Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

875 0
27 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 27 November. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Seen on 20 September 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/8s4jm24t1w/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

giagg'"IHIll 'I.IILJI. Vendredi 27 noTembre 1914 10 centimes le numéro 58"* année — N* 331 JOURNAL DE GAND F ABONNEMENTS : iUB : 15 Crânes par an ; 7-50 francs pour six mois ; 1 francs pour trois mois Pour l'étranger, le port en sus RÉDACTION & ADMINISTRATION : 3, RUE DE FLANDRE, 3, GAND TÉLÉPHONE 665 ANNONCES > Voir le tarif au bas de la dernière page du journal. LA GUERRE arrêté atif au trafic des matières ser v»nt au besoins de la guerre. I. Les matières ci-après citées ser nt au besoins de ia guerre sonl umises aux dispositions de cel Argent, cuivre, laiton, plomb ic, nickel, minerais de nickel uminium, étain, antimoine, fer-maganate, minerais de manga-se, ferrosilicium, phosphates utès et superphosphates, nitra-s, acide nitrique, pyrites, acide furique, graphite, glycérine, aères à tanner, explosifs, cam-t, codéine, morphine, opium, lies, coton, jute, laine, chanvre es fils et produits manufactu-i de ces matières, sacs, peaux, ir, caoutchouc, gomme brute ttapercha, graisses, huiles mi-rates, benzine, benzol. II. .'exportation de Belgique des itières énumérées au par. 1 esl imise jusqu'à nouvel ordre au îtrôle du Commissaire dt nistère de la Guerre en Belgi le, 65, rue de la Loi, Bruxelles te demandes motivées d'autori ■Ion dWporter sont à adresse! Commissaire. Les matières de conque éludera son contrôle ont confisquées. III. ,e Commissaire du Ministre de Guerre (II) peut décider que > provisions de matières énu-rées au par. 1 doivent être lées en propriété à l'Empire îmand ou à des tiers, contre nboursement de la valeur. Le eur des des provisions sera îe définitivement par une nmission nommée par leMini-e de la Guerre à Berlin. IV. !!etarrêté entre immédiatemen' vigueur. iruxelles, le 26 octobre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique, baron VON DER GOLTZ, Feldmaréchal. Arrêté. «s délais pendant lesquels vent être faits les protêts autres actes conservant les ours, délais prorogés par rêté du 21 octobre 1914 (n° ç Bulletin officiel des Lois et Ar-îs pour le territoire belge oc->é|, sont prorogés à nouveau [ le présent arrêté jusqu'au «Membre 1914. Bruxelles, le 20 novembre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique, Baron von der GOLTZ, Feldmaréchal. Il, Arrêté [arrêté du Roi des Belges du pût 1914, concernant le retrait fonds sur les dépots en ban-fj reste en vigueur jusqu'au Pecembre 1914 avec la restric-'.qu'il a subie par suite de eJé du Roi des Belg u ont 1914 et avec l'extension l,u' a été donnée par l'arrêté ~ septembre 1914 (n° 4 du etin officiel des Lois et Ar-s pour le territoire belge uPé). s fuxelles, le 20 novembre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique, Baron von der GOLTZ, Feldmaréchal. Arrêté \ c relatif à l'interdiction d'effectuer £ des paiements â l'Angleterre et â. la France. 1. c Jusqu'à nouvel ordre, il est in- t terdit d'effectuer des payements e destinés tant à l'Anglerre^ à l'Ir— t lande et aux colonies et posses- t sions anglaises qu'à la France, ses 2 colonies et pays de protectorat, q Cette interdiction comprend tous à les payements de quelque nature c qu'ils soient, directs ou indirects, 1< au comptant, par traite, par chè- c que, par virement ou autres. Il o est également défendu d'expédier ou de transmettre par voie directe ou indirecte des valeurs en espèces t ou en titres aux pays ci-dessus { mentionnés. Cette interdiction ne s'étend r point aux payements destinés à venir en aide à des nationaux , allemands. 2. ( 1 Jusqu'à nouvel ordre, il sera Q, i sursis à l'exécution de tous les • engagements contractés au profit • de toute personne morale ou phy- ■ sique domiciliée ou résidant dans £ les pays désignés ci-dessus. Ce t sursis s'applique à tous les engagements qui ont pris naissance depuis le 31 juillet 1914 ou qui prendront naissance dans la suite. Pendant le durée du sursis, le cours des intérêts dont ces engagements seraient productifs, est * arrêté. Sont réputées nulles et non avenues toutes conséquences légales ou contractuelles que la non- , exécution des. engagements sus- ? dits ait pu entraîner à compter dn | 31 juillet 1914 jusqu'à l'entrée eu t' | vigueur du présent arrêté. ' ' Le sursis est également opposa-ble à tout cessionnaire de pareil r engagement, à moins que la ces- a : sion ait été faite avant le 31 juillet c 1 g 14 ou que le cessionnaire ait son a domicile ou sa résidence en Aile- ^ magne ou dans le territoire occu- 1 pé delà Belgique, et que la cession . lui ait été faite avant l'entrée en vigueur du présent arrêté.Est mis sur la même ligne qu'un cessionnaire quiconque se trouverait, à la suite de l'exécution d'un engagement, en droit de réclamer l'exécution d'une contre-presta- ■ tion. 3- Le débiteur pourra se libérer en consignant pour le compte à son créancier à la Caisse de l'Administration civile Allemande à 'l Bruxelles les sommes ou valeurs {? dues par lui. . 4- Sont, à raison de l'interdiction P et du sursis de payement réglés ci-dessus, prorogés jusqu'après ? l'abrogation du présentarrêté, tous les détais de présentation des trai- , tes et tous les délais de protêt faute de payement si les dits délais n'é- a taient pas encore venus à expira- s! tion au moment de la mise en vi- n gueurdu présent arrêté. Le Gouverneur Général en Bel- n gique déterminera les délais en-déans lesquels la présentation et c< le protêt devront avoir lieu après C( l'abrogation du présentarrêté. Les prescriptions de l'alinéa 1 "Y s'appliquent également aux chè- ,, ques, dont les délais de présenta- J tion n'étaient pas encore expirés au moment de l'entrée en vigueur P du présent arrêté. 5- p Les prescriptions des articles 1 à 4 ne s'appliquent point aux ! d :i!i> J. ngagements devant être exécutés n Allemagne ou dans le territoire ccupé de la Belgique, si ces en-agements ont été contractés au irofit des personnes physiques ou iaturelles désignées à l'article 2, 'ans l'exploitation de leurs éta-ilissements, dont le siège serait n Allemagne ou dans le terri-Dire occupé de la Belgique. Tou-efois, les prescriptions des articles et 3 seront appliquées au recours ue les dites peisonnes auraient exercer du chef d'un refus d'ac-eptation ou de payement d'une :ttre de change payable en dehors e l'Allemagne ou du territoire ccupé de la Belgique. 6. Quiconquejaura sciemment con-revenu à la prescription de l'aride 1" ou quiconque aura tenté l'y contrevenir sera puni conformément à la loi martiale. 7- Il appartient au Gouverneur ïénéral en Belgique d'admettre es exceptions à la défense édictée l'article 1". 8. Le présent arrêté entre en vi-ueur avec le jour de sa publica-ion.Bruxelles, le 3 novembre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique, Baron von der GOLTZ, Feldmaréchal. Arrêté. i* Il ne peut pas être dérogé par es conventions particulières à 1 prescription de l'arrêté du 3 oc-Dbre 1914 (Bulletin officiel des ..ois et Arrêtés pour le territoire èlge occupé du 5 octobre 1914, 1. 6) d'après laquelle la monnaie llemande (espèces, billets de ban ue et papier-monnaie) doit être cceptée en payement, et ce jus-u'à nouvel ordre, sur la base de : mark valant au moins 1 fr. 25. 2° Cet arrêté entre en vigueur î jour de sa publication, Bruxelles, le 15 novembre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique, Baron VON DER GOLTZ, Feldmaréchal. Taxes de guerre Le Conseil communal a voté : indi une nouvelle taxe, qu'il a ; aptisée du nom de « taxe de po- ] ce ». < Celle-ci frappe le principal occu- 1 ant de toute maison ou insti- 1 ition dont aucun habitant n'est j n service actif dans la police ; ourgeoise < Elle atteint tous les contri- uables inscrits pour cinq francs ' j moins au rôle ae la contribution jéciale sur le revenu cadastral, < ile approuvé par le Conseil com- 1 îunal en séance du 27 mars der- < ier. Elle est fixée à la moité de cette < >ntribution et varie de trois à s :nt cinquante francs. 1 Le vote de cette imposition, fai- 1 mt suite à l'aggravation récente a prix de l'eau, du gaz et de 1 électricité, nous inspire les ré- exions suivantes, qui sont en l jrtie applicables à toutes les com- c lunes belges dont les ressources f jdgétaires sontinsuffisantespour c îrer aux besoins actuels. 1 L'augmentationduprixdel'eau, 1 j gaz et de l'électricité aura eu c pour conséquence d'inciter no concitoyens à pratiquer, dans l'ac ministration de leur ménage, l'écc nomie la plus stricte. Chez la plupart des abonnés d nos régies communales, on n'uti lise plus, depuis le début de no vembre, l'eau de la ville que pou l'alimentation et on emploie l'eai de puits pour le nettoyage. Oi supprime une lampe "électriqu sur deux et on n'allume que 1; moitié des becs de gaz. Les consommateurs utilisan l'eau, le gaz ou félectricité pou des besoins industriels ne peu vent qu'imparfaitement suivre cet exemple. N'importe, nous ne croyons pa: que la majoration des tarifs puiss< procurer de grosses recettes à 1; caisse communale. En sera-t-il autrement de la tax< votée lundi? Et, surtout, est-elL équitablement établie? Elle atteindra les familles ni comptant aucun membre du sexi masculin âgé de 19 à 40 ans. Le: ménages composés d'enfants, d< femmes et de vieillards seron donc seuls frappés. Est-ce bier logique ? Mais ne nous arrêtons pas à ce; obc^r-rations de détail Le point essentiel est le suivant La Ville de Gand a incontestablement besoin de ressources supplé mentaires pour faire face au} nécessités de 1 heure présente Comment peut-elle se les procurer?La caisse communale étan épuisée, il faut évidemment recou rir à l'emprunt. Et, en temps normal, tout emprunt exige la constitution, pai voie d'impôts généralement, d'uni dotation permettant d'assurer l'amortissement du capital emprunta et d'en servir les intérêts. Mais nous ne sommes pas er temps normal. Et nous nous demandons s'il est utile et nécessairi l'aviser, dès à présent, à l'amortissement des dépenses extraordi laires que l'état de guerre entraîne pour la Ville. Nous penchons vers la négative A toute époque, la « matière im posable » est rare à Gand et le: aabitants qui peuvent être appelé: 1 alimenter la caisse de M. le Re-;eveur communal sont en nombn très réduit. Si on les charge de contributions louvelles, à l'heure où les ressources s'épuisent, où le prix de; subsistances augmente constamment, où divers commerces sorii paralysés, où bien des industries ;hôment,où la gêne apparaît dans nombre de ménages, tant de ls sourgeoisie moyenne que de la petite bourgeoisie, ne va-t-on pas tggraver la situation, sans néces-iité absolue ? Sans nécessité, disons-nous, route la question est là. Nous sommes frappés du faii jue les impôts nouveaux ont été rotés parl'unanimitédes membres lu Conseil communal. Ccci tend à nous faire supposer [u'il existe des raisons impérieu-es, ignorées de nous, qui ont forcé e Conseil à voter immédiatemen! a dotation des emprunts conclus. Pourquoi ne pas les faire con-îaître ? Car, que l'on ne s'y trompe pas: es critiques que nous venons d'es-[uisser, après les avoir entendu ormuler quantité de fois autour le qous, n'ont d'autre but que de enseigner l'administration com-nunale sur l'état d'esprit de nos oncitoyens et de lui fournir l'oc- s casion de les éclairer plus complè- - tement sur les mobiles qui dictent •- ses résolutions. Nul ne songe à contester que la e mission duConseil communalest, - en ce moment, lourde et pénible. - Tous les Gantois, sans distinction r de parti, désirent l'aider dans l'ac-1 com plissement de sa tâche et se 1 prêteront de bonne grâce à ce que ; l'on attendra d'eux. î Mais un peu plus de lumière sur les motifs qui déterminent ses t décisions ne pourra que faciliter r la bonne entente, au grand profit - de tous. 5 ÉCHOS 1 CONCERT DE CHARITE. — Maurice Sieron, rédac-teur ; de « l'Homme » de Bruxelles, ; a fait mardi soir une lecture au Pulchri Studio de La Haye. > Mme Rossini, le directeur de ce ; théâtre M. Roosen, notre conci-; toyen, et le ténor Fassin, bien ; connu à Gand, y prêtèrent leur { concours. l Le produit de la soirée sera versé aux indigents de la ville de ; Bruxelles. ♦ * * UN THEATRE IMPROVISE. — Dans la petite ville de l'Ecluse, " qui rêve encore des grands souve-: nirs du vieux temps, petite ville ■ qui, après des siècles de sommeil, s'est touj-à-coup réveillée au bruit de la guerre et aux rumeurs des - milliers de réfugiés qui y afflué- ■ rent, un théâtre de fortune a été construit sur la Grand'Place. Une troupe belge y donne régulièrement des représentations et, ; chaque soir, pas une place n'est ' inoccupée. * LE GRAND THEATRE de ' La Haye a eu lundi une représen-j , tion deCaritate, la nouvelle comé-' die de M. Sabbe, qui était annoncée pour cet hiver à notre théâtre | flamand. La Guerre Sur le front occidental Bulletin allemand affiché à Gand. Novembre, 24, soir. (Du grand quartier-général). — Des vaisseaux anglais apparurent sur les cotes belges hier et bombardèrent Lom-bardzyde et Zeebrugge. Nos troupes ne subirent que peu de pertes. Bon nombre de campagnards belges furent tués ou blessés. A l'ouest la situation ne subit aucun changement appréciable. Communiqué officiel allemand Berlin, 23 nov., en date de ce midi (Wolff). — Les combats près d'Ypres et Nieuport continuent. Une petite escadre anglaise qui s'était approchée deux fois de la côte, a été chassée par notre artillerie. Le feu des canons de la marine anglaise est resté sans résultats.Dans la forêt de l'Agonne nous gagnons pas à pas du terrain. L'un point d'appui après l'autre est enlevé aux Français. Journellement des prisonniers sont faits. Une violente reconnaissance contre nos positions à l'est de la Moselle a été repoussée par notre contre-attaque. Un démenti allemand. Berlin, 24 nov. (Wolff;. — Il y a à peu près huit jours, des journaux anglais et français rapportèrent un avis, qui fut repris depuis par la presse neutre,suivant lequel deux ou trois sous-marins allemands auraient été détruits dans la Manche, l'un par un torpilleur français qui parvint à se sauver, avec peu ae dégâts, à Dunkerque. Suivant des informations obtenues des milieux compétents, aucun sous-marin allemand ne manque; si donc des sous-marins ont été détruits dans la Manche, il ne pourrait s'agirque de sous-marins français ou anglais. Protestation suisse. Berlin, 24 nov. (Wolff). — L'Agence télégraphique suisse communique : Sameai quelques aviateurs anglais, et peut-être des français, venant de la France, ont survolé le territoire suisse, puis ont attaqué les chantiers de Zeppelins à Fnedrichshafen. En présence de la violation notoire de la n«utra-lité suisse, le Conseil fédéral a chargé les ministres suisses à Londres et à Bordeaux, de protes -ter auprès des gouvernements français et anglais contre cette violation et de demander des explications.La concentration des troupes allemandes. Copenhague, 23 nov. — De la KiSlnische Zeitung : On nous écrit de Paris : De l'énorme front, on ne donne pas encore de nouvelles. L'opinion à Paris est, que les Allemands mènent leurs troupes vers le sud pour les concentrer autour d'Arras ou de Soissons. Dans l'Aisne-Champagne l'artillerie française n'empêche pas les Allemands de continuer la construction de tranchées de protection.Communiqué officiel français. Paris, 23 nov., 3 h. (Reuter). — Hier l'ennemi a dirigé une vive canonnade sur Ypres, Soissons et Reims. A Ypres, b carillon de la Cathédrale et les édifices de la place du Marehé sont détruits. Nombre de maisons ont été incendiées. Dans l'Argonnc nous avons repoussé quelques attaques. Communiqué officiel français. Paris, 23 nov., u h. du soir Reuter). — Tout comme hier il y a eu des canonnades dans la région de Soissons et de Reims. En Argonne de violentes attaques des deux côtés sont restées sans résultat. Le champ de bataille sous l'eau. Amsterdam, 22 nov.— (D'après la Kôlnische Zeitung). Le correspondant de l'agence Vazdias communique de la frontière belgo-hollan-daise : Le champ de bataille entre Ypres et Dixmude présente un aspect triste et rare : une grande flaque d'eau, d'où surgissent des surélévations; de petits villages et des groupements de prairies sans verdure, comme de petites îles abandonnées. L'eau entre Bix-schoote et Dixmude se trouve à plusieurs pieds de hauteur; elle est couverte d'une couche de glace. Avant-hier la bande d'eau qui sépare les deux armées a été élargie par une nouvelle inondation. La partie inondée forme à présent un triangle avec Dixmude, Oost-kerke et Kaeskerke comme coins. Les positions allemandes, fran-! çaises et anglaises sont établies dans cette masse d'eau en zig-zags

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire belonging to the category Liberale pers, published in Gand from 1856 to 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods