Le télégraphe: journal quotidien d'information

638 0
30 October 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 30 October. Le télégraphe: journal quotidien d'information. Seen on 18 September 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/n00zp3wp39/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LE TELEGRAPHE QUOTIDIEN LIÉGEOIS ^ INFORMATION PRIX DES ABONNEMENTS 2 mois (Novembre, Décembre) 6 fr, 1 mois (Novembre) ...... 3 fr. Les demandes eCabonnement sont reçues exclusivement sar les bureaux et les facteurs des pestes. Les réclamations concernant les abonnements doivent être adressées exclusivement aux bureaux de poste. Rédaction ot Administration t RUE de la CATHEDRALE, 37, LIEGE BUREAUX OUVERTS DE 8 à 5 H. TARIF DE PUBLICITE : Eb sont L» diauasfct Petites annonças . . «... 1.00 1.3S Réclam* 2.50 8.00 Aria de sociétés «t effloiera ministd*. 2.00 2.00 Avis ûnancfaer» 4.00 5.00 Kéorologio 8.00 8.00 Chronique lec&la ........ 6.00 6.00 La réponse de l'Autriche à M. "Wilson L'impression en Allemagne La Turquie demande la paix Le réveil de la Roumanie Communiqués :g[ v. t ALLEMANDS Berlin, le 28 (soir). — Pas de grands combats. De violentes attaques partielles ennemie® ont échoué au eud de l'Escaut, au canal de l'Oise et dans le secteur ils la Souche. Berlin, le 29. — Théâtre de la guerre occidental.— Groupe d'armées Rupprecht de Bavière : Dans la vallée de la Lys, nous avons repoussé des attaques partielles ennemies près d'Olsene. , De forts détachements ennemis qui cherchaient à miL.ndre la rive orientale ne l'Escaut, au nord-ouest de Condé, ont été repousses à la contre-aJtaque. ! Au sud de l'Escaut, de fortes attaques anglaises ont pénétré passagèrement dans nos lignes, près de HFamars. Le régiment d'infanterie n° 170 dirigé par le capitaine Kreuzer a complètement repoussé l'ennemi. ' La 7e baUerie du régiment d'artillerie de campagne n° 71 de la batterie u« jS de l'artillerie, et l'infanterie ont pris une grande part au succès. A l'est d'A rues, nous avons repoussé des attaques < partielles ennemies. L'ennemi a continué h détruire les localités situées dans et à l'est de la plaine dt l'Escaut. Valenciennes subit également un tir intense de l'artillerie ennemie. Groupe d'années du Kromprinz: Des attaques fran-■çdses contre le canal de l'Oise, entre Estreux et Lesquelles ont échoué sous nos tirs concentrés d'artillerie. De faibles contingents qui avaient passé le canal .pnt été refoulés en contre-attaque. t A l'ouest de Guise, des attaques ennemies n'ont pu se développer sous nos feux. Dans le secteur de la Souche, de pari et d'autre de la route Laon-Marle, des régiments de Posen et de la Prusse orientale ont repoussé à l'aube de fortes at-[taques de l'ennemi. ? Groupe d'armées von Gallwitz. — Entre l'Aire et la Meuse, activité intermittente persistante de l'artillerie. Nous avons abattu, ces deux derniers Jours, 49 avions et 3 ballons captifs ennemis, jTf~ AUTRICHIEN Vienne, le 28. — Théâtre de la guerre italien. Dans les Sept Communes, l'activité militaire des adversaires s'est bornée hier à quelques attaques qui furent iepoussées. A l'est de la Brenta, ta grande bataille fait rage sur un front de 60 km. Dans les montagnes entre la Brenta et le Piave tous les assauts ennemis bien ;<ju'exécutés avec de grandes forces, ont encore 'ëchoué. Le pic au sud de Fontana Secca a été repris contre-attaque par nos braves qui ont capturé un 'çrand nombre des défenseurs. Au Piave, après une vive préparation d'artillerie, uns attaque ennemie s'est produite pendant la nuit du 27. Dt talbles détachements ennemis ont réussi à prendre pied sur la rive gauche du fleuve. Ils ont été »>■ j/cïUo. Près de Bigolino et de Vldor nos U» ont empêché l'ennemi de passer le fleuve. En aval de Vidor, l'ennemi a réussi h passer avec des forces assez importantes. Nos troupes ss sont opposées en contre-attaque. En fin de journée, ou luttait dans les villages de Moriago et de Sernagiia. Des tentatives de passage : des Italiens vis-a-vis des pentes nord-est du Mon-: tsllo, sont restées vaines. - De Papadopoli, les Anglais se sont avancés Jusqu'à Tezzo et San Polo di Piave. L'irruption profonde de 2 à 3 kilomètres a été enrayée pas à pas par nos troupes. De nouveaux combats sont engagés depuis ce maUn au Piave. Théâtre de la guerre des Balkans» — Près d'Ales-slo, à la côte d'Albanie, combats d'arrière-garde. A la moyenne Drina, ii y a eu des engagements entre nos arrière-gardes et de fortes bandes. La retraite de nos troupes n'a pas été entravée par l'adversaire. Lt contact n'existait plus hier qn'à Kragujevac. |gp;, . ; ANGLAIS , *" Londres, le 27.— Hier soir, après un violent bom-. barderaent, l'ennemi a exécuté, à la ligne du chemin j de fer au nord-ouest du ^uesnoy, une contre-attaque ; ttvec de grandes forets contre nos positions. L'attaque fut entièrement repoussée, et l'ennemi subit de lourdes «pertes sous notre feu de mitrailleuses et d'infanterie. Ce matin, l'ennemi a exécuté une violente contre-attaque précédée d'un violent bombardement contre nos positions près de Englefontaine. 11 a été repoussé en abandonnant un certain nombre de tués. Nos positions ont été entièrement maintenues. L'après-midi, 4ina autre contre-attaque contre nos positions près d'Artres a été également repoussée avec de lourdes .pertes pour l'adversaire. Nous avons fait des prisonniers au cours de renconttes de patrouilles. il M" ITALIEN Rome, le 27. — Dans la région au nord-ouest du massif de Grappa, les combats ont continué hier avec U même violence. On a combattu avec acharnement dans les terrains corqui» la veille. Finalement .nos braves troupes se sont maintenues, en dépit de toutes les contre attaques. En quelques points leurs positions ont même été étendue*. Au cours des dernières 24 heures, nous * avons capturé 47 officiers et 2102 soldats, A la plaine d'Asiago, nos patrouilles ont mis en fuite des détachements de reconnaissance ennemis, i Au Monte Grappa, l'activité combative s'est bornée à des attaques ennemies dans la région de l'Asolone, du Pertica et du saillant du Solarone. L'ennemi a été repoussé avec de lourdes pertes. Nous avons fait 512 prisonniers. Au Piave moyen, l'activité combative a considérablement augmenté. Hier nous avons pris entièrement Grave di PadapolL Mous avons fait prisonniers 351 soldats. De fortes attaque ennemies dirigées principalement contre les forces anglaises ont été repoussées ; i la contre attaqua - "ZJi" ' Le " Samatra Poat „ raconte q«'à Pandjong-Poura, un malais t'est trouvé dernièrement en face d'un gigantesque boa-conctrictor, qui, i sa vue, se dressa pour l'attaquer. L'indigène, qui ne perdit paa un instent son sang-froid, tira son p.arang (grand oonteau très c&'té qtw les Malais portent toujours Bar eux) et d'un coup, porttf de toutes ses forces, traacha la tête du monstre qui s'apprêtait à le broyer dans une étreinte mortelle. Le boft'conctrictor mesurait 6 1/2 mètres de long •t avait 50 centimètres do circonférence j sa tête rseele était lo«£u* de 35 centimètres. jjg& f, ■ - V,- La confédération générale des syndicats chrétiens •t libres de Belgique comptant 110.000 membres ▼lent de créer au Havre une école industrielle belgo ^estk^o spécialement au* ouvriers et employés. Réponse de l'Autriche-Hongrie à M. WILSON Le comte Andrasay, mlnis're flo3 affaires éirangères, a chargé bier le ruia's ro fTAniricIie-IIougrSe à S.ccliîio'm ils piler lo gauvcrseme^l royal suédois de transmettre an gouvernement des Etats-Unis la réponse suivante à la usie t2a 18 octobre de M. Wilson: s En réponse à la cote adressée le 18 octobre par M. Wlison an gouvernement austro-hongrois et en vertu tfti désir t.Hc 1e Président a expriisé Ce traller séparément avec lui d'un armistice el de la paix, le gguYîrqeiuenl ouslro-iiongrofo a i'iionneur dt déclarer cjn'il attè&e, de même qu'à s:s précédentes maniJcslatisus à la conception cenlenue tizni sa dernière note relaiiveaiest aux U'oils des nalianaXes de k'Aulr:cU>II;ngr;e, spécialement des Tchèques-Slovaque* et des Jouge-S laves. L'Amritàc-IieugrïC ayant de la sorte ac-ceplé toutes les conduisons pjs- .ucJes le Président a s^Iisrdscné les Bé^oeSallona d'armistice et de paix, le gravernement assiro-bOBgrois cslime qti'.l n'existe plus aucun obstacle qui empêche (Tcuvrir ce.i négociations. Eu consé(picncc, il se déclare prêt, sans aitendre le résultat des pourparlers engagés par ailleurs, à négocier la coac oôion de la paix enl:e l'Anlricbe-IIoEgrle ol ses ennemis et celle d'un armistice tmmédlal sur tuas les fronts des arasées auslro-hergroiscs. 11 prie le Président de prend.e les dispositions que cette ouverture de négociations ceai-porle. » ii; IMPRESSION EN ALLEMAGNE T' La * Gazette do Qologne » écrit : « La note du oomto Andrassy marque une so^uinis-sioû complète à la volonté du Président v.!— Hî-aIo-u iii^. ^ écroulement tle lu t. grie succède à celui de l'Aulricho. L'Autriclie-Hongrie se séparo de son allié après quatre années d épreuves communes, eest line seconde Bulgarie. La note d'Andrassy aura pour oonséquonce de faire disparaître chez nous certains égards que nous avions pirnr elle. Pour nous, qui serons désormais seuls, rien n'est plus nécessaire que do nous grouper pour soutenir le gouvernement de 1,Empire. » LaTurquie demande la paix Berne, le 28. — La légation turque annonce : La légation turque à Berne a transmis aux ambassadeurs de France et d'Angleterre une note demandant un armistice et la paix. Cet.e note est confirmée par celle adressée à M.Wilson par le gouvernement de ïalaat-Pacha. Informations et Arrêtés ReJcvé, saisie e! prîx maxima Ciqs osiers et écorce3 d'osier. (Suite voir uotro n« d'kter). L'omission de Sa déclaration sera punie de l'expropriation immédiate des siocks non déclarés. Art. 2. — Saisie. — Tous les osiers ot écorces d'osier mentionnés à i'arlice 1er, peu importe qu'ils soient sur pied ou coupés, sont saisis en vertu du présent arrêté. Par suite de la saisie, il est défendu soit de modifier les dits stocks, soit d'en disposer, notamment de les céder, de i<^s travailler ou de les utiliser pour l'usage personnel) du détenteur, soit "de les Lanj-porter dans d'autres communes, à moins qu'on n'agisse en vertu d'une prescription spéciale. Nonobstant la saisie, la récolte des produits qui en sont frappés, reste perinfse à la condition que toutes les cultures soient ménagées ainsi qu'il' convient. Toutefois, la cuisson, la décortication et le fendage des osiars sont subordonnés à uno autorisation spéciale do la « Rol^stoff-yerwa 14ung .stelio der Abteilung fur llan-dei und Gewe^be >, 30, avenue do la lie-naissance, à Brussel'. Art. 3^ — Interdiction d» défricher. — II' est expressément interdit de déiricher Jes oseraies existantes et de les remplacer par d'autres cultures. Art, 4. — Traitement à faire subir aux osiers. — Les propriétaires, régisseurs et fermiers d'oseraies ainsi que tous autres détenteurs sont obligés de couper leurs osiers, ainsi qu'ifc convient, immédiatement après la chute des feuilles. Les osiers qui n'auront pa; été ccupés .e l*r mars 1919 au plus tard, seront expropriés sans autre formalité, à moins que des raisons plausibles n'aient emr>îcJié do procéder à la coupe dans te délai prescrit. Les osiers coupés, mais non décortiqués, doivent être assortis selon leurs longueurs, liés en bottes de 1 métro do circonférence et séchés sur des bois do support. L'é-eorce provenant do ia décortication doit être, d'une façon rationnelle, sécbôe, bot-telée et emmagasinée À l'abri de l'humidité. " . ' sry~~ " Après le départ de Lodeedorff De la < Gazette populaire de Cologne > : C'est avec un étomiement douloureux que le peuple allemand a appris la démission de Ludendorff. Quelles que puissent être les causes qui ont amené ce.te retraite, elles seront certainement de naluro telle que Ludendonf apparaîtra dans l'histoire comme un hommo d'action, au qarac^ère droit, tel qu'il s'est toujours montré, à nos yeux. » Le < Lokal Auzeiger> et la. «Gazette de 1a Croix» estiment que la démission ; du général Ludendorff est une victoire de la politique. Du «Lokal' Anzeiger»: * Il importe,en. ! ce moment surtout, que nous gardions j tout notre calme et notie sang-froid. Comment, en eifet, se présente ia situation'? Si nous acceptons d avance les conditions de l'armistice, nous serons, aux termes de la déclaration de M. Wilson lui-même, réduits à l'impuissance et hors d'élat de refuser ensuite de nous plier aux conditions de paLx qui nous seront dictées. Nous n'avons qu'un parti à prendre. De même qu'il' nous est impossible d'accepter des conditions d'armistice que nous ne connaissons pas, il nous est impossible de reiaser les conditions de M. Wilson avant qu'il1 les {ait énoncées: ce qu'il faut par conséquent, c'est exiger de M. Wilson qu'il nous lasse connaître le plus tôt possib.e quelles sont ses conditions, de sorte que ie gouvernement puisse les examiner et déciuer s'ili les acceple ou s'il les rejette. M. Wilson nous fait entrevoir que ses conditions seront acceptables si nous consentons à nous plier à certaines exigonces qu'il' laisse sous-en-tendre et qui ont trait à la personne do l'Empereur, Malheureusement, il s exprime à cet égard encore en des termes si vagues que nous courons le risque de voir sombrer tout co qui nous est cher, y compris notre honneur. » De la « Gazette de Cologne » : « Selon toute vraisemblance, le geuéral Ludendorff est parti parce que, lui présent, l'ancien et le nouveau système de gouvernement devaient fatalement et vivement se heurter au point d'annihiler les effets de sa collaboration. Il est possible aussi qu3 les nouveaux dirigeants de la démocratie ^ient exigé le départ de Ludendorff, do manière à pouvoir démontrer clairement par là que l'ancien régime était bien mort. Ludendorff, en effet, était l'incaruat^on de ce régime dans ce qu'il av,ait de bon comme dans ce qu'il avait de mauvais. Aj>puyé sur des sucoès militaires presque laouleux, il a pu croire, no trouvant p^s dans jf gouveruemeiil civil- l'équivalent tit; soa énergie el de son esprit de résolution, qu'il1 était de taille à prendie en m,ains les rênes de la diplomatie et de la politique intérieure. Il serait malaisé de dire dès maintenant s'ili ét^it à la hauteur de la formidable tâche de mener en même temps à bien les opérations de guerre et le gouvernement du pays. En tout cas, ses tendances ont provoqué dans notre vie publique ua déchLe.nent fatal qui n'a pas concurru à l'union du peuple devant l'ennemi. On mande de Berlin au même journal: « Ii ne peut exister* de doulo, et les commentaires de la presse n'en laissent d'ailleurs planer aucun, que ia retraite du générai Ludendoni est un corollaire de ia modification do l^a Constitution et que cest la direction de la politique de 1 Empire qui est intervenue dans l'a diré de façon décisive. Il est cerîain aussi crue l'étranger attribuera à cet.e retraite des raisons politiques ot qu'il y verra le résultat des décisions fondamentales et définitives prises hier par .e Reichslag. Ces décisions fournissent à M. Wi.soa les garanties constitutionnelles indiquées d^ns sa note, nous sommes maintenant endroit d'attendre avec confiance que l'on nous pose les conditions de l'armistice et non pas celles d'une capitulation. De leur côté, nos ennemis doivent tenir pour certain que le peuple et le gouvernement allemand n accepteront pas plus une capitulation sans conditions que ne l'acceptera l'armée, dont précisément il éclate aux yeux depuis quelques jeurs que la force n'est pas brisée et qu'elle est résolue à repousser une capilu aiion ^ussi énergiquement qu'elle repousse les assauts ennemis. La voie qui doit nous conduire à un armistice prochain, puis à la paix à laquelle aspirent toutes les nations belligérantes est donc clairement indiquée: c'est la voie des conditions acceptables. Elle serait barrée si l'ennemi voulait exiger do l'Allemagne qu'elle se rende à merci. On n'est pas encore éclairé sur l'attitude que 1* Angle terre, la France et l'Italie ont adoptée à l'égard des quatorze points du programme de M. Wilson, qui constitue la plate-formô sur iaqneLo doit être construite la paix Rar lo Droit, Le successeur de Ludendorff La « Gazette de Francfort » annence d3 bonne source que le successeur de Ludendorff serait le général von Lcssberg. Jusqu'à ïeur livraison, les siocks d'osiers et d'écorces d'dsier doivent être conservés et traités avec tous les soins requis. Après la coupe, en doit, en temps utile, sarcler les oseraies et y procéder aux travaux nécessaires à leur boa entretien.Art. 5, — Exceptions, •— Seule, la « Rohstorfverwaltungsstelle der Abteilung fur Handel und Gewerbe > à Brussel, 30, avenue de la Renaissance, a lo droit d'autoriser des exceptions aux prescriptions des articles 2, 3 et 4 ci-dessus. A cette fin, elle se sert d'une formule imprimée et officielle qui doit ctre revètuo du timbre de service de Abteilung fur Han-del< und Gewerbe # et signée par un des fonctionnaires de cette administration. »iuvrgj j L'Indépendance hongroise I MANIFESTATIONS l udapest, le 27: Cet après-midi, le pnï ti- socialiste a organisé, devant les bâ-tim mts du Parlement, une réunion à la-qutrîie assistaient cent mille personnes. Plu,.leurs membres du parti Karolyi ont prononcé des discours enflammés en faveur "d'une conclusion rapide de la paix et le la fondation d'une nouvelle Hongrie démocratique. Tous les orateurs furent Foliiet d'ovations enthousiastes. Des cortèges d'ouvriers et d'étudiants, chantant de hymnes patriotiques, ont parcouru les rues do la ville. L'ordre n'a pas été troublé. Le réveil de la Roumanie Q-t mande de Czernovitz k 1a "Nouvelle Presie u/L " Des troupes roumaines ont envahi la Dobroud-ch?. Les Roumains ont décidé de jouer leur va-tout et cro.. nt qu'il y a une chance sérieuse de voir le# me ification» du régime en Autriche et les intentions séparatistes' de la Hongrie favoriser la naissance d'une Gfi ide Roumanie. L'apparition des Alliés à la fron-tièr de la Roumanie a poussé même les éléments roi> nains les plus réfléchis à se rejeter dans le tour-de la guerre. Ce sont les nationalistes qui sont les naîtres eu jour. Le mouvement en Russie LF> INTERETS BELGES EN UKRAINE oeff, le. 27. — Les intérêts belges en Ui. -aine, qui sont très considérables, sont eu: liés, depuis le départ des consuls bel-i ge ,ù M. deMuyser, sujet luiemb-urgeois. Les événements en Bulgarie LA DEMOBILISATION. 1 errie, le 28. — Le quartier général an-gb • > en Macédoine annonce que 1a démo-bil sation bulgare s'accomplit sous lecon-U*o.e des troupes britanniques se trouvant eu territoire bulgare comme troupes doc-eu, atuou. Les transports sont rendus très diî.iciles par suite des pluies continuelles. Entre les notes ' Les v«oaditio2î8 d'armistice ! - .dres, le 27. — Le " Times # mande de Paris : Le J .ouseil de guerre interallié ix Pari» a terminé . soir ses discussions. Les décisions ont été " IruTsuiiBe» aux gouvernements aiiiea. On ne Uotl u-i s'ailendre à la publication des conditions d'armistice avant le début de la semaine prochaine. Chez les socialiste» français Amsterdam, le 28. — Havas, La C. Q. T., la Ligue des droits de l'Homme, ta Coalition républicaine et le Parti socialiste ont lancé un manifeste qui approuve chaleureusement la réponse de M. Wilson à l'Allemagne.La réponse de M» Wilson au Japoa Londres, le 28. — Reuter mande de Tokio. Dans les sphères officielles, on approuve entièrement la réponse de M. Wilson à l'Allemagne. La rédaction de la note Berlin, le 28.— Contrairement à d'autres Informations, la note-réponse allemande n'a été envoyée que hier. On a jugé nécessaire de faire dans le texte quelques changements sur lesquels la cabinet de guerre s'est mis d'accord hier seulement. A l'Extérieur AUTBICHK-fi£ON£5US LES DEPUTES ITALIENS Vienne, le 28. — Les journaux annoncent: Tous les dépuiés italiens d'Autriche ont renoncé à tonner des conseils nationaux. Ils ont consîiué une commission économique et décidé d'envoyer en Suisse une députation chargée de se nietire en rapport avec i'iialie ot l'Amérique pour résoudre les questions économiques., x LA CRISE MINISTERIELLE Vienne, le 28. — L'Empereur a accepté la démisskm du ministère Hussarck et charge le oouseiller Lammasch do formel* ie' cabineL J __1 LES TROUPES RENTRENT. Vienne, le 28. —. Les troupes austro-hongroises ont été retirées du territoire polonais occupé. v ; FRANCE LE RETABLISSEMENT. DES COMMUNICATIONS La Haye, ïe 28. — On Irlande de Paris: Pour la première fois depuis quatre ans, un. train partira ce dimanche pour Lille. A partir d'aujourd'hui, un train de voyageurs circulet a régu.ièremont enxe Paris et Li]£e.. _ ( . ANGLBTE&KH ! 1 LES INDESIRABLES On mande de Londres: MM. Henderso» Camille Huysmans étaient venus à Folk este ne dans le dessein de s'embarquer pour ia Franc». Ua fonctionnaire de l'Association des marins et des chauffeur* anglais, qui les avait suivis, invita le personnel de la malle-poste à leur refuser lo passage. Ilu durent en oonséquence rebrousser che-t min et porter eux-mêmes leurs bagages,. les chauffeurs de taxis ayant refusé de les charger dès qu'ils connurent leur idei*-tité.M. Henderson s'en explique aujourd'hui. Il rappelle que 1a Conférence ouvrière JnteraîÛée avait nommé ju,ae commission saseœsœEîmssEï La situation est grave h Buda-Pesth Berlin, le 29. — Le « Berl. Lokal Anzeiger. annonce que la situation est très tendue à Buda-Pesth. On redoute des événements graves. Les rues principales sont barrées par la police. Des paLrouiUes militaires el de police circulent constamment en ville. , , i , Rendons à César... Berne, le 29. — Le correspondant du « Times > à Lima signale une violente campagne de ia précisé locale en laveur de ia rétrocession au Pérou des provinces de Tarna et d'Arica, cédées au Chili en 1889. dont MM. Thomas, Vandervelde et Gom-pei-s faisaient partie, chargée do convoquer après la guerre un congrès mondial des travailleurs. La nouvelle étant parvenue à Londres que M. Gompers était à Paris et quo la commission allait s'y réunir, MM. Henderson et Huysmans décidèrent d'y aller, M. Henderson voulant défendre devant la commission les vues du Congrès des syndicats anglais et du Comité exécutif du Labour Party. Interrogé au sujet des raisons invoquées par les marins pour leur refuser le passage, M. Heuderson répond qu'ils n'hésitèrent pas à dire qu"ils considéraient lo leader anglais et M. Camille Huysmans comme dos Pgçuts à la solde de l'Allemagne. , , j ; PHILIPPE D'ORLEANS : r i . i ; EST SOUFFRANT Genève, le 28. —i Les journaux parisiens annoncent que le prétendant au trône de France, Philippe d Orléans, qui se trouve actueiiemnt à Londres, est atteint gravement de pneumonie ^ { VOYAGE MINISTERIEL.' !.!□ La Haye, le 28. — Reuler mande de Londres:' Lloyd Geoi'ge et liai four sont partis pour là France accompagnés d'officiers de la flotte et de l'armée. il' ! ! !- : I I : I • ' SVK1E LES ANGLAIS OCCUPENT ALEP. Londres, 1e 28. — Le « War Office » communique que do la cavalerie et des tanks auglais ont occupé Alep le 26 octobre au malin, après avoir surmonté une faible résistance. On n'a pas encore reyu do nouvelle relative à la prise du point de cror-^ment, de ctienaîn f'e f^-r situé i\ 6 milles au iwrd d'Alep, mais on suppose que les Turcs ne s'y défendront pas. L'activité du Comité National Lo Comité National de Secours et d'Alimentation prépare un rapport d'ensemble sur ses actes et son activité pendant la guerre. Ce rapport sera publié aussitôt quo les circonstances le permettront. Mais à raison du système de décentralisation qu'il' a appliqué, surtout durant ses premières années a'exislenco, lo Comité National' ne possède pas la documentation nécessaire pour exposer, avec exactitude, ce qui a été fait par le«s comités provinciaux ot locaux. C'est pourquoi des instructions viennent d'être adressées à ces organismes pour qu'ils rédigent _ un compte-rendu complet de leur activité. Afin d'arriver à un ensemble complet, il a été prescrit aux intéressés de diviser leur rapport en qua.ro parties décrivant: l'organisation générale et le modo de constitution, les limites des régions relevant du Comité provincial et de chacun des comités subordonnés, l'activité du département d'a.imentation, celle du département < Secours » et enfin celle des services financiers. Le ravitaillement de la Belgique, pendant la guerre, est une des œuvres les plus intéressantes de celle période si riche en événements. Les résultats qu'il a donnés ont dépassé ce qu'on pouvait espérer à l'origine, disent les dirigeants du Comité National, qui néanmoins s'attendent à ce que dos critiques s'élèvent contre leur gestion, t/est pourquoi, prétendent-ils, le meilleur moyen d'y répondre, c est Je dire sincèrement, complètement et clairement ce qui a été fait et les motifs des mesures qui ont été prises, t • , Dans la marine belge On mande du Havre. — Uu récent arrèté-loi impose à tons les navires battant pavillon belge l'obligation de posséder des installations de télégraphie sans fiL Faute de se conformer à cette prescription, dont l'impérieuse nécessité ne se discute pas, la licence de navigation ne pourra plus ienr être accordée. Cadeau d'archiiniîlionnaire M. Henry Ford, dont on se rappellera la tapageuie campagne pacifiste, a offert au roi Albert un cadeau destiné à la Belgique, qui 3c compose de dix grands tracteurs Ford, avec les charrues et herses accessoires. Ces machines se trouvent déjà derrière le front des AJiiés, où les soldats belges eu congé peuvent se familiariser ayee leur maniement Chronique locale RECITAL BETET. — L« pianiste M. Léopold Betet sous informe qu'à raison d'une indisposition il ns saurait donner son concert jeudi. Force lui en est d'en postposer la date.Sous peu une date sera définitivement fixé» et publié! d«a» le 'Télégraphe., La chute du militarisme Berlin, le 29. — Le « Berliner Tage-* blatt» annonce de Lugano: L'c Avanti », constate que le gouvernement allemand, en élargissant Lîebknecht et Dittmann, û consacre la chute du militarisme,. , A la Chambre espagnole Berne, le 29. — On mande do Madrid? Les députés des partis de gauche, qui avaient résolu de ne plus siéger aux Cor-, tès depuis le vote de la loi sur l'espion* nage ont décidé de reprendre leur p'.aca au Parlement lors do ia, réouverture de la Session,. ■ ;. ' ' ' : AU TRIANON. — Pour cette semaine de Toussaint la direction de notre première scène d'opéra a composé un programme digne des plus grandes villes. Tout d'abord, pour ce mardi, on nous annonce "Guillaume Tell„, avec le ténor Génicot, d$ l'Opéra--Comique de Paris, dans le rôle d'Arnold, où il excelle et qu'il chanta naguère au théâtre du Manège avec le succès que l'on sait. Passant dans un domaine moins sévère, la troupe d'opérette donnera mercredi et jeudi la délicieuse œuvrette d'Audran, "Gilette de Narbonne dans laquelle la délicieuse Meg de Cock porte le travesti gris perle, au 11, avec une grâce si exquise. Pour vendredi enfin, jour de ia Toussaint, la direo tlon a exhumé du répertoire de Jacques Offenbach une de ses j)lus spirituelles productions, Madame Favart,, dont les célèbres couplets "Quand il cherche dans sa cervelle...,, chantent dans toutes les mémoires. "Madame Favart, se donnera en matinée et * Mignon „ en soirée, réunira la fouis des grande jours. t, , } j Les âaniet et jeunes filles qui désireol poursuivre des études commerciales ce les entreprendront pas sans avoir fait vK site et demandé des renseignements à L'ECOLE CEN i RALE : ji 7, place Cathédrale, 7, Liège T"! ! MAISON CAMBRIOLEE. — La maison d« M. Joseph, quai de l'Industrie, 18, a été visitée la nuit dernière par d'audacieux cambrioleurs. Le buin qui est évalué à plus de 5.000 fr., se compose de plusieurs centaines de bouteilles de vin de Bordeaux, d'objets de valeurs et d'argenterie. <h.) MfllaHinc p««»; Barbe, Plaies variqueuses; guéries ifiûiûUlCO pdr pommades Dr WILLE. — Dépôts : LJ6Sa PùarmacU» GOOSSKNS ; Huy- : Pùaruuoie LAWALRÉF). ÎMW POUR LES ŒUVRES. — On nous communique; Le cercle dramatique " La Pensée „ organise le vendredi ltr novembre au Casino de l'Union rue SaiaS Léonard, à Liège, une grande soirée de bienfaisance. Au programme ie gros succès " Les deux Gosses m drame populaire en 7 tableaux. Dix pour cent ^ recette sera versec au cercle * Les amis de la cîiau-^" son , qui patronne différentes œuvres de guerre. Nui doute que la salle du Casino de l'Union sera trop petite ce jour là pour contenir les amateurs de belles soirées. AUX ŒUVRES. — Chaudières pour soupes communales, toujours disponibles eu magasin. Déni. Catalogue gratuit, Habita et (jiliard, rue de Huy, 2, Liège jlt. tJoO) EN PROVINCE HERSTAL. — Pieuse manifestation. — Les membres du secteur de la Croix Rouge de Herstal son; Informés qu'il y aura une visite des tombes le 1" novembre prochain, au cimetière de Rhées. Réunion au Pont de Wandrc à 10 1/2 heures. Line heureuse mesure. — Notre population vient d'etre gratifiée d'une distribution importante de pommes de terre : 20 kilogs par personne et l'on nous annonce encore la même quantité pour la semaine prochaine. C'est chose heureuse, mais hélas I combien dt ménages qui doivent retirer un certain nombre de ces rations, ne disposant pas des fonds nécessaires l Le comité da secours a pris .à cet égard une très louable inidative : les secourus, qui, par suite du manque de fonds, ne pourraient enlever leurs rarions de pommes de terre, sont avertis que le comité local de secoua rue de la Chapelle, leur fera l'avance né* •cessaire. Se présenter au local à partir du 22 couranf, à 8 heures du malin. C'est très bien-, pour les*secourus. Mais combien n'est-il pas d'autres personnes qui ne sont pas assistées et qui se trouvent fortement embarrassées pouf retirer leurs râlions ? Le comité du ravitaillement communal ne pourrait-il examiner la question e! accorder quelque facilité à ces familles ? x. v. PRAYON-TROOZ. — Au Casino. — On nous communique : Après sa brillante interprétation de " La Tosca„, le cercle "Caritas,. dont la renommée n'est plus à faire, et le cercle "Les Eburonsw, d'£mbour& qui, maintes fois déjà, s'est fait applaudir dans ses exécutions de "Li MarU„,se sont mis gracieusement à la disposition du " Calumet-Club , pour sa grands matinée du 3 novembre. Nous ne doutons pas que le renom de ces deux sociétés n'atlire grande affluence au coquet théàrre du Casino. Que les amateurs se hâtent de retenir leur place, car eiles s'enlèvent rapidement. OUGREE-SCLESSIN. — Conseil communal. — Le Conseil s'est réuni vendredi soir. M. ls Bourgmestre étant absent, M. l'Echevln Morren préside. Sont présents : MM. Moren, Hans, Tihange, Gieicn, Ansay, ! Depierreux, Baly, Jamart, Maurer et Ourieux. Le Conseil a admis le principe d'accorder des fn-demnités de vie-chèrc aux Bourgmestre et Echevlns ; une somme sera portée au budget à cette fin. On accorde, aux conditions d'usage, des terrains dans les cimetières. Le Conseil crée un nouvel en?- ' prunt pour faire face à l'augmentation croissante des 1 dépenses et accorde l'autorisation de continuer a j percevoir les taxes et impositions communales ea cours de perception, puis il procède à l'examen des budgets pour les services généraux, de l'électricité • ds la voirie et de l'instruction publique, lesquels sont; approuvés. Nous donnerons prochainement quelques chiffres intéressants concernant le budget : nous nous borne» ] rens donc pour le moment à signaler que de nom? J breux postes ont dû être considérablement majorif • par suite de l'augmentation des traitements et du; prix des matières premières nécessaires aux travaux, publics et à l'instruction. Le comité local de secours j ayant avisé le Conseil qu'il était disposé à augmente? ] le taux des secours aux indigents à condition que la ^ Commune Intervienne pour sa quote-part dans ls î dépense nouvelle à en résulter, nos édiles ont égale- J ment porté au budget la somme nécessaire pouf ) pouvoir satisfaire à cette demande; tout noschOiaeurs e'cg réjouironfrec nous,- * ° ^ Quatrième année - N* 291 Edition A B C1 se LE NUMERO : 15 CENTIMES ^ Mercredi 30 Octobre 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le télégraphe: journal quotidien d'information belonging to the category Gecensureerde pers, published in Liège from 1915 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods