L'écho de Belgique

1264 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1916, 06 April. L'écho de Belgique. Seen on 20 October 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/8k74t6gs42/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Téléphone: Muséum 367. L'Echo de Bureau: 21, Russell Square, W.C. Belgique Abonnement : îs, 6d« pour trois mois. Subscription î is, 6d, for three months. lre Année. -No. 9. JEUDI, AVRIL 6, 1916. Pour la France : 2 fr. Pour les Pays-Bas : 1 fl. Prix ld. LETTRE PASTORALE DE S. E. LE CARDINAL MERCIER. L'Orgueil Allemand.* Monsieur Maurice Muret nous avait habitués déjà à des aperçus clairvoyants sur l'essentiel de l'âme et de la mentalité des races et l'on n'a pas oublié le succès que remportèrent, il y a quelques années, ses études sur les littératures Italienne et Allemande Contemporaines. L'œuvre qu'il présente aujourd'hui au public, si elle est d'une nature différente, psychologiquement parlant, procède néanmoins de cette même acuité d'observation, de cette même mesure d'expression qui attachent à ses écrits une indiscutable autorité. " L'orgueil Allemand," a-t-on dit, est l'œuvre d'un neutre, mais non d'un pleutre. Ce livre est bien davantage et il faut le lire pour avoir le sentiment vrai de la puissance du sophisme pangermaniste enseigné, pratiqué et généralisé à la manière forte, et trouver une justification adéquate de l'effroyable et cependant fatal débordement auquel il devait aboutir. En des raccourcis substantiels, sept chapitres, qu'éclairent des • citations empruntées aux cuistres lunettés d'or les plus autorisés de la grande Germanie, l'auteur, qui par souci d'impartialité a su contenir son indignation, révèle avec une impitoyable logique et par larges fresques d'un relief saisissant le processus rapide de cette folie orgueilleuse qui détruisit chez les Germains jusqu'aux fondements, les premiers principes cle la morale élémentaire et intuitive et oblitéra le sens commun jusqu'à 1 ' anéantissement. La force de ce livre est d'avoir puisé dans la pensée allemande elle-même, extrait de sa parole et de sa plume toute l'argumentation du plus irréfutable réquisitoire. Et la cause est désormais jugée. Pareil au mancenillier qui assèche, vicie et corrompt tout ce qu'il frôle ou enlace, ainsi l'orgueil allemand a tari les sources de cette vie nationale saine, où l'esprit et le cœur trouvent part semblable, le bien-être matériel et l'idéalité une alliance équilibrée. Dans tous les domaines largement ouverts aux manifestations progressives de la civilisation, le même toxique fit ses ravages provoquant des phénomènes pathologiques divers, atrophie, hypertrophie, gangrène et le dernier accident se résume dans la frénésie cynique et inhumaine dont nous subissons l'atroce spectacle. C'est le culte de la force, cette raison primitive de l'orgueil, encouragée par les conquêtes et les premières fortunes guerrières qui est l'origine à vrai dire de cette infatua-tion sans mesure. Le domaine historique offrait assurément un terrain propice à la mise en valeur des * L'ORGUEIL ALLEMAND, psychologie d'une crise, par Maurice Muret. Librairie Payot, Paris, 1915. apothéoses nationales. Les Treit-sche, les Lamprecht, les Schiemann, les Hans Delbriick excellèrent dans ce travestissement chauvin des fastes de la Prusse, où ils se montrent surtout polémistes et courtisans et plus historiographes qu'historiens. Une partialité d'enthousiasme et de gloriole est humaine. Elle fait sourire, car elle est puérile et inoffensive. Elle ne porte ombrage qu'à l'autorité scientifique de celui qui s'y complait, mais le maquillage systématique, la flatterie impudente, le plaidoyer cynique sous couvert de patriotisme ne peuvent qu'entrainer la réprobation et la mésestime à l'égard de ceux qui de cette manière se targuent d'éduquer et d'instruire. Je cueille parmi les exemples nombreux épinglés par Maurice Muret cette phrase qui dénote une aberration et une effronterie incroyables. Hans Delbriick préposé cependant à la formation scientifique de la jeunesse. " Bénie soit la main qui a falsifié la dépêche d'Ems." Faut-il insister sur cette ignominie? C'est à l'aide de pareils procédés que les savants d'Allemagne préparaient une domination mondiale que faciliterait, à coup sûr, l'absence de tout scrupule et de toute sensibilité morale. Une telle préparation au sein de la nation ne pouvait que surchauffer l'ambition sur le trône, laquelle, parallèlement, en observant toute la distance séparative du sujet au maître, a pris les proportions démesurées qui convenaient. Déjà Guillaume II honorait ses ancêtres comme des saints ou des demi-dieux et s'il n'est déjà pas Dieu lui-même, il le proclame son plus fidèle Allié. Cette camaraderie d'entre ciel et terre lui est devenue familière. Que faudrait-il de plus au Kaiser pour commander au Monde? et c'est là semble-t-il que se limite " l'orgueil du trône. ' ' Fatalement l'Allemagne devait édifier sur des bases apparemment plus solides encore le dogme de sa supériorité. L'orgueil national ne suffit pas à cette démonstration. Aussi les sophismes les plus étourdissants amèneront-ils les pédants d'outre-Rhin à forger cet " orgueil de race" qui rend le teuton aussi ridicule qu'insupportable. L'an-throposociologie est une science qui, sous la trituration des lourdes mains allemandes a été, si l'on peut dire l'agent recruteur le plus zélé du pangermanisme. Les Prussiens en usèrent pour revendiquer l'Alsace et la Lorraine. Que de conquêtes ils supnutèrent depuis sous ses auspices ? Mais leur mégalomanie racique jette un jour plutôt joyeux sur la sottise inégalable de ces puffistes vaticinants ex cathédra. Aussi les brachycéphales et les dolichocéphales n'auront jamais été et ne seront jamais plus loués ou malmenés qu'à leur école. Le Comte de Gobineau avait dans "l'Inégalité des races" dressé l'apothéose de l'Argen. Pour Monsieur Chamberlain, le germain répond, tout en étant plus vague et plus complexe, à ce que le Monde peut espérer de mieux. Voilà les Maitres de l'école ! Leurs avatars sont nombreux mais certes MM. Henri Driesmans et Louis Woltmann sont les plus désopilants. Le premier justifie surtout l'infériorité des Celtes par des anecdotes pseudohistoriques dont il tire une philosophie bien personnelle. Le pauvre homme s'en contente. Qu'il aille en paix ! Louis Woltmann est plus difficile, sans être moins sot. Il attache une importance énorme aux yeux bleus et aux cheveux blonds. Il y en a partout et c'est vraisemblablement cette dispersion charmante qui lui permet de proclamer que la renaissance Italienne tout comme la renaissance Française sont principalement l'œuvre des Germains. Ne rions pas trop vite, car il y a mieux. Woltmann se livre à l'épluchage des noms propres français. Il prend, cela va de soi, les célèbres et les plus sympathiques et il se croit par ce petit jeu autorisé à revendiquer comme étant Germains, entr'autres ; (Mr. Muret en cite un grand nombre) Descartes, Pascal, Balsac, Musset, Lamartine, jusqu'à Monsieur Briand dont les ancêtres devaient s'appeler indubitablement Brandt. Oserions-nous sourire, alors que l'Allemagne entière s'est inclinée devant d'aussi lamentables inepties ? Tout cela c'est la théorie. Il fallait aussi un plumet d'orgueil aux artisans de l'application pratioue et l'Allemaç-ne "organisera" 1'" Orgueil Militaire." Le spectacle de l'heure présente n'a rien épargné pour nous édifier sur les résultats du système. De Clausewitz à Bernhardi nous avons la grande série des propagandistes de ces monstruosités. " Le pacifisme est immoral et la guerre est une nécessité Biologique." Voilà les pétitions de principes qui vont excuser voire justifier tout le reste. La modération en temps de guerre est une absurdité. La Germanie a son Catéchisme de Guerre "Le Kriegs-branch"; il constitue le plus parfait manuel de cruauté scientifique que l'on puisse voir. Tout a été prévu. L'incendie, le pillage sur commandement : le terrorisme érigé en principe : les fausses nouvelles—le chantage politique—le mépris de tous les traités internationaux. Ce n'est plus le machiavélisme sournois du Grand Frédéric, c'est l'effronterie la plus cynique des sacripants. Et tout cela, notons-le, pour assurer au monde le bienfait d'une civilisation supérieure. "L'orgueil Militaire" servira l'organisation de la discipline et assurera l'asservissement des masses. "L'or gueil scientifique" qui est une sorte de religion nouvelle s'occupera de brider les cerveaux qui manifestent quelques velléités d'initiative. Le monisme, doctrine de l'orgueil allemand nivellera tout. Ernest Hoec-kel et le professeur Ostwald seront les principaux propagateurs de cette théorie de "déterminisme, d'inégalité et de sélection." Ce sera la fusion de la religion et de la science, la négation de l'absolu. On ne peut s'étonner dès lors que pareil entendement aboutit également à la confusion du droit et de la force et Ostwald tenta de le démontrer bien qu'il tombe sous le sens que celle-là emporte la négation de celle-ci. Mais à raisonner trop la raison se perd et les savants allemands en sont là. Comment s'étonner aussi de ce que l'esprit reltgieux en Allemagne ait descendu la pente, jusqu'à rabaisser l'étiage moral de l'individu au matérialisme le plus grossier. L'orgueil pharisaïque a engendré le pragmatisme d'état. L'Allemagne honore dans la religion sa propre supériorité divinisée et 1'" Orgueil Mystique" apporte des transformations païennes dans cette religion devenue exclusivement nationale. Le Dieu Allié de Guillaume II prendra bientôt l'apparence de l'Alter Gott. Arndt en fait le deutscher Gott. Réapparaissent Odin et Wotan. Et toujours, l'Orgueil le plus détestable conseiller marquera partout sa néfaste empreinte jusque chez les âmes chrétiennes. Le Clergé Allemand a bu à la même coupe. Ce ne sont qu'accents belliqueux et appels vengeurs et la "religion de la force" domine. Il restait à synthétiser au resrard du monde cette poussée d'ambitions inassouvies et de maitrise universelle. Le mouvement pansrer-maniste sera la forme que prendra "l'orsrueil politique allemand." Le livre de Paul Rohrbach "L'idée Allemande dans le monde " fera les premiers succès de cette propagande néfaste. Nous ne savons que trop combien elle gangrèna la nation tout entière et sa frénétique ampleur ne précipitera que plus rapidement cette nation aux abîmes. Du livre de Mr. Maurice Muret se dégage admirablement cet antagonisme irréductible de la civilisation et de la "Kultur" et dans sa conclusion il rappelle avec bonheur le souhait si bien défini par l'historien Ferrero faisant à la Sorbonne au mois de février 1915 l'éloge de la latinité: "Il faut que cette guerre "soit la revanche de la véritable "grandeur intellectuelle et morale "sur l'orgueil du colossal qui avait "endurci et aveuglé les esprits. Il " faut qu'elle rende au monde le sens "de ce qui, dans tous les domaines, "n'est grand que par la petitesse des " proportions et par la modestie d'une

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho de Belgique belonging to the category Oorlogspers, published in Londres .

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods