L'écho d'Anvers

423 0
03 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 03 November. L'écho d'Anvers. Seen on 06 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/6m3319sv3k/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No. 25. Mardi 3 Novembre 1914. 10 centimes. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois Direction=Rédaction : ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois A midi et 6 heures. Bureaux î Bergen=0p=Z00m, Boschstraat 68. A midi et 6 heures EDITION DE MIDI. Les diplomates allemands ont-ils bien été à la hauteur de la situation ? Il n'est personne aujourd'hui qui, à moins d'un évident parti-pris, ne reconnaisse l'incomparable valeur de l'organisation et de la préparation militaires de l'Empire allemand. La formidable machine de guerre que Guillaume II a pu mettre en mouvement constituait, sans conteste, pour l'Allemagne, le plus extraordinaire et le plus efficace élément de puissance. Cette machine fonctionne-t-elle aujourd'hui aussi bien qu'au moment où elle fit sur la scène de l'Europe son entrée imposante ? C'es.t là une question qu'il n'est pas dans notre dessein de traiter ici. Notre incompétence en la matière nous empêcherait, d'ailleurs, d'apprécier comme il conviendrait, la portée plus ou moins réelle des fautes tactiques et stratégiques qui ont pu être commises par l'Etat-major général allemand. Mais il est un autre sujet qui nous paraît présenter, pour le moins, autant d'intérêt que la question précédente, et c'est, à savoir, l'influence qu'a pu exercer., sur les opérations de la stratégie, l'œuvre de la diplomatie allemande.Cette œuvre vient d'être étudiée, dans un important article, par un des principaux organes de la presse d'un pays neutre, le Journal de Genève. En voici, à titre documentaire, les passages essentiels: «Le bloc germain a commis au moins deux fautes politiques qui, d'emblée, ont affaibli les positions de l'armée allemande dans l'Europe occidentale. Si sa diplomatie avait su maintenir les situations respectives des deux camps politiques fondamentaux, la guerre aurait mis aux prises la Triple Alliance et l'alliance franco-russe. En réalité, un de ses éléments fait défaut à celle-là; et celle-ci a aggloméré en occident deux éléments nouveaux. Ce sont les résultats de deux fautes politiques. Le première a été de laisser l'Italie non seulement reprendre sa liberté, ce qui a privé la Triple Alliance de quelques centaines de mille hommes, mais de lui permettre sinon d'affirmer ses sympathies pour la France, au moins de lever tous les doutes sur ses antipathies envers l'Autriche. Ainsi, la France a pu, sans ajournement ni crainte pour ses derrières, disposer de son armée des Alpes et ramener ses troupes d'Afrique. Ce sont là les conséquences d'une même faute. L'Italie a manqué au rendez-vous, parce, que l'Autriche et l'Allemagne ont ignoré la clause du traité qui leur imposait l'obligation de saisir leur co-alliée de leurs intentions dans les Balkans; et elle a laissé une entière liberté de mouvement à la France, parce que l'affectation du gouvernement allemand à proclamer l'hégémonie germanique sur l'Europe ne pouvait que jeter l'opinion italienne dans le camp opposé. La seconde faute politique a été la violation des neutralités du Luxembourg et de la Belgi que. Le passage par le Luxembourg n'a pas eu d'influence directe sur le jeu des armées puisque ce petit Etat n'a pas de soldats ; mais celui par la Belgique a procuré à l'adversaire l'appoint des forces belges, forteresses et armée de campagne et, par contre-coup, celui de la Grande-Bretagne. L'appoint belge et même, au début de la campagne, l'appoint anglais, ne pouvaient qu'atténuer la supériorité numérique originaire des Allemands. Mais, dans le cours de la campagne et pour autant que les espérances d'écrasement immédiate de la France seraient déjouées, le deuxième apport était de nature à renverser entièrement l'équilibre des forces Dans tous les cas, il annihilait l'espoir que l'état-major allemand pouvait placer dans sa marine.» (G. de H.) En Belgique. FLESSINGUE, 2 novembre (Y.D) Le canon a tonné de la direction d'Ostende pendant toute la journée avec une violence ,ex±£ême. Les inaisons.sembIa.ient bouger et les carreaux vibraient. A Liège. MAASTRICHT, 2 novembre (Y.D) A Liège, 10.000 hommes d'infanterie sont partis dans la direction de Bruxelles. Ce sont des volontaires de 17 à 18 ans. Ce renfort fut complété par 400 artilleurs et leurs lourdes pièces. Ces derniers sont destinés pour Nanonvilliers. A Namur. HUY, 1 novembre (V.D.) Le canon est perceptible ICI, de la direction de Namur. Actuellement, les Allemands font dans cette ville de solides retranchements ét des tranchées. Ils placent aussi leurs parcs d'artillerie. La situation est plutôt excitée. Samedi 8 longs trains de munitions défilèrent ici : chaque train était composé d'environ 60 wagons. Ils sont partis dans la direction du front au Nord de la France. Les écoliers belges au Hâvre. LE HAVRE, 1 novembre. — L'administration municipale du Hâvre, d'accord avec l'inspecteur primaire, a décidé que les enfants d'âge scolaire des réfugiés du Nord et de la Belgique seront acceptés dans les écoles publiques du Hâvre (écoles primaires supérieures, primaires élémentaires et maternelles) au même titre et avec les mêmes avantages que les enfants de la ville. Les écoliers belges seront également admis dans les écoles pratiques de commerce et d'industrie, à l'école d'apprentis mécaniciens pour la marine et à l'école pratique coloniale. Préparatifs de retraite. Les ponts sur la Meuse. 1 novembre. — Les Allemands qui s'étaient installés à Bruxelles ont déjà, par ordre supérieur, commencé à quitter cette ville. En attendant, la garnison allemande travaille beaucoup pour convertir cette ville ouverte en forteresse. Les soldats allemands ont bâti autour de Bruxelles de puissants forts protégés par une épaisse armure d'acier. De plus, s'il est permis de s'en remettre aux dires des réfugiés belges, les Allemands font aussi des préparatifs en vue de l'ultime retraite dans la direction de leur pays. Des Belges qui garan issent l'exactitude de leurs informations disent que sur une distance de plusieurs kilomètres la Meuse a été couverte de ponts si rapprochés les uns des autres que le fleuve, qui a près de trois cents mètres de large, coule sous une espèce de tunnel. Le but de tous ces ponts est de permettre à plusieurs colonnes d'une armée en retraite de franchir simultanément la Meuse. Nos Téléiraiies. Un débarquement allemand au Canada et la doctrine de Monroé. On lit dans le «Nieuwe Rot-terdamsche Courant: «La question de savoir si l'Allemagne aurai' (académique-ment) le droit <. uvoyer des troupes au Canada sans "que les Etats-Unis considérassent cette expédition comme une violation de la doctrine de Monroé, reste à l'ordre du jour, dans tous les journaux américains.» Un télégramme de Washington dit comme suit: «Voici l'avis des principales autorités américaines. La doctrine de Monroé ne s'étend pas au Canada, mais aux pays situés au sud des Etats-Unis. Seulement l'opinion publique pourrait agir auprès du Gouvernement américain pour susciter son intervention entre les deux pays, si l'Allemagne tentait une invasion du territoire canadien. Autrichiens et Serbes. BERLIN, 1 novembre (Bjôrn-son).Le bombardement des forts de Cattaro par la Hotte Franco-Monténégrine continue toujours. Le fort Vermatsj est particulièrement visé. Emprunt Austro-Hongrois. BERLIN, 1 novembre (K. N.) A Vienne on s'attend pour le mois de novembre à un emprunt de guerre Austro-Hongrois de 1.500.000.000. La gelée. BERLIN, 1 novembre. Le « Berliner Tageblatt » apprend de Koenigsberg qu'en Prusse Orientale la gelée a fait son apparition, accompagnée d'un vent N. E. fort violent. Le thermoinètie marque déjà 2°. A Archangel, depuis quelques jours, la température a baissé à 15°. Les métamorphoses de l'Emden. LONDRES, 1-novembre. La légation britannique de Tokio affirme que «l'Emden)) ne s'était non pas seulement rendu méconnaissable en s'ad-joignant une quatrième cheminée mais avait également arboré un pavillon japonais. Le «Rouilla». WHITBY, 1 nov. (Reuter). Tous les survivants du navire-hôpital du gouvernement „Ro-hilla» viennent d'être débarqués. On a sauvé 146 personnes. Les troupes africaines. PARIS, 1 novembre. Le gouvernement fait confectionner des gilets en peaux de mouton pour les soldats français. Les troupes africaines ont également reçu des vêtements chauds qui leur permettront de faire la campagne d'hiver, sans qu'on doive redouter pour elles les maladies inhérentes aux intempéries de nos climats occidentaux.Les journaux allemands ont publié la nouvelle prématurée que ces troupes, ne pouvant s'accoutumer à notre température inclémente, seraient renvoyées, à bref délai, en Afrique. Ces journaux perdent certainement de vue que, durant l'hiver de 1870—71 (qui fut l'un des plus rudes qu'on ait ressenti), les zouaves, les turcos et les spahis firent la campagne entière et se montrèrent sous un aspect de bravoure et de courage tels que les soldats combattant alors sous le drapeau allemand n'ont certainement pas pu oublier. Le roi Alphonse est père d'un sixième enfant. MADRID, 31 octobre. — La reine Victoria a donné le jour à un enfant du sexe masculin, qui a reçu le nom de Gonzalvo. C'est le sixième enfant du roi Alphonse XIII, qui avait déjà deux fils et trois filles. Et? Afrique du Sud. LE CAP, 2 novembre (R.O.) Aux environs de Litenburg, le colonel Alberts a forcé les rebelles à battre en retraite, leur infligeant 13 morts, 30 blessés et 240 prisonniers. Les nouveaux canons allemands. DELFZIJL, 2 novembre (V.D.) Le correspondant du «Tijd» télégraphie qu'un des nouveaux canons de 52 c.m. a été transporté hier ver-s l'île Borkum. Don des Souverains russes aux Polonais. PETROGRAD, 1 novembre. Le tsar et la tsarine Alexandra Feodorowna ont fait un don de 200.000 roubles pour venir en aide aux populations polonaises des gouvernements où se déroule l'action, qui ont souffert de la guerre. (Havas.) La prise du drapeau du 4,9e d inf. allemand. MOULINS, 1 novembre. La prise d'un drapeau allemand par le 121e de ligne est aujourd'hui confirmée par une lettre adressée par un jeune artilleur du ....e régiment à son patron. « Nous nous étions cachés dans les bois, écrit le jeune soldat, et nous ne voyions personne, ni rien.... rien que les obus allemands. Notre batterie a été félicitée pour un de nos tirs sur le 49e d'infanterie. Sous un tas de morts, le ...e d'infanterie a trouvé un drapeau, celui du 49e d'infanterie allemand. Il a-vait été traversé par les éclats de nos obus.» fFournier.) Dépêches de Nuit. A l'Ouest. i PARIS, 2 novembre : 3 heures. A notre aile gauche, les Allemands continuent leurs attaques violentes. En Belgique et au Nord de la France nous gagnons du terrain, entre Dixmude et la Lys. L'ennemi attaque sans succès aux environs d'Atrecht, Lihon, Quesnoy et San terre. Au centre, à l'Aisne, nous avons légèrement avancé dans la direction de Tracy-le-Wald et à quelques autres endroits à la rive droite du fleuve. Entre la forêt d'Eccle et Sois-sons, une attaque des Allemands a échoué. Aux environs de Reims, entre la forêt d'Argonne, la Meuse et les hauteurs avoi-sinantes, l'artillerie lourde devint plus violente. Dans les Vosges, nous prîmes les hauteurs dominant la vallée à Ste Marie et progressons près de Ban de Sapt. PARIS, 2 novembre: 11 heures Entre la mer du Nord et l'Oise, les attaques des Allemands furent moins violentes. Les alliés ont progressé en Belgique. fcuJsud de Dixmude et au Sud de Gheluwe. Toutes les positions acquises ont été maintenues.L'offensive allemande à l'Aisne entre Brave et. Vailly a échoué. LONDRES, 3 novembre. Nous apprenons du quartier général Belge que les Allemands ont ostensiblement évacué unegrande partie de la rive gauche de l'Y-ser. Les tranchées à 200 et 300 mètres de distance des lignes Belges sont vides. Au front, à l'Yser, aucune activité de l'ennemi. Le tir est faible. Quelques obus lancés sur la gare atteignirent la ville de T71 _ .. A l'Est. VIENNE, 2 novembre. La bataille en Pologne Russe continue. Aux bords de la San les Russes ont subi des pertes. Nous avons capturé 400 prisonniers et 3 mitrailleuses. Au Sud de Story Zambor, nous prîmes également 400 Russes. Là, et au N.E. de Turka, nous progressons. Nouvelles des soldats belges. Les soldats belges Oscar Deschamps, de Marcinelle-Charleroi ; Adolphe Delhaize, de Gosselies ; Maxime Molle, de Marcinelle-Charleroi ; Edouard Ghys, de Char-leroi-Broucheterre ; Emile Bodart, de Marcinelle-Charleroi ; Wauthelet, de Couillet ; Emile Dubuisson, de Marcinelle-Charleroi ; Jules Adelmant, d'Arsimont-lez-Namur ; Michel Pietquin, d'Auvelais; Alphonse Remy, d'Arsimont-lez-Namur ; Emile Charlier. de la Roche (Brabant) ; Alphonse Carpiaux, de Fleurus; Georges Joncret de Couillet, tous en bonne santé, sont internés à Amersfoort. Sont en bonne santé, en Angleterre, à Eastbourne, 27 Upperton Road: Georges Delmarquette, de l'artillerie de forteresse (15512 Anvers), de Blandain; Joseph Tennen, du 26e de ligne (68925 Anvers), du Petit-Lannoy ; Daniel Demouveaux, du 2e chasseurs à cheval (17637 Mons), du Cœriamont-Blandain. flflflOflCES. Arthur De Neef à Folkestone Tri-nity Crescent 2 désire avoir des nouvelles de ses frères Laurent et Albert et de sa sœur Marie. 4

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho d'Anvers belonging to the category Oorlogspers, published in Bergen-op-Zoom from 1914 to 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods