La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

1185 0
04 September 1915
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1915, 04 September. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Seen on 14 August 2022, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/w950g3jp0f/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA BELGIQUE ADMINISTRATION ET RÉDACTION JOURNAL QUOTIDIEN [ Petites annonces. . . j . \ Ta ligne, fr. Ô.40 Si, Montag-ne-aux-HerTbes-lPotaffères, BRUXELLES ' * Réclame avant les annonces . - i.oo bureaux : de 9 à 17 heures ANNONCES t Corps du journal _ 4.00 , ^ | Faits divers — 8.00 Jos. MORESSÉE. d.recteur . ILE NUMERO g 1G CENTIMES ^ l Nécrologie 2.oo LA GUERRE 397® jour de guerre La section occidentale de la ceinture fortifiée extérieure de Grodno est tombée le 1er septembre au pouvoir des Allemands, qui se sont ensuite emparés des forte 4 et 4a. Il est donc logique de ne plus escompter désormais une bien longue résistance de la forteresse, de l'éventuelle reddition do laquelle nous avons hier analysé les conséquences1.En môme temps qu'ils ont activé lea opérations du siège de Grodno, les Allemands ont accentué leur avance à l'est de la ligne .Grodno-Bialystock. Ils y ont dépassé, au sudrest d'Odelsk, le petit affluent du Niémen dénommé la Swilotsch et se dirigent vers le nord: de WoLkowysk. Entre Wolkô- Vysk et Prushany, l'armée du prince de oBavïère, sortie de la grande forêt de ;Bia-iowieska, a forcé le passage de la Jasiolda et s'engage à la- suite des Russes dans une vaste région marécageuse. A l'est de Ko-bryn, les Austro-Allemands ont dépassé la Muchawioc sur tout le front et paraissent j vouloir ^'avancer "le long du chemin do fer Brestnlictowsk-Pinsk. Oes indications établissent le recul continu vers l'est des armées russes du contre ; d'autre part, les dernières dépêches ne modifient pas la ligne de bataille des divisions qui combattent dans le nord, sur la Dwina, la Swonta et la Wili'ja. Effiles signalent, par contre, les mouvements' de recul assez étendus imposés aux armées russes du sud par l'offensive que les Austro-Allemands prononcent dans le sud de la Wolhynie et l'est de la Galicie. D'une part, l'armée von Puhalla gagne du terrain sur la rive orientale de la Stsyr, en amont de Luzk, et se rapproche ainsi de la ligne Dubno-Rowno ; de l'autre, lefcs armées austro-allemandes développent la pression qu'elles exercent depuis quelques jours dans l'est galicien en vue de forcer les Russes à évacuer (complètement le territoire de l'Autriche. Dans la région des sources de la Styr, l'armée von Bohm-Ermoili, qui s'avance le long du chemin de fer Lemberg-Eo"wmo, a occupé Brody et a pénétré ensuite en Russie à l'est de cette ville. De leur côté, des rloi Vprméfl von Bothmer ont re- ) poussé les Euisses vers la ligne Zaloeze-Tarnopol, sur le cours supérieur de la Se-p reth, tandis que l'armée Pflanzer-Baltin les i a obligés d'évacuer jusqu'au Dniester le secteur compris entre la Sjtrypa et la Se-reth.A l'heure actuelle, les Busses n'occupent plus en Galicie qu'une bande de terraii longue d'environ 120 kilomètres et large d< 40. Le fait qu'au delà de leur frontière il incendient de nombreux villages, semble in diquer qu'ils ne songent pas à en dispute: âprement la possession et qu'ils se dispo sent plutôt à entamer l'ample retraite don nous avons hier examiné l'éventualité. «r • * Sur le front dans l'Ouest, les Allemands en désaccord avec les Français, ont an noneé hier qu'une contre-offensive leur î permis 4e se réinstaller dans les "Vosges au nord de Munster, sur la crête du Lin gekopf et du Barrenkopf. Sur le front austro-italien, les hostilités suivent leur cours habituel. C'est dir< qu'elles restent localisées sur les hauts plateaux du Tyrol, du Trentin et de la Ca rint-hîe, et qu'elles ne sont guère actives non plus sur l'Isonzo. A noter cependant que Borne signale depuis deux jours, sui le Karst, d'importants mouvements de troupes que les Autrichiens cherchent £ dissimuler. En présence do l'intérêt persistant qui s'attache aux opérations militaires dans les Dardanelles, nous publions aujourd'hui une f carte en relief qui intéressera nos lecteurs. La vallée d'Anafortà, fréquemment! citée par les derniers communiqués, ne s'y trouve pas indiquée : disons, pour suppléer à cette lacune, qu'elle s'étend sur une douzaine de kilomètres au sud-est de la baie cb Suwla. Embarquement de blessés Neuf heures du matin, aux environs de Paris. Le long d'un quai bien connu jadis des amateurs de pleine eau, à l'ombre des platanes, une dizaine de badauds, quelques paysannes et trois bicyclistes contemplent des groupes d'infirmiers anglais en costume khakij des „nurses" recouvertes du grand manteau d'uniforme, des boys en bras de chemise, des tommies la pipe au bec, quelques majors en uniforme. Les badauds semblent impatients, les Anglais sont calmes.Reliées au quai par de larges passerelles, dorment six péniches accolées deux par deux ; en haut des mâts claquent les drapeaux blaiacs de la Convention de Genève. Au fil de l'eau, frôlant les bateaux clairs, passent de lourds chalands, remplis do sable, de ciment, de pierres ou de briques. Slar la berge, un peintre a dressé son petit chevalet de campagne et „pdge" le motif ; à droite, à gauche, des pêcheurs à la ligne taquinent le goujon. Plus loin l'île de Croissy avec sa silhouette d'arbres magnifiques qu'estompent des vapeurs mauves trouées de fusées de soleil d'or ; à l'horizon des lointains bleus comme des fonds de paysage à la Vinci... un &ite délicieux sous le ciel tendre de l'Ile-de-France... Officiers, tommies, mur ses et badauds consultent leurs montres et interro- font la route, là-bas, du côté de Rueil. Un ot de poussière, des coups de sirène,., et trois autos s'arrêtent, trois autos ,yBritish Red-Cross". La manœuvre commence et les infirmiers s'empressent à descendre les bles- - eés. En un rien do temps les brancards décrochés sont portés à bout de bras sur hmq des péniches-. Ces blessés avivent de ; Versailles, ils sont revêtus d'habits solides et propres ; à l'une des boutonnières pend, 'très apparente, la pancarte où sont indi-. qués non seulement leur état civil mais encore la nature de leurs blessures et les t-, soins à leur rendre. En quelques) secondes, ) ils passent de l'automobile aux couchettes > préparées dans les péniches. Cela se fait ■f soigneusement, rapidement, silencieusement. f C'est ici le port d'embarquement d'où les hlesséa anglais, traités au Trianon Palace en voie de convalescence, sont expédiés à Rouen, où ces péniches les transporte- - ront, en attendant leur évacuation sur les formations sanitaires d'Angleterre. Un ami, dont la villa fleurie se dresse lovant ce port improvisé, a bien voulu n°us prévenir, ot nous pouvons, grâce! à lui, assister à la manœuvre. ÏVmdi3 que nous admirons la promptitude, l'adresse, les soins calculés avec lesquels ces hommes sont ,,arrimés" sur leur ïihospital barge", le capitaine anglais commandant le détachement nous invite à visi-| ses bateaux. | % C'est merveilleux de confort et d'ingiénio-sito. Çfes infirmiers discrets, ces nurses qyi pas feutrés vo#t do l'un à l'autre, s'in- formant, s'inquiétant, donnant un conseil, faisant recoucher oelui-oi, retapant l'oreiller de celui-là, ces groupes de soldats jeunes et énergiques, qui, la tête bandée, le bras en éçharpe ou la jambe étendue, fument leur pipe en contemplant le paysage radieux ; ces silencieux dont les yeux clairs regardent si directement, inspirent immédiatement la sympathie. Le capitaine, justement fier de la tenue de ses péniches, nous faut inspecter jusque dans les plus minces détails la bonne installation de ces hôjptitaux flottants.Dès1 que leur chargement sera complet, c'est-à-dire dès que deux cents blessés auront été répartis, cinquante par cinquante, dans quatre bateaux — les deux autres étant destinés aux magasins d'approvisionnement, aux salles d'opération, aux pharmacies, à l'installation des officiers, des médecins et des nurses, — la flottille sanitaire gagnera Bouen. Elle compte partir à midi et arriver à Rouen le lendemain dans la matinée; c'est donc l'affaire de quarante-huit heures, et tous les hommes qui sont ici, ces soldats aux molletières moutarde, ces Ecossais en kilt khaki, roulés dans des tartans ou de grosses couvertures sur les genoupe, éprouvent un contentement visible, ils se sentent bien soignés et ils sont sur l'eau..., double consolation. Mais les infirmiers ont achevé d'installer les derniers arrivés. Après les1 avoir précautionneusement étendus sur les couchettes, les nurses les ont — si j'ose dire — bordés...Ces braves enfant», ceux-là mômes dont les tristes yeux cernés de bistre disaient la souffrance muette, semblent ragaillardis. Ils promènent à droite, à gauche, un regard déjà plus jbrillant,,.; et ce qu'ils voient semble fait à souhait pour les réconforter : des fleurs, de vives chromos d'origine anglaise, les portraits de leurs souverains, ceux aussi de leurs grands chefs... L'odeur du „bird's eye" national se môle à l'aigre relent du goudron; par la large baie du ,,house-boat", ils peuvent contempler l'eau qui danse en frisselis nacrés..., et les tommies se sentent ,,at home" ! SUR MER Londres, 3 septembre : Lloys mande que le vapeur ,,Savana" (1,180 tonnes) a été coulé. Dix-sept hommes de l'équipago ont été sauvés ; trois manquent. ■ * BÉPÊCHK «VERSES Paris, 1er septembre : On mande de Nisch au „Temps" : Pour exécuter la décision prise par le gouvernement, un détachement de troupes serbes est arrivé à Durazzo pour protéger le consulat serbe. Londres, 2 septembre : prix $u fromcgil sont da nouveau descendus à 45, 4(3 et 42 shellings le quarter. Le gouvernement a fait rentrer jusqu'à présent en Angleterre 524,000 tonnes de froment de l'Inde. * • « New-York, 2 septembre : Malgré l'aggravation du change sur Londres, aucun contrat de livraison n'a été rompu jusqu'à présent. Toutefois, les banquiers new-yorkais sont d'avis que si le cours de la livre sterling ne s'améliore pas, les nouvelles commandes diminueront. * ♦ * Melbourne, 2 septembre : Les souscriptions à la première tranehe de 5 millions de l'emprunt australien- de 2-0 million^ s'élèvent à 8 millions. Le gouvernement a décidé d'accepter la totalité des souscriptions. * ♦ # Londres1, 2 septembre : (M. Hirst, éditeur de l'„Eeonomi3t", a télégraphié à la ,,Tribune", de New-York,-que l'amélioration du traitement des prisonniers, les considérations émises par M. G-rey au sujet de la liberté des mers dans sa ! réponse au chancelier do l'empire cfo la modification do la guerre des sous-imarins allemands sont autant d'indices d'une diminution de la tension diplomatique. * * ♦ j Berlin, 2 septembre : On dit que le ministre des finances russe, qui va arriver à Londres, a été chargé d'insister tout spécialement auprès du gouvernement anglais en faveur d'un grand emprunt russe. M. Bark remettra au roi George une lettre autographe du Tsar. * * * Pétrograd, 2 septembre : Le général d'infanterie Januschketwitsch, chef de l'état-major du grand-duc généralissime, a été nommé auxiliaire militaire du vice-roi du Caucase. Le commandant supérieur de Parafée sur le front nord^-ouest, le générai d'infanterie ^exejeivr, a été nommé chef de l'état-major du grandi-duc généralissime. * « * Londres, 2 septembre : Les1 producteurs annoncent une nouvelle h&usse du lait ; elle est provoquée par le manque de main-d'œuvre et par l'augmentation des frais d'exploitation. * * * Paris, 2 septembre : Le lieutenant-aviateur Miçhoux est tombé d'une hauteur de 703 mètres près du Bour-get. Il a été mortellement blessé. , « K * * f. Varsovie, 2 septembre : ^ Le Comité de l'instruction publique du -, gouvernement civil de la ville a décidé do décréter immédiatement l'instruction obligatoire. On créera cette année encore quatre cents écoles primaires à Varsovie et, dans ce but, un crédit provisoire do 1 million a SOQyOCft roubles a été voté. Les nombreuses écoles juives, dites .,chedere", peuvent cou- n tinusr à exister si «elles inscrivent dans leur programme la lecture et l'écriture polonaises.f > > ' " * * ! La Haye, 2 septembre : Le gouvernement a interdit l'exportation des fila de lin et de coton, ainsi que des produits fabriqués à l'aide de ces fils et qui pourraient servir aux armées. * * * Berne, 2 septembre : Lo Conseil fédéral a décidé d'introduire quelques nouvelles unités d'infanterie dans les formations de la territoriale. * » » Milan, 2 septembre : j < On mande dP Athènes au ..Corrietre délia Sera" : I-es journaux vénizélistes publient une note officieuse suivant laquelle la Serbie aurait fait savoir à Athènes qu'elle était disposée à faire des concessions, mêlme au delà do la ligne du Vardar, mais qu'elle désirait le faire d'accord avec la Grèce. $ « • Borne, 2 septembre : Le cardinal G-aspari, secrétaire d'Etat au Vatican, a envoyé, au nom du Pape, une lettre à i'évêque d'Arras, lui exprimant la grande douleur du Saint-Père au sujet du triste état dans lequel se trouve la ville par suite do la guerre et son vif désir de soulager les souffrances des habitants. Uévoque est autorisé à transférer sa résidence à (Boulogne ou à Saint-Omer. * * » Amsterdam, 2 septembre : Un train spécial venant d'Allemagne arrivera dimanche prochain à Flessingue, amenant des prisonniers civils anglais ma-lad-s, qui partiront lundi pour l'Angleterre \ bord de la malle. * * * •Londres, 2 sep'tembre : i Les journaux anglais disent que le comte Bernstorff, au nom du gouvernement allemand, a déclaré à M. Lansing, secrétaire d'Etat américain, ce qui suit : —- Des vapeurs transportant des passagers ne seront jias coulés par nos sous-marins sans avertissement préalable ot avant que les non-combaSbants aient eu l'occasion de se sauiver, à condition, bien entendu, que cos navires ne cherchent pas à s'échapper ou à opposer de la résistance." Jje comte Bernstorff a ajouté : - —« B7eai que je sache que vous ne désirez pas délibérer sur la question du ,,Luisita-nia" avant que l'incident de l'„Arabie" scié résolu de façon définitive et satisfai- • santé, j'ai voulu porter ce qui précède à votre connaissance, la ligne de conduite que mon gouvernement avait déjà précédemment décidé de suivre y étant indiquée.'' En présence de cette note, M. Lansing a déclaré qu'elle était d'une netteté telle qu'il n'avait aucune remarque à faire à son su-jeit, sauf à constater qu'elle semble reconnaître le principe pour lequel l'Amérique a lutié. " *** Berne, 2 septembre : L'échange de prisonniers invalides' allemands et français, qui se fait par la Suisse, sera continué pendant la deuxième quinzaine du mois de septembre. « * » Ohiasso, 2 septembre : Hier- ont commencé, dans toute l'Italie, les opérations du Conseil de revision pour la classe de 191G. « e a Sofia, 2 septembre : L'état-anajor de l'armée serbe concentre d'importantes masses de troupes à la frontière bulgare. La Serbie prétend être forcée à cette concentration pour se garder contre l'invasion de bandes bulgares. ♦ * ♦ Paris, 2 septembre : Les autorités militaires do Paris retiennent pendant quarante)-huit heures, dans l'intérêt de la défense nationale, toutes les correspondances: « c « Gânes, 2 septembre : Les importateurs de charbon de Gênes, de Milan et de Turin viennent de se réunir. Ils se sont occupés de la question de l'im-portation des charbons anglais et des entraves qui y sont mises par le gouvernement anglais ; dans les conditions actuelles, il est impossible aux usines italiennes de s'approvisionner suffisamment de combustible.Las importateurs ont décidé d'envoyer une commission en Angleterre : elle exposera la situation et offrira de garantir que te charbon importa servira exclusivement à la consommation italienne. .*. Paris, 2 septembre : La presse met en doute que l'accord bul-jaro-fcurc ait été signé. Elle croit que la Bulgarie, par son attitude, veut exercer me pression sur Athènes et sur Nijsch pour pousser ces deux Etats à accepter ses exigences. La (Bulgarie, jusqu'à présent, a ;oujours suivi une politique pratique, et ï'esst pourquoi il est vraisemblable qu'elle ;e range aux eôtés de ceux qui lui feront es plus larges concessions. Quelques journaux s'impatientent, tel le ( ,Gaulois", qui déclare que les Alliés sont îumiliés par l'attitude hésitante de la Bul- ( jarie. On doit se demander ce que les re-)résentants de la .Quadruple-En tente à So- j ia attendent pour exiger des déclarations { îettes de M. Badosîawow. La Quadruple-Sutente n'a pas à craindre sa réponse, [uelle qu'elle soit. Il serait extrêmement â-oheux que le public s'imagine que la victoire finale des Alliés dépend de l'attitude 1 la la Bulgarie. . 6 . Pétrograd, 2 septembre : J Le ministre do Russie à Sofia, M. Savins- * i, va être rappelé et remplacé par M.Goul- * :icvitch, ancien chef du département orieai- ai au ministèro des affaires étrangères. * f. Savinski so serait montré tout à fait en- ressous de son rôle. ^ * * • ( Téhéran, 2 septembre : Lo chef do la gendarmerie, à Ispahan, a c visé 1e gouverneur général qu'il serait i orcé do dissoudre ^ la gendarmerie, cçlle-ci .« recevant »as de solde. 3 COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands Berlin, 3 septembre. — Officiel de midi: Théâtre de la guerre à l'Ouest. Près de Souciiez, les Français ont attaqué à coups de grenades à main et ont été repoussés. En Flandre et en Champagne, nous avons fait sauter avec succès plusieurs fourneaux de mines. Théâtre de la guerre à l'Est. Armées du maréchal von Hindenburg : Notre cavalerie a pris d'assaut hier la tête de pont de Lennewaden, au nord-est-de Ftiedràchsstadt, qui était fortifiée et occupée par l'infanterie ennemie. No us avons capturé 3 officiers, 350 soldats russes et 1 mitrailleuse. Sur notre front au nord-ouest et à l'ouest de Wilna, les Biusses ont essayé d'arrêter nos progrès. Leurs attaques ont échoué, leur causant des pertes exceptionnellement élevées. Au sud-est de Merecz, l'ennemi a été rejeté. Entre le canal d'Augustowo et le Swisloca, nous sommes arrivés au Niémen.Près de Grodno, nos troupes d'assaut, en agissant avec promptitude, ont réussi à passer le Niémen et à prendre la ville après un combat de maison à maison. Quatre cents prisonniers sont restés en notre pouvoir. L'armée du général von Gallwitz a brisé là résistance des arrière-garde» ennemies sur la route d'Alekszyce (au sud-est d'O-delsk) à Swislocz. Hier,, ces armées ont ; capturé en tout plus de 3,000 B/usces, un canon et 1,8 mitrailleuses. Armées du maréchal prince Léopold d)a Bavière : i Au nord de Pruzana, des combats eonfe engagés entre nos colonnes chargées de la poursuite et l'ennemi qui essaie de lea empêcher de sortir des» passages traverteant des marais. Armées du maréchal von Mackensen : En poursuivant l'ennemi, notis avons atteint la Jasiolda., près de Siklec--B erezp-Kar-tuskia, et la région d'Antopol, à une distance de 30 kilomètres à l'est de Kobryn. Des forces austro-hongroisep progre&seni vers l'est au1 sud do Bolako-Dubc-wo^. Théâtre do la guerre au Sud-Est. L'armée du général comte Bothmer se rapproche du Sereth en Livrant des combats. * * » . Vienne, 3 septembre. —- Officiel d'hier : Front russe. Dansi le triangle fortifié de Volhynie, nous poursuivons: les Busses et progressons rapidement. En amonb de Luzk, nos troupes ont passé le Styr sur une grande ét»endue du front. En Galicie orientale, l'ennemi bat également en retraite depuis peu. Des troupef* du général von Bohm-Ermoili ont occupé Brody et s'avancent aujourd'hui a l'est de cette ville, au delà de la frontière. L'aile nord de l'armée du général comte Bothmer poursuit 'les Busses' sur les routes conduisant de Zborow à Zalocze et à Tarnapol. L'ennemi se retire sur le Sereth. Hier, en livrant des combats acharnés, l'armée du général Pflanzer-Baltin a rejeté les Russes au delà des hauteurs situées à l'est de la Strypa inférieur^. Ce succès a ébranlé le front russe du. Dniester jusqu'à l'embouohure du Sereth; l'ennemi a dû battre en retraite. De nombreux villages brûlent derrière les positions russes de ia frontière de Bessarabie. Lest troupes austro-hongroises qui, au nord-est de Kobryc,, combattent côte à côte avec les forces allemandes, poussent peu à peu l'ennemi dai^s la région des marais de la Jasiolda supérieure.Front italien. Sur le front italien, la situation ne s'est pas non plus modifiée hier. L'artillerie ennemis canonne, sur ' le front du Tyrol, 1a. ligne des fortins de la Tonalo et, sur 1e plateau de Lavarone-Folgaria, outre nos ouvrages fortifiés, nos points d'appui sur le monte Maronia «et le monte Cos ton. Dans la région-frontière de Carintliic;, nous avons repoussé des attaques peu importantes des Italiens contre le monte Peralha qîs la Bladner Joch. Dams le territoire du littoral, Les combats d'artillerie contiuiieavs avec une violence modérée. A plusieurs ûadroits, clous avons sérieusement bouleversé les ouvrages du génie de l'ennemi. • * « Constantinople, 3 septembre. —> Officiel lu quartier géinéral : Dans l<a mer Egée, un sous-marin alle-nand a torpillé et coulé la transport anglais ,,Sawisland". Ulne grande partie dis roupes qui se trouvaient à bord s'est îoyée. Communiqués des armées alliées -'•< i Paris, 2 septembre. — Officiel dfâ 16' h.: On ne signale, au cours de la nuit, lu'un combat à coups de grenades autour le Souchez, quelques actions d'arti&oriei lans le secteur de Neuville et dans la ré* fioni de lloyo est, dans les Vosges, une utle à coups de pétards au SciiraWnaea-Lele.Paris, 2 septembre. — Officiel de 23 h.: En Belgique, répondant à un bombardement dirigé sur NieuporMVille et sur lea ecteuiis de Steenstraete et de Boesinghe, îotra artillerie a effectué dés tirs efficace» ontre les lance-bombes et les batteries «n etiou, contre des rassemblements et des iarcs ennemis. Sur le front d'Artois, échange de tor-illes et de grenades aux têtes de sape. Entre la Somme et l'Oise, nos batteries ; )nt fait cesser le feu de l'artillerie eaine-lie aux environs d'Armancourt et do i Janny. i L'ennemi a lancé un certain nombre i 'obus incendiaires sur Soissons et sur la i égion voisine. Bombardement intense et réciproque sur i e fïoyst de l'Aisr$, entye la ! et le Godât, en Champagne et sur la lisière occidentale de l'Argonne. Oanoninade en Lorraine e*, dans les Vos!- ges, au secteur de la Fecht. * * * Paris, 2 septembre. —. Officiel du mini?-tèro de la murine : £ i L'île de Euad, située entre Tatkisch et Tripoli, a été occupée par un détachement- < de l'escadre française qui assure le blocua de la côte syrienne. Le drapeau français a été hissé sur l'île le 1er septembre, à 9 heures du matin. Nous n'avons pas rencontré de résistance. La population a faili le meilleur accueil à nos matelots. * * * JRome, 1er septembre. — Officiel du gran$ quartier général : > Daas lo Haut Noce», notre artillerie a ouvert le feu contre les retranchements qui avaient été établis par l'ennomi devant lcç" positions que nous avions récemment- con- . quises à l'entrée de la vallée de Strino. ) Notre feu efficace a endommagé ces positions etJ a forcé les défenseurs à les abandonner en partie. L'artillerie ennemie, établie sur le monta * Panarot-a et dans le val Sugana, a de nouveau bombardé Borgo, qui n'est pas occupé militairement. Ses batteries, postées dans les environs de Cherz, dans le Corde vole, ont ouvert le feu contre Caprile, où un hôpital a été endommagé. Dans le bassin de Plezzo, l'ennemi $ lancé de nombreiïx obus incendiaires sur. les localités habitées ; ils j ont de nouveau provoqué des incendies. Pendant la nuit du 30 au 31 août;, l'ennemi a encore entrepris une attaque contre nos positions établies sur le versant du Ilombon; mais son attaque s'est bornée à des fusillades ot à une vive canonnade do nos positions. Sur le Karst, à la fin de la soirée dû 30 août, pendant un violent orage, l'ennemi a entrepris deux attaques en se servant largement de fusées, mais nos troupes ont réussi à ropousser ces doux 'attaques par leur feu efficace. Des reconnaissances hardies que nous avons faites près des lignes ennemies Qnt établi que les Autrichiens ont remplacé les troupes qui occupaient les tranchées par des troupes fraîches, arrivées ces derniers jours sur le front. L'activité extraordinaire que montre l'artillerie et l'infanterie ennemies ot le jet incessant ides bombes semblent avoir pour but de cacher lds mouvement» des troupes autrichiennes. ♦ « * Pétrograd, 1er septembre. — Officiel dix grand état-major général : Lo 30 et le 31 août, sur le front de Riga-Dwinsk, l'ennemi n'a Mt montre d'activité que dans la région de Friedrichstadt, où la situation est restés sensiblement inchangée.Sur la rive droite de la Wilija, nous avons continué avec 6uccès notre marcha en avant et, le 30 août, nous avons pris aux ALiematnds 4 canons et quelques mitrailleuses.Entre la Wilija et le Niémen, l'ennemi a poursuivi son offensive et a occupé lë bourg d'Orany. Sur la rive droite de la Meretschanka, ktl combaiis sont toujours empreints d'acharnement. Un do nos régiments, qui avait été entouré par l'ennem-i, s'est dégagé en anéam- ; tissant un bataillon allemand et en faisant! \ prisonniers 70 hommes, avec l officier. s Dans la région située à l'ouest dlç* f Grodno, nous avons rejeté, le 31 aoûitt, umét i série de fortes attaques do l'ennemi. Sur le reste du front, jusqu'au Pripet, i]f ? n'y a pas ou de modification essentielle dans nos positions. Dans la région de Luzk et en Galicie, nous arrêtons l'ennemi en nous retirant sur un f^ont plus concentré tout en lui infligeant de grandes pertes par des contre •attaques.Le total .de nos prisonniers, autrichiens5, : hongrois et allemands, dépasse 100 o-'ficiers ■ .et 7,(XX) soldats, dont un tiers d'Allemands, avoc quelques douzaines d'officiers subûl-iuriies '.-x supérieurs. » * * f Pc r ...• I, 1er septembre. — Officiel <$â < l'ota?-rde l'armée du Caucase : Le :>) a-.)àt, la situation est restée inchangée. 11 n'y a ou que des rencontres de patrouilles. © Dépêches Diverses . T Sofia, 2 septembre : * Tous les détails de rédaction du trait*;.] bulgaro-^urc ont été fixés. L'accord prévoit] que les autorités bulgares seront investies, ; au cours du mois do septembre, do l'aàmi-J nistration des territoires cédés. ❖ * * Paris 2 septembre : Sous la présidence de M. lioset, président de la Commission des affaires extérieures, bon nombre de sénateurs et députés fran-pai«t ainsi que de représentants de la. Ligue 'raneo-italiecne, Tiennent d'examiner laques-, fcion (l'une alliance économique entre la France et l'Italie. Une nouvellcy a^uttiblée sera réunie à Paris. f BIBL. f " * * ; Rotterdam, 2» septembre: E " i ' L'exportation aux Etats-Unis uc^arÉîciea'; " 3e fêtes de Noël, do jouets et autres, ayant i" été autorisée par l'Angleterre, les marclian-] lises de ce genre restées à Rotterdam au iébut de la guerre ont pu être envoyées en • Amérique. Ces marchandises' représentent ; une valeur de 2.5 millions de fraocs. ,' r # t * » > Londres, 2 septembre : 1 Les ouvriers des fabriques anglaises do -munitions sont, comme il sied, astreints , me très sévère discipline et leurs écarts» lea ; J.us minimes ne manquent jamais d'être \ p«iiiis. j Cest ainsi que lo tribunal des munitions, '^ siégeant à Ne^'castle, a condamné six d'entre j ïux à des peines variant do 18 à 25 franç^ v l'amende pour avoir joué aux cartes peu- ' lant les heures de travail. Plusieurs autres qui avaient chômé sans vr •aison ont été frappés d'amende variant do ' l*4j>fA j S) Q, Samedi 4 Ssptemar© 1915 Samedi 4 Septembre 1915S N° 293

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods