1914 illustré: revue hebdomadaire illustrée des actualités universelles

324 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 01 Janvrier. 1914 illustré: revue hebdomadaire illustrée des actualités universelles. Accès à 11 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/np1wd3qw56/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

<> — — EN BULGARIE La Fabrication de l'Essence de Roses <£> oOcd O Il existe, en Bulgarie, plusieurs régions où la rose est cultivée industriellement, mais les roseraies les plus vastes se trouvent aux environs de Kazanlik, à Karlovo, à Schipka, et surtout à Maglik, où la nature leur forme un cadre digne d'elles. Maglick est d'ailleurs le centre commercial de 1 industrie des roses. C'est un spectacle unique, mais seulement au mois de mai ou de juin, que la floraison de ces immenses étendues de rosiers rouges ou blancs, de près de deux mètres de hauteur, au pied des montagnes qui abritent l'arbuste contre le froid en hiver, et contre le soleil trop ardent en été. Et l'atmosphère y est saturée d'une senteur enivrante, au point que tous les objets, les aliments mêmes, sont imprégnés de l'odeur des roses. La récolte est généralement faite en juin. C'est avant le lever du soleil qu'a lieu la cueillette des roses, encore humides de la rosée nocturne. Au petit jour, de longues files de jeunes femmes et de fillettes, en costumes de tonalités vives, des fleurs piquées dans la çhevelure, emplissent avec ardeur des paniers, bientôt déversés dans des sacs qui seront aussitôt transportés à la distillerie : il faut que les roses soient cueillies avant que le soleil apparaisse à (horizon. Mais suivons les roses à la distillerie. Presque chaque propriétaire de roseraies possède sa distillerie, dont l'installation est, il est vrai, des plus primitive : un hangar sous lequel sont deux ou trois alambics de cuivre, de hauteur d'homme, pouvant contenir une centaine de litres ; dressés sur des fourneaux de pierre, ils communiquent avec un récipient par un long tube passant, pour le refroidissement, dans une cuve remplie d'eau. Dans les alambics, on fait infuser une dizaine de kilos de roses avec sept à huit fois le même poids d'eau ; quand dix litres de liquide ont été recueillis dans le récipient — ce qui demande environ une heure — on enlève de l'alambic les fleurs dont le précieux suc est épuisé, et on les remplace par le contenu d'un autre sac. Ce n'est là, toutefois, qu'une opération prélimi-naiie ; on distille à nouveau le produit ainsi obtenu, et on fait ensuite reposer le liquide dans un vase tenu au frais. Il se forme alors, dans ce vase, deux couches de densité différente ; l'une d'eau, l'autre d'essence, de l'essence cherchée ; on décante et l'opération est terminée. Il faut environ 3,000 kilos de roses pour produire 1 kilo de la précieuse essence, dont le prix varie, suivant le cours et la qualité, de 800 à 1,500 francs le kilo. » « — _____ — — —— ♦ ♦ ♦ On a essayé d'imiter, cela va sans dire, la célèbre essence bulgare, en cultivant dans d'autres pays des roses à destination de l'alambic ; on n'a obtenu que de piètres résultats. Il faut donc croire que, d'une part, la fabrication paysanne possède un tour de main inimitable, et que, d'autre part, les roseraies d'ailleurs ne valent pas celles de la Bulgarie, qui couvrent 7000 hectares. C'est la rose rouge qui donne la meilleure essence ; aussi les rosiers blancs qu'on voit dans la vallée des Roses ne font-ils, le plus souvent, que marquer la délimitation des champs. Ce n'est qu'au bout de trois années de soins de toute espèce qu'un rosier commence à fournir son contingent à la cueillette. csOcr [=><><=□ crsOa .ES PORTS DE BULGARIE Varno - Bourgas - Routschouk <S> L3<P O Varna, principal port maritime bulgare, est assise sur le flanc sud-ouest de la baie du même nom, dans la mer Noire. C'est une ville importante, avec sa cinquantaine de mille habitants, tant comme port de commerce que comme port militaire de la Bulgarie. Son port, inauguré en 1 906, se trouve prolongé dans le lac de Devna par le moyen d'un canal maritime. L'activité commerciale y est telle que son trafic représent' 25 pour cent du commerce extérieur bulgare. Ce développement n'a commencé d'ailleurs qu'à la fin de 1899, époque à laquelle Varna s'est trouvée reliée par voie ferrée à Sofia et, par suite, mise en relation directe avec l'intérieur du pays. Comme, d'autre part, il exsite une ligne directe entre Rouschouk et Varna depuis 1877, on comprendra toute l'importance qu'a pu prendre ce grand port, voisin d'Odessa, de Constantza, à douze heures seulement de Constantinople. Il convient toutefois de signaler que le rachat des chemins de 1er ottomans, opéré en 1 908, a eu pour conséquence d'attirer plutôt à Bourgas, l'autre port bulgare de la mer Noire, une grande partie des marchandises destinées à Philippo-poli et même à Sofia, au préjudice de Varna. La ville est tout à fait moderne, et même toute neuve en grande partie ; sans parler du port, de ses jetées, de ses quais, de ses docks, on a tracé de larges rues, des boulevards, tous bâtis à l'européenne, contenant des bâtiments et monuments somptueux Enfin, Varna possède sa plage de bain de mer, aménagée selon les exigences que notre siècle a en l'espèce. Ajoutons, qu'elle est une des rares ♦ — — — ♦ ♦ □ 1914 ILLUSTRÉ — N° 64 □

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre 1914 illustré: revue hebdomadaire illustrée des actualités universelles appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes