L'opinion wallonne: journal belge, indépendant

940 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 15 August. L'opinion wallonne: journal belge, indépendant. Seen on 27 September 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/4f1mg7h15x/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Le Gouvernement Britannique est décidé donner l 'autonomieà l lnde. Le PS ri inéi-o : 1Q Centimes N° 76. — 3e Année. — JEUDI 15 AOUT 1918 L 'OPINION WALLONNE Pour la Wallonie libre dans la Belgique Indépendante TOUS LES JEUDIS ABONNEMENTS : FRANCE 6 mois 5 fr. — 1 on 8 fr. ETRANGER — 7 fr. — 1 an 10 fr Abonnement de propagande — - O fr. Abonnem. Sous-officiers et soldats. .. — 4 fr. KCONOMTQUE — POLITIQUE — LITTERAIRE Raymond COLLEYE, Directeur BUREAUX : 9, rue de Valois PARIS (1er) Téléphone t Central La Question Flamande et le Cabinet Britannique Une intervention de M. Cauwelaert M. van Cauwelaert a informé le minis-iSTr^, Jr<^ei%e^ci^enX flaî^^ £ei» jaS^AE-QAT _AP5Aj<mn& Xaîoig <3 A A êt âiPfll'lèt jjpA 'vlnij Wallons. Certes, nous ne sommes pas en accord •complet avec le texte que M. van Cauwelaert ' envoya au Cabineit de Londres. Le député d'Anvers ne paraît guère bien inspiré depuis quelque temps et quelques maladresses ont indisposé ses partisans. Sa francophobie, par exemple, est typique et regrettable. Pour M. van Cauwelaert, la question flamande est une barrière contre respri.r îfançaîisï C'est' ainsi qu'il a "présenté son mémorandum aux Britanniques. Cètte phobie" compromet la cause flamande loyaliste que M. van Cauwelaert défend avec courage et talent. 5 m^Jr*m*qW: ^OT^^m'TOmCTn'TK^Ïn^Riny xciT;nnc^ mal«fflBBa!ftS5»sg 5bffirf)ÎS S1 ™s^St'mr "ifs^t. 5? rmstttffrs Uw^flfekS KM'tëS&ŒWËÊEfàfà- â|lk^iiïk'tik'Â m wik w ^i^ni/uiauer*(L^ r^ejlZeA & & ^'QÉy1^ ^ As Mi^eu^ çme^c^ajiis^oi^u^s ft & % ^ A ' %l À° % % A '% s1kf WIMifc1 5^* e/ emierc ^b^nTe ge^crnpines. t^-****** *.*>*.**.**■**-Usiffcs .^Tançais ^a^amdais. ^.i-^i i-^ «fis ! i î sSfî % lïfiSSS: ^arôoerapré ^e^Titiiei^v ^n<^a]-^cl<^ k^mg^jâe, SîîïïîîlîîSî'iï* cià. IL. jLsi^tajfcc ^ ^llWifflcl^ W raaraifflft^n *** *** **** *44*># k Wuà 1A plus^in^poj^a^te,- laJ X'ijffh^n^r Xnityef e^[ il)i>'É yy 'yS M. van Cauwelaert agit sans légèreté» sans doigté. Il met brusquement les pieds dans le plat. En envovant purement et simplement son papier au gouvernement belge, île ministère britannique le lui a bien montré. Rappelons encore une fois à ceux qui nous ont reproché de l'avoir défendu que nous ne sommes d'accord avec le chef du mouvement loyaliste flamand que sur trois points de son programme : 1° Le Fédéralisme ; 2° Le Recrutement régional de l'armée ; 3° La Flamandisation de l'Université de G and. Ces trois points sont indissolublement liés. Ils appartiennent à la politique intérieure de notre pays. Sur la politique extérieure nous sommes loin d'être d'accord avec M. van Cauwelaert.; Nous le regrettons. Raymond COLLEYE. — La Ligue de Défense Wallonne tiendra son Assemblée Générale constitutive le Dimanche 18 Août à 3 heures à l'Opinion Wallonne, 9, rue de Valois Tous les Wallons sont Invités à faire partie de la Ligue et à assister à cette séance. Des cartes sont envoyées sur demande adressée à M. HULET président, 2i, rue Le Peletier ÉCHOS PETITE QUESTION'? Un« nouvelle session va s'ouvrir au C. I. S. L. A. I. (pour les profaines : Centre d'Instruction des Sous-Lieutenants auxiliaires- d',ki£au>tei-ieO. et on. doit enregistrer une nouvelle victoire de ce délicieux bilinguisme national. Les candidats Wallons devront subir un examen de langue flamande, l'es candidats flamands en langue frainçaisfe. Jusqu'ici tout est normal. Mais, pourquoi y aura-t-il deux groupes recevant l'instruction, soit en flamand, soit en français? Il y a un nouveau règlement avec commandements en langue flamande : Que signifie donc ceci>?Préparerait-on le cadre des futurs régiments wallons et surtout des futurs régiments flamands ? Ça va, ça va. * * * UN CONCOURS AU FRONT Le capitaine Georges Colle a organisé au front un concours artistique dont nous avons déjà parlé. Entre tous les artistes (peintres et dessinateurs) de notre armée, le jury, composé de MM. Allard l'OMvier, Marcel Wjrsieur et Georges Co'le, a décerné 5 prix : Le 1er à G. Nyssens. le 2° à Mas-sonet, le 3e à M. Hendricnx. Nous reproduirons dams un prochain numéro ces trois œuvres par lesquelles nos soldats ont exprimé le filial attachement des Be'ges à la Patrie française. * * * LA RUE DES WALLONS Il y a, à Paris, le Cours Albert-lor, la cité des Flamands, la rue Rembrandt, les rue et viilQa Rubens, l'avenue Yan-Dyck, les rue et (passage de Flandre, l'avenue du Pont-de-Flandre, les rues de Bruxelles et de Liège, les place et square d'Anvers, la rue de l'Escaut, dit Excelsior. Il y a aussi la rue des Wallons. Mais Excelsior ignore ce que sont les Wal'lons. * * * CHANCHET Le XX0 Siècle du 11 août 1918 publie un petit écho relatif à Chanchet. Mais il orthographie ce mot : Tchancliès. C'est a>ssez curieux, car le rédacteur en chef de cette feuille est un Liégeois, Julien Fl&ment, Wallon repenti — lâché d'ailleurs par ses anciens amis du Cri de Liège et de la Garde Wallonne de Liège. Peut-être M. Julien Flament a-t-il voulu traduire ce nom en flamand, et Tchanchès est-il la traduction flamande de Chanchet ? Mais alors, Tjantje vaudrait mieux. 4 Triste,bien triste ! Le Coq Hardy. LA VIE DES NATIONALITÉS LA QUESTION IRLANDAISE A la Chambre des communes, M. Dillon, leader nationalisée, a annoncé qu'il demandera au gouvernement de désigner un jour pour discuter la motion déclarant que la politique suivie à l'égard de l'Irlande par le gouvernement britannique est incompatible avec les grands principes pour le triomphe desquels les puissances alliées continuent la guerre. M. Dillon estime que la Chambre déclare en conséquence que la solution de la question irlandaise consiste à appliquer à l'Irlande les principes posés par le président Wilson dans son discours historique.LA CONSTITUTION DE L'INDE La Chambre des Communes et la .Cham- 1 bre des Lords sont sympathiquement dis- ' posées à l'égard d'une /transformation de l'Inde en pays constitutionnel et à sa graduelle évolntior vers l'autonomie. A UN ROCHER WALLON(1) Un froid et ténébreux silence Dort à l'ombre de ces ormeaux Et les vents battent les rameaux D'une amoureuse violence. Théop. dk Viau. O vieux rocher moussu de velours émeraude Dans les chênes obscurs et les riants bouleaux, A tes pieds je revois les jeux des lapereaux Et les éclairs nacrés de l'abeille qui rôdel Le silence des bois t'enivre et t'assoupit Au sein d'une ombre verte où maint rayon s'égare; Et dans un creux profond, fleur gonflée et bizarre, L'or d'une salamandre est doucement tapi. L'odeur du serpolet et du thym qui t'embaume Se mêle aux aubépins parmi les résineux, Un chèvrefeuille exquis t'enlace de ses nœuds, Et de son safran mat monte un suave arôme. Tu vis souvent jadis un petit écolier Qui venait te sourire au retour de la classe, Au souvenir depuis l'espérance a fait place : Par mille fibres, là, tout son cœur est lié! Plus tard, tu le revis, grand adolescent pâle, Venir s'asseoir en pleurs où souriait l'enfant : Il ne regrette rien si le sort triomphant Rend féconde à jamais sa misère fatale! Abandonnez-le donc, amis trompeurs et vains! Plus triste il s'en ira vers la splendeur des âges : Sans qu'il boive au Léthé, ni qu'il cède aux orages, Des bras lui sont tendus aux parvis souverains!,.. O vieux rocher moussu de velours émeraude Dans les chênes obscurs et les riants bouleaux A tes pieds je revois les jeux des lapereaux, Et les éclairs nacrés de l'abeille qui rôde! Soutenez sa constance, humble et fier souvenir! De mille autres, l'essaim t'accompagne et frissonne : Quand le cœur s'attendrit, on ne craint plus personne— Et l'honneur nous dévoile un magique avenir! Mille autres souvenirs s'émeuvent dans l'espace .. Pourquoi celui-là seul surtout me revient-il? Je ne sais; cependant, on dirait qu'un courtil Se réveille là-bas, et sourit, puis s'efface... Des effluves d'amour ensorcèlent ces lieux... Pourquoi donc? Je ne sais. Le vieux rocher de mousse En est comme imprégné; sa retraite est plus douce; L'or de la salamandre en paraît moins hideux. Rocher de mon enfance! Une âme est dans ta pierre! Une âme autour de toi palpite vaguement D'un virginal émoi parmi le bois aimant — Et se blottit, ardente, aux noirs recès du lierre 1 Rocs blanchâtres semés d'une rouille vieil or, Tiède fraîcheur ombreuse, occulte et souriante, Où l'insecte étincelle, où l'oiseau glisse et chante, Votre vertu secrète est toute fraîche encorl Bruyères, noisetiers épanouis d'ivresse Dans les clartés d'argent du taillis enchanté, Du sein des nuits d'hiver autant qu'aux jours d'été, Vous m'infusez toujours l'invincible tendresse 1 Quand je vous reverrai — sans vous nommer jamais — Ma chère Wallonnie aujourd'hui profanée, Et par maints égarés hélas 1 abandonnée, Saura peut-être un jour à quel prix je l'aimais I Dans un Paris en deuil, lorsque son cœur défaille, Insuffle-lui du tien le prestige et l'amour Pour qu'il reste sans tache, à l'heure du retour, Comme il tenta de l'être aux jours de la bataille! Abandonnez-le donc, amis trompeurs et vains ! Plus triste, il ira seul vers la splendeur des âges : Sans qu'il boive au Léthé, ni qu'il cède aux orages, Des bras lui sont tendus aux parvis souverains!... Vieux rocher débordant de velours et d'arome, Un silence adoré t'assoupit sourdement Dans l'émoi virginal du sombre bois aimant; L'odeur du serpolet et de$ sapins t'embaume; Des effluves d'amour ensorcèlent ces lieux Où mille souvenirs s'émeuvent dans l'espace : Tout est jeune là-bas, enchanteur et joyeux : Un courtil se réveille, et sourit, puis s'efface... Faris, janv. 1917. Célestin DEMBLON, Député de Liège Faudra-t-il ajourner le Parlement? / : UN ARTICLE INQUIÉTANT thie Enquête de L'Opinion Wallonne • k L'Indépendance belge a publié dans son numéro du 9 juillet, sous la signature: « Une voix de la Belgique occupée », un article symptomatique sur ce que la Nation Belge (qui y applaudit) appelle: les moyens de maintenir l'union patriotique entre les Belges, « dans le chaos, le désordre, les ruines qui couvriront le pays au lendemain du départ de l'envahis1 seur ». Le collaborateur de l'Indépendance belge se demande d'abord si des élections législatives seront possibles : Il faudra, dit-il, attendre la rentrée des réfugiés, dresser de nouvelles listes électorales, opérations longues et laborieuses. La nouvelle législature ne pourra entrer en fonctions avant de longs mois. Dans l'intervalle, il faut agir et agir vite. Le temps sera précieux. Le pays délivré réclamera une action prompte et énergique. L'ancien parlement — Sénat, Chambre — sera-t-il à même de prendre les résolutions qui s'imposeront ? Non, évidemment, voici pourquoi, d'après V Indépendance : De multiples et impérieuses raisons commandent au Parlement de s'ajourner et d'at-tendre des élections nouvelles. Tous ratifie- , ront les scrupules parlementaires, qui donneront ainsi au pays une preuve de l'ardeur 1 de leur patriotisme. Au pouvoir exécutif incombera le soin de prendre les résolutions < urgentes. :) Vosr en 2" prge. In roticc antholopiqn?. -*■ Au pouvoir exécutif ? lequel ? Cette tâche écrasante, seul le pouvoir éner- | giquè et fort peut l'entreprendre et l'accom- j plir. Mais pour' remplir sa mission et s'imposer au pays, deux choses plus que jamais sont nécessaires" l'autorité et la compétence.C'est ce Pouvoir que le collaborateur de l'Indépendance ne définit pas, ministère de coalitioni? Conseil d'Etat — qui devra « remettre en vigueur l'état de siège et la loi martiale ». (Et la censure aussi, naturellement ?) Nous pensons que cet état d'esprit est dangereux. Nous n'avons pas réclamé sans cesse le rétablissement du contrôle parlementaire pendant la guerre pour accepter encore le régime féodal sous lequel le Gouvernement apeuré s'apprête à nous faire vivre après la guerre. Nous voulons après le long esclavage des 4 ou 5 ans de guerre, la liberté, toute la liberté avec <■ nos volontés librement exprimées au Parlement pour refaire la Belgique suivant le vœu du peuple et non point d'après le désir du Pouvoir. Et tout de suite, nous nous adressons à tout ce que la Belgique compte de représentants du peuple en. terre d'asile et à tout ce qu'elle compte en fait d'hommes qui dirigent son opinion. FAUDRA-T-IL AJOURNER LE PARLEMENT? Nous commencerons à publier les réponses ! dans notre prochain numéro. 0 W. Les Flamingants et l'Allemagne UNE DEMARCHE DES AKTIVISTES AU LANDTAG DE PRUSSE Les aktivietes, représentés par le « Conseil 'des Flandres »>, se sont livrés le 29 juillet, à la Chambre des députés de Prusse, à une manifestation caractéristique. D'après l'a Deutsche Zeitung, le secrétaire Verhees, a fait uin exposé de l'avenir économique et social de la Flandre. Il a dénoncé le prétendu danger qui menacerait la Flandre de la part de l'Angleterre et de la France et a affirmé que F avenir économique de la Flandre ne pourra être assuré qu'en s'appuyant sur l'Allemagne et 'le Mitteleuropa. Le secrétaire du Comité exécutif Achiel Bry«, a protesté contre l'accusation que la politique flamingante est une manœuvre allemande. « Les intérêts nationaux de l'Allemagne et de la Flandre — a-t-il déclaré — sont solidaires ; une Flandre indépendante est la meilleure garantie qui puisse empêcher la côte flamande de servir à un débarquement et Anvers de devenir une tête de pont, contre nos voisins de l'est. La Belgique de 1914 ne doit pas être restaurée. Qu'on reconnaissance officiellement et sans retard la Flandre comme Etat indépendant; avec les Boers, la Flandre pour- 1 rait constituer, aux côtés de l'Allemagne, un empire -colonial germanique dans l'Afri- \ que méridionale et centrale. Si la question flamande n'était pas résolue, il en résulte- ' rait pour l'Allemagne un danger constant à l'ouest. » : Renchérissant sur ces déclarations, le pasteur hollandais Domela tNieuwenhuis, de Gand, un des. fondateurs du mouvement « jeune flamingant », a déclaré qu'il ne voulait plus entendre prononcer le mot : 1 Belgique. Le retour de la famille royale, la réu- t nion de la Flandre et de la Wallonie se- ] raient, non seulement un malheur pour la Flandre, mais aussi pour l'Allemagne, . dont tous les sacrifices seraient vains. ( Donc, une fois de plus, les aktivistes pan-germanistes reconnaissent le danger, pour leur mouvement, d'une Wallonie et d'une Flandre libres, unies par le fédéralisme et prospérant sous le régime royal. CONTRE LE CONSEIL D'ANVERS Ayant réussi, avec la complicité allemande, "à chasser les administrateurs communaux élus de la ville de Gand, les « akt-i f vistes »> méditent d'en faire autant à Anvers. MM. Louis Franck, Strauss et Des-guins ont subi les effets du mécontente- ] nient teuton et « aktiviste ». Les feuilles a stipendiées d'Anvers assurent, maintenant, ( qu'une liste de personnes, choisies par le < pseudo « Conseil de Flandre », est tenue prête. HERTLING A BRUXELLES iLe comte Hertiinjg s'est rendu récemment ià Bruxelles et y a conféré avec le gouverneur général de Belgique snr la question flamande. Le comte Hertling aurait déclaré qu'i'l adhérait au .point de vue de son prédécesseur. HOTRE SOUSCRIPTION oiir la propagande de l'Opinion Wallonne Francs Les neuf listes précédentes . 5.805.25 IM. Mallez, Albert 50 » Vervaet, Victor 1 » A. de Souza 15 » RapaiMe, Victor 2.50 H. Toussaint 0.50 Wolff, Charles 1-20 C. Mottart $.50 Laoureux 5 » Corn.il, Maurice • 1 » Henri Frédéric 1 » Hamon frères 50 » Jour que les Français sachent ce que nous sommes 1 » dM. Berresse, Léon 3 » Dispas, Victor 1 » Roselle, Alphonse 1 » E. B 100 _» Lejeune Théo 1.50 Sarthoz, Jules 0.90 Humblet, Joseph 0.90 Jiaminet 0.50 Bidoul, Jules 0.50 Hardy, Joseph 1 » Fortemps, Jacques 1 » Demarbre, Léon 1 » Dehut, Arthur 1 » Dispas, Louis 1 » Grignard 0.50 Joyeux, François 0.80 Betelet, Antoine 2 » Crismer, Robert 3 » Stockes, François 1-30 Vigneron 0.65 Hagon, André 1.90 Grenier, Léon 3 » Lieutenant Minor 0.50 Rocliefort 1 » Bury, Léopold 3.10 Florquin, René 4 » Thomson, César 10 » Cochet 1 » Piret, Jean 20 » Beekman de Grayloo • • • • 20 » Jean, Jacquet 5 » Dejardijn 1 80 Fassin 1.90 Welyeur 0.90 Leroy 0.60 Jules Gras 1-40 Caulier 0.50 Total 6.127.00 MERCI Nous rappelons à nos abonnés que tout changement d'adresse doit être accompagné de 0 fr. 50 centimes pour frais. Joindre n l'envoi une des dernières bandes. La Défense de la Musique Wallonne iNone recevons la lettre suivante : Paris, 25 juillet 1918. Mon cher Directeur, Vous avez reproduit, dans votre numéro iu 15 juillet 1917, sons le titre : « Les Aliénants flamandisent nos grands maître» valions », la protestation adressée par moi i la maison Breitkopf et Haerted de Leipzig, en avril 1917, lorsque j'étais encore Drisonnier de guerre en Allemagne, et pu-)liée en juin 1917 par le journal Les Nour celles de Maestricht. Or, je viens de recevoir le numéro du 12 juillet 1918 du Belgische Standaart qui •qproduit une attaque violente <l'nn cer* ain Emiel Hullebroek, dans Vrij Belgie, ^ette attaque dont je suis l'objet a pour :au6e l'article iparu dans vos colonnes le .5 juillet 1917. Je n'ai pas l'thaibitude de prêter la moin-ire attention aux élucubrations ménarpien-îes, caractérisées généralement par une ouFdeur éléjphantesque, kolossale et un «prit subtil et fin comme un beffroi des Flandres. Cependant, en l'occurrence, jë ien6 à relever certains points de l'article lu sus-nommé Hullebroek, parce qu'il récitera de cette polémique un renforce-nent de la thèse que je défends, à savoir [ue les musiciens wallons furent et sont nfiniment plus nombreux et intéressants [ue les muisi'ciens flamands. Négligeons, si vous le voulez bien, les attaques personnelles de Monsieur Hulle-xroek, et venons-en au fait. Voici ce que j'écrivais, il y a un an : Dans la préface de ce Projet de Diction-laire, je prouve que l'énorme majorité des nusic.iens qui constituent l'école dite néer-andaise étaient des Wallons, c'est-à-dire des iallo-Romains. Je n'en veux pour preuve que 3 nom des maîtres universellement connus : Flamands : Wallons : Jikeghem ; Willaert ; O. di Lasso, le Tinc- Obrecht. toris, Gilles Bin- chois, Guillaume Dufay, Josquin des Prés,' Compère,Bré-hy, Mouton, Delâ-tre, Busnois, de la Rue, Dumont, etc., etc., tous du Hai-naut ou du Liège. Et je ne cite que les principaux d'entre ux J Remarquons d'ailleurs que .les Flamands lossèdent très peu de grands musiciens et nême aucun qui 60it digne d'immortalité, lomparons par exemple les meilleurs musi-iens de Belgique au cours du xixe siècle Flamands : Wallons : >eter Benoit, Gevaert, Grétry, Gossec, Mé- Blocks, Tinel, Gil- hul, Gressnick,Sou- son. tore, Jaspar, Fétis, Dubois, C. Franck, II. Léonard, Lekeu,. Vreuls, Vieuxteimps, Thomson, Gérardy, ' Parent, P r u m e , Cri ckb o om, les faV milles de musî:' cien6: Radoux.Mas-sart, Dupuis, Jon-igiem.JDupont, Ysaye, Miarsick, Jeihin, etc. Je me garderai bien de faire acte de partia- j i-té, et de prétendre que les Flamands n'ont amais eu de grands musiciens. Okeghem, par ■xemple, occupe certes une place en vue dans 'histoire de la musique, et nul ne songe à la ui contester. Or, M. Hullebroek, après avoir démon-% ,ré que le ITainaut était sous la suzeraine-,é de la Flandre, et se basant sur ce fait oolitique pour justifier le qualificatif fla-nand appliqué aux Hennuyers (la Bohême "l'est-elle, contre son gré, dépendante de 'Autriche?) se prend à énumérer 35 noms 1 le musiciens des xv° et xvi° siècles, Wa-1-ons et Flamands, pêle-mêle, et cite parmi îux quantité de noms flamands peu courus, des chantres, des organistes, etc. Evi-lemment, si l'on se met à citer tous les nusiciens de l'époque, il est ipossible que e nombre de6 Flamands soit égal à celui les Wallons. Mais, parmi ces 35 noms, quelle valeur possède un Van Wrebeke, un jhiseling, un Divitis, un Hellinc, un Fol-ius, etc. ? J'avais .bien spécifié, pour ma part, que je ne citais que « les maîtres înivensellement connus ». En outre, en digne émule de ce gallopho-oe enragé qu'était E. Van der Straeten, E. Hullebroek n'hésite p.as.à fausser la'vérité, lorsqu'il affirme que Josquin des Prés, né près de Condé, est un Flamand ! jue Tinctoris, né 'à Nivelles, l'est à Pope-*inghe ; que Busnois, mort à Bruges, est Flamand ; que Joh. Gallus doit être traduit m « de Haan » — pourquoi pas Le Coq ? —, 3tc. En outre, le dit Hullebroek ne cite au->mi nom de musiciens liégeois — ni Guyot, ii R. del Melle, ni Castro, ni les de Sayve, ni Delàtre — et Dieu sait s'il en est d'importants, aux xv° et xvi* siècles, qui bril-èrent en France, en Italie et en Allemagne. En ce qui concerne les modernes, M. Hullebroek — qui annonce pompeusement que a musique flamande occupera bientôt une olace prépondérante dans les concerts européens (sic) — cite avec emphase A. de Bock, L. Mortelmans, K. iMestdagh, E. Keurvels, E. Wainbach, H. Waelout. Qui connaît ces musiciens, en dehors de la "lamandie ? Sans devoir même sortir des étroites frontières de la Belgique, demandez donc à jn Liégeois ou un Montois s'il sait qui' >ont ces Messieurs. On vous répondra : Kekcekça ? M. Emiel Hullebroek a manqué une bel-e occasion de se taire. Je ne sais si les .faibles de La Fontaine 5ont traduites en flamand. Si oui, je conseillerai à ce Monsieur la lecture de certaine histoire d'une grenouille et d'un 3œuf. M. Hullebroek suit ies traces de VI. Paul Frédéric, professeur à l'Université le Gand, qui écrivait sans sourciller (His-oire de la Littérature flamande, Bruxel-es 1913. p. 5) : « Les grands Flamands k des premiers siècles se nomment Clo-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'opinion wallonne: journal belge, indépendant belonging to the category Oorlogspers, published in Paris from 1916 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods