La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

513 0
20 December 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 20 December. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Seen on 11 August 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/pv6b27qw22/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

The Newspaper for Belgians LA MÉTROPOLE BELGIQUE : DIX CENTIMES ANGLETERRE : ONE PENNY HOLLANDE: JVIJF CENT CONTINENT : DIXJCENT1HE3 D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES Directeur: JULES CLAES Bureaux: 43, Chancery Lane, W.C.2 — Téléphoné: Holborn 212. / i f" '* 0 «*• Abonnement* « J <) n » i* ' 17 t > '« o - 26*B ANNEE VENDREDI 20 DECEMBRE 1918 Registered at the G. P. O. as a Newspaper == , No. 354 La question du Limbourg La thèse be!ge Une réponse à M. Van Hamel Nous recevons de M. Germain Spée, .Vccat, président de la Fédération nationale belge, lia lettre suivante : J'ai Cu les déclarations de M. le professeur 7àn Haimeil, rédacteur du journall De Amster-amrner concernant îles revendications de la îelgique et lés rectifications de frontières que s hommes d'Etat belges croient nécessaires our garantir l'avenir de notre patrie. M. Van Hamel reconnaît que le régime de 'Escaut réclame des améliorations en temps e guerre au profit de la Belgique et de ses liés, mais il serécuse devant les conséquen-es que ces modifications doivent entraîner. Il raint qu'en permettant le passage aux flottes Uiées die la Belgique, la Hollande ne soit exposée aux risques d'une guerre avec les enne-nis. Oeai 'démontre clairement qu'une demii-olution de Da question est inadmissible, qu'el-; ne remédierait à rien. Reconnaissons tout d'abord que la situation ctueille est intolérable. La Betlgique, ayant on port principal à Anvers, doit pour sa flotte e guerre et celle de ses alliés, avoir Ce libre aïsage de l'Escaut. Un arrangement diplomatique, 'laissant à la Holl,tende 1a souveraine-é des deux rives du Bas-Escauit, ne résou-Lra.it rien, puisque la Halilande conserverait oujours les moyens matériels, de fait, d'em-êdher le passage, et qu'elle ne manquerait (as H:'en user sous l'empire de la contrainte norale, admise comme excuse dans le Droit nteraiajtionail. Pour mettre la HoCllande à l'abri de toute nenace et de toute récrimination, il faut donc [u'ellle n'ait plus la souveraineté ni sur l'Es-auit lui-même, ni sur ses .rives ; alors elle ne Kjurra plus encourir aucune responsabilité. >ui veut 'la fin veux les moyens ; tout autre irrangement ne serait qu'une demi-mesure, [ui, comme toutes'les demi^mesures ne résou-Lrait rien. Si pour cette solution, il est néoes-aire que 'la Hollande sacrifie la Flandre Zé-andaise, une enclave, avec une .population mi-lime, ce n'est guère un sacrifice. Mais il faut ie plus que fa surface entière de l'Escaut soiit >ous la souveraineté belge, car une ligne médiane frontière permettrait toujours à la Hollande de défendre le pasage sur ses eaux, se qui empêcherait tout passage de navires. Le professeur Van Hamel conteste tout iroit de te Belgique au Limbourg "cédé". Ici 'honorable professeur oubllie un peu trop l'his-oire en même temps que les faits. Le Lim->ourg a toujours aippartenu à la Belgique, a 'écu de la vie belge, a été incorporé au Duché lu Brabant depuis la bataille de Woeringen 'aginée par le Duc Jean le Victorieux (1288), s'est insurgé contre la Hollande avec les ui'tres provinces belges en 1830. En 1839, 'e .Jmbourg "cédé" était entièrement belge, .ie :œu;r et d'âme, et c'est dans tes accents les ylus pathétiques et touchants que les repr sen-ants limbourgeoîs protestaient contre cette imputation immorale. Depuis lors, les Hollandais ont eux-mêmes raités les Limbourgeois avec déM'ain, ne les :onsidérant pas comme Hollandais, mais com ne des parias; ils les appelaient des "Mu' ers" et mettaient le Limbourg dans une si-uation inférieure au point de vue des travaux ublics et des autres faveurs gouvernemen.a-ps. Dans ces dernières années cette situat'on 'est peut-être un peu modifiée, mais qu'on -ensuite les anciens Limbourgeois : ils cnl ■ .nservé leurs sentiments belges, comme l'a 'émontré la touchante démarche des dames It Maestricht, de Ruremonde et de Sittard. La restitution du Limbourg "cédé" sous 'empire de la force en 1839, est un acte dé éparafcion et de justice qui doit s'accomplir, »mrne la restitution de l'Alsaoe-Lorraine à 1a Tran.oe. La Hollande n'en souffffrira pas, parce que :e n'est pas un territoire hoûtendlais ; les Lim-lourgeois n'ont jamais eu de sympathie pour es Hollandais, ils conservaient et conservent 'ncore leurs relations séculaires avec Liège, jui est comme une réelle sœur de Maestricht. Combien de Maestrichtois qui portent des 10ms wallons et purement liégeois ; parcourez es rues de cette ville, interrogez les gens, et lemandez-vous ensuite quelle analogie vous ' trouverez avec une ville hollandaise. Le Lim->ourg "cédé" est Belge, et la Justice exige ju'il fasse retour à la Belgique. GERMAIN SPEE, Président de l'a Fédération nationale belge. La question du Limbourg Paris, 18 décembre.' — Le correspondant à -a Haye du Matin de Paris maintient que, nalgré les démentis,ofliciels, les complications lues au passage des troupes allemandes à traders le Limbourg provoqueront la démission lu ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas.— Reuter. Explications de M. Van Karnebeek La Haye, 18 décembre. — La deuxième Chambre des Etats-Généraux a continué aujourd'hui te débat sur Ce budget des affaires étrangères. M. Van Karnebeek, ministre des Affaires étrangères, déclara que la lettre au ministre de Belgique à La Haye, déclarant que les internés belges ne pouvaient être libérés pour les raisons avanoées par M. Victor Yseux, mais que le gouvernement hollandais avait fait des démarches pour obtenir du gouvernement l'autorisation de les libérer était une réponse à 1a note du 4 novembre, alors que le gouverne-trient hollandais avait déjà fait les démarches en question pour ce quii concerne Berlin lé 25 octobre. Cette lettre ne fut expédiée qué te 12 novembre, après l'armistice du n, en vertu duquel les hommes pouvaient maintenant être libérés. M. Van Karnebeek dit qu'il .informa immédiatement le ministre de Belgique, 1e 13 novembre, par le chef de Ca section politique de son gouvernement, que la position était changée et que les soldats internés pouvaient maintenant être libérés. "La lettre du 12 novembre, ajouta M. Van Karn'ebeek, n'avait pas grande importance (sic) et ne servait qu'à informer te ministre d!e Belgique de notre point de vue au moment de nos négociations avec Berlin le 25 octobre, et en particulier à contredire l'aîl%ation que nous n'avions pas traité les internés belges conformément aux lois de l'humanité." Le ministre conclut en disant qu'il était ainsi justifié en attribuant la connexion faite par lb gouvernement belge entre cette lettre et la question du passage des troupes allemandes par te Limbourg comme un malentendu. — Reuter. 4 La question de l'Escaut Une opinion anglaise Nous lisons dans The African World du 14 décembre : Le traité de 1838 fut pour la Belgique un acte notoire d'injustice. Non seulement il la priva d'une partie notable de territoire dans l'est, mais, en accordant à la Hofflandte te rive sud de l'Escaut il servit à embouteiller Anvers ainsi que le démontre un simple coup d'œil sur la carte. En vue des prochains conférences des Alliés et die la paix la question se pose de savoir si pareil traité doit être maintenu. La réponse doit évidemment être négative. Il est essentiel que 1e grand port belge aie libre accès de et vers la mer et que la Hollande cède à notre brave alliée la côte sud de '.'Escaut occidental.La jusice aux demandes rationnelles et géographiques d'Anvers, dont dépend aussi la I paix du monde, exige la restitution de cette petite bande de terrain, inoffensive entre les mains des Belges mais constituant pour la liberté d'Anvers une menace éternelle 'au cas où eille se trouverait entre les mains 'd'un autre état. Même avant lia guerre l'augmentation continuelle par 1a Hollande des fortifications à l'embouchure de l'Escaut occidental créait entre les deux pays une tension à laquelle il sériait mis fin. La Grande-Bretagne a toujours et toujours insisté sur le régime de îa porte ouverte pour l'Escaut et cela ne peut être obtenu qu'en rendant à 1a Belgique toute la partie sud de l'estuaire navigable. C'est pourquoi nous devons insister sur cette ratification nécessaire d'un arrangement territorlial et injuste et inutile.+ Epouvantable situation des finances russes La revue économique allemande Bankar-' chiv, examinant la situation financière de 1a Russie, donne les chiffres suivants relativement à l'accroissement énorme de la monnaie fiduciaire et au- taux infime atteint aujourd'hui par l'encaisse or. Avant la guerre, quatre milliards et demi de roubles papier étaient garantis dans la proportion de 98 p. c. par l'encaisse or. Fin octobre 1917, la circulation en roubles atteint 46 milliards oontre une encaisse d'or de 21 p. c. Le 15 octobre 1918, la circulation s'élève à 179 milliards de roubles (dont 133 émis par les bolcheviks) et n'offre plus garantie que pour 2 p .c. en or. ♦ Les pertes maritimes danoises pendant la guerre Suivant des calculs approximatifs, te Danemark a perdu pendant la guerre 250 navires et 450 marins. La main cachée Ceux qui courent encore M. Bucholkz, ancien officier de la Kom mandantur de Bruxelles et quii s'est débarrassé die son uniforme, circule librement à Bruxelles. N'essayez pas de comprendre, c'est inutile. .. Les adieux de l'Argentine à M. Mélot Un banquet d'adieu donné en l'honneur du ministre de Belgique, M. Mélliot. a été l'occasion d'une manifestation émouvante. Trois cenlts personnalités argentines et les ministres alliés y assistaient. L'ancien ministre, M. Muijioa, a prononcé un discours où il a rappelé lia pro fonde indignation provoquée dans le peu pie argentin par la violation de la neutralité de la Belgique et signalé avec quelle ioie les Argentins avaient fêté le 'triomphe des Alliés. M. Melott 0 remercié. Il a constaté qu< toute la population avait exprimé élo-quemment sa sympathie à la Belgique e: aux Alliés, surtout au moment Critique d( la dernière offensive allleimiainde. 4. France et Italie Paris, mercredi, 18 décembre.— Du corn ,. pondanit spécial de 1a Daily Chronicle, à Paris : "Il y eut un temps où tes relations f--an co-italien nés étaient extraordinairemenlt tendues et où existait une politique de coup; d'épingle et de récrilminations fiscaltes. Ce? jours sont heureusement passés et lia mesur< de la force des sentiments nouveaux ser: donnée par les fêtes et les manifestations qu auront lieu demain à l'ocoasion de te visiïf du roi d'Itaille. Le premier jour a été déclaré jour férié. "La prétention de l'Italie sur la côte d? Dalmaltie a été discutée avec sympathie sui la base que sa population, de quarant< millions d'habitants se trouve confinée dan-un territoire n'ayant que les trois cinquièmes de l'étendue de fa France et qui dJoit êtr< agrandie. "On suppose qu'un modus vivendi compa. tible avec les exigences du nouvel Etat yoa go-slave sortira des- délibrations quii a/urom lieu ici entre les hommes d'Etat français e: italiens. Il n'existe aucune raison pour qu'ur accord sur le terrain économique et politiqu< ne se fasse entre les deux pays. Il y auraii avantage pour tous deux à régler la questior de la Méditerranée." ♦ Les directeurs de Krupp arretes Un télégramme d'Essen anon.nce que k Soviet local a arrêté trloîs des principaux directeurs de Krupp. Parmi eux se trouvail 1e Dr. Bransenberger, l'inventeur du canor à longue portée. Les bolchévistes en Esthonie L'invasion bolcheviste d'ans les province? bailtilques prend un caractère menaçant). Des troupes rouges composées surtout de Letton-ont traversé la Dvina près de Frederickstadl et marchent sur Liban ; d'aultres détachements sont devant Wallk (Livonie). Les dernières troupes allemandes ont quitté fa Finlande et on attend une escadre britannique à Helsingfors. Des émeutes oint eu lieu à Dantzig. La foule prit d'assaut les prisons et relâcha tes criminels. Lord Milner, ministre anglais de la Guer-re, publie une note justifiant lia présence d*' troupes britanniques et alliées en Russie, où tes Bolchev-i'stes se sont déclarés tes aides el complices de l'Allemagne. 6,385,000 victimes de la 'guerre en Allemagne Un télégramme de Berlin, au HandelsMac dît que le chiffre officiel des pertes allemandes jusqu'à la date du jo novembre s'éftablil de la.façon suivante : Morts ... ... 1.600.000 Manquants ... 103.000 Prisonniers ... 618.000 Blessés ... .. 4.064.000 Total ... 6.385.000 Comparativement avec les chiffres aya-n été publiés jusqu'au 31 octobre par le Vor wœrts. ce tableau prouve que, depuis ce joui jusqu'à ta date de l'armistice, les Allemand: ont perdu 55.000 hommes. ♦ - — Les socialistes ont décidé d'ouvrir h conférence internationale qu'ills organisen pendant que se tiendra 1a Conférence de 'i; paix, dans un pays neutre, probablement 1; Suisse. Apparemment, tes Genossen boche ne seraient pas autorisés à parader à Paris La conférence socialiste commencera au dé but de janvier. , Pour les enfants pauvres d'Anvers Les étrennes de la victoire Nous avons pris la résolution d'ouvrir, cette année encore notre souscription traditionnelle en faveur des étrennes des enfants pauvres d'Anvers. L'armistice, en effet, n'apporte aucune aide pratique aux malheureux. La satisfaction morale n'apporte pas un morceau de pain à ceux qui en manquent. C'est pourquoi nous osons espérer que notre souscription sera au moins ausr-: élevée que la préoédenite. Nous avons reçu à ce jour : QUINZIEME LISTE Repont £ 178. 1.1c De la part die quelques amis du 1 Lloyd 5.10. c Yvone G . ... 10. c M. et Mme M. Van Doossellaere 10. c M. et Mme Feltesse ... ... 5. (- Frédéric ï0. c Caroline 10. c Charles In. t M. Jules BolUe ... 1. o. r Anonyme i- o. c Suzane T., 6 d. ; Jeanne, 1 sh. ; Mlle Jacquelbot, 2 sh. 6 d. ; Mlle Hamiillton 2 sh. ; Paul! et Jean, 4sh. ; Berthe, 1 sh. ; Marcelle Hends, 2 sh. 6 d. ; Les demoisei-sèlles Wallter, 3 sh. ; Lucien, 1 sh. ; Raymonde, 1 sh. ; L., 1 sh; ; V.D.B., 1 sh. 6 d. ; Frans, 1 sh. ; W. L., 2 sh. ; Copette, 2 sh. ; A. Forth, 2 sh. ; L. Taïu-devlieit, 2 sh. ; W. Faetman, 2 sh. ; G. Royed, 1 sh. ; Anonyme, 2 sh. 6 d. ; Louis, 2 sh. 6 d. ; MigneWe, 1 sh. ; M. E. O. Wi-ilhie, 2 sh. 6 d. ; M. Gaill'ard, 1 . sh. ; Mille C. J. H., 2 sh. 6 d. ; Des -amployés diu Bureau de te correspondance belge, 4 sh. 6 d. ; ; Philiips, 6 d. ; L. Deurtte, 6 d. ; ; Van Remortel, 6 d. ; A. Lamot, 6 d. ; C. Vande, 6 d. ; H. Mei-nazth, 6 d. ; J. Depauw, 6 d. ; P. Depauw, 6 d. ; C. Van Gool, 6 d. ; J. Van Gool, 6 d. ; A. Knappaert, 6 d. ; L. Vermeuilien, 6 d. ; de lia part de quelques membres d'Uniltas, section de Londres, 3 sh. 6 d. ; F.rieda Ga-brie, 2 sh. ; Anonyme, 2 sh. ... 3. 3. .' Total £ 191.10. -| * * * Rectification.— Une erreur s'esrt glisses dans notre quatorzième liste. Il fallait lirt Denise et Georgette 10. c En souvenir du 13' octobre ... 10. c > Les aptitudes stratégiques de Rosa Luxembourg Le Drapeau rouge, 'de Stuttgart, annonce que Mme Rosa Luxembourg va devenir minis tre die la Guerre d'ans le futur cabinet Lieb knecht, car, calquant son programme sur ce tui de Lénine et Trotsky, Liebknecht a l*in tention bien arrêtée de former une armée roq ge redoutable. Suivant l'organe spartaciste, Rosa Luxembourg est hautement qualifiée pour te poste qui lui est destiné. C'est effle, paraît-il, qui fut la véritable organisatrice des fractions de guerre en Russie, de ces fameuses "compagnies Browning" dont l'activité a marqué à Varsovie et à Moscou les années révolutionnaires de 1905 et 1906. C'est aux conseils éclairés de Rosa Luxembourg qu'on -doit le succès de l'attentat contre 1e train poste de Sosnovice, attentat qu: rapporta au parti "social-démocrate" 32 millions de roubles. Mais c'est surtout le 15 juillet 1906 à Varsovie que les aptitudes stratégiques de Rosia Luxembourg se sont pleinement manifestées. Ce jour-là, à midi, tous les agents de police se trouvant à leur poste ont été simullitanémenl massacrés par des révolutionnaires adroite-men embusqués. C'est à Rosa Luxembourg que revient le mérite 'd'avoir conçu dans se; moindres détails le plan d'aittaque. Devant les chances ministérielles de Rose Luxembourg, lé -correspondant spécial du Dra peau rouge est allé lui rendre visite à Berlin "La camarade Rosa Luxembourg, écrit-il occupe un cinquième dams une maison ouvriè i re. Elle m'a reçu dans une pièce où pour toui mobilier il y a divan, une table et deux fau teuils de rotin. ( "Dans un coin, un samovar chante." t De la future ministresse, 1e correspondan 1 dit qu'elle est devenue déjà une vieille femme i Ses cheveux grisonnent ; elle paraît même ui 5 peu bossue, et ceci se remarque 'd'autant plu: que, suivant une coutume des dames révolu fcionnaires de 1905, elle porte un corsage d'ui rouge vif. En Belgique libre ^ A la chambre de commerce de Bruxelles Bruxelles, i7 décembre.— La Chambre de commeroe de Bruxelles a décidé l'exclusion de tous les. membres appartenant aux nations ennemies ou dont lia nationalité n'es' pas nettement établie. Le Sénat et le discours du Trôn« , Bruxelles,_ 17 décembre.— Le Sénat a adopte à I unanimité 1a réponse au discours du Trône. M. Lekeu (socialiste) déofara qu'à la séan-oe du Comité qui rédigea l'adresse, il avait marqué son désaccord avec le passage réclamant! l'union du Luxembourg à 1a Bel-gic[u>e, car ri est d'avis que toutes mes'ur^s dains^ cette direction doivent être laissées à l'initiative du peuple du Luxembourg. Les importations Un télégramme de Bruxelles annonce ia publication d'un arrêté royal défendant l'importation, tant par terre que par mer, de vi-vres elt autres marchandises excepté stous li-oejioe et dains iliefô cas où des autorisations sont -accordées par le gouvernemsnt. Nouveaux citoyens de Liège La villite de Liège se propose d<e conférer le titre de citoyen de Liège à M. Brand Whîtilock, 1e marquis de Villaiobar et M. Van Vol lien ho ven, ministres des Etats-Unis, d'Espagne et des Pays-Bas en Belgique. Le maréchal Pétain reçu par le roi des Belges Le maréchal Pétain et le général Dégoutté, de passage à Bruxelles, ont été reçu le 16 décembre par 1e roi Albert et la Reine au pafais de Bruxelles. Reconnu au passage par la foule, le maréchal fuit acclamé longuement. ♦ Le rentrée du Roi à Bruxelles Un télégramme au roi Albert Le 22 novembre, à l'occasion de ta rentrée de S. M. le Roi à Bruxelles, l'Association des Réfugiés juifs de la Belgique a adressé ie télégramme suivant : AS. M. le roi des Belges, Bruxelles, Les membres de l'Association des Réfugiés juifs belges félMtent Votre Majesté à 'occasion de sa rentrée victorieuse à Bruxelles et se réjouissant de la libération de Heur pays d'adoption attendent impatiemment leur retour en Belgique, pour pouvoir aider, dans la mesure de leurs moyens, à sa reconstruction. Le président, SAM. TOLKOWSKY, Le vice-président, ARONOWITZ. 31, Hatiton Gardon, Londres. L'Association vient de recevoir la réponse suivante : PALAIS DE BRUXELLES Le 9 décembre 1918. Monsieur 1e Président, Les sentiments exprimés dans votre Lé é-gramme ont vivement touché le Roi. Suivant les instructions de Sa Maijeslté, j'ai l'honneur de vous adresser ses remerciements ainsi qu'aux membres de votre association. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération très distinguée.Le chef de Cabinet du Roi, (s.) Comte d'AERSCHOT. ♦ — Les clauses financières de l'armistice Le prottocole financier qui a été signé à Trêves à l'ocoasion du renouvellement de l'armistice contient les clauses suivantes : 1. Engagement de la part de l'Allemagne de ne pas disposer, sans accord préalable avec tes Alliés, de son encaisse métallifqme, de ; ses effets ou avoir sur ou à l'étranger, ainsi que des valeurs mobilières étrangères appartenant tant au gouvernement eltj aux caisses publiques qu'aux particuliers et sociétés; 2. Engagement de 1a part de l'Allemagne de prendre, d'accord avec les gouvernements 1 alliés, les mesures nécessaires pour régler te plus rapidement possible les conditions dans lesquelles "les intéressés pourront obtenir la restitution des titres perdus ou volés dans les régions envahies", et la rentrée en possession de leurs biens séquestrés ; t 3. Obligation, sous certaines conditions, de "régler à leurs échéances les créances dues 1 aux Alsaciens-Lorrains" et de n'apporter au-s cune enitrave à te libre disposition, par les Alsaciens-Lorrains des propriétés, valeurs, ti-1 tr-es ou dépôts leur appartenant et situés en Allemagne.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods