Le télégraphe: journal quotidien d'information

701 0
23 October 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 23 October. Le télégraphe: journal quotidien d'information. Seen on 22 September 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/j678s4kf1k/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

PRIX DES ABONNEMENTS 3 ms!» (Octobre. Nsvtnlbre, Déctrabrf) 9 fr. 1 m*ls (Ociobrc) . . . . • « i fr. Les demandes cCtbonnurtni sont reçues exclusivement onr les bureaux et tes facteurs des pestes. Les réclamations concernant les abonnements dolrent lire adressées exclasti'emsnt aux bureaux dt poste. LE TELEGRAPHE QUOTIDIEN LIÉGEOIS P'INFQRMATION Rédactiea et Admiaistratioa i RUE de la CATHEDRALE, 37, LIEGE BUREAUX OUVERTS DE 8 à 6 H. TARIF BE PUBLICITE: Ha 5»iTl Tj9 4126«3*4 >«UIm tQDonoa* . . .... 1.00 l.dS ftéc'.ame . , . . 8,60 8.00 Afis ri» sooiâ;i< «l «aicio:» midis'-*. 2.00 8,00 Avu flaaoclfrra 4.00 6.00 rfficrologio . . 4 ( i t . 8.00 8.00 Ctn-ODiqiid locale 6.00 6.1D0 La réponse allemande à la Note de M. Wilson Communiqués ALL£S1AM)S Berlin, te 21 (soir). — Aux fronts de combat, l'en-n«tni s'est borné à des attaques partielles qui ont été r?pous»ées. Notre contre-attaque contre tes hauteurs occupées pat l'ennemi sur !a cive orientale de l'Aisne, des deux côtés dt Vouzier*. fait de bons progrès, Berlin, te 22. — Tîtéàtça dt ta guette occidental. Croupe d'années Rnpprecht die Bavière. — Combats infanterie à la Lys et à l'Escaut A-plusieurs reprises l'ennemi a cherché à franchir tes fleuves ail moyea de petits ou de fort» déUchements. H avancé contre nos lignes au nord de Caur-îraf au moyen de tanks et au sud de Cotirtrai bu woyen de torts détachements. Partout II a été repoussé avec beaucoup de pertes, Le vicc-wachtmeister-Mllle de la 9* batterie du réfilment d'artillerie dt campagne rP 221 a détruit icfl 6 fanks ennemie. Les Anglais ont placé des mllrallicuses sur ta tour de l'église de St-Amand que nous avfcfis préservé. L'ennemi n'a p?S renouvelé ses attaques des deux sôtés de Soletmes «t de Le Cateau. Au cour3 d attaques locales nocturnes» U ferme de Amirval est restée aux mains dt l'ennemi. Groupe d'années du Kronprlnz. — Des attaques française» décianchées Ce matin entre Gise et Serre et, l'après-midi, sur Un large front, entra l'Oise et la Serre, ont échoué Au nord-ouest de Mesbftcpurt, des troupe3 sllé- i siennes ont effectué une conlrë-attaque couronnée de succès. Sur les hauteurs de l'Aisne, il l'est de Vouzlers, les violents combats ont continué. Des régiments Wurtembergèols coopérant avec des prussiens et des bavarois ont repris â l'ennemi par «es contre-attaques les hauteurs situées à l'est de Vasdy. entre Ballay et Chfstre et au nbrd de i-alaise et s'y sont maintenus malgré de violentes contre-attaques d* 1 adversaire. A l'est cfDlizy, une attaque locale ennemie a échoué. Groupes d'armées von Gallwllz..— Après une violente préparation d'artillerie, les Américains ont attaqué au nord de Somerange et, sur un plus large froni des deux côtés da Batneviile, Les attaques de l'ennemi ont éciaoué sous notre feu et devant nos contre attaques. Les Américains ont essuyé à nouveau de lourdes pertes, particulièrement par le feu de nos mitrailleuses et de notre infanterie. Mous avons abattu quatre avions qui faisaient parts» d'une escadrille comportant 8 appareils qui avait , attaqué tes villages de la vaiiée du Lhan, Ljg lieutenant VeHgen a remporté sa 33"? victoire aérienne. Théâtre de la guerre du sud-ouest — Au nord do Crusçvac et au Bukovlc; les attaques ennemies onl échoué. Quelques entreprise? victorieuses près de Trubarev "t i )9 M or*va méridionale. AUTRICHIEN Vienne, ie 21. — Sur le théâtre de la guerre en Italie, pas d'opération importante; Dés deux côtés d» la AWrava méridionale, nous avons repoussé des ettaques partielles serbes. Dans la montage, à fouest At ZttjcGa, les Serbes exefeent uns plu» torîe pression. raANCAIS Paris, le 21 à 15 h. — Nuit marquée par une assez Sranda activité d'artillerie entre ta Serre et l'Aisne, En Lçrralne et en Alsace, des 'ncurslons dans les lignes ennemies nous ont permis de faire des prison niers. Nuit calme sur le reste du front Paris, le 21, à 23 h, — Situation sans changement sur la front dû l'Oise. Entre l'Oise et la S^rr* nos troupes ont repris dans la matinée leur progression. A droite, eltça ont enlevé Mesbrecourt-Kèchecourt en faisant une cinquantaine de prisonniers. A gauche entre Sucy et Villeis-Le^Sec, nous avons également gagné du terrain en dépit de la vive résistance de l'ennemi. La bataille a été acharnée sur les plateaux à l'est 6$ Vouzlers, L'ennemi a contre-attaqué, à plusieurs reprises, avec d'Importants effectifs. Mûs troupes ont résisté à ton» les assauts et maintenu leure positions. Rien à signaler sur le reste du front. ANGLAIS Londres le 20. — Ce malin, à l'aube, no? troupes cm attaqué les posltlens ennemies sur la ligne beile-nord du Cateau, et ont franchi 1» fleuve en dépit d'une résistance considérable. Plus au nord, nqjrê marche en avant a ccnlinué après-midi et le soir. N03 troupe s ont achevé la compléta de Denr.in et ont RttdKtfaiiçnegéiiiraleHavsluy-flrUMdijnies-Homage- Srillon, Lk rédistance ennemie augmente â ce front Les trmiçi britannique» ont force le passage de la Selle cuire Le Cateau st Dcnain, ont pris les villages tlîués dans la vallée du Sotesmcs, et so sont fixés sur le plateau dominant la vaftie du Harpes. Nqus avons fait plus d» 2000 prisonnier» eî pris qiielques canons. Les combats livré» le 19 par las troupes belges, anglaise* «t américaines se trouvant sgus la commandera ent supérieur du Roi des Belge», ont continué à es développer. L'arméo belge a occupé Zeebruggc et Hçyat, a pris la ville de Bruge% a franchi le canal de Gand * Bruges et a atteint, avec son aile gauche, la frontière hollandaise. Avec son aile droite, «Jl» a gltelnt Aeitw à la rotrie de Bruges à Oand. Malgré une résistance acharnée, l'arméo française en Flandre» s'est emparée des hauteurs de TlTlelt où l'ennemi voulait barrer le» routes conduisant à la Lyt, akisi que du plateau et de la villa. Eli» a ouvert iacheinrn au 0* corps d» cavalerie qui s'est avancé contre la Lys. A la fin de la Journée, la ligne altelntepar l'armée française passait par LootenhulI% Vynckt et la Ly», yrè» d» Gotthem et VJelsbeke, La seconde armée anglaise a entièrement pris Couatrai *t a avancé son Iront de fl mHles à l'est de cette ville: elle a atteint, au sud, là route Courir»i-Totirnai et malgré fous la» ' obstacles, egl parvenu» dan» le voisinage d» l'Escaut Depuis le début de ces opération», lé group» d'armée» tn Flandres a tëptls* une avance da plus de 50 kilomètres sur un îroat d» 60 kilomètres, La côte da Flandres et la Flandre Occidentale sont eatièrem«nt libéré»». L» 20 octobre l'offensive du grogp» dl^rmée# en Flandre» a coatlimé, L'armé» belge »e trouve ectuel-1 ornent au canal et borne la frontière hollandaise à aoa aile gauche, glle a pria le point do croisement É» KaeaseJaere aln»l que Aallre, Adegem, Oeâefen «t rssl. Malgré lis inesdatious provoqaées par f« Alla-«anda, l'arméf française ea Belgique a franchi la Lys ai établi deux.tèle3 do pont, une entre Grain mens et Plteghem, l'autre près de Oygheirt Après avoir surmonté une violente rlsistanc»*nne-mte s t des difficulté» de Urraia, la nçoaéearm/f aa-|Hj£gLU g , Réponse de M. Wilson à l'Autriche-Hongrie i Noua avons publié hier en dernière heure un résumé de la réponse de M. Wilaon h l'Autriche. Hongrie. Voici aujourd'hui le document lu extenso : Washington, le 20. — Voici lo texto dp la réponse de» Etats-Unis h la note austrq-bon-groiso du 1er octobre, publiée à Amsterdam et dans d'autres yilles les 6 et 6 octobre, tel qu'il a été transmis par te département d'Etat au miuistr* de» affaires étrangères par l'intermédiaire du miïiîstro de ftnôde A Washington î Département d'Etat, .18 octobre 1918. I-' Monsieur, J'ai riionneuf^ tous accuser Réception dè votre note du 7 courant par iaquello voua transmettez une communication du gouvernement impérial et roval de l'Autriche-Hongrie an Président. J'ai éu» chargé par le Présiaent de vous prier de vouloir bien faire parvenir par votre g-oav^rneinent la réponse suivante au ffouvornemeiiî impérial ©t royal. Lo Président estime do apn devoir de déclarer au g-ouvernement »ustro-hongrois qu'il ne pout prendre en conaidération la proposition uctuelic du gouvernement à cause de certains événements de la plus haute importance qui, depuia la publication de son messag-o du 8 jnn-vier. eo sont produits e!» ont nécessairement modiliô rattilude et la retpousabiliié des Ktats-Unis. Parmi les conditions de paix formulées à ce moment par 1e Prôeidono se trouvait la sirivaute : Le^j peuple» de l'Autriche-Hongrie qui désirent voir leur place parmi les nations protégée et assarêe dloirtmt pouvoir en touto liberté disposer d'eux^mêmo^. Depuis que cette phraee a été écrite et prononcée devant le Congrès, le gouvernement des Etats-Unis a reconuu que l'iîitat de guerre éxiate entre lea Tchcques-blovaques, l'Empire allemand et l'JDmpire austro-hougrois, et que io Conseil national tchèque-slovaque est, par le fait, devenu gouvernement belligérant pourvu de l'autorité nécessaire pour diriger loa affaires militaires et politiques desTchèques-fclovatiuefi. Le gouvoriioment des Etata-Uni» a aussi reconnu pleinement la légitimité des aephations nationales des Jougo^lavea à la liberté» Lo Président n* dispose donc plu» do la libfcrfcô de "cconnaîîrc la simple «utoasmie ie ces peuples comme une base do paix, inabs il Cfrt obligé d'insister pour quo ce3 peuples mêmes, et npn lui, décident quelle action do la part âtt gouvernement austro-.hongrois suffira pour satisfaire leurs aspirations et leur conception de leura droit» e; de leurs destinées comme membres de la famille des nation». liecevez, Monsieur, J'assurance de ma plus haute considération, (S.) Iiobert LAN3INQ. Le mouvement révolutionnaire en Russie COMBATS DAI4S L'OUR.U." Shanghaï le 2(1 - Reulcr. - Dîmsl Oural $000 bol;çiî£wsles, qui su dirigeaient vers Iékâ^xinpnbo^r^, ont été battus par des Tcluico-ySlovaquos et des forces sibériennes qui les ont refoules; 1ÔJ0 lvolciiévis-»-3S ojil été tuc5s et H trains blindas, 11 locomotives cl fiO mitrailleuse^ captttrés, Les opérations au front ouest L'avance des Alliés I.'Agcnco RcuUu- mande de la frtmlièïe Itelge: Lu Jiiai'olie en aviuit dos Allies cil l-'laudi» est souvent leuiravée par lcî nom-biuux cour.5 d'eau <jtii silioililsrit lo pays. Dans sa reiraJle, l'ennemi a dcU-iut les ponts, qui doivent n;:lurcUement ûtro d'a-hord rétablis, lin outre, les chemins de fer isonl 1res sinueux, <k; sorlo qu'una araucc do 5 kik>inèùxs3 ù vol o oiseau nécessite en réalité ira» marcdvodo 10 kiiomèti-os. Malgré, cela, les Alliés tivancéut rapidement, il est évident que 1 avance d'une année Considérable ne doit pas être évaluée d'après les marches de l'infanterie seule, niais doit tenir compte de l'arrivée des provisions de toutes sortes; ce ravitaillement est rendu plus dift'ir.ile par les efforts que font les Allemands pour détruire les lignas de communication à l'arriére de ndtre Trout Biaise n fraitchl la Lys sur tout te frcnL L'aile droit» a atteint la lisière dû bols, à l'ouest de Pecq, dans la vatléc d, '.'Escaut. I.« front franchit la Us:ne à l'ouest de Pccq, la lUlèrc du bols dt Dottignles, à t'esi dç Rettigtiew, Wtchrt et Wtclsbeke. bejnils le 14 octobre, ceue aite » fait 6519 prltonnlen «t pri« !6y canons. l'T'y , _"i j.,^T. ITALIEN fietnt, te 20. — Violent l«u cotieenlré de nos batteries contre les tljfBcs ennemie» »u front dei montagne». l/nc colonne d'Infenlerie et d. tcaln en marche vers ta ylatae d, Futa et t» plateau de» Selto Com-mqnl • m d'sp«i^e par te coups directs de notre «rtillertc; An monJa Corno (Val d'Area) l'wineml a tMt4 it«is attagnes qul ont éîi tfompiftesitent îcpoils-«i«s par notre feu de fcarrage. A l'est de .Sroccareddo dtns lii vat^e Ft*nz«, line dctiot pairouiUcj a attanué un petit poste ennemi et l'a fait en parti» prisonnier» H-e» deux ariUlerio ont icliang* u# feu roulant par dtlIUl ~ ~ «iJ.:. .... Réponse de l'Allemagne à la Note de M. Wilson Eertin, 21 octobre.; — Officiel: I,a réponse allcnvindr. J la note de l'Amérique du M octobre est ainsi conçue: — En ucceptant la pippositipn d'évacuer le iet-rifoire occupé, lo gouvernement allemand est parti du principe que. la procédure de e-tto évacuation'et les conditions de l'armistice devaient étrolaissées à l'appréciation des conseiller.» militaires et que la situation actuelle dos forces sur tes fronts devait être prise pour base des accords, assurée et garantie par eux. i.e- gouvernement al.o-.raand sen remet au Président de fournir uno occasion d.o régler les détails, il exprime la confiance que le l'résilient des Etats-Unis n'approuvera aucune prétention qui serait inconciliable avec l'honneur du peuple allemand et ta réalisation d'une paix jus.e. Lo gouvernement a'.lemand proteste çon-tro le reproche, d'actes illégaux et inlut-mams formulé confie les torees aile-mandes do terre et de mer, et par s.iile, contre le peupie allemand. Des d\s motions seront toujours nécessaires pour couvrir une retraite et sont ,1 ce point de vue autorisées par 13 Droil des gens. Les troupes allemandes ont les instructions tes plus strictes d'épargner la propriété privée et do prendre autant que poss:ble soin de la popu.ajiçn. i'<ir.out où néanmoins tics acîtes réprohensibles se produisent, ics couixib.'es sont punis. Le gouvernement ale:naud conteste aussi qu'en coulant dos naviivs, la ma-rine ai.emanrie ait intentionnellement détruit des canots d<> sauvetage avec les personnes qui s'y trouvaient, Lo gouNfrnemcnt allemand propose de filtre eclaircir sur tous cês points ia réalité des fni s par des cjmmi.-s.ons neutres» Pour évi.cr tout ce qui pourrait rendre diflicLc l'oeuvre de paix, tous kscom-mandânis do s-jus-marin ont rc;u, sur l'initiative du g.juvernemenl aiie'niînd, des ordres qui excluent un torpUage do paquebot; toutefois, pour d.s moùfs teeli-niques, on ne peut garantir que ces ordres atteindront tout sjus-marin en mer avant son retour. Comme cond.lion fondttmenlalo de la ptiix, lo Président indique l'élimination, do tout pouvoir reposant sur l'arbitraire capable par lui-même, s,i s contrôle et da tou propixï gré, ûi.- iruui^i. r i .i ou.\ au inonde. .Sur ce po-.nt, i; gouveniemont al-ienmnd répond : Dans l'Linj.i c ailemaiid, la j eprésentri-tion du poup.e n'avait jusqu'ici auenne influence sur la constitution du gouvernement. La Constitution 110 prévoyait p s de collaboration cie la représentation nationale dans les décisions fconcern.ant la glierre et la paix, Une inodiiicjlion fondamentale s'est produite d.uis cet état de choses. Lo nouveau gouvernement a été constitué en complète concordance avec le désir do la repréïînlation du peuple issue du suifrage u.iiversel et du vote direct et seei-cr. Les chefs des grands partis tlu Itcichstag en font partie. A i avenir non pins, aucun gouvernement ris pourra e.it.er en lonc.iou's sans posséder ta confian.e de la ma,orité du Reiclisiag. La responsjb.lité du Cbanceiier ds! l'Bni-pire vis-à-vis do la représentation du peuple est légalement établie ot garantie» i.o premier acte du nouveau cmveme-nient a cpns s:é ù proposer au Heiehstag uno loi modiriant la Cous,itut.011 de. l'iim-piro et d'après jaquollo la guerre et la paix no peuvent être décidées qu'avec le consentement do la repris ^ntatron du peuple. La durée du nouvoau s_,sièçne n'est pas seulement assurée par les garan1 tics légaics, mais aussi par I.\ volonté inébrau.ab.e du peuple allemand qui, dans sa grande majorité, appuie ces réiornies .et en exige la cnutiuân'uu énergique» A !a question du Président demandant fi .qui lui et les gouvunicn-.en s ù:uinci(is ont affaire, la réponse c'aire et non équivoque est que t olfre de paix et d'anu s tice éuiaue d'un gauveniouient libre do :touto intluence arbitraire irrcspoi s iblo pt fort de l'approbat.on de la liés gouido majorité du peuple «Uemaiidi (S.) SOLF, Secrétaire d'Etals Berlin, 20 octobre 1918., ILTiïi Ki SS.OiV EN AliLE5ÎAG.\E La « Gazette do Cologne • "écrit au sujet de la nouvelle no.e allemande 1 « La note américaine du 15 octobre avait provoqué, par son lang.igc cas iuit et ses exigonocs, t:nc ti-ès vivo opposition parmi ijoire peuple. Beaucoup 'd'eniro nous auraient désaé qu'on répondit aux garoiçs brutales de Washington par une déclaration catégorique. Le Président aurait alors répondu d'une jaroa ciab-e et i'i.euv:e do paix aurait été, ou enUunçe, ou définitivement abandonnée. Notre gouvernement a jugé tjn'il' vaiaii mieux faire do nouvelles ràncçsrious; il montre, une t'ois de plus, qu'il ne se laisse pas intimider par le langage s oient-meut inamical de la pai'tie aditra-e, mais qu'il veut faire tout ce qui est compatible avec l'honneur n,ition;a-l pour a feindre son bul, o'osi-à-dire l'ouverture des pourparlers de pals. l^i noie aftompnde est subiiantieUe; frnncJie et loyale; oiie évite les expressions blessâmes et repousse avec énergie les accusations fausses portées contre notre armée et notre mariae. Plus que toute antre, i'arniée allemande est une .armée populaire. Quiconque l'insulte, insulte lo peuple id'emand. Le ton cafme de la noie et sj teneur clle-m.Sme consiituent urte jniinifes.atibn frappante de pacifisme sincère.: A V/51-sou de montrer au monde, sans équivoque. jusqu'où va sa volonté de pacillstp cl ,v'i. saura la faire prévaloir sur les théories s jusquauboutistes > de Paris et Londres. I.e note est allée jusqu'à l'extrême li-mile de co que peut fcoiuscntir à s?s ennemis, un peuple animé de la volonté sincère do conclure la paix et dont l'armée et ta flotte n'ont pas été v,aincuis. L'Allemagne accepte lexigenec do Wilson: elle met fia à la guerre saus-ma-n'.ie sans limite afin de dqnner une nouvelle preuve de la sincérité de ses intentions,i\-, perdons pas do Vue un seul1 instant la portée de cette mesure tniliUlrc, Elle met l'Angleterre à même dç s'approvisionner en munitions, vivres et matières premières, sans compensation de W part et eans qu'il lui faille cesser son blocus daiïamçincm!, L Ailomiagno fait ai'!si un t es grand sacrifice, car lo sous-mari 1. était jusqu'à présent la seule méthode oit i'Àllontagne était supérieure il ses adversaires.. La = Deu.suhe njgeswitung ► proteste contre ia coneets'on laite par le gouvoï5-nonj.ut relativement aux torpi lagjs, la-quelie concess'on — à son avis — va priver l'Allemagne d'une de s.s armes les plus eillcacèï, la seide qui puisse encore être utilisée sar mer avpo un succès rerUl.î. Au-surplus — ajoute la feuille paayertnan.sie — ncs dirigeants ont b.cu tergiversé pour arrivée à œ pllqya.^re i-é-sultnf, qui apporte un saulagemem faoraîe à nés e un oui s. , La , ïae^iciie lîundsclpiu» n'est guère mieux disposée: * i\'ous émoi s :ons notre arme sous-ma-rinc avant do négocier t'armistice. Cetto demi-inesure. ue nars vaudta au.naàyau-lagc. ina-s bien do nouveaux emba.avs et désaccords. » Le journal nie compte pas sar un armistice.Le. » Lokal1 Anzeiger» déçlore l'absence, dans la niile/d'un ton sajïipmment énergique pour protester contre ce qu'il umrmae les c calomni s ennemies La note à l'Auliiriie est — salon le « L-i* , — un temblè avcrlissament •. Elle prouve que Ms Wilson et ks coilseil-l«:s ai.ililaircs de i',ïuL ntc voud.aient vo r l'Aili.magne arriver ru tapis vert complè-tèmi.at aésarmée, t (5ermania» approwe le langage énei i tue do ia note:' » Les adversaires en , incluront qu'ils n'ont pas en iace ù'eulr «u peupu: ... i* u. L*va[-.^s^- r.Uv iait la n^to d'un état de chos s parfaitement consliuiionee! montrera ù M. Wtsoa que noùs. Sommes une nation -émancipés qui n'a l'en à envier aux autres sans ce rapport; D'ailleurs nous ne mendions pas la paix. » A l'Extérieur M. EAD OSL'A.WOF A BERLIN On mande (le Btirlînù Ia^Gazetre de Cologne,, que l'ancien président du .Opnseit bulgare, M, Kudoslawof, qui a réussi fi quitter îSotia dè^uibé un ofiieier prussien réside act uellement à Uorliu ehez son gendre, le secrétaire de la légation bulgare D>* AnasLatof. L'aïu-ien ministre a momentR-côment renoncé it s'occuper de poJi-tique*LES aFFICIEIîS BULGARES Berlin, le 21. ~ I.cs officiers bulgares séjournant encore à Berlin, quitteront l'Allemagne dans quelques jours es rentreront daus leur patrie. Ou suppose qm? -^'ambassadeur bul{jar« réclamera ses passe-port». LA GRIPPE Berlin, le 21. — La ïvrOnprujzejsin et ses deux plus jounes ills sont atteints Uo la grippe. FKANCS UKE AMBASSADE TCHEQUE A PA1US Genève, le 21. — Suite la reconnaissance du gonvcrueiîient tchèqueindépundaut, le gouver-nsmentiïançais a approuvé l'ins«iliatiou d'une aiubaasade tchèque à Paris. A LTIRI CSîE -H 3N GRIS i;0RÎEKT-EXPRES3 L'Agence Haras rapporte que l'administration des chemins do 1er hongrois a annoncé quo depuis lo 15 octobre, le service do l'Oi'ieut-iiixpre*)» était supprimé, TUR3U2E LES IDEES PACIFISTES BeiHn. Iç 21. — La * Korrespondçaz Slambul. annonce que la Turquie RiaKifesji; de plus en plus se* tendances vers une paix séparée, quoique le * Tanlne, continue à intervenir en faveur d'une paix générale. Le " Slzenan „ cî'àrae qiiê la Turquie serait en droi-de traiter séparément, n'ayant plus de secours à attendre de ses aliiés. Li ' Vakit. est du tnôme nvis " II faut une paix rapide —- dit ce journal —- sinon l'ennemi se trouvera dans quelques Jours au* portes de Constantinople On dément ofllclelk-ment les bruits de néj-eciaiions de pai.^ séparée entre Nachmi Bey, le vali-de Stnyrne et les représentants de ia QuadruplerEntente. Le "Taèiir» estime que i'éveniu.nlité d'une psix i?parée doit âfre réfléchie mûrement, U Turq«U R'ay»nt jamais tralii ses tflliés. 1* BULÇABIB UNE PHOTESTA.TXON La légation do Sarbio à iLa Ha^ro aunonce : Malg*ré les conditions do l'armistice» l'armée bulgare continue t emmener tout co qu'eilp ! penî en fiait de bétail, de fonrra^ai et de vivres Elle laisse donc- la population aerhe dans un élat de complet dénuement. A la suite de ces •arts, le commandant çn chef de l'armée de , l'Est a. protesté ftuprès du rourérnement bulgare et- rappelé quo celui-ci subira les çonsé-[ queoces de cette riolâtioQ du taitî d'armistice, A Irkoutck îierne, le 21. — On roaiido de Totio; Los troupes japonaises ont péaélré dans Ir-lioulsk, au lac Baïkal Unp visite au front Berlin, lo 2U — Agence Wolff. — Une comnijssipn n eu Ire, composée des ministres fftispagne et de iiohaode à Bruxelles el d'un notable de la yole, ont visité les Uesiructions causées par ie iiombar-dement anglais à Denaiu et celles dues aux jels de bombes sui* ToUtoai et Va-leneionnes,Berlin, le 2L — Wolff, — La commission neutre chargée de VenquOte relative. ;\ux dépr^dâlions dajis la zone de retraîle se composa du m'iuislro d'Espagne, marquis do vi;:ak)bjr. du raln^irejdjs Pays-Bas, M* van Volîenhoven et des délégués suivants de la Relîef-Commxssi'on: HmAsATiSX LES FUGITIFS ARRIVENT Amsterdam, le 2L — Depuis hier loa pre-miors fn^ir.if< passent 1» Jroutidre. Us sont attendus demain eu plus g-randea masaea. AaBterdae3, le 21. —- Les cinq cents premiers réfugiés son* arrivés dimanche malin ItterveerE (à la route de Maesoy\ik à Rurs-monde).LÀ QUESTION ZELAîîDAISE La c Ga'/ot-te de Cologne „ insôro le télégramme suivant de Genèro : La * Fouillo a : apprend de source hollandaise que la Q.uadru-pla-Eutente aurait demandé ft la ÏCollando de ; Céder 4 la Belgique i'o.ubouchnïe de l'Escaut. M. Wilson appuyeraic cette exigonee. Les miteux politiques croient qu'il faut voir dans tout ceci une tentative d'entraîner la Hollande ' dans lo conflit, jviin de pouvoir passer par lo i Umbourg hollandais. QUE SE PASSE-T-1L ? La Haye, le 21. —A la suite do l'information de Berlin annonçant qu'une pression renforcé# dé l'fcn- ! tente sur la Hollande aurait nécessité une révision de ' la note allemande, le " Vraderland , est allé aux renseignement dans les milieux autorisa où il lui fut répondu qn'on as pouvait accepter la responsabilité ] de c^ite noijve't- 0» fi' r£Td^<iuét- que Ja mlssloi hollandaise qui doit discuter l'exçcuticn de l'accord économique avec l'Angleterre, étal» partie pour Lon- ;i drea et que le ministre des Pays-Bas û Londres, M De Marces vsn Swinder, avait regagné son poste, après un court séjour en Hollande. La a Gazette de Francfort. remarque que l'information en question n'a donc pas été démentie. ROUMANIE CONSTANTINESCÛ EN LIBERTE On mande Bueliarest : Sur la proposition de la Commission d'enquête paÉlemeutàiro, la Chambro a décidé par 72 voix contre 7, de faire remettre en liberté l'ancien ministre Ooustan-liaôsûu.Le détenu a ôtôrelàcUt immôdiatomûnt SU2S9E UNE DEMANDE DE L'UKRAINE Stockholm, le 21.— L'Ukraine a demandé au gouvernement suédois do reconnaître son indépendance. Le gouvernement suédois a postpoaé ea décision, car- il est d'avis qu'elle ■ serait prématurée. POLOGNE LE NOUVEAU CABINET Varsovie, le 21. — A la séance de samedi (la club inter-purti, dît lo Kurjer WarizawEkl, l'homme do confianco du conseil de rô^enre, l'ex-marécbal da oonseil d'état L'ulaski, a soiu mis au chef de parti fcjwiezyr.sk:", la formation dn cabinet, USSU2NO CRISE MINISTÉRIELLE Kieff, le 21^. — Tout le ministère ulcrauieu n démissionné. Le hotman a chargé ld ministre-président actuel Lysogub do la formation du nouveau cabinet. UN ACCOliD COMMERCIAL AVEC LA ROUMANIE Kieff*. lo 21. — Les journaux "annoncent que, au cours de la dernière séance de la confèrenco ronmano-ukranipnue, on a obtenu un accord relatif a l'échang-e de marchandises. Selon le projet accepté par les deux natious, l'Uki^une dois fournir du sucjre et dea céréales contre des produits roumains comme des betterave» et du uaplite. CRIMEE REMANIEMENT DU MINISTERE Kieff, le 21. —. On mande qu'en Crimée, le cabinet-BulkoivitScli a démissionné. La réunion des agriculteurs du gouvernement formera un nouveau cabinet qui s'nppuiera sur lo peuple. I.ea pourparlers aveç l'Ukraine recommenceront.SUR BIER . Stockholm, le 21. — D'aprèa une information dç (Sundsvail, le petit voilier allemand Inez (250 tonnes) transportant du bols en Hollanda, a disparu sans laisser de traces. Jusqu'à présont les recherches ont été vaines. L'équipage ce composait de huit hommes. Echos et Nouvelles HymSaft De la < Kalioa Belge > : Le 6 oblpirà a clé Çéïabré, à I église d'Amiciàaise (lijiKte-SaTOie), dans la jplns stricte ia tirai t/-, le âariajts de 1t. Uaêtoii Uelacrais, .. d'art il f?iïe, Élèvé au C.islaa, ftts de M. Léon Jk'isçiHjix, bâtonaici" da l'Ordre flW Âwcals à ia Cour ds Ciissalioii, À iirnxfllles, et de Mme Ia-oji Delacroix, avec M lia Mai(juerit-' Stin^lliarabcr, tille de feu MM, Saura (Espagne), Langenberg fTIoS. ' laude) cl Van Prée (Belgigue', . . j! Los ropréssillas PtUogi-ad, le 18 (retardé).: — De < Pravda • : Sar îa liste des otages fn-cii_l«s depuis lo lf,r octobre, en représailles de l'attentai oû le coiumfssair& Orilïky perdit la vie, on relève Gs noms, doat des officiers et 5 popes.; , j A la constituante Ukranienn» Lewberg, le 21, — La Constiiuanto ukra-monne a tenu sa pi-cniière siaac-e aa cours de laquelle elle a arrêté lo plan do ses travaux. Elle a dédJé tout dV-bord U'i..slaJer dts commissions à Lciii.-. berg et fizeraowîlz et do porter ses déci-sL)i.s à la çonnais-SvUice du pai-lemcut uicra» r.ian par l'iiuermédiairo ciu gûuVeraêaxtiffi fédÉrai aulrldiient M. Gustave Stinglbamber, président jxs).-noraUxj à la Cour d'Appel de Bruselloa et de Mnie Stingibamber. Attention atix fauz billets français! Le comité total de secours et d'alimentation vieof de recevoir communication de toute une liste de billets français, qui ont été Indiqués comme faux ou falsifiés. Afin de mettre le public en garde contre ces faux billets, nou3 croyons utile de reproduire cette lisie: Des billets de l, 2 et 5 francs, de la Cie dc3 mhicji d'Anicbe ; la teinte du billet.eSt blus fonc£e que csH» dû billet bon. Des billets de 20 francs de la ville d'Anicbe ; rira-prcssiôn du faux billet est moins nette et il en circui® un grand nombre. Des bôna de 1 et 2 francs de la commune d| Mumy; même remarque que pour la Cié des mirtei d'Ariiche. Eona de 2 et 5 francs de U ville de Lens; l'Impres-slon du faux billet egt beaucoup moios nette que celle du vrai ; Il paraît avoir été fait à la pâle à copic. Bons cie *9, 50 et 100 francs de ia ville de Salat-Qqeniin; dans le$ faux billets, la signature du conseiller municipal délégué est faite à la main au Ùcu d'être faite À la griffe; les hachures horizontales lesquelles le no du billet est Inscrit sont coupées au* trois quart» ti« Iîuï longueur p*r un ptii; eupse» blanc. Billets de 1 et 5 francs de ta commune de Drocoutfe le bille! (aux ce reconnaît au cache», de la mairie qui est tait avec un bouchon. Eiiiets de 5 francs de LorlCourt; le billet faux est entièrement fait au composteur. Billets de 20 franco de ta commune de Courcfte-letles ; billet faux fait entièrement à !û main, avec un» encre 1res noire ; en passant un doigt mouillé sur la bflfct, l'encre s'étend. Bllleîs de 20 francs de la commune de Goensltef mômes remarques que pour le billet précédent. Faux billets de 5. 10, 50 et 100 francs de î-'lers-en» Escribieux, de Méricourt, de Noyeties Godauli et dt Kox>£t Warendin. Billeî3 de 10 francs de Vitr)'-en-ArtoIs ; billets dt 1 franc convertis par grattage en billets de 10 francs. Billets de 10 francs des communes d'A deux et Courcheleltes; billets de 1 uanc convertis en 10 franco Billets de 20 francs de Kouvroy et Baraîle; billets de À francs convertis en 20 francs. Chronique locale Acte de bancitisme en plein jour? Mme Cornesse, qui habite avec sa servante, rflo Hemricour, 18, trouva, en rentrant chez elle, lundi vers midi et aeniJ, la porte d'entrée ouverte. tn ouvrant la porte de la cuisine, elle aperçut sa servante ligotée sur une chaise, un drap de cuisina enfoncé dans la bouche cl un autre sur la tête. Aussitôt Mme Cornasse appela au secours et dégagea* îa jeune tille de sa position critique. Celle-ci qui ne portait aucune trace de violence déclare que vers midi jin individu âgé de 17 ans environ s'était présenté et avait ûçmàndp à remettre un« lettré à Mme Cotnesse, dont il demanda à aitendru son retour. Au moment où II était introduit, un r«u;ra individu d'une quarantaine-d'annéea lit bnsqemcul irruption, referma la'porte tn menaçant la servant* d'un revolver. Sans mot dire, ils saisirent cette dernière *t la transportèrent dans la cuisine, ou ils la ligotèrent sur uno chaise, puis lui introduisirent on essuie-main dans la bouche et lui bandèrent les yeux. La police prévenue arriva sur les lieux pour reoona-tituer la scène et ouvrir une insîruction. Au cours dt Peuqucte on constata quç les bandits avalent empoctâ une enveloppe renfermant3000 ira. ainsi qu'un coffre! en acier. Une voisine a déclaré à la police, avoir rentzrqui • un individu de i7 à 18 ans qui sonnait à ta porte V-TS midi el qui aurait été introduit sans aucune explication. La servame aurai! éié vue refermant doucement la por.e l Soupçonnant un simulacre d'acte d a banditisme, la police a mis la jeune fille en état d'arrestation. Celle-ci nie formellement toute participa* lion au vol. tyoua apprenons que l'auteur du vol vient d'être arrêté par la police. C'cît Un nommé Gustave B., rut Bovy, ami de la servante Marie N., qui a été également écrouée et mise h la disposition de l'autorité. Le coffret en acier, ainsi que la somme de 3.500 frt* qu'il contenait, à été retrouvé chez la mère de B. (t.) /V?fvf. io2 Notaires sont priés da ram&rquar (jus la psg* tiu jqul! lour sst spécislsmsn! ré» sarvés, nous no pouvons garantir les inssP* airx autres jours, UNE CORNICHE SE DETACHE. - La corrjçlit de là maison E, Blistaîn, rue Enîre-denx-Ponts, « çst diitachée et est venue s'abattre sur la rue ^vet Uh fracas épouvantable. La cause de cet accident nt peut être ahribuéè qu'à l'ancienneté de la bâtisse, u VOL DE VfNS. — La sûrelé enquête au sujet d'un vol Important de vins commis au préjudice de iUH entrepreneur, A Elémalle-Haute. Quatre-vingts bouteilles Ue bordeaux (Ch/tteau Margot) et 20 bouicRJe* de Sâuterne ont entr'autres été emportées pat lea escarpes dont le signalement.« Hé janc* dans touît* es dlfection», " * " vu Quatrième anale - N' 285 Edition A B \ m LE NUMERO : 15 CENTIMES | Mercredi 23 Octobre 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le télégraphe: journal quotidien d'information belonging to the category Gecensureerde pers, published in Liège from 1915 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods