L'écho d'Anvers

463 0
13 December 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 13 December. L'écho d'Anvers. Seen on 05 March 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/4j09w09n95/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No. 64-65. Dimanche 13 et Lundi là- décembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois A midi et 6 heures. Direction=Rédaction : ARTHUR DE GERS. Bureaux: Bergen=op=Zoom, Boschstraat 68. Paraît 2 fois A midi et 6 heures. EDITION DE MIDI. Nos Télépams. La Belgique et la guerre PARIS, 11 décembre. (L'Opinion : M. Paul Hymans). Pays neutre, vivant en bonne et confiante amitié avec les puissances voisines, garantes de sa neutralité, nation laborieuse, habituée à la liberté et vouée aux œuvres de la paix, la Belgique a été entraînée, malgré elle, dans la plus effroyable guerre qui ait ravagé le monde. Comment, par suite de quelles circonstances, ce petit peuple de 7 millions d'âmes a-t-il été contraint de prendre les armes et de braver le colosse germanique ? Pourquoi s'est-il exposé à toutes les horreurs de l'invasion, a-t-il dépensé sans compter ses biens et son sang? C'est ce que montreront les documents que le gouvernement belge va réunir en brochure. On y verra l'irréprochable loyauté de la, Belgique, son irréductible volonté d'accomplir tous ses devoirs vis-à-vis de tous et vis-à-vis d'elle-même. On y verra aussi le cynisme des promesses que lui fit l'Allemagne et la brutalité de la menace qui les accompagnait. La Belgique n'a pas besoin de plaider pour gagner son procès devant le monde civilisé. Il suffit d'expuser les faits. Une irrésistible puissance démonstrative s'en dégage. Pas d'amnistie à la floël BERLIN, 11 décembre (K.N.) « D'après le correspondant italien du Berliner Tageblatt», la proposition du pape d'accorder une amnistie pendant la Noël rencontra le refus de la Russie. i Toutes les puissances, môme la Turquie, avait donné leur assentiment.Un don du t^oi Alphonse NEW YORK, 11 déc. (N.Y.H.) Le Roi d'Espagne, Alphonse XIII, a ouvert la liste de souscription en faveur des Réfugiés Belges avec une somme de 10.000 francs. C'est le journal «El Universo» de Madrid qui prit l'initiative de cette souscription. f^use d aviateur. COPENHAGUE, 11 décembre Hier, un aviateur allemand survola Commercy et lança des bombes sur la gare. Plusieurs aviateurs français prirent le vol : au cours de leur chasse, l'avion disparut. Les journaux français prétendent que les Allemands emploient une nouvelle invention. Ils possèdent un appareil provoquant de gros nuages de fumée, ce qui permet à l'aviateur attaqué de disparaître momentanément aux yeux des ennemis. La neutralité du Pérou. NEW YORK, 11 déc. (R. 0.) Un télégramme de Callao annonce que le s/s «Luxor» a été arrêté par les autorités péruviennes.Le vapeur venait de Coronel, en Chili, avec une partie seulement de la cargaison embarquée dans ce port. On suppose qu'une partie de « | la cargaison a été transbordée j sur des croiseurs allemands. Lta préméditation Allemande. SAINT-DIE, 11 déc. (Hs.) Au cours' d'un engagement, les soldats français ont trouvé, dans une tranchée allemande abandonnée, un numéro de la Deutsche Krieger Zeitung — « Amtliche Zeitung des deutschen Kriegerbundes, Ausgabe fur die Armee imfFelde ». — C'est le Journal officiel de l'Union militaire allemande (édition pour les armées en campagne). Ce journal est édité à Berlin. Dans l'exemplaire trouvé par nos soldats (no. 6, du 2 septembre), on relève un article du général de brigade Spahn, qui fait ressortir d'une manière particulière que l'état-major allemand avait depuis longtemps résolu de violer la neutralité de la Belgique. En voici le passage essentiel : «Le plan pour l'invasion en France était de longue date solidement établi (von vornherein festgelegt). Il devait se poursuivre dans le Nord à travers la Belgique (durch Belgien im Norden erfolgen), en évitant la forte ligne des forts d'arrêt, dont l'ennemi avait protégé ses frontières du côté de l'Allemagne et qu'il eut été fort difficile d'enfoncer. Le plan a réussi dans toute son étendue, comme nous le montre la position des différentes armées.» Communiqué Turc. CONSTANTINOPLE, 11 décembre (W. B.) Hier, les Russes essayèrent de débarquer près de Gonia, au S. de Batoum, afin d'attaquer nos troupes dans le flanc. Les soldats débarqués furent obligés de battre en retraite et subirent de fortes pertes. Au cours du combat, nous prîmes 2 canons. Dans le vilajet de Wan, notre cavalerie repoussa une attaque des Russes. A l'E. de Wan, au golfe per-sique, près de Deïr, nous avons repoussé une attaque ennemie avec pertes pour les Russes. Illusions turques. CONSTANTINOPLE, 11 décembre (W. B.) L'ancien rebelle Abd-el-Malik, fils d'Abd-el-Kader, qui combattit pour la délivrance d'Alger, vient d'envoyer une lettre à son frère Emir Ali Pacha, arrivé ici hier ; dans cette lettre il exprime la grande joire qu'il éprouve, en constatant que le rêve qu'il caressa depuis tant d'années va bientôt se réaliser et qu'une nouvelle aurore va se lever pour l'Islam. Le premier succès depuis les préparatifs, faits pendant 20 ans, fut le bruit des canons, conquis à Casablanca, il y a deux mois. Les Français en nombre insuffisant ne pouvaient offrir quelque résistance. Le moral de leurs troupes est déprimé. Dans les derniers combats, les Français perdirent 700 hommes en morts et blessés. (Nous publions assez régulièrement les dépêches de Constan- tinople (succursale du Wolff-bureau), pas que nous y croyons, — au contraire — mais plutôt pour montrer à nos lecteurs combien les Turcs se bercent d'illusions ils n'annoncent que des victoires,.... et voient tout en rose!). Japon et Allemagne. M. Koniaki, l'écrivain japonais déclara entre autres à l'Express de l'Ouest : Je crois que maintenant on ne pourra plus en douter et je suis heureux que l'empereur d'Allemagne, avec son impudence habituelle, ait fourni à mon pays l'occasion de faire la preuve de sa loyauté absolue et de sa grandeur d'âme. L'empereur d'Allemagne a proposé, en effet, au gouvernement japon'ais la paix en acceptant d'avance toutes conditions pourvu que le Japon déclarât la guerre à la Russie. C'est que Guillaume II était, lui aussi, imbu de cette fausse doctrine qui n'admet pas que notre peuple puisse, quoique jaune, donner l'exemple de l'équité et se poser en défenseur du droit vis-à-vis de toute tyrannie, fût-elle d'apparence aussi civilisée que la Kultur allemande. Et en cela, l'empereur d'Allemagne s'est lourdement trompé. Le rejet de ses'infâmes propositions lui a certainement ôté toute illusion à notre sujet. Lia tactique fausse. LONDRES, 11 déc. (Times). Dans le sud, les Russes poursuivent la conquête rapide delà Galicie. Les Allemands cherchent à consoler les Autrichiens en leur disant : «La Galicie est une province pauvre, qui ne vaut pas la peine d'être conservée» : mais il est toujours facile de diminuer le prix des biens d'autrui et Vienne pense avec tristesse aux importants gisements de pétrole et de minerais perdus. L'invasion des plaines hongroises par les Russes, qui recommence, ébranlera jusque dans ses fondements l'Autriche-Hongrie.Une autre raison pousse la Russie à continuer de frapper vers le sud-ouest: la chut te de Belgrade, qui montre que les Serbes considèrent la situation comme sérieuse. La Russie est donc forcée de faire son possible pour secourir les Serbes, que les alliés de l'ouest ne peuvent aider que très peu. LONDRES, 11 décembre (Daily Telegraph). Si Cracovie- tombe, l'invasion de la Silésie par les Russes, qui suivra la prise de cette ville, fera sortir les Allemands de la Pologne au pas accéléré. Dépêches de Nuit. A l'Ouest. PARIS, 11 décembre 3 heures. L'ennemi déploya hier beaucoup d'activité et fit plusieurs attaques contre nos lignes aux environs d'Ypres. Il atteignit une de nos tranchées, mais nous continuons à faire des progrès dans la direction des tranchées allemandes. En Argonne, nous avons avan i cé nos tranchées et repoussé deux attaques allemandes. Nous avons pris Aspcich, au sud de Thann. Sinon, sur le reste du front, il n'y a que des duels d'artillerie. PARIS 11 décembre: 11 heures du soir. Au cours du combat près d'Ypres, nous avons repoussé une violente attaque des Allemands.La tranchée, que les Allemands avaient conquise l'après-midi, vient d'être reprise par nous. Sinon rien de saillant sur tout le front. A l'Est. Le communiqué Viennois VIENNE, 11 décembre (W.B.) Nos opérations dans les Car-pathes continuent, d'après notre plan de guerre. La résistance de l'ennemi s'est limitée aux combats avec son arrière-garde en retraite. En Galicie, il n'y pas encore de décision : là où les Russes firent une attaque^ ils furent re poussés* Le front en Pologne fut, hier, également calme. Przemysl est seulement investi par l'ennemi, mais non attaqué. Journellement, en de petites et grandes attaques, les troupes de la garnison occupent les soldats Busses, qui restent à une distance respectable de l'enceinte Le communiqué Russe. PETROGRAD, 11 décembre. Dans la direction de Mlawa, au cours de la nuit et de la journée du 10 décembre, une violente attaque allemande fut repoussée. Nos troupes, qui avaient pris » l'offensive, poursuivirent l'ennemi qui en divers points se retire en désordre. Dans la nuit de mercredi à jeudi, et le lendemain, au Nord de Lowicz, l'ennemi fit de violentes attaques, qui toutes furent repoussées avec fortes pertes pour les Allemands. Au sud de Cracovie, pendant un engagement nous capturâmes plusieurs canons et mitrailleuses et 2000 Autrichiens. Sur les autres parties du front il n'y a pas de changements. La victoire Serbe. N1SJ, 11 décembre (Messagero) La défaite infligée par les Serbes aux Autrichiens est écrasante.Les Autrichiens ont abandonné toute leur artillerie et 50.000 fusils. Les Autrichiens en fuite furent cachés par la population Serbe. Une dépêche de Bucarest dit qu'à côté des Serbes combattent en ce moment 5 régiments russes, partis le 27 octobre d'Ar-changel, arrivés le 29 novembre à Antivari. Un nouveau transport de Russes est en route.. En Serbie. VIENNE, 11 décembre (W.B.) Sur le front en Serbie, il n'y a rien de saillant à annoncer. La nouvelle concentration des troupes s'effectue en général sans combats importants avec l'ennemi.En Hongrie. BUDAPEST, 11 déc. (W.B.) Les Russes ont complètement évacué la province de Saros et se sont retirés par la «Dunkla-Pas».Bartfa est à nouveau occupé par les armées Austro-Hongroises. Prins von Buiow. BERLIN, 11 décembre. Prins von Btilow partira probablement aujourd'hui pour Rome pour y remplacer von Flotow. Comité ,Belge à Scheveningen. Un Comité Belge est fondé à Schéveningue à 1' « Hôtel du Nord », Keizerstraat 27-29, où il y aura des réunions, tous les jours ouvrables à 11 heures. Des cartes de fréquentation pour les Belges sont obtenables au local précité, contre production des pièces de nationalité, tous les jours entre 11 et midi. Le Comité Belge. La Censure Allemande. Voici une charmante poésie, qui fut publiée par «L'Ami de l'Ordre», de Liège, le 29 novembre dernier, et que la censure allemande a pleinement approuvée. Nous ne voyons aucun inconvénient à inviter nos nombreux abonnés et lecteurs à en prendre connaissance. LA GUERRE. Ma sœur, vous souvient-il qu'aux jours de notre enfance, En lisant les hauts faits de l'Histoire de France, B emplis d'admiration pour nos frères Gaulois, Des^Généraux fameux nous vantions les exploits? En nos âmes d'enfants, les seuls noms de victoires Prenaient un sens mystique, évocateur de gloire. On ne rêvait qu'assauts et combats ! A nos yeux Un général vainqueur était l'égal des Dieux. Rien ne semblait ternir l'éclat de ses conquêtes ; Les batailles prenaient une allure de fêtes, Et nous ne songions pas qu'aux hourras triomphants Se mêlaient les sanglots des mères, des enfants. Ah ! nous ne connaissions, hélas ! l'horrible guerre, Le fléau qui punit les crimes de la terre, Le mot qui fait trembler les mères à genoux Et qui sème le deuil et la mort parmi nous. Mais où sont les lauriers que réserve l'Histoire A celui qui demain forcera la victoire ? Nul ne les cueillera : les lauriers sont flétris. Seul, un cyprès s'élève aux tombes de nos fils.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho d'Anvers belonging to the category Oorlogspers, published in Bergen-op-Zoom from 1914 to 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods