Le télégraphe: journal quotidien d'information

345 0
26 August 1915
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1915, 26 August. Le télégraphe: journal quotidien d'information. Seen on 19 October 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/057cr5pc8r/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LETELEGRAPHE jOUIflll QUOTfâlH ïï:^_MXïm AGENCE GÉNÉRALE pour LA PUBLICITE) Rue clu Pont d'Avroy, 52 RÉDACTÎQSM & AD^II^ÎSTRATÎON i Lîég® -• 13, BouSevafc; Saucy, 13 »- Liège BUREAUX OUVERTS de 3 à 2 et do 2 à 5 h. b. A NNOSÇËI s La petite ligne ..... 0.30 Demandes d'emplois . „ • « 0.15 Offres d'emplois , . « . 0.20 La grande ligne 1.00 Nécrologie et Avis financiers. . • . 1.06 Coms du iournal z.zn Le Télégraphe Encore un nouveau journal ? Oui, parce que la Presse a toujours répondu à un besoin impérieux. Les événements, qui ont pu réduire l'une ou l'autre exigence particulière, n'ont point privé la vie sociale de celle de savoir quand même ce qui se passe au milieu du bouleversement européen. C'est pourquoi aujourd'hui comme hier, entretenue par une curiosité toute naturelle et partant toute excusable, avide de connaître les phases du jour ou de l'heure, l'opinion publique tient à se renseigner non seulement sur la marche des événements, mais aussi sur l'ensemble de faits économiques et , sociaux. : Le Télégraphe se donne aujourd'hui la lourde tâche d'entreprendre un service d'information générale par la publication rapide de Nouvelles sincères. Le Télégraphe s'efforcera de dire la vérité, et de ne dire que la vérité' C'est là la principale raison du groupement de publicistes belges, qui nuis par un même désir de collaboration à un service de nécessité çociale, s'emploieront à tenir le public au courant des faits et à le renseigner aussi exactement que possible sur tout ce qui peut le renseigner, l'intéresser et l'aider à débrouiller la situation compliquée du jour. Quoique déjà entouré d'une pléiade de ré dacteurs spécialisés chacun dans des fonctions nettement déterminées, Le Télégraphe accueillera toutes les bonnes volontés capables de se placer au service de la collectivité et désireuses autant que . lui-même, de seconder l'effort national dans le maintien de toute la dignité de son calme, mais sans rien effleurer de ses légitimes ambitions. A ce travail de première nécessité, Ze Télégraphe apportera une volonté consciente de conserver jalousement son trésor de foi inébranlable en des temps meilleurs. Il est des confiances que rien ne peut attaquer, des espérances immanentes qui, aux heures les plus douloureuses, demeurent ancrées au cœur et qui nous pénètrent en raison directe des difïicultés du temps. Ces vertus sont les nôtres. C'est pourquoi Le Télégraphe apporte au lecteur un salut amical où il traduit son désir de servir la cause de la justice. Et c'est, pénétré de toute la grandeur de sa mission, que Le Télégraphe fait aujourd'hui paraître son premier numéro. Le Télégraphe veut se rendre utile à son Pays, C'est là toute son ambition mais là aussi sera son titre de gloire, C'est pourquoi il se présente aujourd'hui avec ce qu'il a de meilleur : sa volonté et son cœur. Le Télégraphe. EN MARGE DU [» r.ouveî hymne national ^t»ïnn!g T n n'u 'p-'A*a desCérémonies de la République chinoise vient d'approuver un nouvel hymne national qui, d'après les journaux de l'Extrême-Orient, serait très curieux, aussi bien comme musique que comme texte. Ils en donnent comme preuve la traduction des premiers vers, qui, en effet, sonnent étrangement à des oreilles européennes. Qu'on en juge : La Chine est unique dans son genre, dans l'Univers, et elle s'étend dans toutes les directions de la boussole. Nos pères étaient des hommes des hauteurs du Koun-Loun, d'où ruissellent les fleuves mugissants et où les cîmes atteignent le ciel. L'union de nos cinq races de l'époque de Yao durera jusqu'aux époques les plus inconnues. > Quelle heure est-ii ? — Chacun consulte sa montre et personne n'est d'accord, disait une réclame que nous lisions chaque jour au temps où nous ne songions pas à la guerre. Aujourd'hui c'est encore un peu la même chose. L'un adopte l'heure de l'Europe centrale, l'autre préfère conserver l'heure de l'Europe occidentale. Les horlogers de Bruxelles ont trouvé un moyen pour ménager toutes les susceptibilités Ils ont doté le cadran d'une double paire d'aiguilles, l'une blanche, pour l'heure de l'Europe occidentale, l'autre rouge pour indiquer l'heure de l'Europe centrale. Tous y trouvent leur compte et tous sont contents. Le Télégraphe ne possède pas cette horloge. Alors avec quelle heure marchez-vous, nous demandera-t-on ? Vous pourrez le constater qttand vous nous ferez l'honneur et le plaisir de passer par nos guichets pour y présenter une annonce. L'état anglais et les risques aériens. — Un projet de loi a été déposé à la Chambre des communes, instituant une assurance gouvernementale contre les dommages occasionnés aux personnes et aux propriétés par les bombes lancées par les dirigeables et les avions ennemis. En ce qui concerne les propriétés, le projet établit une classification des risques, mais sans faire de distinction entre les localités. Une compagnie d'assurance privée pourrait fixer des primes différentes, suivant que les risques à courir se trouvent à la côte orientale ou dans l'intérieur du pays ; une telle distinction ne peut être faite par une assurance gouvernementale, qui doit s'interdire de : éaliser un bénéfice. Les attaques ennemies ne sont pas dirigées contre les individus, mais contre la nation ; par suite, le gouvernement ne peut pas exiger pour une maison située à la côte, une prime plus élevée que pour une maison située dans 1 intérieur.En revanche, une distinction est établie entre les différentes catégories de risques: ainsi l'Etat fixe un cerlain pourcentage de prime pour 1 "*8 demeures privées, un autre pourcentage pour les bâtiments commerciaux et industriels, un autre encore pour les marchandises à quai, d'autres enfin pour les propriétés agricoles. Un sous-marin au temps des croisades. — L'idée du sous-marin se fit jour au temps des croisades. . x ouvrage *-><xlo,-n.Ofi cl 1\JLv'Crvj UiAiuul >-AU XIIe siècle, nous trouvons une citation dont voici la traduction : « II est dit que Merolf entreprit la construction d'un petit navire en cuir qu'il mit à l'eau et qui était entièrement entouré de godets ; deux fenêtres l'éclairaient. En présence de la foule, il descendit avec son bateau au fond de la mer. Il y avait à bord un tuyau, permettant à Merolf de respirer et que cet homme intelligent avait attaché à un gros boyau de cuir flottant à la surface. Il se tint caché au fond de la mer durant quinze jours pleins. » Il n'y a décidément rien de neuf sous le soleil. A Neuve-Chapelle. — Parmi les petites villes de l'Ouest, que la guerre a transformées en ruines désertes, Neuve-Chapelle est peut-être bien la plus triste et la plus abandonnée. Un rédacteur du Daily News,qui a visité ce lieu d'épouvante, en fait une description frappante. « Grenades, obus et shrapnels passaient en gémissant au-dessus de nos têtes. Tout autour de nous, les champs étaient labourés par les obus et semés d'innombrables cratères provoqués par leurs explosions. Il y en avait de toutes dimensions, des petits, des grands, les uns encore tout récents, les autres plus anciens. C'est de ces champs que nous partîmes vers Neuve-Chapelle. Les projectiles continuaient à remplir l'air de leur grondement lugubre et de là-bas, quelque part, nous ne savions où au juste, nous entendions le bruit de la fusillade ; on eût dit que la terre pétillait sous la chaleur du jour. Brusquement, nous aperçûmes un poste, et, à côté, un écriteau portant l'inscription : « Sentier de la folie». Mon compagnon fut assez fou pour prendre ce sentier. « Baissez-vous, me dit-il, ce sentier porte son nom avec raison 1 J'entendis une balle raser l'herbe... L'emploi de feuilles d'argent dans le pansement d» blessures. — L'argent possédant des propriétés antiseptiques, on a employé ses sels solubles avec succès pour le pansement des blessures. Le professeur Lexer de Yena, qui s'occupe depuis longtemps d'expériences de transplantation et d'opérations plastiques, utilise également de l'argent en feuilles. Ainsi qu'il l'annonce dans le Journal central de Chirurgie, il applique des feuilles d'argent stérilisées de 10/10 centimètres, qui recouvrent entièrement les blessures, après que celles-ci ont été entièrement débarrassées du sang et des impuretés qui y adhèrent. Au dessus des feuilles, il appliqua un bandage aseptique. La blessure ne suppurant plus, grâce aux propriétés anti-bactérielles de l'argent, ce bandage se maintient complètement sec et peut demeurer appliqué plus longtemps qu'autrefois, ce qui contribue beaucoup à accélérer la guérison. Les inflammations dans la région des points de suture ne sont plus à craindre, à l'encontre de ce qui se passe avec les pommades, et la suture ne laisse plus qu'une cicatrice invisible, ce qui est un autre avantage. Des résultats semblables ont été atteints dans les expériences de transplantation de la peau. !.. ' J Communiqués Officiel^ Aiîtrachierj. — Vienne, 24 août. — Théâtre de la guerre russe : L'ennemi qui offrait de la résistance au nord-ouest de Brest-Likowsk a été r;'été de nouveau hier, dans la région de ^ • ïerschwice et Riasno et forcé à la retraite. Le n mbre des prisonniers faits dans les derniers combats, par l'armée de l'archiduc Ferdinand, se monte à : 4 officiers et 1,300 hommes. Au nord-est de Wlodawa, nos alliés ont repoussé di nouveau l'adversaire et gagné du terrain. De la cavalerie autrichienne, hongroise et allemande du général Puhallo occupa Kowel, dans la poursuite de l'ennemi, et avança encore dans la direction nord, Le calme règne en Galicie orientale.Théâtre de la guerre italienne : A l'aile sud de la région côtière du front, notre lourde ai illerie détruisit hier des canons ennemis, à l'e nbouehure de la Sdobba. A Volametto, une autre batterie côtière italienne fut changée en un monceau de ruines. De l'infanterie ennemie qui avait occupé une hauteur à l'est de Monfal-cone, en face de nos positions, évacua les tranchées d'une manière précipitée, sous notre feu d'artillerie. A l'est de Polazzo, nos troupes ont repoussé d'une manière sanglante deux faibles attaques, à Sonnartino elles ont repoussé trois attaques arrivées jusque tout près de notre front' De même une attaque de forces importantes ennemies contre la tête de pont de Totmein, échoua le soir. Dans la région fortifiée de Flitsch et Raibl, l'infanterie adverse s'ap-prf jhe en certains endroits plus près de nos , lac l-niitu nlngBWil■ Lavaione et de Folgaria ont subi hier de nouveau un violent feu d'artillerie et l'artillerie ennemie commença aussi à bombarder nos positions au Stilfser Joch. Italien. — Rome, 23 août, 6 h. soir. — Dans la vallée supérieure de Cordevole, l'ennemi essaya l'après-midi du 21 août, une attaque soudaine contre nos lignes de défense, des pentes qui descendent du Col di Lano vers Salési. Bien que l'attaque fut précédée et soutenue d'un feu énergique et d'un lancement de bombes à main, elle fut refoulée. Dans le secteur de Tolmein, les travaux d'encerclement de la place se développent d'une façon méthodique, par des progrès continuels. Sur le Karst, une action subite de nos troupes nous mit en possession de quelques tranchées fortement organisées qni empêchaient l'avance de notre aile gauche. De faibles attaques entreprises par l'adversaire contre l'aile située en face de la région du Séi Busi furent repoussées. Russe. — Petrograde, le 23. — La situation est inchangée dans les environs de Riga, Jacobstadt et à l'ouest de Dunaburg. — A la «Swentat» et de même entre la «Wilija» et le «Niemen» nos troupes ont retenu l'ennemi sur le front « Koswarsk-Wilkomierz-Koszedary-Druschkeniki». Plus au sud, au «Niemen» moyen, quelques-unes de nos unités sont passées de la rive gauche à la rive droite. Au front, entre le «Bobr» et dans les environs de «Brest-Litowsk» nous continuons à défendre nos positions pied à pied. Les 21 et 22 août, l'ennemi attaqua violemment nos positions au «Bobr inférieur, aux environs de «Schafranka», dans la direction de Test, dans les enviTons de « Bielsk » et au front Kleszczele-Wisoko-Litowsk».A la rive droite du «Bug», à l'est de «Wlodawa», l'ennemi attaqua principalement dans les environs des lacs, près de «Piszcza«. Le soir du 22 août, l'ennemi fit des essais d'attaque dans le but d'avancer dans la direcj tion de «Kowel». En Galicie, pas de change* ment. j ♦ Communiqués officiels allemands Front occidental.. — Berlin, le 25. — En Chant-pagne, nous avons fait sauter plusieurs mine# avec succès. Dans les Vosges' au Schrat& mannle, une attaque ennemie fut repoussée $ coups de grenades à main Au Sud-Est de Sondernach, une partie des éléments de tranchées perdus le 17 juillet fut reconquise. « Un avion de combat allemand abattit avant-hier près de Nieuport, un biplan français. à Front oriental. — A) ARMEE HINDENBURG. Au Nord du Niemen, au cours de combat^ couronnés de succès dans la région de Birshi, 750 russes furent faits prisonniers' L'armée du colonel-général von Eichhorn, avance ^victorieusement en oombiUlant verç f'E&f , \%<) russes fur en' faits prisonniers él plusieurs mitrailleuses furent capturées. L'armée du général von Scholtz atteignit la Berecswka, prit Knyszyn et traversa le Nareit au Sud de Tikocyn. L'armée du général von Gallwitz força le passage du Narew à la route Sokoly-Bialyskok. Son aile droite parvint après que l'ennemi eut été repoussé, jusqu'à l'Orlanka.. L'armée fit plus de 4,700 prisonniers (dont 18 officiers) et captura 9 mitrailleuses. B). — ARMEE LEOPOLD DE BAVIERE]* L'ennemi essaya hier en vain d'arrêter notrÇ poursuite. Il fut attaqué et rejeté dans la forêt de Bialowriska. Au Sud de la forêt, nos troupes atteignirent la région à l'est de Wierckowicze, Plus de 1,700 prisonniers ont été faits. C). — ARMEE MACKENSEN. L'armée s'approche, en suivant l'ennemi battu, des hauteurs sur la rive ouest de lâ Lesna (nord de Brest-Litowsk). Sur le front sud-ouest de Brest-Litowsk. près de Dobrynka, des troupes autro-hongroises et allemandes percèrent hier les positions avancées de la forteresse. Sur la rive Est du Bug, au Nord-Est de "Wlodawa, des parties de l'armée du général Von Linsingen avancent en combattant vers le Nord. ' Nouvelles de Ta Guerre fLa guerre sous-marine Londres, 24 août 1915 (Télégr. Reuter) : Le vapeur anglais Diomed (4660 tonnes brut) a été coulé. Dix hommes de l'équipage sont tués, le ï-ssis a. été débarqué. Copenhague 23 août 1915. — La perte du « Betty » ; De l'enquête faite par les autorités compétentes allemandes, au sujet de la perte du bateau à vapeur « Betty », le 26 mai, dans la mer du Nord, il résulte que, quoique les déclarations allemandes et danoises ne soient pas complètement d'accord, le dit bateau doit être considéré comme étant celui qui fut attaqué par un sous-marin allemand. Le commandant du sous-marin a pris le «Betty» pour un navire ennemi, les indications de la nationalité n'étant pas visibles, et supposait qu'il faisait partie de la flotte anglaise, comme croiseur auxiliaire. Amérique. — A propos de l' « Arabie ». — Le Times annonce qu'il y avait à bord de ce transatlantique de la White Star Line récemment coulé, une somme de 200,000 livres sterling destinée à une grande firme financière de New-York. D'Amsterdam, 25 août (Reuter): Le secrétaire d'Etat. Lausing, a demandé télégraphiquement à l'ambassade américaine,à Berlin, si le gouvernement allemand avait un communiqué officiel sur le cas de 1' « Arabie ». parce que les cercles américains considèrent leâ informations qui sont à leur disposition comme trop laconiques, < ^ New-York, le 25. — Le torpillage du va« peur «Arabie» a causé un vif émoi, La presse est très excitée. La situation est jugée indécise. On souhaite que les circonstances prochaine! amènent une explication satisfaisante pour le torpillage, et surtout on espère qu'il n'a pa» eu lieu sans avertissement préalable. France. — Paris 25. — Evasion d'un aviateurt L'aviateur français Gilbert qui le 27 juin avait du atterrir en Suisse par suite d'une panne de moteur et qui avait été interné s'est échappé et , est revenu la nuit passée à Paris, J Italie. - Berlin 25. (Wolff) - Le plan de guerre, . Dan3 les cercles militaires Italiens on déclare que la direction des opérations militaires a abandonné leplan d'une trouée des positions deGôrz par une attaque en flan. Par contre leplan d'une offensive par la vallée de la « Drau > a été adopté. . Milan, a5 août. — Conseil des Ministres. — On annonce de Rome qu'un conseil des ministres qui a duré 2 heures s'est tenu hier mardi. Turquie. — Constantinople, 24, (Telégr.) : Un avion ennemi a survolé la ville d'Adana (au golfe d'Alexandrette) et jeté une bombe qui esl tombée près d'une maison. Deux femme» furent blessées. Les dégâts matériels sont insignifiants. L'aéroplane revint l'après-midi, maifl s'éloigna après quelques tours. j Angleterre. — Mort d'un général. — (Télégr.) Le général de brigade anglais Baldwin est tom- L bé dans les combats aux Dardanelles, ^PREMIERE'lNN@r N" f, ï 15 ëért Urnes JEUDI §6 ÀÔfTf lOïlT ,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le télégraphe: journal quotidien d'information belonging to the category Gecensureerde pers, published in Liège from 1915 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods