La Belgique: journal des réfugiés

257 0
14 September 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 14 September. La Belgique: journal des réfugiés. Seen on 14 December 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/qr4nk3717z/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA BELGIQUE ABONNEMENTS: J. mois 11.1.26; 3 mois 0,8.60, ffitr. 75 cla. par mois es plus). ANNONCES: 1s ligne 80 ceuw. (Pour Contrats s'aîressar à l'Administration) Adresser TOUTE Ta «orrespon-âanc* a «La Belgique", Kooideioda-pleln, LEIDEN. Directeurs : «. LAN DO Y et i. WAPPERS, LEIDEN Administration et Rédaction Noordoindsploia—Téléphonu No. 175 ROTTERDAM, Stoiger, 10b - Tél. 70C5. Adresser toute la correspondance a LEIDEN. Les manmcrita son ins«r«s m sont pas rendus. L'agitation en Russie Les mesures suprêmes de Kerensky. - L'état de siège à Moscou. - Une proclamation de Korniloff. Les cadets de Eétrograd PETROGRAD, 12 septembre. (Reuter). La ccuaité central du parti des cadots a fait savoir à Kerensky que le parti consent à ce que ses membres fassent partie du cabinet reconstruit en vue de conjurer la guerre civile. Les journaux mandent que, sur ordre du gouvernement, les ex-grauds-ducB Michel . Alexandrovitch et P'iul Alexandrovitch ont 6»é transférés de leur résidence à Gatshina au bâtiment où siège le ministère des affaires de l'intérieur. Moscou en état de siège PETROGRAD, 12 septembre. (Reuter.) L'état de siège a été proclamé & Moscou. Le gouvernement a donné l'ordre de faire poursuivre Korniloî et d'autres généraux pour rébellion.Les j.Novoié Vrémia" interdits PETROGRAD, 12 septembre. (A. T. P.) Le gouvernement a interdit la publication du icurnal „Novoié Vrémia" parce qu'il avait publié in extenso l'appel de Kornilof tandis qu'il écourtait les proclamations de Kerenski. Kornilof Une dépêche de Vienne en date du 12 septembre dit: La „Neue freie Presse" publie un article du médecin militaire Kraus au sujet du séjour que le général Kornilof fit dans le camp des prisonniers militaires à Neu Lengbach, oïl il fut amené vers le milieu de juin 1915 après que, par suite de la destruction de sa division dans les bois des Oarpathes il avait été trouvé légèrement blessée et fait prisonnier. Kraus dit que Kornilof parle plusieurs langues et parlait généralement allemand avec lui. A chaque entretien au sujet de la guerre il déclarait que celle- La Situation En Russie Les dernières nouvelles de Russie sont rares ; et encore, celles qui nous parviennent doivent-elles être accueillies avec une certaine réserve. Ainsi, une dépêche de Pefcrograd dit que les cadets appuyenb Kerensky alors que d'autres nouvelles présentent Korniloff comme le chef des droites. La situation réelle doit être infiniment moins précise. S'il est vrai que les cadets qui ont fait parti du gouvernement et qui sont à Petrograd demeurent partisans de Kerensky, il semble au contraire qu'un grand nombre de cadets de l'intérieur se rangent du côté de Korniloff. Une autre dépêche dit qu'à Moscou l'état do siège est proclamé, ce qui, en soi-même ne nous apprend rien. Naus ne savons pas par là si Moscou est demeuré fidèle à Kerensky, ou si l'état de siège est devenu nécessaire par suite du grand nombre de manifestations en faveur de Korniloff. Au milieu de ces nouvelles vagues et souvent contradictoires, uir fait paraît certain : les soldats du front sont, en très grande majorité, partisans dp Korniloff, tandis que cfuelques garnisons, dans les grandes villes, demeurent acquises au gouvernement provisoire. Bien que le service des transports doive être dans un état lamentable, le front ne semble pas se ressentir, jusqu'à présent, de ce grave conflit. Au contraire la situation, dans le secteur de Riga, se rétablit quelque peu, et les seules attaques (fui soient signalées ailleurs sont déclanchées par les Russo-lloumains à l'ouest d'Okna. Dans les Balkans Les Alliéi semblent prononcer un mouvement offensif assez sérieux en Albanie méridionale L'attaque est dirigées surtout contre les austro-hongrois qui tiennent le front à l'ouest du lac d'Ochrida. Le commandement suprême a fait de larges emprunta à ces troupes pour renforcer le front russe et le front italien. Le moment est donc bien choisi pour les attaquer. On sait que le lac d'Ochrida s'étend à l'ouest de Monastir et du lac de Presba, à l'angle sud-ouest de 1» Serbie. Il marque la frontière albano-serbe sur une distance do 25 kilomètres environ. Les alliés marchent le long de la rive occidentale de ce lac, en terre albanaise et ils ont occupé Pogradec, sur l'Ochrida. Le but do ce mouvement semble être, en déblayant les rives du lac, de contourner les troupes bulgaïo allemandes du front de Monastir et de préparer de plus vastes opérations. lie cas de la Suède La Suède a donc été prise en flagrant délit de complicité, et son rôle est d'autant plus triste qu'il a permis, à l'allemagne de torpiller des navires argentins et d'autres navires neutres ,,sans laisser de traces". Elle se défend en disant qu'elle n'a fait que ,.transmettre"' les télégrammes chiffrés contenant les instructions pour lès 'sous-marin"» T.* Suède n'a pas commis de crime: ci durerait encore trois ou quatre ans et deviendrait pour la Iiussia une guerre nationale. En août 1915 Kornilof fut trausférê dans un camp, de prisonniers en Hongrie, puis à sa demande il fut envoyé dans un hôpital d'où il s'évada comme on sait. Une proclamation do Korniloff LONDRES, 13 septembre. (Router.) On tôle-graphie de Pétrograd au MTimeg": Korniloff a affiché une proclatuatidu (dans Pétrograd? ïtéd.) où ii déclare que sou seul désir est do tirer le pays des difficultés où il se débat, de sauver la patrie et de la mettre sur la bonne voie. Il jure qu'il ne conservera le pouvoir que jusqu'au moment où l'assemblée constituante se réunira. (Si la proclamation est affichée à Pétrograd, il faut en conclure que Korniloff a gain de cause. La dépêche ne donne pas de précision sur ce point, lléd.) Les mesures de Kerenski PETROGRAD, 13 septembre. (Reuter) On croit la combinaison suivante poss:b'e: généralissime temporaire: Kerenski; chef de l'é'.at-major Général Alexieff. Les arrestations continue:;t. L'ancien ministre de la guerre Goutschkof a été également arrê'é. Klembovski, nommé récemment généralissime en remplacement de Korniloff a été relevé de oe poste et remplacé par le général Bouth Borutyevitoh, ancien chef de l'état-major. Le Japon fournisseur de la Russie INONDEES, 12 septembre. Le résultat de la, visite de la mission japonaise aux Etats-Unis est que toutes les forces du Japon seront concentrées pour la production et le transport de matériel de guerre pour la Russie. elle s'est bornée à tendre le couteau qui devait servir à le commettre. Faible défense... Et l'on admettra que les Alliés ne puissent s'en contenter. Au surplus, voici longtemps qu'on se méfiait de l'attitude de la Suède et l'es révélations de liansing auront à, peine surpria ceux qui suivent les nouvelles, au jour lo jour, avec une oertaine attention. Remarquons, une fois pour toutes, que partout où les Alliés ont soupçonné un tripotage malsain en faveur de l'allemagne, les événements sont venus, tôt ou tard, confirmer pleinement leurs soupçons. Le cas s'est produit cent fois depuis le début de la guerre. Nous avons donc lo' droit d'en conclure, que tous ceux dont l'attitude est équivoque, mais n'ont pu encore être pris ,,la main dans le sac" sont simplement plus habiles que 163 autres, mais n'en sont pas moins, eux aussi, des agents de l'allemagne. G.L. 5£n IJVaiïc© C«M)iiHRi«Bi de S Eianre» PARIS, 12 septembre. Communiqué officiel de 3 heures: En Belgique la lutte d'artillerie a été maintenue très vive dans les secteurs de Drie-grackten et de Bixschoote. En Champagne les Français effectuèrent avec succès des incursions dans les lignes allemandes, dont une au nord-est d'Auberive et une autre à l'est de la route Saint Hilaire et St. Souplet. Sur ce dernier point des détachements français pénétrèrent jusque dans ia troisième ligne allemande. Un vif combat s'engagea au cours duquel la garnison a été tuée ou faite prisonnière. Les Français firent sauter de nombreux abris et ramenèrent un important matériel. Une tentative allemande au nond-est de Tahure échoua sous les feux français et coûta des pertes sérieuses aux assaillants. Sur la rive droite de la Meuse les Français repoussèrent deux attaques sur leurs postes avancés au nord du bois de Caurières et au nord de Rouvaux. La nuit a été calme partout ailleurs. Des avions allemands bombardèrent la région de Dunkerque faisant plusieurs victimes parmi la population civile. Coias&nMiq«é de 11 lictiras PARIS, 12 septembre. Communiqué officiel de 11 heures: Pendant la journée, aucun combat d'infanterie.Activité modérée de l'artillerie sur la plus? grande partie du front, surtout on Belgique et sur la rive droite de la Meuse. Quatre avions allemands ont été détruits. Dix autres avions allemands sont tombés désemparés.CeaiaiBniqaé aa{lala du matia LONDRES, 12 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Ce matin de bonne heure, boub la protection d'un vigoureux fou de barrage, l'ennemi a attaqué nos positions à l'est d'Hargicourt. Son infanterie fut accueillie et chassée par les feux croisés de notre infanterie et de nos mitrailleuses. Au cours de la nuit passée, nous avons en-trepnis des raids réussis au nord-est de Bul-lecourt et au sud de ï.ombaertzijde. Noue Meddens & Zoon Pardessus d'hiver depuis II. 35.-Hofweg, 11 - LA HAYE avons infligé des pertes série à l'ennemi et nous avons fait des prisoàu.■u*. L'artillerie ennemie s'est-montrée active, cette nuit, dans la région de Nieuwkkpclle et dans le secteur d'Ypres. t'ojGamîtniqaê anglais da soir LONDRES, 12 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Nous avons fait des prisonniers au cours de rencontres de patrouilles en divers points du front au sud-est de St Quentin et dans le secteur d'Ypres. Stir le front d'Ypres, à l'cxccT' ion de la canonnade habituelle, il n'y a ri< <t à signaler. Dans l'après-midi du ïî, la visibilité s'e3t amélioréo ot l'activité s'est aussitôt accrue clans les. airs. N03 avions onl exécuté avec succès dos opérations d'artillerie et de photographie. Au cours de la journçs 281 bombes ont été jetées sur des objectifs différents, parmi lesquels deux parcs d'aviation au sud de Lille et deux parcs, ainsi qu'un dépôt de munitions, près de Roulers. Pondant la nuit, 89 bombes ont été jetées sur des gares et de8 dépôts de munitions de la région de Courtrai. Au cours de combats aériens, nous avons détruit 7 avions ennemis et 12 autres avions ennemis sont tombés désemparés. En outre, un avion ennemi a été descendu par notre artillerie. Nous ftvons perdu 8 appareils. lies raids d'hydravions anglais LONDRES, 12 septembre. (Router.) Pendant la dernière journée, le ser'v ice d'aviation de la marine a abattu un avion ennemi, qui est tombé en mer. Un autre avLn ennemi a atterri sans avaries dans uos ligues. Los occupants ont été faits prisonnier.. Deux autres avions ennemis ont été ohavsés au sol. Dans un combat ave<' 9 avions nmeniis, on estime que 5 appa" ils sont 4o >)és désemparés.La nuit, des raids do bombardements ont été exécutés sur les parcs d'aviation de St Denis, Westerem et Gouirode, ainsi que sur Zee-brugge, le croisement de voies ferrées de Thourout et le3 objectifs militaires près de Gatud. Plusieurs milliers de kilos d'explosifs ont été jetés. Au matin du 11, les parcs d'aviation de Sparappelhoek et de Thourout ont été bombardés. Dans les deux cas, des explosions ont été constatées entre, ou sur les objectifs. Dans le dépôt de munitions de Engel, un incendie a été allumé. L'escadrille de bombardement a été attaquée par des aviateurs allemands. Un avion ennemi a été abattu. Tous les nôtres sont rentrés indemnes. La Suède neutre et vénale Un attend les excuses LONDRES, 12 septembre (Reuter). — L'agence Reuter apprend que lo Ministère anglais des affaires étrangères n'a pas encora reçu confirmation officielle de la réponse de la Suède aux révélations faites pat les Etats-Unis. Ce n'est que fort .tard la nuit dernière qu'il reçut le texte (le la communication publiée à Stockholm, C'est pourquoi il est impossible encore de formuler aucune déclaration. Ou considère cependant la note suédoise, dans les milieux autorisés, comme une échappatoire. Alors même que la Suède prétendrait qu'élle ignorait le pontenu des messages en question pareille ignorance ne saurait diminuer la faute du gouvernement suédois. Il est évident que l'acte commis est contraire à la neutralité au premier chef. Le caractère de cet acte s'aggrave encore du fait qu'il constitue une violation des promesses formelles qui furent antérieurement faites par le gouvernement suédois. La Suède devrait savoir que les griefs résultant de la transmission d'informations chiffrées par la voie officielle suédoise n'ont pas trait seulement aux envois h destination des Etats-Unis, mais avaient une portée générale. Il est impossible d'admettre quel la Suède consentira à voir mettre son honneur en doute et s'y tiendra sans prendra des mesures pour découvrir les coupables. Luxburg expulsé d'Argentine NEW-YORK, 12 septembre. (Reuter.) Il résulte d'ane dépêche de Buenos-Aires que le Gouvernement argentin a fait remettre & la légation d'allemagne les passeports de Luxburg. On ignore cependant où se dernier se caclie. Le „Tiines" et les prétextes suédois LONDRES, 11 septembre. Le ,,Times" commente en ces termes les prétextes invoqués par le gouvernement suédois pour excuser son rôle de facteur des postes allemand : „L'accusation formulée contre le gouvernement suédois porte que ce pays se réclama de sa prétendue neutralité et déclara pouvoir bénéficier des droits el privilèges de lai Le Ministère Painlevé André Thomas ne fait pas partie du nouveau ministère. - Le portefeuille des affaires étrangères reste aux mains de Ribot. JLa situation politique ! _ PARIS, 12 a ptembre. (Reuter). La ..Matin" donne des détails sur les faits qui ont amené le départ des membres socialistes au moment où le conseil des ministres allait entrer en séance.- Albert Thomas a dit: „Nous ne pouvons pas nous décider à siéger dan3 le cabinet aux cétés de Ribot. Nous ne pouvons pas admettre que Ribot garde le. même portefeuille au moment où nous lui avons refusé notre collaboration pour la politique intérieure et extérieure. Au surplus, Pain'.evé ne inous a pas tenus au courant des pourparlers qui .ont été entamés avec Ribot. Noua devons donc en référer aux délégués du parti." Painlevé tâcha alors de convaincre Thomas de faire admettre la - participation de Ribot au cabinet par le groupe socialiste, exprimant l'espoir qu'il ne s'agissait que d'un malentendu. iVarenne déclara être d'avis que Painlevé ne voyait pas la nécessité de mettre les délégués au courant de ces incidents, vu que les pourparlers avaient été suivis du commencement jusqu'à la fin et que le choix de Ribot était assez connu. Des débats 83 poursuivirent alors. Albert Thomas quitta la salle et assista avec Va-renne à une réunion des délégués socialistes. Ceux-ci approuvèrent l'attitude de Thomas et l'autorisèrent à sa retirer de la combinaison. Painlevé fut aussitôt avisé de cette décision. Painlevé accepte de former uu nouveau cabiiM PARIS, 12 s.ptanbre. (Reuter). Painlevé a quitté le ministère de la guerre à 5 heures et demie pour communiquer à M. Poin-caré qu'il accepte de constituer un nouveai ministère. Composition du ministère Painlévé. — André Thomas n'en fait pas partie PARIS, 13 septembre (Havas). Il esl communiqué officiellement que le nouveai ministère est composé comme suit: Président et ministre de la Guerre ; Painlevé; Ministre de la justice: Peuet; Affaires Etrangères: Ribot; n Ministre de l'Intérieur: Steeg; Ministre de la Marine: Chaumet; ' Ministre de l'Armement: Louchoir; * Ministre des Finances: Klotz; Ministre des Colonies: René Reenr.rd} Travaux Publics: Claveille; Instruction Publique: Daniel Vincent; Ministre du Travail: Renard; Ministre du Commerce: Clémentel; Ministre de l'Agriculture: David; Contrôle du Ravitaillement: Maurice Long; Missions à l'étranger: Franklin Bouillon. Ministres d'état, membres du comité de guerre: Barthou, Léon Bourgeois, Doumer et Jean Dupuy. neutralité, pour aider et appuyer en sous-main l'allemagne en transmettant des dépêches travesties en télégrammes officiels suédois. ,,On connait aujourd'hui la nature des dits télégrammes: conseils d'assassinat perpétré sur les citoyens mêmes du pays auprès duquel l'expéditeur des télégrammes se trouvait accrédité en qualité de représentant diplomatique. „Et quelle est à présent la réponse que la Suède donne à ces accusations? ..Brutalement je baron Loewen nie tout a menos-Aires, tandis que l'on envoie Lux-burg en promenade. Cependant le ministère des affaires étrangères à Stockholm n'ose formuler de dénégations compréhensibles et dit à présent qu'il ignorait tout juste les • télégrammes en question. Il reconnaît toutefois que la Suède a été pendant longtemps l'intermédiaire entre l'allemagne et l'Argentine. C'est peut être pousser un peu loin l'impudence que d'invoquer comme excuse de son attitude la transmission des propositions allemandes relatives à la population civile de Kiautchou et des requêtes américaines au sujet des citoyens américains résidant en Turquie! Il résulte de sas propres déclarations que Stockholm savait fort bien que jees derniers télégrammes qu'elle invoque étaient de nature tout à fait anodine. Il n'existe aucun rapport .entre une transmission ouverte de pareilles communications et la transmission secrète de dépêches chiffrées. „Le ministère des affaires étrangères à Stockholm apprendra promptement à ses dépens que l'on ne saurait tolérer un aussi flagrant abus de sa position de neutre." < Deux t»tcs sous un bonnet Le ,,Tàgliche Rundischau" dit au sujet de» révélations de M. Lansing à charge du gouvernement suédois: „On emploie avec la Suède les mêmes termes que Wilson quand il s'adresse au peuple allemand : on établit une distinction formelle entre le gouvernement et lo peuple. On estime que le peuple est bon en Suède mais qu'il faut rejeter son gouvernement ; le soin de cette réforme serait confié à Branting." La détention de l'„Oskar II" NEW-YORK, 13 septembre. (Reut?r). — Aucune communication officielle n'a fait sa,voir que les autorités refusent de laisser palrtir le vapeur ,,Oskar II", mais les agents de la compagnie ont déclaré Ja semaine cornière que le départ est retardé parce que la compagnie n'avait pu se procurer le charbon de soute nécessaire. On ajoutait pourtant à cette information que la société s'attendait à voir le gouvernement donner incessamment les autorisations nécessaires. Jusqu'à présent aucune 'déclaration officielle n'a été ïaite^au sujet de cette affaire. Dépêches diverses Aux Etats-Unis - Contre la propagande allemande WASHINGTON, 13 septembre. (Reuter.) Le Sénat a adopté une proposition du Gouvernement relative au commerce avec l'ennemi accompagné do nombreux amendements Un de oe3 amendements autorise le président à réquisitionner les importations; un autre interdit la publication de considérations relatives à la guerre, eu allemand, aux Etats-Unis à moins qu'elle ne soient accompagnées de la traduction eu anglais dans une colonne eu regard. DERNIERE HEURE Un exploit do Medaets LE HAVRE, 13 septembre. — L'aviateur belge Maurice Medaets a abattu un avion allemand dans les lignes belges.- Il était parti à midi sur son Nieuport au-dessus de Dixmude à trois mille mètres. A 4500 mètres son attention fut attirée par des obus à 1500 mètres sous lui. Etant descendu d'autant, Medaets aperçut un avion allemand qui cherchait à se soustraire au feu des belges. Survolant son adversaire il l'attaqua au-dessus de Oost-kerko mais l'ennemi n'accepta pas le duel et tenta de fuir vers ses lignes, poursuivi par notre héros. Arrivé près de Zarren, Medaets eut recours à la ruse. Il effectua une conversion en demi-cercle et retourna à pl'us de 6,000 mètres vers les tranchées belges. Il remarqua aussitôt que l'appareil allemand le poursuivait. Au dessus de Dixmude il se retourna et attaqua soudain l'ennemi à la mitrailleuse. L'observateur allemand fut at-seint le premier et s'effondra, tandis que l'appareil semblàit désemparé. Alors notre Nieuport fondit sur son adversaire. Lorsque l'avion belge se rétablit, il découvrit que l'appareil ennemi avait disparu, et était tombé, criblé de balles, dans nos lignes. Les deux occupants étaient affreusement mutilés. La situation ea Russie PETROGRAD, 13 septembre. Reuter. — L'ordre le plus absolu continue de régner dan3 -la capitale. Les nouvelles parvenues disent qu'à Moscou et en province tout est oalmo également. Le soviet de Petrograd discute la libération des maximalistce faits prisonniers pendant les événements des 10 au 18 juillet. Lo ,,Navaja Jyzu" publie une lettre d'officiers maximaliste8 qui sont actuellement prisonniers et qui offrent leurs servioes pour combattre Korniloff. Le gouverneur de Pefcrograd Savinkof a interdit la publication de la proclamation de Korniloff. Le procès Soukhomlinoff a été ajaurné à des temps plus calmes. On constitue dans les quatriers ouvriers des détachements de soldats ouvriers à l'effet de combattre Korniloff. On les exerce à tirer. Les arrestations continuent surtout parmi les officiers les membres de leur famille, etc. On a arrêté aussi le colonel Clergé, un éorivain militaire connu, président do la commission pour la censure militaire. Le gouverneur a interdit toutes l-ee assemblées politiques et les meetings. Les sous-marins PARIS 13 septembre. Reuter. — Pendant dant le mois d'août les bateaux de pêche et de oommerce français ont été attaqués 39 fois par des sous-marins dont 17 fois avec dos torpilles (16 attaques dans la Manche, 15 dans l'Atlantique et 8 dans la Méditerranée.)Douze navires ont été atteints par les torpillas et huit navires par des projectiles. Huit navires ont obligé les ssaillants à prendre la fuite. "LA. BELGIQUE" j publie tous les jours, en dépêches particulières, le Communiqué Ôlftciel Belge. Vendredi, 14 Septembre 1917. 5 Cents 3me Année No. 281

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal des réfugiés belonging to the category Oorlogspers, published in Leyde from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods