La Métropole

738 0
03 October 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 03 October. La Métropole. Seen on 24 January 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/bc3st7fr5x/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

5 nies k mutin LA MÉTROPOLE S sises ]n nuindnn 1 Av MUUiWl V S rue des Peignes, 59 21e Année ANYIRS Mo 276 1 fTrî i tir B EDITION DU MATIN ib llUiilUlU rne des Peignes, 59 ANVERS Samedi 3 octobre 19 14 LA GUERRE Un Taube sur Anvers L'ATTAQUE DU FORT DE LIERRE La bataille de l'Aisne U - ___ _ Fa» qui *, trottr»» it k» porte ouït U brw toutes parts p.-- les nuages desahrapnell» V H Irïl A Ta ^ 1 N enlwé; il fut tué sur le coup. Un homme qa A ce même moment, on aperçut ui kl t I S 3 xll H âOil passait en vélo pair le bamoau De Mod eut autre aéroplane dans la même direction &*»•«& & W && «» le bras gauche arraché par un éclat. La oa- S'agissaitril d'un avion belge poursuivant s cru a fut également touillée mai» les dégât* l'ennemi ou d'un autre Taube, cornu* . m m hyiL ",<>nt ^ "PP®1"®*®}**,p? °kus tomba égae- noU6 |'ont affirmé oertains témoins î Nouj a défense de la Nètha tpxmtSBm . Tj» borobarderoMt nWit pu «noo™ aemi Mai» » que nous Bavons o est que «Jul Notre infanierie sa repus en bon à midi. « » '*"><■<* à i» fo>» dea bombes et... do 1 r proclamations! ordre. Elle ÔSi remplacée par L88 forts Un des projeotilea, composé d'une anv* loppe métallique renfermant de lia poudw f4pc trnunes fraîchôs Pendant toute ta journée dinar, 1 aoton et des balleiiee, a fait explosion rue Chipé ^ r -r violent» de l'enneau s'est concentrée sur le» rus, prèe la voie du chemin de for à Ber An.vers, 2 octobre, 11 heure» du soir: forts de WaeJheni et de Wavre-S te-Catherine. chem. Elle a cassé toutes les vitres de plu M*i«ré les oontire-attaquea énergiques, no- forte ont été arrosés pendant de» heu- sieurs maisons, notamment au n 0, oh*J tre in fruiterie dans le secteur compris on tire re3 p^j. véritable trombe de lourd* pro- M. Bortels et fait des dégâts à la mai»ot ki Senne et la Nebhe, s'est vue dans l'obliga- jectiles dont certain» provoquait l» forma- de M. Cupérus où la porte oochère et U gafroa, en présence de l'intensité extrême du t-;on ^e trous ae trois mètres de diamètre. grille ont été abîmées. M. Cupérus a re fwu <ie l'artillerie allemande de gros calibre, Les garnison» de ces fort» et le» force» trouvé des ballottes jusque dans sa *alb de m> replier sur la Nèthe. d'infanterie massée» dans l'intervalle mszum 1 Ranger. 0» mouvement s'est fait en bon ordir». que k. batterie, m son* r«a.mm«± « M^ùT'oSi d^r^ls aVnwid. I* Nèthe, mJso en état de défense, court.- énerg.q.rament défende. touche au sublime, c'est que le même aéro tu«, l£ràoe à l'obstacle formé par la rmàre Nou. avons Berdu provisoirement p,an<( qui ga!ua n<>. il)offeusjf5 Anversoli elle-même et par l'inondation tendue depnw terrain »ur oo point, mai» tout permet de bombee laissa des proclamations rédi plusieurs jours déjà, une barrière de» pluf croire que nous le regagnerons bientôt. tjéee ( t) en un français comique et en ut lôrteuees dont La traversée par l'assaillant »e- Même un forcememfc temporaire de la Éi- flamand des plus drôles (les Allemand: r* un» opération pénible et très difficile à gne éloignée do» fort» n'aurait qu'une faible sont de si ém mente polyglottes !) et dan: réussir. importance au point de vu» d-e» opération» lesquellee, d'une façon hypocrite, «vor L'action des ouvrages encore en étai étendue» engagée» en ce monwnt dan» k» Relier, commandant en chef de 1 armé* d'axer au Sud de la Nèthe concourra dan» de camp retranché d'Anvers, et dont l'issue pa- assiégeante»» engage les «soldats belges** i bonn*. confions à rend» tr& meu.-trii.re raît de. plus rassurante. n? Çlu« ™y*™« " ni leurs officiers, mais à faire la pan pour r infanterie allemande I. traversé* d„ p()ur m p,ug travaiUer au compte ^ U rt-^von comprise entre La première ligne de grands-duos russes et des perfides oapifr» défense et celle oooupée aot,ueHemenrfc par dos » . ^ fp i listes anglais ! ! troupes. * Autour û© X 8rHlOII{l0 Fort heureusement pour eux, nos »ol Dan« Le secteur oompris entre la Senn» et dats n'ont pas besoin des proclamation rEnrwut, l'adversaire n'a pa» renouvelé LeK I «A »»pQ fnnf Q^islpr !fl nnnt lancées par des aviateurs à bombes poui ftttaquea qui lui ont coûté « char pe^iam ,IU 1 C3> ,U,U 5dl,tei 19 PU,U savoir qu'ils travaillent exclusivement. U journée précédante. Dans cette partie d. h (jU Chgïîlin de fer con're '? !?' de Pr""8® <3°'," '«fhe™" c j.-*-' ji ai. -+n,0+- _ ^ trahi, violé, attaqué et dévasté notr< frwitKœ fortafiee d Anvers la situation «et . „ . ■ V .N .. r ■ 4. notr® envoye spéciaL) Patrie. ^rtsTuT^se^ur aucune attaquo Termonde, 2 octobre. - U. Altem^ds , Si le soudard vot Besèler sWKine qu. . sont arrives oe raaaa devant Gremberjçen «t c ^ par de semblables procédé* qu U pro m? t «et produite. oofc attaqué les notre». Déjà toute la nuit du- voquera la capitulation ( ?) d'Anvers, i L«m troupes belges qui ont été si vaillam- rant ils» avaient tenu nos soldat» en éveriil paj- est vraiment d'un bon tonneau J mont à la tâche jusqu'à présent sont pa«*ée* leur artillerie. „ réfierve où ™ ^ ^ swcèZt ^vT dL^tr^w^'ï Les blessés et les morts ri» à l'abn de troupes fraîche, qu. le. ont aïaient d, ^ ula UICS&CO Cl IC» „II!UI l» remplacées en.première ligne. même cat^hé de* mitrailleuse dan» le» arbre» mais im de nos soldata qui était monté sur U* Une foi» encore, il ressort de la visita if • tS l(^ ^ une maison et <^ui s'était cuuJié der- du Taube sur la ville que la population Hll nn-m?» îtll [""Ti parvint à déloger 1». un- qu'an vo] d'avion est sipnaW, doi OlI GEiiïlë.ÛU SdllHrOly ™es6'Aïï;mands firent aJo™ parler ^ entrer dans ses demeures et même se met 7 W artillerie lourde à laquelle répondit énerp- tr« dM,R les oaV€®' quement la. nôtre. Aveo une*préoifiion remaur- n« « nr.n.1 a m o fi rl n - ^le^rTiSLX^ Le texte de la proclamation U116 prOCldiIIldjLlUIi UU k« tranchées oreusées b. In parti* *■ droite du pont sur l'Escaut. Nos homme» se ^ . . , , , , . , .. ... r , 1 T\ • _ ' ^tirèrent sans la moindre perte et une demi- Voici le texte de la proclamation rédi fffillfirfiil iiÔfflllSQ heure plus tard nos soldat» le» réoccupèreot S®6 en deux langues français et fia O ® cotte fois pour faire de la bonne besogne. mand — lancée par le Taube. _ , , . . i I>es A Romands tout surpris de notre vigou- C'est à mourir de rire: L. beutenant-genoraî commandant la pos.- ^ baW,irCTt ^ la,^nt tion fortif.ie d'Anvers a adressé à la popu- derrière eux de nombreux morts et bleesé» et PPOG S â fT3 3^" I O O btion anversoise la proclamation que voica : permettant en même temps aux nôtres de • j. i o faire sauter le pont. —Quartier général, 2 octobre. _ . BrnxeLlet, le 1er octobre Itli. J'estime qu'il est de mon devoir de faire ~ » ^ connaître â la pcpulatio.i habitant la terri- "B y A ^ SOLDATS BELGESî toire de la plaça, que le siège de celle-ci est | J -4- Çk | | Votre nang et votre taJ-ut entier, vow. intrd dans une période active depuis quelques J Ml»/ ne donnet pan du tout à votre patrxt jours. aimée; au contraire, vout servez setuemsm Comme le prouve l'histoire militairt, au SUR Vintérêt de la Russie, pays gui ne dfi*\r\ eouri d'un siège, la vilje fortifiée elle-même qu'augmenter sa puissance déjà énorme. pnut être exposée aux effets des projectiles de A _ rt avant tnwt< VinUrtl dt VingUUrr* l'artillerie assiégeante. CVt ainsi que déjà /_& ¥|B \T Pf*C dont 1 avarier, prrfide a fait nattre cett, dnn, la camoagne actuelle les villes fortifiées 5- â ^ <'uerT' C"",U el mauUl- !>i' U, cnmrnrn t. Liège et de Namur ont subi des com,n.n- , , rfment\ vn' PaVi> de 'Onrcr. 1 to) françaises et anglaises n ont jamais cesst cements de bombardement. de VOU4 tromperi de ng VOUJ! dirt qtlÀ, dn Connaissant les sentiments patriotiques de J ÎïDO H^P^^CO ûf ffûC mensonges sur le* causes de la guerre ei la vaillante population d'Anvers, je suis cor iCfi&iilW LSuÙ U&JlsiUww D| Uuw s'ur les combats qui ont suivi, et cela n tain qu'elle conservera le calme et I» sang- faii encore journellement. Voyet un d» froid dont slle donné tant de preuves <J«* ft vf>* or<^ret d'armé*, qui en fait preuve t puis le commencement des hostilités t m'a - yj ullOllS nouveau! Voici ce qu'il contient: On vmu dora ainsi à accomplir la noble tâche qu. ■ ' .V dit qu'on force vos camarades prison m'incombe. Un Taube a survolé Anvers à 4 heures T""' U (Signé) Le lieutenant-général, de relevée.Il venait de l'Est et se dirigeait ? '! c ' c nos ko n s. fa cepen DEGUISE. ver, le Sud-Ouest en passant par-dLm* da,nt »nr votre bon ,ey ro,« di,e „w n , _ . , c j i, \ / u r(^n serait une mesure tout a fait imvos lierenem et 'es confins de 1 agglomération -,i » . . T . ' . ^ . * . -, , -, , •. , ° n wt« a exécuter. Le jour venu oïl vo- Un g f « ? î » Au début, il volait assez bas. un millier , • j Attaque du for te Lierre ?? -?rimHro^ t ^ qrte mfânw,à rz:r^2 M » w j œij nu 0Q pOUValt reconnaître facile ; • ' ' i7. A , . , » 1 K, • , t bienveillance on les a traités, leurs paro ait mont la forme caractéristique de ses ailes . fr. il asuvsau bombardement *«. ffss dément aperçu par nos e^noaniers, il fut "nur ««« ftromper d une manière .. .»■ accueilli par le feu nourri do nos batte "™ynhU- , h«nue jour de vf.naav.ee «ou. Les Allemands repoussés avec r>«» spéciales de canons pour le tir contre .-.'s engins aériens qui lanceront dans sa " 1 .% capiTTn.nixon a Anvert de certes pertes direction une trentaine de shrapnells. '^wt serez libres de toute peine. H Après le quatrième coup, le réglage du I""' a™. Le fort de Lierre a eu à subir, la nuit tir devint réellement précis, et le shrap- "™f Z. Pour "*••> intérêts des princes de la dernière uue attaque énergique de La part nell suivant allait certainement atteindra V™r ce.ux des capitalistes dt Je» .Ulemands i de trois côtés à la foLs les l'aviateur ennemi quand celui-ci altér* P T>erî, f,-1 otre est à er rorapneils tombèrent et tout faisait prévoir brusquement sa direction et prit très vit* '^V^er. L Allemagne qui ne lutte qu, assaut d infanterie. Sans attendre f en- . iVHmdn rAnrlant Ufl,.nmn. r.l»<, "our son existence, a détruit deux armée* PlUS d,f t«i°ur*kui. aucun Ru.se ne InîSfiS nSS» dwriSS^i-d^ Néanmoins, vers le vingt-cinquième trouve dan, votre pays. Vn trance. no> i^iiibreux^iiorts et bl^és Trente sôfda.ts fu- coup, «. vit l'appareil osciller, frappé >ro»Pe< >e mettent à vaincre le, derniire, fent faits pr;.-ton.niers et conduits à Anvers. par le vent d'un obus'et ayant certaine- r '71 *' , . . , . A 9 heures du matin le bombardement d' ment ses ailes percées de trous. *" 1 voJl* foulez rejoindre vos femmes et k nfle commença. U* premiers obus tom- A la place de Meir, où une foule énor- v0° en/ant\ « vou* désirez retourner à Wnt près de I église et le Hooge Brug ; me suivait passionnément la course de ' traVa'^ ™ un mot si vous voulez h ,'n r p!I ^ r% u"™ re,r l'aéroplane, chacun orut h « moment J^te' cesser cette lulle xnuUle et l'a t des Capuc.nes. Hue des Béguine» la n„»:i oi'o^f fnm|,„ w ;1 „ ■ . . qui n aboutit qu à votre ruine. Puis vont maison de M. fxxuis Verdonck et la fabri- S'',' al art tomber, mais il parvint à se !lUTei hientM t™, le, bienfaits d'Ze laix !» de maraoïraie Ra,vma<-ckera furent dé- r«ll,€s9sr 04 à poursuivre sa route. Ce fut heureuse et varfaite. "UVU ; au rempart des Capucines trois mai- â un réellemeuut angoissant qui «on# furent oomplètement détruites et une provoqua une véritable ruée de la foule VQ BESELE71 ^n^n-aMie d autres furent grièvement endom- vers le Pont-de-Meir, où on pouvait aper- ' Dp"e de Ma Cef°> périPfne6 d* la Iutt^' Commandant en chef i«et«r» fut detruA». Un nommé u. fuite éperdue du monoplm entourée d» de l'armée assiégeante. Les communiqués officiels français La^bataille de l'Aisne Violent combat près de Royi L'action s'étend encore vers le Non Progrès des alliés Paria, 2 octobre. — Communiqué de 15 heu ree. — X notre aile gauche, U bataille ooo tinue ta-è» riolente, notamment dans la rt gion d» Roye. où le» Allemand» paraissen avoir concentré de» forces importantes. L'ac tion s'étend de plu* ea plus ver» le Nord. Le front de combat se prolonge actuell» ment juRoue dans la région sud d Arras. , Sur k Meuae, le» Allemand» ont tenté d jeter prè* d<» St-M^Tiiel, un pont qui fut ctë truit nuit. En Wrtevre, notre offensive progresse pa à pas, notamment dan» U. région entre Apr« ! inont et St-Mihieî. {Reuter's Telegram Cy.) Li débarquement des troupes de l'Inde à Marseil'i > Un glorieux spectacle Londres, 55 octobre. — Une nouvellg pag l d'iiis-tow» »wfc ouverte par le déb«rqueraen , à Marseille de l'élite de l'armé» indienne d i Roi-Empereur. O'éiAit un glorieux kpeotaol do voir U» prince», »ikha, gourkba», punohe i bia, b&hichis, av«e leurs turban» orné» d ' bijoux et montée sur de» chevaux superbe s pa^ le long de Va faonen«e Oann^bibra. Lm feaêtrre Je» balcons, le» botta étaien rempti» monde. Lea troupes ont été asse.il k 1m« de Reisni : 1» foule épingla des* fleurs tri ' colore» aux ttmiquaa «ice Indien». \ (lleuter's T»J. Oy.) : 50.000 volontaires ai Pays de Galles Londres, Î0 octobre. — Le reorutemer dan» le po/ra de O-atliUe est tellement aot I qu» M. LJovd George obtiendra bientôt U 50,000 redontair-as Gatioia qu'il demanda. (Reuter's Tel. C^.) " Ces extraordinaire! Belges,, Londres, 3 ootobi>î. — La vigmxreuae nésif tanoe et r offensive brillante belge prove qoemt ohaque jour l'étonnemeat et l'aclim.rfl ùon croiiWBQto qui peuvent se réeumer dan le titre a^lopté aujourd'hui par la cWeertmir ster Ga»ftte» pour donner «on oommuniqu officiel d'Anvers : «Ce» extraordinai«-e« He ©es •. (Heuter'a Tolegram Cy.) L'Angleterre et la pais UN DEMENTI Londraa, 20 octobre. — I>« nouveDle» d journaux étranger» diwant que fAjngleterr : N-araat dû«po«ée à oonoiuire la paix quand U AUemenri» »eront repouwé» à traver» la fmai tière aLLpanande et d'une entrevue avec u: fanotson2i««re an<jlaia anonyme à ©et effet . sont d« piinvention». On déclare qu» l'Angleterre agira toujou* «n plein ««xord aveo se» allié» frvsqu'à la fi» 'Le 1* g««T». (Reuter'a Tel. Cy. —> aeo^ — l'Angleterre posa des mrnes dans la mer di Bord Londres, 9 octobre. — L'amirauté anglais communique:«La tactique allemande tfc mi nes soû»-marines, combinée avec l'activité d leurs soue-marins, rend nécessaire l'adaptio: de oontr*v-meeures similaires au point de vu militaire. I^e gouvernement anglais a par oonséqlien autorisé k pose de mines sous-marines dan certains orulroits, et k» systèino de champ d mines a été établi et sera développé sur un large échelle. En vue de réduire W risque neutres, l'amirauté annonce qu'il es dorémàvaat dangereux, pour tout Vitimen de trax-ernar l'espace oonrj^s entre lew fatit-u des de 51 d'egîrés 15' et 51 degré» 40' noivl et les Iontrituides d'e 1 degré 85' et 8 degré Est (de Greemvich ) à oe sujet, on Wodt s souvenir que la Hmite Sud du champ d mines allemande® esrt la la-fcit.ude do 52 degré Nord, bien que ces limites oon*tîfcnesit o qu'on peut appel*** la roue dangei^euse. On n'an doit paa dé<lirrre que La naviga tion srvit «15re dans toute la partie Swd de b mer du Nord. De« instruebron» ont étîé don nées aux navires anglais à mettre en gordi tons le^.bâtiments qui *e dirigent vers l'Elst {Reuter'a Talefiram Oj.) Les trains bolides 1 UNE SURPRISE DESAGREABLE On s'eat déjà demandé avec une certaine euctosité oe qu'étaient devenus le» trains bolides expédié^ poste restante, samedi dernier dans la direction de Louvain et d'Aersoliot. Les prenniere seulement sont arrivés à des-i tinaCion. t Tîn employé de la "g&.re d'Heyst-op-deai-Borg se trouvait en gare lorsque le» train» Îv passèrent. De loin on entendit un sourd '.Ïï>cij4eiaenit, et lorsque les train», teJs dw boflfees, s» précipitèrent à traver» la gare, soufflant, sirflant, dans un nuage de vapeur, de fumée et de poussière, les gens de la viillf crurent au passage d'un Zeppelin. JLes trains dépassèrent Hal et avec un bruit épouvantable a?tèrenit ne jeter sur un train vide qu'on paraît et dont vouaient de descendre de nombreux soldats allemands. Ce train fut réduit en miette* «A ce fut bientôt soir la voie un fouitfia inextricable d< wagons, de machines et de raîk tondus et _ fumants. Ifceux soldats allemands qui effectuaient k; . fanage du train furent tués. t Craignant que l'on ne recommençât l'«ex-. ptfpfenoe» les AiUemandte firent immé'l'i'aifc^ ment sauter deux petits ponts à l'ouest de - Hal ; i3 ne s'éta-ft paa éoouM une demie h#>«ure que deux locomotives apparaif-««aient au ? 'oen et qui se jetèrent a unie vifcawe folle dan? - 'e précipice ainsi formé. 3 Reçu pour la Ligue du souvenir Si. Dartoia 5.— Que les commerçant» d'An ver» ne pardonnent pas 10.— M. Borge» 2.— \1. Jacqu^inin 2.— Pour le bonheur die... 5.— % M 9am. Tolkowsky 5.— 'l M. Hubert Mansion 5.— ' M. F. Lamelle 1.— M. Waiter 2.— Dons divers, timbres, eto. 12.85 : Pour la prise : d'un drapeau Report fr» 2,283.35 1 Anonyme 0.50 - B. G. F. 0.50 . a. M. D. 1.— Merci V. M. 0.50 M. D. G. 0.50 Pour que ma femme n'aie plus peur 0.50 Avec espoir ... 0.50 -Mlle Marie Bussieua 1.— Birffet Tufnhout-Spori 2.50 Pauiotye Neiens . 0.50 • Prosper Vandendriessciie 2.— l .Mme G. Hanlet 20.— Nous avons reçu à nos guichet» avec la mention suivante : < Pour la mort du requin couronné », deux épingles de •cravates avec t écrins dont une pour le soldat iAnge et f l'autre pour le soldat qui prendra le premier b nanon de ciège. POD! LE PIIIfFlMI ICI S PRENDRA n Plia 1 SIEGE Report fm 617.26 Mme G. Hanlet 20.— : Nouveaux succès I en Galicie La débâcle de l'armée autrichienne est complète Pétrograde. 1er octobre. — Un communiqué du grarai état-major russe dit: Les sortie» e&eetutK» par ia garnison de Prépayai sont restées infructueuses. De nouvt»aux prisonnier», sout tombés entre oea maina, ainsi qu'une certaine quantité "■ de munition» et un certain nombre de canons.Les Autrichiens continuent leur mouvements de retraite, qui révèle une entière confusion dans leurs unités combattantes. Parmi les prisonnier» faits par un petit dé-e taefoement de cavalerie au sud de Riaohewo, r on a trouvé des soèdate appartenant à 25 dif-fé*a»ts régiments d'infantpfie. Fourni les prâsocniers, fa>.ts par le» Russes " à Ooloojok. figurent de nombreusps recrues i |Oc:i^>l>tement*îngnorant8 du métier mtfhaire. Vn grand parc ci'artillerie pour obus:ers de 6 pouce» a été pris près de Starasol. Duns La région de Sanock, les troupes rus-R ses ont occupé Lisko après avoir mia en dé-j route les bataillons de réserve qui occupaient j ces pointa. • Przemysl va tomber Rétrocrrr a, 1er octobre. — On lit dans le !< 3flesvsager de l'Armée » : rLa première moitié de la campagne de Ga5k»e est terminée. L'ennemi décimé a pewia son maté?iel de guerre, son courage et i s^n espoir dans la victoire.Tout porte à croire 1 que la défense de Przemysl ne serra pas dei a 'fr.i^io durée. Nos déments de jx>ui-suite ta-? iorwjsfat les Autrociiiens sans répit. Ceux-ci sel ~ repBcnt rapidement sur Cracovie où se con ^ cctrtro le reste des troupes encore valides.» } ^—eO © Œ>-<- îles perles ca!réiiieniîes i 1155,000 tués, 200,G00 blessés 200 010 prisonniers, 9IÛ canons Londres, 1er octobre. — Ou télégraphie de Stosîdiolm au «Daflv Telegxo^h» : Les défaites écrasantes que les Russes ont inOfeÉes aux Autrichiens sont attestées par les oreîf.rea suivants: jusqu% jeudi derme-r, les pert-?s autrichiennes s'élevaient à 150,000 tués et 200.000 Wessés. Il y avait, en outre. , 200,000 prisonniers, 900 canons ent été pris. i «Echo Paris» i ' l » c k ^ . . V S t . >» < ' — — «Il mu n i i ri r Tous au tr a vail I La nufiPPB économique Les cafés en gros Houblons M. Demeester Victor, rue Albert. 18, à On nous demande une maison d'Auvent Court rai nous demande Lee adresse» de quel- fournissant oet article. quee bonnes maisons de café en gros. AdrOSSOS DOUP Colorants et Nous lui signalons touiours la maison van . Ricketal-Jérotka, place de Meir, Anver». O5S6nO0S Q0 produits 014- La libr-alrle belge Roelans mentalres. Ruo St-Pierr«, 4, (Plax» Verte) E/V, in- Voici une «drosse qui nous a été demandé»i forme lo publie que tous l«« journaux anglais, Jacques Croquet à Yilvordo. quotidiens h«bdoma/laire» y sont en vente. Fabriqua c'açjPafôS Huiles mlnécales.- Gommes. On nous renseigne que Baroelene (i^spagne) On oherçhe maisons bel®?» ou anglaise» fabrique jee objets. d'importation de ces articles. fElaU oxygéné© Machines à br'ques ù main ^ ^ ^ MM. I^éon Speltiack, Geo Colin et Co, rue Borluut, 8, à Gand, nou3 écrivent: Monsieur le Directeur, Nous vous prions à cette occasion de vouloir noter et éventuellement de publier dans J'«j lu au début de Ja campagne, il y a votro estimable Journal sou» la rubrique «l>a ^-ut-ètre un bon mois dans votre journaJ t Guerre Economique» que notre maison se fait € ##>2îoms restons ti*ibutaires de l'Allemagne depuis plusieurs années une spécialité de la j'^u oxv^énée méviicmale...» Coioio» construction de mackines à briques à main, jours suivants de re<^ti&> dessoude uses, scies tronçonneuses, etc., sup- r^.toon, je suppose que cette conclusion res^ta portait avantageusement la comparaison avec- Umjoare ^boiit, quant à moi, d^juia troâ» les articles allemands de maintes espèces. I aua) prends mon eau oxygénée médicinale nous sera agréable de fournir h nos compa- ^ cilirurglo&JO) oliimiquement pure, à 10 1? t notes et au sujet de cea machines toutes les vollimes à ^ tirme: Compagnie générait informations désirables. belge do produits céramiques, chimiques et Couleur à mélanger au pharmaceutiques, à BouffiouJx. Le pr<xinu* . me donne toute satisfaction ; la firme expé-Ciment die par toute» quantités grandes ou petite», La maison Maurice Win ter x 889, rue du ea cela à un prix excessivement avantageux Progrès, Bruxelles, dont je »uis le représen- auquel prob»blemeïit l'AUema^ce ne saurait tant pour la province d'Anvers et lea Flan- pas nous nenrir. Cette firme M>rique égale-dires, fabrique cet article et je sui» à la dis- ment Peau oxygénée industriefte. Ce qui *** position d'3 ceux que cet article intéresse pour surtout à en retenir c'e*t que la fahruca-tio» tous les renseignement» utiles. belge, la marque de fabrique e-^t un A. PALMIER. belge, et dame le comm^ce le produit «fl* 12, rue Joseph Lies, Anvers, dénommé TSau oxygénée Belgica. Tubes pour cigarettes l mattelaer. H existe des demandes ou ce moment de tubes pour cigarette» pour l'exportation. LABORATOIRE Jules Desmurs, 24, pw T/çs fabriqua belges peuvent feire oon- Van Straelen se charge de l'examen de» eaua naître. alimentaires «t de tout antre produit. Un succès français Les combats de Niémen 4 1 Pétrograde, 1er octobre. — Douze corpa 0JJ jcLlSâC0 d'armée allemands ont attaqué depui» sep* jour» les positions russes sur le Niemen. Le Paris, 1er octobre. — Une dépêche de Bâle Kaiser avait établi son quartier général h an-nonce que le» combats en Alsace sont tous Suwalki. Les foroes russes des ciroonscriij>- à l'avantage des Françai». I^e» Allemands, tions de W3m et Grodno. étaient concentrée* qui ont tenté de noua chasser de Psfetter- Hur le Niémen. Une tentative des Allemands haiisen, fuirent repousséa aveo de» pertes pour couper le chemin de fer de Varsovie, 4 énormes. échoué. — («Petit [Parisiens ).. Du côté d'Altlrirch, le 109e régiment de landwer a pris contact avec ka Français et c ~* fut complètement décimé. «ss»» Renforts allemands ^ ffâSIC© Les troupes'dé Schleswig Le gouvernement rétablit le titre r&npe'ées ^ ^ar8Cî"'a' de France nr . _ Bordeaux, 1er octobre. — Bien qu'iil n'exiia Copenhague, 80 septembre. Le* troupes ^ p|us aucun marecshad de France, un deore* allemandes oamtonnees dans la provi-n<-e de du ^pt.vuiba^, fixe le montant d< Schleswig ont été immédiatement rappel e es ;a du ^ Fjvaju(? à 3uai6 pour se rendre sur le front en France et en U «Matin» remarque que cette dé. Belgique et pour protéger 1 île do Sylt, près (.mion ^ du meitîeui- anguue et peimet to*oe de la cote de Schleswig. Lco troupe» de Schle»wig ont été rempli u nom'^ marecjlaj it France, d. oéee par des hommes de la Landsturm. celui qui sera le premier revê»u de cette haute «#igmté supprûnee depuis nos désastre* de 1870, dit41. viendra aussitôt sur toute* Les troupes suîïiciiiBiinss ^ t r eciatante de 1914, ef ace 1a dermere trace da nuittent 13 Frsnce ^ « v0™^ i. m<* d, 1{UHIU!SI l«J I IU5IUU général Chan^y, quand le titre de marécriai Amsteixlam, mercredi. — Un télécxamme de France fut supprime : de Maastricht annonce que 5,000 soldats au- — Que oelui qui veut !e bâto* de maréoliaJ trichtens sont arrivés ^ Aix-la-Chapelle ve- 1 aille chercher au delà du RM*. nant de France et se rendant sur le front Si le gouvernement a pris la précaution de austro-russe. («Central News»). fi**»" déjà la »olde du maréet»flà de France. c'est qu'il sait eue tous le^ espvirs nous k>«4 —permis aujourd'hui. Et ce dé«r*»t en dira plna f» i «w» f » « ion<; à tous Vn Français que tous les comor-w Hoe Csooral Tresigoies Le bombardement d'Albert Nous tenons des listes de pétition à la dis- po&i'bfen de» établissement» qui vou<liraient les Londres, 1er octobre. — Le eevre&pou<lani présenter à fe signature de tous ceux qui du « Daily Mail » envoie & son journal ua veulent voir disparaître de nos mur» le nom ions: récit du bombardement d'Albert, dans la de la vue von Bary et le remplacer par celui Somme. de rue Caporal Trésignies. La jolie petite v<3.ïe a tow^if^ont pouf- Cette me^'ire rendrait plus facâ'le l'accom- fert. I>es obus aj'emands et l*lR«nWfcie ont dé- plissement de oe devoir à tons ceux qui ont truit la plupart des monuments, et des tuaa- peu de temps et désencombrerait nos gui- ^"ns. La beile église surmontée de la statue chets. dorée de la Vierge ne fut pas atteinte. Un drapeau allemand transporté CANARDS! . ,à Bord»"" Bordeaux, 1er octobre. — Bu offieoer du May I inrîor n'oç» nac nnpf — T!l1^ quarti«r EénéraJ Tient Rapporta- k ]3idA LSilUer (S oui! pdo îîlU i. iJordeaux le drapeau du 6î>e terie aA- ««« lemande pris à l'ermerai ces ien«s éerua'ers. l/3rpôni!6r n oSf pâo b<8S^ô. L'étentlandj qui est en lamW—six et en«aav Pans, 1er octobre. - U firme Pathé f^- fa»'S™î IWw«n» de W r«i dément que M. Haï Limier, l'acteur de ?t*g. engage»,^ in le «Hnst cinéKïût-ographe bien eonnu, aurait été tué J fv1*, RepMbK^n-, ^ lr Pr-^eiv au cwirs d'une bataille.- ?,r" d<! a ^ fnq autre» Panis, 1er octobre. - Lee journau* an- d™peaux ennemis qui s'y trouvaient déjà, glais ont Annoncé que le boxeur Georges Car- (K-ntier venait d'être ssse* sérieusement blee- Lfl baillbaidement dfl la sé. Cette nouvelle est démentie par Carpon- tier lui-même. cathédrale és Reims UNE CEREMONIE DE REPARATION L'Allemagne a perdu a sainte-cloulbe Paris. 1er octobre. — Sous ki pr'sid<ence da toutes ses colonies rne assnHtance, une solennelle cérémonie de •v^naratien pour le sacrilège ooawm's par la» Londres, 1er octobre. — Un communiqué \ ll^mands en bombardant la cathédrale à» du bureau de la Presse établit que les op- Reims. rations de la flotte anglaise sur la côte ooei Dans un langage d'une rare élévation, M«r* dentale d'Afrique ont abouti à la reddition Raudriililart, l'éminent recteur de Plnatstot de DuaLa, la. capitale du Cameroun et de athotët^ue, a rapp^é le pôle îwvîqîie joué dans Bonavari aux forces anglo-françaises com- notre IrsAoin* jwr Ta oaiîiédraîe de Reims man<fe par le brigadier général Dobeli. Hn.ptéme de CHovk, le sa^~e des pq^, et pa.r<ti. Les oolonaes allemandes qui se sont r or,, cui'ièreixent le «sacre dp Charles TH. dues ou sont attaquées sont le Togoland. • D« môme qu? ân b^^her de Jvmme d'An» l'A. fric ue oc^idemfcMe allemande! le Kai.°er xillit la victoire et F union pour tous le* Wiil2K*msland, Kiao-Chau, Samoa et la colo- Français., Mgr Baudriîiart a m ror- nie de F Afrique du Su<L *itude que Tincend5e de la oîrtbédrado da L'Allemagne n'a plus en dehors de cela R/*ims conftniidern't notre récencîîiûtion oa» que quelque* lies dans W Paciîiqua. (tDaily tionale et nous donnerait l'élan né^o^oir* çsawf ebaaser définitivement l'envcUiisawiiL

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Métropole belonging to the category Oorlogspers, published in - from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods