La Belgique: journal des réfugiés

344 0
01 June 1915
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1915, 01 June. La Belgique: journal des réfugiés. Seen on 19 November 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/v69862d501/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Mardi, 1 Juin 1915. « Quatre pages -S Cents. —». .i' luau-mu-j-i «mujjmubjwtw-aw'imii«i im • uluduillimu■u.i1.j,1 1é,e Année. No. 193| LA BELGIQUE ABONNEMENTS: — 1 moi* fl. 1.25 B 3 3.50 Etranger: le port en sut, à raison de 75 cents par mois Administration-Rédaction : [105, GOUDSCHE SINGEL - ROTTERDAM TÉLÉPHONE 2497 Journal des Réfugiés Directeur et rédacteur en chef: G. LAN >Y et J. WAPPERS. „Avant qu'on anéantisse notre armée, i! faut u'on me marche sur le corps." ALBERT, Roi des Belges ANNONCES: La ligne ,....20 cents Petites ann., la ligne 15 cents Pour la publicité s'adresser à L'ADMINISTRATION DU JOURNAL 105, GOUDSCHE SINGEL - ROTTERDAM , \ Pour nos prisonniers t Aucuiie détresse n'est plus silencieuse, plus tesse, Philippe d'Oultve;.;ont, la Baronne Hen- poignant'e, que celle de nos blessés et de nos ri de Tiau.v de "Wardin, la Vicomtesse A. Si- prisonniers de guerre en Allemagne. Nous sa- nionis. Le Comité exécutif comprend les noms vons quels sont les procédés allemands à ï'é- de M. Chas. Van Leckwyck, Chas. Lens, d'Ao- gard de leurs ennemis debout s, nous en pou- ust, S. Jona et du comte Jean Dumonceau fie vons conclure à ceux dont ils se serrent con- Bergendal. tre des adversaires tombés. Nos prisonniers Nous recommandons chaleureusement cette ' réclament du pain et des vêtements. oeuvre magnifique à nos lecteurs et à la fie- A l'effet de recueillir les fonds nécessaires mande du Comité central nous ouvrons dans pour effectuer des envois de vivres et d'effets nos colonnes une liste de souscription pour d'habillement en quantité suffisante une sec- nos Blessés et Prisonniers. Nos lecteurs com- tion belge de l'Oeuvre Internationale pour prendront toute l'émouvante portée du geste [Blessés et Prisonniers de Guerre, vient de se qu'ils feront en nous apportant leur obole, constituer à La Haye. Les dames patrones- (Voir en deuxième page la première liste cah ton t In Prliirp«RA A Uir-rt Ha T.i mux ]o f'nm- dï> KOiiscrintîOTiV L'offensive italienne Les italiens détruisent deux forts autrichiens dans la région de Trente et s'emparent des villages environnants. -- Nouveaux succès italiens à la côte. -- Des renforts allemands, qui seraient plus utilèsfsiif la San ou sur l'Yser. Communiqué officiel r La Légation d'Italie à La Haye a reçu la Bulletin de guerre suivant, du grand quartier général : ROME 29 mai. Sur la frontière du Tyrpl rt de Trente, le duel d'artillerie se poursuit entre nos ouvrages du Mont Tonale, du pla-■ teau de Asiago et de Lavarone, et les travaux de l'ennemi qui répondent encore énergique-ment Toutefois les forts autrichiens ,<Je Luserna, Busa et Spitzverle sont gravement endommagés: Le 27 mai des troupes d'infanterie, renforcées de gardes frontières et d'artillerie, ont '•"•"wtfnfefiS''" rVÎ. ifltt «m dwa: rl.-c- 6c l'Etsch, allant vers Ala. Elles se sent rendues maitresses du village de Pilicante, sous le couvert de plusieurs rangées de tranchées. Le combat se poursuivit du midi au soir. Nos pertes ont été minimes. Nous avons pris Ala. Dans la journée du 26 mai, des détachements ;de troupes alpines ont mis en fuite deux compagnies ennemiès, à la suite d'une vigoureuse offensive, à Forcelli Laveredo. Sur la frontière de Carinthie, l'action de notre artillerie de moyen calibre se poursuit avec succès contre Monte Croce. Carnico et Malborghetto. En dépit du brouillard qui entrave les opérations de montagne, la grande passe de la Vallée de Ruccolana se trouve entre nos mains depuis le 27 mai. Sur la rive frontière de Frioul nos dirigeâmes ont dirigé une attaque fructueuse en terrain ennemi, dans la nuit »du 27 au 28 mai. Nous avons causé des dégâts considérables. Nombre des bombes lancées ont en effet atteint leur but. Nos autres aéronefs qui servaient uniquement à détourner le feu de l'ennemi, ont également rempli leur tâche dans 1a. nuit du 27- au 28 mai. Un appareil aéronautique ennemi, portant le nom de Pola, oontraint d'atterir près de l'embouchure du Po di Volano, fut pris par nous. (s.) CADORNA. Note. — Ala, petite ville autrichienne, sur l'adige, à 15 kilomètres à l'est de lac de i Garde. Communiqué officiel du 30 ROME, 30 mai. — Communiqué officiel dix grand état-major; A la frontière du Tyrol et du Treutin, noufe avons pris la position importante de Cimà Spezza près de Storo. ■ Sur le plateau d'Asiago, notre artillerie ja détruit le fort Lusrena, sur lequel l'ennemi a hissé le drapeau blanc. Un fort moderne sur la Cima Vezena a également été détruit par notre feu. Notre{ infanterie a occupé le village de Vozena qui â*1frté évacué en toute hâte par les autrichiens... ) Dans le Cadoro, nous avons occupé la passe de Trecocci, avec Cortinos, Damberzo et la vallée avoisinante. NOTE. — Storo, village autrichien à 10 kilom. de la frontière, à 20 kiiotnétres à l'ou-'ast du lac de Garde. Vezena, village autrichien à 5 kilom. de la frontière à 25 kilom. au S.E. de Trente. Luserna, même région. A la frontière orientale On mande de Laibach à la Tribune de Genève que le» Italiens se sont rendus maîtres de plusieurs routes conduisant au Tyrol. Suivant les Autrichiens, le tir des canons italiens de 75 a une précision remarquable. Aux environs de Flitsch, les 75 italiens réduisirent au silence une batterie de 305 et semèrent la panique parmi les meilleures troupes bavaroises.Les Italiens ont reconstruit les ponts sur l'Isonzo et le Judrio. Ils ont fait de sensibles progrès le long de la frontière de Carinthie et se sont emparés de 14 villages répartis sur une longueur de 60 kilomètres dans le voisinage de la frontière. [Flitsch, à. 8 kilomètres de la frontière italienne, dans les Alpes Juliennes, et à 10 kilomètres au nord de. Cacoretto.l Un hydravion autrichien descendu t ' Communiqué de la Légation d'Italie, à La Haye: Ûn hydravion austro-hongrois est tombé entre nos mains, à la côte. Les occupants ont été faits prisonniers. Hommage aux morts de Magenta Un millier de soldats italiens se rendant au front s'arrêtèrent spontanément à Magenta, pour visiter le célèbre ossuaire où dorment les morts italiens et français de la grande journée. T ifi >52 î,o h. v.oi7fi !" ft les mille poitrines crièrent: „Vive l'Italie!" Vive la France! A bas l'Autriche !" On jeta des fleurs sur l'ossuaire, puis officiers et soldats envoyèrent une dépêche à, M. Poincaré, en souvenir des vaillants Français de 1859. Concentration austro-allemande dans le Trentin. La „ Gazette de Lausanne" reçoit de source très sûre la nouvelle que des forces considérables austro-hongroises et allemandes se rassemblent dans la région de Bozen, où elles formeront une douzième armée. Le roi Victor-Emmanuel au roi le Serbie. ROME, 30 mai. Au moment de quitter sa capitale et d'entrer en campagne le roi d'Italie a adressé une dépéche au roi de Serbie. En souhaitant à la Serbie de nouvelles victoires, Victor-Emmanuel III exprime au roi Pierre toute son admiration pour les éclatants succès déjà remportés par ses armées. L'importance de l'offensive italienne M. Hillaire Belloc, commentant l'intervention italienne, dit dans le numéro d'aujourd'hui du "Land and Water" que les troupes italiennes de première offensive ne pourront être raisonnablement contenues que par une armée d'au moins 400,000 hommes, en admettant même que cette armée soit placée dans les meilleures conditions géographiques ; l'ennemi devra donc amener 10 corps d'armée de quelque part. M. Belloc ajoute que seule une concentration supérieure de l'artillerie lourde peut assurer le succès. Le gouvernement italien a eu devant lui un long délai durant lequel il a pu hâter la fabrication intensive des pièces lourdes ; ses ingénieurs sont les meilleurs du monde entier et sa puissance de production industrielle dans le nord du pays est formidable. .Comment la „nouvelle" parviqî; en Belgique. On sait que la déclaration de guerre de l'Italie à l'Autriche a provoqué parmi nos chers compatriotes en Belgique occupée un enthousiasme délirant. Mais ce qu'on ne savait pas encore c'est comment cette heureuse nouvelle leur est parvenue. Notre Grand Etat Major qui s'attendait d'un jour k l'autre à l'événement, avait fait préparer des centaines de milliers de petits feuillets imprimés dans les deux langues, dont nous donnons ci-dessous le texte, et qui furent confiés à nos héroïques aviateurs. Lundi, à la première heure, ceux-ci prirent leur vol et allèrent répandre la bonne nouvelle sur la Belgique entière. Voici le texte en question: L'Italie a déclaré la Guerre à l'Autriche et à l'Allemagne. Plus d'un million de soldats vont entrer dans l'arène et lutteront avec nous pour la grande cause de la liberté et de la civilisation, pour l'écrasement de la barbarie germanique. Vive l'Italie. Vivent les Alliés. Vive. laBeleiaue. tMeddens l Zoon LA HAYE ( 5TTERDAM Kapelsbrug, 1-6 '< figstraat, 356 Tailleurs pou Hommes Dames et ] ifants ' Costumes sur mesuri lepuis fl. 25,— Demi-Saison... ... . ... fl. 22,50 Le Cercle $ Fer Belgique jet France Les Français se sont emparé) de tout le village d'Ablain, où de furieux ombats se sont livrés depuis des semaines. Tins compagnies allemandes ont été détruites, i iug dit le communiqué officiel et le commun né de 11 heures ajoute que la rive droite du anal de l'Yser. au nord d'Ypres, est reprise p les alliés. C'est la un nouveau et br ant succès. En dépit de tous les nouveaux (irocédés qu'ils pourraient encore inventer, les allemands n'arriveront donc pins à repr "ire aux Alliés /initiative des opérations. L Italié 'jr En attendant les grands cor ats, les Italiens /ont remporté de nouveaux sui ès etilsontfaii 5'leton entrée à Ala, sur l'Adig où l'on devint < l'accueille que la population, talienne depuis toujours, leur aura réservé. A propos de la participatior d'Italie la „So cialistische Auslandspolitik" i orime mélanco liquement ce qui suit: ^Quelque favorable que soi| la situation d< 1 allemagne en ce momerqt(?) ■ 1. ne faudrait pai sous-évaluer l'importance de la participatior de l'Italie avec un à un et demi million d< soldats de troupes fraîches admirablemen équipés. Bien qu'il ne faille >en craindre pou roc fro nflr troupe importante des pmpifes germanique) aura une grave influence sur notre puissanci offensive à l'est et à l'ouest." Et le bon journal boche en conclut que puisque le coup est raté, puisque l'allemagni ne peut plus attaquer, pui&qil'elle est ligotée l'heure est venu... de signer la paix. Chose à peine croyable : ce Noderlandschi ^.nti-Oorlog-Raad qui se mêle si activement di ce qui ne le regarde pas, reproduit cet articl< in-extenso et fait ainsi généreusement le jet de la politique allemande. ! Il est vrai que cela n'a aucune espèce d'im portance... Russie >11 est donc établi que les austro-allemand opt tout fait pour donner à la grande batailli de Galicie le caractère d'une bataille décisive 'Grâce à la tactique adroite et prudente dei Eusses, le coup n'a pas porté, l'armée russi est toujours intacte — puisqu'un corps soit di sant anéanti vient encore de faire 7900 prison niers - et les austro-allemands, par contre ont perdu des centaines de milliers d'hommes Ainsi, cet effort gigantesque aura été fourn en pure perte et les effectifs boches affaibli voient revenir sur eux des forces russes pleine! d'ardeur et de combattivité. 'Ni Hindenburg, ni Mackenzen n'auront riei compris au mouvement de marée que les Rus ses ont répété à plusieurs reprises depuis I< déhut de la guerre, usant de plus en plus le; arinées autrichiennes et allemaades. Ils se con soleront plus tard en pensant que Napoléoi non plus n'avait pas compris et leur "kolossal orgueil germanique sera ainsi satisfait. i Nos dépêches. ï Etats-Unis et Allemagne i 4 La réponse de l'Ai/*,agne. pne longue dépêche Wolff de Berlin, daté< dm 30 mai, donne le résumé de la répons< allemands à la nota américafhe à propos di torpillage du „Lusitania". Sous en extrayons le passage suivant: .ij,Au sujet des morts d'hommes, le gouverne /ropnt a déjà fait part aux nations neutres inté ressés de ses profonds regrets. D'autre part Ife- gouvernement à l'impression que dies fait: importants, ©n rapport direct avec le torpillagi du „Lusitania" ont probablement été ignoré: par les Etats-Unis et croit devoir, dans l'inté rêt d'u'n acooyd clair et complet, acquérir h certitude que les renseignements communiqué par les deux gouvernements sont parfaiteinen conformes. „Le gouvernement américain paTt du princi pe que le „Lusitania" était un simple naviri die oommerce. Le gouvernement alleman< met en lumière, par contre, que le „Lusitania était le plus grand et le plus rapide dto tou les navires de commerce armés en croiseur auxiliaire par le gouvernement anglais. (Oèl'i a formellement été démenti par l'Angleterre Réd.).' Le gouvernement sait de source digm de foi (?) de ses agents officiels et diei pas sagers neutres (morts? Réd.) que depuis long temps presque tous les navires anglais de va leur sont pourvus de canons de munitions e d'autres armes et ont des artilleurs eixereé à bord. (Cala a été formallement démenti pa Le communiqué russe du 29 mai soulign le front de Galicie avec Przemysl comme objec allemands tuirautriçzeat .allemands, et autrichiens-se_scuit wnstammen Brillant succès sur l9Yser. -- Toutes Bes tranchées allemandes sont prises sur la rive droite du canal. Communique de d meures PARIS, 30 mai. — Communiqué officiel de 3 heures: Dans le secteur au nord d'Arras les Français réalisèrent de nouveaux progrès. Après avoir repoussé avec un pl3in succès les con-■ tre-attaques allemandes signalées le 29 sur les tranchéss entra Ablain et St. Nazaire. Les Français prirent l'offensive et enlevèrent d'abord la plus grande partie, ensuite la totalité des maisons d'Ablain qua les Allemands tenaient encore. Les Français sont maintenant maîtres du village entier. La lutte a été très chaude. Les Français anéantirent ou mirent en fuite trois compagnies allemandes. A Neuville—St. Vaast la guerre de rues se poursuit. Les Français conquirent de nouveau un groupe de maisons à, la lisière ouest du village. Sur le reste du secteur d'Arras rien à signaler, si ce n'est que le bombardement allemand a été extrêmement violent, auquel l'artillerie f rat; -'-e; repondit. r res ae i mancuurt, au sua-esi a .assigny, es Français abattirent un „aviatik" qui prit feu en tombant en avant de leurs lignes. Communiqué de 11 heures. PARIS, 31 mai. — Communiqué ofticiel de 11 heures; Nous avons occupé toutes les tranchées allemandes sur la rive droit du canal de l'Yser ïans le district de Pilkem. Nous avons fait 50 [ii'isonniers et pris trois mitrailleuses. Au nord d'Arras, le violent combat d'artillerie se poursuit. Nous avons attaqué l'ouvrage allemand désigné sous le nom de „Lar ' byrinthe", au sud de Neuville. Nous avons gagné 360 mètres de terrain et fait un grand nombre de prisonniers. Nous avons pris encore quelques tranchées à la lisière duBois-le-Prêtre et nous avons ïait 50 prisonniers. Une attaque ennemie sur le Schnepfenrieth en Alsace, a été repoussée. Importants succès russes. - Les austro-allemands ont perdu des centaines de milliers d'hommes. -- lis évacuent la rive droite de la San. Communiqué officiel du 29 i Le communiqué russe du 30 mai souligne > l'importance de l'effort allemand dirigé contre t le front de Galicie avec Preemysl comme objec-■' tif direct. Des centaines de milliers de soldats ■ cAii- »««;■• .i ■- sa sont con£tajî}mçnt s rués assaut des positions russes au prix de ' pertes incalculables. En somme, dit le communiqué, le général > -Mackensen, en s'efforçant de tourner Przemysl, 5 répète sa manoeuvre du commencement du mois > de novembre, devant Lodz, quand son axtmée rompit notre front près de Strikof et de Dresi- ' na. 11 commença aussi .ne tentative pour nous ! tourner par Son allé gauche. Maintenant oet-' te manoeuvre indentique est répétée, cepen-1 dant sur une plus grande éeehlle, non pas des oorps isolés, mais par des armées entières. " Elle est plus lente, par suite de la masse énorme qui est en jeu. ! La fin de la manoeuvre du général Mac-! kemsen est encore inachevée, bien que beaucoup ' de ses corps d'infanterie perdirent déjà les trois quarts de leur effectif. Les armées auisro-allemandes qui devaient ^ aller à la rencontre du général Mackemsen pour tourner Prezemysl dn côté sud, sont décimées. | Près de Goussakow, l'ennemi essaya en vain de rompre notre front, tandis que le héros de \ Port-Arthur, le général Irmanoff, écrasant la î garnison de Laisseco, derrière le général Mac-s kensen, prit Sisniava et saisit entre autres 5 trophées, même des troupeaux destinés au ravi-taillemeijt des troupes ennemies, dirigées con-t tre Przemysl. Malgré les pertas ennemies qui, . rien que depuis le 24 mai atteigent non des > dizaines niai» des centaines de milliers d'hom-3 mes et malgré d'autres symptômes favorables, . il serait néanmoins prématuré de parler flu , résultat de cette bataille, si extraordianlre ' par son intensité. Il est curieux de constater que selon les communiqués officiels austro-allemands, le troisième corps d'armée du Caucase, qui prit à Sieniava. 14 canons et 7000 prisonniers, aurait été entièrement anéanti en avril sur la Vilosha et par conséquent n'aurait plus dû exister! Cchechant à arracher aux mains ennemies l'initiative des combats, nos troupes saisirent résolument l'offensive sur la rive -auche de i la Svitza et sur tout de front jusqu'à la rl- > vière Lommitza. i Près de Perzeiminsky, notre offensive_ progresse avec succès et auc ours de la nuit du 28 mai nous capturâmes ici plus de 3200 pri-- sonniers, 72 officiers, un drapeau d'un régi-. ment honved et plusieurs mitrailleuses. Communiqué officiel du 30 v PETROGRADE, 30 mai. Communiqué du Grand Etat major: Dans la région de la Sawle nos troupes con-, tinuent de harceler les allemands qui défendent l'accès des villages de Swawky et de 'KëOfiy. Uaùs cëtte rfgWxi fi-ons pas vendredi près du village de Sawdenie 9 canons, 7 mitrailleuses, des prisonniers et beaucoup d'autres trophées. Sur le Doubissa médiane et inférieure, l'ennemi a réitéré ses attaques. Nos troupes se sont retirées au delà de la rivière et mirent à néant, same'li. plusieurs tentstivps de l'ennemi pour traverser cette rivière. La bataille continue. Au cours de la journée du 29 nous avons obligé l'ennemi à évacuer la rive droite de la San jusqu'à l'embouchure de la Lubaczewka, aux villages de Ivalniko et Laklo situés sur les deux rives de la rivière Viznia. Nous avons capturé en cet endroit, dans la seule journée du 29, 3000 prisonniers, 60 officiers, des mi-, trai lieuses, des projecteurs et un train. Dans la région au delà du Dnister, un .combat acharneés continue. L'ennemi développa le 28 sa poussée principale dans la région de Hai où notre ligne forme un angle saillant. Pour résister à cette poussée nous fîmes une contre-attaque. Un de nos bataillons pris l'ennemi à revers et refoula complètemeilt ses forces considérables. Ivous avons capturé 600 prisonniers, 17 officiers et' pris 8 mitrailleuses. Dans la vallée de la Doulina, nos éléments prononçant leur offensive contraignirent l'ennemi à évacuer la rive droite de la Swika. Dans les autres sectours de l'ensemble du , front, il n'y eut pas d'action importante. Dans la Mer Noire, notre flotte détruisit : le 29 courant à la côte turque, par voie de bombardement, une usine électrique et diverses dépots de charbon. Les prisonniers PETROGRADE, 80 mai. — Un communiqué officiel dit que le nombre des prisonniers austro-allemands taits par les russes s'élève à 10,734 officiers et 605,378 soldats. Dans ce total ne sont pas compris les très nombreux soldats galiciens qui ont été faits prisonniers par les russes et relâchés avec autorisation de retourner dans leur ville natale, en Galicie. 5 ! rués à l'assaut des positions russes au prix d 5 dant sur une plus grande échelle, non pa Les armées austro-allemandes qui devaien 1 résultat de cette bataille, si extraordinair 3 Cherchant à arracher aux mains ennemie ' gresse avec succès et au cours de la nuit d l'Angleterre. Réd.) Le «Lusitania", comme le ' autres, avait à son départ de New-York de J canons placés sous le pont, à un endroit dis 1- simulé. (Pourquoi l'ambassadeur allemand New-York n'a-t-il pas immédiatement réels 5 nié une enquête, à New-York même, avant 1 - départ, du navire? Toutes ces accusation i viennent après que le „Lnsitania" a ét • torpillé est alors qu'il se trouve à 100 mètre î sous les eaux avec les corps de 1500 victime - innocentes. Réd.) Le gouvernement agit par légitime défens - lorsqu' à l'aide de ses moyens de guerre, il d< t truit des munitions ennemies et protège aim 3 la vie de ses soldats. La compagnie de navigi r tion anglais devait donc connaître les dangei s que le „Lusitania" constituait paur ses passager - Elle a tenté intentionnellement de se servir d la vie de sujets américains pour protéger s t. I cai'eaison de munitions et aaiLcontraixemei a aux prescriptions de la législation américaine r qui interdit le transport de passagers sur des t navires chargés d'explosifs et punit même cette e contravention. La compagnie s'est rendue cou- s pabl» ainsi de la mort de nombreux passagers, ii Suivant le rapport formel du commandant s du sous-marin allemand, confirmé par d'autres s avis, le naufrage rapide du " Lusitania „ a été, -r en premier lieu, la conséquence de l'explosion ii des munitions provoquée par la déflagration de la torpille. Sinon les passagers, pour autant qu'on e en puisse humainement inférer, eussent été s sauvés. é Le gouvernement recommande ces faits à si l'examen attentif du gouvernement américain s et se réserve de définir formellement son attitude au regard des prétentions américaines, au e moment où la réponse des Etats-Unis lui sera i- parvenue. Elle expose, en outre, qu'elle a reçu si avec bienveillance, dans le temps, la proposition i- américaine d'intervention à l'effet d'établir un ■s " modus vivendi „ pour la guerre maritime entre 3. l'Angleterre et l'Allemagne; elle a témoigné e ainsi de sa bonne volonté. La réalisation de ces a propositions n'a échoué qu'en raison de l'atti- Ltlt.udft dfl J 'A-tutUtiu-ie. 1

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal des réfugiés belonging to the category Oorlogspers, published in Leyde from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods