Le bruxellois: journal quotidien indépendant

392 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1916, 04 March. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 03 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/hh6c24sc3c/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

3* Année. • N° 516. Edition B Ginit CBHTINKiS SAMEDI 4 MARS I9I6 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Prov ince - Etranger " 3 mois : Fr. 4.50. »• Mk. 3.60 Les bureaux .«le poste eu Qelgtqt^ ft àTEtraiî^r n" acceptant que des lyfcbmjemenià IRïMLSTRIELS; ceitx-ri preuucut cours les IJanv.- 1 Avril 1 Juillet 1 Ôctob. On peut s'abonner toutefois pour les j deux derniers mois ou même pour le jtetnier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois l Mois 3.00-Mi. 2.40 rr i.50-Mk 1.20 -o TÎRAGE : 75.000 PAR JOUR Le Bruxellois RÉDACfEDR EN ClIEF : Marc de SAX,M —■ / jjmpi- Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MÀUS JL ANNONCES — La ligne Faits divccs et'Echos fc 2.00 Métrologie 1.00 . Annonces commerciales- * 1.00 -» financières.. . » 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne ...... 0.20 La grande ligne. ..... 0.40 .—0— TIRAGE : 75.000 PAR JOUR ' Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre 4e l'Ouest Berlin, o mais. (Communiqué de midi.)' «■— Au sud-est d'Y près, sur les bords dit ca-'• nal, les Anglais ont pénétré dans la position dite « Le Bastion », que nous avions enlevée le 14 février. Ils ont même, sur une petite étendue dW\f vont, poussé jusqu'à nos anciennes tranchées de première ligne. .Vous les avons expulsés immédiatement de ces tranchée^, mais ils se maintiennent encore dans certaines parties du « Bastion ». Au sud-est du canal de La Bassée, de violents corps à corps se sont engagés à la suite d'explosions de mines que l'ennemi avait fait sauter devant notre ligne de front. En, Clitimpagne, l'action de Vartillerie ennemie est allée croissante et a, par endroits, atteint une grande violence. Vans le b»is de Bolante (au nord-est de La Chalade, en Argonne), une attaque partielle des Français a été aisément repoussée. Sur les hauteurs à l'est de la Meuse, à la suite d'une énergique canonnade préparatoire, nous avons obligé l'ennemi à évacuer le village de Douaurnont et porté en avant notre ligne de front pour nous établir, à l'ouest et au sud du village et du fort blindé, dans des positions plus avantageuses. Nous avons fait plus de 2,000 prisonniers et capturé 0 canons de.gros calibre. Nos aviateurs ont efficacement bombardé des troupes françaises dans le rayon de la place forte de Verdun. A l'est de Douai, le lieutenant lm-melmann a abattu son neuvième avion ennemi, un biplan anglais monté par deux officiers, dont l'un est mort, Vautre grièvement blessé. Théâtre de la guerre de l'Bst Combats entre patrouilles sur la Duna, à l'est de Friedrichstadt, ainsi que sur le front du Servetsch et de la Scara. Théâtre de la guerre deo Balkans Rien de nouveau. AUTRICHIENS Vienne, 2-mars.—(Communiqué de midi.) •— Rien de particulier nulle part. ITALIENS Rome, 3 mars.— Comm. off. du 1er mars. ■— Nos détachements ont surmonté de grandes difficultés de terrain et des conditions météorologiques défavorables. Ils ont étendu leurs positions à l'ouest du massif des Mar-.moltitâ et les ont retranchées. Dans la région du Monte Néro, de patrouilles hardies, qui ont été envoyées en arant, afin de reconnaître les positions ennemies au Mrzli Vrh, y ont lancé des grenades à main et y ont, inquiété la garnison. L'activité de l'artillerie a été particulièrement vive dans la région de Gôrz. L'ennemi bombarda plusieurs maisons habitées, sans causer des dégâts notables et ' sans tuer personne. Notre artillerie a ca-nonné des abris retranchés ennemis,dés troupes en marche,des postes d'observation, etc., etc., visiblement avec succès. ANGLAIS Londres, o mars. — Comm. off. du quartier britannique gji France, sous la date du 1er mars. — Hier, 20 combats aériens ont eu lieu sur notre front; on annonce que l'ennemi a subi des pertes. TJn de nos avions n'est pas, revenu d'un raid de reconnaissance. Hier ,pendant la nuit, notre feu d'infanterie et de mitrailleuses a dispersé au jiorfl de la Somme, 4.0 ennemis qui ont tenté d'avancer de leurs tranchées sgus la protection du feu d'artillerie. RUSSES l'étrograde, J mars. — Comm. off. du 1er mars. — 7 h. 40 soir. — Dans la région du lac du Sicenten, nous avons anéanti un détachement allemand qui fuyait sons le feu de notre artillerie dans ses retranchements. Au nord-ouest de Friedrichstadt, ainsi qu'au sud de Dunabourg, des avions allemands ont lancé des bombes et ont tiré avec des mitrailleuses, TURCS Constantinople, 3 mars. — Quelques croiseurs et torpilleurs ennemis ont bombardé sans succès, par intervalles et à des heures différentes, la plage de Sedd-iel-Bahr et de Tehe Burun, ainsi que des villes ouvertes situées dans les caux de Smyrne qui ne possèdent pas d'ouvrages défrnsifs1 notamment KoueJVhadassi et quelques localités situées au nord de cette' 'ville. Les navires enncmis se 'retirant ensuite. Le 39 février, un croiseur aiiglais a pénétré dans le golfe d'Akabah, bombarda le camp de la rive et débarqua environ SOO soldats sous la protection d'un navire de guerre. Nos so'dats et nos guerriers chassèrcnt l'ennemi de la plage dans un combat qui dura G heures. Une seconde tentative de l'ennemi, pour nous inquiéter échoua également; les pertes ennemies sont relativement nnsidéra-hles. Nos forces de volontaires se sont conduites admirablement pendant le combat. Complémentairemcnt au dernier communiqué du front du Yemen, on annonce que, pendant Ie dernier combat près de Dafiouch, entre Chcik Os- • A m an et Lahdy, l'ennemi a perdu 100 tués, parmi lesquels le général anglais et commandant du • corps d'expédition. L'cnn''mi perdit en outre des bêtes de somme; l'ennemi a fait usage pendant la bataille de gaz asphyxiants. L'Emir des tribus du littoral d'Aden jusqu'à lladmmaut vint, après ?<■ <bataille, à Dafiouch et fit sa soumission au (fbu-vernement musulman. Le littoral oriental et occidental d'Aden se trouve ainsi sous la domination du gouvernement ottoman. En réalité, les Anglais n'ont qu'une influence minime sur Aden et ChciJ; Osman. Aucune nouvelle n'est arrivée du front de l'Irak et du Caucase. Dernières Dépêches L'anxiété française pour Verdun Genève, 3 mars. — Hervé écrit dans son journal La Victoire : a Verdun n'est pas sauvé. La situation demeure très grave pour Verdun même, qui n'est é^igné de Douaurnont que de T km. Notre état-major fera bieii de ne pas s'adonner à un optimisme béat qui ferait sous évaluer lés forces de l'ennemi. J'espère cependant encore toujours que Verdun sera sauvé. » Dans le Radical, le critique militaire, le lieutenant-colonel Pris, écrit. : <r Des bruits couraient liier à Paris qui représentaient les événements tout autrement que les communiqués officiels. Notre commandement commettrait une faute grave d - nous cacher la vérité. Je m'en tiens pour le moment à la façon de comprendre les communiqués officiels on lisant entre les lignes. » Mort de la Reine Elisabeth de Roumanie Bucarest, 2 mars. — La Reine-mère Elisabeth est- décédée ce matin; Bucarest, 2 mars. — La reine-mère Elisabeth, connue sous son nom d© poète; « Garnit- ,.'ylva », [est décédée ce matin. Bucarest, 3 mare. — La reiné-mère est décédée vers 8 1/2 heures du matin. L'inhumation aura lieu dimanche dans >a csnlieJrale de Uurtea do Arges. Bucarest, 3 mars. — La solennité funèbre pour l'inhumation de la reine-mère aura lieu dimanche après-midi au palais de Bucarest. Le corps sera enterré dans la Curtea de Arges à côté de son feu époux le roi Oarol. Le corps do la défunte sera exj/osé au palais de la. viJJe où la population sera admise vendredi et samedi. Les nécrologies dans les "journaux rappellent surtout les soins que la défunte a donnés aux blessés lors de la guerre tur-quejainsi que les oeuvres de charité et de bienfaisance. La défunte est très connue comme poète et auteur dans toutes les classes de la population de la Roumaine. La reine Elisabeth, reine de Roumanie, qui vient de mourir, était née à Neuwied, ,1e 29 décembre 184-3. Elle était la fille du prince Hermann zu Wied et de la princesse Maria, princesse de Nassau. Elle fit la connaissance en 1861, à la Cour de Berlin, de feu le roi Carol de Roumanie (Charles do Iîohenzollern, frère de la comtes.se de Flandre), décédé le 10 octobre 1914, à Sinaïa, se fiança, en 1869, et donna le jour, en 1870, à une fille, qui mourut on 1874. Depuis lors, ce mariage resta stérile. Pendant la guerre russo-turque de 1877-1878, la reine Elisabeth se consacra aux soins des blessés et fonda l'Ordre d'Elisabeth pour le r Mérite de charité ®. Elle releva courageusement l'instruction des femmes en Roumanie. Elisabeth était généralement connue comme poète sous le nom de Carmen Sylva ; elle était membre d'honneur de l'Académie Roumaine et avait été nommée Dr. H. C. des Universités de Saint-Pétersbourg et de Budapest. ' L'Angleterre et la guîrre sous-marine Londres, 3 mars. — Router est autorisé à dé-■cjarer que Je point de vue anglais, au sujet des navires marchands et des sous-marins a toujours été celui-ci : Les navires marchands armés ne peuvent faire feu sur des sous-marins au d'autres navires de guerre dans un but offensif, si ce n'est pour leur propre défense. Les Allemands altèrent la signification d'une phrase dans un document qu'ils ont trouvé à bord d'un navire transport coulé par eux et d'après lequel les navires marchands avaient l'ordre de prendre l'offensive. La phrase en question, qui fixe le maximum do distance au delà do laquelle il est conseillé aux navires marchands de 11e pas faire feu, doit être lue : counexement avec une autre phrase qui dit très ^clairement que les navires marchands ne peuvent attaquer si un sous-marin ne montre pas immédiatement des intentions hostiles. La presse allemande et le gain de terrain près de Verdun Berlin, 3 mars. — On annonce du grand quartier général au Berliner Lokal Ansei-ger, en date du 1er mars : Les Français res tent. toujours de vieux optimistes. Leurs communiqués officiels des deux derniers jours et leurs communications radiographi-qu-es parlent avec satisfaction d'un relâche ment des efforts allemands devant Verdun et en tirent leurs conclusions-. En réalité, toutefois, les opérations des deux derniers jours ont non seulement permis l'achève ment du retranchement de nos positions, mais de nouvelles éventualités ont été exploitées brillamment au cours de ces deux derniers jours que les Français considèrent si optimistement comme des jours de relâ-•hement.Les conséquences Ses avantages remportés si brusquement, mais si sagement prévus' par une tactique habile, seront bientôt visibles. Au cours de ces combats devant Verdun, le principe primordial de l'état-major allemand consistent à ne pas sacrifier inutilement les masses de troupes engagées et a prendre, des deux voies qui s'offraient à cet effet, celle qui conduisait plus sûrement et avec les moindres pertes possibles, au but. On a évité, comme de juste, de ne pas exécuter l'assaut de la façon meurtrière dont les Français l'ont fait en septembre de l'année dernière en Champagne et comme l'ont fait vainement les Russes plus récemment en Bessarabie. L'énergie des soldats allemands et. leur conscience du devoir ont permis à l'état-major de leur imposer chaque jour de nouvelles tâches, dont l'accomplissement noms a valu le-; succès brillants que nous avons remportés". Notre communiqué n'avait pas parlé d'un/succès, c'est-à-dire de l'étendue du gain de terrain obtenu jusqu'ici. Celui-ci s'élève depuis le 21 février, modéremment mesuré, à 170 km. carrés. C'est plus que la Quadruplice, avec le succès obtenu par les Français, eu 1915, en Champagne. Nous avons remporté ce gain avec des pertes qui peuvent être considérées comice minimes. De ce fait, le terrain devant Verdun, à l'est et au nord, est aux mains des Allemands, Au Sénat américain Washington, 3 mars ( Router). — Au Sénat, Stone a déclaré que le point de vue du Président est le suivant : Si un sous-marin allemand coule un navire marchand arm -, jl en rendra responsa-i>ie> i"4nKiim4/R eoiiiiAu ci ûn acte litéptime et, si .l'Allemagne maintient son peint do vue, il est disposé à rompre les relations pour ensuite soumettre l'affaire au Congrès qui doit décider de la guerre. S-tono a désapprouvé le point de vue du Président, attendu qu'il est d'avis qu'un navire marchand armé doit être considéré comme un navire de guerre. Devant Verdun On s'attend à une nouvelle offensive Berlin, 3 mars. — On annonce de Rotterdam au Berliner Tageblatt : On télégraphie do Paris au Nicuwe llotterdamichc Courant: On a ici l'impression que les forces allemandes près de Verdun se concentrent de nouveau, afin do se préparer â une nouvelle poussée on avant. Les mines Copenhague, 3 mars. — L'état-major naval suédois a reçu la nouvelle que de nombreuses mines flottantes ont été aperçues à la côto mérid onale de Schonen. A propos du torpillage de la « Maloja » Rotterdam, 3 mars. — Le Maasbodc apprend de Londres : Lors de la visita à .la morgue des personnes qui ont péri dans la catastrophe de la Maloja, un officier de bord a déclaré qu'à son avis le navire a été torpillé, attendu que deux vapeurs ont sauté peu après et que le second vapeur naviguait immédiatement derrière la Maloja.Les Etats-LTnis et l'Allemagne Washington, 3 mars. — Le secrétaire d'Etat Lansing a envoyé à rambassadettr Gérard, a Berlin un cablogr-amme demandant par quel navire était partie l'annexe de la note allemande concernant la guerre soiis-marine et quand on peut attendre son arrivée en Amérique. Une avalanche en Autriche Munich, 3 mars. — D'après des nouvelles d'Innsbruct, une avalanche a surpris dans les Dolomites un groupe de 10 ouvriers. Cinq hommes ont été retrouvés blessés, un homme est mort, plusieurs autres manquent à l'appel. En Bessarabie Berlin, 3 mars. — Qn annonce de Gzàrnowitz au Berliner Tageblatt : Le calme, au front bêssarabique, imposé par le mauvais temps, continue, abstraction faite de petites escarmouches. Une tentative faite en dernier lieu par les Russes pour faire sauter une tranchée a été fatale pour eux, attendu qu'elle se prononça si loin de notre position que les gardes du camp ennemi furent mis en pièces. Des prisonniers disent qu'ils 11'onl pas vu d'officier dan-s les tran-•chées depuis des semaines. Les dernières chutes de neige ont ensefoli. plusieurs batteries russes an nord-ouest de Burjan. Opinions françaises Paris, 3 mars. — Lacroix écrit dans le Temps: Il n'y a pas do fortifications, mais seulement des organisations de défense dans le cadre général du front ; depuis que l'ennemi utilise des bouches à feu do telle portée, d'une si grande force et d'une si grande précision, lev ouvrages retranchés et blindés les plus perfectionnés 11c eonff pas en situation, on raison des effets meurtriers de l'artillerie .lourde-, d-o jouer leur véritable rôle, c'cst-à-dirc do tenir, d'y laisser les garnisons, les canons, les munitions et les approvisionnements qu'ils sacrifient au détriment de la défense du pays. Par la force des circonstances, toutes les forteresses peuvent être abandonnées, leurs moyens peuve être rendus disponibles et leur territoire asseï à l'organisation générale du front. Si une se blable forteresse, menacée par une opération : connue eff cace, doit tomber entre les mains l'ennemi, on ne doit pas plus s'en émouvoir co , me si la place n'avait pas existé. Lacroix alfirn il est vrai, à ses lecteurs, dans sa phrase fina : qu'il a pleine confiance dans l'issue du combat il les supplie do 11e voir dans 6es cxpJicat-ic aucune, ombre d'inquiétude ; entretemps ces co mentaires transparents exigent à peine une d cusion quelconque. Pertes navales La liste officielle anglaise des portes de îa floi marchande, dans la semaine du 9-16 février, ér mère notamment les navires suivants : Elsivich Manor, 2,574 tonnes nettes, échoué : Brusscl, 915 tonnes nettes, arrivé en feu j Correct, 595 tonnes, ooulé par collision ; Bclford, 2,076 tonnes, échoué; Onesta, 1,697 tonnes, échoué ; Prince Hawlcins (voilier), 546 tonnes nett péri, équipage sauvé; Kasah Korima Krutchhojf, 1,119 tonnes nett coulé ; Springwell, 3,552 t. nettes, cou.'é, équipa sauvé ; Cedar Branch, 2,222 tonnes nettes, coulé ; Maliento, 1,065 tonnes4 idem. Nettleton, 1,535 tonnes nettes, échoué, équipa sauvé ; Vaarli, 1,767 tenues nettes_ ooulé, partie de 1 quipago sauvé ; Dolfyn (voilier) coulé, équipage péri ; Glenroh, 1,772 tonnes nettes, échoué ; Clcmatis, 2,161 tonnes nettes, coulé par col sion; Sterndale, 1,808 tonnes nettes, échoué ; Traquebar, 2,237 tonnes nettes, échoué ; Ilatholmen, (voilier-), 1,142 tonnes nettes, pi du, équipage sauvé; Turin, 1,035 tonnes nettes, échoué ; Adriaticlc, 592 tonnes nettes, coulé, équipa . sauvé ; John Bosscrt, (voilier) 492 tonnes nettes,brû.i Visigoth, 2,613 tonnes nettes, échoué; Léonora, 672 tonnes nettes, échoué ; Tergcstea (déjà signalé), 3,415 tonnes netti ooulé, équipage sauvé ■ Constanza, 1,547 tonnes nettes, échoué; Goldic Belle (voilier), 79 tonnes nettes, perd eijai^Kigc- suave 7 Ashhy, 1,237 tonnes nettes ,échoué ; Niels (voilier), échoué ; Invermarl:, 1,334 tonnes nettes, manquant,éqi page péri ; Naoretsu Maru, 454 tonnes nettes, échoué j Lauritz (voilier), échoué ; Syo Maru, 3,918 tonnes nettes, arrivé brûlai Caspian, 2,317 tonnes nettes, avarié. Entrevue des premiers ministres des pays Scandinaves l Copenhague, 3 murs. — L'Agence Hav i apprend qu'une entrevue des premiers mini - tr-es Scandinaves aura probablement fe; 1 d'ici peu, à Copenhague. On y examine: 1 la situation politique ^t économique. Transports de troupes anglaises retenus Rotterdam, 3 mars. — D'après des no ^ vellcs de Londres, les nouveaux transports ' troupes anglaises destinées au front angl français ne sont pas partis des ports anglai en raison do l'apparition des sous-marins d [ vant Le Havre. Les exemptés italiens t Berne, 3 mars. — D'après le Giorno 1 d'Italia, les exemptés des levées de 1886 : 1894 ont été soumis, en Italie, à un nouv - examen. A Verdun. — Après le bombardement Christiania, 3 mars. — Verdun est coi plèt-ement détruit. Les rues sont barrées p les décombres des bâtiments bombardés. ( doit se frayer un chemin à travers les f télégraphiques, les poutres et les blocs . pierre. On patauge dans les carreaux c;: sés. Pas une seule fenêtre n'est épargné L'aspect de Verdun a complètement cha gé. On dirait qu'un tremblement de terre | visité la ville. Les Sénoussis en Cyrénaîque Budapest, 3 mars. — D'après des nouvt 1 les d'Alexandrie, le cheik des Sénoussis c parti avec un® armée de Bédouins pour 1 taquer les Italiens en Cyrénaîque. [ Journaliste expulsé Zurich, 3mats. — Le correspondant a 3 glais Draycoth, du Standard, et sa femm ■ ont été expulsés de la Suisse,d'après le Ne Zur-cher Zeitung. Ces deux personnes ont 1 ' clamé contre leur expulsion. ; En France Paris, 3 mars. — Une explosion épouva . table a eu lieu à l'Ecole pyrotechnique s Bourges. La. division pour la fabrication 1 gaz fulminant est complètement détruite.< a retrouvé, jusqu'ici, 3 morts et de noi breux blessés. Allégresse en Albanie s Quartier de la presse de guerre, 3 mars. — 1 1 manifestations de joie de la population ind gène 1 l'Albanie à l'occasion do la prise do Durazzo si 2 très significatives. A Elbas-an principalement, t pr'iié de Dunazzo a été fêtée comme une fête 1 - tionale. Toute la ville était pavoisce de drapea - et de tapis. Un cortège auquel participaient - citoyens les plus en vue, a défilé devant le cc , mandant de la station R. et I. et exprima a- - a.'légresso sa satisfaction au sujet de l'expu-'s r des Italiens de DurazKo. Lorsque le comniand; s remercia pour les manifestations, il fut acuc nt par des cris do ;< Hourrah ! <> en l'honneur de •vi l'Autriche. m" Déserteurs italiens - Lugano, 3 mars. — Des déserteurs italiens <le cherchant asile en Sui>se, franchissent cOntinuel-ln" lement la frontièro Halo-suisse» On a ainsi arrêté ie, mardi après-midi au poste des douanes à Gondo, !0> deux soldats italiens du cOme régiment d'infante-et rie. I's ont déclaré qu'ils devaient bientôt retourna ncr au front. Les deux soldats ont été transférés m- à Brieg. 1S- L'emprunt allemand Cologne, 3 mars. — La firme Krupp a souscrit 40 millions de marks au nouvel eni-^ prunt de guerre. Fraudes italiennes Berne, 3 mars. — D'après le Corriere délia Sera une instruction a été introduite, à Florence-et'à Bari, pour -fraudes dans la li-vraison de couvertures en laine pour l'armée, En dehors des fabricants, un major et -s> daix lieutenants a Florence et un lieutenant-colonel, deux majors et'un capitaine à Ba-"s> ri, sont impliqués dans l'affaire. 0,Q Les mines sur les côtes anglaises Baie, 3 mars. — Comme on l'apprend par les journaux suisses, les poseurs de mines allemands ont déposé à la côte anglaise un go très grand nombre do mines d'un nouveau " type. Dans les cercles maritimes de l'An-é" gfeterre on ne doute plus que l'Allemagne a assigné aux mines maritimes un grand rôle dans la nouvelle campagne contre la na-vigation anglrise; la circonstance que quatre vapeurs ont heurté Ses mines dans la /.o-ne de la côte anglaise, confirme le fait ; lu catastrophe devant Douvres, dont ont été >r- spectateurs les survivants d'un autre n^V v a provoqué la plus grande impression à Londres. S° Guerre sous-marine Londres, 3 mars. — Lloyds annoncé de Lowos-e> toft : Les équipages des vapeurs de pêche Trevose, Urgun, Beliance et Jlarold ont été débarqués. Les navires ont. été coulés dans la mer du Isord, • La voilier italien Elisa a été également cou'é, ETRANGER FRANCE. — Une affaire de détournements.—■ Paris, 3 mars. — Trois industriels viennent d'être 11- arrêtés à E'ibeuf - (Seine-Inférieure) sous l'inculpation de détournements c rnmis au préjudice de l'autorité militaire. Ce sont MM. Bollen. directeur d'une fabrique de draps, chargé d'impor-Lt; tantes commandes pour le compte de l'intendance; Joseph Sauson, contremaître de Boi'ien, et Bernard Mommers, manufacturier. Des renseignements recueillis au cours de l'en-quête, il résulte ce qui suit : Bollen recevait chaque mois, à son usine, d'une grande maison d'El-beuf, qui fournit une quantité considérable de drap à l'armée, 50,000 à 60,000 kilos de laine de L" cou le ui' bleu horizon et de couleur kaki. Il devait, avant do rendre cette marchandise aux industriels qui la lui avaient confiée, procéder à son épail-U- lage, c'est-à-diro enlever tontes les impuretés qui le s'y trouvaient. Il paraîtrait qu'il détournait dans O- de notables proportions la laine qui lui était re-s mise. Jeudi dernier, MM. Kuntz, procureur do e_ la République, et- Jean Lacomblez, juge d'instruction, se transportèrent à Eibeuf, à l'établissement de Bollen, et y opérèrent une perquisition des plus , minutieuses. Au cours de leurs recherches, dans une p èee servant de réduit, ils découvrirent une soixantaine de balles de laine, pesant chacune environ 60 kilos. Comment expliquer la présence de cette quantité importante de laine dans ce réduit, alors quo la >1- totalité aurait dû être rendue depuis longtemps à al. la maison principale? Les déclarations de Bollen )n et de son contremaître n'ont pas convaincu les I, magistrats, qui les ont fait écrouor à la maison d'arrêt. L'enquête aurait, en outre, établ- que d'importantes quantités de laine auraient été ven-s dues par Bollen au manufacturier Bernard -»iom-mers, d'origine hollandaise, qui sera poursuivi n~ pour complicité. ^ a FRANCE. — Ljc marché des vins. — Du Temps : Bien que les affaires soient généralement plus calmes, les cours sont le plus ! en plus élevés. Dans le Midi, on côte les vins rouges de bonne qualité moyenne de 70 à 76 francs l'hectolitre; dans le Bordelais, les vins d'entre-dieux-mers valent de 600 à 625 francs la pièce; les vins du Beaujolais n- sont côtés de 150 jusqu'à 300 francs la pièce 'ei suivant qualités ; dans le Châlonnais, les ven-deurs demandent 65 francs environ pour les é- vins rouges, de 68 à 70 à l'hectolitre pour les blancs. En Algérie, la tendance est très ferme n- pour les vrins rouges, dont les belles qualités à s-a traitent de 62 à 66 francs l'hectolitre à la de propriété.La question des. transports est tou-)n jours aiguë; il n'y a presque plus de bail- te'aux. A Paris-Bercy, les affaires sont très res-, treintes, la consommation s'effrayant des hauts prix atteints! Les vins rouges du Midi do sont côtés de 130 à 200 francs la pièce, nu. rat Cependant les prix pour la vente au détail 1:-, des vins de consommation courante restent ^ fixés par la préfecture de police de 75 à 80 l€s centimes le litre. m_ La consommation du cidre augmente de ?ec façon assez notable. Les quantités de cflh'e ion imposées dans la France tout entière au 111t. droit de circulation ont été : d'octobre 1915 îili ù fin janvier 1916, de 5,184,5-39 hectolitres,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods