Le bruxellois: journal quotidien indépendant

457 0
13 December 1916
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1916, 13 December. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 06 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/z31ng4jn35/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Année - N. 795 - Ed. B CINQ CEHTIHES Mercredi 13 Décembre 1916 c. ABOHNMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles » Jfcfvince - Etranger 3 maiftfifc 4.30. - Mk. 3.60 t.es :jaa^|r'''c cn Belgique et à rMPgg^A.yeDtent que des abonne^JgîapypS^nyELS; ceux-ci prennent $js*gySs 1 Jahv. J flm I Juim.it ! octob. On peut s',ifc««ner toutefois pour le» deux derniers mels ou même pour le dernier m»ÎS ce chaque trimestre au prix de : 2 Mm l Mois ■ 3.09 - Mk.2.40 Fr.l.50-Mk.l.20 TIRAGE :90.000 PAR JOUR Le Bruxellois Rédacteur en Chef : Maro de a Jours al Usantes itidipsniani s I Rédaction, Administration. Publicité, Vente : • BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La lign« Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0-^® La grande ligne 0.75 TïRÂÛlîSO.GO© PAR JOUR SERA-CE LA PAIX? Proclamation du " Kaiser ,, à son armée. Derniers Commoniqaés Officiels ALLEMANDS PROCLAMATION A L'ARMÉE Sa Majesté l'Empereur a décrété la proclamation suivante : Soitlats ! Animés du sentiment cl© !a Victoire, que vous avez conquise par votre vaii* lance, Moi et Ses Souverains des fidèles Etats alliés, avons fait une offre de paix à l'ennemi, ûue fe but qui s'y rattache soit atteint par S à, est chose encore Incertaine. Vous devez continuer, a?sc l'aide de Dieu, à tenir tête a l'ennemi et à le battre. Grand quartier général, 12 déc. 1916, GUILLAUME I. n. La proclamation qui précède a été adressée également à la marine impériale avec le passage complémentaire suivant : Cet ordre s'adresse également à Ma Marine, qui a consacré toutes ses forces avec fidélité et efficacité dans !a lutte commune. BERLIN, 12 décembre. — Midi : Théâtre (Je ta guerre a l'Ouest. Groupe d'armée du prince héritier ïîupp-rechl de Bavière : Sur le champ de bataille de la Somme l'activité combattive de Vartillerie, considérablement ralentie depuis fin novembre, a atteint dans l'après-midi, de nouveau, une augmentation d'intensité passagère. Orowpo d'ariK'je du U*' y «i * — la rive orientale de la Meuse et à proximité de la Moselle, vigoureux feux d'artillerie et de lance-mines sans activité d'infanterie. IbeiHre de la guerre a t'est î Front du générai leld-maréçtial prince Leopuld de Bavière : Des entreprises de patrouilles couronnées de succès sur le Siochod, nous renseignés précieusmeni par la capture de prisonniers, sur la répartition des forces russes. • Front du gênerat-colone! archiduc Joseph. Dans les Gsrpathes boisées, sur le Smotrec et in Baba Luétvit, ainsi qu'au cours de la nuit dans Ie secteur de Mestecanescy, de vigoureuses attaques réitérées on} été totalement repeussées par des troupes allemandes et anstro-iwngrotses. De môme des deux cétés de la vallée du Tiotosul les Russes ont fait intervenir à nouveau des hommes et des muni-mené d'un raii effectué au nord de la Lndova, IL lions de hauteurs. Des chasseurs allemands ont ramené d'un raid effectué au nord de la Ludavu, 1C prisonniers et 3 mitrailleuses. Au nmi de Suit a, les Russes oui été de nouveau délogés et une hauteur enlevée par eux dernièrement. Groi^c u'armee au Jelduiarechal générai von Maekensen : Le combat progresse sur le front entier. Urzicem et Mizil sont en notre pouvoir. Le groupe d'armée, particulièrement la 3me armée, a capturé au cours des derniers treis jours pins de 10,000 prisonniers, plusieurs cansns et beaucoup de matériel da campagne.Front macédonien : Avec exaspération, les troupes da l'Entente, sur. tout les Serbes, s'élancent journellement contre ici positions germano-bulgares sur les deux rivers de l( Czerna. Egalement hier elles y ont subi de nouveau un grave et sanglant échec. BERLlN-fli décembre, Il h. soir. (Officiel): Tandis qu'an front de la Somme tout est resté calme, le combat d'artillerte a repris en vigueur sui la rive droite de la Meuse. Au front de Transytvame, da fortes attaques russes ont échoué; elles n'ont pas eu d'influence -sut notre avance rapide dans la*Grande-Valachie. Dans le oetatc as la Czerna, de nouvelles attaqua des Serbes et des Français se sont écroulées dans le sang. autrichiens VIENNE, 11 décembre. (Officiai) : l'heâtre de la guerre a l'Est. Groupa a'aruiee du tcMmai'échal général Von lYlackenisen : Malgré les chemins impraticables et la résistanci di l'ennemi, ravivée par enuroitsl les forces dt tombai alliées vont toujours de l'avant. Des trou pes austro-hongioises et allemanaes ont forcé l< passage de la Jaiomita prCs de Raceanu, au nord-es de Bucarest. Front du colonel-général archiduc Joseph : Dans les Carpathes, les Russes se jettent de non veau contre nos positions, sans remporter le moin lire succès, malgré les pertes lourdes et sanglante; de ces dernières semaines, qu'on peut évaluer i environ 30,000 hommes. Dans le secteur de la frontière à l'ouest et a1, nord-ouest d'Or ma, l'armée du général von Arz ( te jeté encore une fois plusieurs poussées cn avant Des deux côtés de la route de Vaieputna-Jacobe ny, où l'ennemi mai cite à l'assaut avec une opinid tu té toute particulière contre les troupes des géné raux von Habcrmann et von Sclieuchenstuel, ains qu'au défilé des Ta'tares, l'armée du général voi Kôvess soutient des combats acharnés. Tous les sacrifices des Russes sont inutiles. Frunt du teldmarechai général prince Léopold de Bavière : Rien à signaler. Theàtre de la guerre italien. ibeaire Ue la guerre Suu-ivsu Situation inchangée. turcs CONSTANTINOPLE, W décembre. — Aucun événement important sur les divers fronts. FRANÇAIS PARIS, 11 déembre. — Officiel, 3 h., p. m. : Canonnade intermittente au sud de la Somme. Nuit calme partout ailleurs, PARIS, 11 décembre. — Offie-el, 11 h., p. m. : Au cours de ia journée lutte d'artillerie viotcnta dans la région de la VîUe-aux-tiois {nora-ouest ce Reims) et dans le secteur de Douaumont. Un coup de main exécuté par nous sur les tianenées adverses au Bois-le-Prêtre ( ouest de Pont-à-Mousson), a donné de bons résultais. Rien à sicnaier sur le reste du front. PARIS, 11 décembre. — Officiel : Année d'Orient : Au cours de la journée du 10 décembre, les attaques des troupes athées dans le secteur nord de M on as tir ont été genres par le mauvais temps. Les Germano-Bulgares ont opposé une résistance acharnée. La lutte a été particulièrement vive au nord de la côte 1050 où une hauteur attaquée par les Russes a passé de mains en mains. Vers le village de Vlakar nous avons progressé et environ 500 mètres. Sur le reste du front la pluie et le brouillard ont suspendu las opérations. * —- «S# fc» PETROGRAD, 10 décembre. Officiel. — Dims la région située au nord de Dunabourg, nous avons livré un combat aérien, au cours duquel un de nos avions a été forcé d'atterrir, près du lac de Kolub, à 28 km. au nord de Dunabourg. L'appareil a été détruit, mais les aviateurs sont indemnes. Un second combat aérien a été livré près d'Il-liixt; un Folcker allemand a été descendu par un de nos aviateurs. Notre appareil est rentré indemne, après avoir ejjectué une reconnaissance heureuse, quoiqu'il eut été troué par de nombreux projectiles.Sur le reste du front, canonnades réciproques et entreprises de patrouilles. Au nord de la vallée de Putna et au nord de Dor-na-Watra, les combats ont continué-. Nos détachements ont progressé et ont vaincu la résistance opi-i niâtre de l'ennemi. Dans les vallées da Trot us, da Sulta et de Cxe-bonisez, notre marche en avant a continué. Le long de la route conduisant de Buzeu à Ploes-ci, les Roumains ont pris l'offensive et ont rejeté l'ennemi au-delà du Brikoval, italiens ROME, 10 décem'-re (officiel). — L'activité des artilleries, entravée ('ans les régions montagneuses par les abondantes chutes de neige, a été plus forte hier que dans la région située à l'est de Gôri et sur le Carso. anglais LONDRES, 10 décembre (officiel da soir), — En guise de représailles contre le bombardement ennemi, dirigé sur des régions situées derrière notre front au-delà de l'Ancre, nous avons violemment bombardé divers points à l'arrière du front ennemi. Canonnade ennemie au sud de l'Ancre. Pendant les dernières vingt-quatre heures, les mortiers de tranchée et l'artillerie ont été actifs de part et d'autre dans les régions d'Ypres, de Loos et d'Hulluch. Dernières Dépêches Une concession. Frontière Ouest, 11 déc. — Le collaborateur du «Times» dit qu'il est clair à présent que les Allemands usent actuellement de sous-marins pour extorquer d'autres concessions aux neutres. « Nous devons donc, dit-il, en premier lieu, tenter de mettre fin à la campagne des sous-marin9, afin que notre flotte ait de nouveau la confiance des neutres. » Ce que le «Times» dit des intentions de l'Alle-' magne est inadmissible. La concession indirecte, que la « confiance des neutres dans la flotte an-' glaise est ébranlée», nous intéresse davantage et 1 doi tsans nul doute être considérée comme authentique.Le cas du « Koningin Régentés »• La Haye, 9 déc. — Le ministère des affaires étrangères a informé l'ambassadeur hollandais à, Berlin, que le vapeur « Koningin Regentes » a été mis en liberté par le gouvernement allemand. Les pertes anglaises. Londres, 6 déc. — La liste des pertes anglaises contient les noms de 103 officiers dont 24 tués et 2,163 soldats. L'amirauté publie une liste de pertes de 83 soldats. La consommation de viande en Italie. Rome, 11 dée. (Stefani). — Par arrêté royal, 1 l'usage de la viande est soumis au contrôle du gou vernement. A partir du iSr janvier 1917, une commission particulière pour|<~haque province décidera du nombre des têtes de beidl k abattre. Le jeudi ei le vendredi, toute vente dé viande sera interdite. La vente de volaille sera limi iè à trois jours par se* maine. Des mesures ser&t prises pour assurer la viande aux personnes msifu.es. Nomination ininistef]-lie en Angleterre. Londres, 11 déc. — L'amiral Sir Cecil Burnay t été nommé deuxième lorj de l'Amirauté. Les ennemis du nouveau ministère anglais. .Rotterdam, 11 dcc. — Le collaborateur parlementaire du « Daily Telegr^ph » annonce que Long, Chamberlain et Cecil ont adressé une lettre de protestation à Lloyd George, contre la nouvelle tyrannie des journaux, qui otfî attaqué Balfour, Cecil et Long. En même temps fqise cet écrit ils offrent de donner leur démission au cas où Lloyd George estimerait que leur démission renforcerait le ministère. Balfour qui est toujours! seul fiant se déclara d'accord avec cette lettre. I.loyd George de swi côté a assuré ses collègues protestataires de son entière confiance. Déplacement de feniperenr d'Autriche. Vienne, 11 décembre^- L'Empereur s'est rendu cette nuit à Budapesthlen compagnie du premier grand-maître de la Courï prince de Montenuovo, du second grand-maître comte Berchihold, de l'aide-de-camp général, prince Lobkowitz, de plusieurs aides-de-camps et empjByés, afin d'assister à l'ouverture du Reichstag. 1 Pas de médiation <!:>> la pîtrt dos Etals-Unis. Washington, 11 décjf(Reuter). —.Un fonctionnaire très élevé, a déclaré que les Etats-Unis n'ont fait aucune proposition de paix ou de médiation, et qu'ils ne pensent pas 1% î-au-e dans un avenir rapproché, sauf si les cvr^ren.s mondiaux, prenaient ~uiis ttiuni'ji'S tvsrïr' -<7r :;rîau$v~f En Angleterre. Londres, 11 déc. (Reuter). — Le nouveau cabinet comprend trois membres du parti ouvrier, à savoir : Henderson, Barnes et Hodge. F.n Amérique. New-York, 11 dcc. (Reuter). — Le procureur général Davis a déclaré dans un discours prononcé lors d'un banquet de la « Pennsylvania Society a : Des propositions de paix faites par des neutres, en ce moment, ne seraient pas seulement une grossièreté, mais encere une effronterie. Aucune nationa n'a le droit de dicter les conditions d'après lesquelles les belligérants doivent suspendre leurs hostilités. Des propositiens de paix faites en cé moment, n'auraient aucun heureux résultat. Retraite rte Cadorna ? Lugano, 11 dée. — Le «Corriere délia Sera» annonce qu'on peut s'attendre à la retraite de Cadorna, en connexion avec les récents événemenfs en France. On prévoit également l'artnemçnt de tous les navires marchands italiens. Appréciation espagnole dos succès dies puissances centrales. Madrid, 9 dcc. (Radiotélégr.). — La chute de Bucarest, Ploesci et Sinaïa, fortifie parmi le public et la presse l'impression de l'invincibilité des puissances centrales. L' «A.B.C.» écrit à ce sujet : La campagne des puissances centrales en Roumanie figurera parmi les campagnes classiques de la stratégie. Son succès est le résultat final d'un plan grandiosement conçu et exécuté jusque dans ses moindres détails. La défaite de la Roumanie a-sa répercussion sui toutes les puissances de l'Entente et prouve leur complète impuissance. Le9 grandes puissances de l'Entente croyaient que pour vaincre il suffisait de rassembler du matériel humain des quatre coins du monde et d'exciter les nattons contre les puissances centrales. Les petits Etats qui ont été entraînés dans la guerre par la Quadruple Entente ne sont que des victimes. Jofîre remplacé ? Zurich, 10 déc. — Comme l'apprend la «Ziirchei Zeitung», le général Petain a pour le moment le plus de chances d être nommé genérallissime français.Les crédits de guerre do la France. Paris, 11 déc. — L'agence Bavas télégraphie que la Chambre français a continué la discussion des crédits provisoires pour les trois premiers mois de 1917. M, Raoul Péret, rapporteur de la Commis sion, a donna un aperçu de la situation financière actuelle. Pendant la période allant du 1er août 191-; au 31 décembre 1916, les crédits votés auront atteint le total de 63 milliards. Avec les crédit du premier trimestre 1917, cette somme s'élèvera à 72 milliards, dont 57 milliards pour ia guerre. Les deux emprunts de guerre ont fourni 21,600,000,00( francs de payements réels. En comptant les mises en report et les obligations, ia population française i avancé à l'Etat la somme*le 48 milliards de francs La crise des transports en France. Paris, 11 déc. D'après ley« Temps », une de; causes principales de la crise des transports, qu règne actuellement, avec une extrême gravité, ci France, réside dans le fait que les troupes anglaise) emploient une grande paitie du matériel roulan français, derrière le front. Ce journal croit savoi: que le gouvernement anglais aurait pris l'engage ment de transférer en France 10,000 wagons anglais De plus l'Angleterre aurait promis l'envoi d'un cer tain nombre de locomotives. 'a guerre maritime. Berlin, 11 :'éc. (Officiel). — Le 28 novembre t-. le 3 décembre', nos sous-marins ont coulé dans I'Ësî de la Méditerranée deux vapeurs de transport ennemis, jaugeant de 5000 à 6000 tonnes, chargés de matériel de guerre. Les deux vapeurs étaient armés et escortés de destroyers. Amsterdam, 11 déc. — Lloyds annonce que le vapeur «North» a sombré. " On mande de Lisbonne que le vapeur anglais «Brittania» a été coulé par un sous-marin anglais. Le capitaine est prisonnier ; 23 hommes de 1 équipage ont été débarqués, 15 manquent à l'appel. Berne, 11 déc. — L' «Echo de Paris» annonce que la goélette française «indiana» a été coulée. L'équipage a été sauvé. Genève, 11 déc. — Le «Petit Parisien» dit que le naufrage du croiseur-cuirassé français «Suffren» a eu lieu au large de la côte portugaise. Londres, 10 déc. — Les vapeurs norvégiens «Sagan» et «Raktura» ont probablement été coulés. Copenhague, 11 déc. — Le «Berlingske Tidende» mande de Bergen : L'équipage da vapeur norvégien coulé «Stettin» a déclaré au cours d'une audience maritime, qu'il avait été extraordinairement bien traita par le commandant du sous-marin. Le sous-marin chercha d'abord à remorquer le «Stettin» plus près de la côte. Vu l'impossibilité de ce fait, le commandant du sous-marin remit à l'équipage du «Stettin» une déclaration par laquelle le «Stettin» avait été coulé pour transport de contrebande, en mentionnant l'heure et l'endroit. L'équipage reçut l'autorisation d'emporter les choses les plus nécessaires du «Stettin». Par contre, les Allemands n'emportèrent rien du navire. Londres, 10 déc. — D'après une information du Lloyds, le vapeur espagnol «Bravo».a sombré. L'équipage est sauf. Berlin, 11 déc. — Nous apprenons que le vapeur «Rio Pardo», récemment amené, est un vapeur brésilien de 975 tonnes, qui faisait route d'Angleterre vers la Hollande. II avait à bord un chargement de — —^-- « * . ». mm.. «I m f ■* «i .1 ru -«*■■ * y-- vapeur hollandais, capturé également, était charge en partie de vivres et en partie de coton, soie et laine. Les vivres ont été saisis et versés au ravitaillement de l'armée. Berne, 11 déc. — Le « Petit Parisien » mande de Brest : Le trois-mâts « Marguerite Dolfus » et la goëlette « Marjolaine » ont été coulés. Le « Matin » mande de Brest : Les vapeurs norvégiens « Modum » et « Falk » ont été coulés, les équipages ont été sauvés. Aarhuus, 11 déc. (Ritzau). — La barque «Gerda» d'Aarhuus, faisant route de Gôthembourg pour l'Angleterre, a été incendiée, samedi soir, par un sous-marin allemand. L'équipage a été recueilli par un vapeur. PROTESTATION A&lICfflE CONTRE LA DÉPORTATION DES BELGES ET S.A REPONSE ALLEMANDE Berlin, 11 déc. — Le « Norddeutsche Ailgenieine Zeitung » annonce : Le gouvernement des Etats-Unis a fait la communication suivante au sujet de la déportation des ouvriers belges : Le gouvernement des Etats-Unis a reçu connaissance, avec les plus grandes appréhensions et avec regret, de la politique allemande,suivant laquelle une partie de la population civile belge a été déportée et astreinte par la contrainte à des travaux en Allemagne. Il se voit dans la nécessité de protester, dans un esprit amical, mais d'une façon tonnelle toutefois, contre un tel procédé qui est en contradiction avec toutes les traditions et avec les principes humanitaires des usages internationaux qui sont admis et ont été respectés depuis longtemps par les nations civilisées, au point de vue du tintement des non-combattants dans les territoires occupés. Le gouvernement des Etats-Unis est en outre convaincu que l'influence de cette politique, dans le cas où elle était continuée, sera selon toutes les probabilités, désavantageuse pour la main-d'œuvre belge conçue si humainement et s'exerçant si avantageusement, conséquence qui sera généralement regrettée et qui mettrait le gouvernement allemand 1 dans de sérieux embarras. La réponse suivante a été adressée au gouvernement des Etats-Unis : Le gouvernement des Etats-Unis a protesté contre la déportation d'ouvriers belges en Allemagne et contre la contrainte qui leur est imposée dans l'exé-[ cution de travaux, en partant du peint de vue que ( ces mesures sont incompatibles avec les principes I de l'humanité et les usages internationaux dans le j traitement de la population des territoires occupés. ! Le gouvernement allemand croit que le gouvernement des Etats-Unis n'est pas exactement au courant des motifs de l'exécution de ces mesures et il croit donc opportun d'exposer d'abord l'état des • choses dans ses détails. i En Belgique, le chômage prend depuis longtemps ; une extension effrayante parmi les ouvriers indus, t triels. Ce progrès rapide des chômeurs est attribua-ble à la politique du blocus anglais qui a coupé à la Belgique les arrivages de matières premières ei l'exportation de ses produits et a ainsi arrêté la plus grande partie des exploitations. De ce fait presque la moitié des ouvriers de fabriques belges, dont le nombre atteint environ 1,209,000 jj ont été enlevés aux ressources productives, et plus • . d'un demi-million de Belges, qui trouvaient autre-lois leurs moyens d'existence par leur travail dans l'industrie, orit été assignés à l'assistance publique. Ce nombre atteint, quand on y ajoute les membres de la famille, à peu près 1 1/2 million d'hommes. Une semblable situation exigeait urgernment des remèdes efficaces tant au point de vue de l'économie politique belge qui souffre considérablement du fait de ces chômeurs, qu'au point de vue de l'opinion publique et de l'état moral menacés gravement par le chômage général et des concomitances. Cette nécessité avait déjà été reconnue et signalée par des Belges perspicaces. Dans cet état de choses le gouverneur général à Bruxelles publia le 15 mal 1910 une ordonnance menaçant d'emprisonnement ou de la contrainte au travail les personnes qui vivent de l'assistence publique et qui refusent sans raison suffisante la reprise ou la continuation d'un travail conforme à leurs capacités. A lu suite de la décadence de l'industrie belge, il ne fut pas possible de procurer à tous les chômeurs du travail ou tout au moins une occupation en Belgique même. Il ne restait donc qu'à leur fournir du travail en Allemagne, où un grand nombre d'ouvriers belges travaillent déjà volontairement et se trouvent bien, attendu qu'ils y gagnent de hauts salaires et y jouissent d'une liberté de mouvement très étendue. La contrainte au travail est appliquée aux chômeurs qui ne suivent pas leur exemple. Cette mesure est complètement d'accord avec le droit des gens. Car d'après l'article 43 de la Convention da La Haye-, la puissance occupante doit veiller au maintien de l'ordre public et de la vie publique dans les terri* toires occupés et prendre à cet effet, pour autan1 que les lois du pays ne les prévoyent pas des disposi» tions complémentaires. Il est hors de doute que la maintien de l'ordre public entend également que les hommes aptes au travail ne tombent pas à charge da la bienfaisance publique et ne forment pas, par leut fainéantise, un fléau positif pour le pays. L'exécu. tion de cette mission a été accomplie sans rigueur e| avec tous les égards possibles. S'il y a eu des erreur* Allemagne, "notammentavec"Ses les l'ordonnance du 15 mai 1916 n'était pas applicable, ces incidents ont été causés par le fait que* des autorités belges ont souvent refusé leur collaboration lors de la confection des listes des chômeura ou ent donné des renseignements erronés. On prit deg précautions pour qu'il fut remédié le plus tôt passif ble à ces refus. On tient formellement à ce qu'on ne. transporte en Allemagne que des personnes qui sont secourues par l'assistance publique, qui ne troit» vent pas de travail en Belgique et qui refusent 1$ travail qui leur est offert en Allemagne. Les chômeurs envoyés en Allemagne sont conceq» très dans des dépôts installés à Altengrabow, à Gu-ben, à Cassel, à Meschade, à Munster, à Soldau c; à Wittenberg, d'où ils sont transportés dans les districts où ils sont occupés dan3 des exploitations agricoles ou industrielles. On en exclut naturellement des travaux qui ne peuvent être imposés, corv fomiément au droit des gens, à la population enne mie. Si le gouvernement américain y tient, on pe& mettra à un représentant de votre ambassade à Ben lin, de se rendre compte personnellement des conditions dans lesquelles se trouvent ces personnes. Le gouvernement allemand regrette profondément que la situation exposée ci-dessus ait été complètement dénaturée aux Etats-Unis par l'excitation men-songère de la presse ennemie. Il regretterait, tout au moins dans l'intérêt de la population belge, que la bienfaisante activité de 2a Relief Commission dût souffrir par l'altération des faits. Finalement le gouvernement allemand ne peut s empêcher de signaler le fait, que la déportation de la population allemande des parties de l'Allemagne et de ses colonies, occupées par des troupes enne* mies, notamment la déportation de femmes, d'enfants et de vieillards de la Prusse orientale en Sibérie, n'a pas donné lieu jusqu'ici, pour autant qu'on le sache, de Sa part des neutres, à des démarches semblables auprès des gouvernements intéressés, telles qu'elles sont faites actuellement vis-à-vis da l'Allemagne, car il n'est pas douteux que ces mesures ne forment une violation brutale des lois do l'humanité et des règles du droit des gens, tandis que les mesures allemandes exposées ci-dessus sont parfaitement conformés à ces principes. L'édition du soir de 1' « Algemeen Handelsblad » d'Amsterdam, du 29 écoulé, reproduit la traduction de l'appel suivant : Protestation! Que s'inquiète t-on de ce que des ouvriers belges chômeurs ou peu disposés au travail,soient contraints au travail? En tous cas les femmes et les enfants ne seroni pas maltraités dans les camps de concentration. Allons ! la Fédération des Fays neutres 1 Allons, le Club Patriotique 1 Pourquoi ne proteste-t-on pas contre les actes da violence commis vis-à-vis du royaume libre et indépendant de la Grèce? Regardez-vous dans ce miroir 1 Et pourquoi ne proteste-t-on pas contre la destruction de notre propre liberté dans le commerce et le trafic, contre le vol de nos courriers, en un mot contre l'oppression de notre souveraineté I Est-il « neutre ou patriotique, de nous taire à c* sujet? N. B. — Cette insertion a été reprise par le « Te* legraaf ». Il est heureux qu'on entende maintenant à Amsterdam des voix impartiales et que le « Handelsblad » ressente un sentiment de justice suffisant) pour publier cet appel!

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods