, rugit; mais, ainsi qu' m- l'avait recommandé lui-même, Dantès étouff ne ses cris sous sa couverture. Cela dura deu se heures. Alors, plus inerte qu'une masse, plu isa pâle et plus froid que le marbre, plus bris qu'un roseau foulé aux pieds, il tomba, se ra: les dit encore dans une dernière convulsion et de ie- vint livide. 'a- Edmond attendit que cette mort apparent nt' eût envahi le iorps et glacé jusqu'au coeur î,s alors il prit le couteau, introduisit la lame er Ie tre les dents, desserra avec une peine infini 's> les mâchoires crispées, compta l'une après l'ac in_ tre dix gouttes de la liqueur rouge, et attendii ; à Une heure s'écoula sans que le vieillard fit 1 Ie' moindre mouvement. ..Dantès craignait d'avoi ■ —wBHKmmm—■ — m t attendu trop tard, et le regardait les deux maii s enfoncées dans ses cheveux. Enfin une légèi a coloration parut sur ses joues, ses yeux, co t stamment restés ouverts et atones, reprire: leur regard, un faible soupir s'échappa de : bouche, il fit un mouvement. — Sauvé! sauvé! s'écria Dantès. Le malade ne pouvait point parler encor mais il étendit avec une anxiété visible la ma vers la porte. Dantès écouta, et entendit les pi du geôlier ; il allait être sept heures et Danti n'avait pas eu le loisir de mesurer le temps. Le jeune homme bondit vers l'ouverture, s * enfonça, replaça la dalle au-dessus de sa têt et rentra chez lui. a Un instant après sa porte s ouvrit à sr s tour, le geôlier, comme d'habitude, trouva s prisonnier assis sur son lit. A peine eu:-i| le dos tourné, à peine le bru des pas se fut-il perdu dans le corridor, qi Dantès, dévoré d'inquiétude, reprit, sans songi 3 à manger, le chemin qu'il venait de faire, ; soulevant la dalle avec sa tête, rentra dans chambre de l'abbé. ; Celui-ci avait repris connaissance, mais était toujours étendu, inerte et sans force, si son lit. e — Je ne complais plus vous revoir, dit-il r Dantès. i H «rnriLiniM il iTann-rw iimi iiiii ■■■■—» is — Pourquoi cela? demanda le jeune homme; ■e comptiez-vous donc mourir? i- — Non; mais tout est prêt pour votre fuite, it et je comptais que vour fuiriez. ;a La rougeur de l'indignation colora les joues de Dantès. — Sans vous! s'écria-t-il; m'avez-vous véritablement cru capable de cela? — A présent, je vois que je m'étais trompé, |s dit le malade. Ah ! je suis bien faible,bien brisé, ,s bien anéanti. — Courage, vos forces reviendront, dit Dantès, s'asseyant près du lit de Faria et lui pre- J nant les mains. L'abbé secoua la tête. — La dernière fois, dit-il, l'accès dura une 11 demi-heure, après quoi j'eus faim et me relevai e seul; aujourd'hui, je ne puis remuer ni ma jambe ni mon bras droit; ma tête est embarras-" sée, ce qui prouve un épanchement au cerveau. e La troisième fois, j'en resterai paralysé entiè-:r rement ou je mourrai sur le coup. :î — Non, non, rassurez-vous, vous ne mour-a rez pas; ce troisième accès, s'il vous prend, vous trouvera libre. Nous vous sauverons '1 comme cette fois, et mieux que cette fois, car "" nous aurons tous les secours nécessaires. à (A suivre).

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire belonging to the category Liberale pers, published in Gand from 1856 to 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods