La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

777 0
24 December 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 24 December. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Seen on 21 January 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/nv9959dc2t/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

The Newspaper for Belgians LA MÉTROPOLE BELGIQUE : DIX CENTIMES ANGLETERRE ; ONE PENNY HOLLANDE : JVUF CENT CONTINENT : DIXSOENTIMES D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES Directeur: JULES CLAES Bureaux: 43, Chancery Lane, W.C.2 — Téléphoné: Holborn 212. f J <• sb AboMaeaieatc t J 6 ty «h l » ■« ja «h 26ua ANNEE MARDI 24 DECEMBRE 1918 Registered at the G. P. O. as a Newspaper Nos 358 La vie en Belgique LE ROI A ARLON gg Belgique et Luxembourg Bruxelles, 18 décembre.— La question des rapports avec la Hollande n'est pas seule à intéresser la Belgique. Le problème du Grand-Duché de Luxembourg est ' non moins actuel. Aujourd'hui meme, le roi a faiit une visite officidle à lai ville d'Arlon, au cours de laquelle iil a reçu une délégation de membres du Pairtement du Grand-Duché conduits pair le ministre d'Etat Reuiteir, président du Conseil des ministres, et Alltwies, président dte la Chambre luxembourgeoise. En réponse à l'.aillbcution de M. Reu-ter, le roi Albert a dut : Monsieur lie ministre d'Etat, Les parafes que voue venez de m'adresser au nom du gouvernement du grand-dUche m'ont vivement touché et toucheront vivement la reine, ainsi que le peuple belge. ^ Celui-ci, en luttant comme il a Aitté en souffrant comme iil a souffert, savait qutol défendait, en même temps que sa propre liberté, celte die votre petiit pays envahi comme lui au mépris de tous les droits. Pas plus qu ehe n'oublia notre passé commun, la Belgique n'oubliera jamais l'amitié que les Luxembourgeois du grande-duché lui témoignèrent pendant l'a -guerre, lai charité dont ils firent preuve à l'égard die nos sinistrés, le sang que leurs fils mêlés à nos soldats versèrent sur ses champs de bataille. Dans la situation pnvili-giée où la placent aujourd'hui la victoire et la confiance des puissances, la Belgique ne négligera rien, si le peuple luxembourgeois demande son concours, pour lui venir en aide et défendre les intérêts moraux et matériels qu'il voudra lui confier. L'importance de lia dernière partie de la .réponse du roi n'échappera à personne.— Petit Parisien. Les députés Augusteyns et Henderickx sont poursuivis Bruxelles, 19 décembre. — En séance dte la Chambre, le président a donné lecture dl'une communication du procureur général, annonçant que des poursuites sont engagées contre MM. Augusteyns et Henderickx, députés d'Anvers, pour crimes contre la sûreté de l'Etat et manœuvres ayant ifavorisé les desseins de l'ennemi. — Havas. Les socialistes belges votent le contingent Bruxelles, 19 décembre. — A la Chambre des députés, le premier ministre annonce, au cours des débats sur Ile budget, que te dette nationale de Belgique est augmentée d'environ cinq milliards de francs, somme qui lui fut avancée par las Alliés. — Lia Belgique, ajoute le ministre, demande à ceux-ci de lui continuer leurs avances, afin de lui permettre dte faire face aux dépenses concernant lia défense nationale. La Chambre a adopté à l'unanimité, le projet relatif au contingent qui est fixé à 350.000 hommes sur Ile pied de guerre, et à 100.000 sur îe pied die paix. M. Deliporte, 'socialiste, a déclaré que la gauche socialiste votait, cette fois, le contingent : "d'abord parce que nous sommes encore en guerre ensuite parce que l'ancien régime eslt aboli et que tous les jeunes gens iront dans les 'casernes; nous espérons qu'en temps de paix, la durée du temps de (service sera diminuée." — Havas. M. Huysmans s'obstine Amsterdam, 19 décembre. — On mande de Bruxelles, à la date du 18 décembre. Le conseil général du parti ouvrier belge a entendu M. Camille Huysmans, qui a expliqué son attitude à l'égard de la conférence de Stockholm, Son exposé a été fréquemment interrompu par des observationis assez vives. M. Vandfervelde a demandé ià M. Huysmans die reconnaître qu'il avait eu tort. Celui-ci s'y est refusé obstinément. — Havas. La "Christmas,, et l'hiver en Belgique A Herseaux, entre Tournai et Mousaron, on nie peut se procurer ni coke, ni charbon, même contre argent sonnant. Les malades, les vieillards, les enfants, lés gens rentrant épuisés die lia 'Captivité, en sont rédluii)ts à se chauffer (?) d'un peu die bois vert coupé, m'importe où. Jusqu'ici (2 décembre), on est peu ravitaillé. Et le mois de janvier, souvent si rigoureux chez nous, 'arrive à grand pas... Par contre, le burteau dte la iposte fonctionne. On a même dies timbres. L'institut St. Ignace à Anvers Quelques jours avant la 'signature de l'armistice, les Pères Jésuites ont été brutale ment mis à la porte die l'Institut St. Ignace, qui a étié converti en ambulance allemande. Les Pênes et lés pensionnaires ont trouvé un abri dans les familles amies. Par la fidélité au gouvernement légitime belge, l'Institut St. Ignace s'est .attiré la haine et l'es persécutions de ces ignobltes trai-trete, qu'on appelle les activistes. Deux Pères, les PP. Theyskens ét Montaiborae, ont été en prison et le Rév. P. Supérieur De Gleyn a dû comparaître trois fois pour être interrogé par Ile juge allemand. SU les troupes bellges n'étaient pas arrivées, il est certain qu'il serait aller rejoindre Iles deux autres Pères à la rue des Béguines. Cette haine des activités mettant le Rév. P. Provincial en demeure de destituer le supérieur de l'Insi'tut elt exigeant lia fermeture de l'Ecole de commerce, prouve que l'Institut a rendu quelques services à la Patrie' belge. L'or du Rhin Pendant la nuit du 19 au 20 décembre, un train venant de Cologne est arrivé à Bruxelles. Une des voitures contenait une somme de 380 millions. Les délégués allemands qui accompagnaient ces valeurs que ,1'Allemagne restituait à la Belgique, en ont fait la remise officielle aux représentants altliés qui ont placé les Valeurs à lia Banque Nationale. Des conseils d'honneur On rapporte de Bruxelles qu'à la suite du reifus 'de certains employés des chemins de fer de travailler avec des collègues'qu'ils accusent d'avoir prêté leur concours 'à l'enmejnli pendant l'occupation allemande, M. Renkin, ministre des Chemins de fer, a décidé d'instituer des conseils d'honneur chargés d'ouvrir une. enquête à ce sujet. Un crime à Gand De_Gan.d, on annonce que le baron Dons ( ?) disparu depuis le 1er novembre a été trouvé assa!ssiné en son château de Lovendeghem. L'autopsie a révélé l'existence de blessures causées par dès revolvers et des baïonnettes. Il est probable que le crime a été commis par des voleurs. Un moment pathétique Un voyageur rentré de Bruxelles rapporte que île moment le piluis pathétique de la réception du roi Albert ià Bruxelles fut son apparition au bal'con de l'Hôtel d'e ville. Il sie trouvait seul et comme la nuit tombait la lumière des projecteurs fut concentrée sur lui, les fanfares entonnèrent notre hymne national et des milliers de voix s'unirent dans un chant d'une ampleur et d'une émotion sans pareille. La vaisselle d'or du Roi Lors de sa rentrée au palais de Bruxelles, le roi Albert a trouvé intacte la fameuse vaisiseMe d'or qu'ill y possédait et dans laquelle le dîner lui fut servi. Ele semble avoir échappé comme par mitlacle k la rapacité des Boches. Les serres de Laeken Il paraîtrait que les orchidées qui décoraient la table royale provenaient des iserres de Laeken. 'Le -commandant allemand qui occupa le palais de Laeken était lui-même grand amateur de fleurs rares et avait fait entretenir les fameuses serres pour son propre agrément. Le roi Albert à M. Ador Berne, 20 décembre. — Le roi Albert a télégraphié à M. Ador : "Je me réjouis de voir appelé à la première magistrature de la Confédération helvétique le grand bienfaiteur de toutes les victimes de la guerre, et je vous aidresse à cette occasion mes félicitations et l'expression de la gratiitudle des Belges qui ont bénéficié de vos travaux. — Times. Les Français de Belgique Bruxelles, 17 décembre. — Les membres de Ja colonie française se sont réunis à la Légation de France pour souhaiter lia bienvenue au nouveau représentant de la République, M. Defrance. Les généraux Dégoutté et Rouque-rdl assistaient à la réception. Des discours ont été prononcées par MM. Rolland, président de la Chambre de commerce française de Bruxelles, Rose, au nom des Alsaciens-Lorrains. Danis sa réponse, M. Defrance a adressé à l'Espagne qui a protégé ici les intérêts français malgré les innombrables difficultés et à tous les groupements belges qui isonit venus en aide aux 'soldats e/t aux sujets français malheureux les cachant, les ravitaillant et les sauvant souvent de la morft. — Havas. ♦ — On a commencé, à Ostende, les travaux pour relever le glorieux Vindictive, que L'on eslpère pouvoir contempler dans un pi.rt anglais d'ans le courant du mois de janvier. A l'occasion des fêtes de Noël, nous accordons cette année le congé complet à notre personnel. En conséquence la "METROPOLE,, ne paraîtra pas les mercedi 25, jeudi 26 et vendredi 27 décembre. La question du Limbourg et de l'Escaut Les Anglais bougent Bruxelles, 21 décembre.— On rapporte ici que le gouvernement britannique a informé le gouvernement des Pays-Bas qu'il a l'intention d'envoyeir des vivres à l'armée britannique d'occupation sur lie Rhin pair la voie de l'Escaut et du Limbourg hollandais.— Reuter. _ « La situation en Allemagne Vers la république allemande Amsterdam, 22 décembre.— Le résultat des discussions au sujet dé la nouvelle constitution allemande, qui viennent d'avoir lieu à Berlin, et auxquelles participèrent le professeur Hugo Preuss, secrétaire d'Etat à l'Initénieuir, le professeur Weber, autorités bien connues du droit constitutionnel, sont indiquéeis dans un télégrammes de Berlin aux Dùsseldor-fer Nachrichten, qui disent : La conférence se mit d'accord sur les principes fondamentaux suivants : Un présidtenit élu 'sera le chef diu gouvernement impérial et ses pouvoirs seront intermédiaires teinitre 'oeux du président dies Etats-Unis et ceux du roi d'Angleterre. Le président constituera son cabinet sur des principes parlementaires et son cabinet sera aislsilsté par des délégués dés républiques fédérâtes, lie Staatenhaus, quii correspondra au sénat américain. Le Staiatorthaus, cependant, n'interviendra pas dan® illindépendanoe des républiques fédérale-: individuelles, qui seront au nombre <ie quatorze ou dte quinze. — Retuer. Le triomphe d'Ebert Le Congrès "énéral des Soviets allemands s'est terminé par la victoire cFEbert. Conformément à ses vœux, le comité exécutif du Soviet de Berlin qui, comme le Soviet de Pétro-grade, prétendait dicter ses volontés à l'Allemagne socialiste, a été dissous et remplacé par un Conseil centrai qui contrôlera tes actes du gouvernement. 'Les indépendants ayant refusé de participer à cette combinaison, le conseil central a été composé particulièrement di'ainis d'Ebert. A la séan'ce de clôture lie Congrès a voté une résolution en faveur de la "socialisation" des industries demandant au gouvernement die monopoliser immédiatement les mines. Le Congrès a fixé par 400 voix contre 75 les élections à la Constituante au 19 janvier. Il a repoussé une motion des indépendants en faveur d'une république unitaire, à l'exclusion d'une république fédérale. Le comte Ulrich Brockdorff-Rantzau, ministre d'Allemagne à Copenhague, a été nommé ministre dies Affaires étrangères en remplacement du Dr. Soif. Une proclamation d'Hindenburg L'état d'esprit d'une partie très importante de la caste des officiers allemands est révélée sous uin jour très cru par une proclamation publiée par le feld'-mairéchal von Hindenburg, à l'occasion de la Noël, dans la Iiasseleler All-gemeine Zeitung de Cassel et datée du granld quartier général allemand à Wilbelmshôhe. Hindenburg y passe en revule "les puissante faits d'armes d'e la nation allemande aflmée, rompue à la guerre et qui ne s'écroula pas dievant un monde d'ennemis.' Elle tire sa force de son saint feu de patriotisme, de sa volonté de vaincre, de son esprit de loyauté". Le maréchal "'à la fi,n de sa carrière militaire" reconnaît que l'armée allemandle "s'est évanouie, dissoute et débandée, encore que jusqu'à la fin elle fut crainte et respectée par ses ennemis". Il loue ses officiers, il1 blâme les esprits destructeurs et désorganisateurs qui travaillent à empêcher la réorganisation de l'Empire sur une base politique et économique saine. Le rappel d'un diplomate allemand Washington, 21 décembre.— Une nouvelle reçue de Mexico annonce que le gouvernement allemand a rappelé Herr von Eck-hardt, ministre allemand à Mexico, auquel Herr Zimimiermanm, qui était alfcrs ministre des Affaires étrangères, adressa son fameux message du 19 janvier 1917, dans lequel il proposait une alliance entre lie Mexique et l'Allemagne contre les Etats-Unis, aiu cas où ceux-ci entreraient dans fa guerre aux côtés de l'Einitente. Le message ajoute que oomime résultat du rappel de Herr von Eckhardt, on s'attend' à voir cesser lia propagande anti-américaine au Mexique.— Reuter. Le président Wilson à Londres La matiioni anglaise se prépare à faire au président Wilson un accueilli enthousiaste. Le grand homme d'Etat et Mme Wilson resteront en Angleterre durant une huitaine de jours. Voirai île programme qui a été arrangé pour lia cilrconlsltanice : 26 déoembre.— à 12 heures 10, arrivée à Douvres ; à 2 heures et demSIe, arrivée à lia gare de Charing Gross, où te président sera reçu ipar LL. MM. te roi et lia reine d'Angleterre.A lia sortie de la gare, te cortège suivra l'itinéraire suivant : Duncainnion Street, Tra-fal^ar Squiare, Pal® Mal1, St. James Street, PilocadSIllly et Constitution! Hiillll. 27 déoembre.— Réception dés ministres britanniques. Le soir, grand dîner officiel' au palais de Buckingham. 28 décambre.—• Visite à fa Cité et au Guild-hallt, où une aidresse sera remise au président. Le soir, grand dlîmer offert à Lancas-ter Houise par le gouvernement britannique. Départ pour Carliste. 29 décembre.— Visite de Carliste. Dans la soirée, départ pour Manchester. , 30 décembre.— Visite à Manchester, où te président Wiilsoni recevra fa franchise de fa Cité. 31 décembre.— Départ pour lia France. ♦ Les Labouristes anglais et le Parlement La Daily Chronicle donne comme pratiquement certain qu'à l'a réouverture du Parlement britannique tous lés membres labou-rilsites qui font partie du Conseil privé de 1a Couronne et qui sont réélus occuperont leur siège sur te premier banc de l'opposition. La liste de ces membres oompirend MM. C'vnes, Hodge, Braoe, Hendlerson, Adamson, Bower-man, Wiffll Croocks, J. H. Thomas et T. Richards.M. Ollynes donne sa démission de contrôleur dtes vivres, M. Hodge abandonnera le miinlfstère dtes Pensionls, et M. Brace ne continuera pas tes fonctions de sous-secrétaire à l'Intérieur. Si llle résultait dies élections faisait du Labour Pairty te groupe politique 1e plus important des Communes après lia Coalition, il est certain qu'il tentera de se faire rrconnaî- tre comme l'opposition officielle. ♦ Des trains anglais vont directement à Paris Cherbourg, 21 décembre.— Un train complet composé de quinze wagons chargés et venant d'Angleterre a été transporté samedi dernier à bord d'un "ferry boat". Malgré te mauvais temps, la traversée et l'arrivée à Cherbourg s'effeotuèrent dlans d'excellentes conditions et 1e train continua immédiatement son voyage vers Paris.— Reuter. ♦ — Le départ des Belges réfugiés Au camp d'Earl's Court Dimanche matin, eut llieu, dans lie plus grand enthousiasme le premier départ dies Belges résidant au camp d'Earl's Court. Un contingent de 350 réfugiés, environ, quittèrent leur résidence hospitalière, où ils vécurent, pourtant, d'heureux jours, malgré les rigueurs de l'exil. -Ce qui caractérise surtout, les classes pauvres, c'est î'oubli complet des misères et de souffrances endurées, vivant au -jour le jour, jouissant du présent, sans se mettre en peine de l'avenir. Leur texhubéranoe de joie confirmait leur état heureux. Les visages épanouis et souriants, témoignaient assez le bonheur ressenti par les nombreux élus, pour le t-etour au pays. Depuis quelques jours, d'ailleurs, une joyeuse effervesoence, régnait au camp, en vue du prem'er retour. Vers midi, les trottoirs extérieurs du Camp étaient encombrés. Une foule compacte de plusieurs milliers de curieux, d'amis et connaissances étaient venus pour congratuler les partant, à l'occasion de cet heureux événement. Huit trams, archi-bondés, furent occupés jusqu'aux plate-formes, malgré la pluie fine, sous la surveillance des autorités du camp. Au signal du départ tes bus démarrèrent tandis les acclamations et les adieux de la foule saluaient les partants qui' agitent des drapeaux belges et anglais. Sur tout te parcours, jusqu'à la gare de Waterloo une foule sympathique acclama ceux qui avaient passé dans le pays quatre années d'exil. A la gare de Waterloo, où se trouvait déjà un autre contingent de réfugiés, plusieurs personnalités, à la tête desquelles se trouvait S. E. te baron Moncheur, ministre de Belgique à Londres, M. le vicomte Davignon, MM. Maud'olay, Legett, Gilbert, Samuel, et Miss Aima Tadiema, avaient tenu à dire un dernier adieu aux partants. Le train se mit en marche à 2 h. 30 pour Southampton d'où aura lieu 1e départ vers Anvers. H. W. La question des importations Une initiative de la Ligue industrielle et commerciale de Belgique Nous recevons la' communication suivanité : Le gouvernement belge a pris en main la régularisation ides importations en Belgique, dont i! résulte inévitablement dtes délais considérables, dus à la suite de certains arrangements qu'il a> à prendre avec les-autorités alliées.Dans 1 tentreSemps, tes sollicitations en obtention des droits de lioenoe restent sans ré-su«tat ; le producteur et le consommateur en pâtissent, l'industrie et le commerce sont littéralement arrêtés. Cependant tout nous manque en Belgique, tout y est réclamé, mais rien n'y rentre. Des industriels et commerçants disposant d'argent et même die fournitures, ne peuvent obtenir de quelques bureaux, le permis d'exportation.La question économique dé notre pays si cruellement éprouvé, est terriblement compliquée et il est à prévoir que la régularisation en soit lente et malaisée. Il y aura lieu de faire preuve d'une activité et d'une abnégation fermes. Le gouvernement exige 1e groupement de toutes les demandes de matières premières, d outillage et d'autres besoins indispensables à la remise en marche des usines et au ravitaillement dte l'indu trie et d'u commerce. D une part, dans certains milieux, il est poussé activement à la constitution urgente de ces groupements, qui n'existent pas encore, tandis que d'autre part, la grande paitie des industriels et négociants veulent à tout prix, toute liberté d'action. Ils protestent éner-giquement contre les mesures Restrictives prises par le Département des Affaires économiques et se proposent même dtentamer, d'accord avec les organismes privés de l'Angleterre et die l'Amérique, une campagne contre tes exigences du ministère. Mais toujours, la liberté du commerce ras-te-t-elle, en attendant, condamnée: . Une solution à cet état, dé choses embryonnaires, s'impose. A l'effet dte procéder à l'échange dte vues sur diverses questions'd'ordre économique, à l'élaboration d'un nouveau programme in,to'"e^-sant le monde industriel et commercial, et à la rernise d'un rapport-message aux autorités compétentes, un congrès aura lieu sous peu à Anvers, dont le bureau se composera dtes membres de divers organismes industriels et commerciaux du pays. Il est donc fait un appel chaleureux à toutes les ambitions des négociants teit industriels I du poys, à tous les jeux de la concurrence, à toutes tes bonnes volontés et capacités, afin de prêter leur concours à l'enraiement du mal qui pèse sur la Belgique. Pour prendre part à cette réunion, les intéressés doivent introduire leur dlemande à M. le Secrétaire de la "Ligue Industrielle et Commerciale" à Ostende (adresse provisoire en ayant soin de spécifier leurs nom, raison sociale' et adresse. Pour que des Boches, errant peut-être encore, par-di, pari-là, ne viennent mettre indûment les pieds chez nous, un stricte contrôle sera exercé à l'entrée \st des pièces justificatives d'admission seront exigées. Ceux qui seraient empêchés d'assister à la réunion,^ peuvent dès à présent solliciter communication des travaux faits, en isie conformant aux conditions énonoées ci-avant, et en faisant légaliser leur signature par l'autorité communale de leur résidence. Toutes^ communications manuscrites, tes seules prises en considération, telles que exposés de divers desideratas, différentes idées émises 'tendant éclaircir le burèau de l'assemblée, et envoyées préalablement à la date de celle-ci, seront soumises à un examen judicieux.Ligue Industrielle et Commerciale. 4 Rapatriement Avis officiel Dans le but d'éviter toute confusion, lia Commission d'e Rapatriement rappelle aux réfugiés que les personnes désirant rentrer à leurs frais en Belgique, via Anvers ou via. Ostende, doivent, jusqu'à nouvel ordre, s'admesser au Bureau de rapatriement, General Building-s, Ald-wych.Les personnes désirant retouinner via Folkestone-Boulogne dbivent, comme il a1 été annoncé, s'adresser : 1. A la Sûreté militaire, 132, Charing Cross Road ; 2. Au Consulat générai de Belgique, 3. Au Bureau du Contrôle des passeports, 18, Bedford Square. Les formules de demandes pour le rapatriement gratuit peuvent être obtenues dans les bureaux de police ou aux secrétariats des War Refugeies Oommittees.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods