L'indépendance belge

409 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 17 July. L'indépendance belge. Seen on 14 December 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/5x2599zx7q/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

L INDEPENDANCE I ROYAUfVIE-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT: 15 QENTÎMES (HOLLANDE : 5 CENTS) administration et redaction: bu]reau a paris: MARDI 17 JUILLET 1917 3 mois, 9 shillings. 1 5 dane str., higii holborn, w.c.l. place de la bourse. ^ * abonnements ;. 6 mois, 17 shillings. v conservation par LE progrès. 'tcLSPHONE : holbokn 1773-4 teleph.: { £33."7 s, En vente à Londres à 3 h. le lundi 16 juillet. ( 1 an, 52 shillings. J LA SITUATION Lundi, midi. Les dernières quarante-huit heures n'ont apporté aucun changement essentiel dans la situation militaire, mais en -fait de politique il y a du nouveau. Une communication officielle allemande, en date de samedi, annonce que l'Empereur a accepté la démission du chancelier von Bethmann-Hollweg, qui est remplacé par le Dr Michaelis, sous-secrétaire d'Etat prussien aux finances. Le nouveau chancelier est décrit par les journaux allemands comme un homme d'une grande énergie, de la trempe des Ilindenburg et des Ludendorfi. Il est âgé de GO ans et est le premier chancelier n'appartenant pas à la noblesse. Il n'a pas de passé politique, ayant toujours appartenu à la bureaucratie prussienne, et il faudra attendre la séance de mercredi au Reichstag pour connaître son programme politique. Le nouveau chancelier aura à prendre position vis-à-vis de la nouvelle majorité socialiste, catholique et libérale du Reichstag, qui compte introduire une résolution déclaj-ant que 'TAllemagne, luttant pour sa liberté, son indépendance et l'intégrité de son territoire, le Reichstag désire une paix durable, basée' sur la bonne entente entre les différents peuples, sans annexions ni représailles d'ordre politique, économique ou finan-r-- cier." La résolution proteste en outre contre le projet d'un blocus après la guerre, demande la liberté des mers et l'établissement de la Cour Internationale d'Arbitrage.Tant que les gouvernements ennemis n'auront pas accepté la paix sur ces bases, conclut la résolution, le peuple allemand se déclare unanimement prêt à continuer la lutte ! En somme, la majorité du Reichstag — c'est-à-dire les groupes modérés — se décide prête à faire une paix sans annexions, ni indemnités, sans réparations, salis- Justice. L'Allemagne sortirait non seulement indemne de cette guerre d'agression, mais grandie, fortifiée, garantie oontre toutes représailles politiques et économiques ! Si c'est là le programme des partis 1 démocratiques allemands, la crise de la chancellerie prend un aspect nouveau. Bethmann-Hollweg a dû céder la place parce qu'il a, comme l'a écrit un membre du Reichstag : Hermann Leube, dans "Politiken," trop de scrupules, parce qu'il est trop honnête, et parce qu'il faut, pour représenter l'Allemagne à la Conférence de la Paix, un homme d'affaires sans scrupules, à même de tenir tête aux délégués britanniques, français et italiens! En d'autres termes, il s'agit de nous "rouler," de nous attirer dans un nouveau piège de paix allemande. La crise allemande n'est donc qu'une crise superficielle, truquée et le piège, 1 cette fois, est à double appât: appât ] russe et appât démocratique. L'Allemagne officielle, la seule qui compte actuel- • l?ment, reste belliqueuse au fond, elle ne ! : ?nonce à rien et ne fait qu'ajourner des j projets irréalisables momentanément. L'Allemagne n'est pas plus mûre pour t un régime démocratique qu elle ne I est pour une paix honnête et durable. Elle a péché par la force ; elle doit être punie par la force. Toute autre solution ne résoudra pas la crise dont souffre l'Europe et le monde, et équivaudrait au triomphe de l'idéal allemand, de la culture allemande: la Force primant le Droit. Donc, méfions-nous 1 Nos alliés russes se heurtent à une résistance de jour en jour plus acharnée en Galicie, et leur avance sur la Lomnica est plus, ou moins gênée par de fortes pluies qui, provoquant une crue rapide, ont eu pour résultat d'inonder en grand-: partie le terrain où opèrent les troupes du général Korniloff. Celles-ci ont néanmoins progressé légèrement et ont encore fait 1,600 prisonniers et capturé plusieurs canons. De multiples contre-attaques ennemies au nord et à l'ouest de Kalusz ont été repoussées et les Russes occupent le village de Novica (au sud-ouest de Kalusz). Tous les efforts de l'ennemi de rejeter nos alliés au delà de la Lomnica ont échoué et les opérations s'étendent de plus en plus vers le sud (Carpathes). Les succès de l'armée révolutionnaire provoquent un grand enthousiasme dans toute la Russie, et à Kiev les extrémistes qui avaient organisé une manifestation, ont été malmenés par la foule, qui les a traités de traîtres. Sur le front français, les Allemands continuent d'attaquer avec vigueur, mais nos alliés ripostent avec succès. Au nord de l'Aisne (secteur de Cerny) l'ennemi est parvenu à pénétrer jusqu'à la seconde' ligne française et à occuper les J positions de nos alliés sur une longueur |de 1,650 mètres et une profondeur de 390 mètres (version allemande), mais à la suite de contre-attaques, les Français réoccupèrent (version française) toutes leurs positions, à l'exception d'une bande de 500 mètres de tranchées de première ligne. A ce succès allemand correspond 1111 succès français plus important en Champagne, où nos amis, attaquant l'ennemi simultanément au nord du Mont Haut et au nord du Mont Téton, s'emparèrent d'un réseau de tranchées ennemies de 800 mètres de longueur sur 300 mètres de profondeur. Toutes les contre-attaques furent repoussées et les Français restent maîtres de tout le terrain conquis. Le secteur des dunes Nieuport-Lom-bartzyde a encore été le théâtre de nouvelles attaques, et il est évident que l'ennemi s'efforce de gêner les préparatifs que nos alliés font dans cette région. La dernière tentative allemande eut lieu vendredi soir, après un violent bombardement. Elle fut repoussée. Depuis lors le bombardement se poursuit, de part et d'autre depuis la côte jusqu'au sud d'Ypres. L'artillerie allemande a violemment bombardé la région de Ramscapelle-Pervyse et Berlin parle d'attaques britanniques repoussées dans le secteur de Lombartzyde. Le communiqué ennemi mentionne comme particulièrement sérieux le duel d'artillerie entre Boesinghe et Wytschaete et près d'Ypres. SOS LE FRONT BELGE Violent bombardement Le communiqué du G. Q. G. belge signale que pendant la nuit de samedi à dimanche l'artillerie allemande a violemment bombardé la région de Ramscapelle-Pervyse ainsi que la région au nord de Boesinghe. Dimanche, la journée n'a été marquée que par de légers bombardements sur différents secteurs du front. OPERATIONS NAVALES Un transport coulé Le transport britannique "Armadale," qui avait un petit nombre de troupes à bord, a été torpillé et coulé par un sous-marin ennemi dans l'Atlantique, le 27 juin dernier. Six soldats, un passager, •ainsi qu'un officier et trois hommes de I équipage manquent. On croit qu'ils ont-**4 noyés. LA PRISE ALLEMANDE Son développement chronologique Vendredi, 6 juillet.—M. Erzberger, au nom du parti du centre catholique, formule devant la commission centrale du Reichstag une politique de réforme électorale et de paix sans annexions ni indemnités. Le maréchal von Hinden-burg arrive à Berlin et confère avec le Kaiser. Lundi, 9 juillet.—Le Kaiser tient Je premier conseil de la Couronne depuis le commencement de la guerre. Le chancelier parle à la commission centrale du Reichstag. Mardi, 10 juillet.—Le Kronprinz arrive à Berlin et confère avec le Kaiser. Un deuxième conseil de la Couronne est tenu. Une foïmule transactionnelle définissant des buta de guerre "défen-sifs" est discutée par les partis politiques.Mercredi, 11 juillet.—L® Kaiser publie un décret promettant l'égalité élec torale au Reichstag pour la Prusse. Cette décision est immédiatement suivie de la démission du général von Stein, ministre de la guerre impérial, et de cinq ministres de Prusse. Les conservateurs publient un manifeste contre les mesures d'égalité politique proposées par le Kaiser. Les représentants de tous les partis politiques, y compris les socialistes, sont reçus par le Kronprinz. Vendredi, 13 juillet.—-Le maréchal von Hindenburg et le général Luden-doi'ff sont rappelés à Berlin par le Kaiser. Ils voient le Kronprinz et le Kaiser et confèrent en suite avec les chefs des partis. La démission du chancelier suit ces entrevues. Le ReicEsfag est ajourné sans que les crédits de guerre soient votés. Samedi, 14 juillet.—La démission de M. von Bethmann-Hollweg et la nomination du Dr Michaelis sont officielle-annoncées. On estime .qu'il pourrait y avoir encore d'autres démissions. LE 14 JUILLET A PARIS Le 14 juillet a été célébré avec enthousiasme à Paris dans les tues de laquelle a défilé la fleur de la grande armée avec ses uniformes souillée par la guerre, ses casques ébrêchés, et ses drapeaux déchiquetés par les obus et par les balles. Les troupes ont traversé les rues les plus pauvres et les plus populeuses de la capitale, et elles y ont reçu un accueil inoubliable ; le peuple les a littéralement couvertes de fleurs. — A l'occasion de la Fête nationale, le roi des Belges, le président de la République portugaise et le roi Alexandre de Grèce ont envoyé des télégrammes de félicitations au Président Poincaré. Le général Pershing, commandant en chef des troupes américaines en France, a publié l'ordre du jour suivant : "Les troupes américaines considéreront ce jour comme un jour de fête ; elles se joindront à leurs camarades français pour honorer les principes sacrés de liberté, d'égalité et de fraternité, pour la défense desquels nous sommes actuellement en France." AUTOUR de la PAIX La mauvaise foi de M. Scheidemann Une preuve flagrante de la mauvaise foi de M. Scheidemann et de ses partisans dans le complot de Stockholm est le zèle qu'ils ont mis à empêcher le publie socialiste allemand de lire le manifeste belge. Le "Vorwaerts" en a publié samedi dernier un soi-disant résumé qui est, en réalité, une interprétation erronée dans laquelle les passages les plus déplaisants ont été supprimés. 11 n'est pas permis au public allemand de rien entendre au sujet du "tyran trônant à Berlin," de l'impossibilité d'une paix durable "si les Hohenzollern et les Habsbourg restent au pouvoir," ni du "semi-absolutisme des Hohenzollern," et le "Vorwaerts" modifie la déclaration des conditions auxquelles une réunion avec les socialistes majoritaires allemands serait possible, en supprimant la demande belge, disant qu'ils doivent auparavant prendre ouvertement et énergiquement position contre leur empereur. AUTOUR de la GUERRE ALLEMAGNE — Le "Berliner Lokalanzeiger" a reçu l'ordre de suspendre sa publication jusqu'à nouvel ordre. Il a reparu sous le nom de "Berliner Abend Zeitung." BRESIL — Les journaux brésiliens annoncent que la Grande-Bretagne a subordonné l'autorisation d'importer du café à la oondition de le voir transporter à bord des navires allemands confisqués par le gouvernement brésilien. On croit que cette condition sera acceptée. GHILI — Un nouveau ministère a été formé au Chili. CHINE — Le quartier-général républicain à Tientsin, signale que 3,000 hommes des troupes général Chang Hsun ont été taits prisonniers dans le "Temple du : Oiel" (Pékin) après dix heures de coin- 1 bat. Ils ont été désarmés. Le général 1 Chang-Hsun est parvenu à se réfugier i la légation hollandaise, tandis que sa famille trouvait un abri à la légation autrichienne. Le combat continue avec le restant des troupes du général Chang-Hsun, dans la "Cité défendue," où un . grand incendie fait rage. Un télé- -gramme antérieur de Tientsin dit que les Républicains ont attaqué Pékin à 4 1 heures du matin.. De l'artillerie, des 1 mitrailleuse et des aéroplanes ont été smployés. Cinq ou six étrangers, qui < regardaient le combat du haut des murs de la ville, ont été blessés. — Les troupes républicaines ont attaqué les rebelles le 12 au matin, et ceux-ci se sont rendus vers midi. Chang Hsun s'est réfugié à la légation néer- 1 landaise, et sa famille à la lég-ation au- 1 trichienne. Le nombre de tués et de blessés est peu élevé, bien que la. canonnade ait été assez vive. Pékin est calme maintenant. Tuan Chi-jui, le premier ministre, est revenu dans la capitale. ETATS - UNIS — Les journaux américains deman-lent que les Etats-Unis soient représen-;és à Londres et à Paris par des missions militaires semblables à celles des nissions ' française et britannique à ïVashington ainsi que par une commission qui siégerait avec le Comité de ïuerre franco-britannique. La "Tri-Dune" de New-York demande aussi que ' es Etats-Unis soient représentés à la prochaine Conférence des Alliés. .1 FRANGE « — M. Viviani et M. Bourgeois ont, à ! l'occasion du 14 juillet, visité le terri- t toire reconquis ; ils se sont rendus 110- ' bamment à Noyon, Guiscard, Haom, ' Nesles et Roye. — Le cabinet a publié un décret fixant le prix des céréales de la prochaine ré-îolte. Le prix du blé a été porté à Fr. 50. Ceci va faire hausser le prix du pain, mais le décret limite à 5 centimes au kilo la hausse permise; l'Etat interviendra, si nécessaire, pour indemniser les boulangers. — Le "Bonnet Rouge," organe anti-jatriotique, a été suspendu jusqu'à nouvel ordre. Un de ses administrateurs, il. Duval, avait été arrêté à la frontière lu retour d'un de ses nombreux voyages sn Suisse, porteur d'un chèque de ?r. 158,000, jugé d'origine suspecte. — Une plainte pour vol a été déposée sontre le prince Eitel-Frédéric de Prusse Dar M. Dubois, dont le château a été )illé pendant l'occupation allemande. S R AN BE-B R E TA G N E — Le Roi et la Reine d'Angleterre ( tiennent de rentrer d'une visite d'une i dizaine de jours en France. Le Roi s'est 1 rendu aux diverses parties du front britannique, tandis que la Reine a surtout visité les hôpitaux. Le Roi a passé j quelque temps avec le Roi et la Reine j des Belges; il s'est rencontré avec les ^ :hefs de l'armée portugaise et a remis j les décorations aux généraux français. t ■—Le contrôleur de l'alimentation s rient de décider qu'il est dorénavant in- t ;erdit, à moins d'être pourvu d'un per-1 nis spécial, de vendre ou d'acheter, ou le négocier la vente ou l'achat, de blé, c n-ge, avoine et seigle 5e la récolte in- s ligène de 1917; il en est de même pour es pommes de terre, à l'exception de} sertains catégories des premières ré-:oltes. g — On s'attendait samedi, vers 7 heu-c •es et demie, à un raid sur Londres et on t 1 employé pour la première fois le sys- 5 ème d'avertissement au public au ,i noyen des pancartes, "Ta-ke Cover." c Quelques minutes après on recevait avis s [ue le danger était passé et la police en ivisa le public. ^ 3RECE a — Les négociations entre les gouver- s îements italien et grec au sujet de l'é- <3 racuation de l'Epire sont à peu près ter-11 ninées. s — Le ministre de Grèce à Sofia et son r >ersonnel, ainsi que les consuls de Grèce T i Philippopolis, Bourgas et Varna ont S [uitté la Bulgarie. — Un sérieux .différend semble avoir 1 urgi entre le roi Alexandre et M. Véni- f zélos. Le roi a refusé de signer le décret convoquant la Chambre. M. Vénizélos qui est appuyé par une immense majorité dans le pays, a demandé au roi de rompre ouvertement avec la politique intérieure et étrangère du roi Constantin. Le roi ne semble pas "disposé à suivre cette voie. NORVEGE — Les deux Finlandais arrêtés pour complicité avec Rautenfels ont fait quelques révélations intéressantes; ils sont allés plusieurs fois en Norvège,en Suède et en Allemagne; l'Amirauté allemande leur a procuré un jour de faux papiers attestant qu'ils étaient des marins britanniques; ces papiers portaient de faux noms et étaient absolument identiques aux certificats réels que fournissent les consulats britanniques, et munis de cachets opposés avec de faux sceaux consulaires.— Le gouvernement allemand a présenté à la Norvège des excuses filandreuses en réponse à la note norvégienne protestant contre l'introduction de bombes dans leurs pays par l'intermédiaire d'un courrier diplomatique ; elle déclare notamment que ces bombes ne passaient par la Norvège qu'en transit, promet de punir les coupables, donne l'assurance que ces faits ne se reproduiront pas, et exprime l'espoir que ces incidents regrettables ne nuiront pas aux relations amicales entre les deux pays. PAYS-BAS — Vu la rareté du fourrage, le Gouvernement a décidé de réduire son stock de bétail. Une grande partie de celui-ci sera exportés dans les divers pays belligérants, tandis qu'une autre partie sera abattue dans le pays pour servir à la consommation intérieure. ROUMANIE — Les quatre ministres conservateurs ont donné leur démission. Le roi a chargé M: Bratiano de reconstituer le cabinet en le priant de conduire les pourparlers dans un esprit de conciliation, mais en présance des demandes des conservateurs M. Bratiano sera probablement forcé de former un cabinet exclusivement libéral. RUSSIE — On raconte que récemment une délégation consistant en un lieutenant, un sous-officier et un soldat, représentant dix-huit compagnies, s'est présentée devant le chef de l'état-major d'Odessa et a déclaré qu'à moins que les compagnies ne soient envoyées immédiatement au front, elles s'empareraient d'un train de voyageurs et partiraient au front sans ordres. — La Finlande est sur le point de déclarer son indépendance et de s'octroyer une nouvelle Constitution; le Gouvernement Provisoire de Pétrograd est opposé $ une séparation complète. — Les négociations entre le Gouvernement Provisoire et les délégués de l'Ukraine sont arrivés à une conclusion favorable; on. sait qu'un mouvement séparatiste s'était produit'en Ukraine. Dans une adresse aux représentants des paysans ukrainiens, M. Kerensky a fait entrevoir la création d'une république fédérale russe. — D'après une information reçue au quartier-général de l'armée, des assassins à la solde de l'Allemagne sont arrivée en Russie pour attenter à la vie de M. Kerensky et d'autres ministres. — Le Conseil des délégués ouvriers et soldats de Moscou a décidé que tous 'les ouvriers recevraient au moins les deux tiers de leurs salaires du 14 juillet au 28 août, période pendant laquelle les .usines textiles, manquant actuellement de combustible et de matières premières, sont obligés de chômer. — Le commandant du palais Alexandre, à Tsarskoïé-Selo, dans un rapport au Comité de défense nationale du Conseil des délégués ouvriers et soldats, dit que la ci-devant tsarine ne peut plus marcher, ayant les jambes gonflées par suite d'une affection au cœur. Depuis la révolution elle n'est. sortie qu'en chaise roulante. SERBIE — Il est probable que le gouvernement serbe sera transféré bientôt de C01-fou à Salonique. 88ème anaée. No 167

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'indépendance belge belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods