La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

780 0
26 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 26 November. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Seen on 11 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/r49g44jt16/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA MÉTROPOLE D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES. 21MB ANNÉE. JEUDI 26 NOVEMBRE 1914. N°- 330. COMMUNIQUES OFFICIEL FRANÇAIS. BOMBARDEMENT D'ARNAVILLE. UN ARMISTICE REFUSE. PARIS, 25 novembre.—Communiqué offici de 15 heures:— De la mer du Nord à Ypres, il n'y a plus < d'attaques d'infanterie. Entre Langermarck et Zonnebeke, nous avoi gagné du terrain. Près de La Bassée, les tTOupes indiennes o repris à l'ennemi quelques-unes des tranché dont elles avaient été expulsées la veille. De La Bassée à Soissons, tout est très calme .Vous avons fait de légers progrès près < Berry-au-Bac et dans l'Argonne. ABéthincourt, au nord-ouest de Verdun, ui attaque allemande a été repoussée. Un ara stice demandé par l'ennemi a été refusé. Dans la région de Pont-à-Mousson, notre art: lerie a été à même de bombarder Arnaville. Il n'y a rien à signaler dans les Vosges. JOURNEE RELATIVEMENT CALME. PARIS, 24 novembre.—Communiqué offici de 23 heures :— La journée a été relativement calme. Il y a eu des canonnades intermittentes sur front et aussi quelques attaques dans l'Argonn qui furent toutes repoussées. BEAU FAIT D'ARMES DES INDIENS. IMPORTANTE CAPTURE. LONDRES, 25 novembre.—Le Press Bures publie la note suivante:— La situation est inchangée. Le corps indien a bravement repris quelqu tranchées perdues hier,-et a capturé trois officie allemands et plus de cent hommes, ainsi qu'u uioriier et trois mitrailleuses. EN FLANDRE. MOUVEMENT DE TROUPES ALLEMANDES. AMSTERDAM, 25 novembre.—Le " Telegraaf annonoe que six trains ont quitté Louvain a jourd'hui dans la direction de Bruxelles. 1 nombreux marins et de soldats se trouvaient dai ]o dernier train, qui transportait une quanti énorme de planches, de sacs et de canots. Les Allemands ont apparemment choisi Lo ■vain comme leur point de départ. Lundi < mardi SOOO hommes de la Landwehr, âgés < quarante à cinquante ans, sont arrivés là. C les héberge dans les usines en attendait qu'i partent pour le front. Les troupes sont tri déprimées. Une grande quantité de viande a été réquis tionnée dans les environs de Louvain. Les Ail mands ont démoli à la hâte les murs des maisoi brûlées. Neuf trains militaires sont arrivés à Lande hier de la direction de Huy et sont partis dai la direction de l'ouest. Six trains d'ambulance, contenant des canoi lourds, sont passés par Landen, .allant v Gembloux vers le nord de la France.—Exchang LE KAISER REUNIT UI CONSEIL DE FAMILLE. ROME, 25 novembre.—D'après des inform. tions provenant d'Allemagne, le Kaiser a réui un conseil de famille auquel assistaient égal ment Herr von Bethmann-Hollweg, le com: Moltke, et l'amiral von Tirpitz. D'aucuns croiei que ce conseil a été réuni dajis le but de s'ei tendre au sujet du nouveau plan de campagn-D'autres supposent que la réunion est due au d veloppement non-satisfaisant de la guerre.-Reuter.LA DIPLOMATIE ALLEMANDE. LA HAYE, 25 novembre.—Le Kaiser a dont ordre à Herr von Jagow de notifier à tous 1< agents diplomatiques allemands, en emploi dai les pays actuellement en guerre avec l'Allemagn qu'ils avaient à se considérer comme libres c choisir une autre carrière. Les journaux croiei voir dans cette décision que c'est la diplomat allemande qui est responsable de la guerre.-Exchange.DESERTEURS BOSSUS! Dans une lettre particulière, datée d'Anve: du 12 courant, un lecteur a trouvé, et nous tran met la fait suivant, qui s'est passé demièremei à Lierre:—Monsieur X., rentier d'un certain âg venait d'y mourir; il avait la réputation, mérite du reste, d'être l'homme le plus bossu de ] contrée. Dans sa garde-robe ses héritiers oi trouvé sept costumes ; ceux-ci ont fait le bonheu non pas des pauvres gens de là-bas, mais de se] soldats allemands, qui ont saisi là avec empress' ment cette occasion unique de se travestir e vue d'une désertion depuis longtemps escompté Bien vite, ils ont quitté l'uniforme de lei Kaiser, pour endosser ces habits de bossu et 1< voilà métamorphosés en sept bossus authentiquer Ce que les gens du voisinage ont ri ! Ces All< manda ne sont en effet pas partis en cachette, < les habitants ont favorisé leur dessein. Ajoutons qu'un soir à Lierre 150 soldats all< mands manquaient à l'appel et avaient déserté. — TJn froid violent sévit dans les Flandres e ce moment quoique le temps soit beau. Ia Allemands ont mis en usage un canon silencieu qui lance un obus au moyen d'air comprimi croît-on; les obus n'ont pas fait de mal jusqu'ic Par suite de la clarté du ciel les aviateurs peuvei observer plus facilement, mais doivent rester des hauteurs énormes. — Le navire américain " Jason," chargé d 1200 tonnes de cadeaux de Saint-Nicolas offert par les enfants américains aux enfants des so dats engagés dans la guerre, est arrivé à Cawsan Bay, Devonport, hier matin. — M. Radoslavoff, premier ministre de Bu garie et ministre des Affaires étrangères, a déclai hier à la Sobranié que la Bulgarie garderait ur attitude de stricte neutralité. — Le second supplément au budget alleman de 1914 autorise le chancelier de l'Empire à lev< up crédit de 5 milliards de marks pour dépensf extraordinaires et à émettre pour 400 millions c bons du trésor. S NOUVEAU BOMBARDEMENT DE ZEEBRUGGE. FAIBLE OPPOSITION. LONDRES, 24 novembre.—Le secrétaire de l'Amirauté a publié oette nuit la communication suivante :— Lundi, tous les points de Zeebrugge ayant une signification militaire ont été soumis à un bombardement sévère par deux navires de guerre ej anglais. L'opposition allemande était faible. L'étendue des dégâts était inconnue. :u Les navires anglais sont revenus sains et saufs. TOUTE LA COTE BOMBARDEE. AMSTERDAM, 27 novembre.—Dès lundi it ^îatin, les villes de la côte belge, qui ont été ^ fortifiées par les Allemands, et les batteries allemandes en particulier, ont été l'une après l'autre bombardées par la flotte anglo-française. ^ Au point du jour des aviateurs anglais reconnurent le littoral, le long duquel des canons ^ allemands avaient été cachés dans les dunes, i- .Après cette reconnaissance, les Alliés attaquèrent l'infanterie allemande à Nieuport, , agissant conjointement avec l'escadre angio-française qui s'était rapprochée de la cote, laisant feu continuellement et communiquant apparemment par T. S. F. avec la terre. Les Allemands maintinrent un feu d'artillerie ininterrompu contre les troupes alliées en avance al et contre l'escadre, qui était composée de trois petits croiseurs et de nombreux torpilleurs et contre-torpilleurs. [e Tôt le matin, une seconde flotille fit son e, apparition et dirigea son feu sur la région comprise entre Ostende et Westende. Dans cette région, non pms qu'à Nieuport, aucun des deux partis ne gagna un avantage décisif.Deux batteries allemandes de Westende furent réduites au silence, mais l'escadre.franco-anglaise opérant à cet endroit fut forcée de se retirer. La seconde escadre se rendit ensuite à Zeebrugge.—Central News. » ENORMES DEGATS. S LE PILOTAGE DE ZEEBRUGGE INCENDIE. LE BASE NAVALE DETRUITE. AMSTERDAM, 24 novembre.—D'après le correspondant du " Telegraaf," plusieurs navires de guerre apparurent dans la brume, lundi dernier vers 2 heures, à quatre milles au large de Zeebrugge, et ouvrirent le feu sur le port ainsi que .» sur Heyst. ^ Zeebrugge fut attaqué pour empêcher l'achève-^ ment de sous-marins en cours de montage. Les cuirassés firent feu à Heyst sur les bat-teries placées dans les dunes, et sur les hôtels où les Allemands étaient cantonnés. Le bombardement fut violent, et les maisons vibrèrent à l'Ecluse, à Aardenburg, et même à Maldeghem. r Le grand bâtiment du pilotage à Zeebrugge, ^ occupé par les Allemands, fut incendié. D'autr-is ■_ projectiles atteignirent le Palace Hôtel et l'usine Solvav, où un pont avait été jeté sur le canal :s maritime. Une église et deux villas furent endommagées à Heyst. Les Allemands occupèrent immédiatement les lS tranchées dans les dunes, mais furent incapables d'atteindre les navires britanniques de leurs 11 obus. Les crêtes des dunes étaient noires de 13 monde hors de portée des canons. De nombreux habitants, alarmés par l'attaque soudaine, quit-'? tèrent Heyst. Des renforts allemands, avec de a l'artillerie, sont attendus ce jour. D'après le " Tyd," la seconde escadre attaqua Zeebrugge, avec l'intention évidente de détruire le chantier de montage des sous-marins. S Avant la soirée, les hangars de coke et le Palace Hôtel, ainsi que l'usine d'électricité, étaient tous en feu. La tour de l'église de Heyst fut fort endommagée par le terrible bombardement. Il en est de même pour les écluses de i- Zeebrugge. Les endroits du voisinage ont terrible-n ment souffert du feu, et de nombreux ouvrages j. du port sont ruinés. ,e L'artillerie allemande resta silencieuse pen-,t dant l'attaque des .sous-marins contre l'escadre !_ britannique, qui se retira lentement, à la faveur du brouillard et de l'obscurité. f. Zeebrugge est partiellement en flammes, et la 1 population a pris la fuite. De nombreuses maisons de particuliers ont été détruites. FAUSSE NOUVELLE, é 3 AMSTERDAM, 25 novembre.—D'après le correspondant du " Tyd " à l'Ecluse, une partie de q Zeebrugge est en feu, et la population du littoral t s'enfuit dans toutes les directions. Les cuirassés alliés ont aussi bombardé Heyst. _ D'après le correspondant du " Telegraaf " à l'Ecluse, le rapport allemand disant que les gros canons de l'ennemi forcèrent les navires de guerre à se retirer est inexact.—Central News. LA TOUR DE L'EGLISE D'YPRES ,s ENDOMMAGEE. 3- AMSTERDAM, 25 novembre.—Des nouvelles de Berlin annoncent que suivant un télégramme reçu par le " Lokalanzeiger " la tour de la cathé-^ drale d'Ypres a été endommagée par le bom-a bardement des Allemands.—Reuter. it r, DANS LE BROUILLARD. AMSTERDAM, 25 novembre.—Le correspon-dant du " Telegraaf " à l'Ecluse donne une des-cription du bombardement de Zeebrugge par les navires anglais, que l'on ne pouvait distinguer de r la côte par suite d'un brouillard intense, •s La journée de mardi fut calme. Dans la ba-' taille d'Ypres la situation reste inchangée ; l'artil-î- lerie allemande se trouve à la même place qu'il y a trois semaines.—Reuter. Les navires anglais qui ont bombardé Zee-brugge sont .rentres pour faire leurs provisions; leur tir, admirablement dirigé par les aviateurs, fut très efficace. Avec beaucoup de facilité ils mirent les canons allemands hors d'action. Un , croit que les pertes des Allemands sont très fortes. ^ Les Anglais n'ont pas de dégâts. Les sous-marins . allemands ont beaucoup souffert. i. —-t —Il y a en ce moment 1773 étudiants de a l'université d'Oxford sous les drapeaux. Il n'y aura pas de concours athlétiques interuniversi-c taires en 1915. :s — Pour plus de 50,000 tonnes d'ordres de nou- i veaux navires marchands ont été transmis aux ^ chantiers de la Clydc, cette semaine. — Un rescapé du sous-marin allemand "U18 " raconte que son navire attaqué par le navire de e guerre anglais " Garry " perdit son périscope et e eut son hélice endommagée. Le commandant décida do se rendre et fit tirer au sort l'homme qui d resterait à bord pour ouvrir les valves de sûreté v et couler le navire. C'est ainsi qu'un des méca-s niciens ne put être sauvé. Son dévoùment sera o du reste inutile, car on espère relever le sous-marin. LA VIE INDUSTRIELLE EN BELGIQUE. REPRISE IMPOSSIBLE. CONTRIBUTIONS EN VUE. ROTTERDAM, 22 novembre (par courrier).— Le "Nieuwe Rotterdamsche Courant" d'hier soir publie une longue correspondance de Bruxelles datée du 17 de ce mois exposant les raisons pour lesquelles la reprise de la vie économique est actuellement impossible en Belgique et lavant les Belges du reproche qu'ils s'opposeraient par leur inertie à cette reprise. C'est au contraire les Allemands qu'il faut blâmer, car ils ne font rien pour modifier la déplorable situation actuelle. Les conditions d'une reprise quelconque de l'activité industrielle ont été lumineusement exposées par les grands industriels de la région de Charleroi et par ceux de Gand. Elles consistent dans le rétablissement, au moins partiel, des moyens de transport, par axe, par eau et par rail : la cessation des réquisitions en chevaux et en véhicules; la liberté d'aotion des camionneurs ou convoyeurs ; l'ouverture des succursales de la Banque nationale avec garantie que les fonds destinés au payement des .salaires et du matérial d'exploitation, ne soient pas saisis; l'autorisation d'importer des matières premières, du bois de mine, des explosifs, de la benzine, des huiles et dés graisses industrielles et d'exporter vers la Hollande; l'importation de vivres en quantité suffisante, surtout de pain; le rétablissement de la liberté de la circulation à pied et à bicyclette; l'adoucissement des proclamations et la diminution du nombre des perqu sitions domiciliaires qui effraient les populations; le rétablessement des communications postales, télégraphiques et téléphoniques, ou leur remplacement par un service fréquent, rapide et régulier de courriers automobiles.Jusqu'à présent, aucun de ces desiderata n'a été rempli. A Gand, le baron von Keudele. gouverneur civil des deux Flandres, a écouté avec bienveillance les demandes des industriels gantois, mais ne leur a donné aucune espèce de suite. Le correspondant continue en ces termes:— " Parler d'une revivescence de l'agriculture et du port d'Anvers serait de l'ironie. " Dans cette dernière ville tout est mort (" uitgestorven ") et, quoique les feuilles allemandes prétendent lo contraire, toute personne non prévenue aura pu constater avec moi qu'il n'y a que très peu (" bitterweinig ") d'habitants qui soient revenus et qu'une quantité de magasins restent fermés. "Il va de soie que cet arrêt du commerce et de l'industrie provoquent de la misère et la raréfaction des moyens de subsistance. On essaie bien d'y pallier par l'importation de grain américain, mais quoique les feuilles allemandes prétendent qu'on ne fera pas la moindre difficulté à ces envois, le gouvernement provisoire les a frappés de droits tellement élevés que le prix en a notablement haussé. On paie 40 centimes le kilo, à Bruxelles, pour le pain fait de farine américaine, contre 32 centimes avant que cette importation n'eut lieu— "On voit que, à moins que la. communauté ne s'impose des sacrifices considérables, la vie frappé la bourgeoisie de lourdes exigences. " Aussi les autorités communales et autres prc-parent-elles des contributions et d'autres mesures pour y obvier, surtout en vue de l'hiver approchant." PLUS DE POLEMIQUES. UNE LETTRE DE M. DEVOS Nous avons reproduit le 14 novembre, un article de 1' " Echo belge," faisant mention d'un désaccord survenu entre M. Strauss et les autres membres de la commission intercommunale dont il fait partie. M. Devos, bourgmestre d'Anvers, nous a adressé à ce sujet une protestation dont nous publions ci-dessous la partie essentielle:-— i D'après l'honorable bourgmestre, dont l'attitude dans les circonstances difficiles que traverse la ville d'Anvers a été approuvée par tous, les faits affirmés dans l'article de 1' "Echo belge" sont absolument faux et calomnieux. La Commission intercommunale, dans sa dernière séance, à laquelle assistaient tous les membres du Collège, y oompris M. Strauss, et qui était présidée par M. le sénateur Ryckmans, a voté l'ordre du jour suivant: " La Commission intercommunale, protestant contre les campagnes outrageantes et calomnieuses, menées à son sujet à l'étranger; " Constate que M. Strauss désapprouve l'article de 1' "Echo belge," reproduit par la Métropole du 14 novembre, et affirme n'en être ni l'auteur ai l'inspirateur; "Déclare qu'il ne s'est jamais manifesté deux courants au sein de la Commission intercommunale ou du Collège: " Exprime sa complète confiance dans le Président de la Commission intercommunale et sa solidarité avec lui. "Et passe à l'ordre du jour." Cet ordre dti jour a été voté à l'unanimité par les membres présents à la réunion de la Corn-mission intercommunale, y compris M. Strauss; par MIL Frédéric Delvaux, Ch. Leclair et a. Valérius, avocats de la ville, et par MM. Willy Friling, H. Gyselyncks Richard Kreglinger et a. Schobbens, secrétaires de la Commission intercommunale ; M. Franck, seul, personnellemont en cause, s'est abstenu. Notre confrère d'Amsterdam aura sans doute reçu semblable protestation et y répondra s'il le juge nécessaire. Nous croyons devoir lui signaler cependant ce qui suit:— Dans une réunion des avocats anversois séjournant actuellement eu Angleterre, et tenue hier, il a été fait part d'une communication émanant du Gouvernement, de laquelle il ressort qu'en haut lieu on désire voir cesser immédiatement les discussions irritantes au sujet d'Anvers. Nous nous rallions avec d'autant plus d'empressement à ce vœu que d.ans les circonstances douloureuses que nous traversons l'union étroite entre Belges est nécessaire. Nous nous abstiendrons donc, désormais, de toute polémique à cet égard. LA MISERE A ANVERS. Le commissaire spécial à Rotterdam de la Commission de Secours en Belgique, 3, London Wall-buildings, E.C., écrit aux journaux anglais: ! J'ai vu au moins mille femmes tremblant dans la neige à Anvers, attendant qu'on leur donnât du pain. Toutes étaient mal vêtues. L'une d'elles était chaussée de pantoufles. A Mali nés, nous essayâmes de donner de l'argent aux pauvres, à l'ombre de la cathédrale. Des vieillards et des vieilles femmes nous arrachaient presque la monnaie des mains. — On annonce la. mort du général allemand Stcnger, qui se rendit tristement célèbre par son ordre inhumain aux soldats de son corps d'armée, de tuer tous les blessés, pour ne plus laisaer do survivants français derrière ses lignes. COMMUNIQUES OFFICIELS RUSSES. LA BATAILLE DE LODZ. UNE CONTRE-ATTAQUE ENNEMI! ECHOUE. PETROGRADE, 24 novembre.—Communiqué de l'état-major du grand quartier-général:— La bataille de Lodz continue toujours. Sur ui point notre cavalerie a chargé l'infanterie aile mande en retraite, lui infligeant de fortes perte: et capturant des canons lourds. Sur le front Czenstochowa-Cracovie l'action si développe en notre faveur. Dimanche nous avon: fait plus de 6000 prisonniers. La tentative d< contre-attaque de l'ennemi a échoué. LES "SUCCES" AUTRICHIENS. FRANÇOIS-JOSEPH EN PERE LE SOMMEIL. VENISE, 24 novembre.—Le correspondant d< Reuter apprend d'une source autorisée que 1< guerre affecte sérieusement la santé de l'empe reur François-Joseph, qui souffre d'insomnie. Sa Majesté s'éveille tôt dans la nuit et, pré occupée des opérations de la guerre, ne par v ion pas à retrouver le repos. Cette situation caust de vives inquiétudes à ses médecins.—Reuter. PROCEDES" ALLEMAN S. AVIATEURS ARRETES EN RUSSIE. PETROGRADE, 24 novembre.—Le consu américain à Varsovie a télégraphié à son am bassade pour attirer son attention sur le fait qu< les Allemands ont jeté des bombes sur des rue: bondees de civils dimanche dernier, en y ajout-an que les vitres du consulat avaient été brisées. Un aéroplane allemand a jeté, il y a quelque: jours, deux bombes sur Plock, vers midi, mai: sans causer de dégâts. L'avion s'enfuit alors ; plusieurs milles de distance, mais fut obligé d'at torrir, et les deux aviateurs qui le montaien furent arrêtés par des éclaire tirs des Cosaques e ramenés à Lodz.—Reuter. LES MENSONGES ALLEMANDS "LEURS" COMMUNIQUES OFFICIELS. PETROGRADE, 24 novembre.—Le commu niqué semi-officiel suivant est publié ici :— On peut juger par le petit communiqué sui vaut du quartier-général prussien du 20 novem bre, combien ou peut ajouter de foi aux com muniqués officiels allemands:— " Dans la région orientale des Lacs, les Russe ont pris possession d'une batterie de campagn* avec canons, mais sans hommes." Ce communiqué se réfère à une redoute prè du village de Przijkop, qu'une compagnie d'ui régiment sibérien, commandée par le capitaine Ossihbff, prit d'assaut durant la nuit du 11 novembre. Le jour suivant l'ennemi concentra un ti: furieux de ses mortiers lourds sur la redoute c livra des attaques répétées pendant quatre heure: pour reprendre la position. Dans cette attaque les colonnes allemande: furent forcées de passer devant un isthme entri les lacs Buvelno et Vojnoff, au sud du la» Levantin. Cet isthme, large de 400 pas, étai couvert de cadavres allemands. Après un en gagement, chaudement contesté, nous maintinme: notre possession de la redoute. LES REFUGIES PRUSSIENS. COPENHAGUE, 25 novembre.—On signale di Schleswig-Holstein que des réfugiés de la Pruss< orientale arrivent en grand nombre dans le: villes de la Silésie. La plupart d'entr'eux s< trouvent dans des conditions misérables et d< nombreux enfants sont morts de faim et de froic durant un voyage de quinze jours.—Centra News. 110,000 PRISONNIERS RUSSES? AMSTERDAM, 25 novembre.—Un télégramme officiel reçu de Vienne dit:— La bataille dans la Pologne russe en dépit di froid rigoureux continue avec énergie des deu> côtés. Les troupes ont capturé plusieurs point: d'appui et sont enprogrès, particulièrement dan: la direction de Woldrow des deux côtés de h Pilica. Nous avons fait de nombreux prison niers. A d'autres endroits la situation es inchangée. A l'intérieur da la Monarchie 1< nombre de prisonniers s'élève à 110,000, don 1000 officiers.—Reuter. DANS LE CAUCASE. LA RETRAITE TURQUE. PETROGRADE, 24 novembre.—Une dépêch« du quartier-général du Caucase annonce ce qu suit:— Dans la région de Tcliorokh, un engagemen s'est développé pendant la journée d'hier. L'en nemi fut culbuté sur tout le front dans la Tégior d'Erzéroum, et forcé à une retraite précipitée Il est poursuivi vigoureusement par nos troupes Aucun changement de situation dans les autres districts.—Reuter. LES FORCES RUSSES EN CAUCASIE. ROME, 25 novembre.—Le correspondant ; Odessa du " Messagero " télégraphie que le: forces russes opérant en Caucasie s'élèvent à db corps d'armée—450,000 hommes—et que le: opérations sont dirigées par-le général Woronzow Le Grand-duc Michel commande une division Le correspondant ajoute que jusqu'à présen seules les troupes russes de couverture ont ct< en action, la. neige empêchant l'entrée en actior du gros de l'armée; néanmoins, l'avance contri Erzéroum continue triomphalement.—Centra News. — Un télégramme de Milan aux journaux allemands annonce que le grand-duc Dmitri, fik unique du graad-due Paul Alexandrowitch, i été grièvement blessé au cours d'un oombai contre la cavalerie allemande sur la Warta. — Le " Handelsblad^' d'Amsterdam apprenc que vingt soldats belges internés à Gaasterlam. ont été remis en liberté, leur transport en Hol lande ayant eu lieu sans leur consentement, alor; qu'ils étaient blessés. ! LE RAID SUR LES ZEPPELINS. LES AVLA.TEURS ANGLAIS DECORES. BERNE, 24 novembre.—Une dépêche de Bel-fort décrit l'enthousiasme avec lequel fut reçue dimanche, parmi les troupes et la population 1 civile, la nouvelle du raid magnifique des avia • teurs anglais sur l'usine à Zeppelins de Fried-richshafen.Au cours d'une revue, le gouverneur de la place forte épingla sur la poitrine des deux air-men revenus sains et saufs la croix de la Légion d'honneur, qui a aussi été décernée au com-! mandant Briggs. La modeste attitude des deux héros fut très commentée. De nouveaux détails de la frontière près de Friedrichshafen disent que quatre bombes sont tombées sur l'usine à Zeppelins.—Central News. LE CANAL DE SUEZ, i ROME, 24 novembre.—Il a été annoncé officieusement ici que la Turquie, en entrant dans le conflit européen, a déclaré au gouvernement italien qu'elle respecterait la navigation du canal , de Suez.—Reuter. COMBAT NAVAL DANS L'ADRIATIQUE. ' ROME, 24 novembre.—Des rapports d'Ancône signalent une violente canonnade dans la direction du littoral opposé. Des pêcheurs retournant > au port virent les lueurs des bouches à feu vers Cattaro, mais n'osèrent approcher de la côte, pai _ crainte des mines. On suppose que les cuirassés autrichiens ont accepté le combat, mais cette nouvelle n'est pa^ confirmée à l'heure actuelle. D'après la " Tri-' buna " l'engagement aurait lieu près de Lissa.— Reuter. LES BELGES EN ANGLETERRE C'est aujourd'hui que sera célébrée la fête du drapeau belge, dont nous avons déjà parlé à diverses reprises. Son produit est destiné aux orphelins belges de la guerre. Nous recommandons chaudement à nos amis favorisés de la fortune de faire bon accueil aux ^ collecteuses qui leur présenteront de petits - drapeaux. ! * * * ; A cette occasion notre confrère anglais ' " The Daily Call," le nouveau journal illustré quotidien, consacre son numéro d'aujourd'hui à ; la Belgique, et nos compatriotes y trouveront > quantité de photographies intéressantes. La cou-l verture allégorique est, due au crayon de M. Byam-Shaw, un des plus célèbres dessinateurs i anglais. t * * * Le Birmingham Small Arms Manufacturing Co. (B.S.A.) peut employer un certain nombre d'ouvriers belges ayant une excellente expérience, en particulier des fabricants d'outils mécaniques. » S'adresser à cette firme. * •* * Les médecins belges, membres de la Société belge de médecine à Londres, ont voté dans leui dernière séance les voeux suivants adressés à M. le médecin militaire principal Godts:— " Plaise à l'autorité militaire d'employer les ' services médicaux au front et dans les hôpitaux militaires, des médecins belges actuellement à - Londres. Ces derniers, au surplus, se mettent ii - la disposition du médecin principal pour être em-■ ployés aux conseils de révision actuellement en activité en Angleterre. ^ " Us esr>è-<>"t une prompte réponse à leur re i quête patriotique." Dans la m e séance les médecins ont pro- > clamé le professeur Jacobs président d'honneur, l le professeur Laurent, dont on connaît, les bril-; lantes campagnes en Bulgarie eC en Serbie, vice- président d'honneur. M. le docteur Rapali. qui a apporté à nos com- • patriotes un dévouement sans limites, a été ac-clamé comme membre honoraire de la société. , * Le " Comité d'assistance et de t ravail aux ; réfugiés Alliés en Angleterre" prie les réfugiés , desireux de trouver une occupation quelconque . de se présenter à ses bureaux 560, Fulham-road, - S.W., entre 10 heures du matin et 4 heures du soir a partir du 2,4 novembre, 1914. Nous venons de parcourir une brochure, »«ssi concise que pratique: "l'Anglais usuel sans professeur." Edité en français et en flamand, c« petit livre constituera pour tous les réfugiés ; belges un excellent moven d'apprendre les , notions de la langue anglaise. . Aujourd'hui jeudi, à S heures, assemblée . générale du club des réfugiés à Tunbridge Wells [ et environs en son local, 32, Calveriey-road [ (Constitutional Club). Tous les Belges sont priés d'y assister. * * * Le dispensaire du War Réfugiés, 265 Strand a côte du Général Buildings, continue son œuvre > de bienfaisance parmi les réfugiés nécessiteux. Depuis le 16 octobre, la Policlinique précitée : a reçu plus de 400 malades qui ont obtenu des soins. i La consultation gratuite y est faite pat des ; médicins Anglais et. Belges qui se tiennent à la disposition du public tous les jours de 10 a 1 heure et de 2 à 6 heures. Des dames de la , Croix Rouge Anglaise auxqeuelles on ne saurait , être trop reconnaissant prodiguent leurs soins à , nos malades sous la vaillante direction de Miss Davenport, nurse-chief. Des médecins anglais spécialistes sont attachés à la clinique et. l'entrée dans les hôpitaux spéciaux et " Home de refuge, a été requise pour plusieurs militaires blessés qui étaient allés se faire soigner au dispensaire. Les personnes qui désirent avoir des nouvelles de soldats belges blessés se trouvant dans les hôpitaux en Angleterre, sout priées de s'adresser au " Wounded Allies' Relief Committee," au Grand Hôtel, Trafalgar-square, Londres, où tous les noms son enregistrés. Ce comité recevra avec plaisir tout renseignement au sujet d'autres soldats belges blessés, ce qui permettra au bureau d'informations du Grand Hôtel, de donner des renseignements exacts. Le comité accepte également, pour la transmettre ; aux destinataires, la correspondance de et poui les soldats belges blessés. — Le général Hughes, ministre canadien de la l milice, s'adressant au Club canadien, annonça > qu'une centaine de mille hommes des Etats-Unis avaient offert de s'engager au Canada pour servit ; la cause des Alliés sur le théâtre européen de la guerre. — Le correspondant du " Telegraaf " à l'Ecluse - annonce qu'un civil a été fusillé par les Aile-! mands à Staten, entre Roulers et Dixmude. On 1 l'accusait d'être franc-tireur. 1 Un soldat allemand a informé le même correspondant qu'il avait vu les corps de trente civils fusillés à Staten. — Le "Capital" de Lisboouc annonoe la publication d'un décret de mobilisation partielle ' accompagné d'une proclamation du ministre de • la guerre du Portugal. — Le duc de Saxe-Coburg-Gotha l'a échappé belle en France. Un obus -éclata dans son voisinage immédiat, et suivant un message de Co-bourg, l'explosion tua le commandant d'uu régi ment allemand nommé von Berg, qui se trouvail aux côtés du duc. Le mémo obus blessa de us officiers. MONITEUR BELGE. DES 15, 16, 17, 18 NOVEMBRE. ACTIONS D'ECLAT. Est nommé chcTalier do l'ordre do Leopold II.:— Le caporal Lecoutuxier, do la compagnie do mitrailleur* Hotchlciss, de la 3o brigado mixte, pour avoir fait preuve d« courage et d'initiative au combat du 30 septembre 1914, en sauvant sous le feu de l'ennemi les pièces de sa section, après quo son officier eut été tué, et aToir contribué en outre à ramener quatre bletséo restés dais une région battue par l'ennomi ; NOMINATIONS. • a officiers auxiliaires: Dans l'infanterie: Denis A., ad.uidant, 4e régiment du corps des volontaires; Foquet, J-., adjudant, id.; Culot. J.-B., adjudant 13e de ligne: Robert. t>., 1er sergent-major, id.; Alarcual, E., id.. id.; Gilmet, V'., 6crgent-major, id. ; Scbeirlynck, 1er sergent, 10c de ligne; courtonne, G.-J.-M., sergent-major, 2e de ligne; Naniot, F -• i s®£&ent. id. : Moens, J., servent, id.; Deôonfans, .T., id., id. ; Van d« Cayzeele, C.-M.-L., 1er sergent-major. 4e' régiment d« ligne: Wautere, A.-A.-A.. adjutant, id.; Denis, H -Jer secrétaire, id.; Tondy, adjudant, 1er régi ment de grenadiers; Meunier, tergeant-major, id.; Couvreur, Kl., id. ; Do Neye, sergent, 2e de liçne; Henrard. .sorgent-major. 10e de ligne; Bruneei, 6ergent-maior, colonne d'ambulance de la 6e division d'armée; Tuerelinck, A.-E., adjudant, 4e régiment de ligne de forteresse; Buets. id., 5a rcgiment de ligne; Alleman. C., id.. id.; Moreels, .T.. id.. id.; Bpucken, J.-L., sergent-major, id.; Pirotte, J.-J., id , », Delsinne, E., id.. id.; Claeys. J., id., ' Miette, P., id., id.; Fiévet, M.-J.-B., 1er sergent, id.; De Weze, O.-G., id., id.; Blairir. J.-J.. Forgent-fourrier, id.; \Varmoes, F.-A., id.. id. ; Wintgens, J.-BL-R., adjudant. 6e régiment de ligne; Vuylsteke De Laps. M--A^ id., id.; Lam-™ens, A..H_, id., id.; Dimartinelli. J.. id.. id.; Gevaertt-:, J.F., id.. id.; Bogacrts, J..F., id., id.; Chevalier, T., aergopt-major, id.; Van den Bogaerde, A.-C-, 1er eergent-maâor, id.; Peynshaert, G.-S., id.. id ; De l'rez, C.-M.-A., 1er sergent, id. ; De Wilde. A., adjudant, 7e régiment de lipne; Meire-sonne. F.-J.. id., id.; Gauthier, H.-J.. id.. id.; Bodar. P.-VI, id., id. ; Joos, L. J.. id. id.; Wilmet, Ô.-.T.. sergent-major, id.; VerschuereR, C., adjudant, 6e régiment de ligne; Peclers, J., id. compagnie cycliste de la 2e division d'armcc; David, 1er sergent, 2« grenadiers.' Dans l'artillerie.—Jacobs, adjudant, 1er régiment; Ii«.port^, maréchal des logis, 6e régiment: Bodard,adjudant, 3e brigade; Hurt, maréchal des logis.- 4e régiment. Dans le corps des transporte.—Revnaert, V.-R.-M., maréchal dea logrs chef, 2« division d'armée; Cooroman, C.-L^É, id. id.; Van Bcllinghen, J.-L.-A.-M., id. id.; Bal, J.-L-. id. id.: Coenen. E.-C.-M., 1er maréchal des logis chef, id.; Van Overschelde, J.-J., maréchal des logis chef, id.; Gigot, J.-J.-F., maréchal des logis {otirrier. id. ; Deneese, V.. maréchal des logis, id.; Petit, C.. id. id.; Dellosse, A-, id. id.; Chevalier van Havre, H., engaçé volontaire pour la. dorée d9 la guerre, id.; Kolzner, J.-0., id. id. OFFICIER DE RESER.YE. Par arrêté royal du 8 novembre 1914, le espitaàn* eu second de réserve Schollaert, C.-L, du 9e régiment de ligne, ceeso de faire partie du cadre de réserve. MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES. Roi a reçu une lettre mr laquelle S M. le Roi du Royaume Uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande et dee Territoires Britanniques an delà des Mers, Empereur des Indes, a notifie à S?. Majesté l'heureuse délivrance de S. A. R. la Princesse de Connaught et la naissance d'un IVince. F-e Roi a reçu la lettre par laquelle S. M- le Roi Roumaui* notifie le décès du Roi Carol et Son propre avènement au Trône. M. lo Marquis do Faura, chargé d'affaires ad-interim d Jî^spagne, a. rejoint lo gouvernement belge au Havre, le 18 octobre 1914. S. E. A. M. Alves da Veiga, Envoyé Extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire de la République Portugaise, a fejoint le Gouvernement au Havre. MINISTERE DE LA JUSTICE. Des arrêtés royaux fixent les conversions d'inscriptions au grand livre en titres au porteur, poux le bnrean de bienfai-»nce des communes de Hamme, do Renais et do Rangea pelle. CORPS DIPLOMATIQUE Par arrêté royal du 31 Octobre 1914, M. Charles Maskeri», secrétaire de légation de Ire classe, est nommé secrétaire de la Légation do Belgique à Washington. LE LIVRE D'ADRESSES DES EXILÉS 9 pence la ligne.—Joindre le montant auz ordres, s.v.p. ANDRE, JOS., Boul. Anspach, Bruxelles (Minerva), 10, Walton-crescent, Oxford. OLLIGN ON .TAN, de l'Opéra Flamand d'Anvers, est prié d'envoyer Bon adresse à J. Judcls, Ivoninginnenweg, 67. à Amsterdam. DRION PAUL, "ve rég. vol., 2e bat., cie., versé régiment actif, prière à quiconque pourrait donner renseignements.—Ecrire Mme. Paul Drïou, Brook Grecn, Ixmdres, W. / ^ ARTOX ARTHUR, lieut. et Mme, sont ch^z Mrs. Lucena, Hinstridge, Somerset. /~i ERHARD DUSPOEL cherche son père et sa mère.—Adresse Netherlands Consul, Liverpool. H Al) WEL EMILE, soldat blessé, demande nouvelles, femmo et famille.—Ecrire Red Cross Hos-pital, Tewkesbury. LINDEN GUIL. vraagt adres van zijne familie, Hylands Hœpital, Chelmsford, Essex. MONSIEUR VERNANT, de Courtrai, est prie de donner de ses nouvelles à l'abbé J. Vernant. 9, rue d» ,1a Chapelle, Ecluse, Hollande: PAUL MONTFORT.—Donnez nouvelles Pre- venier (Nieuwediepstr. 98) Terneuzen, Hollande. VIN STOCK JULES,- de Bruxelles, cbez~mi\ Pillion, 13, rue Jeanne d'Aire. Rouen, recherche fainillt et amis. T7AN DER STEEN, officier belge demande » nouvelles de sa famille, réfugiée en Hollande.—Ecrire A. Vermeirsch, 9-10, King-street, Cheapside, E.C. AJAN* DYK DE VLAM t a.mille, rue WÏÏhelmiTie, 96, Ginneken, Breda, Hollande, demando nouvelles famille Lesne Damna an, d'Anvere. ANGLAIS (Territorial) veut prendre leçons I>rivées Français et allemand; prix modérés.—Ecrire, II. S. 1696, Standard Office, Fleot-st„ E.C. • Criterion (Gerr., 3844). saison belge. T0-DAY at 2.30. CHAQUE SOIR, à. 8h. 15, qe jgon jyj on sieur r^oetebeek. AL LIBEAU et la troupe belge créatrice. PRIX SPECIALEMENT REDUITS. Parterre, 1c. MATINEE WEDS., THURS., and SATS^ à 2h. 30. DAME désire immédiatement jeune fille sachant 1e français comme aide do cuisine.—S'adresser, 39, Lowndes-street. entre 6-7. DECOLLETAGE."—Ouvriers sachant linir filières, taj-auds, etc., prière de se présenter, Davis and Timmins, LUI., Brook-road, Wood Green, N. On offre bonn gages, soixante heures par semaine, situation permanente. Ou-' parlo français. " ' DEN.TISTRY : Ad. Cotils, d'Anvers, consulta do lo à 5h. chez associé, Dr. J. B. Lewin, 147, Finchlcj-rd. (Swiss Cottage). Tel-, Hampstead 4846. a Dresseurs de canons de fusils. requi?° i Londres, pouvant dresser les canons de fusils rayés ;-expérience préalable absolument indispensable.—Ecrire âge, expérience, etc. à R. L., 11,702, Standard Office. Flect-st.. E.C. . ON DEMANDE une ou deux jeunes Belges réfugiées, comme bonnes à tout faire Sachant la Cuisine. —Ecrire Mis. Parsons, Kewstokc, Sutton, Surrey. hë national investment trust CORPORATION 0F ENGLAND, Ltd. Fondée en 1887. Capitci £700,000 (Frs. 17,500,000). Achat et Vcnto do Titres—Prêts sur Valeurs françaises et belges Change do toutes monnaies étrangères A céder: Participations X .des syndicats industriels avec gros bénéfices assurés. Pour le Oonsell d'Administration: THOS. WOOD, secrétaire. 6, BROAD-STREET-PLACE, LORDRES, E.C. NAISSANCES. Monsieur et Madame charles c0gels a.n-nonœnt l'heureuso naissance d'un fils qui a. reçu au baptême lo nom do Francis, Horsham-rd., 30, Durking, Surrey. LA METROPOLE paraît chaque matin, sauf lo dimanche, daus le " Standard." vendu chez tous l<-s marchands d« jouruaux au prix d'un penny Nous conseillons vivement à nos amis de s'abonner au prix de 3eh. 3 par mois pour le Royaume-Uni c* 4sh 4 pour l'étranger, et de nom adresser le prix do l'abonnement eu un mandat Lo tarif des annonces est. de 9d. la ligne pour lo " Livre d'adresses des exilés," payable d'avanc", et pour toute autre publicité, le tarif du " SUudard " Nous avons ouvert un bureau dan.i l'immeuble du " Standard," Fleet-strect. 132-4, E.C., ouvert de 3 à 6 heures. Eu ca3 do demande par ccrit, joindre di;ux timbres d'un penny.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods