Le bruxellois: journal quotidien indépendant

841 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 30 March. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 03 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/416sx65s4p/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

4— Anné ■ N. S99 Ed. a CIHQ CEHTIHES Vendredi 30 Mars 1911 AB0RRE1KHT POSTAL, ÉQ. J finatelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.59. - Mk, 3.C0 Les binEsax •de poste en Belgique et h t'Eirongerr n'acceptent qiiL des BbonaeaieBÉs H<IME5TiUELSj cern-ci prenc:nt,cours tes I Jasv. 1 Avril 1 Juillet 1 O croît. On r^; t s'aÎKmnerlotiîefoîspoîîTles aenx ierniers mois on nése peurfe dernier mois de chaque trimestre an prii Je • 2 .'Rais 1 MOTS ft.SJ0-JEk5.49 Fr1.50-Kk.I20 TIRAGE : MO.&OO PAR JOUR Le Bruxellois AMMA^rFC rV£ * I* j — La ligne Faits divers et Erîios . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales .1.50 » financières... 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne ...... ©-59 La grande ligne. ..... 1-00 YieAGEïfSO.OGO PAR JtŒB Rédacteur en Chef : I-" e- rs ô Asrssi-asaïrttfi ^oMMOPaaaMMMWwagraa'MHii ili uni i m n »c<aPs*g*'q»«taijnyBaa.ianrt Jtoarssal îsœHâps iBifassiasl ;. —- Rédaction, Adraiiriskaiion, Publicité, Vente : bruxeia.es, 45. mm henrt matjs DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS ALL2MASÎB» BERLIN, 29 mars. — Officiel midi „• Théâtre de la guerre à l'Ouest. Vive lutte d'nrtHierie cuire Lens et Arras, qui a dure égàesr.cnt la nuit. Au cours d'un aernbe ! qui s'est d-'.-stoppé hier avant la tombée de la nuit, près de Crmsefies-Ecoust-St-Mein (au nord-est de Ba-paume), les Anglais ont perdu par taie poussée de tics postes âe ûcawerture, outre de nombreux morts, un officier et 54 soldais comme prisonniers. En Champagne, plusieurs attaques des Trançms. entreprises au cours de la journée dans le but Se reconquérir les tranchées que nous leur avons arrachées oni échoué avec de nombreuses pertes pour eux. Sur la rive jpache de la Meuse, notre jeu de défense a déjoue hier des .poussées françaises qui se préparaient contre la côte 304; oui' "riPhuî matin ,uae attaque s*élançant sur tin large freui a échoué dans notre feu, dans un cadrait, par une contre-ci: t on, .4 l'est de Verdun, nos aviateurs ont dcsccndu deux balle as captifs; au cours de comhefr aériens, et par natte feu de défense, quatre avions de Vadversaire ont été abattus. Tfcéâtra de la guerre à l'2M. En généralcalma. fraai en Macédoifflai La situation est inchangée. BERLIN, 28 mars. — Officiel-du soir t Un cembal qui s'est terminé à noire atadage a eu lieu à faazst. près de Croise" s, en noré-est de Bapaume. Vive ec.Hviié d'artillerie en Champagne et sur la rive gauche de la Meuse. A l'Est et au front macédonien, il n'y a pas d'événements particuliers à signaler. AOTRICSîIEiï VIENNE, 28 murs. — Officiel s Théâtre de la guerre à l'Est. Front d'année rin î&idmsréciial générai von Mackaesen : Pas d'événements particuliers. Front d'armée du général colonel archiduc Joseph: Au sud de la wJée de l'Uz, nous aavs^sommes emparés d'une position de h&vtcï- russe, sur 3 kilomètres de large, et nous l'uvens gardée malgré trois fol ies contre- et'agites. - Nous (wp»r î:i!t >50 prisonniers et avons capturé 3 mitrailleuses et 2 lance-mines. Hier après-midi, l'ennemi s'est encore rué d l'assaut de-la position du Ma&'.vo- mais en vain. Nombreuses entreprises d'avant-postes., couronnées de succès, dans les Carpathes baisées. Front d'araés du Mâœarécfcal général Prince Léopoïcl de Bavière; Une troupe d'attaque a pénétré dans la position principale ennemie près de Sianislau. Les Russes se sont enfuis; à part cela, peu d'activité, à cause au dé-gel. Théâtre de la guerre italien, Le nombre des Italiens faits prisonniers -lors des combats au sud m BigU, s'est accru de 15 officiers et 500 soldais. Le feu d'artillerie et de lance-mines est tes v'i dans cette région. Thëâtse de la guerre au Fud-£si, F tries canonnades au front albanais. BÏILCLAEES SOFIA, 25 mers. — OfficH ; Frent en Kaeédoine: Sur la rire est du lac (TGcfirida d dans la direction de Tschei se herveua Stcrna, de faibles forces ennemies ont tenté de s'avancer vers noire position; elles ont éH toutefois repoussées par noire feu. Au nord de Mometir, jeu d'artillerie ennemie ininterrompu. Sur le restant du front, faible action d'artillerie. Front en Kcumîvtïis : Le calme prévaut. . FS.AKCAIS PARTS, 28msrs, — C'ieiel, 3 h., p. m. s Entre Somme et Oise et cm .sud de V Oise encan événement à signaler au cours de la nuit. Lutte d'artillerie assez vive de part et d'autre dans ta région à l'est de In basse forêt de Coucy. Au nord de l'Ailette nous créons rienzsi de nouveaux progrès ainsi que dans le secteur â t'est de Leuilly-N euvll-' le-sar-Mergœet où nous avons enlevé plusieurs points d'appui importants. Bans la région de Rc.in:s rious avons effectué un coup de main à l est de Neuville et ramené .des r'Tsenniers. En Champagne hier en fin de. fournée et dans la nuit te lutte d'artillerie a pris v.n caractère de -violence particuHère dans la région Butie-dn-Mesml-Maiscns-de-Chani-pagne. Nuit cnline partent ailleurs. PARIS, 28 murs. — Officiel, 11 h., p. m. : Entre Somme ci Oise grande activité des Srnx artilleries nc.iammait sur le front Esstgny-Bcr,":. rL Aucune action d'mfcmierie. En Champagne à h sui-te du noient bn;:ibe.rdcmeni dirigé sur nos pos«i■ ..s à l'ouest de KlcJsons-dc-Ckampagne, l'ereeemi a lancé ce matin une fente attaque et a pu prendre pied dans quelques uns de nos éléments de première li-f,nc. Toutes les ten'clives sur Maisons-de-Champagne ont été brisées par nos feux qui ont inîàgé des pertes sang!~nîes à l'ennemi. Bcux coups âe mam sur nos petits postes à l'est de la route de.Sdiitt-Hilaire-Safni Souplet et an -nord Os Tahure 'ont complètement échoué. Sur lu rh-e gaufite âe la Meuse tirs de désir: clicn efficaces sur-les organisations enn évités du secteur cêric 304-Mort-Homme. Canonnade Intcrmiitenle sur le reste du front. ÏTAMEM' ROME, 27- mars. — Officiel : Dans la vallée de Scgaraa, des -détachements ennemis ont tenté de t'approther, pendant la mS ân 26 mars, de vos positions sur la rive gauche du ruisseau de Maso, à l'ouest de Samcnes ; mais ih tarent dispersés par notre feu bien nourri. Bans te cours de la fournée d'hier, f activité d'artillerie a été plus vive au front des Alpes Juliennes, et vers te soir elle devint plus intense flcrts le secleur du Frlgido et de la crête de Tmtl. Après que l'ennemi eût détruit nos lignes de défense, il entreprît deux violentes attaques, l'une dans la Sirexrtîcm û; la Ttau-leur 26, où il réussît â occuper quetanss retranchements avancés; l'autre contre ta crête âe Tditi, où il fut nettement repoussé. Une de nos esradrûtes d'aviateurs a Jeté avec im succès visible des bombes sur les camps ennemis dans ta vatlée de f'Arsa près de Gerribi. Tous nos avions sou! rentrés indemnes dans nos lignes. AMCzLAIS LONDRES, 28 mars. — Officiel du 27 mare ? Dans la matinée, noire cavalerie s débarrassé de t ennemi les villages de Lange,veenes, Hêrc.moet ci Eqnancourt, ejsi sont mmnleacmf occupés par vos troupes. Un •Ber tair, nombre de prisonniers ont été amenés. Durant la nrdt,, l'ennemi a -prononcé une troisième attaque contre noirs poste sa nord de cP.aumont-lez-CambrYii ; elle a obtenu un ëuccês passager. Ce rsaiin de bonne heure, ce poste a été repris par nos troupes et notre position « été rela-blie.Dernières Dépêches La Réveillon en Russie Pcters'ûourg, 28 mars. — Du « B'.rinsr Lofca! Anzeiger » : Le Conseil ouvrier de St-Frtarébourg a gagné un accroissement de forces in;r rtantss par suite de l'adjonction de tous k*s employés Ce chemins de fer, postes et -télégraphes. Cs qui a été catise de leur séparation de BOuvememeTït, -c'est rinteraction de ctitâ-ci de favoriser d'ïs spp-k socialistes au front. Bsriin. 28 mars. — On annonce dr Genève su « Bai-Uner Loka] Anzeiger » : B aprl'- une nouvelle de 1' « Echo de Paris », le général EusîM, qui s'est rallié le premier au parti r&ota'frenaîre, a -eu la préfsrcHice sur tous les candidats pour le peste de généralissime. Il n'est pas certain enewe s? le g 'né- Londres, 29 cîese. — Le « Ba'ly Telïgraph .» apprend de P»'lro£"ad 3ue le S^nt-Synode s déuaiss.iori-ité en hlcc. On cen\ oquera un conseil de 4'P.glise qui délibérer? sur 1e r/forme Bcefââaafîsitft. Les Journaux juifs., tsul avaient été «nspendus depuis deux acp, ocaïBDatoiiecni à repaœîtrs, Ssickfeefe. 2B Ttvars. — Ee préssne» des cfessurs exposés officiels df^'agssei? tS'w-'îpfe .fe Pé-trcgrsd, i! cor.' '.?■ de renarnutr tpiz la .taesâo® entre les deux gouvernements de "Pêwgraâ- perats-îe. L'autariré sur te càicmitrs d" fer;, postes «t télégraphes, rers 1rs fronts et ve>s Pi-fériîur du pays, se trouve ÊS'tre les nafos de la fraction aoc&'iste de la Douma. Londres, 29 mars. —• Le » ©s®v Teîc:&ra-^ » apprend de Péirograd qœ la «pjestlcm à? J'îfflhtto-tatinn resta «ér.Pv'e ; ce n'est «pie ragbïteTJBni qn'oa se send csinjate dr qrefie caî?.ph'"ribf 'a P; ?*4e .''aïfe menacée à ce point de vue. Le aniâersafsiaeat Tient d'ê're introduit d&r les graîtdee villes. Le a Petit Jaurnal » confirma .que le gouverae-méat rêva!utionnairc n ordonné la résssestion drs «ommandanis darr^ée Ev.îrîh t' GourkofLOn œaand» de Pétrograd & le Ksise Zrrch-ar Zs&asae » xn» le gouvernem»"; nrovissjse a ordanûé de nouveltes arrastaîîonç, e "russes celle do procureur çé -, ird Tifper. cornu jw 'a part qn^Eï s prise au p1 r>aès du crime ri tue] de Kieff. , D'après le « Pc it Parisien » le grand-duc Mcdteî Nicolaïevitch, qui se tsouve actuellement au quartier général russe, ne voit pas de .saji't pour la Russie, dans la tournure aetu-âîe des événements, car les forces du pays sont anéanties -ou divisées. B estime que tous ces sacrïHces rjn- iks ïsâts en vsia, car la Russie devra conclure la paîx si elle veut se maintenir con-ne grande puîs-sance. Le grand-duc se retirera dans ,son domaine d'Odessa. L' « Ecii» de Pai'is » apprend P.'-trograd que îe générai Rousslci a le pliis de chances de se voir nommer au peste de généralissime. On mande de Péircgenl, par voie directe, qtts - •-Voûte d'accjKatian de Pratopopolf comprend celte de haute trahiann. La 2'ssriae est accusée û& complicité. Cet acte est accompagné de Eombreus^ pièces à convfction .fawfiîuaat des secrè tes de .M, ProtepcpcsK M. Bourtzeff a &tè d'examiner le dossier e£ de faire dse recherches supplémentaîtes dns le sairhfe'Ss. C^aipiîcstions. Pétersbourg, 28 mare. — L't/îRdar d'état-major, dost no®e avens r-Jfisi hfer les dâcla®tiaos au su-j,at de la EiiuatiO® du .aerps .des oiticieirs da T'armée, s'eet exprimé hfer, d'iip'èe 1a * GazsCte de V. ss » an sujet de l'attitude des soldats œditv-hts vis-à-vis de te nouvelle aituaiian. U s'est estreteau dans plusieurs réunions avec fesaotcaup ,3e sol.'ats et œ peut dire qu'une chose, c'est iiur te nouveau régime n'aura pas -hsau jeu. Une fureur fedicftle«contre U-wuvfài r-éjitsE et ses *>•?•??, les mîme. Un sous-çlfîcîer *'■&: ia de la t«terne des «rattems au'il avait -contribué à faine do ce? me--sieurs des mS-r.istres, mai? qu'il le- aaéfltitiaast. s'ils ne falEalapl . pas ce qu'on leur ordonnait, et 2,080 eildr» or®-. rent d'un» seule vok : « Donnez-sous notre rpay®, notre libellé et k paix, sinon nous 1-e psendrems. .* La ïépeïcuslion de la i^Tolution russe en Italie. Zurich, 29 mars. — Le correspondar-t de lomt du « Zurclier Tac sânzel^r » écrit : \ Erso», aSœ que dasis le pays entier il règne une tendance qu rappelle les événements quSge passent en Êii.-sâe. De partout des nouvaltes î- fcsxâ au sujet grandes difficultés de ravîtefllemeat corem» ccnséquen- j ces directes de la gnerre id&s-ntaj-V»- «fc^oaede. Dkî mesuares Soptatantee, Tafie» par le gouverne- ! ment, font reconnaître ou'oinfe se trouve pas nao-préparé devant la situation. yjË La « Gazette de PrancfOr ■"> ^r^nonce de L- - ">~3 : A la sajlte des '.roubles czeUzvpls, çtd ont pris en | dernier temps trne tournure 4$ «n plus mena- , çante ,Tctat de -siî-îïe s été t seiaré â Twîa. ILe ccnPit gerîsa-ro-nsiérîcaiE. Nev^-Vos-k. 23 mars. -* Des télégrammes Se divers Journaux des Etats Cals -disent .qu'il sera publié prochainement un orJ-rî -de mribîlisafion, d'à-près lemtel tentes les trou',-1 s saront rér :rtîes sur les parties les plus diffém^> du pays. Ceitte mesure est Jugés nécessaire, attend» qu'on craira de violantes taaaSïsstatians coijtre tous les projets de Wiison. ainsi une des trouffies dans les rcglt,ns industrielles. où l'armée dtdtlJélà maintenir l'ordre â ; la suite de la propagande Kn faveur o« contre la [ guerre arec fASemaeas. On s'attend à la déclaration de l'état de sic-ge danr ces r&pinos; les îcdts- ! .triels msaaçanr de fermer^r r- -ufdnes. L» bloctis ;uigîais. Amsterdam, 28 mars. — On annonce de Londres » f « Alsstnees F?rtôc*l»â'!ad », .que te premier L®Td de i*ftmSraei6, Sir EJ vard Carw^t «ni a wis part -bler aux ■dfltets de 5a f'n&osb,-s aes C*^^"J'?b, bu sujet r"e la qeesfimi du Macus, s déd?ré que ! l'Amirauté est comr-'ètamçnt d'urcs-rd sves la p®-IMene 8tftti»Ue du mWsM ji^ tV-rsuK •»- ''►-'«•iw Su %!-îC!t8 ne pe®1 être -eSfcndon*: :'J sans ipésarro ê, la flotte. Cela sighlficfaîf c; la fett? ■; *rtrs ce .Ttti'-elk- vnudr» «# eue IÉtaNifato>T» few9t' fc cu.er-re à tous. Ce qui est exact c'est -que la raiiâqoc de l'Amirauté et du FtA'.'r. C-?ffee est celle du cabinet enîier. L'Asigieterre insuffisamment appiivisioiai-iô. : Londres, 28 mars. — Lé « Timet- » publie qu'en dispose en Angleterre., pc ur la consommation du 1 avril à fin de la saison cr»r r-.te, de 150.000 tonnes de pommes de terre — : 'es esactsment la mol lié des besoins normaux. ' îî.SffiKSA ri ■ RSTumAg-tU*— '* J-.IL». L'agence P«t!tîr apprend tte Euenes-Mrs» que la : ; gouvernement de la HêptftBSqtre Argen.fîne vient d'in-ertRre fexporta&m du blé et de la farJoe, aRn d'assurer *u pays de? gtort s srffteHrts. ■Eé'onnes éleetorate en Angleterre. Amsterdam, 28 mars. — On annonce de Londres à 1' « Algemeen Handrlsrlad », que le premier , ministre mooœciti atysarï-hui * la Cluuthre des Communes que le goiiv^r-ein'-nt fi accepté Jas pro-positions de la conBBfesîoB padanentalrs pour les réformes ekctorales et qu'a tui r o-1-st de M. La Chambre des Csmtmmes décîA»ra si le ftroV électoral libre devra être introduit. Il aafete dans la Chambre une majorité en favsoe* de Toc1 roi du drefe êkcrwaj aux ferrures, âgâas de rQve de 3K ans. La militaiiBffis .en Ansiralie. Londres, 28 mars. — LVe«ee Fr-s» -télégrarifeie de 'Sydney en dste du 20, ou» les résultats des -élsc-tîaas, dans les koevskôb C-Hes sn-*, r«t : gou-ycapwajatw'-x 55, pxrtl auvrîar ?5 feifcpes. Tous les Tniraetreî; ont ét' ré"*ii?. -C: réftàst sisnifie la v.ic-telre de la ^coalition des Ub&atis -et des socialistes ra'iitarisi-ss, ifui ois &ê -esclt» du parti ouvrier à •la suite de teur adiio&ian à la loi sur le service ©bidgatoire. Glrève dans tes «stoes Vidâtes. L® « Sfeowœ Rot{eîd£?msehe Courant » aprirend d? Londres que PL Sonar Im a dSjhré nuf dî à la i Chambre des -Communes, qu'a la «sête d'une ffimi-îitiSan des salaires mtvriers, rne g- ftve s fitSBté-âsns 1 les usines Vicleirs h Bsn'crwsn-'Pns'ness. La sains -fin cintre «a HPrar-ce. Paris, 29 mars. — D'après les icmrn-TU.x français, désireux de réftmre les imi'Ortaflsns du cuivre, s décidé de saisir îe 1 avril tous les objets en cuivre ^ superflus. Ce cmvre sera rayé par l'Etat 3 ftancs le | ; lato, Earjs Tarraés Te~^"'ç-aîse. On mande de Genève que 14 Chambre fr nçaî^s a rejeté par 347 voix coBfi" '88 la prepos'ûoa de ; renvoyer dans'leurs Tisser* 7F. 000 h amenés dîs anciennes levées qui se t-rqpvent au front. Lis reveîicîîcations des mneurs ÎKiaçais. Paris, 29 mare- — Las journaux lyonnais dâsr-îtt que Jâe i Slqgués des tnineure, qui se sont réunfe lundi dtriier en congrès à Pas is, se soaf rené as auprès de M. Thomas, au minî&iire des muni-ians; , ils lui or.t soumis les revendicatiuis du co t ès, cm . i Javeur d'une augaectatlin fie salaires de 15 à 20 ' p. e. Les dsîagués ont lait xeœanyisr au -miiiistrr-qu'il était Impossible aux ouvrier?; de coniamer « ti-availler aux snciennes conditk-n-f , alors çtte les . prix .des vivres ont aisam^até de 35 p. a. Les dénatsjs^satic-'tis ga F-tnsm. Paris, 28 mare. — La Chambre a nfcptS le projet j ' de ;r!, reî-atr du S';>£!, B*.;tpi'"s2sa.iB ap-iaœmsBHft ' à retirer la nationalité iroEçaise aux si'jru :1s pays ennemis, qui avaient acquis .'s# astâonsJi.é- îrençaiac i , par naturalisaLion. » &rè7es à At;;ènss. Lîsnflres, 28 mars. — On annefee rfî.'lCnss m « Daily Ttflegraph » en date du 20 : l'ne grève p. éclaté ce matin à la Centrale ie&aâç%è InSustrieSe ■fie la Grèce. Les tramways et les chamins de fev vers le Prrée ont arrêté le servlec. Ler; Journaux, utiisant jja force motrice électrique, n'ont pas pnru . • et dOTérentes petites exploitations ont du Être i«r- j : moes. Les grm'ietes ont tnkvé quelques ri -rjes me j i caniques de la grande cet ireSe à A-i jènes, î'.Sin l d'empêcher que d'autres forces motrices puis- j sent être utilisées. La ville ne sera pas éclairés es -soir, las ssâifis à gaz ayant d-û fcnner & dé- . faat de charbon. Une crisé inaainente en Eapagae. Madrid, 28 mars. — L'-exagécatî-jO des -exportations a amené une hausse .générale des prix des denrées. Les ouvriers affames et aigrisu les; cheminots y compris* annoncent une grève générale en gafea de pa'otËSîation eoaîre le gouveraernent, qifl h 1 intention de suspendre temparairemtnt les .gaifau.-is® SDEistitàâànneJles dans tout le pays. Le geave-rnenr civil de Madrid a déiaissiftané. La îuptuï-e dipiamatitfje aatrs l'JOlcK&gna ei la Chine. Bedia, 28 mais. — La légation danoise s'est ; îli&rgée de 1s défense des vitérêts chiaaAi &n AEfi-ojagac. D'antre part, la' iléfease des intérêts nlle- . tnands sa Chine, sera asâinêe par le n V1 ? des Rays-Bas s, Pékin. Les intéî'éis des ilECifiads dans Pâmés beige. La Haye, 22 mars. — Le « .Moniteur %e$ge » pu-slie tm arrêté royal instituant -dans chaque division m officier trsSe&em- f-lsmand, de façon .& ssit-ve-arc-er les intérêts des flamands dans î'frmée. au sotet de vtœ du aesîmamieiaeat, -de l'instruction, îtC. L-âncrveii-stît ®e Xtalie. B'.après une édition spéciale de la « Matiûîia-kei- . rtng •» de Bâle. P « Avant! » magmee que tes aa-•>* jyettç de Forais deœmndeai k réglementation dt a question alimentaire, e! V» *"rr«-unen»enî veut 2 ti'axiciiiiKhé pebMqas, D„ns d'su.hss articles, du ajême jonr-nai, on de*Ba'"ide -qu'-tsn releressdam .po-sn'aire décide de te ocnilr«nitl»a aa de la fin de la BBeraa. Oa croît se tixmer en pr&tnœ d'une î-ar-isamasca gâié'-ale, La crSaa BBafcsbéssejârtM. Suècts. Berlin, 28 mars. — De Stoc1rl<*ln! an « Berfete-r rapeblatt » : Nous apprenons de sshmicp sxîtoiriséî Stie la démission ds tout le «înîstêre Hfeîtfnesr^-loia -est îmralaente. Le noavean &s»3aet qui sera arobshl-ement •convoqué «fficfe'llfmsEtf demain, n'nwugttrera, d'arsrês de* informEtfons dignes de teS, aucune moaiSestioB dans la p4fttetse s-. jvî? âa-raas la gtse-rre. Le çrafeesBtff dUiiiversîté Sari Schwrts n_êté âés^G^.ea, -ministre des iuijwtaitwg à ChilsÊianifi.. La rssMasee -tC3xœmS& à Wtsrat. Berne, 28 mars. — On -mande de Paris - Le »-• •enllssement de la rrrarcte en «vam des fiî'iés à 'ouest n'est -pas dS aux fllitotStoB d« ternsn, -tnsôs m fait que les Alilemands oppî-sent beaucoup plus de ^<«rcî et passent a do f&ife? etïiîre-'w:«qraa. La 5lfnsiîcn xaffitaîrs "h P On est. Berlin, 2S mars. — Les troupes de cotiv-^rtsa» îîlemamdas continuent 1 o-pérer si habilement <çue les aûwisdres restent dans l'iacsrtituâa s'ils est s faire avec des arrière-gardes o-u s'ils se trouvent 3s-vsnt les forces principales allemandes. Les trois?» ïe ccuverfure allemandes évacuent des décpBfbre» de vflkgfis et des positions, pour entrainer PaSver-satro dans la zone efficace de sa propre arfjUwfe et reprennent ensuite rapidement les posirrocts évacuées, pour les abandonner de nouveœrl. l'attaque prochaine. Deux ekédrass anglais evsnçm vêts Vïïîers-Faucco et Loogaresoes, ont été foreés à rebrousser éfretala. avec des pertes cnnri.1é-'i3es sous le feu fie l'artillerie, de 11nfan'f-;ie et des mitrailleuses. Quand 1)58 Anglais, aprè?. une rrépa-raîlon d'arti'îerfe. protioneSrent ensuite ttne attaque encerclante avec de Tlafant&rie, 1 esc- Irons et 5 automobles blindées, les troupes de cmrvèitçr4 aî? en an des récrièrent te.hî'ement diverses directions; elles s'y étabfirerrt solidement et infligèrent à l'ennemi tes pertes les plus -eoneîleaiskîfss par leur -feu concentré. Sur d'autres T""-î's. te attaques de foîMes fl&ehementa lurent twrDe deux tr-atieries avançant au sud de- ïftnfio, de#x -es- > nens fixent réduits au eitence; les m" remestr et • les abris de l'ennemi furent efficassment dé'ruûs, eansme totfotrrs, par te feu de Parn'H-e-vie. Une attaque prowfeée avec de fe'bfes fwo®s » l'est d'An- ■ hc-rive nous valut 40 prisonniers. Uf» tranchés -n- i ncriiie, d'une ctendue de 308 m., *wfta aux malœ \ •de» Allemands. Apfffes fe destrticflon «f.&6f'lqtja, •elle fut de nouveau «wscttse sa— 1'«£r i s'-îffl -aperçut'et dérangeât T«vacraattoa. Par contre de troupes d'attaque ennemies qui er .av';rent 4e pé-.î- ; tier dans les positions «JieaBBdeà Sms l'A. ">r e, en ont été ?hkïiér'lstemeirt chassées. Dan$ te mênœ T-épncn. une explosion ck- mis» a détruit h: psëi ico ennemie sur une grande étendue. î;a guerre ssus-mariae» Rotterdam, 28 mars, — Bans ta semaine .du 1B eu 24 inclus 3 navires ayanî tm tirent d'eau de 7 mètres et plus, sont entrés dans le K:s»:î \>'atîr-v/sg; mais aucun grand navire n\st sorti. » . -—— La pcliiiqtts étsanglrs - DE LA semaine Imlssant 1s 23 mais 1317 La politique^êtraiigère est c™-- " eurent eaas Tia-fluenae des nouvelles de ia Russie. La révolution s'ost emparée du pouvoir dans %»e V nmées du 12 nu 14 mars; le 15, le "Tsar a «ifcdiqtse pc-ur lui et son flis. Le !C, son frère, le grand-duc MichSî Ale-xanchwlteh, qu'un avait d'abord propos-* comme régent, a renoncé ati trône Jusqu'à dS que le peupte ait élu lui-même, dans une Go&ststuante, sta régent. Cette Constituante devra être fondée sur la | base du droit •électoral général, secret et direct. On ne possède pas d'autres nouvelles, q.uciq'*e j celles qui précèdent soient déjà de portée grave, au [ sujet de la révolution qui s'est accomplie ea Rus se. Kous me savons pas encore -atSc1-'•**»uî queBa attitude a prise, dans son ensemble,, l'année vis-i-vis de ces événements ; nous ne savons même -pa» qui commande sctuelleiseiit .après k révocaticœ du -oheî militaire supretne ; no-us ne skvoiis pas ntva plus -quelle est PatHtade de k pre-.-fcv»e de paye et des paysans vis-à-vis des événements, et il n'y « pas de nouvelles non plus des grandes villes d» 1 i*--pire -qui patu-raieut nous donnar tme idée certaine de la situation. Le ménagement que ma le fK-.weac gouvcaTiement à sa infonner l'é-a-an^ï, dorae donc à réfléchir. Il s'est imméâiaiemant sra-paré de l'Agence Télégiapliique officielle .de Saiat-Pétea^jauig, et il sait ce Que signifia PMLaence ds l'iàpirJûB pub'î^iie de l'Europe. S'il ïâfbUe donc malgré cela des nouvelles si peu positives fit abandonne essentiellement au bureau Router et aux cor-rr-paudants des Joarnatut -anglais k liberté de donner les nouvelles., sur lesquelles on ne peut se fiar, c'est une preuve que les affaires ne sont pas St shnpi-îs, comme ie premier télégramme îe pttbîlsS dans -me phiase tiiompàiaîe : « La rêtalafem m éclaté à Saint-P-éiersbourg, » D'abord, S n'y a «s iïu'nne schau&mr.ée, une révolte de fanain'e, de la part des ouvriers et des soldats, à k têise da laque!1ï s'est mise l'exposition bourgeoise. La question prisv-elpala, fui domine tout, osî natui'e'lîemKît celk-d : Qadîe est Pattitude du aouveaa gotivereemsit vîs-à-vis de la guerre et quelle feStœsjce k iêvcih!tic« a-f-elià sui' la guerre ? I! ne paraît- d'abord pas douteux opte le neui-easi gosivar-neriient soit partisan de to•con6mr*t5r»n absolus de k guerre jusqu'à une fin qu'il croît IoeJouts pouvah' être victorieuse pour la Rosrie. Car se» chefs compétants, MiTioukoff, SartsdlfccSf et les autres incarnent le parti militaire : mefc Mîîjoifkoîf « encore posa, dans la séance de k Douma du 28 K-•Trier, les bat* militaires russes Ken connus, y-coa-pris Constantinople. Mais les premières fléeter»-lions du nouveau gcuvern-emert retetît'es à la gusp-re n'ont pas, chose remarquable, les accents nux-quale on s'attendait. On espérait que le peufflœ aurait été encouragé, avec des paroles enflammaRS, à se jeter dans la guerre avec toutes ses t"-rcea, après avoir .écarté toutes les anciennes antori+és, -et à î* aieuer à une fin vlctorîease.Mons n'en reyons -rieas su lieu de cela, nous voyons dans le presramatt de goîrveaa go. . arneraent, une craie Se mandes qal celui des gauches extrêmes, et tin» notre de M'UJow-koif aux ireprés^ntatsons ouvrières russes, qui est (rédigée comme si la Russie ëfa'rt £& termes de pafet et qui ne mentionne même pas le traît-é fie septembre 1914. 11 n'y a aucun doute : octte opposifen ISbârite qtsî attaqua Tancîen gom*ernemeiït d'tss façon -excessive et qui vent la giterre Jusqu'au 'hotit, n"n pss grand'chose derrière elle. De sîînt les «ouribee ds la soit-disant înteUigEnce, qtfi n'arrivèrent -En po«-voir qu'à te suite de "teurs aïïfenBes avec Ite prcSê-tariat. Mais celtfi-ei Teut k paix. 11 résulte sana doute d'usc série de nouvBÎlDs «t de manîîessrSiwa,, que les masses qui ont maxnferast frepipê aux pet»-teg de Pancicnn» autorité, wetflent la peîx, et c'est ïi-n-sî qu'en .ce mimant S y a à St-Péisrsbottrg des faites 'fit des -explîcatfcns ©ntre ®e gonveraemest hoitr-geofe, qui veut continueî la guarre. «* les masses du prolétariat, qui vtralmt y mettra fia. En outre, la révolution a marché s3 vite, iru'eîl» ne peut avoir cc-rrrJètsmvnt écrasé les ancienne» autorités. Les terces, telles que k femeEucraSle, le parti de te Cour, la noblesse foncière, et notammesst l'Eglise, -ne saat pas faciles à déracâaer. Cela pœh vai; se feire eu pœmier assaut et dans Pédbanffiw-rée, sous la pression Se -k far-T'ne cr-olssan'se, mgfk ces autorités ne se soumettront .qu'après me Jcmgua lutte très tenace. Voilà comment -ces luttes doivent influer sur la guerre. Use révolutian telle qu'elle doit s'acaom-pîîr en Russie, au milieu de k guera» et pendant -ua® pliasE qui peut être décisive, ne peut renforcer I» force offensive de l'armés. Quoi qu'il -arrive en Russie, dans les mois prochains, les événeanots -d« la deuxième et de la trairième semaine de mars 1917, l'ont rapprochée de te paix. Nous croyons que l'Angleterre et la France sont très Inquiètes au sujet des toddeats tussm. L'Angleterre y a certainement Joué un rôle, mais la mouvement l'a desorientée. Lord M Huer devait réaliser «se TfeoncilBtfon -entre la Douma et le Tsar, et il est bien possible qu'on ait «osr.gf à son rte.pl*. cesrieittparson frère, «îtaml l'opposition Su Tsar n» put être «u: montée. Mai? îl n'a pu entrer dat» l'idée de la poîhîqtœ anglaise, de pro-v&quer k révolution tedle qu'elle a écl: é. Elle veàt bien qu'an mousemest ss-irbkbls affaiblit les force.? des Alité»; «fie sait aussi que ce mouvsme^t peut provoqu<sr l'hostilité-contre l'apsaœ avec-l'Angleterre. Chaque nouvelle de Russie pa le de k grande inimitié contre l'Angleterre; cette irostiiité se propage panai le peuple. — JËn Amérique, k dernière décislan n'est pa» '"encore prise. Par contre, la Chine a rompu les relations dâpkmr-tiqnes avec I Allemagne. La Fra-nco .a surmonté assez mpidemer-vt une «crise min.istérieï- !* le ; «près -seize mois de présidences Briend s'est re-, tiré et a été remplacé par -R-ibot. Cete ne change; pas la sâtufition militaire. Deas Je .pays, en est -convaincu que des intentions spéciales se rattachent aux masures pi'ises au iront -de l'Ouest par l'état-tnajûf aUemaod ; 1a critique militaire des Alliés l'avoue elle-même. La situation militaire devient atv aoltaBeot offensive par k ruerre sotts-marine, qii •centinne sans merci et d'une fanon tnirtt-arroir.pue} elle donne des résultats effrayants : 800,000 tonnes dans de mois le plus court de l'année, et dont un .quart doit être déduit pour Je délai de g. ce. La ccanmorce transatlantique des Etats-Unis a diminué de 320 millions de dollars, d'après les «amtnunica» tions officielles du département d Etat à Vi'ashîaâi ton»

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods