Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix

173 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 01 July. Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix. Seen on 20 September 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/9s1kh0fh7c/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LE TRAIT D'UNION BULLETIN DE GUERRE des Anciens du Collège Notre-Dame de la Paix Adresser toutes les communications à R. VAN BENEDEN, C. 132 A NOS LECTEURS De nouvelles instructions ont soumis à l'autorisation préalable des autorités militaires la publication des Bulletins de guerre. Ces instructions ont paru au moment où notre numéro de juin sortait de presse. Les démarches nécessaires pour obtenir l'autorisation requise ont pris six semaines. C'est la raison pour laquelle les numéros de juin et de juillet sont expédiés ensemble. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien excuser ce contretemps qu'il n'a pas dépendu de nous d'éviter. EDOUARD WASSEIGE Tous les anciens du Collège de la Paix apprendront avec tristesse la perte de notre regretté camarade Edouard Wasseige, mort en captivité au camp de Stuttgart. De cette vie pleine de promesses, nous n'aurons connu que le laborieux matin. Après de brillantes études au Collège N.-D.de la Paix, Edouard Wasseige conquit son doctorat en droit, puis, sans répit, passa les examens d'attaché et de secrétaire de légation. En juillet 1914, il était à la veille de rejoindre un poste, diplomatique. Dès que l'agression allemande fut connue, il délaissa un avenir si laborieusement préparé et, le 4 août 1914, s'engagea comme volontaire.11 fut \ersé dans le service des liaisons d'artillerie. Lors de la retraite de Namur, il reçut la consigne d'attendre des ordres à un endroit situé aux environs de Bioulx. Des soldats, en passant, l'avertirent que tout le monde partait et ([lie les allemands arrivaient. 11 répondit simplement : " On m'a dit de rester ; je reste. » Hélas ! Cette calme fermeté devait lui être fatale ; il tomba aux mains de l'ennemi. Ce furent, dès lors, pour lui toutes les souffrances qui accablent nos rhalheureux prisonniers : la fairp, les traitements brutaux, la lassitude, les inquiétudes morales. Sa santé en fut altérée. Plusieurs fois il fut atteint par la maladie ; mais il refusa toujours de solliciter son transfert en Suisse, gardant vivace l'espoir d'une prochaine victoire et ne voulant pas, par un scrupule de fierté patriotique, rien devoir aux allemands. Une pneumonie le terrassa. Il avait trente ans. Notre admiration enthousiaste jaillit à la vue du généreux sacrifice du combattant*?1 mais quelle angoisse profonde nous étreint devant ce long calvaire de peines morales et physiques se terminant par la fin la plus désolée qu'on puisse imaginer ! De ce brave camarade nous garderons le souvenir. Edouard Wasseige est mort pour la Patrie. Il s'est offert à Elle quand, pour Elle, il fallait tout risquer et, si le sort a voulu que son bras fût tôt désarmé, les longues souffrances endurées jusqu'à la mort pour l'honneur du pays le mettent au rang des héros qui, dans le monde entier, illustrent notre Patrie de l'éclat le nlus r>ur. L'ATLAS V Le dimanche 31 Décembre dernier, à 11 heures du matin, — il y avait des mois que je cherchais un tuyau v pour passer la frontière, j'appris, à Bruxelles, l'existence d'un projet audacieux qui devait réussir. Mon frère moins âgé que moi, — il n'a que dix-huit ans, — mis au courant el partageant mon enthousiasme, m'approuva complètement et nous quittâmes la maison, à 15 heures 30, déguisés plus ou moins en ouvriers. Nous prîmes le tram pour Tervueren avec l'intention d'aller de là, à pied, jusqu'à Grez-Doiceau, le départ étant à Liège le lundi 1er Janvier au soir. Il fallait donc couvrir en un jour et une nuit plus de 100 km., à pied ou Publication autorisée N° 10. — JUILLET 1917. par l'Autorité Militaire

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix belonging to the category Frontbladen, published in S.l. from 1916 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods