Le bruxellois: journal quotidien indépendant

615 0
15 January 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 15 January. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 02 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/np1wd3rr5b/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

4™ Année - N. 825 - Ed. 8 CINQ CENTIMES Lundi 15 Janvier 1917 "••-•HirmrruTiii-ïi nnmwttâW» i n«m ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 4-mois : Fr. 4.50: - fflk. 3,60 !œs taureaux de poste en Belgique rtHfc PElrange? M'acceptent que des ittannements TRIMESTRIELS; ceux-ci pœnntnt cours les tf&jm. t Asm 1 Juillet 1 Octob. Oii peut s'abonner toutefois pour les «ux derniers mois ou même pour lo afcgoier mois de chaque trimestre au BXtc de: 2 Mois i Mois «*3.00-Mk.2.40 Fc.150-Mk l.20 TIRAGE :90»0C0 n i n innrt Le Bruxellois (Rédacteur en Chef : 3VXolï*o ci o h Jeurnsl Qaofttfisa bUnatnrt « Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES. 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La lign< Faits divers et Ecb«s . fr. 5.CK Nécrologie 2.0C Annonças cemmerciaics . 1.5C » financières. . . 0.5C PETITES ANNONCES La petite ligne La grande ligne 0./5 TSF?ÂGE:;90.000 PAR JOflR DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS ALLEMANDS BERLIN, 14 janvier : théâtre (le la guerre à i'(luest. Groupe d?u®inee du nriaca héritier Kuppreclu da Bavicre. Sauf un feu (L'artillerie assez vif des deux côtés te la Somme, l'action, par suite de la pluie et de la. Beige, n'a été que minime sur le front entier. Au cours de la nuit, des poussées de patrouilles ennemies ont été rejetées en plusieurs endroits, ThéiUre de la guerre à l'Est. Front du général ïeld - marée liai prince i.ëopuld de Bavière : Pas d'événements i'importance essentielle. Front du generat-coiouel archiduc Jcseph: Dans ies Carpathes orientales, des grenadiers al~ lemands ont pénétré au nord de la Coldene Bis-tritza, en plusieurs endroits, dans la position russe; ils ont infligé de lourdes pertes à l'ennemi et sont revenus conformément aux ordres reçus avec butin et prisonniers dans leur propre position. Au sud de la route de i'Ouoz ,un sommet occupé par l'ennemi a été pris d'assaut. 50 prisonniers sont tombés aux mains de l'assaillant. Groupe d'armée du ieid - aiaréchal générai von Siaclieusen : Des conditions atmosphériques défavorables ont Restreint les opérations. Une poussée russe sur le Sereth, au nord-ouest de Bra'ila, a été rejetée. Front macédonien : Entre le Wardar et le lac de Doiran, une attaque ennemie contra nos positions au sud de Siojokavo est restés stérile. BERLiN, 13 lanvier (soir), officiel: Au front de [Ouest et de l'Est, aucun événement particulier. AUTRICHIENS VIENNE, 13 janvier : l'hiiàiru da la guerre a l'Efit. Michalea, située à l'ouest de Vadeni, a Hé prise i'assaut par les troupes ottomanes ; 400 hommes et quelques mitrailleuses sont restés aux mains de i assaillant. En même temps, les Bulgares ont pris m couvent que les Russes occupaient encore an wrd de la rivière Buzaul, à proximité de l'embouchure de cette derniere. Des deux côtés de la vallée fOitoz des forces austro-hongroises et allemandes ont repoussé sans cesse de tories attaques russes, *n partie par aes corps à corps. fhetHra ue la guerre iiaikn, liK'ùire de la guerre Sud-Est. Situation iiiciiangée. FRANÇAIS PARIS, 13 janvier, 3 h. p. m., officiel } Nuit calma sur l'ensemble du front. Bombardement réciproque dans la légion de Chaulnes. PARIS, 13 janvier, 11 h. p. m. ,officiel: fournée calme sur i ensemble du. front. Canonnade intermiuiiiiie sur divers points en Belgique, tu sud de la Somme, en. Lorraine et dans las Vosges. kussss PETROGRAÙ, 12 janvier. Officiel. — Hier,d'importantes joraes attiamaïuCes ont attaqué nos détachements a L est au vuitiae ae Hamscen. flous tes avons tepoussces par nuire jeu et t.ur une conire-atuique. âu sua. an village ae Zubimo, entre Vuuttmir-Vo-bnsla et Luck, a 10 ventes aa sud de Kieseiin,L'ennemi a lancé vers 'tus positions un serpentin, août U s est servi pour projeter des liquides enjianur.es. Puis nous avons perçu un sifflement ae gaz; ceite nappe, a abord de couleur jaune et vene, est devenue ensuue b.anche; avant a atteindre nos u aliénées, etïe a clé dispersée par le vent. L attaque au gaz a auré aeux minutas et ne s est pas renouvelleAu cours d un vol de reconnaissance efjectaé dans tes environs de la vallée ae la Putna, un de nos aviateurs a rencontré deux appareils ennemis; il a engagé le Combat avec L'un d'eux et t'a forcé à aiter~ fit. Au sud de la rivière d'Oitoz, l'ennemi a attaqué eos détachements et tes a légèrement rejoulés. L'ennemi a attaqué tes Roumains à l'ouest de hlonastulca et de Casimilr sur la Casinu; il a éiê repousse. Dans cette région, les Roumains ont pris à leur tour L'offensive; sur lus hauteurs, iis ont repoussé tennemi ae 2 ventes vers le sud. Tout aussi vaines soni testées des attaques ennemies dans, la région située au nord.est de Campu-ttle, sur la Susita, ainsi que pris de Kotumilchau, à S verstes au sud-est de i embouchure du Buzeu. |TALI£ft& ROME, 12 janvier. Officiel. — Sur le front du Trentin, activité modérée île l'artillerie. Près d'Andraz ( Cardevole supérieur), des pro-/édités ennemis ont louché une ae nos ambulances portant visiblement ses signes distinciifs; il n'y a pas eu ae victimes. Sur le front des Alpes Juliennes, i'aciion de l'ar-tillerie a été plus violente de part et d'autre. Nos batteries ont proi oque un incendie sur le versant situé à l anière du monte Faiti (Karst) et ont disposé des troupes en marche sur la rouie de Carir tiani, dans la vallée de Wippach, et dans la vallée de Saint-Jean, au nord-est de Duino. Dans la nuit du 12 janvier, une escadrille d'avions ennemis a lancé de nombreuses bombes sur la région d'Aquileja; les explosions ont blessé 3 personnes et causé quelques dégâts. Un. avion a été descendu par le jeu de nos canons de défense; les aviateurs ont été faits prisonniers. Dans l'entre-temps, nos aviateurs ont efficacement bombardé le camp d'ftviaiion ennemi établi près de Brosecco, au nord-ouest de Trieste, et le camp d'hydroavions du port de Trieste; malgré le violent feu de l'artillerie ennemie, nos aviateurs sont rentrés indemnes , ANGLAIS LONDRES, 12 janvier. — Au courant des dernières 24,heures, nous avens fait au nord de l'Ancre 28 prisonniers supplémentaires. Le total des. prisonniers faits au. cours de notre entreprise, couronnée de succès, en celte région, s'élève ainsi, y compris ceux mentionnés hier, à 204. La nuit der-ni - e, nous avons pénétré eu. nord d'Ârras en deux endroits dans les tranchées ennemies et fait quelques prisonniers. Nos pertes sent minimes. L'acU-vité de l'artillerie a été considérable en plusieurs endroits entre Raucourt et Helentiane ( ?). Nous avons bombardé avec succès les tranchées ennemies au nord de Raucourt et de Givenchv. Dernières Depêches Un don magnifique. Berlin, 13 jauv. — Le conseiller commercial secret Oscar Bloedner de Gotna a fait don d'un million de maris en faveur des veuves et des orphelins des victimes de la guerre. TransKiri de ufeu'Ui» aiiteaiiiiMi» prisonniers. Berne, 13 janv. — Le «Temps» maaae ae bue-nos-Ayrea : Le ministre des affaires eLangoics a décidé que les marins alieuiaiiiis de la canonnière «liber», internés dans 1 île de Martin Gaicia, sseraient amenés à bord du vapeur autricnlea «Seya-litzjj, amarré dans le peut de Baina bianca. Lent soldats de la marine argentins ont été chargés de leur surveillance. Ikinonviatiou lit* traités de coouuerce par l'Italie. Bàie, 13 janv. — Une aepecire de Rome annonce que le «Moniteur» italien contient une publication du ministère des affaires étrangères, d après laquelle les traites de commerce avec le japon, ia Russie, la Roumanie, la Serbie, l'Espagne et la Suisse sont dénoncés et perdront leur eif&t à partii du 1er décembre 1917. L'inipKîSstiti cfc la noia-répon&e des AlSiiis «i Suède. Stockholm, 13 Janvier. — « Stocktio.ms Dagtua-det » écrit : « Les lecteurs avertis et jugeant froidement les choses ne se laisseront naiureiiemïrnt pas leurrer par le verbiage de la libération des peuples opprimes, mais iis volent bien que cette écsiite dorée ne contient autre chose qu'un programme de conquêtes à ia Napoléon, si l'en veut bien considérer de cette manière ses délimitations grandisses. Lorsqu'on outre les Alliés assurent qu ii va ae soi que leur intention na jamais été d'anéantir le peuple allemand, il ue faut voir en oe*a qu'une belle fleur de style, qui est impuissante touleiois à masquer le fait que la réalisation aes buts de guerre de l'Entente paralyserait politiquement et commercialement l'empire allemand pour une périoae de temps incalculable. Les petits Etats européens ne sont pas ceux qui auraient le moins de motifs pour craindre, d'après cette réponse à Wilscn, que si ies trois puissances dirigeantes de la décuple adiance pouvaient mener à bonne lin leurs buts de guerr», elles mettraient bel et bien à exécution le programme que leurs ennemis leur imputent : l'hégé-' monie da 1 Europe et la domination commerciale du .mnode. » Le « Svenska Dag!\adet » écrit : « Ce qui saute i le plus aux yeux, c'est la proclamation du principe | des nationalités. Ce tait, joint à l'exigence d'exten-: sion de puissance et a'agrandifissmem territorial de i la Russie, donnent à ia note un cachet de conception très unilatérale quant à l'application de ce prin-i cipe. Le discours de Lloyd George au Guildhall ne ; respira pas moins d ardeur belliqueuse que la note elle-même. Aussi là où l'on s'évertue le plus à j exposer sous le jour le plus radieux possible la note de l'Entente, il sera difficile d'y déceler la conception de buts de geurre autres que ceux que Lloyd George a caractérisés récemment avec tant de coloris par l'expression de boxe : « mettre knock [ out ». il est clair qu'une teEe poix ne peut viser ' qu'une Allemagne complètement vaincus et anéantie. » Le « Svenska Mcrgenbîadet » voit dans la phrase « les Alliés ne peuvent obtenir actuellement une paix conforme à leurs vœux », l'aveu que jusqu ici les Puissances centrales 30nt victorieuses. Le journal trouve, en outre, que la note prouve que les Alliés ont pour but de guerre l'assouvissement de leurs passions impérialistes. La désillusion des journaux favorables à l'Entente est grande. Le « Dagsus Nyiistcr » déclare timidement qua la réponse à Wilson anéantit une bonne partie de l'espoir qu'elle aurait été une démarche très significative vers la paix, mais l'énonciation des condi-. tlons devrait maintenant inciter les Puissances centrales à faire de même. Branting parle de la même façon en concédant « que les exigences de l'Entente sont celles du triompliateur sur toute la ligne, mais la cause de - la liberté et de la démocratie ne saurait triompher par le fait que l'un des groupes de puissances met le pied sur la nuque de l'autre. » La not« die l'Eutmte. Berne, 13 janvier. — Au milieu des manifestations enthousiastes de la presse française dans ses S commentaires au sujet de la note, les journaux qui ; sont restés un peu indépendants depuis le début de : la guerre, éprouvent un certain sentiment d'inquiétude. C'est ainsi que le « Bonnet Rouge » déclare : « Pour réaliser les buts militaires de l'Entente, il ne reste malheureusement que deux moyens : l'épuisement complet de l'adversaire ou la victoire dè-: cisive. On ferait bien da ne pas compter sur l'épuisement. Une victoire décisive au front de l'ouest et de l'est ne sera remportée que si les années allemandes sont refoulées en Allemagne. Nous ne sa-, vons pas si cela est possible. » L'état de siegs a lÀsiMmzie. Lisbonne, 13 janvier (Reuter). — L'état de siège a été levé. Le charbon en Suisse. Berne, 13 janvier. — Le Conseil fédéral déeré. tera incessamment le recensement du charbon. l.<fS Ë£ais4Jais. ei Sïexique. New-York, 13 janv. — Les journaux se plaignent de ia ferma intention qu a M. WSson de retirer les troupes du Mexique. Carrsrua s'efôtirce d acheter des annes aux Etats-Unis ; c est partiellement en correjation avec ces tentatives que te conseil général mexicain a été mis sous accusation. Le Japon, à son tour, envoie des armes au Mexique, mais on ne sait toutefois pas à qui. L'immigration de 10,1)00 Japonais par an au Brésii, est commentée ici défavorablement.La guerre anuïtime Londres, 13 janvier. — Lloyu aanonce que le vapeur russe « Kuliy » a été coulé. On croit que le vapeur « Breniwocd » a été cotiié. Le vapeur grec ■i Evangelûs » a et^iemeiu cié coulé. Londres, 13 janvier. — Lloyd annonce que le vapeur anglais « ^autort » a été coulé. Berlin, 12 janvier. — L équipage au vapeur coulé « Ville de Havre », a été aouaiqué à Lisbonne par le vapeur norvégien « Gamilac ». DEPECHES (Reprvauuns ae i edtUon precttteenw.) La uuuo grecque au pre&utcKl VViison. Athènes, !o janvier tofifcieij. — La note «.u gou-i vermuieiu gjec au piesiaeut valson est connue en ces ternies : « Le gouvernement royat a pris coituaiSAùtnee avec un vu intérêt aes aemarenes que ie picsiuent aes , £iats-unu> a enuvpns près aes ooaSijfiauts uaua , le oui tte mettre un tenue a la longue et homore guerre qui peso sur 1 numanué. Extiaoraïuairemeni twat^es ue ia eommunicauon qui îul a eto laite, eue tsume au pius uaut point le . noDlc geste, base sur 1 tspiu humanitaire, qui a uicié celte c-emarche au sage nomme U'filai qui pieaide aux aet>uneea ue ia s«uiae i-epuoîiijus américaine ei poursuit une pa:i nuiioiaoïe pour tous, aiuei que la eonckjuuauou a une suaauoa ùtauie a^s LtfiôUuus ovîlwi ûtLaiaiuuo LOLOIAUO une page m-muraDie au livre ae 1 uistoire. Les cousu;ei auons, commues uat-a ia noie du Presiaent, concernent ia sounrauco que les ua«.oi:s neutres éprouvent au fait ue cette îutte vioïeme, ainsi que ies gai anues qui obviaient etre uouneeo par ies aeux pauis belligérants pour assurer ia sécurité de tous ies Etats. Eues out trouve un ecuo tout particulièrement sym^amique muta te cueui ae ia Grèce,bien que c>.iie-ci se sou tenu âsoignee des cuainps ae bataille. irur suue ue sa situaiion géographique toute spéciale, ia Grèce a pu se sousuauc, moins que te ut autre pays neutre, a l'iuflutuce auecte et pernicieuse aes Institués. (Eau uns dans te telegnuiuae en cet endroit.) Eu ce meieent niume, noue pays spolie de sa floue et pour amsi due compseteuscent désarme, est trouille par une révolution a^uflcieiio, qui bénéficia ae l'occu#uaen étrangère, il est encercle par un Diocus etiaugsi, qtu intercepte ses coinniunicaiions et livre a ia ^ana ta pupuiation paci-itque, y compris les personnes parfaitement tiuei-bu.s, les temmes et les emauts, qui aui aient du etie epaignes, d après lès tegies les prus etemeutaires du diuit des gens, ajers meme que ta Grèce se strait nouwc en état ue guerre, iviatgeô ceia, ta Urece s'eiijrca pai tous les moyens as lesser neutre. Ces cousineraaous suffisent a prouver comoieu toute initiative, qui serait de nature à amener la paix, .abstraction laite ae toutes coça&ieraiiotts humanitaires a oidre général, est propre a servir les intérêts vitaux de ia Grèce. Le gouvernement roj-al ae nàteiait certainement aussi, uts lots, a être pamii ie0 preaiieia a appuyer de toutes ses torcea ia aooie dema^cne du Président, afin qu eue soit coui»niie« ae s->-et*s, si d une part i) ne lui etan pas tniposaf&le ae cominu-uiquer avec 1 un aes giou^-es beillgs-ranis et si,a un autre coi*?, il a.evati de t autre g.^upe la solution ncsfiuncuitts examorainatres qui dominent actuellement ia situation ae ia uiece. iviais ie gcu-vernemeut royal poursuit ae tout cteur les piecietu ses négociations du Président et iorme les vœux les plus sincères pour sa reussits. Après que te gouvernerai;ni eut son^é dès 1« début de la guerre europeenue a rétaùiir le cotuact entre les neutres, il est neureux ue 1 occasion qui lui est offerie pour procéder à ua éenauge ae vues prochain. Si 1 opportun'té de cette éventualité pouvait être prise eu considération, il se déciare prêt a participer, au moment vouiu, à une action tenaant a l'établissement d'une paix durable qui garantirait le^ droits de tous les Etats, ainsi que leur souveraineté et leur indépendance. La repense grecque à VViison. Berlin, 13 janvier- — On annonce de Zurich au * Berliner Tageblatt » : Dans la réponse grecque, donnée à la demande de Wilson aux neutres, tendant à pouvoir collaborer à 1 action pacifique, réponse qui est arrivée à Berlin aujeurd hui, le gouvernement d'Athènes se plaint qu'il lui a été impossible, sous la pression de 1 Entente, de rester en relation avec tes Puissances Centrales et de se joindre au mouvement pacifiste provoqué par le Président américain. L'impression de Ta note-réponse des Alliés en Amérique. Washington, 12 janv. — La note-réponse de l'Entente a été diversement appréciée. L'impression générale est qu'elle constitue un refus net et ne laisse pas un instant l'espoir de la paix. ILe ton brutal ee !a note, joint à 1 exigence as la disparition de la Turquie d'Europe et de la restitution de l'Alsace-Lorraine à la fiance produit la plus grande surprise. Un haut fonctionnaire a déclaré que 1 adjonction de la note de la Belgique était un acte tliéâtrai des plus réussis. La note de l'Enwrtte. Zurich, 12 janvier. — Le « Zuricher Post » écrit au sujet de la note de l'Entente: L Entente vou-arait se décharger de la terrible et oppressante responsabilité et en charger à ses adversaires. Cela ne peut se faire en aucun cas, comme on l'a dit déjà et comme on doit le dire. Les Puissances Centrales ont toujours été prêts à faire une paix compensatrice. C'est ia iaute de l'Entente si une semblable paix ccuipeasalrice n'est pas conclue. Elle persiste toujours à vouloir dicter la paix à i'Alie-magne et ses alliés. Si, fina.ement, l'intention de l'Entente échouait dans cette lutte considérable et si une paix compensatrice devait être conclue quand même, ia sentence de l'histoire mondiale, celle du tribunal monaiai, sera terrible pour les hommes responsables ae la note del'Eniente du 10 janvier. La (iieee a l anterne. Londres, 12 janvier. — Reuter annonce qu'il a appris que ia repunse de ia Grèce à 1 Ultimatum des Allies est réellement considérée comme une acceptation des exigences, mais qu au point de vue de la situation, elle n est pas sujSsamment précise. C'est amsi que la reponse accepte l'exigence relative à a mise en liberté immédiate des venizéîis-tes prisonniers, mais elle ne stipule aucun délai. Des instructions ont déjà été télégrapniées a Ataè.ies au sujet de la reponse. On infoime le gouvernement grec que la réponse a, il est vrai aouné satisfaction, mais que aes concessions déterminées sont inaispensables. Le déiai de quinze jours pour l'exécution des exigences des Aiiiés, dont il a été tiaiîé en quelques lieux ne vient pas en question. On n'a pas l'intention de lever le biocus avant qu il ne soit donné satisfaction entière et complète aux demandes des Alliés. Une grands partie ae la colonie anglaise a déjà quitté Athènes, mais les représentants des Alliés sont encore à leur poste. tVîeaaiiee ae i'tuiteute v:s-a-vis de la Grèee. Berne, 13 janvier. — Relativement à l'acceptation ae l'ultimatum de l'Entente par le gonvxrne-n>cj' iLjuafci-is, tente Ja- Biesse française publie iina no te a ppar e"ffimën t""offi Siëu55"cBms laquelle il est déciare que, malgré 1 acceptation, ia m; Sauce de l'Entente vis-à-vis de la Grèce n'a pas disparu, attendu que 1 attitude ' actuelle du gouvernement d'Athènes permet de conclure que les exigences aes alliés ne sont exécutées comme le veut ia qua-drujii.es. Les journaux laissent entrevoir que le gouvernement grec essayera,comme précédemment, ae gagner au temps, pour litiaiement ae mettre du côté des Puissances Centrales. t oflcuounaires féminins. Berne, 12 janv. — La «Bund» annonce que d'après le «Eusssija Wjedcinosti», que les employés sanitaires de Ktew astreiats au service militaire seront remplacés par aes femmes. Oisiiiic tutus. Vienne, 12 janv, — Le «Streffleurs Miiitàrwo-chenDtatt» annonce que 1 Empereur a oraonné que la récompense décernée au premier lieutenant ar-cniutic iViax, pour sa brûlante conduite devant 1 en-neal, soù publiée. Le ministre colonel Hoefer a été nommé général-major.\ la Uiaiiihie hoiluiuiaise. La Haye, 13 janv. — Eu réponse à une interpellation ecrite de M. Duys, membre socialiste de la Deuxième Chambre, au sujet ae la déportation des Belges tu Allemagne, le ministre aes awaires étrangères a tait coimaùre à la Chatnbre la réponse de 1 Allemagne à ia note du 29 novembre, émanant du gouvernement neeriancais. En conséquence, M. Uuys a retire sa demar.ue d'iaterpefiation. Le guuveTi&ettsftin français et les grèves (.ans ta» fewsifusa- d« incoiliQtis. Les journaux lyonnais apprennent ae Paris que le gouvernement frayais a niait uéciaé de meuie lin, par 1 instùuiion d'un Consul d areitrage, aux grèves uioa les fabriques de munition. Ou espère ainsi en eviter le retour. On établirai» des barèmes de salaires, dont l'observation sera rendue obligatoire pour les employeurs ainsi que pour les ouvriers. f'cf.e dt'us» navire français. On laaoae d'Ymuken que le vapeur néerlandais « Neptunus », rentré le 12 dans ce port, a rapporté qu il a rencontré dans le gai te de Biscaye l'épave du vapeur français « Omnium ». L'équipage s était sans doute sauve dans les canots. Le vapeur « Omnium » avait été construit en 1^15 et jaugeait environ 6,000 touiiea. Les traités de Cyiuna roe italiens. Bâle, 13 janvier. — D'après un télégramme de Rome le journal officiel italien contient un décret du ministre des affaires étrangères, d'après lequel ies traités de commerce avec le japon, la Russie, la Roumanie, la Serbie, l'Espagne et la Suisse, sont dénonces et cesseront d'être en vigueur à partir du 31 d^embre 1917. Pertes norvégiennes. Berlin, 12 janvier. — Nous apprenons que les pertes de la navigation marchande norvégienne s'élèvent à 272 navires,d'un tonnage global de 367,000 tonnes brutes. Vers te service civil en France. Genève, 13 janv. — Le projet de loi dont il a été question déjà, comprend 13 articles et prévoit l'institution du service civil pour tous les Français de 17 à 60 ans, qui ne sont pas encore mobilisés. Evénements sur mer. Berne, 13 janvier. — On annonce de Buenos-ires au « Temps » : Le ministre des affaires étrangères a décrété que les mateiots allemands de la canonnière « Eber » internés à l'île de Martin C-ar-cia, devront être transférés à bord du vapeur ait- Itricàien « Seydiitz » qui se trouve dans le porl de Bahia Blanca. La surveillance a été confiée à 100 soldats de la marine argentine. Londres, 13 janvier. — Lloyd annonce: On croit que le vapeur anglais « Excellent » a coulé. ETRANGER FRANCc,. — L,a qncstc.li au eu France, — Comme nous 1 aur-oncicns mercreai matin, dit, le « Matin », certains bureaux de tatac oni au fermer, par suite ae i'irnpossmiîîto- ou se trouvent actuellement ies entrepots de les réapprovisionner. Cette situation lâcheuse ne serno.e pas de voir cesser avant quelques jours, tu eCet, les eatre-! pots sont aeôcrces par ies commandes ,ui on; été fanes, toutes en me rue temps et en gra na nombre, par les débitants, a ia suite de ia vente intense des aerniers jours du mois de aecemore. Dans la plupart aes bureaux de tabac qui ont pu rester ouverts le stock existant est a peu près nui. Le public se plaint et proteste avec juste rateon ; les cigares français ou «rangers, ies cisaretre» de caporal orctù.aere ou supérieur manquent ua peu partout. Les tumeurs sont donc Obligés soit d'acheter au tabac de tuxe qui leur coûte puis cner et que bien souvent ils n'aiment pas, mais dont ia vente a été moins considérable, soit de se priver de leur plaisir habituel. FRANCE. — La dette pubaque. — Frontière suisse, 12 janv. — M. Ri&ot a donné au Sénat, au cours ae la aiscussiori des cré-fe; provisoires pour le premier trimestre 1917, un aperçu sur la situat^a financière de la francs, comparativement à celle des autres nations belligérantes. Notre dette, a dit le ministre, s'élève à 49 milliards. La dette consolidée comporte 7o miSiards.Le résultat du dernier emprunt s élève à environ 11,808 miuiaras, dont 10 mi/irarus out été payés, à concurrence ae 54 p. c. au comptant. Quoique ces résultats soient satisfaisants, a déclaré M. Ribot, nous devons surveiller attentivement notre dette à i écran, ger, qui atteint 6.5 milliards et a'élève très rapide-usent. La dette flottante des bons de caisse et de la défense nationaie a été un de nos meilleures moyens iinanciers. Elle comporte 12 milliards,La plus grosse ïUfstpuJt^s riflnç J<a njom&nr cla it.n-j'D à l'étranger, ou nous nous sommes autant que possible centralisés. L'Angleterre et la France font ies plus grands efforts pour payer leur achats et pour maintenir )a solidité des cours. Malgré certaines intrigues le crédit nous reste ouvert. Tournois les difficultés continues nous obligent à imposer à la Diit.on u autres devoirs et d'autres sacrifices dont' Fauoption sera un exemple éclatant et raffermira lo pays uans sa bridante attitude qui force l'admiration du monde entier. FRANCE. — La taxe sur ies théâtres parisiens. — Paris, 13 janvier. — La nouvelle taxe qui frappe les places de théâtre, de concert, de music-hall et de cirque et ies recettes des cinémas parisiens,' a mis en émoi la Fédération du spectac.e. Une réunion des divers syndicats du personnel devait avoir lieu a ia Bourse du Travail. On y devait envisager la perspective d'une grève générale, Cette réunion a été contremandée. De leur côté, les directeurs de spectacles se montrent, en général, très affectés du vote du Parlement qui obligera, affirment-ils, les « petits » à fermer leurs établissement plusieurs jours par semaine, sinon à les fermer complètement,d'autant mieux que le personnel se montre résolu, d'après les dé. cisions prises à la C. G. T., à n'accepter aucune réduction de salaire. FRANCE. — La crise de la verrerie. — Paris, 13 janvier. — La pénurie de charbon menace de paralyser bientôt 1 industrie .de ia verrerie française, déjà si sérieusement éprouvée depuis qu'elle ne dispose plus que d une main-d'œuvre tout à fait insuffisante.Dans le Bordelais, notamment, où le3 verreries ne comptent depuis le début ae la guerre qu'un millier d'ouvriers, dit le « Temps » les fours d'une dizaine d'établissements vont être éteints à bref délai, si 1 on ne trouve pas incessamment du combustible pour les alimenter. Or ii faudrait deux mois pour les remettre en marche. Grâce à d'activés aéniarches, 130 tonnes de charbon ont pu être fournies à ces verreries, mais cette provision est loin de suffire aux besoins, même immédiats, de cette industrie. En Normandie, dans la valiée de la Bresle, où les verreries réputées fabriquent les Façons à pharmacie, même situation, non plus, cette fois, à causa de la pénurie du charbon, mais parce que le sable, la soude, les sulfates, les couleurs et autres produits chimiques indispensables font totalement aé-faut. Les maîtres verriers et les chambres de coni' merce vont intervenir auprès de l'office des transports pour porter remède à cette situation. ANGLETERRE. — Agriculture et élevage intensifs en Angleterre. — Londres, 12 janv. — On s'oc. cupe fiévreusement en Angleterre des mesures à prendre pour assurer l'alimentation publique. Lord Devonport « contrôleur des vivres» a soumis au gouvernement un ensemble de propositions, dont le cabinet s'occupera incessamment. L'une d'elles vise la consommation de ia farine,'dont il projette « d'allonger » les stoclis en y incorporant une certaine quantité de moutures de céréales diverses,' Lord PJaondda, président du Local Government Boa ni examine les moyens de pousser activement l'élevage du porc en supprimant tous les règlements restrictifs. Enfin, dit le « Daily Mail », M. Prothers, ministre de l'Agriculture, invite les agriculteurs à faire analyser leurs terres, de façon à en tirer la maximum et à ne pas planter de pommes de terra là où des ravines comestibles ou des choux trouva, raient un sol Elus favorable.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods