Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle

706 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 14 Août. Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle. Accès à 13 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/qz22b8wk3d/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Vendredi 14 août 1914 No 187 Vingt-sixième année —————————————— ABONNEMENTS: un an un seme. un trime. francs francs francs ANVERS • ■ 16-00 8.00 4.50 INTÉRIEUR . 18.00 9.50 5.25 EXTÉRIEUR . 30.00 15.50 8.00 On «'abonne à Anvers au bureau du journal, et dans tous les bureaux de poste lie Belgique et de l'étranger. — Les abonnements partent le 1er de chaque mois et ne peuvent dépasser le 31 décembre. BUREAUX : Marché-aux-Œufs, 91 - ANVERS Téléphone: 2388 ANVERS-BOURSE Finances, industrie, commerce, économie politique, variétés JOURNAL QUOTIDIEN DU SOIR foute communication relative à l'administration ou à la rédaction doit être adressée à M. J. BACOT, directeur-rédacteur en chef du journal INSERTIONS : La grande ligne: Annonces ordinaires .... 60 cmes Demandes et offres d'emplois .40 Convocations d'assemblées : une insertion . . la ligne 75 ,, deuxième insertion „ 25 „ Annonces financières . u 1 franc Pour une série d'annonces et pour les annonces d'émission, on traite à forfait. CHfc Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se payent d'après l'espace qu'ils occupent. L'administration et la rédaction déclinent toute responsabilité quant à leur teneur. Le numéro : 5 centimes PREMIÈRE ÉDITION LE CONFLIT EUROPEEN LA GUERRE BELGO-ALLEMANDE Les escarmouches d'avant-postes se succèdent Toujours, les Allemands sont repoussés Le but de leur pénétration en Hesbaye Ils se dirigeraient sur Mamur La situation reste des plus favorables pour l'armée belge AVIS IMPORTANT Durant la période de la guerre, ANVERS-BOURSE paraît en deux éditions, dont la première, vers onze heures du matin, et la deuxième, vers cinq heures du soir. Le texte de ces deux éditions est entièrement différent. Notre édition du matin Les abonnés d'ANVERS-BOURSE qui désireraient recevoir h première édition à leur domicile séparément aussitôt quelle a paru sont priés de se faire connaître. Cette remise spéciale, — qui est en dehors des conditions de l'aionnement et qui nous cause dss frais relativement grands, — se fera moyennant le payement d'un supplément de TROIS FRANCS par mois, payable par L'ACTION MILITAIRE EN BELGIQUE Un nouvel engagement. Les blessés à Maelen. Circilation de trains rétablie.On annonce qu'ui nouvel engagement a eu lieu hier aorès-midi, vers cinq heures, et demie dù soir, à Geet-Betz. Une colonne de quare cents Allemands s'est avancée, mais 'alarme fut donnée par les sentinelles. Las troupes belges arrivèrent aussitôt, et 1* combat s'engagea. Les Allemands prire.it la fuite laissant sur le terrain plusieirs morts. Dans les combats qui ont eu lieu à Hae-len, le nombre des bl-ssés belgeâ est de deux cents. D'après des renseignements qui arrivent à Bruxelles la circulation des\trains serait rétablie jusqu'à YVaremme. APRES LA BATAILLE DE DIEST. NOUVEAUX DETAILS. — LE BUT DE LA PENETRATION DE L'ENNEMI EN HESBAYE. j- HORREURS GOMIVIiSES PAR LA SOLDATESQUE ALLEMANDE. Bruxelles, 13 août. — D'm envoyé spécial à Tirlemont de l'agence Havis : La nuit dans les environs de Diest a ey calme. L'ennemi n'a tenté aucune attaqit contre nos positions. Ce jeudi matin, vers se^ et demie heures, un petit engagement s'ee produit à Geet-Betz, mais leç Allemands on été repoussés. Les troupes biges ont évacué suivant un ordre de l'état-mabr, les environ de Diest, et se sont repliées suî Hauthem-Sain te-Marguerite. On dit que les forces allemandes vont tente de faire une trouée, car ils ont beaucoup de difficultés à se ravitailler. Le but de leur pénétration en Hesbaye est de rendre libre la route par Herck-la-Ville pour passer leur lourde artillerie et se diriger sur Namur. Dans les environs de Tirlemont, la nuit a été calme, ainsi que la journée. On ne signale plus de troupes allemandes, qui semblent s'être repliées vers Waremme. Un avion allemand a survolé jeudi vers dix heures et demie du matin et trois heures de l'après-midi les troupes belges. Dans la. bataille qui s'est produite mercredi à Haelen les Allemands avaient placé des mitrailleuses dans les maisons ce qui a causé des pertes assez importantes au quatrième de ligne. Parmi les officiers belges tués dans l'engagement de Haelen il y a le major Stacquet, le commandant Vander Goot et le sergent de Bor-graeve de Thourout. Un de nos soldats a été témoin de faits abominables. Il a vu des soldats allemands achevant les blessés belges avec la. bayonnette. Le sergent-major D'Hondt fait prisonnier a été assommé à coups de crosse. A trois heures on a évacué de Tirlemont sur Bruxelles seize blessés belges dont un grièvement. A six heures sont arrivés à Bruxelles un blessé belge et douze prisonniers allemands, soldats de la ligne, de tout jeunes gens. SUR LA FRONTIERE FRANCO-ALLE-MANDE. SUCCES ALLEMANDS DEMENTI. Bruxelles, le 13 août. — Le ministre des finances à Bruxelles nous fait savoir que le gouvernement français dément formellement la nouvelle recueillie de source allemande par un journal de Bruxelles et d'après laquelle des canons français auraient été pris par les Allemands à Mulhouse. Aucun canon français n'a été pris par les Allemands. On confirme à nouveau le démenti donné ce matin au sujet d'une rencontre dans la forêt de Pa.rroi. LE FORT DE L0NCIN A SUBI MERCREDI LE FEU DES ALLEMANDS. Il a vaillamment résisté à leurs coups Rencontré jeudi à Bruxelles un soldat du . corps des transports qui venait de rentrer de Liège pour se faire panser la main gauche traversée de part en part par une balle ennemie.— Est il vrai que les Allemands ont recommencé à bombarder les forts ? — Ils se sont acharnés de huit dix heures hier contre le fort de Loncin, le seul qui ait ou à subir leur feu. Mais leur obus de 15 ne nous ont pas atteints. Leur infanterie a tenté de nous prendre d'assaut. Elle a été balayée. On voyait les Allemands tomber comme des mouches. Après deux heures d'efforts, ils ont dû cesser le feu. — El n ous avez eu des blessés ? — Une vingtaine, mais peu grièvement. Ils ne sont pas plus atteints que moi. ENCORE UN SUCCES DE NOS TROUPES A HERCK-LA-VILLE D'après certaines informations, un combat aurait été engagé, hier après-midi, du côté de , Herck-la-Ville. Les troupes ennemies auraient été battues et poursuivies par nos cavaliers. L'action navale LA PEr?TE DU SOUS-MARIN ALLEMAND On sait que, lundi dernier, le sous-marin allemand « U-15 » a été coulé par la division de croiseurs anglais qu'il était allé attaquer. On cache toujours soigneusement l'endroit où cette attaque s'est produite, mais on a cependant sur elle les détails que voici : La flottille sous-marine allemande s'approchait du croiseur anglais en naviguant en immersion, avec seulement ses précipices visibles. Quand le premier sous-marin se trouva à la distance dangereuse, il reçut une grêle de projectiles dont l'un brisa le périscope. Le sous-marin, ainsi rendu aveugle, remonta à la surface. Une nouvelle décharge de projectiles le fit couler comme une pierre. Espionnage Des Anversois qui ont leurs occupations ou leur villégiature au nord de la Campine nous prient d'attirer l'attention 'de t'état-major sur l'activité qui se manifeste, paraît-il, aux environs de Ha-.'ïiont, qu'on nous décrit comme un nid d'espions. On nous cité le cas d'un Belge, dont le père allemand est réfugié à Hamont. et qui. nous dit-on, fait constamment la navette entre Anvers et cette ville. nos dépêches Service de l'Agence Hauas COMME LA FRANCE, L'ANGLETERRE DECLARE LA GUERRE A L'AUTRICHE-HONGRIE.Paris, 13 août. — Les relations diplomatiques étant rompues entre la France et l'Au-triche-Hongrie, M. Doumergue a prié sir Ed. Grey de faire savoir au gouvernement austro-hongrois que la France, considérant comme une menace directe l'envoi de troupes autrichiennes à la frontière allemande, prendra toutes les mesures permettant de répondre à ces menaces. Sir Grey, en remettant cette note à l'ambassadeur d'Autriche-Hongrie, a dé claré que l'Angleterre s'y associait et qu'en conséquence l'état de guerre existerait entre l'Angleterre et l'Autriche-Hongrie à partir de minuit. L'ALLEMAGNE ASSURE SES RE-ODLTES ET SA CIRCULATION MONETAIRE.Paris, 13 août. — Selon des renseignements fournis par des Français rentrant d'Allemagne, le gouvernement allemand prend des mesures pour assurer les récoltes. Des ouvriers agricoles ruthenes et galliciens ont été envoyés en Prusse orientale pour faire les moissons. Les Russes employés aux travaux des champs en Bavière qui désiraient rentrer. en Russie ont été retenus. La méfiance envers les étrangers augmente chaque jour. Le gouvernement allemand prend des mesures pour assurer la circulation monétaire. LA CRUAUTE TEUTONNE Paris, 13 août. — Quand la guerre a éclaté le sanatorium de Francfort, occupé par de nombreux étrangers notamment des Russes, a été impitoyablement évacué dans les vingt-quatre heures. Une femme qui sortait de couches a été envoyée à Berne où elle est arrivée mourante avec son enfant mort. NOTE SERBE A LA FRANCE Paris, 13 août. — La légation de Serbie a remis au gouvernement français la note suivante : « Le ministre de Serbie présente ses compliments les plus empressés à M. le ministre des affaires étrangères de la république et a l'honneur de l'informer que le bombardement de Belgrade par les troupes austro-hongroises continue toujours malgré les dénégations de Vienne, que plusieurs bâtiments publics et privés ont été déjà démolis, que même les hôtels des légations étrangères en ont souffert et qu'il y'a aussi un grand nombre de personnes tuées. Les autorités militaires aus-tro-hongroises n'ont jamais fait savoir à celles de la Serbie qu'elles allaient commencer les hostilités et le bombardement de la capitale. Elles n'ont pas exigé la reddition de la ville, elles n'ont pas accordé un délai d'évacuation des non-combattants, des femmes et des enfants. Contre toutes ces violations du droit international qui peuvent être attestées par les représentants des puissances étrangères, accrédités à la cour de Serbie, le gouvernement royal proteste avec la dernière énergie et prie le gouvernement de la république de bien vouloir prendre acte de cette protestation. » A ANVERS L'ASSURANCE DES FROMENTS CONTRE LES RISQUES DE GUERRE Nous recevons la lettre ci-après : Assurance des fromemts contre les risques de guerre Comité de contrôle Monsieur le Rédacteur en chef, Permettez-nous de recourir à la publicité de votre estimable journal pour signaler au public la constitution de notre comité et les services qu'il est à même de rendre en ces moments difficiles. L'arrêté royal du 7 août 1914 et l'arrêté ministériel du 10 du même mois nous chargent de vérifier la réalité des contrats d'achats de froments américains et ■ l'autoriser l'assurance contre les ris ques de guerre de ces marchandises a taux réduit de 1/4 pour cent de la valeu mentionnée, à la condition que les acli€ teurs mettent ces froments à la disposi tion du gouvernement belge. Notre comité vient d'obtenir que ce facilités, primitivement consenties pou les froments déposés dans les ports d'em barquement, soient étendues aux cai gaisons flottantes, c'est-à-dire, en cour ie transport. Nous avons également dé signé à l'autorité supérieure un gram n i. ibre de firmes étrangères de la plac avbC prière de les admettre à la faveu de l'assurance, et nous sommes heureu: cie vous annoncer que notre demande su ce point a également été accueillie. Notre comité a installé ses bureau: canal Saint-Pierre, 16, en cette ville. L public y sera admis de 10 à 12 et de 1 à 17 heures. Les pièces justificatives à fournir sor les suivantes : contrats d'achats et fat tures originales ; contrats ou arrêtés d .1 :• ites ; éventuellement déclaration énor çant que le froment n'a pas été revend et, lorsqu'il a été revendu, la destinatio de la marchandise. Il va de soi que 1 comité se réserve le droit, conformémer à ses pouvoirs et dans le but de préveni les abus, de se faire produire toute autr justification qu'il jugerait utile. La valeur assurée sera celle figurar à la police originale. Les dollars seror comptés à 5 fr. 25. Nous invitons instamment les intére: sés, en vue de leur éviter des course inutiles, à se présenter en personne ou charger leurs fondés de pouvoirs ou poi leurs de procuration de les remplacer. Nous croyons pouvoir compter su votre bonne obligeance pour donner à 1 présente toute la notoriété utile et vou prions d'agréer, Monsieur le Rédacteu en chef, etc. (Signatures du président et du secr< taire.) LE CONSORTIUM DES BANQUES Il a été créé à Bruxelles, il y a quinz jours, un consortium des banques pou le prêt sur titres. L'intérêt de cette créé tion était énorme, car d'elle dépend 1 [itus au moins de facilité dont pourr jouir le commerce dans les dures circor stances que nous traversons. Le corr merce ne pourra reprendre que dans 1 mesure où la circulation monétaire ser effective. On ne peut que regretter que le cor sortium susdit n'ait pas jusqu'ici donn signe de vitalité. Il nous revient que l'on a tenté de crée une institution similaire à Anvers, mai que l'entreprise a échoué en raison d certaines oppositions. Davantage encor< nous le regrettons étant données surtoi les conditions extraordinaires de facilit accordées il y a peu de. jours encore des firmes allemandes alors que des fii mes belges se voyaient refuser tout cri dit malgré les garanties les plus solidei Espérons que l'on ne tardera pas à s rendre compte des exigences de la s tuation. TOUT LE MONDE APPORTE LE SIEI I.a maison J. Van Gorp-Wuyts, rue Carno 170, a mis son magasin, ainsi que des mach nés à coudre, à la disposition de quelques d j moiselles qui, « gratuitement », veulent tra-r vailler pour confectionner et réparer toutes les lingeries pour la Croix rouge et pour les soldats. Avis aux dames et demoiselles de bonne volonté.5 1 COMITE DE SECOURS AUX FAMILLES NECESSITEUSES D'HOBOKEN. S Le comité de secours aux familles nécessiteuses d'Hoboken, institué par le collège } échevinal de cette commune, vient de recevoir g de l'administration dé l'Usine de désargenta-r tion : 1° Un don de mille francs. Le conseil ç d'administration de cette société a, en outre, décidé de continuer à occuper les ouvriers de r l'usine au nombre d'environ huit cents aussi longtemps que possible, et de secourir les fa-£ milles de leurs ouvriers appelés sous les dra-e peaux. 2° Un don de cinq cents kilogrammes 5 de pommes de terre. ' POUR L'ENFANT DU SOLDAT e Cette œuvre a pour objet de mettre à la disposition des familles nécessiteuses, dont le chef ou le soutien est sous les armes, un se-J cours de quinze francs par mois et par en-[1 fant et ce pour la durée de la guerre. Cette e allocation sera encaissée au choix du sous-t cripteur, directement chez lui par la famille r secourue ou à l'intervention de l'œuvre. La e situation des enfants, à qui aide est donnée, est au préalable contrôlée avec le plus grand ^ soin. ^ Les adhésions et les demandes de renseignements peuvent être adressées au secrétariat de l'œuvre, établi chez M. le sénateur Oscar van der Molen, rue Gérard, 20, à Anvers, p Le comité qui patronne l'œuvre a été créé a à l'initiative de Mme Ernest Grisar et de M. le sénateur Oscar van der Molen et se compose de : Mmes Alphonse Aerts, Marcel Baelde, r Georges Baeyens, Mlle Erica Bunge, Mmes a Eugène Bureau, Eugène Claes, Xavier De s Beuckelaer, Firmin de Brackeleir, Willy De r Vos, Albert Dumont, Alfred Elsen, Léon Elsen, Hertogs, Gevers-Fuchs, Maurice Gevers-Van de . Vin, Mlle Hélène Gevers, Mmes Ernest Gri-sar, Gustin-Pourveur, Constant Hynen, Emile Jacobs, Albert Maquinay, Victor Maquinay, Martroye-Verstreeuwen, Théophile Meeus, M11® Hélène Nicolaidis, Mmes Edmond Peeters, Georges Pottieuw, Alphonse Roeyers, Schaeck e de Brockdorff, Albert Spruyt, Albert Van der r Linden, Oscar van der Molen, Mlle El. Van de L~ Velde, Mmes Isidore Van Dooselaer, Robert e Vrancken. a Les secrétaires de l'œuvre sont : Mlle Mar-i- guerite Becker, MM. Daniel de Prêt Rooses [. de Calesberg, Laurent Fierens, Paul Huy-a brechts, Oscar van der Molen, le comte van a der Straeten-Ponthoz. L'œuvre commence son activité en aidant les enfants des familles les plus nombreuses. l" Les mères de familles comptant cinq en-® fants, ayant besoin de secours et dont le chef est sous les armes, sont priées de se présenter r au secrétariat, rue Gérard, 20, entre 3 et 4 S heures de l'après-midi. Elles devront se munir e de leur livret de mariage. » Les personnes qui voudraient s'occuper de ^ l'œuvre sont priées de donner leur adresse ^ au secrétariat ou de s'y renseigner. Le secré-> tariat est à cette fin ouvert tous les jours de dix heures à midi et de quatorze à seize heu-res de l'après-midi. î_ Le succès obtenu par cette initiative est tel >• qu'en deux jours le sort de cent cinquante en- e fants s'est trouvé assuré. [- LE COMITE DE LA CROIX ROUGE Dans la liste que nous avons publiée des ^ personnes qui forment le comité de la Croix t, rouge, nous avons mentionné le nom de M. i- Louis. Havenith au lieu de celui de M. Louis î- Hamaide. Simple erreur typographique.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1889 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes