La chronique: gazette quotidienne

372 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 25 May. La chronique: gazette quotidienne. Seen on 25 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/w37kp7wg90/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA CHRONIQUE S et 7, Galerie du^lfof(pLago Saint-Hubert) GkA^!ZTH TTIn! (a) Î_J O T XX) X H J JNT TT! Administration ; N« Ï88H ■RUXK4.LES "* A~* Rédaction; N* 1408 A (ABONNEMENTS * FONDATEUR • RÉDACTEUR EN CHEF : ANNONCES : page : 30 cent, la petite ligne. — Réclames (après les spectacles), 1 fr, 12 ligne. — Fiits-dWers (corps), 3 fr. Rmmilkî " 12 francs rar an; - 6 francs pour six mois; I 3 francs pour trois mois. ... , , la lignB et laits-dirers (On), 2 fr. la ligne. - Nécrologies : 2 Ir. !a Ugne. - On ne garantit p»s les dates d'insertion. La Provlnck 15 francs par an; — 7 fr. 50 pour six mois; — 3 fr. 75 pour trois mois. VlClOP (îô iO llfjdMlti JCtlîi U AillmiMlfi La publicité commerciale est exclusivement reçue à l'Agence-Réclame Godts, 2, place de la Rourse, à Bruxelles. Téléph. A. 3Î99 Tous pays do l'union postale, 30 fr. par an. — Hollande et Grand-Duché do Luxembourg, 20 ir. par an. La publicité financière, les petites annonces et les nécrologies sont reçues aux bureaux du Journal, o et 1, Galerie du RoJ. LES ELECTIONS LEGISLATIVES On vote dans 4 provinces sur 9 EiIS S€MOT™ OSJ¥ERT BAIS 15 li joir&ée ^'Élection = ù .afflt A CHÂBLEROI ami Ai OH EVOQUE LES PETITS-FRERES LILLOIS mér (De notre correspondant.) gun1 Jamais, (le mémoire d'électeur, on ne vit dés me situation aussi calme que celte qui s'est libé Présentée pour les dernières heures avant le jate rote. coffi iLl pluie qui est tombée depuis samedi soir A| lurait-ello glacé les caractères?... (].gs C'est dire que nous n'avons pas entendu larler de la moindre querelle nocturne au ;uiet des affiches. Il est vrai que ces der-îières ne présentent plus aucun intérêt et ^ ju'elles laissent 'le passant complètement Diœ ïoM; en eftet, ce ne sont que des chiffres 1, I et 3, sauf quelques affiches placardées par t e parti socialiste représentant « un petit rére ■ avec quatre mains et deux ailes, avec _ a mention : « Attention 'à ce genre d'élec- ^ eurel > a to. En iécane, nous avons parcouru de la ma- mu] inée la plupart des bureaux de la ville; ^ lartout c'est Je calme, l'indifférence même, i moins que ce soit la réflexion de l'élec- secf :eur, ce que nous ne tarderons pas à savoir. ^ lu>i-( A GAND tonc LES CLERICAUX A L'ŒUVRE ,C' (De notre correspondant.) Jamais période électorale ne fut aussi :almc que fa présente. On n'a assisté, ni à 'agitation fiévreuse, ni aux conversations mimées qu'amènent généralement les éle-c- j le ions. La veillée était morne, pour ne pas lire monotone. .Gest fini de la guerre aux Lfflches; ci et là on remarque encore quel- Ja jues placards, mais ils sont plutôt rares. Par nos ontre, aux environs des bureaux" électoraux, prqtf m observe quantité de grands et petits nu- ealn ûéros, indiquant le chiffre <le la liste pour Si aqueile on demande le vote; il y a surtout pas ihoraiôment de petits carrés de papier, avec — te' e n° 1 en couleur rouge. Cest là un petit vies rue des cléricaux. En eff e t, le n° 1 est celui fie lu le la liste cléricale. Et, en imprimant le chil- bou< re en rouge, les cléricaux ont escompté in- d'oui luire en erreur des électeurs, dont le vote tora st acquis à Ha 'liste socialiste. sir ï Aucun incident ne s'est produit, jusqu'à sent résent. Les différents bureaux <le vote ont Le té rapidement constitués ce matin. Les élec- réél: îurs sont arrivés sans trop se presser, pur Duq ■etits groupes de cinq à dix. D'.après le leur împs qu'ils sont restés dans les isoloirs, on leur eut prédire qu'il y. aura très peu de votes trièac .6 préférence. -Le Os -la campagne, on nous signale, Ja même nom Ltiafcon calme. Dans certaine commune de» cart avirons tfe ôand, un curé se tenait à Vên- poui 'ée du bureau de vote en offrant deux bons corne e mère à cibaque électeur qui s'y présen- béra lit. eux Les premiers résultats ont commencé à géne Ire connus à 4 h. 10. II paraît certain que les chiffres recueillis ar la liste des démocrates chrétiens flaJmin-ants et des socialistes -dissidents seront insinuants.Deipuis midi, toute la police de jour -et de uit est consignée en tenue de service d'or- re' No amis A LIÈGE 5» jusq ON VOTE DANS LE CALME n'éta (De notre correspondant.) On ne se 'douterait guère que l'on est en COUp ieine lutte. C'est, en ville, le calme le (plus ont - ïmplet. Après avoir retiré, ce matin, de sa la p, )îte aux llettres, les papiers, tracts, brochu- rrUCr s, etc., qu'on y avait entassés pendant la de s ait, l'électeur s'en est allé voter -tranquille- VOye ent; puis, ce devoir civique accompli, il mis. îst empressé de rejoindre à son calé liabi- D ei les amis qui l'attendaient pour la partie de la > cartes ou de idominos. imm Aux abords kles -bureaux de -vote1, des pa- phra: ers, des prospectus rouges, bleus, verts, qui i'âm< nchent le sol, indiquent qu'à l'intérieur de Les s 'locaux il doit se passer quelque chose, et, les fi i'à l'aide d'un ipetit bulletin, des gens y ma- gion, testent (leurs opinions. Au centre de la rôt ( lle- on peut même dire qu'il fait plus Des taie que d'ordinaire. Le temps est si gris et soute triste! C'est la foule habituelle du d ion an- cathc e. de ceux qui, fidèles à la tradition, ac- des 1 ^plissent religieusement le dominical tour » tlu Carré. .Rue de H'Université, un chard décrit les arabesques les plus icrupri-îuses et dit d'une voix mystérieuse, à qui ut l'entendre : « J'ai voté pour Narenne di ,UPe 1 » Ce pochard seul rappelle à la foule e ce dimanche est une journée d'élections. c'est le calme le plus complet. ,ca,] vote A lïiOKS reau: tard. LIGNES MANŒUVRES DES CLERICAUX l es (De notre correspondant.) aux -est dans le plus grand calme que l'on a comp )Cédé, dimanche matin, aux opérations dent, ctorales. Jusqu'au dernier moment, les été s rtis en présence 'furent peu prodigues ds di'dat cts, d'affiches, de circulaires. m. Ji outeîois, nos bons cléricaux n'ont pas Salm 1 u abandonner leurs anciens procédés et, dans Js la nuit de samedi à dimanche, ils ont La ^sé sous les portes des brochures attaquant mot -c un° mauvaise foi Incroyable la gestion sant a province de Hainaut et s'en prenant align x Particulièrement au second candidat li- j de d< il, M. €anoniLegrand, président du con-provincial.:s cléricaux ont également placardé des :hes accusant les libéraux d'avoir poussé a grève générale et dénonçant leur ince avec les socialistes. .t- ître manœuvre cléricale : de grands nu- c os 3 (chiffre de la liste catholique), por-la (mention : « Votez ainsi », et imprimés 1 du papier bleu et rouge-, ont été placar- ^ (à profusion. En empruntant les couleurs '.aie et socialiste, les cléricaux espéraient a :• la contusion dans la (partie illettrée du >s électoral. ^ icun incident ne s'est iproduit au cours ^ opérations 'de" vote, qui ont marché par-avec une grande célérité. d LE POETE VERHAEREN s Emile Verhaeren n'a pas voté à Roisin. ^ anche matin, le bourgmestre de cette lo->é, M. Prévost, n'avait reçu aucune no- 1 action de la radiation du nom de M. Ver- P 'en .des listes électorales. En dépit de !, position acharnée des cléricaux montois, 1 rand poète est donc resté Belge; mais, on ait pour quelle raison, le secrétaire cornai de Roisin n'a pas cru devoir convo- ■ M. Verhaeren, de sorte que celui-ci est i à Bruxelles. -Devant la... négligence- du ^ étaire communal, constatée samedi soir. ^ ement, /par le bourgmestre de Roisin, ce- ^ -i va convoquer dans quelques jours le t( i-eil communal pour examiner quelles me- s il convient de prendre à l'égard du t( tionnaire en faute. îst le 'seul incident ïi signaler. n A TOURflAl-âTH s n S CLERICAUX ESPERENT TOUJOURS i1 (De notre correspondant.) n mais — de mémoire d'électeur — dans deux arrondissements, une campagne de r ►aganxle et une élection ne furent aussi t îes. l'un, des trois partis en présenice n'avait commencé à organiser des conférences les lurent-, d'ailleurs, toutes, /fort peu sui- j — et à ifaire apposer quelques rares af-!s, les deux autres partis n'auraient pas »é davantage et l'on ne se serait jamais j. é «qu'il y avait lieu pour le corps élec-L du Tournaisis et du pays d'Ath de choi- ° ;ix mandataires à la -Chambre des re.pré-ants.s catholiques se disent certains de faire re leurs trois députés sortants : MM. t] uesne de lia Vinelle-, Hoyois et Boval, «et chiffrei électoral d'il y a deux ans ne r permet pas d'espérer d'avoir un qua-ne 'élu. a s socialistes qui, depuis qu'ils ont fait mer député iM. Emile Royer, .grâce au ?fl, avaient lait d'assez sérieux progrès. gi ■ nourrir l'espoir de faire élire un se- i de leurs partisans au détriment des li- ^ ux -athois, ont, pour le moment, contre le souvenir fâcheux de leur inutile grève raie d'avril 1913. A TERiONDE NOS AMIS ONT BON ESPOIR } (De notre correspondant.) o tre cité est extraordinairement calme. Nos ^ ont fait une excellente propagande et ont If artout le plus grand succès; ils sont par- j s à faire la trouée" dans les villages où, l'à présent, les porte-voix de nos idées ^ ient jamais arrivés. i rermonde môme, les libéraux ont montré « )ien le départ de la garnison a porté un sensible au commerce local. Les cléricaux 'épondu à nos manifestes et articles par s: iblication d'une lettre du ministère de la 'e qui annonce qu'il est fermement décidé ^ itisfaire les députés catholiques et d'en-r, le plus vite possible, le régiment pro-La promesse et bien vague. •ant le bureau principal, tout au-dessus Grand'Place, les cléricaux ont tendu une A mse banderole portant, en flamand, la >e suivante : « Pères de famille, songez d, 3® ; de vos enfants! » i prôtrres, dans leurs prêches, conjurent ft dèles à ne pas trahir la cause de la reli-qui se confond en notre pays avec Tinté- ^ ?) de la nation ! ! ! ; voitures amènent force impotents bien $ nus par des bras charitables et tous les H liques influents sont portés aux entrées mreaux. h VERVIERS p LA LUTTE POUR LE 5» SIECE R, (De notre correspondant.) me complet à Verviers et environs. Le se fait réguilièrement, par un temps p sade et pluvieux. Dans quelques bu- ^ i, les opérations ont commencé en re--La bataille d'affiches a été peu ardente, ibéraux ont fait le principal effort. Ils se ent, en effet, enlever le cinquième siège socialistes, siège pour la première fois co romis à cause de la présence d'un dissi-dont la candidature passe pour avoir jscitée par les cléricaux. Le second can- Fc 'libéral qui (passerait éventuellement est qe >s. Leijeune, bourgmestre de Fosses-sur,-, qui jouit -d'une énorme popularité •les campagnes du pays de Stavelot. Ligue wallonne, elle aussi, a dit son : îans la (bataille, en affichant et en fai- ^ ipromen-er en ville une affiche où elle ir™ 5 les noms des candidats ayant aeceptéfC, tfendre les droits des Wallons. Les résultats fla scrutin Les premières indications du scrutin at-estent la vivacité de lu. lutte en dépit de son aime aipparent. Les premiers résultats partiels connus dans i plupart des arrondissements étaient de onne augure et faisaient présager le succès de i campagne si vaillamment menée par les nticléricaux. Mais il faut se défier des ngu.veilles de la ernière heure, presque -toujours favorables ux cléricaux, -pance qu'elles leur apportent aippoint des voix des cantons ruraux. Trop souvent on a cru, dans la fièvre du épouiflllement, à des succès qui s'évanouis-aient devant >la rigueur des chiffres com- . lets. Il résulte des chiffres provisoires que nous ^produisons ci-après, que les cléricaux ont erdu partout du terrain et que, dans les ar-Dndissements où ils parviennent à faire réé-re leurs députés sortants, le nombre des voix ui se sont portées sur eux est sensiblement iférieur à celui qu'ils avaient obtenu anté-leurement.Ce recul, qui témoigne de l'appréciation sé-ère portée par le corps électoral sur la poli-que du gouvernement clérical, serait de plu-ieurs milliers de voix à Gand, à Liège et à harleroi, mais il se constaterait presque par- Hit. En somme, l'abandon du cartel a été, incon-istablement, profitable aux deux partis déposition.Les libéraux ont vu revenir à eux un grand ombre d'électeurs qui les avaient abandonnés >rs de la précédente élection. Et, comme les jcialistes, de leur côté, ont renforcé égale-lent leurs rangs, on peut dire que le pays a Spondu à l'appel de l'opposition et qu'il a onné au gouvernement clérical l'avertisse-lerft qu'il souhaitait. Sous les réserves qu'imposent des chiffres rovisoires que nous espérons voir confirmer, ésu-mons comme suit les résultats du scru-n : Les libéraux gagnent deux sièges sur les léricaux : à I-îasselt et à Tongres-Maeseyek. Par contre les socialistes conquièrent à [uy le siège de M. Girouil, député libéral Drtant. Partout ailleurs les libéraux et les socia-stes sortants seraient réélus, en gagnant un rand nombre de suffrages.. ■ *** Conclusion : Des. 43 cléricaux sortants, 41 seulement ren- •eraient à la Chambre. Les libéraux, qui avaient 19 sortants, fe- lient élire 20 représentants. Les socialistes soumis a réélection étaient u nombre de 25. Ils reviendraient 26. *** La majorité cléricale, qui était de 16 -voix, ;rait réduite à 12 voiix. La force respective des partis à la Cham-re serait de : Cléricaux : . 99 Démocrates-daensistes 2 Libéraux 45 Socialistes 40 Totaux ...... 186 Il faut faire honneur à tous nos amis de tous s arrondissements des résultats obtenus. Mais a nous permettra de citer spécialement à l'or-re du jour les libéraux des deux arrondisse^ tents du Limbourg, qui font rentrer triompha- 1 nient à la Chambre MM. Peteii et Neven, avec : 3s chiffres de voix remarquables. LOS! C5NQ REPRESENTANTS Sortants : 3 cléricaux, — 1 libéral,— 1 daen-ste. j (Chiffres de 1912 : cléricaux, 41,402 voix; bévaux, 12,811 voix; daensisle, 12,735 voix.) < Quatre listes en présence. i Ont obtenu : Daens. Clér. Lib. èoc. 1 lost 20,058 35,777 11,084 3,830 Statu quo. ! TH "" ^ ' (Voir : Tournai-Mh.) ! UOENARDE 1 TRO!S REPRESENTANTS Sortants : 2 cléricaux, — 1 libéral. (Chiffres de 1012 : cléricaux, 23,87G voix; * iérmix, 11,S24.) Trois listes en présence. Démoc. Clér. Lib. rnaix 963 21,791 fi, 942 Statu quo. HÂRLEROi ^ ONZE REPRESENTANTS Sortante : 3 déricaux, — 2 'libéraux, — G T cialistes. (Chiffres de 1012 : Cléricaux, 50,695 voix; % rtel, 126,921 voix.) * Ont obtenu : Clér. Lib. ooc. ntaine-l'Evèque 5,581 4,941 16,205 neffe 6,679 3,240 i;i,412 / Hharieroi, 110 bureaux sur 120 : 41,200 26,300 84,200 àtafu quo. ECLOO 'Voir ; Gand-Eecloo.) GAND-EECLOO |S0 DOUZE REPRESENTANTS Sortants : 7 cléricaux, — 3 libéraux,— 2 so- ciaJistes. Jigle (Chiffres de 1912 : cléricaux, 57,786 voix; libéraux, 39,256 voix; socialistes, 22,899 voix.) '• - <xir h Cinq listes en présence. Tr Ont obtenu : Soig Clér. Lib. Soc. st. 1 Assende 4,075 2,336 SOS Assenede Dém. fl. Soc. dis. 175 23 T JT Clér. Lib. Soc. ■ t Caprycke 3,976 1,483 137 Cap'fyck© Dém. fl. Soc. dis. Se 224 . 8 (C Clér. Lib. Soc. Deynze 5,279 1,217 927 Deynze Dém. fl. Soc. dis. Terr 301 35 Terr Clér. Lib. Soc. Clér. Lib. Soc. Ledeberg 5,398 3,155 3,498 Ledeberg Dém. fl. Soc. dis. T Lj t 188 105 I II i Clér. Lib. Soc. ; Nazareth 4,047 1,156 587 Se 277 23 ciallfl ! Clér. Lib. Soc. fQ Oosterzeele 6,313 4,516 720 Cav;] Clér. Lib. Soc. Waerschoot 3,339 334 587 01 Waerschoot Dém. fl. Soc. dis. T] 267 25 g" Clér. Lib. Soc. Gand 21,105 18,012 14,614 Gand Dém. fl. Soci. dis. «ta 896 678 I lj Clér. Lib. Soc. " Everghem 7,322 2,643 1,527 3, Everghem Dém. fl. Soc. dis. £>< 406 82 Clér. Lib. Soc. (C - Nevele 4,736 1,140 418 llbe l Nevele Dém. fl. Soc. dis. Oi 227 21 Gand 82,241 42,987 23,242 Mae ■ Gand Démoc.--flam., 4,165 soc. diss. 1,536 Ton Satu quo. M ■ de 5 :HASSELT TC TROIS REPRESENTANTS L iSort'anl's : 3 cléricaux. S< (Chiffres de 1912 : cléricaux, 29,796 voix; libéraux, 8,176 voix.) (C Deux listes en présence. cart , Ont obtenu : '! Clér. Lib. °! Hasselt 27,177 11,491 1 ou La représentation cléricale est entamée : M. To,lJ Peten élimine 1 candidat clérical. HUT-WiREMME K QUATRE REPRESENTANTS iSurtanits : 2 cléricaux, — 1 libéral, — 1 socialiste. ', cari (Cluljres do 1912 : cléricaux, 29,S'il voix; q, cartel 39,721 voix.) 0| Ont obtenu : Jehay-Bodegnée 1,836 710 2,618 Aub Huy-Wavemme 27,933 13,521 28,745 Aul] Un socialiste élimine un candidat libéral. —'"""'"""""'m■■"■■■ ■»—'■■» gpa LIÈGE TREIZE REPRESENTANTS Sta^ Sortants4 cléricaux, — 3 libéraux, — 6 so- sta1 cialistes. Chiffres de 1912 : cléricaux, 56,489 voix; libéraux, 39.986 voix; socialistes, 91,796 voix.) ^Gr Cinq listes en présence. Ont obtenu : Clér. Lib. Soc. yer, ; Daelhem 4,346 1,382 2,230 gf Fexhe-Slins 4,898 2,382 4,933 Fléron 5,574 3,914 9,883 Hoilogne-aux-Pierres 5,986 4,068 15,060 Wj I Landen 3,191 1,744 1,556 ,W Liège Eloy Jan'ssen Clér. Lib. Soc. O' 132 949 16,652 17,809 19,018 pph Louveigné 3,612 2,781 4,262 M Saint-Nicolas 2,948 2,452 7,052 A Eloy Clér. Lib. Soc. ^ Serairig 126 3,751 5,241 12,004 verè Arrond. de Liège 55,162 47,128 88,928 Ai I-Ierstal Eloy Janssen Clér. Lib. Soc. de 9 48 3,171 2,420 7,076 Len Grivegnée 4,174 4,141 7,4-65 Mai Grivegnée Eloy, 41 Janssen, 183 vi-ei. Eloy Janssen Clér. Lib. Soc. Le r.iége 410 1,709 ' 55,165 47,128 89,196 Liè£ Statu quo. tuat prel fMESEYCK ^ (Voir : Tongms-Maeseyck.) y* ann moNs SEPT REPRESENTANTS de -Sortants : 2 cléricaux, — 1 libéral, — 4 so- Le cialistes. sam (Chiffres de 1912 : cléricaux, 31,501 voix; rass libénmx, 23,324 voix; socialistes, 54,335 voix.) n(-'e Trois listes en présence. r^eu Trois listes en présence. tent Ont obtenu : 1! Cîér. Lib. Soc. îls,( Mons 33,203 23,553 56,000 A A Ce sont les chiffres complets de l'arrondisse- joul ment. rical Statu quo. M SAINT-NICOLAS -f QUATRE REPRESENTANTS qu,nJ Sortants : 3 cléricaux, — 1 libéral. longi (Chiffres de 1912 : cléricaux, 42,754 voix; ^cati libéraux, 11,226 voix.) " ^ Trois listes en 'présence. bour, d'un Ont obtenu : ,6 VQ Dissid. Clér. Lib.-Soc. ;c,e Beveren 104 961 1,269 bien. Clér. Lib.-Soc. 40,00i 5,790 3,/\7 L'c Statu quo. ans. IGNEES QUATRE REPRESENTANTS riants : 1 clérical, — 1 libéral, 2 socia-, 3. hijlires de ISI2 : cléricaux, 27,630 voix; ■/, 42,676 voix.) ois listes en présence. nies 28,252 15,512 29,174 itu quo. RIVIONDE QUATRE REPRESENTANTS rtafits : 3 dlértoux, — 1 libéral. liillKS de 1912 : cléricaux, 32,318 voix; 'aux, 11,226 voix.) latre listes «n préseno». londe 30,870 12,849 1,693 londe, démocr.chrét., 1,063 itu quo. UIN TROIS REPRESENTANTS »rtants : 1 clérica'l, — 1 libéral, — 1 so-ste.hiffres de 1912 : cléricaux, 23,098 voix; cl, 38,329 voix.) it obtenu : Clér. Lib. Soc. in 22,062 19,094 20,969 itu quo. N GRES-M A E S Ë Y C K QUATRE REPRESENTANTS irtante : l cléricaux. ?ux listes en présence. hillres de 1912 : cléricaux, 43,753 voix; -aux, 10,010 voix.) it obtenu : Clér. Lib. yseyck 5,275 1,441 ;ros-Maeseyck 39,819 15,046 Neven est élu avec un excédent de plus ,000 voix. URNAl-ATH SIX REPRESENTANTS yr-tants : 3 cléricaux, — 2 libéraux, — 1 so-,st>e. ■ hiffres de 1912 : cléricaux, 46,930 voix; el, 56,999 voix.) ois listes en présence. it obtenu : mai 45,126. 36,006 26,843 mai Sôc'rdiss.V S5G atu quo. RVIERS CINQ REPRESENTANTS >ri>anls : 2 cléricaux, — 1 libéral, — 2 sortes.hiffres de 1912 : cléricaux, 30,645 voix; el, 34,622 voix.) îatre listes en présence. U obtenu : Clér. Lib. Soc. el 4,551 605 490 el Dissid. 57 Clér. Lib. Soc. 5,386 3,553 4,888 Dissid. 139 Clér. Lib. Soc. relot 3,005 2,730 77C rèïot Dissid. 43 Clér. Lib. Soc. ,'iers 6,571 5,489 7,621 ri ers Dissid. 223 Soc.-Diss. Clér. Lib. Soc. /iers 622 28,607 16,266 21,076 atu quo. MEME oir : lluy-Waremme.) LA BRASSERIE FLAMOE la « Brasserie flamande », la foule arrive cinq heures. î bureau siègent îles membres du bureau la Ligue et de l'Association libérale. M. onnier préside, assisté de MM. Foucart, irice Crick, Maurice Feron, Goblet d'Al-a, Cateau, Devèze, Bauwens, Poellaert. s premiers résultats parviennent lie e et ele Tongres. Dans le Limbourg, ;la si-ion se dessine très favorable. irsqu'on annonce que M. Neven passera >ablement, les applaudissements écla-II en est de môme des chiffres de mmont, SoignieS, Hasselt. »rs 7 h. 30, des applaudissements enthou-ies accue-Lllent la lecture d'un télégramme Dnçant les élections certaines de MM. Pe-et Neven dans le Limbourg. ,rviennent ensuite des résultats partiels Dhuin, de Gosselies, d'Alost. r3 bonnes nouvelles qui arrivent inces-ment mettent un peu de chaleur dans emblée. On prévoit une heureuse jour-pour le libéralisme. Au dehors, les cu-s: encombrent les trottoirs et commen-bruyamment les chiffres affichés. arrive de bonnes nouvelles de Saint-Tsico-:t d'Alost. A Saint-Nicolas, il y a un gain al de 2,000 voix. M. Persoons est réélu. Alost, l'opposition avance de 1,002 voix; nai annonce 7,000 voix de gain anticlé-. A Charleroi et Liège, c'est le statu quo. Lemonnier lit un télégramme du député tens, dont l'élection est assurée. Gand, statu quo probable avec recul des ;aux. 0 heures et demie, M. Lemonnier annonce est inutile d'attendre les résultats plus emps. La situation du moment est signi-ve.ous gagnons, «dit-il, 2 sièges dans le Lim-ï. A I-Iuy, il y a perte d'un -siège au profit socialiste. La majorité cléricale tombe de ix à 12. st un beau résultat. Si on le considère c'est un triomphe. Il y a un gain de ) voix en faveur de l'opposition. » rateur rappelle la situation d'il, y a deux Les cléricaux sont arrivés au pouvoir, en faisant force promesses. IJs nous ont accablé de 40 millions d'impôts. Ils avaient promis aux ouvriers de voter les .lois sur. les pensions. On sait comment cette loi a été arrangée au Sénatl Le pays finira-t-il par ouvrir les yeux? Il n'y a pas de doute, l'opinion publique a entendu notre appel et vient de faire preuve de clairvoyance. M. Lemonnier invite l'assistance à acclamer les députés libéraux élus, qui ont lutté avec énergie dan* les Flandres MM. Persoons et Rens. Acclamons aussi MM. Peten et Neven. Le public ne se fait pîw prier pour aller d'un triple ban. Dans sa péroraison, M. Lemonnier flétrit les procédés frauduleux coutumiers à nos adversaires. Sans le secours de ceux-ci, leur majorité n'existerait plus. Malgré eux, elle Unira pas être renversée. La période de découragement qui a suivi l'échec d'il y a deux ans n'est plus. Le parti libéral restera toujours le parti vraiment national.Ces paroles font vibrer la salle. M. Devèze dit que c'est une journée heureuse. Le liibéralisme, parti de la raison, de la modération et de la tolérance, ne peut mourir, et il renaîtra toujours plus fort aipr&s le temps des épreuves. L'assemblée se sépare dans un grand tumulte d'enthousiasme. Au dehors, .les jeunes-gardes libéraux attendent l'étendard bleu-ciel dressé dans le vent. AUTOUR DE LA BOURSE Une foule assez compacte s'était peu à peu massée devant la Brasserie Flamande, où, sur un transparent, l'Alliance Libérale affichait les résultats des élections au îur et à mesure de leur arrivée. Le public debout, silencieux, s'anima peu à peu : on lisait les chiffres à haute voix; et à haute voix aussi on les commentait, pour le voisin, qui n'en comprenait pas la signification exacte des fableaux. Vers huit heures et demie, la foule était déjà devenue si compacte qu'il fallut requérir un service d'ordre pour créer un passage libre devant le théâtre de l'Olympia. Docile, la foule recula vers la droite, mais désireuse de « savoir » et de se créer une opinion sur l'ensemble des élctions, avant de rentrer chez eux, les Bruxellois ne cansentaient à abandonner la place que pour se rendre ail- • leurs, et essayer dapprendre du « nouveau » en allant consulter les tableaux des journaux. Vers 11 h. 1/2 du soir, les environs de la Bourse ont un moment présenté l'aspect d'un grand jour d'élection à Bruxelles. Les dernières nouvelles des victoires libérales ont été accueillies avec un enthousiasme croissant par le publie massé devant la Brasserie Flamande. Les membres des associations libérales — entourés dse jeunes gardes — dont les drapeaux bleus se déploient à présent sur la place, contribuent encore à affirmer cette opinion. — L'ACCORD SES PASTIS « .Sauf île cas de néc€ssiité absolue-, ne pensez-vous pas qu'il faut rejeter toute mesura ayant pour résultat de défigurer les sites lia Wallonie et de j'atteindre ainsi dans son patrimoine pittoresque ? » Telle est -la question qui fuit adressée, parmi ï>eau.ctup 'd'autres intéressant !» cause, par les ligues wallonnes de l'arrondissement de Liège, à tous les candidats dudit arrondissement qui se présentaient au scrutin d'hier. ■Une plaquette 'datée du 22 mai et envoyée ft tous -les membres de ces ligues publiait les réponses. Et c'est merveille de voir avec quelle unanimité ces candidats, sans distinction de cou-lleur politique, répondirent sans hésiter, comme d'une seule voix : — Certes oui, nous le pensons ! Plusieurs ajoutèrent : — .Est-il possible qu'on ait pu en douter ? Jamais on n'entendit concert plus parfait. Les ligues wallonnes enregistrent céda en déclarant qu'elles auront soin de rappeler aux élus la iparole donnée. *** Voilà 'donc un chapitre sur lequel l'accord des partis semble admirablement réalisé : Ja défense de la nature. Ici, plus de division; tout le monde s'embrasse et chacun s'en proclame pantisan, .de cette défense; mieux que cela : (personne aujourd'hui n'oserait s'en déclarer l'adversaire, sachant trop qu'une telle déclaration vaudrait à son auteur tout le. 'Contraire des sympathies ambitionnées — et des suffrages consécutifs. Et ceci est vrai pour toutes les parties du territoire, pour 'la Flandre autant que pour la Wallonie; on aurait .pu demander aussi aux futurs députés flamands s'ils entendent défendre la beauté de leurs sites ; pas un, c'est certain, n'eût affiché la prétention contraire. Tout ceila n'empêche pas les votes consacrant de stupides ivandalismes. C'est pourquoi nous restons sur ta brèche, nous qui avons entrepri's 'la défense des sites de Waillonie et de .Flandre, à une époque où lia simple émission de cette idée étonnait ,l£3 gens'. Car nous savons lia valeur des paroles et ,1a destination qu'il convient de faire entre la ■théorie et la pratique. Nous savons surtout les façons diverses d'interpréter les mots, — diverses au point de faire exprimer au même Iterme les deux idées contraires : les calotins de France se sont collés sur la panse l'épi-jihète u libéral n, qui appartint toujours aux 1 adversaires des callotins belges; n'importe qui peut se donner comme défenseur des sites naturels : tout dépendra de la façon dont il entend les choses. **« Tout le monde, aujourd'hui, s'accorde à reconnaître qu'il ne faut, sous aucun prétexte, sauf » le cas de nécessité absolue, défigurer les sites de la Waillonie ». Or, s'il est un tsite wallon dont il importe, à tout prix, -d'empêcher la défiguration, c'est bien celui de la haute vallée de l'Ourthe. Pourtant, il rest« menacé. J'ai dit l'autre jour où en était iAintli «S Mira ] — Edition C CINQ CENTIMES LB NUMERO PDUH iTQUTl ES BECGIQU! ' "• 4î'c aimée. —

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Add to collection

Location

Periods