Le bruxellois: journal quotidien indépendant

190 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 16 March. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 05 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/f47gq6sr0v/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

5me snnée. - Bΰ 1242 » Ed. & 5me annee. » Bi° I2242 » l£.« — i ... .."..'...wige ABONNEMENT « Bruxelles - Province - Etranges» Les abonnements sont reçus exclusivement par tous les BUREAUX DE POSTES. Les réclomations concernant les abonnements cloivaet ôtre adressées exclusivement au bureau do poste qui a délivré l'abonnement, PRIX DES ABONNEMENTS : 3 mois : 2 mois : 1 mots : Fr. 9.00 Fr. 6.00 Fr. 3.00 Tirsga : 125,000 parjoup JOUfiNAIv QtJ01AII>ÏI5ISr DBPÎÎKT» AKtT DIX CENTIMES Ssrsîiedi I© Kaps iSSSs. ANNONCES Faits divers et Echos ...... la ligne fr. 5 C| ^5® Nécrologie 3 00 [7^'W Annonces commerciales 2 00 Annonces financières 2 03 p|^ PETITES ANNONCES : la grande ligne 2 00 ^ÊÈÈ Rédacteur en chef : René ARMAND. ffiay iUtlacfcion, Administration, Publicité, Vente BRUXELLES, 33 3o, rue de la Caserne. Tiraga : 125,000 par jour» LÂ6UEBF8S • / /-\ m • _ i _ Communiqués Officie ALLEMANDS ' ALLcwll AsM O a de BERLINj 15 mars, midi. — Officiel. — la Tliéàtro de la guerre à l'Ouest. groupe d'armée du feld-maréehal général ir prine-o héritier Rupprecht de Bavière : ni La faible action d'artillerie durant la nc journée a été renforcée dans quelques sec-teurs vers la tombée de la nuit. Elle s'est ra- '2 nimée -passagèrement -pendant la nuit en s° liaison avec nos agressions de reconnaissait- cLl ce et avec celles de nos ennemis. Groupe d'armée du prince impérial allemand Nous avons constaté que le réflecteur des Français sr la cathédrale de Reims a dé nouveau fonctionné. Un violent feu destruc- m teur a couvert, dès midi, nos -positions au ai Nord et au Nord-Est de Prosnes. _ tr D'important S détachements français qui C s'avançaient, le soir sur un front étendu, T n'ont pu prendre j>ied dans nos tranchées l'avancées qu'à l'Ouest de la route de Thui- di zy-Nauroy. Ailleurs, ils furent repoussés en di corps à corps. Sur la rive orientale de la fr Meuse, l'action renforcée a continué toute tr la fournée. • te Des bandes ennemies, qui menaçaient E dans l'Ukraine j les voies ferrées allant de 01 G omet et de Kicw vers Baclnnatsch, furent la dispersées dans de multiples combats. Nous avons occupé Bachmatsch. te Rien de nouveau des autres théâtres de la la guerre. 11 BERLIN, H mars.— Officiel.—Le.temps ci favorable a permis à nos forces de combat te aériennes de récolter de nouveaux succès au to front de l'Ouest, le 12 mars. En dépit de l'énergique défense de l'ennemi, nous avons exécuté victorieusement nos reconnaissances sur toutes les parties du front. Les gares de Soissons et les installations de Boulo-gne, situées à près de 100 kilomètres der-rière le front, ont êtç attaquées au moyen . de 4.000 hil. de bombes. Dix-neuf avions et deux ballons captifs ennemis sont tom- .' bés victimes de la lutte dans les airs, tandis que nous n'avons perdu que, trois avions 7n en combat aérien et n'avons noté que 3 manquants. Les deux frères von Richthofen ont eu leur part à ces ces sucrés en abattant trois avions. BERLIN, H mars. — Officiel du soir : <£8 Rien de nouveau des théâtres de la guerre. ™ Hardcpool bombardé par un dirigeable ci allemand. te BERLIN j 14 mars. — Officiel : A la suite d'une traversée de patrouille dans la mer du Nord, un de nos dirigeables fe de marine, commandé par le lieutenant-cet- Vt pitaine Dietrich,a bombardé avec succès du- g rant la nuii du 13 au 14 les installations du Tt port et les installations industrielles de [j Hartlepool. En dépit d'une violente contre- ,.j action temporaire , le dirigeable ne subit au- rL cune avarie. Sl guerre sous-marine. et BERLIN, 15 mars. — Officiel : Dans la zone de barrage autour de l'An- m gleterre, particulièrement dans la Manche, nos sous-marins ont inflige à l'adversaire g nouvellement une perte de 20,000 tonnes de $ cale de marchandise.. Tous les vapeurs cou- n, lés, dont trois vapeurs précieux de 4,000 à 5,000 tonnés, étaient armes et en grande partie protèges Bar son nom, le vapeur français, lourdement charge, « Sénegambie » (l,(iS8 t.), a pu être reconnu. La part du lion 'te ces succès revient au lieutenant-ca-pitaine Vtebeg. (< AUTRICHIEN p VIENNE, lJi mars. — Officiel ; b, A l'Est. Ql Les Roumains ont évacué maintenant P également ia dernière bande étroite de ter- l5 ritoire austro-hong, jis quils occupaient. nl L'est de la monarchie est de nouveau com-plètement libe après trois ans et demi du plus lourd poidsde guerre. Depuis hier 115 'Jdessa se trouve aux mains des coalisé$.1 an- L dis que des bataillons allemands s'avançaient de l'ouest, l'avant-garde d'une divi- t< sion austi o-hongroise commandée par le ge- [j néral-major Alfred von Zeidler pénétra dans n la ville par la gare des marchandises. i'fteàtre (le la guerre italien. Nous avons fait sauter hier, sur une éten-lue considérable j les positions italiennes sur les rochers du plateau méridional du massif du l'asubio. L'effet de nos mines fut terrible. Nos détachements occupent les ruines. " TURC C ONSTANTINOPLL, 13 mars : ai Front de Palestine ; Le 12 mars l'activité j.,( combattive s'est ravivée. Des forces ennemies considérables ont attaqué vers (j h.30 du matin la ligne Kofr-Iiasun-Midschel Jaba- Vl Der Bellut-Der Pigane. L ennemi pris sous ^ le feu de flanc de notre artillerie subit de 111 lourdes pertes. Toutes lés attaques de i'ad- d-versaire échouèrent, ce n'est que près de u Medschel-Jabe et Der Ballut qu'il put gagner la un peu de terrain à la suite de corps à corps sanglants, mais il ne put dépasser ces localités. Plus à l'est nous avons repoussé des ^ attaques ennemies près d'Amurie sur la rou- ^ te de /érusalem-BaluSj près des hauteurs de Kafcr Malik et Tell Nsettera ainsi que près ^ de la tête de pont à l'est de Jéricho. Des ^ prisonniers et des mitrailleuses restèrent en- si tre nos mains. 21 hommes d'équipage du q vaisseau français armé de S canons « Alex- Q andre » qui avait été coulé le 8 mars près q d'Agwa Liman, ont été faits prisonniers. A •Erzeroum nous avons capturé de nombreux ? ■ canons et des munitions-,. Les Arméniens ont perdu environ SjOOO hommes. A la côte ^ nos troupes sa rapprochent de l'ancienne r! frontière. FRANÇAIS *] PARIS, ÎJ, mars. —• Officiel, 3 h. p. m. P1 Lutte d'artillerie assez vive sur l'ensemble du iront. T rois coups de main ennemis ont l;l échoué tous nos feux dans les régions de et Maisons-de-Champagnej de Vauquois et d'Hœville. 1 PARIS j 14 mars. — Officiel, 11 h. p. m. Rien à signaler en dehors d'une légère s activité d'artillerie de part et d'autre en Champagne, dans les régions des Monts, dans les Vosges à l'est de Saint-Dié et dans la région de l'Hartmannsweilerhopf. AVIATION. — Au cours de la fournée, I trois appareils ennemis ont été abattus par nos pilotes. Il se confirme que da is la jour-t née du 0 mars le sous-lieutenant Madon a abattu deux avions ennemis. Notre aviation de 'bombardement a effectué plusieurs ,t sorties. Neuf mille huit cents kilogrammes de projectiles ont été la^-cés sur les gares, usines et terrains d'aviation de la zone ennemie.ITALIEN s ROMEj 13 mars. — Officiel ; f. Nous avons bombardé hier des détachements ennemis postés dans les positions I avancées du col de la Beretta ainsi que des troupes de reconnaissance à l'est du Monte 1 Crisalîo (sud du Stelvio), dans la région de Tonale et à l'est de Garde. Dans la vallée de s l'Astico, rencontres entre patrouilles; celles de l'ennemi ont été forcées de se retirer'. Le m duel d'artillerie, modéré tout le long du 2 frontj a été plus violent sur le Piave. Des e troupes ennemies en marche au sud d'Hovin-, ta ont été prises sous notre feu de barrage, t En outre,notre canonnade a endommagé d's e ouvrage's ennemis établis dans le secteur Stf t, la côte. Grande activité aérienne sur le haut plateau. Nos hydroavions ont bombardé dans e la journée des entrepôts ennemis et nos dirigeablers ont jeté des bombes la nuit sur un s champ d'aviation enneini. Un de nos avia-t teurs a descendu un avion ennemi, qui est II tombé sur la rive gauche du Piave. ANGLAIS s La guerre aérienne. J LONDRES, 14 mars. — Officiel : , Un dirigeable seulement a franchi la côte et, jeté 4 bombes sur Hartlepool. Le dirigea-n ble se trouvait en grande hauteur et est res-s té quelques minutes au-dessus de la terre. Les antres bombes paraissent être tombées dans la mer. Six maisons ont été détruites et en-s viron 30 endommagées. D'après les derniers j rapports un homme, une femme et 3 enfants n ont été tués, S hommes} une femme et 5 en-. fants blessés. LON DR ES, 14 mars. — Officiel, Reuter: ^Un ou deux dirigeables ennemis ont atta-qiïfcia côte nord-est un peu après 0 h. 1/2 du soir. 20 bombes environ ont été jetées sur la côte. On ne signale jusqu'ici au. un cas mortel ni aucun dégât, matériel. LONDRES, 14 mars. —- Reuter : D après les nouvelles parvenues dans l'in-s tervalle, trois dirigeables ennemis ont survolé hier soir la côte du Yorhshire entre ■' S h. 30 et 10 heures. Un seul d'entre eux se 11 risqu'à à s'approcher de la ville fortifiée de f Hull et y jeta 4 bombes. Les deux autres di-rigeable$ croisèrent pendant quelques heures une grande hauteur au-dessus de plu-sifurs districts et dirigèrent ensuite leur cours vers la mer. LON DR ES, 14 mars. — Officiel de l'Amirauté ■ '> La semaine denii-ère 15 navires de plus et e 3 de moins cle 1,600 tonnes ont été coulés. e S navires ont été attaqués sans succès. Un navire de pêche a également sombré. n ûermères ûèpêoiies la IlnUnîwl^ L'Entente et la Hollande. Berlin, 15. — La Freisinnige Zeitung (oigane de la libre-pensée), fait ressortir, à propos de cet ultimatum, la preuve palpable en dépit de tous discours hypocrites, ■de la manière dont les Anglais entendent -protéger led petites nations; une première preuve ei. avait été donnée lors du traitement infligé par l'Entente à la Grèce. Ainsi, ^Angleterre, constatant qu'elle n'a plus , le tonnage nécessaire ne trouve lien de mieux que de prendre 'celui des neutres ! JUi pression ae l'Enteiuc sur la iloilande Amsterdam, 15 mars. — De Washington à 1' «Associated Press» : Lois Etats-Unis et l'Angleterre ont envoyé une der-nieie note à la HoillaonJe, où il est dit que si la Hollande ne oon&cati pas avant le. là meurs à l'accord concernant l'utilisation do3 navires hollandais, l'Entente prendra, possession des dits navires. Esssn, 15 mars. — On mande dis La Haye à la «Gazette du Khin et do West-pha.!ic» : Vu les bruits qui circulent à Lia Haye, d'après lesquels l'ambassadeur anglais aurait posé au gouvernement holianda s une sorte d'ultimatum au sujet cjo la ocesion do navires pour la traversée à travers la zone de barrage, on nous a assuré, sur notre demanda, au ministère, des affaires étrangèrea hollandais, qu'il ne pouvait être question d'un ultimatum. Certes, l'Angleterre a exigé la cession du tonnage, hollandais pour la traversée d".as la zone de barrage, et il paraît également que l'ambassadeur anglais aurait fait des démarches au cours desquelles il .aurait dit qu'il aurait été agréaibLs au gouvernement amgJais de recevoir une prompte réponse à ses propositions, mais on dément qu'un délai quelconque ait été fixé pour la répo-nse. On assure dans les milieux diplomatiques que. l'acceptation des ocnditioiis anglo-américaines est iai?«ez improbable, bien qu.e le gouvernement néerlandais ait parfaitement conscience des suites de son refus. Rotterdam, 15 mars. — Le «Maasbode» apprend de source autorisée que 15 vapeurs néerlandais qui se trouvent dans les porte nord-.aimérioains entreprendront la traversée vers l'Amérique méridionale et yiœ-yers». La guerre sous-marine. Berne, 15 mars. — Du «Progrès de Lyon» : L'ancien vapeur allemand «Virginia», actuellement 2e vapsuj# américain < Jason», a été gravement endommagé sju ©oiîirs. de sa traversée vers la Franioe,par le feiu de. grenades d'un sious-miarin-al-lomaind, mais a pu a»fcieindiïO le port, français le plus proche. Cologne, 15 maris. — On peut se faire une idée de la rareté du charbon et du manque de tonnage en Amérique, par le fait que l'Angleterre a envoyé ces jours- . ci des mviircs charbonn ers à New-York ' afin que tes propi'ea navires marchands va;ncréi3 là-bas pukeent retourner. La oiination au front de l'Ouest. Eerlin, 14 mars. — Au front Ouest, de fortes poussées de reconnaissance cingla,kes et françaises 9e sont écroulées, pairtio sous la canonnade des Allemands, attaques de ceux-ci. Quant au communiqué français a.£firma,nt l'échec d'une entreprise allemande à Poivre, il est faux ; c'est, bien au contraire, une pa-. trou; lie ennemie qui y fut repousse© aveo de fortes pertes après de vaines tentatives d'arriver aux fils barbelés de la défense. D'ailleurs, depuis quelque temps, les rapports inexacts de source française sont bien fréquents.C'est ainsi qu'ils viennent encoi'e nier s'être servis de la cathédrale de Eeims pour des signaux, alors que' le fa! t a été indubitablement constaté le 13. En somme, ces ' communiqués ennemis deviennent de moins on moins croyables. Bilan de la grande explosion à Halifax. Genève, 14 mars. — On mande de Halifax à l'ag. Havas : Le président de la commission de secours déc-la.re,. d'après [ des évaluations officielles, que l'explosion du «Mo.int Blanc» aurait, outre 1800 r à 2000 tués, provoqué des dégâts maté-; rioLs se montant à £2 milli ons et demi de dollars. r (On n'a pas oublié l'épouvantable dé-r sastre causé en décembre dernier à Halifax par l'explosion d'un vapeur chargé de munitions; on avait d'abord cru à l'explos'on d'un navire américain, puis j on attribua au vaisreau détruit le pa-, villon français; 'quant au nombre des tuée, on l'évaluait-.aîore entre 2 et 5GSO.J Le mouvement républicain en Irlande. Berne, 14. — D'Ennis (Irlande), au Daily N ews : « Tout le comté de Clare est barré mi-; litairement, et seules les personnes munies ' d'un permis militaire pourront franchir le '■ barrage. Les communications télégraphiques, téléphoniques et postales, ainsi que la presse locale sont soumises à une censure sévère. D'après des informations de Kiltinagh (comté de Mayo), 250 volontaires ont lancé, le 1er mars, une proclamation, par laquelle ils se réclament solennellement des principes idéals pour lesquels leurs t chefs ont été emprisonnés et ne reconnaissent d'autre loi que celle de la république 1 irlandaise, procla'mée la semaine de Pâques 1916. Le 3 mars, une alarme d'essai .a été lancée, qui donna lieu au barrage de tous les points importants de la région. L'accès n'y était accordé que moyennant des passeports délivrés au nom de la Républi que irlandaise. ; L'intervention japonaise en Sibérie 1 Rotterdam, 14. — On mande de Washington, en date du 13 : Un télégramme envoyé > de Tokio par l'Express Telegraph Co, an-t nonce que la France admet sans restriction ; l'intervention japonaise en Sibérie; au Japon, le public s'attend à la dite intervention dans le délai d'un mois environ. s .Londres, 14 mars. — O11 mande de. ; Washington au «Daily Mail», eu date du 11 : L'attaché chinois à Tokio dit n'avo'.r ' pas encore pu recueillir de renseignements certains quant à lia décision du Japon reiiativenient à la Sibérie. Vendredi, lors d'une conférence quii d'tra quatre heures, et eut Leu au ministère du chef de cabinet, le ministre de la guerre a délibéré avec -celui-ci et avec le chef de ' ; l'état-major général. Le gouvernement chinois a chargé son ambassadeur de faire oonnaîL-ie au gouvernement japonai s que la Chine prendra part aux mesures ^ destinées à solutionner la question russe, en se réservant d'ordonner las détails de sa coopération jusqu'après Je retour de l'ambassadeur japonais à Pé-kiïig. En Chine, les discordes incessantes entie le Nord et le Sud suscitent de grandes difficultés au général Tuan Sebi Tui, en sorte qu'il ne peut envoyer de forces suffisantes 'aux différantes zones 1 menacées de la frontière, sibérienne. On mande de Pékin que l'ambassadeur japonais dans cette ville aurait reçu de son gouvernement des instructions définitives 1 aux fins de commencer des négociations entre les partis chinois antagonistes; les difficultés persistantes ne peuvent que compromettre la pacification en Extrême-Orient. Ajournement du Congrès des Sov.j'.vts. Moscou, 14 mars. — Le Congrès des Sovj-et.s qui avait à prendre décision au sujet de la ratirléai-tîon du traité de paix, a cté reporté div 12 a,u 14 mars. La situation politique au Japon. Londres, 15 mars (a.g. Reuter). — Le «Times» apprend de Tokio que les questions internationales s'effacont mdsva.nt la politique intérieure. Ls cabinet est ! impliqué dans certaines icitrigucs politiques; il est poosible que Les deniers scandales industriels précipitent la démission du cabinet. L'avant-guerre en Russie. -le La Haye, 14 ma-rs. — Le baron Rosan, ;1_ ano'en ambassadeur de Russie à Wash-Ln ington, a déclaré au co.rre.spon dan t du jU «Manchester Guardian», à Peirograd, que celui qui a pu observer do près la 'diplomatie tsairiste, ©avait que l'on pré-para't la guerre depuis 1012. « J'ai pu observer, derrière le voile de la diplo-mat:q secrète ruseo, que la guerre allait 'u éclaté eit devait éclater, ce qui en même 10 temps favorisait la Révolution d'en bas. s," Une cliqué de ministres de l'entourage du tsair savaient parfaitement que leur as soûl espoir de réprimer la révolution, était de mettre Les airmeo sur p'od. Le tsar a cru qu'il vaincrait sans, aucun doute et que cela restaurerait sia, popu-larité. Cette façon de voir du tsar était ,S) estimée juste par Sir.Buchanan. » [s, L'occupaiion d'Oilossa par les puissances u- centrales. 11e Le «Daily Express» apprend de Petro-:s!t grad que la majeure partie de. la -flotte a- de la meir*Noire est restée à Odessa; pâtée contre, tous les navires de. commerce ont 133 été conduits à Sebastopol. de Lo brigandage en Italie, ae Borne. 14 mars. — Le «C'orriere délia os Sera» signale l'arrestation de 12 bri-n- ^ands dans la région cle Foggia, en a.p-:1'" p.lication de 1H loi décrétant l'état de es siège. La crainte des attaques aériennes 1 h Rome. de Berlin, 15 mars. — On ma.nde de Lu-ga.no au «Loka.l Anzeiger» : A Rome une commission s'est réunie sous la pirési-a- dance du commissaire pour l'armée Maria tini,aux fins de prendre los mesures pré-ès ventivcs contre los attaques aériennes <o- sur la oaioitale ; Le commissaire général !O0 de l'aviation a fa't parvenir des instruc->é- tiens nouvelles et fort strictes aux serrai vices de défense contre Les attaques d'aviation de toute l'Italie oentralc et mêlé- ridionaler a- Les Américains en France. Zurich, 14 ma.rs. — Au sujet de l'att;'-.;l tude des Américains en France, M. Cle-I1S menceau n'a pu retenir un blâme qui, ia~ pour n'être pas officiel', fut à coup sûr exprimé en termes vi-olont-s -et s-us-c-ta un J ' vif émoi dans le public, 'e. L' «Homme libre», dans un article in-ily titillé «Manf.èràs américaines», se plaint amèrement de la conduite dos membres ï11- de l'état-major américain à .Paris ; ces "p messieurs prenr.enb les plus balles habi-J.e tations des grands boulevards ; le moin-dre reproche qu'on trouve à leur faire, ,n_ est la brusquerie. de On sait que Clemenceau, en parlant de •es la sorte, tient compte des tcndanoss gé-m, nérales, qui, depuis pas mal de temps ^nt déjà, s'affirment, chez les Parisiens, net'.emcmt défavorables aux hôtes trans-1S* atlantiques. Une rage secrète couve chez eux en constatant la désinvolture avec a laquelle l'Amérique vient disposer des ^ ports, bâtiments de chemins de fer et )n autres édifices en Francq, expropriant [es à l'excès, sans se soucier du droit de ili propriété des intéressés. Il est bien typique de voir où l'on en arrive : Clemenceau lui-même devenant ig. le porte-parole des mécontents à l'égard >yé da l'oncle Sam ! DEPECHES •LA PRESSION DE L'ENTENTE e. „ SUR LES NEUTRES, u La Hollande se rebiffe. r La Haye, 14 mars. — Du « N ieuwe Co.u- - rant » : On va donc nous enlever la seule occasion qui nous restait pou.r obtenir l'assentiment nécessaire de l'Allemagne à l'ac- 0 eprd provisoire et ce sera une augmentation £ notable de la possibilité que nos armateurs ce reverront jamais un geul des navires qu'ils ^ . doivent mettre à la disposition des alliés. e Si une solution inattendue n'intervient pas, k l'accord avec l'Amérique et les alliés s en trouvera provisoirement ou définitivement s annulé. Nos « amis » d'outre-mer se sont s rendus parfaitement impossibles à notre égard, et ils nous poussent — à moins que nous n'allions à la rencontre de la fainr, du c chômage et de l'extrême misère nationale — chaque jour davantage dans les bras de l'Allemagne. U est manifeste que les nécessités s de la guerre ne connaissent pas davantage e «Je limites chez ceux qui combattent un mi--i iitarisme toit-puissant. e Rotterdam, 14 mars. — Du « Nieuwe Rot-s terdamsche Courant » : Les Alliés exercent leur puissance effective 6ur une grande par-r tie de la flotte néerlandaise. A Londres et a partout-où on veut l'entendre, on débite de b grandes phrases sur la construction des s nouveaux navires et on parle avec mépris E- des conséquences minimes de la guerre sous-j. marine. Mais entretemps on nous met les - poucettcs afin de nous enlever le plus possible de notre flotte. Si de toutes les belles paroles qui se disent de l'autre côté de l'océan, la moitié était seulement vraie, nous 11 pourrions avoir quelque confiance dans la >, réussite des négociations, mais les faits nous ont tellement désillusionnés que nous sommes devenus butés vis-à-vis de toutes les pa-c rôles qui so disent,là-bas. L'Entente réclame également le tonnage t de la Suède. t Maï.moe, 13 mars. —- Du «Journal de la Suède méridionale» ; Au cours d'une s réunion tenue à Gothenibourg entre plusieurs armateurs conntis et les représentants du gouvernement, ce dernier a de- > mandé la cession de 400,000 tonnes eup-x plémontaircs du tonnage suédois à l'En-j' tente. Naturellement, les armateurs sont u perplexes vis-à-vis d'une telle propor-I fc on ; c'est oomme si 1e gouvernement s'é-^ tait d'ores et dçjà lié Les mains et avait fait cadeau de l.a flotte marchande sué-u doise sans consulter ses propriétaires. On leur a notamment donné à compren-^ dre qu'au cas où ils ne céda ent pas de 0 bon gré, le gouvernement ferait usage s de la loi d'expropriation et réquisition--0 nerait de foroo 1e tonnage. Jr L'Angleterre, donnant ainsi un démen-j ti aux beaux discours de ses ministres, nc saurait donner de meilleure preuve n du travai 1 fécond des sous-marins alle-raands. Toutes les fausses paroles ne ser-jfc vent de rien, elle a le. couteau sur la gorge et dans son ango'sse le £!er royaume britannique n.e rocule pas à employer 3 des moyens contraires au droit des gens. ^ L'Angleterre « protectrice des petites naiioits » met à présent les poueettes à la Hollande, et à la Suéde et leur extorque ^j. le tonnage dont ils ont tant besoin. Peut-être les neutres vcrron.t-ils en fin do compte de quel côté ont été le plus estimés, durant cette guerre, Les droits . des petites nations. Les journaux hol-1_ landais, du moins pour une fois,donnent z1" libre cours à leur indignation. Les négociations avec la Roumanie. ' Berlin, 14 mars. — Le document de la paix russe qui devait être envoyé à Bucarest pour être signé par von Kuhlmann et Czer-nin est rentré à Berlin et sera remis aujourd'hui au Conseil fédéral. Les négociations des commissaires avec la Roumanie, suivent ll_ un cours favorable. Les négociations princi-r- pales vont être reprises maintenant que le e- négociateur roumain est rentré à Bucarest.. Nouveaux envois <le troupes russes en1 ^ * Finlande. c_ Ilaparanda, 14 maa-s'. — Journellement; r" des armos, des mun'tions et des troupes *- pour l'armée rouge arrivent en Finla,n-j s_ de. Le 6 mars, notamment, 3 wagons de] shrapnells, G wagons de carabines, 291 mitrailleuses et 2 wagons de fusils sont' ao.'rivés à Helsingfors. e- Un conseil inter-allié naval, i, Cologne, 14-mars. — D'Amstordam a. ir la «Gazette do Cologne» : D'après unej m décision de la Conférence de Versailles, un conseil inter-allié pour les transports; I- maritimes sera constitué. U siégera le1 it 11 mars à Londres et discutera la ques-1 ?is tion du tonnage. Rome l'attend à de terribles attaques 1_ aériennes. l~ Cologne, 13 mars. — On signale de 1j "' frontière suisse que des mesures prévenir tives extraordinaires sont prises à Ro-me, 'en l'attente de prochaines attaques 5S aériennes ; la population y reçoit des in-■ ' structions rigoureuses, efc même au Vati-' can, dit 1' «Osservatore Romario», on S3 3Z serait prémuni contre le danger. Les journaux romains annoncent que les * „ commandants des postes de défende de Naples, Foggia et Termoli aura ent été révoqués pour défense insuffisante lors js de la dernière attaque aérienne sur Naples, et qu'une enquête aurait été or-,n donnée pour établir d'autres responsabi-1j. lttés. -d Berlin, 13 mars. — On mande de Lu-ga^no à la «Tâgliche Rundschau» que la - frontière .italienne a été réouverts au retour d'Orlando et de deux autres inem-j bres du ministère italien revenant du' front. On ne sa; t pas encoure à quoi s'en tenir quand aux contingences militaires; et politiques, en Italie, durant la pé-! riode de fermeture de la front ère. Tou-I tefois, il transpire de certains journaux: e qu'on vit en l'attente d'événements de c_ portée considérable ; il paraît même quoj m la tension des esprits prendrait un cars raetère dangereux pour le gouvernement, ls italien si l'offensive autrichienne tar-' s. dait longtemps encore, s, ~ Négociations entre la Finiande et l'Autriclic-Hongrie. nt Vienne, 13 mars. — On commencera,1 re d'ici quelques jours, los pourparlers en-îe tre Les délégués de la Finlande et l'am-lu bassade austro-hongroise à Eprlin, enl — vue de la conclusion d'un traité de paix ;j }' los négociations doivent être terminées en avril à Vienne et elles seront proba-blement suivies de la conclusion^ d'un traité de commerce. t- Trotzki et Lénine. at La Haye, 14 mars. — On mande de Pe-r" trograd à la «Morning Post» que Trotzki ,ct va rester dans cette ville, où il prendra! e la direction du Conseil des commissaires du peuple. Quant à Lenine, il se rendrai s. à Moscou afin d'y assister au Congrès es des soldats, paysans et cosaques chargéj >s- de vérifier les conditions de paix. Enj es séance générale du 17 mars, on procéde- 0- ra au vote sur les conditions de paix et la ratification de l'acte. us Mécontentement du commerce anglais à n_ l'égard des concurrents japonais' et a. américains. Berlin, 14 mars. — On mande de Laj ;e Haye à la «Tâgliche Rundschau» : Un importateur hollandais récemment ren-i le tré d'Angleterre y a constaté que le^ îe commerçants sont loin d'être satisfaite II- des difficultés opposées à la navigation.1 1- On se plaint notamment de ce qu'en Exi e- trême-Orient,en Chine, voire mémo dana

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods