Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle

339 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 15 Août. Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle. Accès à 23 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/348gf0nr48/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

■ Samedi 15 août 1914 No 183 Vingt-sixième année ABONNEMENTS : un an un seme. un trim*. francs francs francs vERS . 16.00 8.00 4.60 INTÉRIEUR • W-00 9.60 5.25 EXTÉRIEUR . 30.00 15.50 8.00 On l'abonne à Anvers au bureau du . .pal, et dans tous les bureaux de poste !? Belgique et de l'étranger. — Les abonnements partent le 1er de chaque mois et ne peuvent dépasser le 31 décembre. BUREAUX : lïlarché-aux-Œufs, 9' - ANVERS Téléphone: 2388 ANVERS-BOURSE Finances, industrie, commerce, économie politique, variétés JOURNAL QUOTIDIEN DU SOIR Toute communication relative à l'administration ou à la rédaction doit être adressée à M. J. BAG0T, directeur-rédacteur en chef du journal iNdLti i lurao : La grande ligne: Annonces ordinaires .... 60 cmes Demandes et offres d'emplois . 40 „ Convocations d'assemblées : une insertion . . la ligne 75 „ deuxième insertion „ 26 „ Annonces financières . „ 1 franc Pour une série d'annonces et pour les annonces d'émission, on traite à forfait. OBfr Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se payent d'après l'espace qu'ils occupent. L'administration et la rédaction déclinent toute responsabilité quant à leur teneur. Le numéro : 5 centimes Un calme relatif règne en Belgique Est-ce le calme avant la tempête ? C'est probable ! Nous avons confiance pourtant Sur l'est français, nos alliés remportent de sérieux avantages Les Anglais, eux, ont détruit un dreadnought allemand et fait fuir quatre torpilleurs Les Russes battent furieusement les Austro-Hongrois En attendant, sans doute, qu'ils s'en prennent avec la même rage aux Allemands L'ACTION MILITAIRE EN BELGIQUE Un communiqué français Paris, 15 aoïit. — Un communiqué du ministère de l'ai guerb dit que les troupes allemandes battues avfiit-liier à Diest se sont retirées sur Hassélt.itrès éprouvées, mais elles ont tenté néanmoins de reprendre l'offensive, sur le flanc sud desbelges. Une division de cavalerie allemande jr été repoussée. Dans la soirée une colonne ('infanterie allemande s'est mise en mouvement dans la direction de Visé-Tongres. On ne sigiale aucun engagement. AUTRE FAUX BRUIT DEMENTI Bruxelles, 15 août — Le. bruit qui a couru hier soir de l'occupa ion de Diest par les Allemands est formellement démenti ENTRE AUSTROHONGROIS ET SERBES. LES BOMBARDEMENTS. Nisch, 13 août. — Lîmnemi continue le bombardement de Belgrad». Il est à remarquer que les. Autrichiens s'étaièit retranchés sur les rives du Lane, près du pont du chemin de fer. Des volontaires réussirent à traverser la Lane et effectuèrent, une reconnaissance utile. L'ennemi bombarde terriblement Dubravitza. L'ATTAQUE DE L/ FRONTIERE SERBE. LES AUTRICHIENS FURENT REPOUSSES. . ON PREPARE LE GRAND COMBAT Xisçh, 14 août. — Officel.-- Quatre cent mille Autrichiens attaquèrent, la nuit dernière, la frontière serbe. Après jne bataille acharnée, l'ennemi fut repoussé avec des pertes considérables. Les Autrichiens réussirent, grâce à leur supériorité numérique, à passer la Save. Les troupes serbes se concent.-ent en vue du grand combat qui aurait pour résultat de chasser l'ennemi du territoire sé:be. LA LIAISON ENTRE LES ARMEES BELGE ET FRANÇAISE Paris, 14 août. — La l.aison a été établie entre les armées belge française par un échange d'officiers envoyis aux quartiers généraux.SUR L A FRONTIERE FRANCO ALLEMANDE. LES FRANÇAIS OCCUPENT LA VILLE ET LE COL DE SAALES. LES POSITIONS ALLEMANDES PRISES A fiEVERS. DEBANDADE DE L'ENNEMI. Paris, 15 août. — La ville et le col de .Sua les sont QCcupéV par les troupts françaises qui hier avaient occupé lé plateau voisin. L'art il-lerie française a pris à revers les positions al lemandes, facilitant ainsi grandement la tâche de l'infanterie française, qui n'a eu que quelques blessés, mais aucun mort. Les Français ont trouvé à Saales des monceaux d'effets d'équipement abandonnés, ce qui indique une vraie débandade. LES FRANÇAIS OCCUPENT LES COLS 7T LES CRETES DES VOSGES. — LES TROUPES ALLEMANDES EXTENUEES. UNE SECTION ENTIERE S'EST RENDUE AVEC SES MITRAILLEUSES. LA VALLEE DE LA BRUCHE AUX FRANÇAIS. Paris, 15 août. — Malgré des contre-attaques allemandes vigoureusement conduites, nos troupes occupent depuis trois jours les cols et crêtes des Vosges. L'ennemi a dû mettre à côté de ses troupes exténuées des formations de réserve, qui n'ont pas tenu, et ont dû mettre bas les armes.Une section entière s'est rendue avec ses mitrailleuses. •La vallée de la Bruche est à nous. On ne signale aucun changement dans la haute Alsace.PATROUILLES ALLEMANDES QUI SE REFUGIENT EN SUISSE Paris, 15 août. — De nombreuses patrouilles allemandes poursuivies par les Français se sont réfugiés en Suisse où elles ont été désarmées.TROUPES AFRICAINES A BELFORT Paris, 15 août. — Aujourd'hui, les troupes d'Afrique, composées en majeure partie de tirailleurs indigènes, sont réunies dans la région' de Belfort. Elles forment environ deux corps d'armée et sont prêtes à participer aux opérations formidables qui vont commencer. DANS L'AFRIQUE FRANÇAISE Vesoùl, 14 août. — Les opérations de concentration des troupes d'Algérie et leur transport en France sont complètement terminées. Le bombardement de Boue et de Philippeville par deux croiseurs allemands .n'a eu aucun effet et la mobilisation, la concentration, le transport et Je débarquement en France se sont effectués avec le même ordre, la même méthode et la même régularité que pour les corps d'année de la métropole. ENTRE RUSSES ET AUSTRO-HONGROIS, GRANDES VICTOIRES RUSSES SUR LES AUSTRO-HONGROIS.Saint-Pétersbourg, 14 août. — Un communiqué de l'état-major général dit : « Dans le combat dé Sokal la cavalerie russe a débusqué d'une position fortifiée les régiments du cinquième lanciers, du troisième hussards et une partie du quinzième dragons ainsi que deux bataillons du cinquante-cinquième d'infanterie. Des soldats du Landsturm, défendant les forêts de Sokal, se sont enfuis sans attendre l'issue du combat. Les Russes, conti nuant la poursuite de l'ennemi, ont anéanti à Hignat le onzième régiment de lanciers. Entre i Sboraz et Siniagovka, la cavalerie Tusse a attaqué six compagnies et deux escadrons autrichiens, et elle sabra une compagnie du trente-cinquième régiment de la Landwehr.. Les tentatives des Autrichiens pour s'approcher du camp russe au sud de Sboraz ont été repoussées par l'artillerie, qui leur infligea des pertes importantes. » ' Paris, 15 août. — Le Temps publie une dé- ' pêche de Rome annonçant que, suivant des ; avis de Saint-Pétersbourg, les Russes remportèrent une grande victoire sur le Dniester. 1 Quatre régiments d'infanterie et un de cavale- ' rie autrichiens ont été complètement écrasés. L'ACTION NAVALE BATEAU ALLEMAND CAPTURE PAR LES ANGLAIS New-York, 13 août. — Le steamer Bermudian ( arrivant aux Bermudes confirme que le. bateau ( citerne Lada a été capturé par un croiseur anglais et conduit aux Bermudes. EXPLOITS D'AVIONS FRANÇAIS Paris, 14 août. — Les avions français ont obtenu plusieurs succès, dont un a été particulièrement brillant. Dans la région de Woe-vre un avion allemand s'étant aventuré au-dessus des troupes" françaises à environ mille mètres de hauteur, le tir commença aussitôt et atteignit le moteur. L'avion s'inclina et dut /atterrir. Les deux officiers qui le montaient ' ont été faits prisonniers. Un avion français a poursuivi hier un avion allemand, qu'il a chasse à coups de browning. L'avion allemand s'est enfui sans riposter. CROISEURS ALLEMANDS QUI BOMBARDENT UN PHARE RUSSE : RESULTAT NUL. saint-pétersbourg, 14 aÔÛt. — Deux Cl'Oi-seurs allèmands ont bombardé le phare de l'île d'Agerolt, mais ils n'ont causé aucun dégât. ':.ïïS ALLEMANDS N'ONT PAS EN- ! ?»ORE OSE ENTAMER LES HOSTILITES DANS LA M£R DU NORD. Paris, 15 août. — Les bruits relatifs à la défaite d'une escadre anglaise dans la mer du Nord sont inexactes. Les navires allemands n'ont pas osé entamer les hostilités. LE TRANSPORT DES TROUPES SUR LE CONTINENT, ET LE RAVITAILLEMENT DES ALLIES. Paris, 15 août. — Les escadres franco-anglaise assurent dans une sécurité complète le transport des troupes anglaises sur le continent et des troupes algériennes en France, le Gœben et le Breslau étant hors jeu. Le ravi taillement des belligérants alliés à la France îst certain. 93SA3NdyGHT ALLEMAND HORS 03 .V: BAT. QUATRE TORPIL LEURS ALLEMANDS EN FUITE. Amsterdam, 14 août. — Le va-peur néerlandais Epsilon, venant d'Arkangel, est arrivé au-ourd'hui à Ymuiden. 11 rapporte avoir vu, Unis le port de Trondhgiem, un dreadnought illemand dont les cheminées avaient été abat-ues à coups de canon et entièrement lézardé ' l'un côté. Le même vapeur a vu près du fjord le Skudesnaes. quatre torpilleurs allemands-uyant devant quatre dreadnoughts anglais. NOS DEPECHES Service de l'Jigence Havas ADRESSES D'ADMIRATION Paris, 14 août. — Tous les conseils d'arron-lissement, réunis actuellement en session or-liuaire, ont voté à l'Unanimité des adresses wprimant leur admiration pour les vaillantes roupés françaises et leur vive sympathie poules armées des nations alliées. '.£S ITALIENS QUI QUITTENT LA FRANCE • .Laroche-su r-Yon, 14 août! — Deux mille émisants italiens rapatriés sont passés ici hier, •enant de Nantes. A la gare, des aliments eu.r ont été distribués et les enfants malades )ht été soignés par des médecins et des infir-niers de la Croix-Bouge. Les Italiens ont qui! é la gare en acclamant tous la France et en •riant « A *>as l'Autriche ! » TRAITRE OU LA MORT ! Saint-Pétersbourg, 14 août. —* Les Allemands se sont emparés de la femme d'un officier de gendarmerie et ont voulu lui faire révéler des nouvements.de troupes russes. Comme elle re-usiit ils l'ont fusillée. L'AMBASSADE AUTRICHIENNE A ROME Rome, 14 août. — Le baron Macchio, ambassadeur d'Autriche-ilongrie, pendant lé congé le M. Merey, est arrivé à Borne cet après-midi. BULLETIN MILITAIRE FRANÇAIS Paris, M août. — On confirme que le gouvernement a décidé la" création d'un bulletin nilitaire" quotidien destiné aux troupes. M. Vlessimy a adressé à M. Viviani une lettre à ;e sujet, déclarant nécessaire d'apporter aux •ombattants un puissant réconfort leur permettant de. mesurer l'importance de leurs ef-"orts individuels dans l'effort national et de-nandant l'autorisation de placer ce bulletin iouS le-patronage du président du conseil. M. uviani a répondu qu'il acceptait de placer le Milletin sous,son patronage, ajoutant que ce sera l'honneur de sa vie d'avoir pu ainsi communiquer à travers l'espace avec la jeunesse glorieuse combattant pour la patrie I.ÏNE EXPLICATION DE RIFAAT-PACHA Paris, 15 août. — Le Temps a interviewé Bifaat-pacha, ambassadeur de Turquie à Paris, qui a déclaré que la Turquie n'a nullement l'intention de participer à la guerre européenne, mais qu'elle a saisi simplement l'occasion d'acquérir deux puissantes unités navales en remplacement des deux navires de guerre commandés en Angleterre et réquisitionnés par celle-ci et de rétablir ainsi l'équilibre avec la Grèce. L'ambassadeur a ajouté que l'opinion n'esl nullement hostile ni inamicale à l'égard de la triple entente. LA DUPLICITE DES TURCS. LES ALLEMANDS MAITRES DES DARDANELLES.Le Temps annonce que le Goeben et le Breslau. sont toujours ancrés à Nagara. Ils ont été reçus avec enthousiasme par les turcs. Les torpilleurs turcs sortent des détroits et communiquent aux Allemands le résultat de leurs reconnaissances- Les turcs fournissent du charbon aux navires de guerre allemands qui perquisitionnèrent rigoureusement à bord des bateaux marchands anglais, français et grecs ancrés dans les Dardanelles. Les appareils de télégraphie sans fil d'un paquebot des Messageries maritimes ont été enlevés de force pai les Allemands, qui ont menacés de couler le navire en cas de résistance. Les Allemands sonl maîtres des détroits. NOTES SUGGESTIVES TROUVEES SUR DES PRISONNIERS ALLE MANDS. Paris, 14 août. — Parmi les documents intéressants trouvés sur les prisonniers, les blessé.-ou les morts allemands figurent des carnets de notes établissant que leur nourriture était insuffisante, et qu'ils ont souffert par suite de la grande chaleur. Ils montrent également la désillusion rapide des soldats allemands. LA CAMPAGNE DE FAUSSES NOUVELLES DE L'AGENCE WOLFF Paris, 14 août. — L'agence allemande Wolfl fait depuis Je début de la guerre, une campagne de fausses nouvelles dans les pays neutres, principalement en Suisse, pour masquer le succès des années alliées, et faire croire à la victoire de l'Allemagne. La vérité est-systématiquement altérée. Mais un tel jeu est trop grossier pour égarer longtemps l'opinion. NOUVEAUX HOMMAGES AUX SOLDATS BELGES Paris, 14 août. — En ouvrant la séance du conseil général le président; M. Tachèresl, a salué, au côté de nos braves soldats groupés autour du drapeau tricolore de Belgique, ce peuple de héros, et nos alliés de Russie et d'Angleterre. 'L'AFFAIRE DU « GOEBEN » ET DU « BRESLAU Londres, 14 août. — L'agence Reuter apprend que des représentations diplomatiques ont été faites au gouvernement turc relativement ' au Gœben et au Breslau et demandant le rapatriement immédiat des officiers et des équipages des navires allemands. Une dépêche des Dardanelles reçue dans les cercles diplomatiques dit que les croiseurs ont été rencontrés escortés dans les Dardanelles par des navires turcs. Les cercles diplomatiques n'ont encore reçu aucune confirmation de l'achat effectif des croiseurs, quoiqu'il existe une forte croyance qu'un tel arrangement est probable. LES PROJECTILES ALLEMANDS L'ARTILLERIE FRANÇAISE. Paris, 15 août. — Les projectiles allemands produisent très peu d'effet en raison de la localisation de leurs éclats. Les prisonniers allemands sont unanimes à reconnaître les effets redoutables de l'artillerie française. LES FRANÇAIS ONT PLEINE CONFIANCE Paris, 15 août: — lia plus grande: confiance continué à régn'er en France; «sur l'issue des hostilités. RENDEZ LA GALETTE ! Paris, 15 août. — Devant la réprobation universelle le gouvernement allemand s'est décidé à restituer à M. Jules Cambon, ambassadeur de France à Berlin, la somme de trois mille six cents marcs qu'il avait exigée de lui pour le transporter à la frontière. GRANDES-DUCHESSES SŒURS DE CHARITE Saint-Pétersbourg, 14 août. — Les grandes duchesses Marie-Polevna et Hélène-Petrovna se. sont offertes comme sœurs de charité. Au Mexique Mexico, 14 août. — Le président Carbajal et le ministre ont quitté "Mexico le 12, allant à la-Yera-Cruz. L'entrée du général Carranza avec quarante: mille hommes est attendue pour demain.De Sofia à Dedeagatch Soi-ta, 14 août. -- A la demande- du gouvernement bulgare, la Porte a autorisé la circulation d'un service bihebdomadaire de trains entre Sofia et Dedeagatch. Toujours eu garde ! L'Allemagne, plus haute que tout le monde, s'est mise au ban des nations civilisées. Non contente d'avoir déchiré les traités au bas desquels elle avait apposé solennellement sa signature, ses soldats se rendent coupables de crimes si horribles que nous hésiterions à y ajouter foi s'ils ne nous étaient attestés par de multiples et irrécusaDles témoignages. Ici, c'est un des nôtres, agonisant, à qui des brutes monstrueuses ouvrent le ventre

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1889 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes