La Belgique: journal des réfugiés

237 0
06 September 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 06 September. La Belgique: journal des réfugiés. Seen on 14 December 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/wd3pv6c54m/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

ABONNEMENTS: 1 mois fl. 1.25; 8 mois fl. 8.00. tEtr. 75 cts. par mois en plus). ANNONCES: È 1« lleije 80 centa. (Pour Contrat» ? s'adresser il l'Administration) "■ Adresser TOUTE la correspondance à^Ln Belgique",Nooideinds- &. — LA BELGIQUE Directeurs : Jk-EANDOY et f. WAPPEHS, LEIDEN Administration et Bàtantion • Noordeindsploin—Téléphone Ho. 175 . ROTTERDAM, Stelger, 10b - Tél. 7088. AdreâSer toute la correspondance a LEIDEN. Les manuscrits non lDEérts n$ sont pas rendus. Activité en France 25 avions abattus en un jour. - Sur le SVIonte San Gabriele. » Résistance roumaine,- Après Riga. En France C«Hn«BÛ[aé de S hcnros . c PARIS, 4 septembre. Communiqué officie 3 heures: Dans la région de la ferme d'Hurtebise lof [Jeux français brisèrent une attaque mcné« p'ftr des détachements d'assaut allemands qui Subirent de sérieuses portes san3 avoir obte-B!u de résultat. 'A l'est de Sapigneul des reconnaissance; Hjrançaises pénétrèrent hier, par surprise idtos un saillant de la ligne allemande. Un vif combat s'engagea au cours du-! iqjiel la garnison allemande fut tuée ou faite ! p'risonnière. En Champagne, hier, en -fin de journée, les Français exécutèrent de part et d'autre • do la route de Souain à Sonvmepy un important coup do main. Les détachements français, qui avaient pour mission de ramener des ' prisonniers et de détruire les installations de ga7.. pénétrèrent dans les tranchées adverses sur un front de 800 mètres et sur itou te la profondeur de la première position allemande. Après avoir détruit de «ombreux récipients à gaz et fait sauter les abris, les [troupes françaises, revenues dans leurs lignes, ramenèrent une quarantaine de prisonniers, quatre mitrailleuses, un canon de tranchées et un important matériel. En Argonne un autre coup de main au âord de Vienne-le-Château livra des prisonniers aux Français. Sur la rive droite do la Meuse les Français arrêtèrent trois tentatives allemandes Contre de petits postes français au nord du i>ois de Caurières. 1 (Nuit calme partout ailleurs. iLa nuit dernière des avions allemands . lancèrent des bombes dans la région de Dun-kerque—Calais. Sur ce dernier point on signale plusieurs tués et blessés. La région au nord de Nancy et les envi-■ tfons de Lunéville reçurent également la visite des avions allemands. Il n'y a eu aucune .Yictime; les dégâts sont insignifiants. Les avions français-de bombardement arrosèrent de projectiles des camps d'aviation et diverses gares et bivouacs dans la zone allemande au nord de Soissons. Une autre expédition eut pour résultat d'allumer deux 'incendies dans la gare de Fres-sioy-le-Grand. En outre, les Français bom-tjardèrent les gares de Rouler» et de Lichter-.▼elde en Belgique, les terrains d'aviation 'd'Habsheiru, Frescati et Colmar, les gares de Conflans, Cambrai, Thion ville, Mçtî! sur Oppy, où un violent incendie se déclara. 'Au cours de ces expéditions 15.509 Isilos "do projectiles ont été lancés par les esca-Idrilles françaises sur des objectifs allemands flui subirent d'importants dégâts. Dans la journée du 3 septembre l'aviation française de chasse abattit 13 avions allemands, dont le plus grand nombre ont été (détruits. Oexnaisiil{|tié de II Eiemres r PARIS, 4 septembre. Communiqué officiel He 11 heures: Il règne une grande activité de l'artille-i rie dans la région du moulin de Laffaux, cn-;itre Ceray et Ailles et sur les deux rires de 3a Meti se. _ (Joaaamniqné aagS«5» dtï matia ' LONDRES, 3 septembre. Communiqué du .Quartier Général Anglais en France: '. La nuit dernière nous avons effectué un raid bien réussi au nord de Lena. Noua avons litué un grand nombre d'Allemands et. fait plusieurs prisonniers. Un raid ennemi au sud-ouest de La Bas-*&êe a été repoussé. L'artillerie ennemie a été très active durant la nuit au iiGrd-est d'Ypres, ■Noua avons légèrement avancé notre ligne 'Ski l'est de Saint Julien. CoesmanitiBé anglais dn soir r LONDRES, 4 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Au cours du raid de nuit que nous avons (entrepris hier au nord de Lena, nous avons pris 4 mitrailleuses et nous avons fait quel-! flucs prisonniers. Sur le front d'Ypres, l'action de l'artillerie lest violente. Très de Nienport, l'artillerie allemande est également en action. ' L'ennemi a de nouveau jeté des bombes derrière nos lignes, sans causer de dégâts mili-itai t'es. Quelques civils et soldats ont été tués. Un dos avions allemands a été abattu. Le temps étant moins défavorable, nos aviateurs ont multipliés leurs raids d'observation et de bombardement et ont jeté plus de 6 tonnes de projectiles sur des garc3, des «antonnements et des camps d'avions ennemis. Au cours de combats aériens, 12 avions Allemands ont été détruits, 3 avions ennemis ont été chassés au sol et nous avons perdu 7 Appareils. Nonvean bombardement dan» les Flandres 1 Le communiqué allemand insiste sur la (violence du bombardement dans les Flandres, surtout à la côte et à l'est d'Ypres. Un commentaire Wolff, du 4 septembre, Signale à son tour la puissance de ce duel d'artillerie. JEGn Italie Co mmQiiiqnc officiel ! ROME, 4 septembre. Communiqué du général Cadorna: [ Du Stelvio au Ilombon actions habituelles de patrouille. Sur lo front des Alpes juliennes duels d'artillerie plus intense^ et activité particulière de nos avions. La nuit dernière, dans des conditions atmosphériques favorables, trente de nos avions survolèrent Pola et bombardèrent les installations militaires, maritimes, la flotte mouillée dans le port et dans le canal de Fanasa. Neuf tonnes de bombes furent lancées sur les objectifs. Elles causèrent des dégâts et allumèrent de grands incendies. Tous nos avions rentrèrent indemnes malgré qu'ils eussent été attaqués par des hydroavions ennemis et bombardés par les batteries spéciales. Dans la nuit du 2 des avions ennemis lancèrent des bombas sur quelques localités entre le bas Isonzo et Taglamento, faisant des victimes parmi la population civile et les militaires soignés dans les établissements sanitaires. Stir le lîïonte San Gabriele LONDRES, 5 septembre. (Reuter.) D'après une dépêche publiée par le „Daily Mail", les Italiens auraient pris le Monte San Gabriele. -IC11 I f u&wie Coi^eanniquè» emierain Le communiqué allemand du 4 s ptcmbr» dit que la bataille, précédent la prise de' Riga a duré deux jours. Les troupes allemandes se trouvent devant l'embouchure de la Duna. Des troupes ennemies fuient em désordre, jour et nuit, par les routes qui, partant de Riga, se dirigent vers le nord. Au sud, à la grande route vers Weïidon, (70 km. nord-?st de Riga), des deux côtés. de la Jagel, de fortes troupes russes ont entrepris de vigoureuses contre-attaques, pour couvrir la retraite de la 12e armée. Après des combats acharnés elles ont dû céder "sous la pression de nos troupes. Là grande r ou te est atteinte en divers pointe par nos divisions. Nous avons fait quelques milliers de prisonniers et, dans Riga, nous avons pris 150 canons et baaucoup de matériel. La bataille de Riga assuré dé nouveaux lauriers aux armes allemandes. L'opinion ù Londres LONDRES, 4 septembre. (Reuler.) L'Agence Reuter apprend que, dans les milieux britanniques bien informés, l'on estime qtif> la chute de Riga n'a pas une aussi grande : -portance que d'aucuns pourraient le - croire. Riga est tombé dans les mains des allemands comme un fruit mûr. On pou^it s'attendre à cet événement depuis bien longtemps et la ville avait d'ailleurs été évacuée. - On croi't que les principaux dépôts militaires ont été vidés depuis des mois. En outre, la prise de Riga ne doit pas nécessairement entraîner à sa suite la domination par l'ennemi des îlas dans le golfe de Riga. On considère l'entreprise allem-afide bien plus oomme le contre-poids dostiué à équilibrer les succès de3 Italiens à l'Isonzo et h détourner Taxation des ohefs russes d'autres terrains iiïlmbitablement plus.importants au point de vue russe, tel que, par oxemple, le front du sud-ouest et le front de Moldavie. Les mesnres Le correspondant du «Petit Journal" à Pé-trograd télégraphie que les privilèges dont jouissaient les Soviets ont été retirés par le gouvernement. Los membres des Soviets ont donc cessé d'être inviolables et leurs discours seront désormais soumis aux prescriptions de la loi. Une révélation de Sî. îterensky Le „Time3" publie du discours prononcé , le 25 août par M. Kerensky à l'ouverture de la conférence de Moscou, un extrait qui produit ici la plus vive sensation. „I1 y a quelque temps, a-t-il dit, nous avions répondu par u.i refus indigné à une proposition de paix séparéç; or, il y a quelques jours, noua avons été -témoins d'une autre tentative sur des bus: s - semblables, tentative faite cette fois du côt" de3 alliés. Ces derniers l'ont rsjetée avec une même indignation. Au nom du grand peuple russe, je dis à nos alliés que c'était la seule réponse que nous attendions d'eux." A ces mots, l'assemblée tout entière se dressa et, se tournant vers les représentants diplomatiques de l'Entente, les acclama. JECn oiiSÈie,!iie Communiqué ronmain JASSY, 4 septembre. Communiqué officiel roumain: Entre le Dinéster et la vallée du Casinu, fusillade et canonnade de part et d'autro dans la région de la vallée do la Sasita. Des attaques près de la colline Voloscaul et contre le village de Varnitza ont. été repoussées par des troupes roumaines. Dans le secteur entre Varnitza et Marasesti, les opé rations ont été entravées par le mauvais -temps. | A !a Seretli et sur le Danube la violente canonnade et la fusillade se ppursuit depuis 3 jours. Dans la région d'Iresti, les troupes roumaines combattent avec le plus grand courage. Le 18e régiment mérite d'être tiré hors ie pair: par son inébranlable ténacité, il s'est couvert de gloire. Communiques ennemis Les communiqués ennemis du 4 disent qu'au nord-ouest de Focsani deux attaques russes et roumaines ont été repoussées. Au sud-ouest de Cernowitz, les austro-allemands déclarent avoir conquis une ha iteur fortifiée L'armée roumaine LONDRES, 4 septembre. ('Reuter). Des télégrammes de source autorisée parvenus de Roumanie disent qu'en dépit des difficultés croissantes causées par la retraite russe, l'armée roumaine et 'le peuple roumain sont fermement décidés à poursuivre la lutte à tout prix. Les efforts tentés à plusieurs reprises par les Russes et par les Allemands pour amener l'armée roumaine à créer la révolution 'dans le pays et à exciter les paysan; le8 invitant-à s'emparer de la terre, ont ^échoué. Les paysans et les soldats roumai.is continuent à avoir confiance dans l'^enir i» leur pays et ils demeurent fidèles à leur,roi. Les nouvelle^ télégraphique? d'officier3 étrangers enrôlés dans l'armée * oumame, qui sont parvenues à Londre», parle it avec adtni-ration du courage héroïque de' soldats roumains. Les lacunes formées ds is le3 rangs par suite de la défection de divisions russes ont été comblées avec des ti pes de réserve roumaines. . Le prince héritier L.,>*■?., «u^ore S Jassy, mais la reine est à Cherson. La bataille de IKaracesti LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) C'est surtout dans la région de Màracesti que les Roumains ont remporté une importante victoire sur les austro-allemands. L'ennemi a envoyé 14 divisions au feu dans cette seule région, sans remporter le moindre succès. La Situation Sur les fronts La prise de Riga, qui, d'après la plupart dos critiques devait être prévue à, la première attaque en force des allemands, ne doit pas détourner notre attention des autres fronts et surtout du front anglais, où il semble q-ue l'Artillerie se soit vigoureusement remise en action depuis deux jours. Les avions aussi déploient une croissante activité : des escadres entières ont survolé les lignes de communication de l'ennemi et ont bombardé tous les points d'intérêt militaire. La situation dans son ensemble présente exactement l'aspect que nous lui connaissons à la veille de nouveaux assauts. 11 semble doue que les Anglais soient sur le point do réaliser 'une nouvelle poussée, soit à la côte, soit à- l'eut d'Ypres. le bombardement étant particulièrement intense en ces points. Sur le front français également les duels d'artillerie ont rarement atteint une plus grande violence. Les foyers les plus ardents sont, comme à l'ordinaire, le moulin de •Laffaux, la région de Cerny à Ailles et les deux rives de la Meuse*. Quant aux avions français, ils n'ont pas jeté moin3 de 15.500 kilos de projectiles en un jour sur des gares et des dépôts allemands, tandis qu'ils abattaient, dans cett9 seule journée, 13 avions ennemis. En Italie, après un repos de quelques heures à peine, les combats d'infanterie ost repris avec intensité sur le Monte San Gabriele. Nous ne possédons aucun détail, jusqu'à présent, sur ces nouveaux assauts italiens. Après Riga? En Russie, il y a... la prise de Riga. Nous en avons parlé hier. Les allemands 'nous disent aujourd'hui qu'ils ont trouvé 150 canons dans la ville. Le chiffre nous parait excessif. Il est toujours bon de rappeler à ce propos que, d'après leurs relevés officiels, les allemands ont prétendu avoir pris aux Relges plus de canons que toute notre armée n'en a jamais possédés, alors que nous avons perdu, en tout et pour tout, 6 canons de campagne pendant toute la retraite de Belgique, sans tenir compte des vieilles pièces de siège abandonnées et en partie détruites à Liège, Namur et Anvers. Ce n'est donc plus après 3 ans de guerre que des chiffrés allemands pourraient encore nous intimider. Mieux vaut nous en tenir au fait matériel qui e3t la prise de Riga. Queli1 but les allemands ont-il3 poursuivi en déployant ce nouvel effort au nord de la Russie, dans des pontrée>3 ingrates, Où, au cours de cet automne, ils vont s'enfoncer dans de profonds marais, sans guère trouver de quoi ravitailler leur armée? La réponse nous parait toute simple. Si le lecteur veut bien s'en souvenir, nous avons cru voir, dans la note du Pape, le prétexte cherché par l'allemagne pour lui permettre de „revoir" ses buts de guerre et de formuler enfin ses conditions de paix. Peut-ê're les militaristes allemands ont ils jugé que ce prétexte ne suffisait pas encore et qu'il convenait d'asseoir les conditions de paix de l'allemagne sur un nouveau succès militaire. Hindenburg aura alors jeté un coup d'oeil circulaire sur le3 fronts. Il se sera détourné de l'Ouest avec inquiétude. En Italie, Cadorna ne permettait guère d'entrevoir un gros succès autrichien. Par contre Odessa paraissait un but digne de l'état-major allemand. ,,L'armée roumaine, pensait Hindenburg, a été écrasée l'an dernier; quant à l'armée russe, elle se livre par régiments et par divisions." Un plan de campagne fut donc confié à Mackensen, qui reçut ordre t de prendre Odessa, tandis qu'à Berlin, Michaelis s'apprêtait déjà à élever sur cet éclatant succès tout l'édifice de la paix allemande. Mais les Roumains se sont battus oommie des lions et les Russes ont mieux tenu que Maokensen ne s'y attendait. Devant cette résistance tous ses plans s'écroulèrent et il fallut renoncer à la prise d'Odessa. Or, les militaristes "avaient, à tout prix, besoin d'un gros succès. Un nouveau coup d'oeil jeté sur le3 fronts fit ressortir, cette fois, que^ de toutes les villes, Riga était de fort loin la plus accessible. La „batailla de Riga" entreprise contre une armée russe-mal réorganisée- encore, devait exiger fort peu d'hommes. Les Russes venaient d'expédier toutes les troupes fidèles vers le sud et l'état de leurs chemins de fer ne leur j permet aucun déplacement rapide. L'opération, si facile au point 'de vue militaire, permettait aux commentateurs d'ouvrir les plus vastes horizons: on pouvait reparler d ela ./marche sur Pétrograd", prétendre & la libération «les Finlandais, faire (entrevoir aux plus naïfs un prochain écroulement de toute la Russie... i Oui, sans doute: la prise de Riga était bien le succès néceslsaire, remplissant touteis les conditions voulues pour justifier, avec la note du Pape, une délimitation exacte des Conditions de paix de l'allemagne. Mais. .. des conditions établies par les militaristes allemands pur la barie d'un succès militaire allemand ne peuvent être que les conditions ... de la paix allemande. Or les Alliés n'admettront jamais, çous peine de s'avouer vaincus, que co soient leo militaristes de Berlin, auteurs de cette guerre, qui leur dictent la paix. Par ce seul aperçu, vous voyez que le conflit est aussi grave qu'au premier jour. Le parti militariste prussien a conservé foute sa force; c'est toujours lui qui dirige le peuple allemand où et oomrale il ie veut; c'est lui qui, après avoir déolanché la guerre, continue à vouloir la mener vers la paix allemande, un peu moins brillante peut-être qu'il ne l'avait rêvée, mais assez forte pour lui permettre de reprendre bientôt le cours de ses conquêtes. La prise de Riga, en présence de ce danger, nous parait un fait bien ins:gnifianL Avec les Alliés, avec l'Angleterre, l'Amérique vient d'entrer en guerre pour détruire le militarisme allemand. Croyez bien que la chute d(5 Riga, qui réveillera peut-être les mauvais Russes et ne fera que stimuler nos efforts, n'arrêtera pas les formidables préparatifs des Etats-Unis, dont personne n'a encore pu mesurer la portée ni les très prochaines conséquences. Les marais de Riga sont peut être appelés à engloutir les derniers espoirs des pan-germanistes. G. L. La guerre dans tes airs Attaque d'avions sur la côte anglaise LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) On ronflement violent de moteurs aérie«s se fit entendre la nuit dernière sur Chatham, Roches-ter, Gillinghern et les districts voisins. Dei avions ennemis furent' aperçais au-dessus de ces régions. Deux de ces avions ont laneé un certain nombre de bombes. Dan3 le district de Chatham 12 à 15 bombés furent lancées mais les dommages occasionnés à la propriété privée sont relativement minimes. Une trentaine de vitres volèrent en éclat. Malheureusement les pertes en vies humaines sont sérieuses par suite de bombes qui atteignirent une partie dos hangars du port. Les installations maritimes de Chatham n'ont pas subi de dommage. On entendit un avion au-dessus de l'île de Tha-net. mais^ il ne ^semble pas qu'il ait sij où' il se trouvait. Les bombes les plit3 proches sont tombées à quelques milles de là: l'une sur une propriété habituée, une autre err mer, une troisième en plein ohamp. Il n'y a pas de pertes. Ils étaient sis LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) Officiel. Le raid de la nuit dernière a été effectué par 6 avions. Ces derniers survolèrent l'intérieur du pays jusqu'à Chatham et ils lancèrent des bombes sur l'île de Thanet, Sherness et sur la région de Chatham. Un civil a été tué et six autres blessés. Aucun militaire n'a été touché. Nos aviateurs pritent l'air et nos batteries spéciales entrèrent en action .mais sans résultat. D'après l'agence Vas Diaz l'Amirauté mande qu'au ©ours du raid aérien 107 personnes, appartenant à la marine, ont été tuées et 80 autres blessées. Nouveau raid d'avions ; V LONDRES, 4 septembre (Reuter). —^ Officiel: i Ce soir, vers 11 heures, plusieurs avian teurs ont jeté des bombes en divers pointa de la côte sud-occidentale. Quelques avions ont atteint le district de Londres, où ils ont également jeté des bombes. Les rapports sur le3 dégâts ne sont pas encore arrivés. Le Fiasco de Stockholm Les syndicats anglais contre la Kouferenz LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) Le Congrès des Syndicats anglais, à Blaokpool a voté par 2.849.000 voix contre 91.000 une résolution disant que la conférence de Stockholm ne saurait avoir aucune chafice de suç-cès à l'heure actuelle. • Détails au sujet du vote LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) Le vote du Congrès des Syndicats à Blackpool s'est exprimé sur le rapport de la commission nommée pour étudier la question de Stockholm. (On sait que ce rapport avait conclu dans le sens de l'inopportunité do la conférence de Stockholm.) g» M. Smillie a dit, en proposant d'aieepter les conclusions de la commission, que le parti ouvrier se trouve presque déchiré en deux fractions déjà par suite de Stockholm. La proposition de la commission propose un accord ayant pour effet de concilier les partis et de maintenir l'unitc et des liens plus ! étroits entre tous les ouvriers des pays alliés. Il faut en tout cas que leur voix soit entendue au moment des pourparlers de paix. M. Will Thorn soutint cet avis et M. Ha-velock Wilson affirma une fois de plus que jamais les marins ne consentiraient à transporter des délégués se rendant à Stockholm-II dit que les neuf dixièmes do la popolation britannique approuvent leur attitude. En conclusion la motion proposée par la commission fut acceptée. En Graiîde-Hrelauiîf Six mois de prison à Morel LONDRES, 4 septembre. (Reuter.) Morel dont il fut question le 31 août, a été condam né à six mois dfi nrisnn. DERNIERE HEURE Navires nouveaux LONDRES, 5 Septembre (Reuter) Lloyds Regisber amiriionce que du 8 au 17 juillet, en moins de siix semâmes, on a inscrit au registre plus de cent navires nouveaux, dont 63 anglais. Ce sont des navires d' fort toamaige pour la plupart. La rapidité avec laquelle on construit ce-, avires au.gimnte sans cesse. Le raid aérien d'hier LONDRES, 5 septembre. Reut er. — L'attaque fut distinctement visible à Hamp-sbead où le ciel était serein. Un certain nombre de bombes furent lancées en O'-t endroit rapidement. On voyait éclater e; l'air les obua. Un projecteur découvrit l'un des assaillants et le tint en pleine lumière pendant plusieurs minutes jusqu'au moment où les canons purent ouvrir le feu ssir lui. Il n'y eut aucune panique parmi les habitants mais beaucoup die femmes et d'enfants cherchèrent un abri dans les stations souterrai-nes-do l'underground. Certaines bombes en tombant faisaient entendre un long sifflement, d'autres éclatèrent avec un bruit pl'Ufl violent que les bombes des zeppelins. La progression des aviors était facile à suivre par les points de chute des bombes. Communiqué officiel russe PETROGRAD, 4 septembie. Communiqué du grand Etat-Major général- Au matin du 3 septembre, no» troupes ont évacué la ville de Riga après avoir détruit les ouvrages fortifiés de Ost Dwinsk (Diina-munde) et les ponts sur la basse Duna. Nos troupes se retirent en e? n.omen. vers le nord-est, parallèlement à la côte. Los -xilla-ges de Kabîikull, à 40 verstes au sud de Per-nan, Hainacli, lv««kiïll et Pidde. à la côte, sont bombardés par la flotte allemande. Vers Uxkull, le 3 septembre, i<v. allemands ont continué à étendre leur succès vers le nord à la route Waldeurcde-Pskof, ainsi que vers le nord-est dans ia direction de ïvrantzea afin d'envelopper nos positions près de Bu-naburg. Vers le soir, l'ennemi ehnssa nos troupes à la grande Jiigel (rivière), attaque nos positions de front sur une longueur de 30 verstes près de Waldenrode et se rendit maître de ce point. Nos troupes se retirent ver» 3e nord. Nous prenons des mesures pour rétablir la situation. A la ligne Nilden-Rybnack-Krautzen, .nos troupes n'ont pas pu résister à la pression ennemie et se sont retirées vers le nord-est. Des bandes de soldats sans aucun lien entre elles fuient le long d"s rouies vers Pskofï et ed la route de Rider vers Lemberg. Près de Dunabiïrg, violente action de l'ar-tillorie.Sur le front Roumain, à l'est de Czernowitz, au sud du village de Slobodger, les attaque» ennemies ont été repoussées avec de lourde» pertes pour les assaillants. Ailleurs, fusillades. Communiqué allemand du soir Le communiqué allemand du 4 (soir) dit que lea Russe» ont été réjetés au-delà de l'Aa et que Dunamiinde est évaeué. «retrerr, o sepwmwe ïmT, S Cents 3mo Atlnèe No. 274

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal des réfugiés belonging to the category Oorlogspers, published in Leyde from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods