Le bruxellois: journal quotidien indépendant

983 0
12 February 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 12 February. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 17 October 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/125q815j41/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

4mo Aimée - N. 853 - Ed. B SU® CHITINES Lundi 12 Février 1917 ABOfR£ME«r j>OSTAL, ÉD. g Bruxelles ■ Province - Etranger 3 mois : r r. 4,50. » Mk. STSO Lis fc'iîûai'X <!i i &iîe eu Belgique 41 à VEtiaisger n'acccateat que dss nbonnsments TRIMESTRIELS; ecm-ct ywnnest coufs les Uanv. 1 Avril 1 Jcuâkt 1 Octou. On peut s'abonner toutefois peur les m&i vîcrnter* mois ou même pour ïe «letute: m'Ai «le rftaaitt fairnssUe .m |»rii Je : 2 'Mois î Moi» ft.aOO-MiL2.4d Fr.l.50-MU.2Q TïRAGEî^O.OOO PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — î.a ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . Î.50 » fin rjcicres, . . 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne .... . 0-50 La grande ligne. .... 1.00 TIRAGE : liG.OGO PAR JOUR «ffglsaLL, 1 m Journal QuotMIon huttpendant m DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS ALLEMAND» BERLIN, Tt février. — Officiel (midi) : Théâtre de la guerre à l'ouest. Groupe d'armée du prince héritier Rupprecîtt de Bavière: .4 l'ouest de Lille, des deux côtés du catie.l de La Bassée et de fa Scarpc, ainsi que dans la parité' septentrionale de la région de la Somme, vive lutte à? artillerie. Snr la rive nord de l'Ancre, les Anglais ont attaqué avec de nombreux effccifs au nctd-est de Beaumant; sur la rive sud, à l'est de' Ci mideaœt et au nord de Courcelette, avec des détachements de moindre importance. Sur la route de Puisieux veis Beaucourt, Us ont pénétre sur une largeur d'une compagnie; sur fous les autres points, ils ont été repousses, en partie en corps à corps-. Groupa d'armée d» Rrcnprinz allemand: Sur h rive gauche de la Meuse, le feu, comme les jours précédents, s'est accru à partir de midi, sans qu'une attaque se soit développée. Dans le bois d'Ailly ( ad sud-est de St-Mihiel) et des deux côtés de la Moselle, des poussées franaises ont en lieu, qui ont été refetées par notre feu de défense et en corps à caps. Nos escadrilles d'aviateurs ont effectué des missions de recoimtissctnce et d'attaque derrière le front ennemi. Des installations militaires et de transport importantes pour l'adversaire ont été bombardées avec efficacité dans la fournée et pen-'dar.t la nuit. théâtre de la guerre à l'est. Front d'armée du feldmaréchal général Prince Léopoîcl de Bavière: P«r un froid diminuant, lactiviié combalihe a augmenté en beaucoup d'endroits. A Postaivy (au Perd du lac Narvez} et ait sud-est de Zloezaw, des détachements mobiles russes ont été repousses. Au cours inférieur du Stochod, nos détachements d'at-tac^ie ont ramené sans pertes pour eux des transitées ennemies, un certain nombre de prisonniers. Au front du colonel-général archiduc Charles et auprès de l'armée du feldmaréchai général voa Mackensen, A part des combats d'avant-gardes et de feu d'ar-tUicric isolé plus ou moins vif, pas d'événements particuliers. ' Front de Macédoine. Au nord-ouest de M on as tir, me poussée frondes Anglais, déclanchées après une vigoureuse pré-jmfiou. d'artillerie, sont demeurées sans aucun srccès. BERLIN, 10 février, soir, officiel : Sur kl rive septentrionale de la Somme, sur la rive gauche de h Meuse, en plusieurs secteurs du front de l'Est et entre le Vardar et le Danube, une vive activité d'atiillerie a règne. AUTRICHIENS VIENNE, 10 février, officiel ; Théâtre îif- la «nprre à Pfëst. Au nord-ouest de Slanislau, une- entreprise exécutée par nos troupes a été couronnée d'un plein snccùs. Des détachements ennemis ayant pénètre 'dejts les tranchées russes, en ramenèrent 17 prisonniers et capturèrent 3 mitrailleuses. Thc.'itïe ri? Sa sbstïp italien. Par leurs entreprises nocturnes dans la région de Goritza, nos troupes ont conquis plusieurs éléments de tranchées ennemies et occasionné <œ Italiens de lourdes pet tes sanglantes. Ils ont fait prisonniers 15 ofteiers et 650 hommes et capturé 10 mitrailleuses, 2 lance-mines et beaucoup d'au're matériel de guerre. Des détachements des régiments d'infanterie n. 85 et S7 et l'infanterie de la Lanasiurm de la Basse-Autriche et de m Bucovine erbt pris une part brillante à celle action. Théâtre de ia «umip au Sud-Est. Aucun événement à signaler. TURCS C01$hANTlSOPLE, 10 février (officiel du S): Front du Ti^re : Le 6 février et la nuit suivante, forte activité, au sud du Tigre. Le 6 février, une tentative de trois compagnies ennemies pour avancer contre nos positions s'écroula devant noire feu, au sud du Tigre. Elles durent se retirer. Vive activité de patrouilles de reconnaissance au front de Fellahie. Front du Caucase : A nord de Bitlis, nos volontaires ont repoussé une compagnie de l'ennemi. Sur l'aile gauche, l'attaque d'un joit détachement de reconnaissance a été repoussée. Sur les attires fronts, aucun événement d'importance.FRANÇAIS PARIS, 10 février. — Officiel, 3 h., p. m. : Au cours de la nuit, nous avons effectué des coups de main sur les petits postes ennemis à l'ouest d'Aube riva et dans les secteurs de Bezange et de • Purrov. Nous avons fait des prisonniers. La lutte d'artillerie a été violente dans la soirée d'hier sur le front Vacherattvillie-Bois des Caurrières. Aucune action d'infanterie. PARIS, 10 février. — Officiel, 1 th., p. m. : A l'ouest de Pont-à-Mousson, nous avons réussi un coup de main et ramené dix prisonniers. Sur les deux rives de la Meuse, vives actions réciproques d'artillerie. Aucune action d'infanterie. Ccmonnade habituelle sur le reste du front. RUSSES PETROCRAD, 9 février. Officiel. — Dans la région de Manoava, le général Kardinatofski a été tué par une balle. ; L'ennemi a bombai dé Stunislau à l'aide de grenades de 300 mm. ITALIENS ROME, 9 février, officiel, — Dans la, i allée delà Sngana, te 7 février, à midi, l'ennemi a de non-j>çmt pris soirs lin jeu d'artillerie ininterrofhpu, nos ouvrages de défense établis sur la rive droite ae ta Brenta. Nos batteries ont énergiquement répondu et, concentrant efficacement: lenr tir, elles ont empêché les Autrichiens de passer à l'attaque. Dans fa vaRêe de h Posina (Astiea), dans le secte m de Pic-zi), devant Zegora et dans les environs de Bosco Maîo (Hudilog), nos patrouilles ont été actives; des escarmouches se sont terminées en notre faveur. ANGLAIS LONDRES, 9 lévrier : Des coups de main éfrd été exécutés avec.succès ce matin et au cours de la nuit dernière à l'est de Vermelles et au sud-est d!.¥prcs. Un grand nombre d'abris ont été détroits; des prisonniers sont restés entre nos mains. L'ennemi a tenté, après un violent bombardement, de s'approcher pendant la nuit passée de nos lignes au sud d'Armentières. Il a été-pris dans la zone, située devant nos positions, sous notre feu de barrage et a été facilement repoussé. Nous avons fait 37 prisonniers au cours des dernières 24 heures, dont 2 officiers, en différents endroits du fr'<ni. Nos contre-batteries ont effectué un feu léger avec succès, provoquant deux explosions dans les lignes ennemies. Un groupe d'ouvriers ennemis a été dispersé hier soir par noire fe:.i dans la région de la butte de Warlencovrt. Dernières Dépêches Les journalistes américains en Allemagne. Berlin,. 10 fev. — Les correspondants de la «Tri-bunan et du «Daily News» de Chicago, du «Nîw-Yerk Work! n et des Jeu-maux de Hearst resteront à Berlin, mime après le départ de l'ambassadeur. Il est désirable que les Etats-Unis reçoivent de cette façon des nouvelles çtii échappent à l'influence anglaise.Attaque aérienne contre Oarlsruhe. Carlsralf», 10 fév. — Cette nuit, un aviateur en-Eeroi a Jeté quelques bombes sur Carlsrtihe. Trois civils eut été blessés. Les dcg.îfs matériels so-nt insignifiants.Le découragement en France. Berne, S fév.— Deux articles de fond du «Temps» et de la «Victoire» s'occupent de combattre le ces- . . HJÇTOÎU atmBKBÎH. il brèves espérances. Hervé constate qu'après la grande allégresse ait sujet de l'intervention de 1 A-mérique, le pessimisme a repris le dessus et •qu'il en sera de même qu'après l'intervention de la Roumanie. Le «Temps», toutefois, rappelle justement ces grands transports d'allégresse après la déclaration de guerre roumaine eemine un exemple, et dit qu'on ne doit plus s'abandonner de nouveau à des vues bornées et à un pessimisme indolent. Seul un travail intensif peut y remédier. Le journal considère la situation actuelle comme excessivement grave. L'Allemagne ne sera plus referme par la prudence pour le déploie ment de ses forces scus-marines et l'efficacité et la valetu- d'une participation éventuelle de la flotte américains sont douteuses. Le matériel et le personnel de cette flotte sont jugés très différemment et en ne sait rien de précis à ce sujet. La dernière conférence de la guerre navale à Londres, doit avoir donné, dit-on, des perspectives de gros avantages. Mais le public qui réfléchit plus que ne le croient les gouvernements, se demande pourquoi on retarde toujours la mise en vigueur de ces avantages et pourquoi les gouvernements n'ont pss pris les mesures que l'Entente annonce aujourd'hui, dix ou vingt mois plus tôt. Nos efforts ccvnciderent avec le développement de la guerre sous-marine. Mais ils auraient dû la prévenir. En ce qui concerne la guerre continentale, on vient seulement de reconnaître maintenant que son caractère est plutc-t industriel et scientifique. Mais il est regrettable que cette vérité ne se convertisse en actes qu'au momeht où la guerre sous-marine nous apporte la crise du charbon et oppose de nouvelles difficultés ;i nos efforts. Au point de vue de la conférence de St-P.:ters-bourg, le journal ne nourrit que de faibles espoirs et ne peut s'abstenir de rappeler encore l'intervention roumaine, qui n'eut lieu que lorsque Brussi-low était épuisé et qui se basait sur une estimation complètement inexacte des moyens allemands et autrichiens. Ces fautes doivent être évitées à l'avenir.De New-York on a informé le - Tirnps», comme le «Daily Télégraphe et le «Times»,, que1 la nouvelle d'après laquelle le vapeur aaiéricain « Hatt-satonk» a été averti avant le coulage et que l'équipage a été humainement traité, a contribué- à retarder pour longtemps la déclaration de guerre américaine.En tous cas, l'hirondelle n'apportera pas l'été, aussi longtemps qu'on n'est pas certain que le «terrorisme allemand ■> ne se réalise pas complètement. Le correspondant du «Temps» prévient, d'une fa çori significative, les alliés de ne pas commettre la faute de se persuader que les Etats-Unis, passeront de la îrnnace aux actes, s'il existait, à cet effet une nécessité selon la logique européenne. En dehors de la distance, le défaut d'exp'rience militaire joue son rôle aux Etats-Unis; ceux-ci seront impuissants pour longtemps, an point de vue militaire, en raison de leur imprévoyance. Et, en effet, toutes les circonstances conseillaient fa prude-ncc au Président.La guerre est considérée comme perdue en Italie. Lugano, tl février. — Le « Cciriere d'Italia » publie des déclarations, que le chef sociaiiste-italicn . Enrico Ferri a faites au correspondant du journal danois. « Socialdemokraten ». Ces déclarations provoquent quelque attention.surtout pâtée qu'elles cat .1 été tolérées par la censure italienne. Enrico Ferri a dit notamment : « La vérii ' est en marche. Bientôt le peuple italien apprendra à connaître et saura qu'il a é;é trompé, qu'il c-t nécessaire de conclure la paix, avant que I Italie . e tombe dans une infortune encore plus grande. La guerre est considérée, en Italie, comme étant déj y-erdue. L'on craint que les trempettes du i ugeme ., mondial ne retentissent à travers l'Italie aussitôt que les puissances centrales en auront toi't à fais fini avec la Roumanie. Puisse d'Annimzio quitter l'Italie avant qu'il ne trouve barré k chemin v„-)S la France, par les armes de ces soldats qui s;, tourneront bientôt vers l'intérieur de l'Italie. JLa j .esse italienne accueille ces déclarations de re-ri avec rage. Les fournitures rie charbon allemand au Danemark. Copenhogue, 10 février. — Le correspondant berlinois du journal « PoIitiS.-n » a,eu m entretien avec le directeur des min s de l'Etat prussien, le capitaine-commandant rr> Velsen, entretien reproduit aujourd'hui par ce fn mat Von Vçlse» a fait ressortir entre autres qu.\ le Danemark ne devait pas s'inquiéter du nnbiiw croi -«snt de charbon. L'AlIsmfgne a augmenté tes fournitures de charbon au Danemark dans la .Kéme mesure que l'An gTeterre a restreint les si; mes. Si ' - foarr.itures allemandes n'avaient pas c lieu, le Danemark serai» à l'heure actuelle sans charbon. La campagne anti-belliqueuse aux Etats-Unis. Berne, 10 février. — On mande de Washington au « Petit Parisien » : Le sénateur Works a eoi'.baèt» au Scnat tes mesures anti-allemande» de Wiîson ev a dit, que- ni un homme privé, ni le Présiçjci î ni le Congrès, n'étaient en droit» d'entraîner la nation américaine dans la guerre, eu de mettre la paix en danger en se basant, Bj.ir un faux sentiment de courage, de considération nationale ou de dignité. Works a déclaré en outre que la responsabilité de la tragédie du « Lusitania, » incombait aux Etais-Unis, parce qu'ils avaient bissé prendre la mer à un navire portant des citoyens américains, m !gré l'avertissement reçu. Actuellement, rAjurérique n'a qu'une chose à faire ; tenir ses\ navires et ses sujets éloignés de la zone dang< reu-.e, jusqu'à ce que la guerre soit terminée fj;'' i. ! ";i. i'1 On mandi .If de Washington annonctffl Une caractéristique de l'opinion divisée qui arrime la population des Etats-Unis, c'est IVnnonce d'une grèje imminente des aiguilleurs de dix-huit lignes de chemin de fer, en gaise de protestation contre la politique de Wiîson. Le Président menace de son côté de faire reprendre les li-: gnes en question par l'Etat. La note suisse à l'Allemagne. Berne, 10 février. — Le Conseil fédéral a envoyé la r.cte suivante au gouvernement impérial allemand : « Par notre note du 31 janvier, votre Excellence, agissant sur mandat du Gouvernement impérial, a exposé les motifs qu: ont amené ia décision de faire table rase de toutes les réserves que celui-ci s'est impostes dans l'application de ses moyens de combat sur mer. Dans le mémoire ci-joint,sur lequel se.iase la note au sujet des dispositions prises sur mer, il est déclaré qu'a partir du 1er février 1917, tout trafic serait entravé sans plus, par la force des armes dans la zone de Hocus délimitée autour de la Grande-Bretagne, h France et l'Italie, et que les navires neutres qui croiseraient dans les parages bloqués devaient seuls en assumer la responsabilité. Si des mesures ont éi<' prises pour que les vaisseaux neutres qui, le 1er février, faisaient route vers les ports d'attache, soient épargnés pendant un délai fixé, il est néanmoins à conseiller d'urgence qu'ils soient informés et invités à changer leur cours par tous les moyens possibles. Les vaisseaux neutres qui se trouvent dans Tes ports des zones bloquées peuvent quitter les dites zones avec la même sécurité, s'ils !e font avant le 5 février et s'ils choisissent la route libre, la plus directe. 11 ne peut échapper au gouvernement impérial que par les mesures exécutées prévues dans ce mémoire, une grave emprise a été faîte sur le droit ru commerce pacifique qui revient à la Suisse comme Etat neutre, d'après les" principes du droit des gens. En fait, le bîoeur .englobe presque tons les ports que la Suisse peyt utiliser, et il en résulte un grave danger pour notre importation de vivres et de matières premières et pcrnr nos transports d'outre-mer .Même si l'on tient compte que le port de Cette, par un accord à l'amiable conclu avec le gouvernement français, s été laissé en dehors de la zone bloquée, nos transports maritimes sont limités au point que de sensibles pertes en résultent pour notre commerce national. Le blocus maritime tel que le comprend le gouvernement allemand est cons'cutif à toute une série de mesures par lesquelles,, en dépit de règles fixées par le droit des gens'et les traités, notre liberté d'action commerciale a déj?> été notablement restreinte, et contre lesquelles nous avons vainement protesté. Dans ces circonstances, Le blocus est d'autant plus pressant et d'autant plus gros de conséquences. C'est pourquoi le Conseil fédéral se voit forcé de protester expressément contre le blocus annoncé par le gouvernement impérial et contre si mise ' exécuta», pour autant qu'il blesse, d'après les principes courants du droit des gens, les droits des neutres, et de «formuler ses plus expresses réserves, surtout au cas où la mise îi exécution effective du b1 eu? s'avérerait comme défectueuse et si les moyens employés par l'Allemagne et ses alliés avaient pour conséquence de sacrifier soit des sujets soit des marchandises suisses. Au surplus, le Conseil fédéral ne doute pas que le gouvernement impérial fera l'impossibU pour éviter, dans la mesure du possible, les conséquences qui pourraient résulter du blocus, go-ur la sécurité aes sujets! suisses et pour la vie commerciale de la jSttisse. » !Une note similaire a été remise au Gouvernement impérial et royal austro-hongrois. L'ambassatTeur Gérard a reëu ses passe-ports. Berlin^ 10 février. —• L'ex-ambassadeur des Etats-Unis a reçu à présent ses passe-ports pour lui et sa suite. II prendra place incessamment dans un des trains à destination de Barcelone via la Suisse et la France, où il s'embarquera. La plupart des correspondants de journaux américains s'embarqueront avec lui. La Suisse et les belligérants. Berne, U février. — A la demande de l'Allemagne, la Suisse s'est également chargée, en dehors de la France et des Etats-Unis, des intérêts allemands en Angleterre, au Japon et dans la partie non occupée de la Roumanie. Le Chili et les Puissances Centrales. Berlin, 10 février. — De nombreuses nouvelles du Chili disent que la presse s'oppose unanimement et formellement, comme toute l'opinion pu-bique du reste, à se laisser entraîner par les Etats-Unis. Qn tait fréquemment des commentaires hargneux au sujet de l'attitude du Brésil. La guerre sous-marine. Rotterdam, 10 février. — Quatre vapeurs anglais sont arrivés aujourd'hui dans le Nieuwe Watenveg. Le vapeur « We&terdyk », arrivé de New-York à Rotterdam, a laissé son courrier à Falmouth. Berlin, 10 février. — Un de nos sousmarins a de nouveau coulé dans la mer du Nord cinq vapeurs anglais inconnus avec un tonnage global de 14,000 tonnes. Berlin, 10 février. — Un de nos- sous-marins a dernièrement coulé dans la mer du Nord 5 vapeurs anglais inconnus, jaugeant au total 14,000 tonnes, au cours des atiaques prononcées sous l'eau. La aHye, 10 février. — Huit hommes du lougre à veile « Marianne Sch. 235 », qui a été coulé, ont été débarqués cette nuit sur le bateau-phare de Terschelling. DEPECHES (Reproduites de l'édition précédente.) Wilson veut respecter les traités. On mande de New-York au «Daily Express» : Sis ■ coaL-aaes début de la crise n'ont pas pu quitter leurs navires, soient mis en liberté.I.e Président a communiqué en outre qu'en cas de guerre, le capital et les propriétés allemandes aux Etats-Unis ne seraient pas saisis. Arrêt de la navigation neutre. L' « Ossèrvatore Romano » annonce que les neutres étudient en ce moment la possibilité de mettre fin au conflit mondial, par l'arrêt complet de la navigation. La blocus allemand. Rotterdam, 10. février. — Le Lloyd et Router annoncent que le nombre des vaisseaux coules hier s'élève à 12 dont 10 jaugeant brut ensemble 26,779 tonnes. Ymuiden, 10 févr. — Le lougre de mer « Hol-land » annonce que le 8 février, vers 11 heures du matin, à 35 milles au nord-ouest d'Ymukien, un vapeur de pêche néerlandais a été coulé par un sous-marin allemand à l'aide de bombes. L'équipage a été transporté à bord d'un autre lougre. L'extension du service obligatoire en Angleterre. Le « Nieuwe Rotterdamsche Courant » apprend de Londres que le direc"&ar-général. du service civil a dormé ordre d'appeler sous les drapeaux tous les hommes non encore appelés de 18 à 42 ans, le cabinet ayant annulé l'ajournement dent ils avaient été l'objet. Ce nouvel ordre atteint un grand nombre de fonctionnaires officiels, d'agents de la police, de pompiers, d'instituteurs, de fonctionnaires communaux et civ.ia et d'employés des postes et des douanes. La nouvelle disposition ne vise pas les personnes occupées dans l'agriculture, dans l'industrie métallurgique, dans les mines, dans les carrières, dans les ateliers des chemins di fer, dans les services de transports et les chantiers navals. Nouveaux crédits de guerre en Angleterre. Londres, 10 février. — Le « Times » annonce que le ministre des finances, M. B-^nar Law, sollicitera lundi de la Chambre des communes le vote d'un nouveau crédit de 550 millions de £, ce qui est la somme la plus considérable qui ait jamais ' été demandée par un homme d'Etat anglais. Cette nouvelle demande de crédit porte à 4 milliards 82 millions de £ le total des frais de guerre de l'Angleterre.Diminution du trafic des chemins de fer en France. Par suite du manque de charbon 40 trains journaliers ont été supprimés sur les lignes Paris Orléans-Bordeaux et Pairis Lyon-Méé: errannée. A La situation on France. L'Agence télégraphique suisse apprend de Paris que le gouvernement a l'intention de déposer incessamment uoe proposition de loi imposant l'adjonction de 15 p. c. de maïs, de farine d'orge et de seigle dans la fabrication du pain, et prohibant le travail de nuit dans les boulangeries. La vente du pa&rt frais sera défendue! Au plus tard le 1er mars les cartes de sucre seront introduites dans tous les départements français, à l'exception de la Corse. L3 commission centrale pour l'approvisionnement en sucre a préconisé l'emploi de la saccharine pour les usages industriels. Les directeurs des grands magasins dé Paris ont décidé, à la suite d'un entretien avec le ministre Herriot, de fermer provisoirement, à partir de vendredi, 1 leurs magasins à 0 heures du soir, afin d'économiser du charbon. Au cours de cet entretien M. ! Herriot a donné l'assurance que l'heure d'été sera introduite dès le 1er mars. Les mensonges Keuter. Berlin, 9 février. — La « Norddeutsche AlJgc-meine Zeitung ;» écrit: « Nous nous attendions à. ce que Reutar et Havas feraient l'impossible pour envenimer le. conflit germano-américain, par la propagation de fausses nouvelles; or, chaque jour nous en .apporte la confirmation. L'un des mensonges Reuter, qui a d'ailleurs déjà été mis au point par des informations américaines directes est celui qui a trait à la saisie des vapeurs. Les Anglais sont malheureusement en mesure de colporter leurs fausses nouvelles aussi bien en Allemagne qu'en Amérique, sans qu'en puisse apprendre immédiatement de l'un côté, ce qui se passe de l'autre. Nous en aurons probablement eneofe plus d'une preuve flagrante. En ce qui nous concerne, une longue expérience de guerre, nous a appris à estimer à leur juste valeur les informations Reuter, et point n'est besoin qu'on nous exhorte encore à la prudence.L'Amérique pensera des excitations Reuter ce qu'elle voudra,ce n'est point notre affaire. En tout cas ,il faut compter infailli-cernent snr une chose: c'est que moins la marche des choses suivra le vœu des Anglais, d'autanv plus fort Reuter cherchera à les faire avancer dans ce sens par ses manigances. Incident anglo-hoilandais. La Haye, 10 février. — Le gouvernement néerlandais a exigé que le gouvernement anglais relâche immédiatement un grand nombre de navires de la « Koninklijke Paketvaartmaatschappij » qui sont retenus dans les ports anglais de Singapour et de Penang. On n'a reçu que tardivement la nouvelle de l'arrestation de ces navires, la censure anglaise ayant à toute apparence empêché la transmission des télégrammes adressés à' ce sujet, au ministre des colonies à La Haye, par le Gouverneur général des Indes néerlandaises. Un livre blanc néerlandais. Le Bureau de correspondance de La Haye annonce que le gouvernement néerlandais publiera ces jours-ci un Livre blanc contenant les notes reçues de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie, au sujet de la guerre sous-marine renforcée, ainsi que les réponses. dorméfcS.-r,at la amm.-. Berne, 10 février. — A l'initiative du Neder» landsche Anti-Ocrlogsraad les délégués des organisations pacifistes des tays neutres se réuniront le 12 mars à Berne. La situation aux Ktas-Unis. D'après un télégramme de Washington le peuple américain attend, avec une impression très s'rieu-se le développement des événements ; quoique le gouvernement ait fait .tous ses préparatifs pour la guerre, cm espère néanmoins que la paix sera maintenue.. Tout le monde est d'accord pour dire que ia démarche de Wilson auprès des neutres a été une erreur diplomatique. Armement des navires de commerce américains. La « Centrai News » apprend de New-York que M. Lansing, le secrétaire d'Etat, à fait connaître aux armateurs américains que les navires de commerce pouvaient avoir des canons à bord pour se défendre contre les sous-marins. La situation intérieure en Kussie. Berlin, 10 février. — On mande de Stockholm au « Berliner Lokal-Anzeiger » : Des révélations sensationnelles ont été faites à la commission budgétaire de-la Douma au sujet du. meurtre systématique des exilés sibériens ; il y aurait même une bande organisée chargée d'écarter les bannis politiques qui se prévaut de ses relations avec les autorités et les hauts fonctionnaires, d'où ils tiennent leurs ordres. Nouvelles modifications dans la marine italienne. Berlin, 10 fév. — D'après une information de la «Gazette de Voss» venant de Suisse, les modifications suivantes sont intervenues dans la marine italienne : Le contre-amiral Simonetti devient sous-chef à l'état-major; le vice-amiral Leonardi a résilié ses fonctions de président du conseil supérieui de la marine, reprises par le vice-amiral Presbite-ro. Le vice-amiral Cagni devient commandant du port de guerre de La Spezzia ; le vice-amiral Millo, commandant du port de Naples et le vice-amiral Ci-to di Filomarino, commandant du port de Venise, La navigation italienne vers Tripoli interrompue. Berlin, 10 fcv. — Le trafic italien vers Tripoli est complètement interrompu depuis trois jours, s'il faut en croire la «Gazette de guerre» de Mal-mœ. On craint que si l'interruption se prolonge, l'occupation de la colonie, déjà st menacée, ne court de graves dangers. Le ministre de la marine a déclaré que le gouvernement se voit forcé de réunir tout le tonnage. Toute navigation privée est suspendue. La crise des charbons en Italie. . Berlin, 10 fév. — On manda de Bàle à la «Gazette de Voss» : Une dépêche privée de Milan annonce que l'indusrie italienne est complètement dépourvue de charbon. L'activit.' dies sous-marins allemands empêche toute navigation. L'Italie a perdu jusqu'ici 10 pour cent de son tonnage total. Explosion dans une fabrique de munitions japonaise. Copenhague, 10 fév. — D'après un télégramme de l'agence télégraphique de St-Péterbourg à To-kio, une fabrique de munitions a été comr'.ètcmc-nt détruite près de Yokohama. Un certain nombre de-munitions qui se trouvaient à proximité, ont été complètemen mis hors d'usage e plus de 200 personnes tuées.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods