Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

254 0
11 October 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 11 October. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Seen on 11 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/7s7hq3sr6b/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Jeudi 11 Octobre 1917 Soixantième Année - No 18.041 DIRECTION ET RÉDACTION : 14, Rue Vleminckx, 14. ANVERS ABONNEMENTS : S'adresser au bureau du journa Le numéro : 10 centimes LLOYD ANVERSOIS ANNONCES: 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne. Adresses industrielles 50 cent" Emissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètrc. — Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Toutes les heures renseignées dans notre Journal sont indiquées d'après l'heure de la Tour. Observations météorologiques de M. F. Anthe, opticien rue Liiopold, 51 Anvers, 11 oct. 1917, 11 h. du matin. - B«rO-aetr« 7j8. -Therii onietie mt Imatl • 11. - Thennom. -enl. •>n • - » Pluviomètre: Jin/m.Vent: Nord.- Prévision : Variable. Astronomie 12 octobre (Communique »a, l'Obs.m.oire Ro.nl «■ Belgique i Ucc» Lev«i du soleil 6 b 59m NoUv. W le 16 oct 3 h.4. ra Coucher du soleil.... 17 .. 58 Prem quart, le 23 oct. 15 . 18 , Lever de la lune 3 9 .. Pleine lune le iOoct 7.9 Coucher de la W. 16 17 . Dern. quart, le 6 nov. .8 .. 3 , Haute niaree << Anvers matin Solr , , , ! . 13 m I 12 oct. ... 13 h 41 ■>. M 0d' 2.09 . 13 . ... U.3.. 14 ; ... ^.59 . I 14 . ... 15 .19. Hauteur du Rhin Cotant ? oct. 2.64 m. Strasbourg 7 oct. 2 13 m liunmgen - 3,25 . Lauterbourc ,. — . ivehl .. . Maxau . 4.i4 . Mannbeiu. . -J8 „ Germersbeini . . Caub • 1 48 M Mayence „ ''.io •• Ruhrort 0.48 „ Bingen - | 33 „ Duisbourg » 0.01 loblence „ J.M „ Waldshiit . ~ Diisseldorl . I 31 . Lobith 8 . 9.64 . Hauteur du Main Hauteur du Neckar Fiauclort 7 oct. 2,26m. Heilbronn 7 oct. >.38 iu Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee Irèves 7 oct. 0.15 m. Constance 7 oct. 3.40 m Port d Anvers ARRIVAGES DU 10 OCTOBRE STEA.MERf : VVilforcl 3, pi'ur Tamise; Souvenir d'm Ami, de Moerzeke. Remorqueurs : b. A. G. 6, de HerenthaLs ; Ulranu-Friedrich, Mowe, Verandering, Fortuna, Mercedes de Ga-nd ; Infatigable, de la Hollande. Allèges : Vier gezusters, de Galloo ; Felioie 3+, d Burglrt ; Twee gèbroeders, de Moerzeke ; Le Héron de Hemixeni ; Victoria, de St-eendorp ; Vier gebro< ders Mathilde, de Tamise : Noordster, de Hamme De Y irginie de Ternionde ; De Eenige zoon, de Liei re ; Caroline, de Bruxelles ; Jobanna-Maria, Astrct Têtu Congres, Jexine Frédéric, Beau séjour, >al\ Regiiia, Marie II. Félix, L'Ami de Dieu, Berenu Ulas de liand ; Boston, de Merxem ; Gabnelh Ulysse, de Hérenthals ; Hosa Amiral, Dieudonm Yntwerpeaiaar. de Gheel : M. N. O. 2, lrans\aa Léonie, De Jonge Lou.is, de Moll ; Armand, de Oolen Virginie, Eugène. A. B. C. N° 3, de Liège; Mi> Mary, Dieudonné, de Yivegnds ; Gérard, de Autoing Lobbàin, de Mons : Trijntje, de la Hollande : Lniu.-.1 oh mina 2, SibiHa 3, Muro, Willem, H. s. G. H», \\ van Driel 49, Tondent, de rAlLmeagaie. DEPARTS DU 10 OCTOBRE Steamers: Wilford 3, pour Tamise; Tournai : Tournai 2, pour G and. Remorqueurs : Jobanna, pour Bruxelles; (mi Hôffnungshutte, Potsda.ni, Paul, Geier, Lise, Krni peu a/d Ysel, Relief I, pour Ga.nd ; Volkerak, Kran mer. Hunze, Presto, Ane. Jacobus, B. A. G. 4, Juin Progrès, pour la lle>l lande. Bateaux-moteur : Charles-Pliilomène, pour la nus-Maria-Sophia, pour Campenhout ; Adeline, pour le. monde. allèges : StaniLas, pour Galloo ; Morgenster, poi Bua-ght ; Gléopatre, Augusta, pour Boom ; David I nier s, pour Malines ; Mer gebroeders, pour W ett ren ; Quo Yadis, Cid, Gères, Clémentine, pour Un selles; Wega, Trop tard, Ari-ca, Pélagie, Riile, Ka suï, C'est l'œil qui faut, Union, Cèle a.vantageus Moissonneuse, Yvonne, Espérance 2. Eylan, Scheh vrij Deux frères, Ferdinand, Bora, Generaal, Ann; Minas Elnor, Wilheluiine, pour Gand : Port < Vier. Grâce de Dieu, Georges & Maurice, de Mer.ven Mathilde. de St-Léonard ; Parana, Drie gebroeder de Brée ; Helvetia, Les deux frères, de Moll : Leeir van Vlaanderen, de Glieel : St-Joseph, Marguerm Gent, Laura 1, Agio, de St-Gluslain ; Surprise, de ! France , Peter, Rosalie, Richard 2, W. van Driel 4 Emma 36, Aventurier, Aline, Marconi, Helena, Prit Albert, Credo, Nomados, pour la Hoïlatade ; Goetli' Basait 1, pour l'Allemagne. ARRÊTÉ déterminant les dispositions réglementaires de l'arrêté du 22 septembre 1917 réglant le trafic des betteraves, raves, choux-navets, rutabagas, navets et carottes de toute espèce Conformément aux articles 3 et -i de l'arrête du •: septembre I917 concernant le trafic des betterave raves, choux-iuivets, rutabagas, navets et carott de toute esii^ce, il est décidé ce qui suit au sujet d-betteraves à sucre : Wt. ir. — Ont seules le droit d'acheter des bett ra-v.es à sui-re. Les sucreries et lies fabriques de sir< (lui ont été autorisées à cette fin par le Bureau < répartition des sucres ;Zuekerverteilutigsstelle), co ' formémient à l'article 3 de l'arrêté du 18 juillet 101 concernant l'utilisation des betteraves a sucre. Toutes les betteraves à sucre doivent être livrées ces fabriques, qui seules peuvent les utiliser a d fins de fabrication et selon les instructions c Bureau de répartition des sucres. 11 est défendu de vendre des betteraves a sucre d'autres intéressés, d'en utiliser à des fins industi h les dans d'autres exploitations, d'en donner en noi riture aux animaux ou d'en consommer de ton autre manière quelconque. Art. 2. l.es fabriques. désignées à l'ai ii. l, procéderont a l'achat en concluant avant le l1' déce: bre 19L7 des contrats de livraison avec les produ teurs. Toutes les betteraves à sucre devront, être livre avant le 15 janvier 1918. Celles qui ne l'auront p: été avant- cette date, seront expropriées à un pr qui sera fixé ultérieurement; lorsqu'il s'agira ■ betteraves à sucre pour lesquelles un contrat de vraison valable, n'aura 'pas été conclu avant le décembre 1917, ce prix sera inférieur de 20 fran par 1000 kg qui sea*a fixé pour les betteraves faisa l'objet d'un contrat de livraison conclu à temps. Art. 3. — Les betteraves à sucre ne peuvent èt transportées par chemin de fer, par bateau ou i». voiture qu'avec l'autorisation du Bureau de rép;i tition des sucres, à Bruxelles. Les demandes d'autorisation doiveiijt être remis à une des sucreries ou des fabriques de sirop agréé conformément à l'article lr. Pour les transport par voiture, il sera délivré' i permis Geleitschein ; pour les transport par « ! min de fer ou par bateau, on'procédera au timbra des documents de l'expédition. L'autorisation de transport peut être subordonn à certaines conditions ou à certaines prestations. Dès que le transport est terminé, toutefois au pi tard à l'expiration clu délai- indiqué sur le pern de transport ou sur les documents de l'expéditic on doit rendre ce permis ou ces documents à l'am ri té qui Les a délivrés. Les dispositions du présent article sont aussi a pliicables aux transports de sirop de betteraves, sir de candi et mélasse non mélangée. Les demand d'autorisation doivent être adressées à la « ZucKi verteilungsstelle », à Bruxelles. Art. 4: — Il est défendu : 1. de provoquer la délivrance de l'autorisation . transport par des déclarations inexactes ; 2. de ne pas observer les conditions auxquel! l'autorisation de transport a été subordonnée : 3. d'utiliser plusieurs fois soit le. même permis < transport, soit les mêmes documents timbrés en \ de l'expédition, et de retenir illicnement de tels pi mis ou duenments (article 3, 5* alinéa) ; 4. -de transporter des betteraves à sucre sous m fausse désignation ou mélangées à d'autres produ agricoles ; 5. d'opérer des modifications dans le texte des jh mis ou fies documents timbrés de l'expédition, coller quoi que ce soit sur ces permis et dooumei et d'irtiliser de tels papiers. Art. 5. — Quiconque aura enfreint les dispositio du présent arrêté ou les instructions donnas en v de son exécution sera, conformément à. l'article < 22 septembre 1917 réglant le, trafic des botterav< etc.. puni soit d'emprisonnement de police ou d'i an au plus d'emprisonnement correotionnel, s< d'une amende pouvant atteindre 10.000 marcs ; < pourra aussi réunir les deux peines et prononcer confiscation de la marchandise ainsi que des rrioye de transport. Bruxelles, le 29 septembre 1917. Der Verwaltungschef fiir Flandern, schaibi-e. Namur, le 2-9 septembre 1917. Der Verwaltu.ngschef fiir Wallonie HANIEL. arrêté Cuivre, bronze et laiton Commentaire en date du lr octobre du ciief de la division Commerce et industrie, à l'arrêté du 31 juillet 1917, 22918, concernant la saisie et la livraison obligatoire des objets d'installations en cuivre. Laiton et bronze se trouvant dans les ménages, ainsi qu'à l'extérieur et l'intérieur des bâtiments, de même qu'à son « avis» (H. G. R. 23166/11) terminant les dispositions réglementaires die l'arrêté précité : Classe 20, Objets d'ornement. I.a traduction française du mot « Ziergegenstande » (objets d'ornement a donné lieu à des doutes, .le porte donc à l<i connaissance des intéressés que les statues et statuettes, garnitures de cheminée, pendules, vases, cache-pots,'etc., eu cuivre, Laiton ou bronze, sont considères comme objets d'ornementation au sens du dit arrêté, tandis que les appliques eu ces métaux, fixées aux meubles, ne rentrent pas dans la classe 20 de l'arrêté. Le précédent commentaire ne vise pas les autres «•Laisses. Service postal a partir de ce jour, la faculté d'échanger des correspondances entre les localités du territoire du gouvernement général, possédant un bureau de postes, et l'Allemagne, etc., est étendue de façon générale aux villages et hameaux situés dans le rayon de ces perceptions p<les. En conséquence, les localités rurales appartenant aux perceptions postales suivantes sont désormais admises a ce trafic : Binche. Braequegnies, Ciney. Cou vin, Dînant, Flo-rennes. Punuty T'rancc , Givel France), Goltignirs, Houdeng, JeTnelUî; La Cmyère, L.a Louvière, Libra-mont, Nîarieinbourg, M.nuage, N'-ufcbA-teau .l.iixein-bourgL P.hilippeviUe, Ressaix. Rivière. Rochefort, Rœulx Le Spontiri, i'Iiien, Tbain, Trivières, Wal-court, Y voir. Evénements de Mer SINISTRES, AVARIES: ETC. Miquelon. Berne, i octobre. — D'après une cuin-niuuication de Marseille, le steamer Miqielo.n, vc-ua;nt. du Havre, est entré eu collision, à l'entrée du port de Marseille, avec le vapeur Bai.kank. I,c Miqi'i:-i.on a été coti])é eu deux et a coulé iinmédiate.ine'il, ; L'équipage a clé sauvé par Le Balkane. EXTERIEUR PAYS-BAS Le traité charbonnier germano-hollandais î On annonce que le traité germano-hollandais rela-s tir au charbori vient d'arriver à une conclusion cl • <[ue les •revendications' allemandes en ce qui concerne le prix du charbon et les crédits ont été ai- La Hollande recevra par mois 25.000 tonnes de charbon allemand et pourra se procurer en Angle-i, terre les quantités supplémentaires dont- elle aura besoin. Les navires néerlandais transportant du e charbon d'Angleterre seront épargnés par les sous-i- marins allemands. En toul cas, les navires néerlan-i- dais ne pourtmit se rendre en Angleterre que cliai->, g es de lest. En outre. l'Allemagne autorise l'impor tation en 11 Mande d'acier et de fer pour autant que j; ces matières soient absolument nécessaires à la i- construction des navires et à l'industrie. FRANCE I Nouveaux billets de banque La Banque de Fratice vient de mettre eu circula-tion un nou-veau billet de banque de vingt francs à " l'effigie du Chevalier Bavard et destiné à remplacer r le type actuel. ^ Les nouveaux sous français i, On commence à voir à Paris les nouveaux types e fiançais de pièces en nickel de 25 centimes, de 10 i; centimes et de 5 centimes. La France ne s'est pas 5, Contentée d'adopter à peu près le même format que v la Belgique. Elle a repris l'idée, de frapper des pièces trouées. a • z CHRONIQUE INDUSTRIELLE L'Industrie des autos - Parmi les industries qui feront preuve d'une activité extraordinaire dès que la paix sera conclue, nous plaçons notre industrie automobile, qui tenail avant la guerre* une place importante au point de vue mondial. Eu effet, elle avait acquis une telle notoriété, quelle se rangeait en première place poui la probité de sa construction, au quatrième rang pour l'importance de sa production. !2 Tant en usines spéciales qu'en départements nou veaux d'usines installées, les établissements où s* -•s construisaient nos chàsis nationaux formaient une liste importante où nous relevons les noms de : Pipe, Métallurgique, Germain, Nagant, Minerva, Fabrique e- Nationale d'Ames d'Herstal, Springuel et Iuipéria. »P Miesse, Sa va, Excelsior, Bovy, Auto-Mixte, Linon, Le Dasse. Fondu, Maniés, Sàr.oléa, P. A. B. II si l'on y joignait nos principaux carrossiers et le* 6, fabricants d'accessoires et d'articles de carrosserie, on jugèra de l'importance d'une industrie qui oceu :1 pait flans notre pays environ 30.000 ouvriers et donl p-s Le chiffre d'affaires atteignait annuellement de 9( lu à 100 millions de francs. Par suite de la nécessité où ils se trouvaient de procéder aux essais de leurs châssis sur notre ré seau routier mal entretenu et si défavorable à ki r- circulation automobile, nos constructeurs nationali> te étaient dans l'obligation d'assurer à leurs voitures une robustesse à toute épreuve et à apporter à In I1 vérification de La qualité des matières, premières em .ployées, une attentLon particulière. c- Aussi toutes nos .grandes usines comportaient-ellcr un laboratoire où étaient examinées toutes les piè Js ces et rebutées celles reconnues défectueuses, is Les matériaux spéciaux à l'automobile dont ou dis ix posait en Belgique étaient de tout, premier ordre, ei le an bon nombre de maisons étrangères très impor i- tantes venaient se fournir dans notre pays. Ir Les principaux établissements métallurgiques qui •s servaient l'industrie automobile étaient : it Cockerill. Dea"ihon et C°, Dyle et Bacakin, Coin pagnie des Bronzes Phosphoreux, Porta à Jambes fe Porta à Huy, Peseters, Forges et Fonderies d'Awans ir Leç-hat et Candèze, Forges de Bellecourt, Forge.-r- de Bierset-Awans, Valère Mabille et Pelgrims, For ges de La He.stre, Félon et. Granier, Hendrickx. Char es let de Raet, Forges et. Fonderies du Limbouirg, Rec?, es de Malziue, Locliet-llolran, OUivier et Fils, Tôlerif automobile, Alliages Cot.haas, Gerkinet., Hamoir-Du m. chesne, Collae.it, Moyer, Simon on. e- Pour les pièces de forges et d'estampage, nom -re étions les maîtres incontestés et nous n'avions riet à envier à nos voisins pour lefe châssis emboutis e' ce les pièces de fonderie, telles que cylindres et car ters. si, pour les aciers spéciaux, certaines de no.-lis usines étaient encore tributaires de L'Allemagne ei ;is quelque peu de la France, le nombre augmenta ii n, sans cesse de celles qui se fournissaient exclusive o- ment en Belgique. Notre outillage était en majorité de provenance p- américaine et très moderne, s'étant complété par de.« >p apports-successifs, su ivant l'accroissement de la ]»ro es duc tion en ces dernières années. r- Nos usines traitaient toute la construction par sé ries impoitantes, sans cependant, plus qu'ailleurs er Europe, approcher dans cette voie des chiffres fan te tastiques obtenus par cérames usines américaines qui, telles les « Ford » sortent mille voitures cornes plètement terminées par jour de travail. 11 faut dire que c'est là le résultat d'une concep le tion de la voiture automobile très différente de la le nôtre. L'Américain part de cette idée qu'un outi: r ne doit être employé que tant qu'il est bon, c'est à dire pour lui, tant qu'il est. neuf, n supprime la ré îe paration, renouvelant l'outil qui né donne plus soi ts rendement, initial. On ne répare pas'en Amérique le.' locomotives usées : on les met à la ferraille, r- Il en est de même des automobiles. Dès que ln le voiture ne roule plus tout à fait bien, on la rem ts place, estimant que le temps perdu en réparations vaut plus que la mise de fonds nécessaire à l'a chai is d'un nouveau véhicule : ceci place le constructeur et ie face d'un dilemme : fabriquer des voitures musa lu bles, ruais très chères, ou fabriquer des voiture.' ■s, moins bonnes, mais très bon marché. Cette dernière m solution est la seule qui convienne au grand nom >i1 bre. Elle mène à la démocratisation de'-l'automobile "i qui cesse d'être un objet de luxe. Un auto genre la « Ford » vaut là-bas 600 dollars, ce ejui équivaut ; is .'.5000 francs, et même moins, si l'on tient compte de la moindre valeur de l'argent en Amérique. Une telle conception conduit, industriellement parlant, à une production énorme, mais £i une fabrication néees sa i rement médiocre, n'a ssurant, qu'un service de durée limitée. n, Ces idées sont si différentes des nôtres, qu'il n'y ; pas lieu de supposer que leur influence se traduise par l'adoption en grand en Europe de véhicules établis sur ces données. La clientèle de nos usines belges demande des voitures que l'on peut amortir en dix années, et non en quelques mois, et d'une puissance -judicieusement appropriée au modèle de carrosserie Comme à l'emploi particulier auquel est destiné le châssis. l>e là, la grande variété des types que nous offraient les catalogues de nos constructeurs beiges. L'importance de nos envois à l'étranger augmen- ! tait sans cesse. Nos exportations de voitures automobiles et de pièces détachées atteignaient, en 1913, le chiffre -respectable de 28 millions, en augmentation de plus de 2 millions sur l'exercice précédent Eu ce qui concerne les importations d'automobiles en Belgique, il es' assez délicat de fixer des chiffres, le nombre de voitures en simple transit dans notre pays était énorme. On peut considérer que la valeur totale ele 1a production étrangère entrant eu Belgique était d'environ 10 millions en 1913, en sensible augmentation — plus de deux millions — sur l'année 1912. La France tenait la tête avec quelque 600 voitures, l'Allemagne avec 300, l'Angleterre avec 200 et l'Italie avec 150. Un département, extrêmement intéressant de l'industrie automobile, dans lequel nos constructeurs axaient ,acquis une réelle maîtrise et dont le développement serait de nature, après la guerre, à assurer à nos usines d'importants débouchés, tant à l'étranger que dans le pays,est celui eles poids lourds. En orientant nos constructeurs vers1 la fabrication des poids lourds," on peut être certain d'accroître rapidement l'importance de notre commerce automobile sur le marché mondial. La place (rue la Belgique a su acquérir jusqu'ici, est déjà des plus honorable pour les machines ordinaires, comme nous venons de le nîtmtrer suffisamment. En résumé, nous pouvons donc envisager l'avenir de notre industrie automobile avec confiance, grâce aux nombreux débouchés qu'elle a déjà su. se créer à l'étranger et grâce aussi à l'extension de fabrication que nos usines ne, manqueront pas de prendre en développant la construction des poids lourds. chronique judiciaire Jurisprudence de guerre. Les faillites Pendant la période critique actuelle, proclamait <lés le s juillet 1915 le tribunai de commerce de Liège, les tribunaux doivent se montrer très cir-conspects pour prononcer la faillite d'un coinuier ra.ut qui n'a rien à se reprocher. Une gène momentanée ne peut être assimilée à l'état de cessation de paiements justifiant une demande de mise en faillite. Et. le 3 mai 1916, par un arrêt que la Pasicrisie a reproduit intégralement ;1915-16, IL 232), la Cour d 'Appel de Bruxelles a donné aux magistrats cou su-Maires une indication précise : « Doit être déclare en faillite le commerçant, sol-vable ou non, qui a cessé ses paiements. Mais cette cessation doit être assez générale pour ébranler son crédit et mettre sérieusement en péril les droits de ses créanciers. Dans l'appréciation par le juge de cet état de pur fait, il y a lieu de rechercher si la ces- ' sa t ion de paiement, est la conséquence d'une désorganisation profonde de la vitalité, commerciale, ou s'il n'y a qu'unie suspension momentanée résultant de circonstances exceptionnelles et temporaires qui frappent tous les habitants du pays, telles que la guerre déclarée le '.i août. 1914. » si dans la période qui a précédé immédiatement La guerre, une société, par exemple, paraissait vivre d'une existence normale et régulière et si les embarras sérieux ne se sont produits que postérieurement au i août 1914, et à raison des événements amenés par la guerre, la cessation de paiements ne revêt pas les caractères voulus par la loi pour constituer la société en état de faillite. » Tel est aujourd'hui le critère. informations financières BOURSE OFFICIEUSE D'ANVERS Skanœ du 10 octobre. — Lfj maintien de dispositions favorables dans le groupe des valeurs pétrolifèrcs donne à 1'eiisemble du ma n lié un aspect plus ferme, les affaires toutefois ne s'étendent pas au point de susciter de l'anima;ion. celle ci nous reviendra sans doute a la suite d'une intervention plus, large du pu lïl i c lorseju'il se sera convaincu (pie la fermeté qui se déployé en ce moment ne revêt pas un caractère aussi éphémère qu'il aurait pu le supposer. Les valeurs de plantations ne représentent par continua lion qu'une part réduite dans les transactions du moment. Des.cours fermes en Tauganyika indiquent les tendances des coloniales. En fonds d'Elats règne encore une certaine lour deur (fui ne se traduit pas toutefois par des différences de cours bien sensibles. - Les rentes belges et les lots de villes -jnt mie tenue satisfaisante. Belge "■ mai 7^ 3;'-î-7:» 5/8 : Emission Anglaise, 85 :i 4-86 .V* : Bon du Trésor \ 1917, 103 1 Mil'. : Annuités 3 ... 82 82 5'S : Anvers ."> \ 1917, 104 1 4-104 3 \ : Anvers IHS7. si :;/4-85 3 i : Anvers 1903. 69-70; Bruxelles 1905, 7« I «71 1 : Bruxelles 190:2, 87-88 : ( iand 189(5, -65,75 <>6;75 ; Liège 1897, 65 :î 4 (56 i! \ : • Liège 1905, (56 A.. (56,25 P. ; Ostende 1898, 57 1/4-58 I i : Si- :aerheek. (ili I Mil I 2 : Congo, 94-95. Les échanges en fonds d'Etats Internationaux n'ouï pas amené ele fluctuations de cours bien particulièrement inléressaiih's. Les Cédilles cèdent encore une légère fraction- ce qui me! les 'nouvelles à. il:; :;/4-11.") L4. il y am ri preneur en I. à 112 et' en II à I:."», les K sont offeites à (is I •' et les or ."i a lie L'Emprunt Argentin 5 ' 1905 intérieur à 98 P. est également moins soutenu. Les fédéraux or de leur côté ont à subir eles ventes qui leur foiit perdre quelques fractions. Intérieur î 1/2 97-98., l'Extérieur i 12 96 1-2-97 3. », le L2 191! 96 1. 5 97 1 •'?, Bueims Ayi es 4 12 95 5/8-% 5/8, Pavimen.tation ancien 89 P., le nou veau 91 3/8-92 l'2, Hahia Blanca 466 P., Brésil fm, ding 1914 13-2 12 A.. Brésil 5 \. 19J:i 97 1/2 A.. 98 P.. le 5 I 2 92 A., le 4 V, 1910 s;i 7 «-84 7/8, le i 'V. 1889 84 I 2-85 12. Bescission 84 1/2 P., l'.iiili 5 \ 1911 98 1 99 1/4. le '.12 1886/7 92 3/4-93 3."«, le i I-2"1889 94 14 95 Li, Cuba 5 . 108 7/8-109 7/8. Guatemala 58 1/4 A. Les dettes 'mexicaines' sont revenues ele leur vogue passagère, le :! intérieur est plus faible à .">8 I 2 59 15. le 5 intérieur figure à la cote à 86 P.. le 4 or 1904 retourne à 75 1/2-76 1/2, le 5 oi- 92 P. Tes Uroguav sont moins demandés, le :î 1/2 c-ae 715 3'4-77 :ï '.. le 5 1914 98 1/2 P , les Cédilles 106-107, \'ériézuéla 77-78. Parmi les dettes asiatiques, le Railway Japonais est plutôt lourd à 110,75-111.75, le 4 1/2 1905 se soutient mieux à. 128-129, Le 4 % 1905 103.75-104,75. le 1899 91,75-92,75, Chinois 4 1/2 1898 87-88, lie 5 % 1896 97-98. Les dettes continentales manquent d'activité. Bulgare i 1/2 82,75 P. Nationale d'Autriche '61 3/8 A., 61,75 P., Portugais 3% 3m* série 57,25 A.. Boumain 4 % 1890 86-87 le 4 1/2 1913 77-78,25, le 5 % 1903 90,50 P. Bûcharest 1898 73,50 A., Busse i % 1880 72-73, le Nicolas 85,50-86,50, Serbie 64,75 A., Turc Unifié 90,50-91,50. En actions diverses nous voyons figurer l'ordinaire Lîebig à 615 P., ex coupon N° 67 de 15/- Capital Electrique, de l'Escaut 130-133, capital Tram. d'Anvers 116-119, capital Kiew 97,50-99.50. actions Sucre ries de-Tucuman 410 P., Crédit Nat ion al Industriel privil. 322,50 P.. l'ordinaire 309-313. Les prix en obligations et actions privilégiées hypothécaires s'établissent sans variation aucune. Banque Belge 489-494, Foncier-Sud-Américain 489-493, Hypothécaire du Canada. 488 P.. privil. San sine n'a 1050-1060, obligation Brasserie de Palermo 425 A., San Francisco 88,50 P. Da,us ,1e groupe des entreprises pétrolifères les fluctuations de l'Astra Roman a prêtent à ce groupe une allure assez active, la clôture se fait en tendance ferme, après diverses variations comprises entre 1555 et 1605. Boryslaw (5* P., capital Roumanie 1155 168,50; dividende 147-153,25, Grosriyi ordinaire 25vO-2620, privil. 2900 P. Lé groupe des caoutchoucs est abandonné eu attendant que les prochaines déclarations de dividende leur ramènent L'attention. Cap. Deli Moeda 302,50 P. Federated 817.50. Financière 295-301,50. GaLang 6,30-6,50, Kal'itengah 74-76,50, Kuala 170-175,50, Kuai>g 105 108,25, Parts Tjisalak 270-276, Seuriah 73-75. Telok Dalam 535 P., capital Union Minière 1800 P.. parts Equatoriale Congolaise bien tenue à 930-945, actions Ta.nganvika 125-128, obligations 235 A., parts Congo Belge 182,50-187,50. BOURSE OFFICIEUSE DE BRUXELLES si.ANei: du lo ocioBRn. (îrande animation ce jour. Ou rec'iercbe plus activement les valeurs méiallur giqnes. Les charbonnages sont plus faibles ainsi que les valeurs égyptiennes qui perdent du terrain.'Les titres coloniaux sont très fermes aujourd'hui. Les affaires >ont restreintes en rentes et lois de v ille. Voici les cours pratiqués : Rente Belge 3 ',,, 71,75-72.25: Bons du Trésor 4 1917, 102,25 \. : Bons du Trésor i 1919. 103.50 A. ; Congo lots, 92.75 : Crédit Connu. 3 78 : Crédit Connu. 4 °„ 191 (>, 94,25 ; N ' i ( • i 11 a il x 2 I 2 . 1885 'lois . 9S ; Vicinaux 3 niai. 78.75 ; Vicinaux ;; j.r n \i er-i 11 i 11 et. 73,75 : Anvers 1903, 68,75 : Anvers 1887. 83,75 ; I î ru x elles 1905, 69.75 ; Bruxelles 1902 . 85,25 ; Bruxelles Maritime, 66,75 ; lu tercominimale des Eaux, 460 ; (iand 1896, 64.75 ; Liège 1897, 65,50 P. : Liège 1905. 65 7'8-66 1/8 ; Ostende 1898. 57,50: Schaerbeek 1898, 61,50; St-Gilles 1917, 100,50 ; Vervie. s 1873. 103,50. Eu obligations diverses le marché est très calme. On cote 440 en 3 1/2% Banque Belge de Chemins de Fer ; on est mieux en 4 % Mutuelle de Tramways à 415, 422,50; en 5% Tramways d'Odessa à 491,25, 493,75, mais on se tasse eu priv. 5 % Tiflis à 200, 199, et en Gaz Belge inars-sept.) à 440, 450, en Borinage Centrai à 400 ; en 5 % Pontelougo à 460, et la 5 % Ham-sur-Sàuibre à 482,50. Les titres bancaires sont plus hésitants et les cours ne se modifient guère. Banque Belge pour l'Etranger. 7oo ; Crédit Anversois, 412,50, llypothéc. d'Egyp. fond., (5«, 69 ; Société Géu., part de réserve, 7045, 7025, 7005'; Immobil. de Belgique cap., 185. En tramways, chemins de feu et transports, rien île particulier à signaler. Maritimes du Congo, 895 ; Réunis prior., 350; Alexandrie div., 210, 212,50. 215 : Bialystock cap., 33,50 ; jtmiss., 40, 37,50; div.. 7, Bruxellois div., 917,50, 912,50: Caire jouiss., 595 a 615; Espagne fond., 1395, 1400, 1405; Int. Tram., 95 ; di\'. 22 ; Livou-rne ord. 115 ; Mur-ci e cap., 35,50 à 37,50; div., 7, 7,50; Palermo div., 9.50, 10,50; Bailw. et lîleetr. cap., 635, 640; jouiss.. 230; divid., 615, 617,50 ; Hoilie-Milau, 84, 85, 86 ; Rosario cap., 87,50 ; Saratow div.. 85, 86 : Secondaires cap., 510, 515; fond., 1460; Sofia cap. 160 ; div. 23,75, 26,25 ; Tierrtsin cap., 1410 à 1420, fond., hier, 2375 à 2325 ; Transports cap., 1135, 1150 : Tram, et Electr. ord., 23,75, 24,23 : Vérone priv., 153,75, 155, 157,50. En métallurgie, progression sur toute la ligne pour les bons titres de placement. Atel. Métall. [>rior. 190, 195: Berdiansk ord.. 132,50: Braine-le-Comte fond., 250; Chàtelet- priv., 170, 180; ord., 125; Chà-telineau cap., 375, 400, 425; fond.. 400 ; Email! de' i i os selles cap., 150, 147,50, 152,50; div., 70: Energie capital, 117,50, 120 ; fond., 35 ; Industrie. 40 ; Minerva, 285, 290 ; Monceau-Fiacre cap., 190 ; hier, 190 seul : Sambre-Mosellte ord.. hier, 185 seul ; Thy-le-Château, 1800, 1835: Toula div., 120: Trust Métal!. cap., 40; div.. 53, 54, 55 ; Tuyaut. Tréf. à M*ns cap.. 480 ; ord., 80 : Wattelar cap., 61, 62, (53 : fond.. 4L En charbonnages, marché avec tendance à la lourdeur cependant quelques valeurs s'améliorent a la clôture de la Bourse. On a annulé les cours d'hier en Fontaine l'Evêçjue et. en Wérister, en on n'a niaintenu que les cotations de 1870 et 1860 en Gouffre et de 5400 en Produits au Flénu. Nous relevons ensuite les cours en Anderlues à 1135, en- Bois de St-Ghis!ain priv. à 203-207,50 ; en Bone-Espéranc| et, Batterie à 4575, 4600, 4625 ; en Bon nier à 665, (570; en cap. et .jouiss. Charbonnages Belges de 615 à 600, e.t a 315, 317,50 ; en Concorde à 1650 ; eu Est de Liège de 1100 à 1080; en Grand-Buisson mieux de 2450 à 2525 eu cap., et 2180 en jouiss. en Grand-Mambourg à 150, 152,50; eu cap. Haiuaut soutenue à 622,50 à 635: en Houillères-Unies à 9(50, 955, 965 : en Levant du Flénu à 6000, 6100, 6150 : eu priv. Nord Flénu à 310, 300 : en cap. et fond. Nord de Bohème à 115. 11(5. et 17,50, 1S ; en Nord du Rien du Cieur à 900, 925, 950; en Ressaix 3070 ; en Réunis de Charleroi à 1850; en Rien du Cœur à 670; eu Unis-Ouest de Mous à 1200, 1190 ei 1210, et en Loti ett e de 257,50 à 260. Mines, zinc et plombs : Les capitalistes "sérieux font , des achats importants da'n's ce compartiment. On traite les Mines Réunies de 180 à 182: la cap. Tainega à" (516: la Produ- tora B à 91 : la. cap. Mines d'Or Australiennes à 195, 194; la Nébida à 407 12. 41(i et 412 I 2 ; la cap. et la div. Nitrates à 103. 104 et 30, 31 : la priv. et Tord. Phosphates de la Malogne en avance respectivement à 200 et de 97 1/2 à 100 ; en Baearès à 11(5, 11(5 L'2, 117 : eu cap. et en ord. Romani lia à 350 ei 320. Glaeeries et verreries : Belges cap. 260, 270. 280 : jouiss.. 147 1/2, 150, 152 i-2. Distribution d'eau : Fan Gaz, Elect.. priv., 2(t. 22 J/2. Gaz et Electricité: Elect. Na.ntes, cap. 97 L'2, 105; Lut r. Elect r. cap., 800 a 805 : fond.. 690, 695, 700. 'Textiles: Loth cap.. 410; jouiss., 82 1/2. Constructions : Carrières Wineqz, 57 1/2 : Céramiques Now 'cap., 209; ord. Buda, ">7 I/2, 60. Produits chimiques: llaren priv., 115. 125: ord., 28 1/2. En délies contiueniales. les fonds roumains se soutiennent et les fonds russes sont offerts : Roumain ; ' 1890. 85 I '.. 8(5 I i : Roumain 4 I 2 1913. 7(5 ;;"t, 78: Roumain 5 , 190:5, 88 1 2, 90 1/2 : Bucai- -; 5 1- 2 1898 cède a 78 1 2. 7" 12 : Russe 4 . 1880. 71 P : Russe '» Nicolas, 86 :î i P. : Russe 5 ,. 1906. 91 P. : Serbie 5 1895 se r.-pète a 64, 65: le Bulgare . I 2 1909 progresse à 82 1/2, 8.'! I 2. Autriche Nat. et Métal!.. 61 1/8; 62 1/2 'on pale 62 5. <5.'! 3 4 pour les coupures;. La San Francisco se traite couramment de 88 à 89. Le compartiment des valeurs coloniales est mieux disposé. Africaine Conifina) cap., 76, 75. 74 ; Sinikat cap. 95, 96, 97 1 2 : div., 485 à 495 : Belgo-Katanga c * i p., Ho a 75.;.div.. 90 à 87 1/2; Congo Belge, 185 à 182: Commerce Congo, 3925 à 3975 ; Corn m. Minière cap.. 105, 107 I 2 : div.. 57 à 48: Compt. Comrn. Congolais part, il 12: liéoinines, 730 a 750. 735; Haut Congo ord., 895, 885 : Kasaï MX)0, 80 1/2- : Katanga priv., 3:550. 3:530, 3360 : ord., 320O à 3227 1,2 : Lacourt fond., (560, 662 12. 655; La i.uki cap.. 43,' 42 ; jouiss.. 2'»: Prod. Congo fond., 145 a 165; Union Minière cap.. 1785, 1780. J79o ; ili\. 1655: Tauganyika. 12(5 12. 126 3/4, 127; Equateur Congolaise part, 940, 945. Les titres du groupe Ibillet sont toujours récitants. Batangara, 212,50, 215 ; Fauconnier cap., 455 ; Mopoli cap., 165, 166,25, 167,50 ; Seiangor, 502,50 . 500, 595, Se-Mnadam cap., 110, 111,25. les autres valeurs caoutchoutières sont également fermes. On traite Simpang Kiri à 390, la Zuid Prem ger à 216,25, 217,50, 218,75, les Seainah Rubber à 73. i 73,50 et 74, la 10* fond. Noembing à 335, 340, la Java j à 215, 216,25, 217,50 pour la cap. et 1425, 1430 pour ! la fond. En* pétroles, la tendance est satisfaisante sans p 1 lis et les affaires restreintes. La cap. Boryslaw vaut 63, 64, 65, la div. Naftase fixe a 245, 240 et 237,50. les Roumanie sont fermes à 162,50 et 150 suivant la catégorie, et les Tustanowice respectivement à 285. 282,50 , 287,50 eu priv., 70, 72 en cap. et 95, 100, 105 en fond. Eu valeurs diverses, les cours se répètent à quelques fractions ou quelques points près Bel go Pulp priv.,-625, 630, 635; Brasseries de l'Etoile, 70, 70,50 : Bras'series dit Haiuaut capit.,- 55 : fond., 1(5 à i9 : Mat. prem. Cliap. Beige Amér. cap., 1050; fond., >00, 825 ; Papet. de Gastuche, 247,50 ; cap. 70. 72 ; fond., 95, 100. 105; Suer., Saint-Jean fond., 265, 262,50. 267,50; Suer. ltalo-Belges divid., 171 à 174; Suer; Europ. cap., 89 à 90 ; Wagons-Lits ord., 215. Valeurs étrangères: Peu d'engouement dans i e compartiment, exception faite pour une couple de titres égyptiens qui sont recherchés. Ainsi on est mieux en priv. Agricole d'Egypte à. 340, 345, en cap. de 305 à 295, en div. a 260 qui finit à 245, en Angio-Belgian à 37,50, en fond. AlLot.menf à 29,50, 29. en CiTj}. Egyptian Entreprise à 160, 162,50, 165, 157,50, en div. à 141,25, 138,75, 140 et en div. Héliopolis à 215, 217,50, 220. Nous relevons d'autre part ici Dahlbusch <\ ikk),. Tord. Ivamerou.li à 160, StoJberg à 550, Barcelona à 122,75'. 123, 123,25, Madeira à 280 et. Mexico Tram à 315, 317,50, 312,50. L'act. Kaïping est- discutée pour le moment à 81, 82, 79.50, et l'obi, se maintient à 520. Nous retrouvons la Porto-Bico à 165, 167,50, la Port de La Havane à 280, 282,50, l'obi. Port Para à 330, 332,50, la priv. à 117,50, Tord, à 70 et la Ville de Para 1912 à 275. L'ord. Dyle et Bacalau est à 10^5, 1075, le Métropolitain est à 500, les Tôleries de L u vroil à 290, l'obi. Chemins Vénézuéliens fait 22,50, 25, la Lugune Toscana 297, 298, et l'ord. Nicolaïeff à'240. COURS DU CHANGE Anvers, 11.octobre. — Cours du florin : 380 argent ; 383, papier. Compagnie rie Floreffe. Les bénéfices de l'exercice arrêté an 30 juin 1917 s'élèvent à fr. 192.778,60. Les frais généraux, entretien et assistance au personnel ont exigé fr. 87.502,22; les indemnités statutaires reviennent à fr. 12.000 ; la répartition d'un dividende de 5°,, ou fr. 6,25 par action, soit 142.825 francs ayant été décrétée, il a été opéré un prélèvement de fr. 49.548,62 sur prévision spéciale pour parfaire la différence. Sucrerie et Raffinerie de Pontelongo. I! résulte des renseignements feairnis à l'assemblée annuelle du 24 septembre 1917 que l'exercice 1914-15 soldera par une perte ele fr. 300.000 au maximum. Ce résultat défavorable est uniquement dû à une récolte dé ficitaire et au fait que le prix ele vente imposé pour le sucre n'a pas été — tout au moins pour les usines de la. Société — en concordance avec le coût élevé de la production. Par contre, l'exercice• 1915-16 a été plus favorable et le bénéfice net pourra s'élever entre fr. 1.500.000 et 1 million 800.000 francs. La nouvelle campagne se présente dans d'excelleu tes conditions. Depuis le 16 août dernier, les usines Sont en pleine activité et, au commencement de sep tembre, elles avaient déjà travail-lé 38 millions de kilos de betteraves. A moins ele circonstances fâcheuses imprévues, elles produiront d'ici à fin novembre environ 22.000 tonnes de sucre. Or. comme la production de 1915-16 n'a atteint que 15.000 tonnes avec un bénéfice probable de 1,5 à 1,8 million de francs, on peut tabler pour 1916-1917 sin un bénéfice- proportionnels soit 2,2 à 2,5 millions de francs. Le bilan de 1913-14, le dernier qui ait pu être établi, soldait par un bénéfice net de fr. 2.706.060,51. Le Conseil d'administration a l'intention de faire statuer ultérieurement les intéressés sur l'emploi élu fonds de prévision spécial ele fr. 1.395.757,49 ci'^é par décision de l'assemblée générale ordinaire dp 1915. Vereenigte Kônigs und Laura Hutte. I/e^ercice de ces mines et usines à été clôturé le 30 juillet dernier par un bénéfice d'exploitation de 16 ir^illions ,0.000 ink. Il a été amorti 7 millions. Le bénéfice net de 9.800.000 mk contre 5.300.000 mk l'an dernier permet la répartition die : 12 % contre 10% dp dividende ; eu 1914/15 il n'a été distribué que 4 %. Compagnie Belge de Fournitures Dentaires, an ciens établissements L. Mairlot, société anonyme, à Bruxelles. — Bilan au 30 juin 1917. Solde en béné fi ces. fr. 2.121,12. Laminoirs de l'Ourthe, société anonyme, à Saulieid lez-Chênée. — Bilaai arrêté au 30 juin 1917. Bénéfice exercice, fr. 196.515,21. Charbonnages rie La Haye, société anonyme, à Liège. — Bilan au 30 juin 1917. Pertes de 'l'exercice, fr. 184.445,87. Waaren Commissionsbank, à Hambourg. - Cette banque propose une distribution de dividende de 10 % contre 35 % en 1915. Briqueteries et Céramiques de la Meuse, société anonyme, établie à Lustin. — Bilan au 30 juin "1917. Solde débiteur, fr. 99.824,93. Charbonnage du Trieu-Kaisin, société anonyme, à Châtelineau. — Bilan arrêté au 30 juin 1917. Dividende à distribuer le !r octobre, coupon n° 20. fr. 320.000. Jordanbergs Reederei, A. G., à Hambourg. — Cette société vient d'être créée avec un capital de Mk. 1 million. Elle a repris le steamer de la firme Ham-liourgeoise Jordan & Berger Naehf. (service vers la Norvège). Sucrerie de SoIre-sur-Sambre, société anonyme, à Solre-sur-Sambre. — Bilan au 30 juin 1917. Bénéfices de l'exercice, fr. 61.198,89. Etablissements généraux d'Imprimerie succès seurs de Ad. Mertens), société anonyme, à Bruxelles. — Bila.u au 30 juin. Solde créditeur, fr. 14.813,65. Bank fiir electrische Unternehmungen, à Zurich. - Dividende 5 %. Lespir frères, Sironval et Cie, société en nom col- . Lect.if, à Laeken. — Constitution. — Bilan au 30 juin 1916. Solele créditeur, fr. 28.939,54. Raffineries et Sucreries Say. France). — Cette société distribue 'un dividende de fr. 14, (1915 fr. 30,86) Siir -les actions privilégiées et fr. 10 (20,39) sur les. actions orelinaires. Pester ungarische Kommerzialbank. à Budapest. Bénéfice net C. 12.211.711 contre C. 2.265.473 en 1915. Société Générale pour la fabrication de la dynamite France'. Dividende fr. 50 contre fr. 35 en 1915). Ungarische Flusz- und Seeschiffahrtgesellschafl, à Budapest. —- Cette société a décidé d'émettre pour C. lo millions d'obligations de priorité 5 %. Semarangsche Zee- en brandassurantie Mij, à Sema rang". — Dividende 120 %'. Aussiz-Teplitz Eisenbahn. Les recettes pour le mois d'août ont été de C. 1.601.236, soit (i. 91.012 de plus que l'année précédente. Tweerie Semarangsche Zee- en brandassurantie Mij, à Séinarang. — Dividende 120%. N. V. Dagbtad De Locomotief, à Amsterdam. —-Dividende 80 %. Actes déposés Cornet et Lambrighs, société en nom collectif, à Bruxelles. — Constitution. — Société eu nom collectif sous la raison sociale Cornet et Lambrighs, et la désignation « Mercuria », Compagnie belge de produits alimentaires ayant pour objet la fabrication et la vente des produits alimentaires. Le siège social est établi, 26, rue BGgier, et la société aura une d/urée de dix ans. Othon Devilez et Cie société en commandite simple,, ii Bruxelles. — Constitution. — Société en commandite simple sou> Ja dénomination Compagnie des Concentrés « Mélius » et sous la raison sociale Othon Devilez et Cie, et ayant, pour objet la fabrication et la. vente des levures-mères et eles peptônes végétales liquides et concentrés, ainsi que de tous dérivés et tous produits. Le siège social est établi, rue de Rudder, n° 12, à M olen beek-Saint-Jean .• Soc. Foncière Belgo-Canadienne Société A non y m» à Anv®r« MM. les actionnaires sont priés d'assister à l'as-seinhlce générale ordinaire de notre société .qui se iièndra le LUNDI 29 COUBANT, à 3 heures de relevée, au siège social, 23, place de Meir, à Anvers. ORDRE DU JOUR Exposé de la situation : Indications des causes qui empêchent le Conseil d'administration de présenter le bilyn. et le c• niipie de profits et pertes de .l'exercice social clôturé le 30 jpin 1917. Pour jirenelre part à rassemblée MM. les actionnaires auront soin de se conformer à l'article 32 des statuts. Les Fours à Coke du Nord Société Anonyme Siège social : Hoboken Le Conseil d'administration a l'honneur de convoquer MM. les actionnaires à l'assemblée générale, qui se tiendra le SAMEDI 20 OCTOBRE 1917, à 3 de l'après-midi (H. T.), au siège social, à Hoboken. ORDRE DU JOUR : i" Rapports du Conseil d'administration et du Collège des commissaires ; 2° Examen et approbation de la situation arrêtée au 30 juin 1917 ; :>° Décharge à donner aux Administrateurs et Coin missaires ; 4° Nominations statutaires. Pour pouvoir assister à l'assemblée, les actionnaires voudront bien se conformer à l'article 32 des statuts. Les titres peuvent être déposés au siège social à Hoboken. à la Banque de Commerce, à Anvers, et à la Banque de Bruxelles, à Bruxelles, siège B. Le Conseil d'administration. MEMENTO DE L'ACTIONNAIRE ASSEMBLEES ANNONCEES 12 octobre Lothringer Hùttenverrein Aumetz-Friede Hauts-Fourneaux Lorrains Aumetz-La-Paix), à 3 li., de l'après-midi, à l'Hôtel Astoria et M en gel le, 103, rue Royale, à Bruxelles. 15 octobre Crédit Immobilier Sud-Américain, société anonyme, k 12 h. 1/2, au siège social, Grand'Place, 9, à Anvers. Société Anonyme Minière e.t Métallurgique de Monceau Saint-Fiacre, à 2 h. 1/2 de l'après-midi. 8, rue Montagne de l'Oratoire, à Bruxelles. Çultuur Maatschappij Bajabang ('Société de Cultures Bajabang), à Amsterdam, à 11 heures, aux bureaux de MM. Geo Wehrv & Co, Niemve Doeien-straat, 10b, à Amsterdam. Compagnie Générale ele Chemins de fer Secondaires, société anonyme, à 12 heures, au siège social, 33, rue de l'Industrie, à Bruxelles. New Beerschot Athletie Club, société anonyme, à il h. du matin, au siège social, 40, Rempart Kip-dorp, a Anvea\s. 16 octobre Société anonyme de Gérance et de Placements financiers, à 11 heures du matin, au siège social, avenue des Arts, 101, à Anvers. Banque Hypothécaire Transatlantique, société anonyme, à 3 heures de relevée, au siège social, 20, Longue rue de l'Hôpital, à Anvers. Compagnie Centrale de -l'Industrie Electrique, société anonyme, à. 11 heures du matin, au siège social, 143, rue Royale, à Bruxelles. Société anonyme des Usines Boineliill, à 12 heures, au siège social, à Marchienne-au-Pont. 17 octobre Dr.ukkerij en Publiciteit « Flor Burton », naam-looze maatschappij, à 8 h. du soir, au siège social, Courte rue Neuve, 28, à Anvers. Compagnie d'Electricité de la Dendre, société anonyme, à 2 h. 1/2 de l'après-midi, au siège social, 143, rue Royale, à Bruxelles.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires belonging to the category Financieel-economische pers, published in Anvers from 1858 to 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods