Informations belges

131 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 09 Janvrier. Informations belges. Accès à 21 novembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/t14th8ck1h/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

No §69 9 Janvier 1918 Informations Belges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelle» de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, ec certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source premier* de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité. n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belçe. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les oommunioations de servioe : 39, rue Jacques-Louer, LE H.'VVRE (Seine-Inférieure) Praaco (xx). — Le sort de l'historien belge Henri Pirenne.—On écrit au quotidien hollandais Nieuwe Rotterdamsche Courant (29 décembre 1917. — Edition du soir), au sujet de M. Henri Pirenne, professeur d'histoire à l'Université de Gand, déporté par les Allemands pour avoir refusé de prêter la main à la manœuvre séparatiste teutonne, imaginée dans l'espoir de diviser Flamands et Wallons : « Il vous paraîtra, sans doute, intéressant d'apprendre que mon maître, le professeur Pirenne, m'a écrit, il y a quelques jours, pour me faire savoir qu'il jouissait d'une bonne santé, qu'il s'appliquait à étudier la langue russe, et que, pour se distraire de la préparation de son « Histoire économique générale », il s'était mis à étudier l'histoire russe des siècles du Moyen-Age dans laquelle il a fait de très importantes découvertes, qu'il espère pouvoir publier « si je vis assez longtemps », ajoute-t-il cependant, « pourvoir la fin de la guerre et rentrer chez moi ». « N'ayant, depuis longtemps, rien appris au sujet du professeur Pirenne, sa lettre me démontre que les conditions de sa captivité, dont vous avez jadis annoncé l'aggravation, se sont de nouveau quelque peu adoucies. » (xx) — L'Allemagne, seule, est responsable de la crise alimentaire en Belgique occupée. — Une correspondance de Bruxelles à la Külnische Zeilung, reproduite par un organe belge à la solde de la 'Kommandantur', contient, notamment : « D'après cette information {Telegraaf, d'Amsterdam), le ravitaillement de la Belgique et du Nord de la France serait absolument insuffisant (et il l'est effectivement. N. D. L. R. du Bruxellois) comme il résulte du fait que, pour l'année arrivée à sa fin le 31 octobre 1917, il n'est arrivé que 768,129 tonnes de vivres pour venir en aide à la Belgique, contre 1,279,065 pour les 12 mois précécents ... «.. .Mais le gouvernement belge du Havre devrait, s'il voulait honnêtement agir à l'endroit de ses concitoyens restés au pays, renoncer aux fioritures et avouer franchement que l'Entente n'est pas en état de prêter aux Belges une assistance suffisante. » Comment qualifier l'attitude des Allemands qui, après avoir fait annoncer par Wolff, « qu'ils étaient toujours prêts à aider autant que possible l'œuvre humanitaire (ravitaillement) placée sous leur protection », coulent les bateaux de la Commission for Relief — 17 de ceux-ci sur 23 auraient déjà été détruits en août 1917 — les emmènent dans des ports allemands alors que des sauf conduits allemands les assuraient de l'immunité, bref emploient tous les moyens capables d'empêcher les vivres d'arriver à leurs destinataires, puis rendent responsables de la diminution des importations le gouvernement belge et l'Entente ? (xx) — Evacuation de villes belges. — Un dramatique incident à Menin. — Un émouvant incident a marqué l'évacuation de la ville de Menin sur la Lys. Un journal hollandais le rapporte en ces termes : « La population de quelques rues devait quitter la ville et était conduite à la gare, escortée par des soldats allemands. «Tout à coup, une escadrille d'aéroplanes apparut. Elle se tenait là-haut, dans les airs, au-dessus de la

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes