La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

322 0
01 February 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 01 February. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Seen on 24 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/057cr5pk9q/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Jeudi 1CP Février 1917 [-yfpgy^saK3atJl^ai530aaHMCJni m» » il Ml H ifjT-'VTifg'a^MigiggJ' i » » > » '■ ».< JOURNAL. QUOTIDIEN — Le Numéro : lO CenMzhea : '4® Année. — N® 796 LA BELGIQUE PRIX DES ABONNEMENTS 1 mois (février), fr. 2.55 — 2 mois (février-mars), fr. 5.iO. tBS DEMANDES D'ABONNEMENT SONT REÇUES LES RECLAMATIONS CONCERNAIT LES ABON- EXCLUS! VES1ENT PAS LES KEMENTS DOIVENT ETRE ADRESSEES BUREAUX ET LES FACTEURS DES POSTES. EXCLUSIVEMENT AUX BUREAUX DE POSTE. ADMINISTRATION ET RÉDACTION 31, JtjLontagne-aux-Herbes-lPotei&ères, BRUXELLES BUREAUX : DE s» à 17 HEURES DIRECTION ET ADMINISTRATION Do ÎO 1/3 à 13 1.13 et de 15 ljS à tf heurs3. Jos. MORESSÉE, Directeur Petites annonces la ligne, fr. 0.50 ï lîeolame avant les annonces . . — 1.25 I Corps du journal —* 5.00 PRIX DES ANNONCES < Faits diYers — 3.75 I Nécrologie — 2.50 l Coin des Eleveurs — 1.00 Aujourd'hui QUATRE pages Pourquoi ? Point n'est besoin de dire à nos lecteurs — ils ne le verront que trop au seul aspect du jou mal — que nous sommesà notre tour les victimes du froid. La pression a manqué dès ce matin au gaz qui alimente nos machines de composition, de telle sorte que nos typos — la guerre réserve à tous d'indi-ciblos surprises I — ont dû lâcher leurs mc-nolines pour reprendre le travail de composition « à la lettre» dont ils se sont dès longtemps déshabitués. Nos lecteurs ne trouveront par suite ce matin, dans leur boîte, qu'un numéro de quatre pages : eux du moins ne perdront rien à ce contretemps. Leur habituel numéro de six pages du jeudi, pour être différé, no sera pas perdu : nous le leur servirons dès le début de la semaine prochaine. Nous les prions de nous excuser: à l'impossible nul n'est tenu. LA DIRECTION. irisr 9133 jour de guerre Le froid et la neige semblent avoir eu raison des dispositions plus actives dont les belligérants avaient témoigne ces derniers jours sur le front dans l'Ouest. Le calme tend aussi à se rétablir sur le front dans l'Est : les dépêches ne signalent, en ell'et, rien d'essentiel entre la mer Baltique et la mer Noire. Les nouvelles concernant les autres théâtres de la guerre sont dépourvues d'intérêt. DAIMS LES BALKANS EN GRECE Londres, 30 janvier : Le «Daily Cnronicle » apprend d'Athènes que le transfert de la majeure partie de i'armée grecque dans le Péloponèse est terminé. Le bruit court dans la capitale que des troubles sérieux se seraient produits à Patras Le mécontentement provoqué parmi la population par la pénurie de pain a provoqué une émeute. Les manifestants ont parcouru les rues. Deux grands cafés ont été saccagés. Par suite du blocus qui duré depuis cinquante jours, les stocks de froment sont complètement épuisés. Il n'existe plus que du pain de maïs. La ration de jiain vient dé 'nouveau d'être réduite. Les Anglais ont réquisitionné les navires de commerce grecs chez tous les armateurs. Un grand nombre de firmes ont accepté les conditions qui l#ur étaient faites." Paris, 30 janvier : M. Lambros, président du Conseil des ministres de Grèce, a fait à un journaliste français la déclaration suivante : — Le gouvernement a mis une loyauté incontestable à l'exécution de l'ultimatum. Nous avons l'espoir et mémo la conviction de trouver chez les Puissances alliées la même sincérité, ce qui nous permettra d'arriver à une conciliation dans l'intérêt commun. La question qui nous cause une inquiétude particulière est celle du blocus, dont on nous a promis la levée dès l'exécution des mesures militaires principales. L'Entente sait que notre situation, surtout da-ns les provinces, est véritablement tragique. Le pain est immangeable et manquera peut-être complètement à bref délai. Je demande que 1 on ait à tout le moins pitié des entants, qui ne sont pas responsables de la situation. Je vous prie de faire connaître notre situation aux Français, dont la Grèce connaît les sentiments généreux ». Paris, 28 janvier : La commission des affaires étrangères dé laChambre a délégué trois de ses membres à Salonique en vue de procéder à une enquête. EN ROUMANIE Berlin, 30 janvier : l/es journaux annoncent que des zeppelins croisent sans cesse au-dessus do Uai-late et lamoen* des bombes du plus .gros calibre sur la ville; ils en ont jeté pjus îo trente certains jouira. DÉPÊCHESJHVERSES Paris, 30 janvier : Il est vraisemblable que la classe de 1918 fiera encore appelée sous les drapeaux dans le courant du printemps de 1917. Le ministre de l'instruction publique a déjà pris des mesures pour que les universitaires puissent passer leur examen de sortie avant d'être enrôle®. * * * ; Paris, 30> janvier : ! A l'occasion de, la nomination du; géanéral Gudllepnin en qualité de directeur de llaivia-tion française, la presse espère que les Français vont reconquérir la suprématie dans les airs que les aviateur&T allemands laur ont enlevée. * * * Pans, 30 janvier : L\,Œuivre" demande que la production dlu matériel de guerre soit activée.. L'Allama. gne a prouvé combien de vici humaines 'arfflleria pouvait épargne* * * Paris. 29 janvier : Au cours des dernières séances secrètes, la Chambre a discuté la question grecque, les efforts faits par laFranceèt ceux faits par les Alliés, ainsi que la nouvelle répartition des forces françaises et anglaises sur le front à l'Ouest. Le gouvernement a donné des explications précises sur l'importance des effectifs anglais récemment débarqués en .France et sur l'extension que le gouver nement britanniqué a promis formellement de donner à ses efforts militaires. La Chambre a également discuté la question de l'expédition de Salonique, qui sera maintenue dans son entier. * * * Pans, 30 janvier,: À la Chambre, le dépulé/ Ossole, rapporteur de la proposition die revision des réformés, a déclaré que la question des effectifs devait être traitée do commua accord entre tous les Alliés. On no devait pas avoir peur de dire que la France a support© des sacrifices qui oenit conduit le pays à ■ l'epuisement. A présent, on ne doit connaître qu'un seul intérêt, oelui de ne pas laisser s'affaiblir la France seule. M. Ossole a écrit dians le même sens au ,,Matin". Dans le ,,Journal", M* Pâté se ; range à son avis. * * * Paris, 30 janvier : Tous les canaux, des environs de Paris sont, fermés par. la glace. La navigation intérieure et la transport des cliarbons par ia Seine ont dlû. être suspendus. Les forgerons parisigns menacent do fermer leurs ateliers par suite du manque de charbopj. ♦ * * Bâle, 23 janvier : Les ,,'Baslèr Naohrichten" écrivent : — Nous basant sur des informations dignes de foi, nous sommes en mesure dto publier les détails suivants relatifs au&c pour- | parlers qui ont eu lieu entre la Russie, l'Angleterre et la France au sujet du par- | tage de la Turquie : Les négociations ont tout d'abordi porté sur les Dat-dancilles. Au printemps 1915; la, France et l'Angleterre ont accepté que la Russie s'attribue lia ville de Cens tan tinople et la rive européenne de \a, mer de Marmara et des Dardanelles jusqu'à la li-^ne Enos-Midia. Elles on:, en outre, accordé à la Russie les îles d'Imbros et) de Tenedlos, ■ les îles de la nier Marmara et, du côté de l'Asie-Mineure, les presqu'îles bornées par la mer Noire, le Bosphore et le golfe d'Ismidi, d'une part, et, vers l'est, par le fleuve de Sakaria, d'autre part. Pour faire contrepoids la domination russe dans les Détroits, l'Angleterre a occupé les îles de Samjothraee et die Leinnos. Les pourparlers ont été ensuite étendus par la, Russie et les Puissances occidentales a toute l'Asia-Mineara et les aceorus suivants ont été conclus : Les viîayets asiatiques do Trci izonvle et du Eaii&staj. apt, r tiendront à la Russie; 1 la Syrie avec Aadàna et Morsina et le llin-terland septentrional jusqu'à Siwas eu Khar-pufc àpp^ntkndront à la France et la Mésopotamie à l'Angleterre. Le reste cia l'Ânato-!ie et de 1-'Asie-Mineure sera partagé en sphères d'intérêts anglaise et française. Quant Y la Palestine, elle serait! internationaliisée et l'Arabie proprement dite, avec les autres parties de la Turquie d'Asie habitée par des Arabe?, y compris les Lieux Saints, seraient. réunis on Etat dlist'inct sous la suzeraineté anglaise et française." * * * Berlin, 30 janvier : Certains journaux prétendent que les Germano-Suisses de -Bâle, de Berne j de Glarus et de Zurich ont demandé au Conseil fédéra1 d'interdire l'exportation de projectiles et de pièces détachées pour projectiles, afin de contribuer ainsi à mettre fin à la guerre. ♦ * * Berlin, 31 janvier : On mande de Lugano à la „ Gazette de Yoss" : — D'après l\,Italia", on attend avec impatience à Rome les résultats de la Conférence concernant la question du charbon. En France, plusieurs fabriques de matériel de guerre chôment à cause du manque de combustible. En Italie, la situation est plus grave encore. En Angleterre, des cargaisons entières de charbon pe peuvent! ôtre expédiées par suite du manque de navires. Le tonnage disponible vient encore cie diminuer, le trafic maritime norvégien ayant aussi été réduit. . * * Madricli, 30 janvier : Le comte Romanones a déclaré aux journalistes que les premiers résultats de l'enquête dbnnent l'impression qui'aucun attentat n'a été dirigé contr.e le Rfc>i. * . * * Madrid, 30 janvier : A la Chambre, au cours de l'allocution que M« Yillanuova a prononcée en prenant possession du fauteuil prcsidienti'el, il a déclaré : — Nous devons envisager l'heure da la paix et préparer les décisions qu'il scr\a nécessaire de prendre à ce moment. Dans l'entretemps, nous devons respecter les droits do ceux qui combattent pour vider leur querelle, mais nous souhaitons et nous désirons que la paix: arrive le plus vite possible."* * * Paris, 28 janvier : On annonce de Madrid ;\ l'édition parisienne du " New-York. Herald » ; . — Il résulte dos discours prononcés par le comte' Romanones et par M. Dato que l'Espagne désire j ouer un rôle important dans les négociations do paix. On estime que ces discours ont été approuvés au préalable par le Roi et par les chefs des partis politiques. Alphonse XIII désire couronner son œuvre humanitaire en contribuant à mettre fin à l'effusion de sang; toutefois, il a mis ses ministres en garde contre les dangers d'une intervention prématurée. Toutes les personnalités espagnoles influentes travaillent avec leur souverain pour que le futur traité de paix soit signé à Madrid. * « * "Londres, 3o janvier : D'aiprès le ,,Daily Mail", lord Bt'aonidJa, membre du Calyi.net, a déclaré dans une r 'u-nion tenue à New port- : — Le gouvernement a le droit absolu de mettre au service du pays, non seulement les hommes aptes au service, mais aussi l'ensemble de la fortune publique et tous!e3 les propriétés du pays. Il a ajouté qjufil ne croyait toutefois pas cgu'il fût déjà nécessaire de recourir à pareille mesure. • ? * Londres, 30 janvier : A la conférence maritime qui s'est réunie à l'Amirauté en vue de sa mettre d'accorc. j sur la politique à suivre par les Alliés I àans la Méditerranée, ont assisté: sir Edward Carson, garnirai Jqllicoè, le oomano-lora Balsqy, le vice-amiral sir Henri Oliver, pour l'Angleterre; l'amiral Lacaze, ministre de la marine, le chef die l'état- ' ma;or de l'Amirauté Bon, le contre-anrral Fafcou eti 1 attaché maritime de Lostende )our la France; le minisiro de la marine Corsi, le contre-afniral Marzolo et l'attaché nilitaire Yillarey pour l'Italie. Etaient pré-sauts, on outre, le général Dali' Olio, minis- , ire italien des munitions; M. de .Kely, di- : 'ecteur de la navigation française; M. An-ïona, sous-secrétairo d'Etat italien des transports. La conférence a été ouverte par une illocution de M. Lloyd George, qui a ex-x>se aux délégués le plan d'une collabora-ion plus étroite et plus efficace djes flottes t ilbces dians la Méditerranée. ♦ * * Londres, 30 janvier : ' Le Parlement sera ouvert par le Roi mercredi 7 février, à 10 h. 1/2 du matin. 1 * * * Berlin, 31 janvier : Le correspondant à Amsterdam de la ,Gazette de Voss" écrit : — Mon correspondant londonien annonce l'a source sérieuse que les Puissances do 'Entente cherchent à centraliser la conduite :'e la guerre. Lloyd George s'efforce, avec me énergie infatigable, de prendre les mesures nécessaires à assurer le plus vite pos-jib'e les exigences du chef de l'état-major ;t il est ainsi arrive à obtenir on France ît an Italie des réorganisations qui semblaient impossibles auparavant. Il n'y a qu'en Russie qu'ara lieu d'avancer on rer iuie. En Angleterre comme en France, tous es hommes compétents reconnaissent que es efforts faite par les deux pays sont arrivés à leur maximum et, dans ces oondi-ions, la guerre ne saurait plus ôtre da longue durée. Les milieux responsables paraissent avoir la même conviction." * * ♦ Londres, 30 janvier : Le commandant aviateur Francq Gooden î, fait dimanche une chute moitelle. C'était un des meilleurs aviateurs de l'armée anglaise-* * * Londres, 30 janvier : Les journaux annoncent que le gouvernement demande d'urgence 20,0j00 femmes pour travailler dans les fabriques de munitions; biles lece'vront; de 27 à 30 sheilinga par wmaine. * * « Londres, 30 janvier : Le Congrès du Parti ouvrier réuni a Manchester a voté à l'unanimité une résolution désapprouvant l'enrôlement des ouvriers de couleur en Angleterre. 11 a éga^ment voté une résolution, déposée par M. Snov/den, par laquelle il adhère à la déclaration des socialistes français protestant contre la guerre économique ■ après la guerre et réclamant la liberté commerciale générale à rencontre des décisions de la Conférence économique de Paris. , M.Purdy a été nomme président, M. Arthur Henderson, secrétaire, et M. Ramsay Mac Donald, trésorier du Parti. t- + * Londres, 30 janvier : . Contrairement à là déclaration] faite par M. Hendersen, le contrôleur de l'alimenta-■ion, affirme que la population ne sera,pas rationnée. D'autre part, les journaux anglais annoncent que le système des cartes sera établi t bref dés ai pour certains produits alimentaire et qu'un plan a_d)ô];\ été élaboré à :e sujet. L'oublieux permissionnaire De M. Louis Marsolleau, du ,,Figaro", cette jolie aneodote : „ .... La scène s est passée dans une tamil'o parisienne, une de ces maisons de bourgeoisie aisire, où sans jeter 1 argent par les £&• nêtre^, on a coutume — en temps normal --de ne se priver de nen et de mener non la grande vie ce château, mais la bonne vie d'appartement. . __ . , Avant-hier on attendait Henri, le tils unique venant en permission de sept jours. Henri est sur le • front depuis août 1014. Parti petit bleu, il est maintenant sergent et a la croix de guerre avec i.aime et la médaille militaire- h a „fait \ eroiun et li Somme, et „passé à travers comme: on dit. Pas tout à l'ait, toutefois, car tuu't de m ine il a perdu le petit doigt de la main droite, enlevé par une baLe au moment qu ii ic-vait le bras dans un geste de commande-mène à ses hommes. ,,Mais comme il écrivait dans une do ses jet.'res ^ quelle veiue que ce "soit a la m;tin droite ! A la main gaucho cola m aurait gfilo pour mon stradivarius !" Car il joue gentim ut du violon. Tel est l'enfant. Comme, natiurollement, son train de permissionnaires avait quelques heures de ic-tairl, il n'est arrivé à Paris qu'en pil.inn nuit, a gagné le domicile familial à tâtons et a trouvé couchés ses parents qui ne l*es paraient plus ce jour-là, après l'avoir attendu vainement à la gare du Nord. Le lendemain, sitôt debout, il a demandé à sa mère d'un air plutôt déçu : — Qu'est-ce donc que ce chocolat qu'on m'a apporté ce matin i C'est une liorrear ! — C'est du chocolat à l'eau, mon en> fant : le lait est rare à présent et on f it le chocolat à l eau. Ah-!... Ma'.s vous n'avez donc plus Catherine ? C'est une vieille mère Tant-Pis qui m'a réveillé. — Catherine nous a qui'U/» pour ail r tourner des obus. Nous avons pris une femme de ménage. On ne trouve plus de bonnes. Au déjeuner. le jeune Henri ne manaua pas de grogner légèrement. Il y avait deo moules, mais d'une petitesse telle qu'elles en devenaient presque inappréciables. — Ce sont des moule# de Boulogne ! dit le père; on n'en vend plus d'autres. Dans la journée, comme il était allé voir une petite amie donl; ^1 avait fait la. coni-nais^ance lors de sa dernière permission, la concierge de celte uersonno lui annonça que Mlle Jeanne travaillait dans une maison de couture à des gants électriques pour aviateurs. Au dîner comme il s'asseyait à table, assez. maussade, il protesta r — Mais on iï'y voit paa clair, ici ! C'esb a nuit ! Alors ses parents lui expliquèrent qu'on 'aisait des economiies sur l'électricité et pi'on avaiit supprime de la suspension deux ampas sur trois. Après le cafr, il désira sortir et alJer 'aire un tour de boulevard ; mais il ren-ra, peu après, exaspéra et s'insurgea : — C'est dégoûtant ! On n'y voit gout'e! 3n patauge dans les trous dFean. Et qua<it lux tiac^'s, quand j'ai voulu revenir, j en ai >ieni vu «jiuii ont manqué de m'éeraser, mais >as un seul qui ait voulu me prendra ! Et il s'indigna tout de bon : — Mais enfin, qnelle vie* menez-vous ici ! C'est à ne plus Ci cher les piecte à iParis ! ^ Alors, sa mère, d'un ton de reproche sin-•ère — et très sérieusement — à ce grand ;arçion dont la varuuso s'ornait du rul>aai aune et vert et du ruban vert et rouge, iéclara : — Henri ! Vraiment ! tu n'as, pas l'air ie te douter que c'est, la guerre !... SUR MER Bergen, 30 janvier : La"Sjoeffalirts Tidende» apprend que l e va peu r « liai 1 b j er g », de Bergen, a q u i 11 é New-York il y a quelque temps, chargé le colis postaux expédies à Bordeaux. Depuis son départ, on était sans nouvelles lu navire. Aujourd'hui, le capitaine télégraphie de Vandrup que son vapeur a été :oulé le 4 décembre, par 26° de longitude Duest, et que l'équipé été sauve. Le journal norvégien estime qu'il n'est pas invraisemblable que le «Hallbjerg» lit été coulé dans l'océan Atlantique au : ours de la dernière croisière du nouveau Môxve » »et, que son équipage ait été imené le 31 décembre à Swinemùnde par !c vapeur » Yarrowdale», capturé par les allemands. Marstal (Danemark), 30 janvier : Le brick " Vega -, de Copenhague, qui transportait de la poix d'Angleterre en France, a été coulé ie "24 janvier par un •ous-marin allemand. L'. qui page a été débarqué sur la côte du Morbihan. La Corogne, 30 janvier : Les équipages des vapeurs coulés » Je-nngton » (anglais) et « Donstadt » et FuJton » (norvégiens) ont été débarqués i La Corogne. Christiania, 30 janvier : La vapeur ^Falton'» a ét5 coulé auîa-^o ies côtes septentrionales de l'Espagne jxir ni sous-marin allemand. L'équipage a 0t.> jauvé. Berne, 31 ;anvier : L'Agencia Americana annonce que la lé-.i.'ition d Angietarie à Rio-de-Janeiro a été i visée que le croiseur auxiliaire allemand lui opère dans l'océan Atlantique agit de commun accord avec des sous-marins a'.le-nands. r Londres, 30 janvier : Lloydis annonce que le vapeur ,,Argo'J, le Ilaug'esund, a sauté; 9 hommes de l'équi-"jaga ont été sauvés, 9 autres auraient péri. Londres, 31 janvier : L'Amirauté britannique annonce qu'il résulte des constatations faites, que le croiseur-auxiliaire ,,Laurentie" a été coulé par une mine et non par un sous-marin. D'autre part, l'Agence Reuter apprend! ie Belfast : — Le ,,Laurentie" s'est échoué vendredi à. la oôtio septentrionale do l'Irlande, peu r-près avoir touché une mine. Il avait à L>ord 455 hommes, dont une soixantaine ont péri. L'0xj>.Losion de la mine a fait un .ranû tiou d'ans la carène. Un grandi nombre d'hon^mes ont été tués sur le coup. Grâce à 1 excellente discipline qui a rogné parmi l'équipage, beaucoup dr'hommes projetés dans la mer ont pu être sauvés. Lete rescapés ont so*uffert du grand froid. Jusqu'à présent, une centaine de cadavres ge-;âs ont échoué sur la côte. Londres, 30 janvier : Lloyds annonce que le chalutier à vapeur anglais ,,Alexandra" et la goéHettfii danoise ,,\rega" ont été couilés le 24 janvier.Londres1, 30 janvier : Lloyds annonce qu'il est probable que ie vapeur portugais „For do Douro'' a été coulé. Milan, 31 janvier : Le „Corriere deilla Sera/' appa-eindi d!e Savone : Cl — Pendîant la nuit du 22 janvier, dîeutx vapeurs anglais sont entrés en collision à i2 mi'lles marins du cap Mele. A 7 heures1, le vapeur ,,N"orinann Mcmark''' avait quitté Savone aprèisi avoir d^xhaigii aa cargaison do charbon. Le steamer „Phry-gïa", venant en sens inverse et n'ayant j)as lancé de signaux, le „Normann Mo-nark" a donné à toute vapeur dans sa proue. Les remorqueurs envoyés sur les lieus n'ont rien trouvé. Le sort du ,,Norinann Mionark" n'esft pas connu. Le vapeur .,Pihrygia" est arrivé à Savone avec neuf morts et neuf blessés. Manchester, 30 janvier : ; Le Manchester Guardian'7 écrit : —. Si l'on tient compte des navires que i Angleterra a perdus en décembre dernieT, i i se pourrait (jue ces pertes at teignent cinq i illions die tonnes an cours de l'année 1917. Li tonnage total habituellement assigné à la flotte marchande anglaise est de 20 mil-;i r.s de tonnes, mais les navires qui peu. vont servir au commerce d'outre-mer ne représentent qu'une partie dia .ee tonnage et i .imiraudé an a réquisitionné, d'autre part, un 1res fort pourcentage pour son usage. Dans ces- conditions!, si l'Angletarre con-î nu ait à perdre tous les mois autant dena-•.iros qu'elle "en a x>Grdlus en décembre, elle ordrait en un an la moitié c'e la - -flotte !nai*êha.n<îo servant au commerce extérieur. Erfe conséquence, il faut que l'Angleterre construise, en 1017, 2 ^ ^ mii'lions da tonnes «se nouveauLX navires; si elle u'y arrive pas, elle est eu danger. En terminant, le ..Manchester Guardlian" estime qu il est indispensable _ que le Parlement s'ocv>u]>o de cette question. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués des Puissances Centrale! Berlin, 31 janvier. — Ofi'icieH d'à ce midi Théâtre do la guerre à l'Ouest»1. La forte gelée et les chutes de nejge oi limpjté les opérations. A la frontière de la Lorraine, près c Leintirey, le duel d artillerie est devenu vi lent à partir do midi. Le soir, lea Frai rais ont attaqué une partie de nos pos lions; ils ont été repousses. Théâtre de la guerre à l'Est. Front du feldmaréchal prince LéopoLd c Bavière : Sur la rive orientale de l'Aa, nos troi pes ont- pris d assaut une position fore tère russe et, s'y maintenant., ont refpous* plusieurs fortes eontro-a.ttaques. Nous avor tait, prisonniers 10 officiers et plus de 91 nommes et nousi nous sommes emparas c 19 mitrailleuses. Front du général-colonel archiduc J< s eph : Aprèd une violente canonnad'ei, les Rui ses» ont attaqué à différentes reprises ni positions établies au sud de la rourtp c Va le - Putna. Deux fortes attaques oa échoué ; au cours du troisième assaut, u détachement russe a réussi à pénétrer dar un de nos points d'appui. Armées du feldmaréchal von Mackonsen Près du Danube, de forts détachemen de reconnaissance ennemis nous ont aittt que; ils ont étié repoussés par les piosu ottomans. Front macédonien. Des éclaireurs allemands ont ramené juli sieurs prisonniers italiens d''un raidi effe tué dans la boucle de la Ozerna. * * 4e Berlin, 31 janvier. — Officiel d'hier soij A 1 Ouest, combats de tranchées, comn L"i l'ordinaire. A 1 Est, le long de l'Aa, noi veauix combatsi, teiimmés à. notre avantage * * * Berlin, 30 janvier. — Officiel : Hier, les Français ont encore vainemei renouvelé lears tentatives faites pour r conquérir les .tranchées qu'ils ont perdu sur la hauteur 304, qui domine la valb d1 Bsnes et ses importantes voies die coi: munication. Après une violente caaonnad nous avons remarqué à 5 heures que 1 Français se préparaient à attaquer. L® vi lent feu do notre artillerie a enrayé cet attaque. A 7 heures, les Français ont < nouveau essayé d attaquer; ils ont été tr< tacitement repoussés. Une troisième att que, prononcée à 7 h. 45, a subi le m£*n sort. La nuit a été calme. _ * Sur lo front russe, lo froid rigoureux -il gèle à 20 degrés sous zéro _ dans ce tains secteurs — entrave les opérations. En Roumanie, un froid rigoureux $év aussi deipuis quelques jours; il est] accoi pagne de violentes tempères de neige. » * * Berlin, 30 janvier. — Officiel' : Dans le courant du mois de décembr 152 navires marchands ennemis d'un to uage total de 329,000 tonnes ont été coul par suite des mesures militaires des Pui sanœs centrales. A ce total, PAngleter participait pour 240,000 tonnes. En outr G5 bâtiments de commerce neutres, repi sentant un jaugeage de 80,500 tonnes, o été coulés pour cause fia transport de co trebande destinée à l'ennemii. Le résuit total se olidffre donc, pour décembre, p 415,500 tonnes. Depuis le commencement de la guerre, commeice ennemi a perdu, par suite d mesures militaires des Puissances centrak un jaugeage de 4,031,500 tonnes, y compr les pertes causées par la guerre mais sign lées seulement dans le courant de l'année De ce total, 3,069,000 > tonnes a^partenaie à l'Angleterre. Ce chiffre représente a p-près 15 p.* c. du tonnage t:tal dont l'A gletene disposait au début de la guerre. Pendant la même période, 401 navir neutres représentant 537,500 tonnes de j^ geage, ont été soit coulés par les fore navales des Puissances centrales pour eau de transport die aanwébande, soit captur et déclarés de bonne prise. * * * Yienn'e, 31 janvier.— Officiel cle ce mid Théâtre de la guerre à l'Est. Armées du feldmaréchal von Maokensen Près du confluent de la Sereth, des tro pes ottomanes ont repoussé de fortes tro pes de reconnaissance russes. Front eu général-colonel archiduc Josepl Dans le secteur deMlestecanesci, les Ru ses ont renouvelé leurs attaques. Deux < leurs assauts ont été nettement repoussé au cours du troisième, nous avons per( un point d'a^ppui au sud de la route < Vale-Putna. Armées da feldmaréchal prince Léopo de Bavière : Au sud dit Pripjat, pas d'événemen spéciaux à signaler. Théâtres de la guerre italien et sud-est La situation est inchangée. ♦ ♦ * Sofia, 30 janvier,. — Officiel du grai état-ma/or : Front macédonien' : Dans quelques seetburs seulement!, fait canonnade, sauf dans les secteurs sjitués i nordk)uest d'e Monastir. Dans la région' de la Moglena et- dans vallée du Varoar, fusillades et actions is lées dfes mitrailleuses et dès lancehmmes. Au sud de Serres, engagements entre I trouilles. Front roumain : Rien d'essentiel à signaler. * * * Coastantinople, 30 janvier. Oîfioiel grandi quartier général : Nos vaillants détachements de redonna sauce, sortant die notre position de Fei hie, ont pénétré jusqu'à la deuxième lig d'obstacle en fil de fer barbelé de l'cnnen ils ont détruit mie partie de ces obistac et une ligne téléphonique de l'ennomi. Au couis de la coni'i-e-attaque,. que ne ) avons prononcée le 25 janvier,, nous nie sommes emparés de 3 mitrailleuses et da 12 fusils automatiques. . Dans la nuit du 29 janvier, violente canonnade et fusillade réciproques au sud du Tigre. il Le 29 janvier, dans la matinée,, l'ennemi a dirigé un violent feu d'artillerie corn ira 0 notre position de Felahie; nous avrns effi-cacement r^pond^i à ce feu. Quelques t'ai-E' bles tentatives d'attaques ennemies n'ont l~ pas réussi à se développer. Sur le front persan, nous avons pénétré dans Diz Abad. Notre cavalerie continue à !e poLjrsudvre l'ennemi, qui se retire de Devint Abad'. Niotire cavalerie a.pproclie de .Sultan ^ Akad. bur le front en1 Galicie, le 28 janvier, les ^ ILusses ont prononcé une série d!'attaques, au moyen de forces supéi'ieujres, oontue Les ^ positions do notre XiVe corps. Ces attaques e <>nt été repoussées et l'ennemi a subi die fortes pertes. Lefc Russes n'ont pu se mainv-tenir que dans une petite partie die notre position, nous les en avons ensuite rejstrès par notre contre-attaque qui nous a con-duifcs juwju'à la deuxième ligne de l'ennemi, s Vers le sio.ir, nos troupes se sont retirées par ordre dans leurs anciennes positions e* it ont i amené 13 prisonniers. 11 Sur les autres from'.s, pas d'événements s importants à signaler. • Communiqués des armées alliées L~ Paris, 30 janvier. — Officiel de 3 heuresîi Sur la rive gauche de la Meuse, une attaque à la grenade, dirigée sur une de noa tranchées dans la région de la côte 30&, a ^ été brisée par notre feu, sans aucun autre 3~ résultat que des pertes pour l'ennemi. Au nord de Badonvillers, un coup de main ennemi a échoué. Nous avons fart des .pri-sonniiers.»o En Hautes Alsace, nos batteries se sont k- montrées actives dans la région à l'est de Seppois1. Canonnade intermittente sur le reste du front. it > Pans, 30 janvier-r—Officiel de ,11 heures». :S Entre Soissons et Reims, nous avons aria rcté net par notie i'eu deux tentative» -de i- coups do main; l'un dans le secteur de a, Soupir, l'autre dans la région de Beaulnfi. :s Actions d'ar^llerie aissez vivps eu Lion->- raine et sur quelques sacteur& des Vosges, to Canonnade intonmittento sur le reste du le front. # & . * * * PanS, 31 janvier. — OfCiciel du minis-ie 1ère de la marine : La paquebot ,,Amiral Magon", apparto-— nant aux Chargeuis Réunis, qui transpor-r- tait 900 hommes de troupes dans les environs de Salonique et qui était convoyé par it le contre-for,pilleur ,,Arc", a été torpillé le 25 janvier par un sous-marin ennemi. Le périscope du submersible a seulement été aperçu lorsque la torpille était déjà lancée. L'„Amiral Magon" a coulé au bout de g, dix minutes. Cent et neuf hommes ont été [i- sauvés, au moyen de sept canots, par le §s contre-T,orpilleur ,,Arc" et par le contre». s- torpilleur ,,Bombarde", qui patrouillait à ce proximité et qui s'est rendu rapidement sur C) les lieux. é! Le commandant et l'équipage de l',,Ami-ral Magon", ainsi que les troupes trans-2_ portées, ont conservé une excellente attiré tud'i. L'état-major et l'équipage de 1',,Arc" lr ont donne des preuves du plus grand esprit . de sacrifice. Malgré le mauvais temps, 10 les marins se sont] lancés, à différentes re-Qs prises, dans les flots pour secourir les naui-g3 fragés et les hisser à bord des canots. La is plupart des victimes ont été tuées sur le a_ coup de l'explosion de la torpille. ♦ 9k * al Londres, 29 janvier. — Officiel du soir : in Nofls avons attaqué ies lignes ennemies a- établies au nord-est do Vermelles, bombardé des abris et infligé do fortes pertes es aux Allemands. u- Au nord-est d'Armentières, nous avons es pénétré dans les positions ennemies, et se nous nous sommes avancés jusqu'à la troi-és sième ligne allemande. Nous avons détruit des abris et ceux qui les occupaient, tuéde nombreuxAllemandsdansles tran-i. chées et fait quelques prisonniers. L'artillerie a été très active au nord do la Somme et dans le secteur d'Ypres, où : nous avons provoqué un grand incendie lu- dans les tranchées allemandes, ci- Notre artillerie de gros calibre a été active au nord de l'Ancre et contre le quartier général établi à Lens. : Au cours de quelques combats aériens, ?" nos avions ont opéré efficacement. Un avion allemand a été détruit et un des ?> nôtres manque à l'appel. * « ~c Romci, 30 janvier. — Officiel ctui grand , v quartier général : Sur le front du Trentin, activité hâta . tuelle de l'ariillorie. Sur le front des Alpes Juliennes, l'enna-mi a tenté de peùts coups de main_ contra nos lignes établies dans la région situ'» aa Bud-e-'t de Gorz et sur le Karst; apr£» courts mais violents combats, il a ét^ re-^ poussé par3ouit et a laisse quelques prisait, uiers entre nos mains. le Dépêches Diverses lu , La Haye, 30 janvier : Le gouvernement a djemandé à la •sco'nâé °" Chambre, pour le premier semestre de 1^17, un crédit extraordinaire de 313 millions dfl a" florins i>our la marine. * * La Haye, 30 janvier : On communique au Bureau des correÉ-pondanees que la direction de la Compas lu gnie néerlandaise des pétroles, propriétaire de terrains pétrolifères en^ Eioumaniie, a Is- l'intention dio réclamer des indemnités aux a- gouvernements de l'Entente pour les d»-ne gâts causés à sas installations. La Coitt-id; pagnie espère que les Alliés prendront «M lQ5 exigences en considération1, us La Ilaye, 30 janvier": us La seconde Chambre a voté par o4 voaîfl

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods